Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

IV. De l’école au marché du travail : la fin de l’emploi public ?

Ingénieurs agronomes et développement agricole en Algérie

Ouda Benslimane

Texte intégral

1Le processus de construction d’une économie nationale, en Algérie, a été étroitement lié, pendant les trois premières décennies qui ont suivi l’indépendance du pays, à la mise en place d’un vaste programme de formation de cadres. Les différents plans de développement se proposaient de doter l’Algérie d’une infrastructure industrielle et matérielle dans le cadre d’une stratégie de développement autocentrée. Parallèlement, les autorités algériennes mettaient un accent particulier sur la construction d’un système de formation pouvant répondre aux besoins de l’économie. Ainsi, plus de 30 % du budget de l’État a été consacré chaque année à l’Éducation nationale.

2Dans le domaine agricole, il s’agissait de créer des établissements d’enseignement supérieur susceptibles de former des ingénieurs agronomes et des techniciens dont le déficit était particulièrement criant en 1962. Quarante ans après l’indépendance, il convient de faire le bilan des stratégies de développement mises en œuvre par l’État algérien pour analyser la manière dont ont été formés et mobilisés les cadres techniques de l’agriculture.

La formation d’ingénieurs agronomes : un constat provisoire

3Plusieurs étapes peuvent être identifiées dans les processus de formation des ingénieurs agronomes en Algérie. La première couvre la période 1962-1969 postindépendance : elle correspond à un processus de remise en marche de l’appareil productif algérien et au lancement de la formation agronomique de cadres et techniciens nationaux. La deuxième étape correspond aux décennies 1970 et 1980 : elle coïncide avec la mise en œuvre d’une stratégie de développement national débouchant sur la création de nouvelles capacités de formation et de recherche dans les domaines de l’agriculture et de l’alimentation. Enfin, la décennie 1990 s’ouvre sur une période de crise qui se caractérise par l’adoption de réformes et l’application d’un plan d’ajustement agricole. Elle montre un système d’enseignement dans le domaine agricole largement déconnecté de l’appareil productif et par conséquent du marché de l’emploi.

L’héritage du passé colonial

4Au moment de son indépendance, l’Algérie hérite d’une agriculture comptant pour plus de 20 % du PIB et occupant plus de la moitié de la population active (55 %). Les exportations de produits agricoles, constituées à 60 % de produits viticoles (raisins et vins), représentent le tiers des exportations totales du pays et couvrent largement les importations alimentaires. Le secteur colonial concentre l’essentiel du capital financier et foncier et bénéficie d’un encadrement scientifique et technique de niveau métropolitain. En effet, dès le début de la colonisation agricole, d’importants investissements ont été consentis par l’État français pour assurer la « conquête scientifique » de l’Algérie. Ainsi, le secteur colonial de l’agriculture a été doté de nouveaux cadres chargés de promouvoir des cultures et des techniques orientées vers la satisfaction des besoins de la métropole. Ce secteur « moderne », créé aux côtés d’un secteur dit « traditionnel », a contribué à détruire l’équilibre du système productif antérieur et l’organisation foncière.

5Les institutions de formation, quant à elles, – écoles d’agriculture, centres de formation professionnelle agricole, académie de l’agriculture et chambres agricoles – ont fourni au secteur colonial des contingents d’ingénieurs et de techniciens. Ce dernier bénéficie d’un essor technique qui n’a rien à envier au secteur agricole français le plus moderne : de nombreuses exploitations coloniales, mécanisées au début du XXe siècle, sont dirigées par des cadres et des techniciens agricoles.

6Au cours de cette période, un nouveau savoir scientifique s’élabore par le truchement des centres et instituts de recherche français. En parallèle, l’installation de paysans, de cadres et de techniciens d’origine européenne qui véhiculent des savoir-faire et des gestes techniques spécifiques issues de l’agriculture française contribue à diffuser de nouvelles pratiques culturales. Mais, dans le même temps, les savoirs traditionnels paysans se perdent au fur et à mesure que s’érodent l’espace agricole et les moyens de production qui leur servaient de base (Colonna, 1978).

7Dès son origine, l’Institut national agronomique d’El-Harrach (Alger), établissement d’enseignement supérieur créé en 1905, a pour vocation de former des cadres susceptibles de diriger les exploitations agricoles coloniales, en Algérie et dans les autres possessions françaises. Cet institut doté d’infrastructures (internat, amphithéâtres, de stations d’expérimentation et de recherche, etc.) est organisé sur le modèle des écoles nationales d’agriculture métropolitaines. Au service du colonat et de l’administration agricole coloniale, il n’ouvrira ses portes à des stagiaires d’origine « indigène » que très tardivement : entre 1957 et 1959, soit plus de 50 ans après sa création, seuls 2 stagiaires « algériens » s’inscrivent ; puis 19 autres, entre 1959 et 1961. L’Algérie indépendante qui transforme, en 1963, les terres de la colonisation en exploitations autogérées, n’a à sa disposition que 2 ingénieurs agronomes. Le pays manque donc cruellement de cadres nationaux. Ce déficit s’élargira avec le départ massif des ingénieurs européens. Quelques mois après l’indépendance, l’Algérie ne compte, toutes nationalités confondues, que 30 ingénieurs des services agricoles, 36 ingénieurs des travaux agricoles, 116 agents techniques, 20 vétérinaires et 68 comptables.

L’autogestion agricole et la relance de la formation des agronomes (1962-1969)

  • 1 Le choix de la forme d’organisation de la production était largement lié au processus historique h (...)

8Le secteur public dit « autogéré » concerne environ 3 millions d’hectares récupérés par l’État sur les anciennes terres coloniales1. En 1963, ce secteur fournit les trois quarts de la production agricole brute : le quart restant provient du secteur privé qui compte alors plus de 600 000 exploitations agricoles. La constitution d’exploitations de plus de 2 000 ha de surface agricole utile (SAU), gérées de manière centralisée par l’Office national de la réforme agraire (ONRA), est dictée, pour l’essentiel, par le déficit en personnel d’encadrement technique.

9L’ensemble des établissements de formation agricole (d’enseignement secondaire ou supérieur) est placé sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, de 1962 à 1969. On observe une augmentation sensible des effectifs d’élèves ingénieurs sortis de l’INA dès la première moitié des années 1960 (cf. tableau 1). Cette progression s’accentue dans le cadre du premier Plan triennal (1967-1969) (cf. tableau 2), grâce à la mise en œuvre d’un programme de formation de cadres (ingénieurs et techniciens supérieurs) dans les établissements d’enseignement agricole (ENA d’Alger, écoles régionales).

Tableau 1. Effectif d’ingénieurs et de techniciens agricoles (1962 à 1966)

Niveaux

1962

1963

1964

1965

1966

Ingénieurs

3

5

X

18

48

Techniciens

-

30

35

32

40

Source : ministère de l’Agriculture

Tableau 2. Effectif d’ingénieurs et de techniciens agricoles (1967 à 1969)

Niveau de formation

1967

1968

1969

Total

Ingénieurs

53

16

19

88

Techniciens

84

51

53

188

Source : ministère de l’Agriculture et de la Révolution agraire (MARA). Bilan décennal 1965-1975

  • 2 Ministère de l’Agriculture et de la Révolution agraire, direction des Études et de la Planificatio (...)

10L’Institut d’El-Harrach, alors unique établissement d’enseignement supérieur, forme entre 1962 et 1969, 136 ingénieurs agronomes. Dans le même temps, 228 techniciens supérieurs et un millier de techniciens agricoles de niveau moyen sont formés dans les écoles régionales d’agricultures (Sidi-Bel-Abbès, Alger, Skikda, etc.). Nouveaux cadres et techniciens sont affectés, en priorité, à des postes administratifs dans des organismes de gestion de l’agriculture : coopératives de services, gestion et comptabilité des nouveaux domaines agricoles autogérés, offices de transformation, de commercialisation ou d’approvisionnement, etc. Le recensement réalisé en 1971 par le ministère de l’Agriculture et de la Révolution agraire (MARA) révèle que la quasi-totalité (91,2 %) des cadres des niveaux 5 (ingénieurs d’application) et 6 (ingénieurs d’État), remplissent des fonctions bureaucratiques au sein du ministère de l’Agriculture2. Au final, très peu de cadres agricoles sont affectés à la production. Parmi les 200 ingénieurs et 400 techniciens algériens, seule une dizaine de techniciens exercent dans les exploitations agricoles du secteur public, et aucun ingénieur. Ce phénomène constitue une caractéristique récurrente du système algérien d’emploi des cadres et personnels techniques qualifiés en agronomie.

11En fait, la politique d’affectation des ingénieurs agronomes par l’administration visait à contrôler les producteurs du secteur dit autogéré. Les décideurs publics pensaient que l’élévation de la productivité du travail agricole devait passer par une hiérarchie détenant le savoir scientifique et technique. Ainsi les agronomes n’ont pas été les vecteurs de la diffusion d’un savoir technique auprès des agriculteurs : mais en détenant un savoir scientifique, ils ont légitimé « la domination de l’État et de son appareil (…) sur les producteurs agricoles » (Bédrani, 1981 : 64). Affectés à des postes administratifs, ils ont été inaptes à organiser de manière efficace la production, car leur éloignement du terrain les a privés de l’expérience qui aurait pu leur servir à redresser les erreurs techniques.

La stratégie de développement des années 1970-1980 et l’émergence des agronomes dans la société

12Au début des années 1970, le gouvernement algérien met en place un programme de développement économique global qui en définit les objectifs et les moyens. Reconstruire et analyser cette stratégie économique permet de mieux comprendre la place prescrite aux agronomes dans le développement agricole.

Les ingénieurs promoteurs du progrès technique agricole ?

13Dans le schéma de développement économique défini par les autorités algériennes, l’industrie constituait un secteur prioritaire dont le développement devait contribuer à moderniser l’agriculture. En fournissant les intrants dont elle a besoin, le secteur industriel aurait participé de l’accroissement des rendements des exploitations. Selon cette approche, l’agriculture était censée alimenter la dynamique d’industrialisation du pays en fournissant à l’industrie agroalimentaire les produits agricoles dont elle avait besoin. Et, dans ce modèle technique d’intensification de l’agriculture, les ingénieurs agronomes qui devaient jouer le rôle de diffuseur de techniques modernes, étaient conçus comme étant les acteurs clés du développement.

14Dans une première phase, l’État finance les formations agricoles et les coûts liés à la mise en œuvre de ce mode de croissance. Mais la suite est conditionnée par la formation d’un surplus et de revenus additionnels issus d’un accroissement de la productivité globale des facteurs de production dans l’agriculture. Autrement dit, les exploitants agricoles – aidés en cela par les ingénieurs – sont supposés accroître progressivement leurs capacités d’achat en intrants d’origine industrielle, grâce aux gains de productivité réalisés. Dans un tel schéma, l’agriculture s’affranchit progressivement des politiques de subvention et de soutien aux prix. En définitive, les sources de la croissance agricole sont fondées sur les facteurs techniques (utilisation des biens-capitaux et accroissement des consommations intermédiaires d’origine industrielle), les facteurs économiques (baisse des prix relatifs des produits et amélioration des revenus obtenus au moyen d’une hausse de la productivité globale des facteurs) et les ressources humaines liées à la qualité de l’encadrement des exploitations.

15L’industrialisation ayant été amorcée dès le premier plan (1967-1969) et étant menée jusqu’à la fin des années 1970 à un rythme soutenu (plus de la moitié des investissements étant consacrée à l’industrie), les données économiques et sociales de l’Algérie ont bien été transformées, mais pas dans le sens voulu par le gouvernement.

La croissance des effectifs de cadres

  • 3 De 1970 à 1979, les établissements de formation supérieurs proposant un cursus d’ingénieurs sont l (...)

16Durant ces deux décennies, le système éducatif se développe. De nombreux établissements à vocation agricole sont créés3 et les filières formant des ingénieurs se diversifient. On assiste également à un élargissement du recrutement des élèves se destinant à la profession d’ingénieur, d’un point de vue géographique et social, dans la mesure où des populations non originaires des capitales régionales (Oran, Alger, Constantine,) ou des grands centres urbanisés du pays accèdent désormais aux établissements délivrant un diplôme d’ingénieur. L’augmentation du nombre d’agronomes formés chaque année est significative : 21 en 1970, 458 en 1974, 977 en 1977 et 573 en 1979, soit un total, pour cette période, de 5 540 techniciens agricoles et de 3 809 ingénieurs agronomes et vétérinaires (cf. tableau 3).

Tableau 3. Effectifs des ingénieurs et techniciens agricoles diplômés (1970-1979)

 

1970

1971

1972

1973

1974

1975

1976

1977

1978

1979

Total

Ingénieurs agronomes et vétérinaires

21

18

35

381

458

365

523

970

465

573

3809

Techniciens

114

230

612

504

511

715

671

543

870

770

5540

Source : Bureau national d’études pour le développement (BNEDER), Besoins en formation du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire, Alger, mars 1991

  • 4 C’est au cours de cette période, que sont créés les instituts de formation supérieure à l’intérieu (...)

17L’année 1974 marque une date charnière car elle inaugure la sortie de la première promotion d’ingénieurs d’application de l’Institut technologique de Mostaganem. Il s’agit du premier établissement supérieur en agronomie créé dans le cadre de la réalisation du premier plan quadriennal (1970-1974). Les plans de développement ultérieurs (1980-1984 et 1985-1989) fixent pour objectif d’augmenter le nombre de cadres et de techniciens4, alors que le contexte économique évolue notablement. En fait, les politiques agricoles subissent un infléchissement : le secteur privé reçoit un traitement plus favorable et l’environnement de l’agriculture est progressivement réformé.

Tableau 4. Effectifs des ingénieurs et techniciens agricoles diplômés (1980-1989)

Diplômes

1980

1981

1982

1983

1984

1985

1986

1987

1988

1989

Total

Ingénieurs agronomes et vétérinaires

556

588

435

295

389

346

354

354

704

561

4639

Techniciens

608

573

636

648

545

793

874

1560

1454

872

8573

Source : BNEDER, Besoins en formation du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire, Alger, mars 1991

18Mais cette croissance ne contribue pas à pallier le sous-encadrement des exploitations agricoles puisque la plupart des cadres continue à s’insérer dans l’appareil technico-administratif de l’agriculture : en 1979, moins de 5 % des ingénieurs diplômés (niveaux 5 et 6) sont affectés dans les exploitations agricoles et dans le secteur de la production directe. L’administration agricole emploie l’essentiel des effectifs (35 % de niveau 6 et 21 % de niveau 5), suivie des offices et des instituts de formation (cf. tableau 5). À la fin des années 1980, le nombre de cadres techniques employés par exploitant est évalué par la Commission nationale consultative sur l’agriculture à 0,5 %.

Tableau 5. Affectations des ingénieurs et techniciens agricoles en 1979 (en %)

*Niveaux

VI

V

IV

III

Total

Offices agricoles

31

27

32

23

25

Instituts de développement

18

11

6

2

4

Études et recherches

9

2

1

0

1

Instituts de formation

7

12

7

3

5

Administration centrale

15

4

2

1

1

Administration de wilaya

20

16

14

6

8

Administration de daïra

0

15

16

5

8

**CPACS

0

8

14

10

11

Exploitations

0

5

9

50

37

Total

100

100

100

100

100

Source : MARA, enquête sur la situation de l’encadrement, juin 1979
* Niveaux : 6 = ingénieur d’État ; 5 = ingénieur d’application ; 4 = techniciens supérieurs ; 3 = techniciens moyens
** Coopératives agricoles polyvalentes communales de services

  • 5 Ministère de l’Agriculture (1981), Plan annuel 1981, Alger.
  • 6 Cf. FLN, Résolutions sur l’agriculture, 3e session du comité central, du 3 au 7 mai 1980. Les coop (...)

19Le plan annuel 1981 a bien prévu d’alléger les structures technico-administratives au moyen d’une « réaffectation des cadres au niveau des exploitations après l’exécution d’un vaste programme de formation »5. Les recommandations du plan visaient à renforcer l’efficacité de l’encadrement technique des exploitations agricoles. De son côté, le parti unique, le FLN, mettait l’accent sur le principe d’une « affectation prioritaire et massive des ingénieurs, cadres et techniciens au niveau de la production et des structures de la production, particulièrement les CAPCS »6. Toutes ces exhortations sont restées lettre morte.

Les ingénieurs dans la phase de réformes agricoles

20En raison de la chute des revenus pétroliers, le rythme de formation des ingénieurs, à partir de 1986, est en net décalage avec les capacités d’absorption du secteur public. Sous la pression sociale, le système éducatif continue à produire des ingénieurs, alors que les pouvoirs publics se trouvent dans l’incapacité de régler la question clé de son articulation avec le secteur productif afin d’en assurer la rentabilité externe.

21Les Instituts nationaux supérieurs agronomiques (INESA) créés dans 8 villes universitaires (Tizi-Ouzou, Blida, Batna, Tiaret, Mascara, Chlef, Tlemcen et Oum-El-Bouaghi) contribuent à augmenter l’offre pédagogique. Le spectre des filières agronomiques des INESA s’étend à des domaines aussi divers que le génie rural, l’agroalimentaire, l’hydraulique, la foresterie et le machinisme agricole, tandis que le nombre moyen d’ingénieurs et de vétérinaires diplômés, formés chaque année, ne cesse d’augmenter : 526 dans les années 1990 contre respectivement 464 et 381 dans les décennies 1980 et 1970.

Tableau 6. Effectifs des ingénieurs et techniciens agricoles diplômés (1990-1997)

Années

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

Ingénieurs agronomes et vétérinaires

4SI

626

578

473

426

547

395

356

3682

Source : BNEDER, Besoins en formation du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire, Alger, mars 1991

22L’État se retire de la production agricole : n’étant désormais ni propriétaire des moyens de production (autres que la terre), ni gestionnaire des exploitations agricoles, il abandonne toutes ses fonctions d’encadrement technique direct des unités de production, de planification des objectifs de la production, de financement direct des activités productives ou de services, d’approvisionnement en intrants ou de commercialisation des produits. Le marché devient ainsi le principal régulateur des activités agricoles. Mais force est de constater que les acteurs privés ne disposent pas des capacités matérielles pour recruter les nouveaux diplômés des écoles d’agriculture.

  • 7 Besoins en formation du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire, BNEDER, Alger, juillet 19 (...)
  • 8 Cf. enquête du BNEDER, op. cit.

23L’Algérie a déployé d’immenses efforts pour former des ingénieurs qui n’arrivent plus à s’insérer sur le marché de l’emploi. Aussi le pays est-il confronté à un sérieux paradoxe : le secteur productif agricole est sous-encadré alors que son système éducatif a formé des milliers de cadres techniques. Les actifs du secteur de la production agricole sont peu qualifiés (93 % sont de simples travailleurs ou des « ouvriers agricoles »)7. L’enquête conduite en 1989 par le Bureau national d’études pour le développement rural (BNEDER)8, sur un échantillon d’exploitations agricoles collectives, montre que les actifs agricoles ont été très peu scolarisés (65 % des exploitants n’ont jamais été à l’école) et très peu formés (83 % n’ont jamais bénéficié d’une formation agricole).

24Partant, comment appréhender le rôle joué par les ingénieurs agronomes dans les mutations de l’agriculture algérienne ?

Les ingénieurs et les transformations agricoles : distorsions et paradoxes du système

25Le réseau de plus en plus dense des institutions de formations agricoles, les réformes de l’Institut national de la recherche agronomique, ainsi que les structures de vulgarisation donnent, à la fin des années 1980, l’image d’un pays acquis à la modernisation de son agriculture. Un certain nombre de changements dans les systèmes de culture créent l’illusion d’un processus inéluctable. Notamment, des innovations suscitées par des ingénieurs agronomes ont été réalisées dans le domaine de la plasticulture, de l’introduction du bovin laitier moderne, de l’extension du verger fruitier, et dans l’édification d’un complexe avicole.

26Ces images du progrès ne résistent pas à l’épreuve statistique qui révèle que le niveau de productivité du secteur agricole reste dramatiquement bas. Par ailleurs, études et rapports font valoir que le niveau de technicité des exploitants reste faible (Djenane, 1998 ; Bedrani, 1995). Les innovations n’ont guère eu d’effets sur les rendements et les niveaux de productivité des facteurs physiques. Les augmentations de production de viande, de fruits et de légumes sont bien plus imputables à des extensions de la surface cultivée ou affectée aux troupeaux qu’à l’adoption d’innovations techniques.

  • 9 774 coopératives agricoles polyvalentes communales de services sont créées dans le cadre de la « r (...)

27Après plus de trois décennies d’une formation intensive d’ingénieurs agronomes et d’une injection continue de capitaux, le système productif est incapable de générer un surplus agricole durable. Les ingénieurs agricoles ayant été massivement employés dans les structures administratives de gestion de l’agriculture, l’environnement institutionnel connaît un développement considérable, au cours des décennies 1970 et 1980. Dès les années 1960, le ministère de l’Agriculture a mis en place l’Office national de la réforme agraire (ONRA), un réseau des Sociétés agricoles de prévoyance (SAP) approvisionnant en matériels de services les exploitations, un réseau bancaire placé sous la tutelle de la Banque nationale d’Algérie (BNA) et chargé d’assurer le financement de l’agriculture. Les réformes de structures conduites, dès le milieu des années 1960, ont contribué à densifier ce tissu institutionnel. Le ministère de l’Agriculture a créé des offices dont la fonction est d’appuyer dans les différents domaines d’activités le secteur agricole et ses filières (approvisionnements, machinisme, commercialisation, financement, aliments du bétail, forêts, production et services à la filière lait, vins, oléicole, céréales, sucre, etc.). Cette réforme est mise en œuvre par les nouveaux contingents d’ingénieurs issus des écoles supérieures d’agriculture. La plupart constituent le personnel d’encadrement des offices agricoles, des coopératives de services9, des entreprises de réalisation de travaux agricoles et ruraux ou encore des instituts techniques de recherche appliquée. Toutes ces institutions doivent appuyer les programmes de modernisation des exploitations agricoles.

  • 10 Nous faisons ici référence au code communal (1966) et au code de wilaya (1968).
  • 11 L’assemblée populaire communale (APC) correspond à la commune, la daïra coïncide avec l’arrondisse (...)

28L’administration agricole connaît également une extension en lien avec les réformes des collectivités locales (assemblées communales, assemblées départementales) et celles de l’État. Elle se réorganise par suite des réformes qui affectent les collectivités locales10. Au milieu des années 1970, le gouvernement définit une nouvelle carte administrative dont le découpage augmente le nombre de communes et de gouvernorats (wilaya)11. Le tissu administratif qui se met alors en place s’accompagne de la création de nouvelles administrations agricoles : centres agricoles communaux, administration de daïra (circonscription administrative équivalente à l’arrondissement français), directions départementales de l’agriculture, etc., embauchent des cadres.

29Les techniciens et ingénieurs affectés dans ces nouvelles instances sont chargés de conduire les programmes d’investissements arrêtés dans le cadre des Programmes communaux de développement (PCD), des Plans de développement ruraux (PDR, confiés aux communes et wilayas), des programmes spéciaux et des projets de développement planifiés sur quatre ou cinq ans. L’approche planifiée et la définition des programmes sectoriels agricoles orientent la politique d’affectation des ingénieurs agricoles. Le système de formation des ingénieurs est alors étroitement articulé aux stratégies de développement et aux besoins administratifs d’encadrement par l’État des projets de développement.

  • 12 Telle est la vision développée dans la charte de la Révolution agraire et la Charte nationale adop (...)

30L’ensemble du dispositif vise, en priorité, à moderniser le secteur public. Le secteur privé, tout au moins au cours de la décennie 1970, est négligé et doit se contenter du bénéfice que peut apporter la réalisation de certains programmes d’électrification rurale, d’équipements collectifs ou d’habitat rural. Certains auteurs y verront une volonté de l’État, pour contrôler le surplus agricole aux dépens de l’accroissement de la production (Bedrani, 1981) ; et d’autres, une stratégie propre à la construction d’un capitalisme d’État fondée sur l’industrialisation (Jacquemot & Raffinot, 1977) ; ou encore, une forme de transition économique vers un mode de production socialiste12.

31En somme, les cadres techniques de l’agriculture auraient été des courroies de transmission chargées d’exécuter les dispositions arrêtées par les programmes définis par l’État. Ils n’ont que rarement participé à la définition et l’élaboration des stratégies agricoles. Les postes de travail les confinaient souvent à des tâches de gestion administrative ou de contrôle technique des programmes publics.

32Les résultats des recherches agronomiques conduites par de jeunes équipes recrutées dans les différents centres (INRA et instituts techniques), notamment dans le domaine agro-climatique ont été très peu exploités. Les rares élites scientifiques formées ne trouvent pas de structures (dans le secteur de la production agricole ou dans les instituts de recherche publique) aptes à valoriser les nouvelles productions scientifiques dans le domaine agricole. Les réformes successives du système de recherche ont également fait obstacle à une possible capitalisation des savoirs accumulés par les jeunes chercheurs en agronomie. Par ailleurs, l’instabilité des politiques de recherche a freiné la structuration d’une communauté scientifique dans le secteur agricole et a bloqué toute perspective de changements techniques agricoles dont les délais de maturation sont relativement longs.

33En parallèle, les années 1970 et 1980 ont été marquées par une forte dévalorisation de l’emploi des cadres agricoles. Néanmoins, ceux qui n’étaient pas employés dans la fonction publique et les divers établissements placés sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, se sont insérés dans les secteurs de l’industrie et des services.

Conclusion

34Le système éducatif a davantage produit des agronomes diplômés que des professionnels de l’agriculture ou des cadres directement opérationnels sur les exploitations agricoles publiques. Dans les années 1970 et 1980, ces ingénieurs ont accumulé titres scolaires et qualifications pour se positionner dans la hiérarchie sociale : via les types d’emploi qui leur ont été proposés, ce groupe socioprofessionnel a pu capter une partie de la rente pétrolière et gazière. Mais les entreprises publiques et les administrations sont soumises aux aléas de la politique de recrutement arrêtée par l’État. La baisse des ressources rentières a limité les capacités d’embauche du secteur public et a mis en évidence le hiatus existant entre le système éducatif et les besoins du secteur productif agricole. Actuellement, les établissements de formation continuent de fonctionner selon la trajectoire des années 1970 : ils produisent en grand nombre des cadres techniques qui sont confrontés à un marché du travail de plus en plus étroit. Dans le même temps, de nombreux ingénieurs agricoles sont confinés à des tâches de gestion au sein d’institutions peu préoccupées par les agriculteurs et par l’impératif d’améliorer la production agricole.

Bibliographie

Bibliographie

AÏT-ZIANE H., L’enseignement agricole et agronomique en Algérie, mémoire pour le diplôme d’ingénieur, Alger, Institut agronomique d’El-Harrach, 1983.

BÉDRANI S., « L’intervention de l’État dans l’agriculture algérienne : constats et propositions pour un débat », Options méditerranéennes, série B, n° 14, CIHEAM, 1995.

BÉDRANI S., « Contenu du travail et formation dans l’agriculture en Algérie : essai de bilan », in BERNARD Ch., Politique de l’emploi-formation au Maghreb (1970-1980), Paris, Éditions du CNRS, 1983, pp. 129-154.

BOUSLIMANI A., L’enjeu éducatif dans les pays en développement : une analyse centre-périphérie de l’Algérie sur longue période, mémoire de DEA, Université Montpellier I, septembre 1997.

COLONNA F., Savants paysans, Alger, OPU, 1978.

DJENANE A., L’agriculture algérienne : un secteur qui se redéploie ?, Université de Sétif, 1998.

HADDAB M., « La formation scientifique et technique, la paysannerie et le développement en Algérie », in BERNARD Ch., Politique de l’emploi-formation au Maghreb (1970-1980), Paris, Éditions du CNRS, 1983, pp. 155-172.

JACQUEMOT P. & RAFFINOT M., Le capitalisme d’État algérien, Paris, Maspéro, 1977.

KHELLADI M. & LIABÈS D., « Redistribution de la population active par les pôles de développement, mobilité sociale et marché du travail en Algérie », in BERNARD Ch., Politique de l’emploi-formation au Maghreb (1970-1980), Paris, Éditions du CNRS, 1983, pp. 25-44.

Notes

1 Le choix de la forme d’organisation de la production était largement lié au processus historique hérité de la période coloniale : en effet, plus de la moitié des agriculteurs étaient salariés ou métayers. La réforme agraire, conçue comme un mouvement de redistribution des terres aux paysans, était quasiment impossible dans un pays où les paysans faisaient défaut.

2 Ministère de l’Agriculture et de la Révolution agraire, direction des Études et de la Planification, Enquête sur les cadres agricoles, 1972.

3 De 1970 à 1979, les établissements de formation supérieurs proposant un cursus d’ingénieurs sont les suivants : 11 instituts de formation d’ingénieurs répartis à travers plusieurs villes universitaires du pays (Alger, Sétif, Blida, Mostaganem, Tizi-Ouzou, Chlef, Mascara Tiaret, Tlemcen, Ouargla et Batna), 5 instituts de formation de docteurs vétérinaires (Alger, Blida, Constantine, Batna et Tiaret), 3 instituts de formation d’ingénieurs forestiers (Batna, Tlemcen et Tizi-Ouzou), l’institut de formation en technologie alimentaire (Constantine) et l’institut de formation en génie rural (Blida).

4 C’est au cours de cette période, que sont créés les instituts de formation supérieure à l’intérieur du pays (Chlef, Tiaret, Mascara, Oum El-Bouaghi, Tizi-Ouzou, Batna, etc.) et que sont proposées de nouvelles spécialités (phytotechnie à Mostaganem, sciences agricoles dans certains établissements de l’enseignement secondaire, foresterie, etc.).

5 Ministère de l’Agriculture (1981), Plan annuel 1981, Alger.

6 Cf. FLN, Résolutions sur l’agriculture, 3e session du comité central, du 3 au 7 mai 1980. Les coopératives agricoles polyvalentes communales de services avaient été créées par la Révolution agraire de 1971.

7 Besoins en formation du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire, BNEDER, Alger, juillet 1991.

8 Cf. enquête du BNEDER, op. cit.

9 774 coopératives agricoles polyvalentes communales de services sont créées dans le cadre de la « révolution agraire ». Ces coopératives sont généralement gérées et encadrées par des techniciens et ingénieurs agronomes.

10 Nous faisons ici référence au code communal (1966) et au code de wilaya (1968).

11 L’assemblée populaire communale (APC) correspond à la commune, la daïra coïncide avec l’arrondissement, la wilaya au département et l’assemblée populaire de wilaya (APW) constitue un conseil départemental.

12 Telle est la vision développée dans la charte de la Révolution agraire et la Charte nationale adoptée par référendum en 1976.

Auteur

Économiste, Laboratoire montpelliérain d’économie théorique et appliquée (LAMETA)

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable