Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

VI. Comparaisons et perspectives

Les ingénieurs au Maghreb : un bilan d’avenir

André Grelon

Texte intégral

  • 1 Longuenesse Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au (...)

1Une décennie s’est écoulée depuis la parution de l’ouvrage fondateur sur les ingénieurs du Maghreb et du Proche-Orient sous la direction d’Élisabeth Longuenesse1. La voie tracée alors, les hypothèses proposées, les pistes esquissées ont depuis été plus largement ouvertes. Les contributions présentées dans cet ouvrage permettent de mesurer le chemin parcouru. Il montre aussi que de nouvelles perspectives sont désormais indispensables. Le livre d’Élisabeth Longuenesse avait mis en évidence la nécessité d’examiner les professions modernes dont les ingénieurs constituent en quelque sorte l’exemple emblématique, pour comprendre la naissance et le fonctionnement des jeunes États de l’aire arabo-musulmane. S’appuyant sur cette démonstration, mais aussi parce qu’il est issu d’un travail collectif de trois années, ponctué de rencontres à Tunis, Rabat, Alger et Sfax, marqué par de très nombreux échanges interindividuels et d’interventions dans des séminaires et des colloques, l’ouvrage dirigé par Éric Gobe reprend à frais nouveau cette problématique. Tout en se focalisant sur les trois pays du Maghreb, il élargit et en même temps approfondit l’analyse du groupe socioprofessionnel des ingénieurs.

2Ainsi, la question de l’histoire des ingénieurs au Maghreb est posée avec une grande acuité dans toute sa complexité. Même si dans certains domaines, notamment celui de l’usage de l’eau, la tradition technique est ancienne dans toute l’aire culturelle, on sait dorénavant avec certitude que durant la période coloniale, les ingénieurs maghrébins n’ont été qu’une poignée. Les facteurs explicatifs qui ne sont nullement exclusifs les uns des autres ne manquent pas pour expliquer ce phénomène : évidente réticence de la puissance coloniale à former une couche de techniciens autochtones ; conception des colonies comme vastes territoires agricoles éventuellement fondée sur des représentations aussi éblouies que fallacieuses (« grenier à blé de Rome », « Californie africaine », etc.), et qui présuppose une mise en valeur par les seuls colons « compétents » ; logiques d’administrations techniques centralisées qui envoient leurs agents pour un temps donné dans tel bureau à Rodez ou Alger, selon les plans bureaucratiques de déroulement de carrière et « l’intérêt du service » ; décisions des familles de notables locaux qui envoient leurs fils faire des études d’avocat ou de médecin jugées à la fois plus prestigieuses que des études techniques et permettant une autonomie d’action au sein de la sphère coloniale. Les travaux exposés dans l’ouvrage démontent ces différents motifs ; ils conduisent aussi logiquement à analyser le rôle des ingénieurs coloniaux dans les trois pays. Deux raisons se conjuguent pour prendre en compte l’observation de ce groupe particulier. Tout d’abord, une prise de conscience de plus en plus claire que la période coloniale, vue dans son mouvement général mais surtout dans sa spécificité pour chacun des pays concernés, doit désormais, des décennies après la proclamation des indépendances, quitter le domaine des analyses politistes pour intégrer définitivement le territoire de l’historien. La question de la colonisation ne doit pas seulement être examinée du point de vue de l’ancienne puissance impériale, mais résolument dans une perspective autochtone avec les outils et les méthodes de l’histoire, comme le démontrent à l’envi les textes présentés ici : le moment colonial est considéré comme faisant intrinsèquement partie de l’histoire de chaque pays et les hommes qui demeurent dans ces lieux, les institutions qui y sont fondées, les processus économiques et sociaux qui s’y développent sont étudiés à ce titre. Aussi est-il licite de considérer objectivement le rôle local et régional des ingénieurs qui œuvrent sur le terrain. La seconde raison est que ces ingénieurs laissent derrière eux ce qu’il est convenu d’appeler une « culture matérielle » qui modèle aussi bien l’organisation du territoire que les pratiques techniques habituelles et jusqu’aux gestes quotidiens les plus anodins. La ruse de la technique, c’est de rendre invisible son caractère indispensable. Mais derrière le téléphone qu’on décroche ou le bouton électrique sur lequel on appuie, il y a un réseau technique hautement élaboré dont la maintenance doit être permanente. Ce sont aussi des procédures spécifiques, des modes d’emploi, des normes qui doivent être respectés. Certes, la création d’écoles d’ingénieurs relevait d’une volonté d’industrialiser les nouveaux États afin de leur faire passer, selon la vulgate de l’époque, « les étapes de la croissance économique ». Mais il y avait en premier lieu l’impératif de remplacer les effectifs de techniciens qui étaient partis au moment de la proclamation des indépendances, afin de préserver d’abord l’indispensable continuité. C’est toute cette mémoire technologique dont les nouveaux ingénieurs maghrébins étaient désormais les héritiers.

3C’est aussi pourquoi la question de l’histoire ancienne ou récente de la formation, toujours au cœur des débats sur les ingénieurs, a fait l’objet de nombreux travaux dans le cadre du programme de recherche collective « Ingénieurs et société au Maghreb » conduit et animé par Éric Gobe de 1999 à 2002, et dont cet ouvrage marque la conclusion. Toutes ces recherches ne pouvaient naturellement s’inscrire dans le livre, mais la place qui est donnée à cette thématique montre bien l’importance qui y a été attachée. Pour autant, le chantier reste ouvert, et des deux côtés de la Méditerranée. Sur le plan historique tout d’abord, il ne semble pas qu’ait été écrite pour l’École de Meknès, au Maroc, et pour l’École d’agriculture de Rouiba, en Algérie, devenue l’École de Maison-Carrée, des monographies équivalentes à ce dont on dispose pour l’École coloniale d’agriculture de Tunis. On sait pourtant le rôle que les formations agronomiques ont joué et jouent encore dans la politique de modernisation agricole, au point – au moins pour ce qui concerne l’Algérie – de confondre flux annuel de nouveaux ingénieurs et efficience technique, comme un chapitre de ce volume le démontre brillamment. Il faudrait aussi examiner ce qu’il en était, toujours dans l’Algérie, d’une formation spécifique aux travaux publics d’une part, et d’un enseignement d’électrotechnique supérieur attesté dès avant la première guerre mondiale, d’autre part et mesurer leur impact sur l’économie régionale. Mais c’est aussi du côté de la France qu’une recherche historique sérieuse devrait être menée. On sait qu’à partir de la fin du XIXe siècle se créent en France et notamment dans le cadre des jeunes universités, des écoles coloniales ou encore des sections coloniales d’établissements plus généraux. Un bilan doit être réalisé : quels ont été ces établissements, quand sont-ils nés, comment se sont-ils développés, quel a été leur devenir après la fin de la colonisation ? Quel public ont-ils attiré, quelle formation ont-ils délivré ? Quels diplômes les élèves ont-ils obtenu et à quoi ce diplôme permettait-il de prétendre (par exemple, accès aux concours dans les administrations coloniales) ? Et quelles carrières ces diplômés ont-ils effectivement eu ? Paradoxalement, ils ne semblent guère avoir peuplé les rangs de la Société française d’ingénieurs coloniaux, présentée ici… Certes, on commence à disposer d’une historiographie cohérente à propos de la politique coloniale de l’État français et des rapports qu’il a entretenus avec ses différentes possessions. Mais une étude spécifique à propos des professions techniques est encore à réaliser.

4Plus encore, c’est sur le plan contemporain qu’il serait judicieux de poursuivre le travail déjà bien entamé dans les trois pays. En particulier, il faudrait suivre sur la base d’enquêtes rétrospectives, le parcours de promotions d’anciens élèves de différents établissements à différentes périodes. Une chose est, en effet, d’avoir une photographie à un moment donné de l’état de la population des ingénieurs (rapport chômage/emploi de différentes générations, par exemple) ; une autre est de comprendre les trajectoires d’emploi et de carrière sur toute une vie professionnelle des ingénieurs des années 1960, ceux des années 1970 et ainsi de suite. On a beaucoup mis l’accent sur les réussites présentées comme exemplaires des premiers ingénieurs des indépendances ; elles sont réelles et parfaitement emblématiques des attentes d’un pays vis-à-vis de ces spécialistes : cependant, il n’y a pas de postes de ministres pour toute une promotion ! Et quand bien même les premiers diplômés auraient tous connu de remarquables succès, qu’en a-t-il été de ceux qui les ont immédiatement suivis et qui ont obligatoirement dû rentrer dans le rang ? Aujourd’hui, la question est posée des possibilités d’insertion des jeunes diplômés ingénieurs sur le marché du travail national. Les difficultés économiques persistantes semblent rendre aléatoire la possibilité pour des promotions qui se succèdent d’année en année par vagues nombreuses d’intégrer des postes d’ingénieurs sur un marché de l’emploi déprimé. Mais une série de coupes statistiques même bien construites ne peuvent donner qu’une vision instantanée de la situation. Elles ne peuvent rien dire des trajets individuels et des modes d’adaptation transitoire des intéressés. Les analyses longitudinales menées par panels sur des sujets de cet ordre dans plusieurs pays ont montré leurs vertus heuristiques. De telles opérations seraient très vraisemblablement fructueuses dans les trois États concernés, surtout si elles pouvaient être développées de façon concertée sur les mêmes types de population et au même moment.

5Cette question des parcours professionnels des ingénieurs en soulève immanquablement une autre, celle de l’analyse du travail des ingénieurs. Faute d’avoir trouvé les chercheurs disposés à s’investir dans un tel domaine, cette thématique n’a été abordée que tangentiellement dans le programme Ingénieurs et société au Maghreb. Au fond, on sait peu de choses sur ce qui fait le cœur même de l’activité des ingénieurs, ce qui les définit ou devrait les définir comme ingénieurs. Bien sûr, il a été amplement explicité qu’une forte proportion d’entre eux est entrée dans la fonction publique et qu’à ce titre, hommes ou femmes, ils agissent comme des fonctionnaires parmi d’autres : encore faudrait-il examiner dans ces administrations quelles sont leurs tâches spécifiques ou si le diplôme n’est qu’un mode d’accès à une catégorie dans une hiérarchie bureaucratique. Mais plus encore, c’est au sein même des entreprises, qu’elles soient publiques ou privées, qu’il faudrait mener des observations. L’étude de cas de compagnies en voie de privatisation, phénomène commun à nos trois pays, devrait de ce point de vue être particulièrement pertinente : des exigences nouvelles sont-elles adressées aux ingénieurs, que ce soit en termes de rendement, d’organisation du travail, de relations avec les subordonnés ou les supérieurs ? Les ingénieurs apparaissent-ils comme les fers de lance de ces changements, sont-ils porteurs de propositions novatrices ou au contraire optent-ils pour des modes de résistance ou de passivité face à ces évolutions ? Il est clair qu’on se situe ici au cœur du long processus de transformation sociale et économique qui affecte de façon radicale les pays du Maghreb, et dont on pourrait penser qu’il concerne aussi directement les ingénieurs que ceux-ci l’avaient été dans la phase dite « développementaliste ».

6Même un demi-siècle après les indépendances, alors qu’aujourd’hui, le Maroc, l’Algérie et la Tunisie disposent d’infrastructures de taille suffisante pour absorber les nouvelles générations qui parviennent à l’enseignement supérieur, une partie des étudiants continue à se former à l’étranger, que ce soit en formation initiale ou pour des études complémentaires. Ce fait reste suffisamment massif pour avoir été abordé dans plusieurs chapitres du livre. On a pu montrer que les ingénieurs passés par ces filières sont plus valorisés que ceux qui ont reçu une éducation autochtone, notamment les anciens des grandes écoles françaises les plus prestigieuses, en particulier l’École polytechnique. Si ceux qui retournent au pays ont l’ambition et des perspectives sérieuses de faire une belle carrière, qu’advient-il de tous ceux qui, finalement, décident de rester à l’étranger et de s’y installer à titre professionnel ? La question du non-retour des ingénieurs est traditionnellement posée comme une perte pour le pays d’origine, en termes de compétences non exploitées, d’investissements éducatifs non rentabilisés, de non-constitution de réseaux internationaux utiles au pays, etc. À cet argumentaire classique, on peut opposer toute une série de raisons individuelles (liberté d’expression politique, bonne insertion dans les entreprises du pays d’accueil, possibilité de carrière plus intéressante et motivante que dans le pays d’origine, etc.) qui expliquent ou justifient le non-retour. Encore faudrait-il mener une enquête sérieuse allant au-delà de l’analyse de l’expression de quelques porte-parole, même si leurs propos sont éminemment respectables et souvent éclairants, pour s’adresser aux ingénieurs « discrets » et avancer dans la mise à jour des mobiles vraisemblablement pluriels susceptibles d’expliquer cette expatriation. Dans le même ordre d’idée, des travaux actuels commencent également à poser la question du maintien des relations avec le pays d’origine, en partant du principe qu’au lieu de tenir ces départs pour une perte – alors que les économies maghrébines peinent aujourd’hui à intégrer les diplômés dans le marché du travail – les cadres expatriés pourraient être considérés comme des ambassadeurs de leur pays, comme des têtes de ponts pour établir des accords industriels ou commerciaux, mais également comme des passeurs entre les aires culturelles. Il y aurait là, semble-t-il, un axe de recherche potentiel et prometteur.

7On voit qu’au bout du compte, cet ouvrage riche d’informations neuves, porteur d’idées originales et ayant ouvert des champs inédits à la recherche, soulève d’autres interrogations et appelle à la construction d’une nouvelle problématique d’analyse des ingénieurs. C’est sans doute le signe le plus probant que le but fixé au programme de recherche « Ingénieurs et société au Maghreb » a bien été atteint. À ce stade d’avancement de la recherche, il ne s’agit sans doute pas simplement de pointer des manques dans l’examen de la situation de la profession d’ingénieur dans les pays du Maghreb, mais désormais de situer celle-ci dans son environnement social et dans son aire culturelle de développement. Examinons brièvement le premier point. Les ingénieurs sont insérés au sein d’un ensemble qu’on pourrait dénommer professions techniques industrielles et commerciales. Les ingénieurs forment la partie émergée de cet iceberg sociologique. Ce sont eux que l’on met en avant, eux que l’on charge de missions d’industrialisation du pays, de modernisation des campagnes, en bref de mise à niveau des jeunes États dans le cadre de la compétition mondiale. Mais on ne peut couper les ingénieurs des autres professions techniques avec lesquelles ils sont en relation constante et sans lesquelles leur activité est inopérante. Dans l’usine, on n’a pas affaire à l’ingénieur face à des ouvriers : de nombreux groupes professionnels sont à l’œuvre qui interagissent, occupent une place dans le processus de travail et négocient avantages et responsabilités. L’entreprise moderne fût-elle d’État est un organisme complexe qui ne se résout pas à une échelle hiérarchique à trois niveaux. C’est bien pourquoi une nouvelle recherche collective devrait comparer les différentes catégories d’ingénieurs aux autres types de cadres, notamment ceux de gestion, pour examiner le mode de fonctionnement de ces intergroupes professionnels dans un sens et le mode d’être de la couche sociale des cadres dans l’autre. Par ailleurs, la catégorie souvent ignorée ou délaissée de technicien devrait désormais gagner une place importante dans les préoccupations de recherche. Plusieurs des chapitres du livre abordent la question de la place des techniciens (notamment dans le domaine agricole) ou la laissent en creux, comme en attente. On peut se demander si ce n’est pourtant pas, plus que l’ingénieur peut-être, le véritable acteur, la pièce motrice principale du fonctionnement de l’économie. Dans des États en voie de « déplanification », les entreprises ont-elles besoin de pléthore d’ingénieurs ? Ceux-ci peuvent sembler chers, désireux d’accéder aux sphères de pouvoir, refusant ou méprisant les fonctions techniques et les travaux d’ateliers, au bénéfice des tâches administratives dans lesquelles ils peuvent être aisément concurrencés par des cadres spécifiquement formés pour ce type de fonction… Des techniciens qualifiés, qui ne rechignent pas à mettre « la main à la pâte », qui ont des exigences salariales moindres peuvent apparaître comme une alternative séduisante. D’une façon plus générale, en portant un regard rétrospectif, la question peut être posée quant au rôle discret mais efficace qu’ont pu jouer les différentes espèces de techniciens pour continuer à faire fonctionner la machine économique, qu’il s’agisse d’entretien et de maintenance des capacités, d’inventivité dans la substitution de pièces manquantes et de procédés de fabrication, de modes inusités d’organisation du travail, d’élaboration de réseaux ad hoc de compétences diverses, etc. Il semble qu’il y ait là un champ potentiellement fructueux pour une investigation pluridisciplinaire sur cette population.

8L’autre point touche à la dimension de l’aire culturelle de l’étude et à ce qu’elle implique en termes de méthode. Un des problèmes soulevés par le livre est celui d’une comparaison raisonnée entre les trois pays. Il existe naturellement des distinctions importantes entre les uns et les autres ; ils n’ont pas la même histoire, les modalités de leur colonisation n’ont pas été identiques, les conditions politiques sont très contrastées, la géographie, la superficie de leur territoire, etc., les différencient fortement, et l’on pourrait énumérer ainsi de très nombreuses spécificités. Pour autant, l’idée de monter un programme de recherche impliquant des participants de ces trois pays n’a été contestée par personne, tellement elle semblait cohérente. Car les trois États ont gardé des relations avec l’ancienne puissance dominante sous forme de coopération politique, économique, scientifique, technique et culturelle et une partie de leurs élites y a été formée ou s’y forme encore. Tous les trois font partie de l’aire culturelle maghrébine et l’on peut caresser le rêve d’un marché commun anticipant un jour une communauté économique maghrébine, même si aujourd’hui cette proposition ressort plus de l’utopie que d’un devenir à court terme : y a-t-il déjà une circulation des cerveaux entre les pays du Maghreb comme cela se pratique au Moyen-Orient ? Peu vraisemblable actuellement, semble-t-il, mais un tel projet n’a rien d’inconcevable. Sur une telle base, les contrastes entre les pays, les différences constatées sont bénéfiques, car ils permettent de nourrir les comparaisons et fondent l’intérêt commun. Le volume qu’on vient de lire représente en ce sens une étape cruciale. L’ensemble des textes qui le composent, justifie l’intuition qui avait présidé à la mise en œuvre du programme de recherche. Dans une nouvelle phase de la recherche, les exigences seront naturellement plus fortes en matière de thématiques communes, d’enquêtes parallèles sur la base de problématiques élaborées conjointement, afin de systématiser les comparaisons. Il faudra mobiliser de nouveau un collectif de recherche, s’appuyer sur de nouvelles disciplines, intégrer de jeunes chercheurs, et parallèlement intéresser les organismes bailleurs de fonds pour réaliser des travaux de terrain, se doter d’outils statistiques performants, se donner des moyens de rencontre et d’échange et progresser sur le plan théorique, rendre compte enfin régulièrement des avancées par différents modes de diffusion. En clair, il s’agit de se donner les moyens de comprendre le rôle des professions techniques dans le processus de développement du Maghreb. C’est une ambition puissante, mais légitime.

Notes

1 Longuenesse Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990.

Auteur

Historien et sociologue, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), LASMAS-CNRS, Paris

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable