Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maghreb, dimensions de la complexité

 | 
Anne-Marie Planel

Maghreb, dimensions de la complexité

Introduction

Pierre Robert Baduel

Texte intégral

L’IRMC : dix ans déjà

  • 1 Selon le propos que me tint un collègue au moment où, en 1987, je fondais l’actuelle Revue des mon (...)
  • 2 Orientalisme ou Orientalismes ? Deux écrits du Département des Sciences de l’Homme et de la Sociét (...)

1Faire d’un nouveau centre de recherche une institution et assurer sa réputation est une entreprise de longue durée. S’agissant d’une revue de sciences humaines et sociales1, il faudrait compter dix bonnes années avant d’atteindre ce qu’on pourrait appeler sa majorité et ainsi assurer, avec son attractivité, sa pleine reconnaissance par la communauté scientifique. Les éléments qui qualifient un centre par rapport à une revue supposent la greffe de facteurs plus nombreux et aléatoires, au-delà des ressources humaines, des infrastructures et des équipements. En ce qui concerne en particulier ce qu’Outre-Atlantique on nomme area studies et que, nonobstant la stigmatisation saïdienne, on nomme encore en France « orientalismes »2, de longs apprentissages préalables s’imposent pour qu’un chercheur puisse accéder aux sociétés (à lui) étrangères. Quant à la consolidation des centres eux-mêmes, plusieurs conditions sont requises : au-delà des personnes, la constitution d’une « culture de laboratoire » minimale, une « capitalisation des savoirs » sur la durée et l’aboutissement des programmes sous forme de publications faisant sens collectivement et largement diffusées.

  • 3 Avec une antenne à Rabat de 1993 à 1998. L’antenne de Rabat s’est depuis autonomisée pour devenir (...)
  • 4 Michel Camau, directeur de recherche au CNRS, de sa création à août 1997. Jean-Philippe Bras, prof (...)
  • 5 Depuis l’origine : Anne-Marie Planel (directeur-adjoint), Christiane Saddem, Hayet Naccache ; plus (...)
  • 6 Hier Catherine Cassan, Christiane Ben Ali et Patrick Pollet. Aujourd’hui encore : Besma Ouraïed, S (...)

2Ouvert en octobre 1992 à Tunis3 avec dans sa corbeille de naissance une dotation exceptionnelle : la bibliothèque du Centre de documentation Tunisie-Maghreb (CDTM) de l’Ambassade de France, l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain est arrivé en une décennie à occuper une place importante dans le concert de la recherche en sciences humaines et sociales au Maghreb et sur le Maghreb. Ce résultat a été rendu possible parce que, durant toute cette période, l’Institut a bénéficié du soutien constant de ses autorités françaises de tutelle, de l’accueil toujours confiant des autorités tunisiennes et de l’action des directeurs4, chercheurs et boursiers successifs, sans oublier les personnels administratifs5 et sectoriels6 permanents.

3Pour commémorer cette décennie de l’IRMC et par la même occasion « communiquer » à l’extérieur, plutôt que de raconter son parcours, il m’a semblé préférable de donner à voir concrètement sa trajectoire sous forme d’un florilège de travaux signés par ses chercheurs seniors et juniors sous contrat à l’Institut entre 1992 et l’automne 2003.

4Avant de livrer ces études, je voudrais rappeler ce qu’est l’IRMC en tant que centre français de l’étranger et situer l’esprit de son apport scientifique.

L’IRMC, centre français de recherche à l’étranger

  • 7 Direction Générale de la Coopération Internationale et du Développement (DGCID), Division de l’Arc (...)

5L’IRMC est un des 27 centres de recherche français de l’étranger créés à l’origine par le ministère des Affaires étrangères7, auquel, depuis la réforme entrée en vigueur en 2000, sont associés le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de la Recherche et le Centre national de la Recherche scientifique (CNRS). Ces centres sont plus ou moins anciens, leur histoire est chaque fois singulière, leur configuration fonction des circonstances et des hommes, leur format très variable. Quelles sont les caractéristiques de l’IRMC ? En l’état actuel de son évolution, en distinguant ce qui en fait est indissociable, je dirai (1) que l’Institut est d’abord un laboratoire au sens étymologique du mot, c’est-à-dire un lieu d’acquisition et d’exercice d’un métier, en l’occurrence celui de chercheur en sciences humaines et sociales ; (2) que – sur la base de ses ressources humaines et de ses programmes – l’Institut est un lieu d’échanges et de coopération avec les universités et centres de recherche en sciences humaines et sociales du Maghreb (prioritairement la Tunisie, l’Algérie et la Libye), de France et aussi d’Europe (notamment Italie, Espagne, Allemagne) ; (3) que l’Institut constitue enfin un nœud de réseaux de recherche.

  • 8 Dans un chapitre de réflexion sur les « intentions pédagogiques » de ses enseignements à l’EHESS, (...)

6 1. L’Institut constitue sinon toujours la première immersion effective dans une unité de recherche, du moins la première expérience concrète de recherche collective, pour les boursiers doctorants et, hors CNRS, pour les chercheurs "post-doc". M’appuyant sur Pierre Bourdieu8, je dirai que :

« Ce qu’il s’agit de communiquer [dans un laboratoire], c’est essentiellement un modus operandi, un mode de production scientifique qui suppose un mode de perception, un ensemble de principes de vision et de division, [cela,] il n’y a pas d’autre manière de l’acquérir que de le voir opérer pratiquement, ou d’observer comment, sans nécessairement s’expliciter sous forme de préceptes formels, cet habitus scientifique, puisqu’il faut bien l’appeler par son nom, "réagit" devant des choix pratiques – un type d’échantillonnage, un questionnaire, etc. L’enseignement d’un métier, ou, pour parler comme Durkheim, d’un « art », entendu comme « pratique pure sans théorie », appelle une pédagogie qui n’est pas du tout celle qui convient à l’enseignement de savoirs. […] Le sociologue qui cherche à transmettre un habitus scientifique s’apparente plus à un entraîneur sportif de haut niveau qu’à un professeur à la Sorbonne. »

7S’efforcer de transmettre pour les uns, d’acquérir pour les autres un habitus scientifique, tel me semble être l’objectif pour l’Institut comme centre de recherche.

  • 9 L’Institut a joué depuis sa création et continue à jouer un rôle significatif dans l’accompagnemen (...)
  • 10 Les conférences servent aussi, voire d’abord, à renforcer l’armement théorique et à faciliter le co (...)

8Le métier est acquis et exercé à travers la conduite de programmes de recherche et de thèses9. L’Institut est certes un lieu de conférences qui ont pour fonction de contribuer au rayonnement de l’université et de la recherche françaises. Mais il est d’abord un lieu de production de savoirs, un lieu où une équipe de soutiers de la recherche, juniors et seniors, fouillent des archives ou procèdent à des enquêtes de terrain10. Rencontres et publications résultent des actions de recherche propres à l’Institut ou menées en partenariat.

  • 11 Dans l’ordre : Mohamed Kerrou (actuellement Université du 7 novembre à Carthage), Mohamed Elloumi (...)
  • 12 École Supérieure des Communications, dite Sup’Com. Cette grande école est placée (en 2004) sous un (...)
  • 13 Programme sur L'émergence d'une industrie TIC en Tunisie : stratégies et performances. Quels ensei (...)

9 2. Ce florilège n’est point le lieu convenable pour dresser un bilan des échanges et de la coopération avec les chercheurs maghrébins qui constituent les interlocuteurs privilégiés de l’Institut. J’illustrerai simplement cette fonction de l’IRMC à partir de quelques actions significatives récentes. On notera tout d’abord que l’Institut accueille systématiquement sur sa dotation propre pour un contrat de programme de trois ans un chercheur tunisien : cinq universitaires11 ont ainsi successivement bénéficié de ce contrat depuis la création de l’Institut. On notera encore par exemple que cinq sessions doctorales conjointes francotunisiennes ont déjà été organisées en partenariat avec l’Université de Tunis ; qu’une convention de recherche lie actuellement pour la conduite d’un programme commun Sup’Com12 et l’IRMC13 ; qu’un atelier de réflexion autour de la question Droit, Histoire et Sciences sociales associe depuis deux ans l’IRMC et l’université de la Manouba, etc. Avec l’Algérie des actions communes ont été organisées sur place dès que la situation l’a permis, notamment avec le CREAD (Centre de Recherche en Économie Appliquée au Développement) et l’Université d’Alger. Avec la Libye, une action est en cours avec le Merkaz El Jihad. La consultation des publications de l’IRMC permettra d’apprécier le fort niveau de participation de chercheurs maghrébins aux programmes de l’Institut. Cette même consultation montrera aussi l’importance des relations de l’Institut avec des organismes et chercheurs français et européens et tout simplement son fonctionnement en réseaux.

10 3. La réticulation des activités de l’IRMC est une nécessité et une chance. La plupart du temps, le chercheur en charge d’un projet se trouve seul à l’intérieur de la structure : mobiliser des ressources extérieures pour mener à bien le programme collectif, créer et animer une équipe en réseau est un impératif. L’inscription parallèle dans des réseaux extérieurs permet à la fois un renforcement théorique et comparatif des programmes, la validation de leurs résultats par la communauté scientifique internationale ainsi que leur instillation dans le corpus général de la recherche sur un champ déterminé. Cette réticulation de ses activités est pour l’IRMC comme pour ses partenaires une des voies de l’européanisation de la recherche à laquelle chaque centre est désormais fortement convié.

Dimensions de la complexité : l’esprit et l’apport d’une recherche

  • 14 La décolonisation de l’Algérie a fait ainsi l’objet d’une bibliographie récente très nombreuse et (...)
  • 15 D’où sans doute la nécessité d’utiliser le pluriel Orients plutôt que le singulier Orient, indûmen (...)

11La recherche à l’IRMC comme celle de tout centre français à l’étranger, se déploie dans un contexte spatial et temporel déterminé. S’agissant de l’IRMC, ce contexte est globalement partagé par tous les centres français implantés dans les pays de la rive sud de la Méditerranée. Point n’est besoin de rappeler que cette région est dans l’espace international une région hautement sensible. Par rapport au Proche et au Moyen-Orient, le Maghreb semble épargné aujourd’hui par les grands conflits depuis la fin de la guerre d’Algérie, mais des turbulences localisées plus ou moins fortes persistent de façon endémique à l’intérieur des Etats et les relations avec les anciennes puissances coloniales, en changeant de nature du fait de la constitution d’une présence maghrébine massive désormais en Europe même et particulièrement en France, se sont complexifiées, entre apaisement relatif des traumatismes des luttes pour la libération des peuples colonisés14 et difficultés d’adaptation et/ou d’intégration dans les sociétés européennes. La donne par rapport aux années 1960 d’affirmation du Tiers Monde a profondément changé. La frontière entre l’Orient et l’Occident n’est plus là où certains la plaçaient, purement géographique. L’Orient à travers ses populations émigrées15 en Occident est devenu une composante de l’Occident, encore périphérique pour nombre de ses segments mais inévitablement à terme à part entière. La mondialisation de l’âge de la libéralisation généralisée et de l’économie cognitive a pris, avec une efficacité incomparable, le relais de l’impérialisme occidental de l’âge colonial. Les mouvements islamistes sont des mouvements qui, tout en préconisant des solutions néo-traditionnelles, sont les enfants du temps mondial dans lequel nous sommes entrés et la radicalité de l’action de certains de ses adeptes peut être la mesure de leur désespérance face à l’impossible cloisonnement des mondes, comme cette héroïne de Marguerite Duras qui pensait pouvoir dresser un barrage contre le Pacifique.

  • 16 Selon K. Knorr-Cetina et M. Mulkay, 1983, « Towards a Constructivist Interpretation of Science », (...)

12Le rôle d’un centre comme l’IRMC est de remplir sereinement sa fonction de connaissance académique. Celle-ci n’est pas une entreprise éthérée, indifférente aux rumeurs du monde, elle est bien dans le monde, et ce sont les historiens eux-mêmes qui, tout en mettant en garde contre les anachronismes, montrent bien qu’on réinterroge le passé avec nos questions d’aujourd’hui. Il faut même rappeler que la science en général est aussi dans sa propre construction le produit de luttes d’origine et de fonctions diverses, si on en croit K. Knorr-Cetina et M. Mulkay16 :

« Les objets scientifiques sont non seulement techniquement fabriqués dans les laboratoires, mais ils sont aussi construits de manière inséparablement symbolique et politique à travers des techniques littéraires de persuasion telles qu’on peut les trouver dans les articles scientifiques, à travers des stratagèmes politiques par lesquels les savants visent à former des alliances ou à mobiliser des ressources, ou à travers les sélections qui construisent les faits scientifiques de l’intérieur ».

  • 17 Bruno Latour et Steve Woolgart, 1996, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques(...)
  • 18 Edward W. Saïd, 1997, L’Orientalisme. L’invention de l’Orient par l’Occident, Seuil, Paris, (1e éd (...)
  • 19 Sans parler des think tanks : voir par exemple Pierre Hassner et Justin Vaïsse, 2003, Washington e (...)

13Ces luttes commencent ainsi dès le lieu de production des connaissances et ne concernent pas que les sciences humaines et sociales, comme l’ont montré pour les sciences dures Bruno Latour et Steve Woolgart17. La question a été posée pour l’orientalisme par Edward W. Saïd dans un ouvrage ancien aux effets durables18. Par ailleurs on ne peut pas dans notre domaine de recherche ne pas être interrogés par le fait (typique, s’agissant de l’Orient, de l’orientalisme instrumental dénoncé par Saïd ?) que parfois des chercheurs notoires semblent par leurs travaux avoir influencé la politique internationale des Etats, certains ont exercé directement des responsabilités majeures, comme s’agissant de la géopolitique nord-américaine hier Henry Kissinger ou Zbigniew Brzezinski et aujourd’hui Samuel P. Huntington ou Bernard Lewis19.

  • 20 Sur la construction des area studies en général, voir parmi les travaux de l’IRMC Alain Mahé et Km (...)
  • 21 Je traite en particulier de l’œuvre de Saïd dans deux articles : 2002, « L’Outre-Occident. Les ver (...)

14Il faut relever les deux défis lancés par E. W. Saïd d’un côté et par S. P. Huntington de l’autre. Les deux défis présentent à la fois un aspect cognitif et un aspect éthique et ensemble, quoique de façon différente, ils conduisent à l’exclusion de l’autre. Ce n’est point ici le lieu de traiter de ces questions en profondeur20. Il faut dépasser les apories saïdiennes, pas seulement mais trop polémiques21, et les aphorismes hungtintoniens sur le choc des civilisations qui est fondamentalement basé sur le postulat de l’insularité des civilisations ; ce postulat est remis en question dramatiquement par le 11-Septembre lui-même qui démontre, sinon l'avènement d'un islam mondialisé (O. Roy), du moins l’interpénétration forte des espaces autrefois d’apparence plus unidimensionnels et plus homogènes. Dans un ouvrage ultérieur à L’Orientalisme, E. W. Saïd lui-même a bien décrit le mouvement d’affaiblissement des frontières entre les cultures contemporaines ; il avait été en particulier sensible au rôle montant des intellectuels issus du Tiers Monde dans la production de la culture et de la science en Occident même, et insistait sur leurs œuvres de résistance et d’opposition à cet Occident :

  • 22 Edward W. Saïd, 2000, Culture et impérialisme, Fayard/Le Monde diplomatique, Paris, 308-309.

« La résistance, loin d’être une simple réaction à l’impérialisme, est une conception alternative de l’histoire humaine. […] L’effort conscient pour entrer dans le discours de l’Europe occidentale, s’y mêler, le transformer, lui faire reconnaître les histoires marginalisées, réprimées, oubliées, est particulièrement intéressant dans l’œuvre de Rushdie, et dans la littérature résistante de la génération antérieure. Ce type de travail a été mené par des dizaines de chercheurs, critiques et intellectuels du monde périphérique. J’appellerai cet effort le voyage de pénétration. »22

15Au point qu’en s’appuyant sur Saïd, on pourrait aujourd’hui opposer le voyage de pénétration en Occident au Voyage en Orient des « orientalistes » du XIXe siècle. Ce qui est clair en tout cas, c’est que les sciences humaines et sociales doivent étudier les mondes qu’elles ont choisi comme terrain avec leurs méthodes, leur déontologie et leur éthique et produire un savoir complexe et distancié, un espace de connaissance et de reconnaissance aussi complexe et distancié que le permettent les forces et les insuffisances de chacun.

16Les études réunies dans le présent recueil ont toutes été écrites pour d’autres publications collectives ou individuelles. Leur lecture peut donc se faire séparément pour chacune. Mais elles viennent d'un même creuset et leur réunion n’est donc pas totalement artificielle. Il se dégage de l’ensemble l’idée que, depuis son départ, l’IRMC a creusé un même sillon, a manifesté une volonté de connaître, de comprendre et de donner à comprendre, en particulier au public francophone, le Maghreb sinon dans toutes, du moins dans beaucoup de ses dimensions et, dans un univers médiatique qui simplifie, voire caricature tout, de saisir les complexités.

17On raconte le propos suivant d’un vieux missionnaire en poste à Madagascar depuis trois décennies en réponse à un visiteur qui lui faisait remarquer que tous les chercheurs de passage venaient régulièrement recueillir, voire piller, son savoir du pays et qu’il n’avait pas lui-même d’œuvre écrite importante : « Vous savez, on reste dans un pays une semaine, on écrit un livre ; on y reste deux ans, on écrit un article ; on y reste trente ans, on n’écrit plus rien ! » L’anecdote a valeur de parabole. Elle nous permet simplement de conclure que penser une société suppose une longue fréquentation, laquelle est le moyen de mieux en faire ressortir la complexité. Les études ici réunies témoignent de ce qu’un centre comme l’IRMC peut apporter en offrant aux chercheurs qui y séjournent et à ceux qui collaborent à ses programmes un espace de capitalisation durable d’un savoir, d’un savoir-faire et d’instruments de savoir qui concourt, à son niveau et avec ses ressources, à assurer à la recherche les moyens d’une approche plus juste et plus fine du Maghreb.

Notes

1 Selon le propos que me tint un collègue au moment où, en 1987, je fondais l’actuelle Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (EDISUD, Aix-en-Provence) par une transformation radicale de l’ancienne Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée (publication de l’AESHAN).

2 Orientalisme ou Orientalismes ? Deux écrits du Département des Sciences de l’Homme et de la Société du CNRS publiés à vingt ans de distance l’un de l’autre permettent de repérer l’évolution des institutions françaises dans l’énonciation de l’objet de ce secteur de la connaissance : Orientalisme. 1982 Images des Sciences de l’Homme, Le Courrier du CNRS supplément n° 48, 1982, 88 p. ; Les orientalismes aujourd’hui, Sciences de l’Homme et de la Société. Lettre du département n° 58, 2000, 36 p.

3 Avec une antenne à Rabat de 1993 à 1998. L’antenne de Rabat s’est depuis autonomisée pour devenir l’actuel Centre Jacques Berque (CJB).

4 Michel Camau, directeur de recherche au CNRS, de sa création à août 1997. Jean-Philippe Bras, professeur des universités, de septembre 1997 à août 2003. Pierre Robert Baduel, directeur de recherche au CNRS, depuis septembre 2003.

5 Depuis l’origine : Anne-Marie Planel (directeur-adjoint), Christiane Saddem, Hayet Naccache ; plus récemment Raja Hamdia-Chaaba.

6 Hier Catherine Cassan, Christiane Ben Ali et Patrick Pollet. Aujourd’hui encore : Besma Ouraïed, Sawssen Frey, Jellal Dérouiche, Fethi Aouadi.

7 Direction Générale de la Coopération Internationale et du Développement (DGCID), Division de l’Archéologie et des Sciences humaines.

8 Dans un chapitre de réflexion sur les « intentions pédagogiques » de ses enseignements à l’EHESS, in Pierre Bourdieu avec Loïc J. D. Wacquant, 1992, Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Seuil, Paris.

9 L’Institut a joué depuis sa création et continue à jouer un rôle significatif dans l’accompagnement de la jeune recherche. Sur bourses de longue durée (actuellement deux ans, renouvelable une fois) du Ministère des Affaires étrangères, il accueille en permanence quatre doctorant(e)s. Il offre aussi annuellement sur sa propre dotation une dizaine d’allocations de courte durée. Il peut s’enorgueillir d’avoir accompagné jusqu’à la soutenance de leur thèse de nombreux boursiers et allocataires et d’avoir contribué au recrutement par les universités ou les organismes de recherche (CNRS, IRD) en France de six de ses anciens boursiers dont on retrouvera les noms parmi les contributeur(e) s au présent florilège.

10 Les conférences servent aussi, voire d’abord, à renforcer l’armement théorique et à faciliter le comparatisme pour les programmes en cours ou à accompagner la jeune recherche (et notamment l’atelier doctoral, mis en place en 2004) ; certaines ont été programmées de manière à aider à défricher des thèmes de recherche potentiels.

11 Dans l’ordre : Mohamed Kerrou (actuellement Université du 7 novembre à Carthage), Mohamed Elloumi (INRAT), Abdelhamid Henia (Université de Tunis), Hassan Boubakri (Université du Centre), Karim Ben Kahla (Université de Tunis El Manar).

12 École Supérieure des Communications, dite Sup’Com. Cette grande école est placée (en 2004) sous une double tutelle ministérielle : ministère des Technologies des Communications et ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique.

13 Programme sur L'émergence d'une industrie TIC en Tunisie : stratégies et performances. Quels enseignements pour le Maghreb ?, sous la responsabilité de Mihoub Mezouaghi.

14 La décolonisation de l’Algérie a fait ainsi l’objet d’une bibliographie récente très nombreuse et très diverse, où la passion, voire la caricature, de certains n’a eu d’égale que le renouvellement de l’approche historienne des autres. En laissant de côté les premiers, je citerai seulement pour les derniers : Mohammed Harbi et Benjamin Stora (dir.), 2004, La Guerre d’Algérie. 1954-2004, la fin de l’amnésie, Robert Laffont, Paris.

15 D’où sans doute la nécessité d’utiliser le pluriel Orients plutôt que le singulier Orient, indûment essentialiste et insensible aux différences. De même il semble qu’on soit amené de plus en plus à parler d’Occidents au vu des développements récents des relations entre les USA et l’Europe, de leur découplage selon certains auteurs américains et non des moindres comme Robert Kagan (2003, La puissance et la faiblesse. Les États-Unis et l’Europe dans le nouvel ordre international, Plon, Paris ; 2004, Le revers de la puissance. Les Etats-Unis en quête de légitimité, Plon, Paris).

16 Selon K. Knorr-Cetina et M. Mulkay, 1983, « Towards a Constructivist Interpretation of Science », in K. Knorr-Cetina (ed.), Science Observed, Perpectives in the Social Study of Science, Sage, London.

17 Bruno Latour et Steve Woolgart, 1996, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, « Sciences humaines et sociales », La Découverte, Paris, 1e édition américaine : 1979, 1e traduction française : 1988.

18 Edward W. Saïd, 1997, L’Orientalisme. L’invention de l’Orient par l’Occident, Seuil, Paris, (1e édition américaine : 1978 ; 1e édition française : 1980) nouvelle édition augmentée.

19 Sans parler des think tanks : voir par exemple Pierre Hassner et Justin Vaïsse, 2003, Washington et le monde. Dilemmes d’une superpuissance, Autrement, Paris.

20 Sur la construction des area studies en général, voir parmi les travaux de l’IRMC Alain Mahé et Kmar Bendana (dir.), 2004, Savoirs du lointain et sciences sociales, Bouchène, Paris.

21 Je traite en particulier de l’œuvre de Saïd dans deux articles : 2002, « L’Outre-Occident. Les vertus de l’estrangement ou la contribution des études d’aires culturelles à l’universalisation des sciences sociales », préface à Christian Coulon, La traversée du désert, Presses de Sciences Politiques de Bordeaux, et à paraître en 2005, « De l’ensauvagement de l’Orient à l’estrangement de l’Occident. Surréalisme des area studies et universalisation des sciences sociales » (in P. R. Baduel et S. Denoix (dir.), L’Outre-Occident. Malaise dans les area studies ou tournant dans les sciences sociales ?, Karthala, Paris).

22 Edward W. Saïd, 2000, Culture et impérialisme, Fayard/Le Monde diplomatique, Paris, 308-309.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable