Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

VI. Comparaisons et perspectives

Entre bureaucratie et marché : quelle reconversion pour les ingénieurs ?

Remarques à partir du Proche-Orient

Élisabeth Longuenesse

Texte intégral

1Pour l’ensemble du monde arabe, la décennie 1980 avait été celle de la généralisation des plans d’ajustement structurel et le démarrage des réformes économiques. La suivante, qui commence au lendemain de la chute du mur et s’ouvre sur la seconde guerre du Golfe, sera marquée par le lancement du Processus de Barcelone et du Partenariat euro-méditerranéen, ainsi que par l’effort de mise en œuvre d’un processus d’intégration régionale, incluant Israël, sous le patronage des États-Unis, à l’occasion des sommets économiques arabes d’Amman, du Caire et de Doha.

2Plus que jamais, le mot d’ordre est à la privatisation des entreprises publiques, au désengagement de l’État, au dégraissage des administrations, en un mot, à l’accélération du processus de réformes. Si le rythme de celles-ci varie d’un pays à l’autre, du fait, entre autres, du degré inégal d’étatisation de l’économie, la tendance est la même du Maroc à la Jordanie, en passant par le Liban, l’Égypte ou la Tunisie.

  • 1 Sari Hanafi remarque que les deux tiers des membres de l’association des hommes d’affaires égyptie (...)

3Les ingénieurs, figures emblématiques de la période « développementaliste », propulsés à l’avant de la scène comme maîtres d’œuvre des grands projets, bâtisseurs de villes et de barrages, élite technique détentrice des savoirs qui devaient faire accéder leurs pays à la modernité et au bien-être, bras droit de gouvernants qui tiraient leur légitimité de ces réalisations, voient leur statut radicalement remis en cause. Le modèle de l’ingénieur du secteur public, au service de l’État et des grands projets de développement, est sommé de céder la place à celui de l’ingénieur entrepreneur ou homme d’affaires, à l’ingénieur-conseil, au patron de bureau d’études (Hanafi, 1995 : 543)1.

4Une telle reconversion est d’autant plus douloureuse que les années 1970 et 1980 ont vu une explosion des effectifs, et un encombrement des administrations et services publics, contraints d’embaucher des dizaines, voire des centaines d’ingénieurs en surnombre. Déjà, la dégradation des conditions de travail et de rémunération des ingénieurs employés de l’État était à l’origine d’une accentuation des différenciations socio-économiques, et de l’apparition de nouveaux mécanismes de sélection, mobilisant diverses formes de capital social et économique inégalement médiatisées par les systèmes de formation. Les situations nationales se distinguent toutefois du fait des héritages historiques, des choix techniques, de la structure de l’économie. Quelle est la part des héritages ottomans et coloniaux, des circonstances de l’indépendance, des options économiques, des alliances politiques ? La comparaison des trois pays du Maghreb est déjà instructive à bien des égards. Déplacer le regard du côté du Proche-Orient introduit des éléments de distanciation supplémentaires. C’est l’exercice que nous proposons ici au lecteur.

Du Maghreb au Machrek, des héritages différenciés, des ajustements convergents

5La confrontation des trois pays du Maghreb entre eux, puis avec les pays du Proche-Orient, met en relief la diversité des expériences, des modalités d’articulation entre formation, besoins des entreprises et marché. Il en ressort que l’influence de l’ancienne puissance coloniale a joué très inégalement et a pu être contrecarrée ou au contraire accentuée par d’autres facteurs. Si le Maroc semble être le seul pays où le modèle élitiste des grandes écoles à la française a été adopté dans l’esprit comme dans la forme (Vermeren, 2003), la Tunisie, tout en s’en inspirant partiellement, a mis en œuvre un système moins hiérarchisé, en l’articulant plus fortement sur les institutions universitaires (Ben Sedrine & Gobe, 2001). L’Algérie optait quant à elle pour une formation de masse, inspirée peut-être du modèle socialiste, plus certainement de l’expérience égyptienne, en tout état de cause peu adaptée aux besoins d’entreprises souffrant elles-mêmes d’une gestion très bureaucratique (Akkache, 1990).

6Au Liban, la prédominance et l’antériorité des universités privées, l’une jésuite et francophone, l’autre, américaine, offrent un paysage d’emblée différent. Certes, l’École supérieure d’ingénieurs de Beyrouth (ESIB) s’inspire d’un modèle français, par le biais de l’assistance d’enseignants issus d’écoles d’ingénieurs françaises (particulièrement l’École centrale de Lyon). Mais la compétition est ici entre institutions nationales – ou « indigènes », i.e. ottomanes, arabes, puis libanaises ou syriennes – et étrangères d’abord, et entre institutions étrangères d’origine différente ensuite. Ultérieurement, avec la création des facultés d’ingénieur de l’Université dite « arabe » (en fait égyptienne), puis de l’Université libanaise, on retrouve un modèle de faculté ouverte à tous, et peu ou pas hiérarchisée, les filières d’élite restant celles des facultés étrangères. En Syrie, la création de la faculté de génie en 1946 offre un autre cas intéressant qui semble relever plutôt d’une influence anglaise ou allemande, bien loin du modèle français. Ce n’est que plus tard, à partir des années 1960, qu’est mise en œuvre la politique de développement extensif correspondant au modèle « socialiste ».

7À la différence du Maghreb, les pays du Machrek comptent les architectes parmi les ingénieurs : est-ce un souvenir de l’importance de l’architecte bâtisseur de l’époque ottomane ? Mais, seuls les Libanais regroupent agronomes et ingénieurs, au côté des architectes, dans un même ordre. C’est aussi au Liban que le poids symbolique de ses derniers perdurent jusqu’à aujourd’hui, même si leur part relative décroît. De même, la prégnance du modèle de la profession libérale y reste forte alors qu’en Syrie, comme en Jordanie, pour des raisons paradoxalement proches, ce modèle recule fortement à partir des années 1970 (Longuenesse, 1991).

8Actuellement, il est frappant d’observer que partout, quel que soit le modèle adopté, après une phase de croissance des effectifs, les ingénieurs sont confrontés à des situations de crise, au développement du chômage et au déclassement social de franges importantes de la profession. Les différences se situent alors au niveau des modes de sélection, par la différenciation des filières de formation, où le détour par l’étranger est plus ou moins important. D’où un rôle croissant de l’héritage familial, et plus largement du capital social, plus ou moins médiatisé par l’illusion de l’excellence.

9Partout, les réformes économiques modifient radicalement les conditions de travail et d’emploi. Les analogies sont frappantes : elles sont révélatrices des effets de l’ouverture des marchés et de la mondialisation des contraintes économiques, face auxquelles les États, nolens volens, n’ont plus les moyens d’opposer de résistance. De là, aussi une tendance à restructurer les systèmes de formation en les ouvrant au secteur privé et, comme un peu partout dans le monde, le nouveau succès des formations au management, à la comptabilité ou à la finance.

10Au Proche-Orient, la demande des marchés du Golfe qui a sans doute contribué à un gonflement plus rapide des effectifs a toutefois amorti, dans un premier temps, les effets de la crise. Elle a accentué la prépondérance d’une image de l’ingénieur associée au secteur des travaux publics et de la construction plus qu’à l’industrie. Elle a offert un modèle de réussite économique et, dans les dernières années, un palliatif des problèmes de chômage et de risque de déclassement social dans les pays d’origine (Saleh, 1985 : 251-307). Enfin, face aux difficultés sociales croissantes, les organisations professionnelles qui ont un poids beaucoup plus grand qu’au Maghreb, jouent un rôle déterminant, tant à travers leur contribution à la protection sociale de leurs adhérents (assurance maladie et caisses de retraite) que par la manière dont elles conçoivent et organisent les luttes revendicatives. C’est sans doute dans ce domaine que les différences sont les plus sensibles entre orient et occident arabes, renvoyant autant à l’influence de modèles hérités ou importés, qu’à des logiques socio-politiques spécifiques.

11Parmi les trois pays du Maghreb central, le Maroc, avec son système hiérarchisé de formation des ingénieurs, s’ajuste aux nouvelles exigences du marché sans bouleversement brutal, tandis que la Tunisie, malgré les efforts officiels, résiste à sortir de l’hégémonie du modèle de l’ingénieur d’État. Au Proche-Orient, au contraire, tout se passe comme si la seule réponse possible passait par le nécessaire développement d’un enseignement supérieur privé. Mais les trois pays proche-orientaux partent de situations très différentes. Au Liban, la question de la privatisation de l’enseignement public semble au premier abord un faux problème, car une réalité ancienne. En Jordanie, où les premiers établissements d’enseignement supérieur sont beaucoup plus récents, le développement d’établissements privés ne pose aucun problème de principe et s’impose sans contestation. Enfin, en Syrie, le renversement est plus difficile à opérer, car il impose de briser un tabou profondément ancré dans les esprits. À y regarder de plus près, les oppositions sont toutefois moins tranchées et certains enjeux sont communs. En effet, l’enseignement privé n’a pas toujours été synonyme d’entreprise commerciale, loin s’en faut ; or c’est bien là que se situe l’enjeu, aujourd’hui. L’explosion récente du nombre des institutions privées lucratives s’affublant du titre d’université, au Liban et en Jordanie, est impressionnante. Mais les formations offertes, pour être rentables, doivent répondre à une demande du « marché », et incluent plus souvent des filières de gestion, d’informatique ou… d’études islamiques, que des études d’ingénieurs. De manière plus subtile, le devenir d’une institution comme l’Institut supérieur de sciences appliquées et de technologie (ISSAT) en Syrie est révélatrice des efforts autant que des difficultés de la Syrie à définir une politique nationale en la matière.

12C’est cette articulation entre l’évolution du marché de l’emploi et celle des systèmes de formation que je voudrais ici interroger, à partir des trois exemples contrastés du Liban, de la Syrie et de la Jordanie. Plus que d’une comparaison systématique, impossible à réaliser en quelques pages, et qui exigerait un travail d’enquête qui n’a pas été fait, je m’efforcerai, à partir d’illustrations ponctuelles, de coups de projecteurs ciblés, de proposer quelques pistes de réflexion, susceptibles d’apporter des éléments d’appréciation utiles pour la recherche concernant le Maghreb.

Liban, Syrie, Jordanie : retour au marché et emploi des ingénieurs

13Dans un travail antérieur (Longuenesse, 1991), j’avais tenté un parallèle entre ces trois pays, en montrant comment, derrière les options économiques différentes, on pouvait néanmoins dégager certaines analogies liées au poids de l’État en matière d’emploi, d’un côté, et de l’autre, au rôle des organisations professionnelles et aux représentations de la mission des ingénieurs. Aujourd’hui, les ingénieurs sont confrontés aux défis du retour au marché dans des conditions rendues plus difficiles par l’accroissement trop rapide des effectifs et l’inadaptation des systèmes de formation.

14Certes, chaque pays évolue à des rythmes différents et les contraintes que leur imposent les enjeux géopolitiques varient selon leur position respective dans les rapports de force régionaux. Aujourd’hui, les évolutions convergentes, dans un contexte marqué par les impératifs de l’ouverture des frontières, s’accompagnent d’une compétition aggravée sur le marché, qui se traduit aussi par des réponses différenciées et un réaménagement de la place de chacun des trois pays dans ce qui peut apparaître comme une division régionale du travail.

Une intégration inégale au marché mondial

  • 2 Ratifié le 2 mai 2002.
  • 3 Effets positifs qui sont plus sûrement la conséquence très conjoncturelle du retour des émigrés du (...)
  • 4 « Privatization, a source of concern, as foreign investment grows », The Star, 9 mai 2002 (Amman).

15La Jordanie avait signé un accord avec le FMI dès 1988. Elle conclut un accord de partenariat avec l’Europe en 19972 et son adhésion à l’OMC est acquise en 2000. La place financière d’Amman, eu égard à la taille du pays (5 millions d’habitants) et à la faiblesse de ses ressources, est une des plus actives du Moyen-Orient, le « retour » de nombreux émigrés du Koweït et des Émirats suite à la guerre du Golfe ayant contribué à la dynamiser. Les effets de la signature d’un accord de paix avec Israël en 1994 ont pu apparaître positifs en termes d’indicateurs de croissance3. Mais ils entraînèrent aussi une aggravation du chômage et de la pauvreté pour les catégories les plus défavorisées. La Jordanie, bon élève des institutions internationales, est une illustration exemplaire des effets de la « mondialisation » sur la région. La privatisation des services publics atteint un rythme qui inquiète même certains économistes4.

16Au Liban, la guerre civile n’a pris fin, avec le désarmement des milices, qu’au printemps 1991. Et, dès 1992 celui que l’on désigne souvent comme l’« homme d’affaires libano-saoudien », Rafik Hariri, devient Premier ministre. Après deux années d’espoir durant lesquelles la livre libanaise se stabilise, le niveau exorbitant des dépenses de l’État et la confusion entre intérêt privé et intérêt public débouchent sur une grave crise économique et un endettement sans précédent qui ne cesse de s’alourdir. Profitant de sa position de relais entre l’Europe et le Moyen-Orient, le Liban avait su associer le développement d’un secteur tertiaire dynamique où prédominaient les services bancaires et commerciaux, avec celui d’une agriculture de primeurs et d’une industrie de transformation diversifiée. Il est aujourd’hui incapable de recréer son tissu économique, autant que de retrouver le rôle qui était le sien, dans un contexte mondial profondément transformé. Ce nouveau Liban est aujourd’hui au sens propre en retard d’une guerre, alors que zones franches et cités des médias se développent à Doubaï, Amman ou même au Caire.

17Entre les deux, la Syrie fait parfois figure de dinosaure, avec son économie toujours prétendument socialiste, son secteur public, son régime autoritaire. Si les indices de sa « bonne volonté » se multiplient, les bénéficiaires du régime en place, de bas en haut de l’échelle, opposent des résistances qui freinent l’ouverture, tout en la rendant inéluctable, probablement dans les conditions les plus défavorables pour tous. Ainsi, parmi les tournants majeurs, l’autorisation accordée à l’installation de banques privées, à la fin de l’année 2000, se heurte à l’absence de mesures d’accompagnement indispensables pour que la décision soit réellement suivie d’effet. Alors que les négociations de l’accord d’association, entamées en 1997, marquent le pas, l’« aide » européenne et occidentale aux réformes administrative et économique se poursuit et le processus de libéralisation, bien que lent, est irréversible.

Baisse de l’emploi public et nouveaux clivages : où sont les ingénieurs ?

18Le retrait de l’État et la baisse de l’emploi public, l’ouverture des marchés, la pénétration des sociétés étrangères se font donc inégalement sentir dans les trois pays. Toutefois ils pèsent partout sur le marché du travail et induisent une accentuation des clivages entre les catégories les plus qualifiées et les moins qualifiées, entre une fraction privilégiée de professionnels de haut niveau, tournés vers un marché internationalisé, et une masse de cadres moyens et petits fonctionnaires dont la situation tend à stagner. L’émigration prend, de fait, une tournure et une signification nouvelles par rapport à la période précédente. Elle s’inscrit désormais dans une logique non seulement régionale, mais mondiale, d’interpénétration (mais non d’homogénéisation) des marchés, qui contribue à leur désarticulation et à l’aggravation des inégalités. Dans ce contexte, les ingénieurs syriens sont ceux dont les ressources sont les plus faibles et pour qui les possibilités de reconversion sont les plus limitées.

19Alors que leur nombre continuait à croître rapidement, les ingénieurs — du fait de leur position intermédiaire — à l’interface entre direction et personnel de la production et des services, mais aussi entre local et international, ont connu une accentuation irrésistible du processus de diversification et même d’éclatement des situations concrètes. D’un côté, les emplois dans le secteur public se font plus rares et offrent des positions de moins en moins valorisées ; de l’autre, le secteur privé peut être aussi bien le lieu de réussites professionnelles éclatantes que le lieu d’une exploitation sans merci de compétences sous-rémunérées. On examinera plus loin comment ces nouvelles inégalités s’articulent sur une recomposition des filières de formation. Enfin, les inégalités entre pays voisins et les impasses de la législation du travail induisent enfin des compétitions entre nationalités dont les effets peuvent être, à terme, dévastateurs.

  • 5 Rappelons que si, dans les trois pays, les architectes sont inclus dans la même organisation que l (...)

20La faiblesse des statistiques et le caractère hétérogène des chiffres disponibles, interdisent de faire des comparaisons systématiques. Elles posent en outre un problème d’interprétation de la catégorie même d’ingénieur. Les chiffres donnés sont généralement ceux que fournissent les organisations professionnelles5. Or, si le diplôme d’ingénieur suffit généralement pour avoir le droit d’adhérer, un nombre difficile à estimer d’ingénieurs diplômés ne s’en donne pas la peine. On ne pourra donc que suggérer des tendances et proposer des hypothèses.

  • 6 Voir le rapport présenté à l’assemblée générale ordinaire de mars 2002 : Niqâbat muhandisîn Bayrût (...)

21Fin 2001, l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth annonçait un effectif de 25 000 adhérents6, tandis que le nombre des électeurs aux élections du printemps précédent était estimé à environ 17 000 (L’Orient le Jour, 9/4/2001). La Jordanie affiche, en 1998, des effectifs complètement disproportionnés à la taille du pays : c’est que la moitié au moins des 30 000 ingénieurs membres du syndicat travaillent alors hors du pays, essentiellement dans les pays du Golfe. On ne peut donc analyser la situation de cette catégorie professionnelle sans prendre en considération les évolutions régionales. Enfin, sur les 73 000 ingénieurs syriens recensés en 2000 (pour une population trois fois supérieure à celle de ses voisins), on ne sait pas combien travaillent (ou cherchent du travail) réellement dans le pays. En regard de la population active, la Jordanie compterait… 3 % d’ingénieurs (mais plus que 1,5 % si l’on ne compte que les seuls résidents dans le pays), la Syrie 1,8 % et le Liban 1,3 %. Mais les différences concernent surtout le poids de l’emploi public, et les filières de formation qui déterminent massivement les capacités de reconversion.

Restructuration du marché de l’emploi et montée de l’emploi précaire

22Les chiffres fournis par le syndicat des ingénieurs jordaniens sont révélateurs d’une tendance commune à l’ensemble de la région, même si elle prend vraisemblablement des formes spécifiques dans ce pays. Entre 1982 et 1998, il apparaît en effet que s’est produit un renversement significatif dans la structure de l’emploi des ingénieurs en Jordanie : alors que les effectifs d’ingénieurs travaillant dans le pays ont plus que triplé (passant de 4 200 à 15 200), l’emploi public qui, certes, a continué à progresser en chiffres absolus chute, en proportion, de plus de 10 % (passant de 50 % à 39 % du total de l’emploi des ingénieurs). Dans le même temps, les entreprises du secteur privé (industrie, services, et surtout BTP) connaissent un mouvement analogue de croissance numérique mais de recul net en pourcentage, puisque leur part régresse de 33 à 30 %. Ce sont au final les bureaux d’études qui absorbent le surplus : leurs effectifs explosent (passant de 690 à 4 600) et leur part double (de 16 à 30 % du total). Or, il est peu probable que leur activité se soit tout à coup démultipliée à ce point : selon toute vraisemblance, une part importante de l’emploi y est à temps partiel, sous-rémunérée. Cette évolution est confirmée par de nombreux observateurs qui relèvent la situation de plus en plus difficile de jeunes contraints à accepter de travailler pour des rémunérations misérables (Longuenesse, 2003).

  • 7 …ou même inclure des émigrés.
  • 8 Circulaire n° 22/b/4329/15 du 9/7/2000 du syndicat des ingénieurs.

23En Syrie, jusqu’à présent, l’emploi public reste prépondérant. Selon les chiffres du syndicat des ingénieurs de Damas, en 1999, 49 % de ses adhérents sont employés de l’administration et du secteur public (muwazzafîn). Mais cette proportion s’élève à 61 % si l’on ne prend en compte que les actifs effectivement résidents dans la capitale. Parmi les autres, 11 % seulement travaillent en cabinet, tandis que 28 % sont « indépendants » : ceci peut vouloir dire tout et n’importe quoi, et suggère autant des activités sans lien avec leur formation que des missions ponctuelles, rémunérées à la tâche, ou encore une pluriactivité combinant cours particuliers, traduction, petits travaux techniques ou de conseil7. L’État syrien était le premier employeur non seulement par le biais des ministères techniques (aménagement, irrigation, industrie, transports, communication) et des services publics (poste, transports, santé, éducation, etc.), mais aussi parce qu’il détenait les principales entreprises de BTP. Il avait en outre le monopole des activités d’études et de conseil, à travers la Société d’études et de consultation technique. Il faut ajouter que le surnombre d’ingénieurs – par comparaison au nombre souvent très inférieur de techniciens – a entraîné un déclassement massif et un sous-emploi général des capacités (Hanafi, 1997). Les bureaux indépendants, en principe individuels, faisaient de plus en plus souvent travailler nombre de jeunes ingénieurs au noir, souvent des stagiaires sous payés. De fait, sous la pression conjuguée du chômage et des entraves bureaucratiques, le développement des activités informelles et la multiplication des petites entreprises non déclarées semblent avoir été très importants dans les années 1990. Une nouvelle réglementation vient d’être promulguée, qui autorise désormais les ingénieurs à réaliser des études et à créer des sociétés de conseil8, prenant acte d’une évolution irrépressible.

Baisse des rémunérations et nouvelles différenciations : vers une segmentation régionale du marché de l’emploi ?

  • 9 S’en tenir aux chiffres bruts peut être trompeur : en effet, ils ne peuvent prendre en compte l’év (...)
  • 10 Voir le dossier in al-Muhandis al-Urduni, n° 41, 1988.
  • 11 On citera par exemple, en février 1997, une manifestation de centaines d’ingénieurs devant le mini (...)
  • 12 En 1956 le rapport était de 6,7 fois le salaire minimum. Mais le nombre d’ingénieurs était alors t (...)

24La baisse des revenus des ingénieurs employés par l’État est générale, et se traduit par un glissement vers le bas de la hiérarchie des salaires. En Syrie, si les chiffres officiels de l’inflation marquent un ralentissement dans les années 1990, les salaires de la fonction publique ne progressent que très lentement et le pouvoir d’achat connaît une importante baisse9. En Jordanie, dès 1988, la décision gouvernementale d’unifier les primes des fonctionnaires et de supprimer les primes spécifiques des ingénieurs a suscité une mobilisation massive10. Depuis cette date la question de l’amélioration des salaires et du relèvement des primes est régulièrement reposée au rythme de l’inflation11. Quant au salaire d’un ingénieur débutant dans le service public libanais, il n’y vaut plus, en 1994 que 1,62 fois le salaire minimum, alors que le rapport était de 2,46 en 197112.

25En outre, à l’heure de l’ouverture croissante des marchés aux firmes multinationales, le contraste tend à s’accuser entre les salaires locaux et ceux des ingénieurs travaillant pour ces firmes, quel que soit par ailleurs le différentiel de salaires entre ingénieurs locaux et étrangers. L’économiste libanais, Charbel Nahhas propose une grille de lecture très éclairante du marché du travail libanais, segmenté en trois sous-marchés structurés par des logiques différentes, et dans une certaine mesure opposées (Nahas, 2000) :

  • le marché des travailleurs non ou peu qualifiés, ouvert sur l’extérieur, où les coûts salariaux sont déterminés par le coût de la vie dans les pays exportateurs de main-d’œuvre ;
  • le marché des cadres hautement qualifiés, lui aussi ouvert sur l’extérieur, où les coûts salariaux sont à l’inverse déterminés par le niveau des salaires nominaux dans les riches pays d’Europe (le coût de l’enseignement supérieur étant en conséquence ajusté sur cette base…) ;
  • le marché des activités et statuts intermédiaires où la mobilité des actifs est limitée13 ; mais ce troisième marché est grignoté par le développement du premier, tout en subissant l’attraction culturelle du second.
  • 14 Voici comment la firme se présente (http ://www.dargroup.com/generic/index) : « Dar Al-Handasah (S (...)

26Le premier marché est tiré vers le bas par les travailleurs immigrés ou étrangers qui, au Liban, sont principalement syriens et palestiniens. Le second marché, à l’opposé est soumis à la pression de ces jeunes Libanais qui ont étudié et/ou travaillé en Europe ou en Amérique, et qui sont aujourd’hui employés dans des filiales de firmes multinationales, voire dans des firmes libanaises de dimension internationale : Dar al-Handasah14, par exemple, est bien aujourd’hui une société de taille internationale, rivalisant avec les plus grosses sociétés d’études occidentales. Le schéma Ch. Nahhas est donc particulièrement éclairant dans la mesure où il rend compte des clivages qui traversent la population des ingénieurs en opposant une élite « mondialisée » et une masse d’ingénieurs et architectes, jeunes ou moins jeunes, fonctionnaires ou travaillant dans de petits bureaux d’études ou sociétés de conseil. Il pourrait être aussi opératoire pour la Jordanie, même si les proportions n’y sont sans doute pas les mêmes, et si le tropisme en direction des pays du Golfe introduit probablement un segment intermédiaire. Nous verrons plus loin comment les conditions de formation contribuent à orienter la carrière des jeunes ingénieurs.

  • 15 Récit tiré d’un entretien de l’auteur avec un jeune ingénieur de l’ISSAT, rencontré en septembre 2 (...)
  • 16 Soit un peu moins de 500 euros.

27Le cas de la Syrie est différent des deux premiers pays. Le marché y est encore relativement protégé contre la pénétration des firmes étrangères. Le coût de la vie y reste relativement bas par rapport à ses voisins. Si la faiblesse des salaires du secteur public y est une source de frustration grandissante, le niveau de l’attente des jeunes ingénieurs reste inférieur à celui des Libanais ou des Jordaniens, la pression du chômage et la dévalorisation relative de leurs diplômes contribuant à réduire encore leurs exigences. Au plus, les salaires des ingénieurs les mieux placés sur le marché tendront vers un niveau intermédiaire, correspondant à ce qui est négociable sur les marchés du Golfe ou à ce qui permet à l’ingénieur syrien d’être compétitif face à un Jordanien ou à un Libanais : Ainsi, Nabil K., diplômé en 1994 d’une école d’ingénieurs de Besançon, enseignant à l’Université, a créé récemment une société de conseil aux entreprises (pour la formation assistée par ordinateur et la conception assistée par ordinateur)15. Il a embauché un ingénieur à plein temps, un second ingénieur et un technicien à temps partiel, ces deux derniers ayant par ailleurs un emploi de fonctionnaire. Son entreprise n’a pas été déclarée : il ne le fera que s’il se décide à quitter son emploi à l’université pour s’y consacrer à plein temps. Le revenu net que lui procure ce travail est aujourd’hui d’environ 25 000 LS/mois16, soit cinq fois plus que son traitement universitaire. La demande pour ce genre de service est forte sur le marché syrien, alors que les compétences sont relativement rares. Il lui arrive aussi de travailler pour la Jordanie et le Liban. L’un de ses clients libanais avait recruté auparavant un ingénieur libanais, mais ce dernier est parti… pour l’Europe. De proche en proche, l’ouverture des frontières et la circulation des « cerveaux », permet ainsi à des entreprises de se tourner vers une main-d’œuvre (ou un fournisseur de service) meilleur marché, au risque d’un éclatement et d’une segmentation du marché du travail.

  • 17 Les ingénieurs issus de l’ISSAT ont une obligation de service de 10 ans envers l’État et sont recr (...)
  • 18 La Société d’informatique syrienne est une association, créée sous le patronage de Bashshar al-Ass (...)
  • 19 Citons l’exemple d’un enseignant chercheur à l’ISSAT, ingénieur Telecom, qui travaille en 1999-200 (...)

28Les ingénieurs syriens diplômés des grandes écoles françaises, grâce à une bourse de l’ISSAT, sont censés représenter l’élite de la profession. Leur devenir est significatif des évolutions en cours dans ce pays. On note, d’une part, la défection récurrente de ceux qui, malgré les pressions et surtout les exigences exorbitantes de remboursement, choisissent de rester en France. D’autre part, nombreux sont ceux qui tentent de quitter un emploi garanti, dans un organisme public prestigieux17, dont les avantages matériels et symboliques, encore réels, suffisent de moins en moins à les retenir. La stratégie minimaliste consiste à développer des activités de traduction, d’enseignement ou de consultations techniques sans quitter cet emploi public. Impensable il y a quelques années, du fait à la fois de la longueur de la journée de travail, de l’investissement intellectuel et moral demandé aux enseignants-chercheurs de l’ISSAT, mais aussi des bonnes conditions de travail et de rémunération, cette pratique est devenue de plus en plus courante. La Société d’informatique syrienne18 est la principale instance pourvoyeuse de contrats de ce genre, sans compter, bien sûr, les relations personnelles des uns et des autres. Certains réussissent à prendre un congé pour travailler un an ou deux dans une entreprise privée, avant de réintégrer leur poste : on peut prévoir que ce ne sera pas pour longtemps19.

29En tout état de cause, la Syrie semble être au seuil d’une mutation importante, qui se répercute indissociablement dans le système d’enseignement où s’amorce aussi un mouvement de privatisation. Jusqu’à présent, la transition vers le marché a été contrôlée, ce qui a sans doute évité une crise plus grave. Cependant, la position de la Syrie dans la division du travail régionale risque de la cantonner au statut de fournisseur de main d’œuvre, parfois hautement qualifiée, et surtout moins chère : son principal « avantage comparatif » sur un marché ouvert serait le faible coût de son travail, tandis que les entrepreneurs libanais, jordaniens ou plus largement arabes, viendraient occuper le terrain des affaires. Au fractionnement de la profession par secteur d’emploi et par statut de l’employeur (public ou privé), vient ajouter une nouvelle segmentation, par nationalités.

La formation : vers de nouvelles formes de sélection ?

30Ces trois pays du Machrek ont connu un calendrier bien différent en matière de formation d’ingénieurs. Au Liban, dès l’époque mandataire, apparaissent les premières filières de génie civil dans les universités étrangères (Université américaine et Université Saint-Joseph). Il faut attendre 1946 pour que l’université syrienne se dote d’une faculté d’ingénieurs à Alep. Quant à l’université jordanienne, elle voit le jour en 1962, et la première faculté d’ingénieurs en 1975.

31La part des ingénieurs formés à l’étranger a donc été longtemps prépondérante en Jordanie. Elle reste forte au Liban jusqu’au début des années 1970. Non négligeable en Syrie, la proportion d’ingénieurs diplômés de l’étranger devenu nettement minoritaire, depuis longtemps. Ces différences ont évidemment à voir avec l’orientation du marché.

Liban, Jordanie, recul des formations à l’étranger et compétition croissante ?

32En 1982, 22 % des ingénieurs libanais sont diplômés de l’American University of Beirut (AUB), 20 % de l’ESIB au sein de l’Université Saint-Joseph (jésuite), 43,6 % de l’étranger (7 % des pays de l’Est, à peu près autant d’autres pays arabes). Mais si l’on considère les seuls six plus gros bureaux d’études, ce sont 72 % des ingénieurs qui ont été formés à l’étranger, 22 % à l’AUB et seulement 3,4 % à l’USJ (Rizk, 1993 : 25-29). Issal Saleh avait déjà souligné le fait que les ingénieurs diplômés de l’ESIB fournissaient pour l’essentiel les cadres des services de l’État et des entreprises libanaises, tandis que ceux de l’AUB s’orientaient massivement vers les pays du Golfe (Saleh, 1985).

33En 1975, l’Université libanaise (UL) s’est dotée d’une faculté de génie. À partir des années 1980, la proportion des diplômés du Liban a progressé, de même que, pour quelques années, celle des diplômés des pays de l’Est (Rizk, 1993). À la même époque, la Fondation Hariri dispensait généreusement des centaines de bourses d’études en France. En 1989, selon un sondage publié par la revue de l’Ordre, les diplômés de l’étranger ne représenteraient plus que 32 % du total, la majorité d’entre eux formés dans les pays de l’Est. Entre 1999 et 2001, les nouveaux inscrits à l’Ordre sont à aux trois quarts issus de filières libanaises (dont un tiers de l’Université libanaise), mais si l’on considère l’ensemble des membres de l’Ordre, on compte encore 37 % de diplômés de l’étranger. Pour apprécier ces évolutions, il faut évidemment tenir compte de la situation politique, qui a pu retarder ou décaler certains retours.

34Aucune enquête n’a été faite, qui permettrait de savoir vers quel type d’emploi ces nouvelles générations se sont orientées : il est probable qu’un certain nombre a réussi à rester en Occident, tandis qu’une part importante s’est dirigée vers les marchés du Golfe, particulièrement des Émirats arabes unis, où Palestiniens et Libanais constituent l’essentiel des élites techniques et d’affaires. Mais la capacité d’absorption de ces marchés n’est pas illimitée, et à leur tour ils sont atteints par la crise. Pour les dernières générations de diplômés libanais, la compétition devient de plus en plus rude, et l’on peut supposer – compte tenu de ce qui a été dit plus haut – que le lieu de formation devient de plus en plus discriminant.

  • 20 Chiffres publiés par le bureau central de statistiques : l’estimation des effectifs d’étudiants à (...)
  • 21 Peut-être faudrait-il y ajouter les 1 300 étudiants en « mathématiques et informatique ». En tout (...)

35En Jordanie, en 1984, seuls 3,6 % des ingénieurs inscrits à l’Ordre ont obtenu leur diplôme dans le pays ; en 1988, leur nombre est passé à 11,4 %. En 1981-1982, il y avait trois fois plus d’étudiants jordaniens hors du pays (61 000) que dans les universités jordaniennes (20 000) et parmi eux, une grosse majorité d’ingénieurs (15 000 à l’étranger sur un total de 17 000). En 1989-1990, moins de dix ans plus tard, les étudiants se partagent à égalité, pour un effectif total à peine supérieur20, tandis que les élèves en filière d’ingénieurs sont encore 9 100 à l’étranger sur un total de 12 70021. Encore une décennie, et le paysage est bouleversé de fond en comble : en 1999-2000, la Jordanie compte 105 000 étudiants dans le pays (dont un tiers dans des universités privées), et plus que 22 800 étudiants à l’étranger. La part des études d’ingénieur, quant à elle, a fortement baissé : elle représente à peine plus de 10 % des effectifs dans le pays, et moins de 15 % à l’étranger. La filière « mathématiques et informatique » suscite, en revanche, un engouement qui la rapproche des études de génie.

36Ces étudiants à l’étranger sont dispersés dans une très grande diversité de pays, entre Europe, Amérique, Asie et monde arabe. Autant dire que la sélection qui, ailleurs, passe par la hiérarchie de l’établissement choisi, puis, dans un second temps, par le choix d’études en Europe ou en Amérique du Nord, se fait ici en fonction du pays d’étude. Cette diversité tend toutefois à se resserrer aujourd’hui, au profit des pays arabes d’un côté, et de l’autre, des pays développés. Alors que les pays arabes représentaient le tiers des destinations en 1980, leur part atteint près de la moitié des effectifs étudiants hors de Jordanie, y compris un nombre non négligeable dans les Émirats et au Qatar, où ils séjournent en famille.

37Jusqu’aux années 1990, on sait que la moitié des ingénieurs inscrits au syndicat travaillent à l’étranger, principalement dans les pays du Golfe : cette ruée vers les études d’ingénieurs ne peut se comprendre qu’en regard de la demande des pays du Golfe. La progression de la part des universités nationales répond sans doute, en partie, à la fermeture relative des universités occidentales ; mais elle contribue à engorger des marchés de plus en plus saturés. Inversement, à la hiérarchie des filières d’études à l’étranger répond une compétition sans merci sur un marché de l’emploi fortement segmenté, où les meilleures positions sont offertes par des firmes multinationales, de plus en plus présentes dans tous les pays de la région, qui recrutent de préférence les ingénieurs formés en Occident.

Syrie : formation de masse ou sélection des meilleurs ?

  • 22 Sauf pour l’architecture où l’ancienneté d’Alep la place au premier rang.

38En Syrie, enfin, la faible différenciation des formations limite les mécanismes de sélection à une hiérarchisation largement géographique des universités, qui place Damas devant Alep22, suivie par Lattaquié et Homs. Mais ces différences sont plus symboliques que réelles, et n’influent guère sur le recrutement du secteur public. Quant aux formations à l’étranger, elles correspondaient souvent à des spécialisations pointues en lien avec une coopération technique. Aujourd’hui elles concernent un petit nombre des meilleurs étudiants destinés à revenir enseigner à l’université. Le défaut de ce système trop faiblement sélectif, incapable de faire émerger les meilleurs, encore moins de les former à un niveau d’excellence, est apparu assez tôt. Dès 1983, la création de l’ISSAT (Institut supérieur de sciences appliquées et de technologie), destiné à sélectionner et former les chercheurs du Centre d’études et de recherche scientifique (CERS), était le résultat de cette prise de conscience. Toutefois, il s’inscrivait encore dans la logique du service de l’État, d’autant que le secteur privé était trop faible pour représenter un débouché notable pour les uns (la masse des diplômés de l’université) pas plus qu’il n’était capable de tirer parti des innovations des autres (les chercheurs du CERS et de l’ISSAT).

39La taille de la Syrie – comparativement à ses petits voisins – aurait pu en faire un marché potentiellement diversifié, favorisant une différenciation des formations en lien avec la demande des entreprises. Le développement des techniques ouvrant la voie à de nouvelles compétences et de nouvelles spécialités, les universités ont tenté, dans une certaine mesure, de s’y adapter, en affinant les options, en créant de nouvelles sections au sein des facultés de génie. Ces dernières années, comme partout, l’informatique explose. Mais, un enseignant de l’ISSAT reconnaît que « la logique universitaire n’est pas propice aux spécialisations pointues demandées par les entreprises ».

40Aujourd’hui, la question d’une meilleure adéquation entre formation et marché, est posée en termes d’introduction de nouveaux modes de sélection des étudiants. L’évolution de l’ISSAT – la relative dégradation des conditions de recrutement et la fuite de ses diplômés – a fini par imposer de reconsidérer radicalement les principes fondateurs de l’institution. Ses responsables attendent avec impatience que soit enfin entérinée une proposition pourtant déjà ancienne, d’ouvrir l’Institut à des étudiants « payants ». Recrutés selon les mêmes conditions d’excellence que les boursiers, ils compenseraient la prise en charge partielle ou totale des frais de leurs études par leurs familles, par la dispense de tout engagement, et la possibilité de s’orienter directement vers le privé à la fin de leurs études. Inversement, les bourses ne seraient plus alors attribuées que selon des critères sociaux. L’objectif est de tenter de freiner le départ de ces ingénieurs vers l’étranger, et d’attirer à nouveau des étudiants de milieux plus aisés, qui fuyaient l’engagement de travailler pour l’État. Signe des temps, au même moment, la rentrée 2001-2002 a vu l’ouverture d’une institution toute nouvelle, le High Institute for Business Administration (en anglais dans le texte), sous la direction d’un des premiers boursiers de l’ISSAT, envoyé en France étudier… la gestion. De même que l’ISSAT, créé avec l’appui de la France, est devenu, après diverses péripéties, le High Institute for Applied Science and Technology (HIAST), tandis que l’anglais prenait la place du français, et l’Europe celle de la France.

Vers une privatisation de l’enseignement supérieur ?

41La fin du tabou de la sélection par l’argent autorise en Syrie la réintroduction d’établissements universitaires privés. Au début de l’année 2001, trente-huit ans après la nationalisation des établissements étrangers, la direction du parti Baas a décidé de mettre fin au monopole public sur l’enseignement supérieur (Al-Hayat, 7/2/2001). Les conséquences d’un tel tournant sont immenses. Certes, depuis de nombreuses années, des institutions privées avaient commencé à se multiplier, offrant des formations professionnelles pour les besoins des entreprises (langues, informatique, secrétariat). Mais, ce qui entre alors en jeu est la préparation à des diplômes de niveau universitaire, reconnus par l’État.

42L’héritage du socialisme baassiste est tel que la société syrienne a parfois tendance à confondre la question de la sélection scolaire avec la sélection par l’argent, l’introduction d’une forme de hiérarchisation des établissements, avec celle de la non-gratuité. Une telle confusion n’est évidemment pas sans fondement historique, et l’exemple libanais plaide dans ce sens : les établissements prestigieux sont deux fois sélectifs, par le niveau d’excellence autant que par celui des sommes nécessaires pour y accéder ! Pourtant, ces dernières années, c’est un nouveau type d’établissement qui a vu le jour au Liban comme en Jordanie : les établissements d’enseignement supérieur privés régis, par une logique strictement commerciale, se sont multipliés comme une traînée de poudre (Augé, 1997) : le succès de ces établissements privés (en 1999-2000, 35 % des étudiants du Royaume hachémite y sont inscrits) s’explique de plusieurs façons. L’accès de plus en plus difficile aux universités occidentales, pour des raisons économiques autant que politiques, bloque un nombre croissant d’étudiants dans la région, saturant les établissements existants. En Jordanie, par exemple, une solution consiste à augmenter de manière drastique les droits d’inscription. Enfin, une part importante de la clientèle de ces établissements est faite d’enfants d’émigrés ou d’anciens émigrés rentrés de l’étranger, le plus souvent du Golfe… Ajoutons qu’une caractéristique de ces établissements est, souvent, de chercher des partenariats avec des universités nord-américaines, ce qui leur permet de faire valider leur diplôme sur les marchés étrangers. Un signe de plus de la référence croissante des marchés de l’emploi à une échelle internationale plus que locale.

43Si ces établissements offrent plus souvent des formations de gestion ou d’informatique que des formations plus classiques d’ingénieurs, une telle évolution ne me semble pas moins significative pour notre propos. Pour comprendre l’évolution du statut social et socioprofessionnel des ingénieurs, c’est aussi ce glissement vers les filières de gestion et finances qu’il faudrait examiner.

Stratégies syndicales

44Les trois pays du Proche-Orient ont en commun une forme hybride d’organisation professionnelle, hésitant entre le modèle de l’ordre tel qu’on le connaît en France, et le syndicat catégoriel ou corporatiste. Les ingénieurs y disposent donc d’une niqâba mihaniyya, dite niqâbat al-muhandisîn, expression que les Libanais traduisent par « ordre des ingénieurs et architectes », allant jusqu’à utiliser un néologisme assez barbare en anglais en parlant de order of engineers and architects. Les Syriens traduisent ce terme plutôt par syndicat (en français), et par union (en anglais), et les Jordaniens, par association.

  • 23 Les architectes sont identifiés comme « ingénieurs architectes » (muhandis mi’mârî).

45Dans les trois cas, l’organisation englobe ingénieurs et architectes23, et – sauf au Liban – écarte les agronomes qui disposent de leur propre organisation. Surtout, l’adhésion y est en principe obligatoire pour bénéficier de la reconnaissance comme ingénieur, que l’on travaille dans le secteur public ou en libéral. Est-ce que cette obligation s’applique aussi dans le secteur privé industriel ? Dans la pratique, c’est incontrôlable. Enfin, ces organisations se sont donné une mission de type mutualiste, sous la forme d’assurance santé et de caisse de retraite, qui représente un avantage matériel plus ou moins significatif (mais croissant en temps de crise) et donne un autre sens à l’adhésion.

46Quel rôle ces organisations jouent-elles pour la « défense des intérêts » de leurs membres ? Comment conçoivent-elles ces intérêts ? Comment réagissent-elles face aux problèmes posés par l’aggravation du chômage, la baisse du niveau de rémunération, et de fait, la compétition accrue sur le marché ?

  • 24 Hay’at makâtib wa mu’assassât al-handassa al-istishariyya al-’arabiyya.
  • 25 Documents du 27e congrès ordinaire du Syndicat des ingénieurs, Damas, février 2001.

47Dans ce domaine, à nouveau le contraste est grand entre la Syrie et ses voisins. Mais la position du syndicat syrien est significative non seulement d’un changement radical des représentations, mais aussi d’un rapprochement avec les préoccupations des professionnels des autres pays. Il se préoccupe désormais de défendre la fin du monopole étatique sur les activités d’études et de conseil, et leur ouverture au secteur privé ; du même coup, il s’attelle à un travail de réglementation mais aussi de réflexion sur le rôle des cabinets privés nationaux ou étrangers sur le marché. Ainsi, en septembre 2001, le Premier congrès arabe des ingénieurs-conseil, organisé à Damas par le syndicat des ingénieurs syriens en coopération avec la direction des bureaux d’études et de conseil24 de la Fédération arabe des ingénieurs, parut dominé par cette question de la place des Arabes sur un marché soumis à l’hégémonie des firmes occidentales. On trouve aussi, dans le rapport annuel du syndicat, des propositions de mesure comme l’obligation pour tout projet de développement touristique de recourir à un bureau d’études syrien, l’obligation pour les organismes étrangers qui réalisent des projets en Syrie de recourir aux services de bureaux d’études locaux, avec ingénieurs syriens, l’élargissement de la liste des industries soumises à l’obligation du contrôle par un ingénieur25.

  • 26 Al-Muhandis, avril 1995, Éditorial du président.
  • 27 « As the engineering sector has more graduates than job openings, the association’s representative (...)

48De telles préoccupations font écho à celle de l’ordre libanais, dont le président affirmait, en 1995, la nécessité de protéger les ingénieurs libanais de la compétition déloyale et surtout de l’offensive des sociétés étrangères26. De même, en Jordanie, le syndicat des ingénieurs s’efforce d’imposer aux entreprises étrangères le recrutement d’ingénieurs jordaniens au-delà d’un certain nombre de salariés ou pour la réalisation de certaines tâches. Mais le plus intéressant est que le syndicat élargit cette démarche au niveau régional, en demandant aux ambassades jordaniennes dans les pays du Golfe de faire pression sur les entreprises de ces pays pour que soient employés des ingénieurs jordaniens ! Le syndicat a même des bureaux dans les États du Golfe, dont la mission est précisément d’y attirer les ingénieurs jordaniens27.

  • 28 Cf. Longuenesse (2003). Voir aussi Hourani & al. (2000).

49Sur un autre plan, on peut s’interroger sur la capacité de ce type d’organisations à prendre en charge les revendications des salariés face à des employeurs membres du même syndicat. De ce point de vue, l’exemple jordanien montre que si le syndicat est depuis longtemps très actif pour défendre les salariés du public, les problèmes de ceux du privé n’apparaissent guère : s’il lui est difficile de prendre en charge une bataille qui risquerait de le diviser, n’est-ce pas aussi du côté des représentations que se font les intéressés eux-mêmes des solutions à leurs difficultés, qu’il faut chercher la raison de leur absence de combativité ? La Jordanie est un cas d’école où le syndicat réussit à associer un activisme politique intense, particulièrement dans la lutte contre la normalisation avec Israël, avec une activité de type social (aide médicale, gestion de caisses de retraite, accès au logement) et coopératif (vente d’objet de consommation durable à prix avantageux)28.

50La compétition entre différentes catégories de diplômés et l’apparition parfois contestée de nouveaux syndicats traduisent, d’une autre manière, le rétrécissement du marché ; elles manifestent une réponse de type corporatiste. Ainsi, il y a une dizaine d’années, le syndicat des ingénieurs jordaniens, déjà en butte au surnombre des effectifs, avait ainsi tenté de résister à l’arrivée d’ingénieurs-techniciens formés dans certains établissements allemands, dont il ne voulait pas reconnaître le diplôme comme diplôme d’ingénieur. Il n’avait réussi qu’à les cantonner dans une section ad hoc, créée pour eux (Longuenesse, 1991). D’une autre manière, c’est une compétition un peu comparable qui, avec un résultat différent, a opposé au Liban ingénieurs et topographes, les premiers prétendants garder le monopole de certains travaux au détriment des ingénieurs topographes, et contestant formellement la création, en 1996, d’un ordre des topographes. On voit bien qu’il s’agit, à chaque fois, dans un contexte de rétrécissement du marché de l’emploi, de tenter de fermer l’accès à certains emplois, en la réservant à une catégorie de diplômés, à l’exclusion de diplômes considérés comme inférieurs. Ce mécanisme rappelle la réaction des ingénieurs européens face à la crise des années 1930 (Grelon, 1986).

Conclusion

51Si les ingénieurs s’affirment comme détenteurs d’un savoir et d’une expertise qui légitime une position socioprofessionnelle prestigieuse, le degré de contrôle qu’ils peuvent avoir sur le segment du marché du travail où ils s’inscrivent est très variable. La protection du titre ou l’obligation d’adhérer à l’organisation professionnelle pour accéder à certains emplois, sont deux types de stratégies en ce sens. C’est dans la relation avec le marché, d’un côté, employeurs ou clients avec l’État, de l’autre, que se construit une stratégie professionnelle, en s’ajustant aux contraintes du contexte et du moment.

52Claude Dubar et Pierre Tripier (1998 : 21-47) ont proposé trois modèles idéal-typiques de profession : le modèle français du corps, exemplifié par les grands corps d’ingénieurs d’État ; le modèle germanique ou anglais de la communauté de pairs, représenté par les associations professionnelles britanniques, jouissant d’une autonomie professionnelle certifiée par une charte royale qui leur permet de délivrer des titres de chartered engineer ou de chartered accountant ; enfin, le modèle libéral, le plus récent, pour une part issu du second, mais marqué par l’individualisme et l’idéologie du marché. À ces trois modèles, il faudrait sans doute adjoindre un modèle colonial, fait de variantes selon les formes de la colonisation, mais dont le trait commun serait la dépendance à l’égard de la société et de l’administration coloniale (Johnson, 1973), et la distance d’avec la société locale. Dans les pays ayant vécu une décolonisation, le modèle dominant ne serait ni celui de l’ingénieur d’État, ni celui de la profession libérale, mais celui du « bureaucrate » (Longuenesse, 1990) de l’ingénieur du secteur public, à la fois soumis au pouvoir politique, et caution, garant, de son projet social de développement.

  • 29 « Jordanian IT graduates develop software for Belgian seaport terminal », Jordan Times, Amman, 10/ (...)

53Aujourd’hui partout dans le monde, c’est à la généralisation ultime du modèle libéral du marché que l’on assiste : le mouvement englobe les pays ayant un temps opté pour un mode de développement dirigé par l’État, ce qui n’interdit pas pour autant la manifestation de formes diverses d’adaptation et de résistance. C’est dans ce contexte que s’inscrivent les évolutions du Maghreb comme du Machrek. On assiste dans ces régions à un recul plus ou moins important de l’emploi public et à une progression de l’emploi dans le secteur privé, avec une dominante plus ou moins forte du secteur de la construction et des bureaux d’études et une forte progression de l’activité de conseil, en particulier dans le domaine des nouvelles technologies. Se dessine du même coup, une redéfinition de la division du travail entre nord et sud ou même entre pays inégalement insérés sur le marché mondial. L’exemple récent, mis en évidence par la presse jordanienne, de ces jeunes ingénieurs qui auraient développé (à partir de leur bureau d’Amman) un système de gestion de l’information permettant de réguler l’activité d’exportation de véhicules dans le port d’Anvers29, me paraît tout à fait exemplaire d’une évolution qui touche particulièrement le domaine des nouvelles technologies. Dans le même temps, à contre-courant de l’idéologie de la réussite individuelle, les nouvelles formes de différenciations socio-économiques résultant du durcissement de la compétition sur le marché, marquent un retour du poids des héritages sociaux, un moment occultés par la mise à l’écart des anciennes classes dominantes. Sur un marché à la fois régionalisé (articulé sur les pays de la péninsule Arabique), et pour certains segments professionnels orientés vers les pays du Nord, la manière dont ces différenciations s’inscrivent dans les différents espaces national, régional et international, mériterait une enquête particulière.

  • 30 Synthèse d’héritage ottoman et de métissage entre influences française et anglaise.

54En conclusion, c’est du côté des organisations professionnelles que se maintiennent, semble-t-il, des particularités régionales, opposant Occident et Orient arabes, dans les formes institutionnelles, comme dans les représentations qui les accompagnent. Doit-on y voir la prégnance de certains héritages historiques, une construction levantine – ou syrienne – du nationalisme arabe30 ? Celle-ci ne soutiendrait-elle pas une forme de corporatisme professionnel marqué par le monopole d’organisations conjuguant de multiples fonctions, et surtout continuant à se penser comme représentant une élite responsable du développement de son pays ? Ou doit-on y voir l’effet de dynamiques sociales liées aux conditions de la lutte nationale et qui tiendrait à se généraliser à d’autres pays ? L’étude du rôle des organisations professionnelles au Maghreb, à peine amorcée, apporterait sans doute des éléments de réponse.

Bibliographie

Bibliographie

AKKACHE Ahmad, « Ingénieurs et emploi, quelques données sur l’Algérie », in LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990.

AUGÉ Jean-Christophe, « Systèmes d’enseignement supérieur et populations étudiantes en Jordanie : pistes de recherche », Jordanies, 1997.

Le public du privé : qui fréquente les universités privées nouvellement créées en Jordanie et pourquoi ? Mémoire de DEA, Paris, IEP, 1996.

BENSEDRINE Said, GOBE Éric, « Les ingénieurs tunisiens dans le système éducatif : quel modèle de formation pour les cadres techniques ? », in GOBE Éric (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation, Tunis, IRMC, 2001.

DUBAR Claude & TRIPIER Pierre, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 1998.

GRELON André (dir.), Les ingénieurs de la crise, Paris, EHESS, 1986.

HANAFI Sari, La Syrie des ingénieurs, Paris, Karthala, 1997.

– « Ingénieurs et ouverture économique en Syrie et en Égypte. Un groupe professionnel en quête d’identité », Revue Tiers-Monde, n° 143, juillet-septembre 1995.

HOURANI Hani & al., Professional Associations and the Challenges of Democratic transformation in Jordan, Amman, Al-Urdun al-Jadid/Konrad Adenauer Stiftung, 2000.

JOHNSON Terry, « Imperialism and the Professions. Notes on the Development of Professional Occupations in Britains’s Colonies and the New States », in HALMOS Paul (ed.), Professionalisation and Social Change, Keele, Staffordshire, 1973.

LONGUENESSE Élisabeth, « Les syndicats professionnels, Enjeux de société et luttes nationales », in BOCCO Riccardo (dir.), Le Royaume hachémite de Jordanie. Identités sociales, politiques de développement et construction étatique, Paris, Karthala, à paraître en 2003.

– « Ingénieurs au Proche-Orient : Liban, Syrie, Jordanie », Sociétés contemporaines, n° 6, 1991.

– (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990.

NAHHAS Charbel, « L’économie libanaise et ses déséquilibres », Monde arabe Maghreb-Machrek, n° 169, juillet-septembre 2000.

RIZK Abdallah, « Les ingénieurs libanais, entre inflation des effectifs et besoins du marché du travail », Al-Mohandess, n° 2, décembre 1993 (en arabe).

SALEH Issal, « Migration et marché de l’emploi des ingénieurs et architectes au Liban », in Migrations et changements sociaux au Moyen-Orient, Beyrouth, CERMOC, 1985.

VAN HEAR Nicholas, « L’impact des rapatriements forcés vers la Jordanie et le Yémen pendant la guerre du Golfe », in BOCCO Riccardo, DJALILI Mohammad-Reza (dir.), Moyen-Orient, Migrations, Démocratisation, Médiations, Paris, PUF, 1994.

VERMEREN Pierre, « De quels ingénieurs parle-t-on ? Situation et trajectoire des ingénieurs des grandes écoles. Le cas du Maroc », communication présentée à la rencontre intermédiaire de Rabat du programme Ingénieurs et société au Maghreb, (2/2/2000), à paraître dans la REMMM, 2003.

Notes

1 Sari Hanafi remarque que les deux tiers des membres de l’association des hommes d’affaires égyptiens sont des ingénieurs.

2 Ratifié le 2 mai 2002.

3 Effets positifs qui sont plus sûrement la conséquence très conjoncturelle du retour des émigrés du Koweït, certains rapatriant avec eux des capitaux relativement importants. Cf. Van Hear (1994).

4 « Privatization, a source of concern, as foreign investment grows », The Star, 9 mai 2002 (Amman).

5 Rappelons que si, dans les trois pays, les architectes sont inclus dans la même organisation que les autres ingénieurs, seul le Liban y associe les agronomes, qui ont une organisation indépendante dans les deux autres pays.

6 Voir le rapport présenté à l’assemblée générale ordinaire de mars 2002 : Niqâbat muhandisîn Bayrût, al-Ijtimâ’ al-‘Adî li-Hay’ at al-mundûbîn, mars 2002, p. 22 et p. 39 et suiv. Cet effectif se répartit entre 21 244 membres actifs à jour de cotisation, auxquels s’ajoutent 3 117 rayés pour défaut de cotisation, et 636 retraités.

7 …ou même inclure des émigrés.

8 Circulaire n° 22/b/4329/15 du 9/7/2000 du syndicat des ingénieurs.

9 S’en tenir aux chiffres bruts peut être trompeur : en effet, ils ne peuvent prendre en compte l’évolution de la consommation et des besoins d’une société où les changements très rapides sont sources de frustrations d’autant plus sensibles.

10 Voir le dossier in al-Muhandis al-Urduni, n° 41, 1988.

11 On citera par exemple, en février 1997, une manifestation de centaines d’ingénieurs devant le ministère des Travaux publics pour l’augmentation des primes dans le secteur public (Jordan Times, 22/2/97, al-Ray, 16-23/2/97).

12 En 1956 le rapport était de 6,7 fois le salaire minimum. Mais le nombre d’ingénieurs était alors très faible, de sorte qu’ils étaient recrutés d’emblée à un niveau de responsabilité beaucoup plus élevé. Voir l’étude publiée par al-Muhandis, revue de l’Ordre des ingénieurs, novembre 1995.

13 À ce marché, dit-il, s’adressent les institutions sociales, sécurité sociale, syndicats, qui ne sont en revanche pas concernés par les deux autres marchés.

14 Voici comment la firme se présente (http ://www.dargroup.com/generic/index) : « Dar Al-Handasah (Shair and Partners) is a leading international consultancy specializing in architecture, engineering, planning, environment and economics. Founded in 1956, today the firm is ranked as one of the largest design and engineering practice in the world. With main operations in London, Cairo and Beirut, Dar is staffed with over 4,000 professionals located in 50 offices around the globe ».

15 Récit tiré d’un entretien de l’auteur avec un jeune ingénieur de l’ISSAT, rencontré en septembre 2001, à Damas. Par discrétion, le nom a été changé.

16 Soit un peu moins de 500 euros.

17 Les ingénieurs issus de l’ISSAT ont une obligation de service de 10 ans envers l’État et sont recrutés au CERS (Centre d’études et de recherche scientifique) ou à l’ISSAT même.

18 La Société d’informatique syrienne est une association, créée sous le patronage de Bashshar al-Assad, quelques années avant son accession à la présidence : « The Syrian Computer Society (SCS) was founded in 1989, as a non-profit organization based in Damascus. SCS extends its membership today to more than 2,500 members and 1,500 associate members in Syria, among whom are Syrian scholars, university professors, engineers, computer specialists, public sector professionals and private entrepreneurs ». (http ://www.scs-syria.com/profile.html).

19 Citons l’exemple d’un enseignant chercheur à l’ISSAT, ingénieur Telecom, qui travaille en 1999-2000 pour la société Syrian Business Machine. L’année suivante, son congé n’est pas renouvelé, mais il est mis à disposition de l’Université de Damas, pour monter la nouvelle faculté d’informatique.

20 Chiffres publiés par le bureau central de statistiques : l’estimation des effectifs d’étudiants à l’étranger est sans doute à prendre avec précaution.

21 Peut-être faudrait-il y ajouter les 1 300 étudiants en « mathématiques et informatique ». En tout état de cause, on reste loin des effectifs de 1981-1982.

22 Sauf pour l’architecture où l’ancienneté d’Alep la place au premier rang.

23 Les architectes sont identifiés comme « ingénieurs architectes » (muhandis mi’mârî).

24 Hay’at makâtib wa mu’assassât al-handassa al-istishariyya al-’arabiyya.

25 Documents du 27e congrès ordinaire du Syndicat des ingénieurs, Damas, février 2001.

26 Al-Muhandis, avril 1995, Éditorial du président.

27 « As the engineering sector has more graduates than job openings, the association’s representative offices in the Gulf States look to bring engineers from Jordan to work in the Gulf ». Cf. « Unemployment for engineers drops from 8,5 % to 7 % » (Jordan Times, 1er-2 mai 2002).

28 Cf. Longuenesse (2003). Voir aussi Hourani & al. (2000).

29 « Jordanian IT graduates develop software for Belgian seaport terminal », Jordan Times, Amman, 10/03/2002.

30 Synthèse d’héritage ottoman et de métissage entre influences française et anglaise.

Auteur

Sociologue, chercheur au Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO-CNRS), Lyon

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable