Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

V. Professionalités d’ingénieur

Femme, ingénieur et fonctionnaire au Maroc

Kamal Mellakh

Texte intégral

1Au Maroc, l’augmentation du nombre des femmes parmi les ingénieurs fonctionnaires participe d’un mouvement plus global qui traverse le monde du travail depuis le début des années 1980 : la montée en puissance du travail féminin au sein de l’administration publique qui a longtemps représenté le pôle principal du secteur salarial dit « moderne ». De fait, la fonction publique marocaine, par ces recrutements, a contribué à rendre visible le statut social professionnel des femmes. Par la suite, la féminisation d’un nombre croissant d’emplois, liés notamment à l’enseignement, à la santé et à l’administration a érigé « la femme fonctionnaire » en une figure attractive dans l’imaginaire scolaire des contingents des lycéennes qui ont rejoint l’université durant les années 1970 et 1980 (Mellakh, 1997 & 2000). Cette massification de l’enseignement supérieur a favorisé l’émergence d’une proportion non négligeable de diplômées de l’université et des écoles nationales d’ingénieurs. Ces évolutions sociales et scolaires ont permis à un nombre croissant de femmes, au Maroc comme dans d’autres pays arabes, d’investir des professions longtemps marquées par une hégémonie masculine. L’exemple des femmes ingénieurs en activité dans la fonction publique est édifiant à ce sujet. L’augmentation du nombre de femmes ingénieurs et cadres techniques ne doit toutefois pas occulter le fait que l’accès à la scolarisation de base, a fortiori pour les filles, est loin d’être généralisé au Maroc.

Une consécration scolaire en quête de reconnaissance socioprofessionnelle

  • 1 Direction de la statistique, Recensement général de la population et de l’habitat en 1994, Rabat, (...)

2Les diplômées des écoles nationales d’ingénieurs ont ouvert une brèche au sein d’un système scolaire marqué par une forte différenciation entre les sexes. L’accès inégal à l’école en fonction du sexe n’est pas spécifiquement lié aux structures scolaires marocaines. Cependant, force est de reconnaître que la forme et la portée de ces distinctions sont variables selon les normes économiques, sociales et culturelles de chaque société. Dans le contexte socioculturel marocain où l’accès à l’enseignement de base demeure limité, et la différenciation entre filles et garçons s’opère non seulement au cours de la trajectoire scolaire (orientation et cursus scolaire), mais aussi dès le départ (accès à l’école primaire et donc à l’écriture et la lecture), l’analphabétisme, qui concerne les deux sexes, est nettement plus répandu chez les femmes. D’après le dernier recensement général de la population réalisé en 1994, près de 7 femmes sur 10 contre 4 hommes sur 10 sont analphabètes. Pour les jeunes âgés de moins de 25 ans, le taux d’analphabétisme est presque deux fois plus fort chez les filles que chez les garçons1. L’écart filles/garçons constitue encore aujourd’hui une des caractéristiques de l’accès à la scolarisation au Maroc. Malgré un taux d’accroissement des effectifs scolaires de 46 % entre 1958 et 1990, moins d’une fille sur deux fréquente l’enseignement primaire. On retrouve cet écart initial tout au long de la scolarité.

Tableau 1. Répartition de la population scolarisée (en %) par sexe en fonction du niveau d’enseignement

Niveau

Filles

Garçons

Ensemble

Coraique

36

64

100

Fondamental

41

59

100

Secondaire

42

58

100

Supérieur

40

60

100

Total

41

59

100

Source : Direction de la statistique, Recensement général de la population et de l’habitat en 1994, Rabat, pp. 58-59

3Toutefois, les filles ont vu leur situation s’améliorer considérablement depuis l’indépendance (Kadmiri, 1994). Les effectifs féminins dans le secondaire ont été multipliés par dix entre 1966 et 1980, alors que les effectifs masculins n’ont été multipliés que par cinq. L’évolution est encore plus spectaculaire au niveau de l’enseignement supérieur, puisque entre 1965 et 1990, le nombre des filles a été multiplié par 80 contre 18 pour les garçons.

  • 2 Conseil national de la jeunesse et de l’avenir, Enquête nationale auprès des jeunes 1993. Éducatio (...)

4Cependant, il convient de ne pas perdre de vue les écarts considérables qui persistent entre les deux sexes dans l’accès aux différents niveaux d’enseignement. En milieu urbain, une fille sur quatre n’a pas fréquenté l’école2 et des décalages considérables existent entre les effectifs scolarisés et effectifs scolarisables chez les filles. À cet égard, seulement une fille sur deux fréquente l’école primaire, une sur trois accède au secondaire et seulement 6 % s’inscrivent à l’université. Les femmes diplômées de l’enseignement supérieur paraissent ainsi comme des figures d’exception. Néanmoins on notera qu’une fois insérées dans un système éducatif fortement marqué par les déperditions scolaires, les filles abandonnent moins leur scolarité que les garçons et ont des performances scolaires meilleures (Chedati, 1994). Leur présence dans un espace de formation supérieur fortement sélectif, comme celui des écoles d’ingénieurs, marque une progression de la réussite scolaire. Si les filles demeurent minoritaires dans les formations d’ingénieurs, leur nombre n’a cessé de croître : la proportion d’inscrites dans les écoles d’ingénieurs est passée de 1,8 % en 1975, 15,6 % en 1990 à 20 % en 1996, ce dernier chiffre étant légèrement supérieur à celui que l’on trouve en France (Marry, 1989 : 299-300).

Tableau 2. Évolution des taux de féminisation des branches scientifiques et techniques (en %)

1974-1975

1989-1990

1994-1995

1995-1996

Sciences exactes

17,9

30,9

29,0

29,5

Sciences techniques

-

-

28,7

26,8

Technologie

-

15,7

39,2

38,9

Sciences de l’ingénieur

1,8

15,6

18,8

20,0

Médecine et pharmacie

22,7

32,2

47,8

50,6

Médecine dentaire

-

41,3

59,8

64,1

Source : ministère de l’Enseignement supérieur et de la formation des cadres

5En dépit de leur plus grande place dans les formations scientifiques et techniques, ces femmes ne bénéficient pas – dans leur immense majorité – d’une reconnaissance professionnelle en adéquation avec leurs qualifications et diplômes. Elles accèdent difficilement à des postes de responsabilité, malgré leur entrée massive dans le corps des ingénieurs d’État au cours de la décennie 1990. Pour tenter de rendre compte de ce constat, on s’est intéressé aux femmes ingénieurs fonctionnaires. Il s’agit de connaître leur origine sociale, le type de rapports qu’elles entretiennent avec leur hiérarchie, ainsi que leurs dispositions professionnelles. Une enquête menée auprès des femmes cadres en activité au ministère de l’Agriculture (Mellakh & Legdali, 2000), l’un des départements ministériels marocains qui recrutent le plus d’ingénieurs nous donne quelques éléments de réponse.

6Le travail d’enquête par questionnaires a été conduit en 1999 dans les différents départements du ministère de l’Agriculture (directions centrales à Rabat, délégations provinciales et services extérieurs). Plusieurs rencontres ont été organisées au sein de directions centrales et provinciales dans le but de distribuer et de collecter les questionnaires sur place. Au total, 373 femmes ont répondu sur la base d’une population de référence composée de 445 femmes cadres et ingénieurs en activité.

7L’enquête s’articulait autour de plusieurs modules : les caractéristiques familiales, les compétences mises en œuvre, les relations professionnelles, les dispositions professionnelles à l’égard de la carrière et la responsabilité, etc. Près de 70 % des enquêtées ont le titre d’ingénieurs (254), 50 sont administrateurs, 25 vétérinaires, 26 informaticiennes, et sept étaient des contrôleurs-conservateurs : 11 d’entre elles n’ont pas précisé quelles étaient leurs fonctions.

Tableau 3. Sous-échantillon des femmes ingénieurs interrogées par zone d’affectation

Effectifs

Pourcentage

Directions centrales (Rabat)

122

48,1

Services extérieur (hors Rabat)

132

51,9

Total

254

100

Source : Enquête de Kamel Mellakh et Nadia Legdali auprès des femmes ingénieurs et cadres du ministère de l’Agriculture 1999-2000

8Pour mieux situer ces femmes ingénieurs, il paraît utile, avant de présenter les résultats de l’enquête, de comparer brièvement la situation des hommes et des femmes, cadres et ingénieurs, en matière d’effectifs, de grades, d’entité d’affectation, de carrière, etc. Cette comparaison est le fruit d’une analyse statistique effectuée à partir d’une exploitation de la base de données du ministère de l’Agriculture comprenant les dossiers administratifs des fonctionnaires en activité.

Disparités entre cadres fonctionnaires selon le sexe

9Les femmes constituent une forte minorité au sein du ministère de l’Agriculture (22 %). Le personnel féminin, comme dans toute la fonction publique, se concentre sur les tâches d’exécution : plus de la moitié (52 %) se consacrent le plus souvent à des tâches de secrétariat. Les femmes ingénieurs et cadres ne représentent que 4,7 % de l’ensemble des fonctionnaires (toutes catégories confondues) et 16 % des cadres et ingénieurs.

10Ces dernières sont nettement plus concentrées dans les directions et les administrations centrales : 46 % des femmes contre 30 % des hommes. La région de Rabat apparaît comme le pôle d’attraction le plus important : une femme sur deux est affectée dans la capitale marocaine. Elles sont en revanche nettement moins présentes dans les autres grandes villes marocaines : Casablanca (5 %), Marrakech (4,7 %) et Meknès (3,5 %).

11L’évolution de carrière est par ailleurs moins intéressante pour les femmes que pour les hommes. Seulement le quart (26 %) des femmes ingénieurs et cadres ont progressé dans leur carrière contre les trois quarts des hommes. Les femmes cadres accèdent, dans de moins grandes proportions, aux postes de responsabilité. Elles demeurent en retrait des fonctions dirigeantes les plus élevées (très peu sont ingénieurs en chef) dont l’accès dépend en théorie de l’ancienneté. Cet écart pourrait s’expliquer par leur jeune âge et le manque d’expérience professionnelle : un peu plus de la moitié (54 %) d’entre elles ont été recrutées récemment (depuis 1994). En revanche seulement 17 % des hommes sont entrés dans l’administration depuis cette date. Mais cette donnée est insuffisante pour rendre compte de l’accès différentiel aux grades les plus élevés : alors que 25 % des hommes ingénieurs et cadres occupe un poste de responsabilité, cette proportion est seulement de 1,7 % chez les femmes.

12Le recrutement des femmes fonctionnaires (toutes catégories confondues) a été marqué par une augmentation importante pendant la décennie 1970. Durant les années 1980 et 1990, sous les effets de l’austérité budgétaire, les recrutements sont devenus plus sélectifs. Au sein du ministère de l’Agriculture, depuis l’indépendance (1956), l’emploi des hommes a fortement progressé durant la décennie 1970 et le début des années 1980. En revanche les femmes ne sont entrées au ministère qu’à partir des années 1990. En effet, 74,5 % des femmes cadres ont été recrutées durant cette dernière décennie contre 24 % pour les hommes. Après avoir connu une baisse durant la deuxième moitié des années 1980, le recrutement des ingénieurs et cadres a de nouveau légèrement progressé pendant les années 1990. Cette relance est en partie liée aux programmes nationaux de lutte contre le chômage des cadres qui n’épargne plus les ingénieurs. Mais globalement, la cadence de ces recrutements a connu une nette régression chez les hommes à partir de la moitié des années 1980. La même tendance est observée chez les femmes, mais de façon moins importante. En effet, les années 1990 se distinguent des années antérieures par un recrutement plus important de femmes (voir supra). Peut-on définir le profil de ces femmes ingénieurs qui ont intégré le ministère de l’Agriculture depuis le milieu de la décennie 1990 ?

Une conquête des fractions modestes des « classes moyennes »

13Près de la moitié des femmes ingénieurs (44,6 %) sont filles de fonctionnaires. Celles dont le père est ouvrier ou artisan sont nettement minoritaires (respectivement 4,6 % et 2,6 %), alors que 17,9 % des femmes ingénieurs sont filles de commerçant.

Tableau 4. Profession des parents des femmes ingénieurs fonctionnaires (en %)

Le père

La mère

Sans profession

6,7

87,4

Ouvrier

4,6

0,4

Artisan

2,6

0,4

Commerçant

17,9

-

Fonctionnaire

44,6

11,3

Employé au privé

4,1

0,4

Professions libérales

7,7

-

Entrepreneur

1,0

-

Autre professions

10,8

-

Total

100

100

Source : Enquête de Kamel Mellakh et Nadia Legdali auprès des femmes ingénieurs et cadres du ministère de l’Agriculture 1999-2000

14Les pères de ces femmes ingénieurs exercent peu dans le secteur privé et dans des proportions moins grandes que les pères des hommes ingénieurs. Issues pour la plupart des couches sociales intermédiaires, l’accès au statut d’ingénieur fonctionnaire constitue pour les femmes titulaires d’un diplôme d’ingénieur, une réelle promotion sociale dans un contexte socioculturel où les femmes ont beaucoup de mal à accéder aux professions supérieures. Par ailleurs, ces femmes ingénieurs sont massivement issues des familles dont la mère est une femme au foyer (87,4 %). Elles rompent avec un modèle familial en se rangeant dans la catégorie des femmes actives diplômées et urbanisées.

15Les femmes ingénieurs ont, pour la plupart, des origines urbaines (65,5 % sont nées dans une grande ville). Elles renforcent leur position sociale en choisissant un conjoint de même statut professionnel et de même niveau d’instruction (Barkallil & Naciri, 1992). « L’homogamie conjugale » les caractérise puisque 93 % d’entre elles sont mariées avec des hommes diplômés du supérieur et, plus précisément, 40,3 % sont mariées avec des ingénieurs. Mais on notera que ce type d’alliance matrimoniale procurant des ressources matérielles et symboliques est difficile d’accès pour les femmes qui travaillent dans les services extérieurs du ministère de l’Agriculture (hors de Rabat). En atteste le taux de célibat qui est plus fort chez les femmes (37 %) que chez les hommes (12 %). Près de la moitié des femmes affectées dans les services extérieurs sont célibataires (48 %) (Mellakh & Legdali, 2000).

16D’une manière générale, la majorité des femmes ingénieurs fonctionnaires appartient aux fractions modestes des classes moyennes (fonctionnaires, employés, enseignants, etc.). Diplômées des écoles nationales d’ingénieurs, elles ont intégré les différents services de la fonction publique, contribuant ainsi à étoffer le groupe des ingénieurs qui constitue au Maroc un corps d’État par excellence. Si au lendemain de l’indépendance, les ingénieurs ont pu investir un secteur étatique qui leur garantissait la stabilité de l’emploi et la promotion sociale, ils sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à vivre la dégradation de leurs conditions de travail. Depuis le début des années 1990, cette catégorie des ingénieurs fonctionnaires doit faire face à des restrictions budgétaires et au blocage de l’évolution de leur carrière.

Mise en œuvre des compétences et conditions de travail au sein de la fonction publique : une logique de défaillance

17La question des fonctions exercées par les femmes ingénieurs en activité dans la fonction publique met en jeu une composante majeure de la figure de l’ingénieur fonctionnaire marocain : il existe aujourd’hui un décalage entre le titre et le poste qui laisse apparaître une certaine bureaucratisation du métier. L’administration où évolue la majorité des ingénieurs fonctionne selon un modèle de carrière administrative. Ceci rend difficile la valorisation des compétences techniques initialement acquises et place ces ingénieurs dans une situation concurrentielle face au corps très influent des administrateurs. Dans un tel contexte, la catégorie des femmes ingénieurs paraît vulnérable. La plupart d’entre elles estiment que leurs compétences acquises ne sont pas suffisamment valorisées et que les possibilités d’épanouissement professionnel sont rares. Exerçant des activités peu adéquates avec leur niveau et domaine de formation (42,2 %), elles sont ainsi exposées à un processus de déqualification. Seulement 19,1 % des femmes ingénieurs déclarent qu’elles exercent une activité de conception, censée caractériser le travail du cadre, alors que le tiers se cantonnent uniquement à l’exécution de tâches.

Tableau 5. Niveau d’intervention des femmes ingénieurs fonctionnaires dans les activités professionnelles (en %)

Conception

Exécution

Les deux

Total

Directions centrales (Rabat)

20,2

31,1

48,7

100

Sendees extérieurs (hors Rabat)

18,1

36,2

45,7

100

Total

19,1

33,6

47,3

100

Source : Enquête de Kamel Mellakh et Nadia Legdali auprès des femmes ingénieurs et cadres du ministère de l’Agriculture 1999-2000

18Les occasions d’améliorer leurs compétences, par la formation continue, sont également réduites : 39,8 % des femmes ingénieurs n’ont jamais pu accéder à ces formations. En outre, la valorisation de leurs compétences se trouve entravée par la défaillance de l’encadrement et la communication professionnelle. Une femme sur deux déclare ne pas être encadrée par hiérarchie (50,6 %). La plupart estiment que rarement le supérieur hiérarchique les orientent dans leur travail (70,5 %), tient compte de leurs remarques (74,5 %), les encourage (65,7 %), délègue le travail (52,4 %) ou reconnaît les efforts qu’elles déploient (61,4 %).

Tableau 6. Quelle est l’attitude de votre supérieur hiérarchique vis-à-vis de votre travail ? (en %)

Souvent

Rarement

Total

Suit compte de vos remarques

58,6

41,4

100

Tient compte de vos remarques

25,5

74,5

100

Vous encourage

34,6

65,7

100

Vous délègue le travail

47,6

52,4

100

Fait confiance en vos capacités

50,2

49,8

100

Reconnaît les efforts que vous déployez

38,6

61,4

100

Vous oriente dans votre travail

29,5

70,5

100

Source : Enquête de Kamel Mellakh et Nadia Legdali auprès des femmes ingénieurs et cadres du ministère de l’Agriculture 1999-2000.

19Le caractère administratif et hiérarchique de la gestion des ressources humaines au sein de la fonction publique n’est pas toujours favorable à des relations de coopération et de communication : 46,7 % déclarent éprouver des difficultés de communication avec la hiérarchie administrative. Ces femmes ingénieurs insistent aussi sur la dégradation des conditions de travail au sein de l’administration : manque de salubrité, insuffisance des outils de travail, dégradation de l’état des équipements, difficultés pour partir en mission, etc. Les ingénieurs fonctionnaires, de manière générale, considèrent les missions sur le terrain comme source d’ouverture et d’épanouissement professionnel procurant des avantages matériels et symboliques. Mais une proportion importante des femmes ne peuvent pas en bénéficier (45,1 %), car elles estiment faire l’objet de discrimination. À ce propos, 37,5 % ne manquent pas de relever une multitude de situations jugées discriminatoires. Les femmes ingénieurs fonctionnaires n’hésitent pas à incriminer le favoritisme dont les hommes bénéficieraient dans certains domaines, notamment au sujet de l’obtention des indemnités de mission, de l’accès à des postes de responsabilité et des caractéristiques du travail qui leur est demandé.

Tableau 7. Sujets de discriminations les plus citées par les femmes ingénieurs fonctionnaires

thèmes cités

Pourcentages**

L’importance et la nature du travail attribué

25,4

Descriptions vis-à-vis des administrateurs

18,3

L
’accès aux postes de responsabilité

15,5

Les indemnités et les déplacements

11,3

L’encadrement

5,6

Source : Enquête de Kamel Mellakh et Nadia Legdali auprès des femmes ingénieurs et cadres du ministère de l’Agriculture 1999-2000
**nb : proportion des femmes ingénieurs ayant évoqué le thème dans leurs réponses

20Ces pratiques discriminatoires les rendent pessimistes sur les possibilités de progresser dans leur carrière au sein de la fonction publique. Elles n’hésitent pas à affirmer qu’elles sont prêtes à accéder à des postes de responsabilité et des échelons de prise de décision compatibles avec leurs compétences (58,1 %). Mais elles ne manquent pas de souligner que l’accès à ces fonctions de responsabilité répond surtout sur des critères subjectifs. Invitées à exprimer leur avis sur la façon dont s’opèrent les nominations aux postes de responsabilités, 67,5 % jugent que les critères de sélection se fondent sur les relations personnelles et le soutien des supérieurs hiérarchiques. Seulement 14,8 % d’entre elles considèrent que les responsables sont désignés en fonction de leurs compétences professionnelles. Dans ces conditions, on ne sera guère surpris qu’elles soient 82,4 % à estimer que le déroulement de leur carrière ne concorde pas avec leurs projets initiaux. L’insatisfaction est telle que plus de la moitié envisage de quitter l’administration qui les emploie (58,3 %). Mais l’analyse des créneaux de sortie les plus cités montre que ces femmes ingénieurs cherchent plutôt à réaffirmer leur statut d’ingénieur fonctionnaire : 42,8 % souhaitent intégrer une autre administration jugée plus valorisante, alors que seulement 7,2 % envisagent de travailler dans le secteur privé.

En guise de conclusion : quel devenir pour le corps féminin des ingénieurs fonctionnaires ?

21Certes, l’institution scolaire au Maroc a donné une meilleure place aux filles (qualifications et diplômes), mais elles accèdent difficilement aux postes de décision, et n’occupent souvent que des emplois administratifs subalternes. Ce raisonnement doit être nuancé : avec leur entrée massive dans le corps des ingénieurs d’État ces dernières années, ces femmes ingénieurs contribuent à accroître la visibilité des femmes marocaines dans les champs professionnel et social.

22Le statut d’ingénieur d’État continue aujourd’hui à susciter des vocations, car pendant longtemps les lauréats des écoles nationales de formation de cadres techniques et scientifiques ont trouvé dans la fonction publique un débouché garantissant la stabilité de l’emploi, une carrière toute tracée et une promotion sociale. La figure de « l’ingénieur fonctionnaire » s’est progressivement affirmée dans les années 1960 et 1970 comme emblématique de la réussite scolaire et sociale, exerçant un réel pouvoir de fascination auprès des différentes générations de lycéens (Mellakh, 1997). L’accès au diplôme d’ingénieur, et par conséquent au grade d’ingénieur d’État, est ainsi devenu objet de stratégies familiales et de compétitions sociales (Ibaaquil, 1996). Pour ces jeunes diplômés et leurs familles, l’obtention d’un emploi de cadre technique dans les services publics est signe de promotion sociale. Face à la pression de cette demande sociale, les flux d’ingénieurs diplômés des écoles nationales vers les différents services de l’État n’ont cessé de croître, contribuant à gonfler l’effectif des cadres de la fonction publique. Aujourd’hui, la plupart de ces ingénieurs appartiennent à la masse de cadres moyens qui occupent des postes intermédiaires dans la hiérarchie administrative. Leurs pratiques professionnelles laissent apparaître un décalage entre la formation reçue et le poste occupé. Considérés jadis comme acteurs centraux des projets publics de développement, ces ingénieurs hommes et femmes doivent faire face à la dégradation des conditions de travail au sein de la fonction publique. Le nombre des ingénieurs fonctionnaires éligibles aux grades supérieurs augmente fortement, alors que les impératifs de la rigueur budgétaire imposées par les plans d’ajustement structurels contribuent à freiner leurs possibilités de promotion. Cette situation conduit à élargir le fossé socioprofessionnel séparant une masse d’ingénieurs d’origine modeste issus du système national de formation de cadres, d’une minorité d’ingénieurs diplômés des grandes écoles étrangères destinée à occuper les postes clefs au sommet de l’État (Vermeren, 2002). Les ingénieurs formés au Maroc n’ont accès qu’aux fonctions de responsabilité de caractère local ou régional (chef de service, chef de bureau, coordonnateurs de projet, etc.) et ces postes sont devenus désormais l’objet de luttes intenses entre les différentes catégories de cadres (ingénieurs et administrateurs notamment). Dans un tel contexte, les femmes ingénieurs sont les premières pénalisées.

Bibliographie

Bibliographie

BARKALLIL Nadira & NACIRI Rabia, « Femmes diplômées : conditions de formation du couple et choix du conjoint », in Couples en question, Casablanca, éd. Le Fennec, 1992.

CHEDATI Brahim, « Fille ou garçon : le même rendement », in Femmes et éducation : état des lieux, Casablanca, éd. Le Fennec, 1994.

IBAAQUIL Larbi, L’école marocaine et la compétition sociale, Rabat, éd. Babil, 1996.

Mobilité, classes sociales et passages par l’école au Maroc, Doctorat d’État des lettres et sciences humaines, Université Paris V, 1987.

KADMIRI Bahia, « Bilan de la scolarisation des filles », in Femmes et éducation : état des lieux, Casablanca, éd. Le Fennec, 1994.

MARRY Catherine, « Femmes ingénieurs : une (ir)résistible ascension ? » Information sur les sciences sociales, n° 2, vol. 28, juin 1989, pp. 291-344.

MELLAKH Kamal & LEGDALI Nadia, Étude sur les femmes cadres au département de l’Agriculture, Rabat, Direction des ressources humaines, ministère de l’Agriculture, 2000.

MELLAKH Kamal, « L’expansion scolaire et universitaire au Maroc : aspects et enjeux », in GEISSER Vincent, Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs : trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS Éditions, 2000.

– « La formation des ingénieurs par le système d’enseignement supérieur au Maroc », in GOBE Éric (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation, Tunis, IRMC, 2001.

MELLAKH Kamal, « Les candidats marocains au baccalauréat : sur la route de l’université ? », Bulletin de recherche flux et gestion des compétences intellectuelles dans les échanges euro-maghrébins, n° 1, juillet-août-septembre 1997.

VERMEREN Pierre, La formation des élites marocaines et tunisiennes. Des nationalistes aux islamistes (1920-2000), Paris, La Découverte, 2002.

Notes

1 Direction de la statistique, Recensement général de la population et de l’habitat en 1994, Rabat, pp. 58-59.

2 Conseil national de la jeunesse et de l’avenir, Enquête nationale auprès des jeunes 1993. Éducation-formation des jeunes, Rabat, 1994, p. 4.

Auteur

Sociologue, maître de conférence à l’Université d’Agadir

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable