Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

IV. De l’école au marché du travail : la fin de l’emploi public ?

Les ingénieurs algériens : une élite économique et sociale ?

Étude de leurs comportements d’activité et de leurs conditions de vie

Nacer-Eddine Hammouda

Texte intégral

1Les quelque dizaines d’ingénieurs formés dans les années 1960 ont été très vite appelés à de hautes responsabilités. Certains ont d’ailleurs occupé les fonctions de PDG des quelque 80 entreprises publiques créées au moment des nationalisations et de la mise en œuvre de la politique d’industrialisation de l’Algérie. Ces futurs ingénieurs étaient recrutés bien avant de terminer leurs études et bénéficiaient de présalaires. À cette époque, l’Algérie faisait appel à la coopération technique dans pratiquement tous les domaines. Chaque secteur avait créé son propre institut de formation (Institut algérien du pétrole, Institut national des hydrocarbures, Institut national des industries légères, etc.). Non seulement les ingénieurs étaient assurés d’avoir un emploi mais ils bénéficiaient aussi d’avantages sociaux (logement, véhicule, missions et formation à l’étranger). Cette politique en faveur des cadres techniques a continué jusqu’au début des années 1980, durant lesquelles les différentes sociétés nationales ont été restructurées en plus de 450 entreprises nationales. En parallèle ont été créées quelque 1 300 entreprises locales, ce qui a permis un redéploiement de l’encadrement.

2Les décideurs algériens ont demandé aux premières générations d’ingénieurs de mettre en place un système productif national en montant des usines clés en main. Plus tard, il leur sera reproché certains choix technologiques que l’on peut mettre au compte de leur inexpérience tant technique que juridique et économique. La deuxième génération a été appelée à gérer plus directement ce système productif en remplacement du personnel étranger et des techniciens algériens. Cela devait provoquer les premières tensions entre les « ingénieurs maison » et les diplômés. En filigrane, se dessinait le débat sur la différence entre qualification professionnelle et compétence. Le statut général du travailleur de 1978 (SGT) était censé dépasser ce débat en définissant des tâches et des postes de travail classés dans une grille unique.

3À partir de 1986 la donne change : avec la chute des prix du pétrole et les difficultés financières des entreprises publiques, les différents instituts supérieurs passent sous la tutelle de l’Enseignement supérieur. Dans les années 1990, les difficultés s’accroissent. Pour la première fois apparaît le chômage des diplômés. On a à faire face à la fois à un chômage d’insertion pour les plus jeunes et à un chômage des seniors consécutif aux réductions d’effectifs et à la dissolution de dizaines d’entreprises publiques. Le décalage entre les caractéristiques de la formation et le marché du travail s’accentue dans la mesure où le système éducatif répond plus à la demande sociale d’éducation qu’aux besoins économiques. Pour garder les étudiants dans l’enseignement supérieur de nouveaux cursus de magistère d’une durée de deux à trois ans sont systématiquement mis en place. De ce fait, l’ingénieur se trouve rétrogradé implicitement puisqu’il se trouve placé dans une situation de concurrence avec des titulaires de maîtrise (bac+4) sans pour autant augmenter ses chances de trouver un emploi sinon dans l’enseignement.

4À partir des résultats du dernier recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) nous essaierons d’avoir une image la plus détaillée possible de ce que sont devenus les ingénieurs algériens en 1998. Nous commencerons par présenter notre source de données et ses limites pour définir l’objet de notre étude ; dans une seconde étape nous nous intéresserons aux ingénieurs occupés. Nous terminerons en évoquant les caractéristiques et les conditions de vie des ingénieurs qu’ils soient ou non chefs de ménage. L’ensemble de ces données ainsi exposées nous permettra de voir dans quelle mesure les ingénieurs algériens constituent ou non, aujourd’hui, une élite économique et sociale.

Qui est ingénieur selon le RGPH de 1998 ?

  • 1 Il faut garder à l’esprit que dans des opérations de l’envergure d’un recensement, il y a souvent (...)

5Quatrième recensement depuis l’indépendance, le RPGH a été effectué entre le 25 juin et le 8 juillet 1998. Il distingue trois types de population : les « ménages ordinaires et collectifs », les « ménages nomades » et la « population comptée à part ». Dans ce qui suit, on ne s’intéressera qu’à la première catégorie. Le questionnaire la concernant se subdivise en deux parties distinguant les caractéristiques du ménage (conditions de logement, équipement) et celles des individus (variables démographiques, culturelles, activité et migration). Les nomenclatures et codes du RGPH sont assez généraux et ne permettent pas des analyses très fines, notamment ceux que nous avons utilisés pour ce travail, à savoir le code des diplômes (code séquentiel à 2 chiffres), celui des niveaux d’instruction (code articulé à 2 chiffres) et la nomenclature des professions (code articulé à 3 chiffres s’inspirant largement de la classification internationale de 1988 par type de profession)1.

6Plusieurs façons de procéder s’offraient à nous pour connaître la population des ingénieurs : soit on s’intéressait au diplôme obtenu le plus élevé, à la profession (pour les occupés) ou à la dernière classe suivie. En raison des erreurs de codage et de saisie, nous avons dû procéder à l’apurement du fichier rassemblant les données brutes. Nous avons restreint notre analyse aux ingénieurs algériens résidant en Algérie au 25 juin 1998, sachant que les données présentées ici peuvent encore subir de petites modifications si nous procédons à un apurement plus important des fichiers bruts. Au final, nous avons conservé la population répondant simultanément au moins à deux critères pouvant définir un individu comme ingénieur : le diplôme obtenu, le niveau d’instruction ou la nomenclature des professions.

7Du point de vue des statuts dans la fonction publique, le législateur distingue deux sortes d’ingénieurs : les ingénieurs d’application classés à l’échelle 13 (sur 14) et l’ingénieur d’État classé à l’échelle 14. La promulgation du statut général du travail en 1978 introduit une grille unique des salaires pour l’ensemble des secteurs d’activité avec 20 échelles et 5 échelons. L’ingénieur d’application a été reclassé à la 14e (puis à la 15e) et l’ingénieur d’État à la 15e (puis la 16e). Ainsi deux autres catégories d’ingénieurs ont été introduites : l’ingénieur principal (17e) et l’ingénieur en chef (18e). Pour ces deux dernières catégories, le législateur a prévu 2 modalités d’accès : soit par le diplôme d’ingénieur auquel on ajoute plusieurs années d’ancienneté, soit par un diplôme de doctorat (3e cycle ou d’État) avec moins d’années d’ancienneté. Toutefois, le législateur a laissé la porte ouverte à un système d’équivalence : un licencié, par exemple, peut prétendre à être intégré dans le corps des ingénieurs d’application, alors que le titulaire d’un magistère peut accéder au corps des ingénieurs d’État. En revanche, les ingénieurs diplômés s’orientant vers l’enseignement se sont vus déclassés dans la mesure où leur diplôme ne leur donnait pas une équivalence de droit pour exercer le métier d’enseignant.

8Par ailleurs, dans le langage populaire l’examinateur du permis de conduire, ainsi que le fonctionnaire chargé du contrôle technique des véhicules automobiles sont appelés ingénieurs par référence à l’ingénieur des Mines de l’époque coloniale. Ces fonctionnaires n’ont en général pas de diplôme d’ingénieur. Cette dernière remarque montre à la fois la difficulté qu’il y a à définir ce qu’est un ingénieur et les légers biais qui touchent la qualité des données disponibles. Ces remarques préliminaires étant faites, il convient de décrire les caractéristiques démographiques et sociales des ingénieurs recensés dans le RGPH.

Des données statistiques révélatrices d’un effort de formation

9Les trois quarts des ingénieurs recensés en 1998 sont des hommes et leur âge moyen est de 33,7 ans. La structure par âge et par sexe de cette population révèle deux tendances : d’une part, l’effort de formation entrepris en Algérie depuis l’indépendance et plus particulièrement depuis la réforme de l’enseignement supérieur du début des années 1970, d’autre part, une féminisation de plus en plus accentuée de la profession.

10Si dans les générations les plus anciennes, le métier d’ingénieur était réservé aux hommes, ce n’est plus le cas : plus du tiers des nouvelles générations d’ingénieurs sont des femmes (cf. graphique 1). Mais le taux d’activité des femmes (90 %) est plus faible que celui des hommes qui atteint presque 100 % (cf. graphique 2).

Graphique 1. Taux de féminisation par génération

Graphique 1. Taux de féminisation par génération

Graphique 2. Taux d’activité par âge et sexe

Graphique 2. Taux d’activité par âge et sexe

11La croissance des effectifs depuis l’indépendance est de type exponentiel. Cependant, un « trou », correspondant aux générations qui ont terminé leur cursus à la fin des années 1970 et au début des années 1980, apparaît dans la pyramide des âges des ingénieurs. On peut faire l’hypothèse que ce phénomène constitue un indicateur de ce que d’aucuns appellent la « fuite des cerveaux ». Cette période correspond en effet à une période faste pour l’Algérie en terme de recettes d’exportations des hydrocarbures. Elle s’est notamment traduite par l’envoi massif d’étudiants en formation à l’étranger, qu’ils aient ou non entamé un cursus universitaire en Algérie.

12Lorsque l’élève-ingénieur a fait un parcours sans faille, il obtient son diplôme à 23 ans. En réalité, il sort de l’école avec 2 à 3 années de retard en moyenne. Il est fort probable que pour les jeunes ayant déclaré posséder un diplôme d’ingénieur, il y a eu confusion entre diplôme préparé et diplôme possédé, d’autant plus que le recensement s’est déroulé au début des vacances d’été et que généralement les soutenances de mémoire d’ingénieur se font en septembre. La situation individuelle de ces étudiants, ainsi que leur nombre d’années d’études, inférieur à 5 ans, confirme cette hypothèse.

13La manière dont le diplôme d’ingénieur a été délivré a beaucoup évolué depuis l’indépendance (cf. tableau 1). Jusqu’au début des années 1970, le besoin d’encadrement explique que beaucoup d’Algériens de niveau secondaire (et même parfois moyen) ont pu obtenir des diplômes d’ingénieurs après avoir suivi une formation complémentaire de 3 années en Algérie ou à l’étranger.

Tableau 1. Répartition des ingénieurs selon le nombre d’années d’études supérieures et le sexe

Masculin

Féminin

Total

2 années ou moins

16 291

3 415

19 706

3 années

2659

1 165

3 824

4 années

9 052

3 400

12 452

5années

79 927

26 685

106 612

Plus de 5 années

2 948

1 055

4 003

Nom déclaré

4 956

1 950

6 906

Total

115 833

37 670

153 503

14À la faveur de la création des instituts de technologie dépendants de divers ministères ou d’entreprises publiques, dans les années 1970 un diplôme d’ingénieur d’application (obtenu après 4 années d’études secondaires le baccalauréat n’était pas exigé) a été institué. On se contentait de demander à ces ingénieurs d’application de savoir faire fonctionner l’outil de production. Il ne serait venu à l’esprit de quiconque d’admettre des non-bacheliers dans des études médicales par exemple. Pendant la même période, des ingénieurs « d’État » (appellation toujours en vigueur) étaient formés en 5 années après le baccalauréat dans des écoles, instituts ou universités soit en Algérie, soit en Europe ou en Amérique du Nord. Au milieu des années 1980, à la faveur du passage de la quasi-totalité des instituts supérieurs de formation sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, la pratique qui veut que seuls les bacheliers puissent entamer un cursus d’ingénieur se généralise. En fait ce passage a coïncidé avec le rétrécissement du marché du travail. L’État continuait de garantir le niveau de formation et reconnaissait le diplôme, mais il ne garantissait plus l’obtention d’un présalaire et d’un emploi aux futurs ingénieurs, contrairement à ce qui s’était fait pour les premières générations. En règle générale, l’ingénieur a fait cinq années d’enseignement postsecondaire. Mais l’hétérogénéité du profil scolaire de l’ingénieur est à la base de nombreux clivages qui se sont répercutés négativement sur la structuration de la profession.

15Parmi ceux qui ont fait 2 années ou moins d’études supérieures, 9 897 ont suivi une formation spécialisée complémentaire d’une durée moyenne légèrement supérieure à 27 mois, ce qui compense le handicap de départ. Les spécialités suivies recoupent largement les secteurs d’activité économiques. Par ailleurs, le nombre élevé d’ingénieurs classés dans la catégorie BTP est dû à l’intégration des architectes, des ingénieurs en génie civil, des hydrauliciens et d’autres corps d’ingénieurs (cf. tableau 2).

Tableau 2. Répartition des ingénieurs par spécialité de leur diplôme

Spécialité

Effectif

BTP

37 321

Technico-industrielle

30 768

Hydrocarbure

17 443

Agronomie

11 726

Statistique, informatique

11 293

Mines et géologie

4 201

Transports et communications

2 967

Autres ingénieurs

21 980

16Les « ingénieurs hydrocarbures » constituent un cas de figure à part. Ils se distinguent nettement des autres catégories, d’une part, par le type de formation reçue qui le plus souvent a été assurée par l’employeur dans ses propres instituts ou à l’étranger ; et, d’autre part, par la nature même des conditions de travail dans le sud algérien (éloignement de la famille et rudesse du climat) qui entraîne un fort turn-over. Aussi l’emploi est-il souvent considéré comme un moyen de constituer un capital de départ et non pas comme un emploi à vie.

17En outre, la répartition par âge des ingénieurs diplômés nous révèle un glissement vers des spécialités plus « soft » et plus « généralistes » telles que l’informatique et la statistique au détriment de spécialités plus pointues.

Emploi et chômage des ingénieurs

18Le chômage touche indistinctement les deux sexes au début de leur vie active (cf. graphique 3). La lecture des taux de chômage est à nuancer dans la mesure où il est largement surestimé dans le RGPH : il est probable que les ingénieurs occupant des emplois d’attente se déclarent chômeurs. Ce n’est qu’à partir de 27 ans que la moitié des ingénieurs ont un emploi stable (au sens de non-précarité et non pas de mobilité). D’ailleurs les ingénieurs sans emploi déclarent une durée moyenne de chômage de plus de 34 mois. On peut formuler l’hypothèse que cette période inclut les emplois d’attente essentiellement de type informel.

Graphique 3. Taux de chômage par âge et sexe

Graphique 3. Taux de chômage par âge et sexe

19En termes, d’emploi, il existe une nette discrimination entre sexes. Les femmes s’orientent plus vers l’enseignement, alors que les hommes sont surreprésentés dans les fonctions d’encadrement (cf. tableau 3). Toutefois, cette différence est en partie explicable par une moindre mobilité des femmes et par le fait que les femmes ingénieurs sont moins présentes dans les classes d’âge les plus élevées.

Tableau 3. Structure par sexe selon les grands groupes de professions des ingénieurs occupés (en %)

Groupes de professions

Masculin

Féminin

Total

Cadres dirigeants

91,9

8,1

100

professions intellectuelles et supérieures

80,6

19,4

100

professions intermédiaires

76,1

23,9

100

Enseignants

65,8

34,2

100

Autres

87,1

12,9

100

Total

81,3

18,7

100

20En raison du recul des recrutements dans le secteur secondaire (industrie, hydrocarbures, BTP), l’âge moyen des ingénieurs est plus élevé que dans le tertiaire (administration, commerce, services). Il est souhaitable que cette situation débouche sur une transformation du système de formation qui doit se redéployer en fonction de cette nouvelle donne.

21L’administration reste le premier employeur des ingénieurs, en particulier dans l’enseignement (plus de 30 %, cf. tableau 4) et pour certaines spécialités (informatique et statistique notamment).

Tableau 4. Répartition des ingénieurs occupés selon la profession déclarée

Grandes groupes de professions

Effectifs

Professions intellectuelles et scientifiques

32 579

Cadres dirigeants

17 742

Enseignants

14 841

Professions intermédiaires

11 330

autres

20 800

ND

907

Total

98 199

22En outre, la fonction publique constitue un terrain propice pour l’acquisition d’une expérience professionnelle en contrepartie d’une faible rémunération. L’âge moyen relativement faible est révélateur d’un fort turnover. Si le jeune ingénieur n’est pas promu après quelques années à un poste d’encadrement, il se dirige vers des secteurs économiques plus lucratifs en monnayant l’expérience acquise au sein de l’administration. La politique salariale y est pour beaucoup : le salaire d’un ingénieur débutant est égal à 1,5 fois le salaire national minimum garanti (SNMG), alors que l’ingénieur occupant un poste d’encadrement supérieur voit son salaire multiplié par deux ou trois, sans compter les avantages liés au poste. Plus de 30 % des cadres dirigeants et plus du tiers de ceux qui exercent des professions intellectuelles supérieures sont employés par l’administration.

23Certains anciens cadres dirigeants se sont installés à leur compte souvent dans le commerce, parfois pour reprendre l’affaire familiale. Un tiers travaille dans le secteur privé et seulement 5 % sont employeurs. De nombreux ingénieurs informaticiens se sont lancés dans le commerce du matériel informatique, soit au début de leur activité professionnelle lorsqu’ils pouvaient bénéficier d’une aide familiale, soit en fin d’activité pour ceux qui sont passés par le secteur public où ils ont accumulé du capital économique et social. Le démantèlement de certains monopoles publics a constitué pour certains ingénieurs une occasion de s’installer à leur compte dans le même secteur d’activité. En effet, alors qu’ils travaillaient dans le secteur public, ils ont pu parfaire leur connaissance du marché et tisser un réseau de relations sociales. Par ailleurs, il n’est pas rare de voir des cadres s’installer avant d’avoir quitté leur employeur public.

24Le tableau 4 est révélateur à plus d’un titre de l’inadéquation entre la formation supérieure et les besoins réels de l’économie algérienne : un ingénieur sur trois exerce en tant que tel et un ingénieur sur sept occupe un poste d’enseignant.

25Plus des trois quarts des ingénieurs sont salariés (cf. tableau 5). Peu de spécialités permettent de s’installer à son compte (architecture et informatique). Le marché des études quant à lui est balbutiant. Les sociétés constituées dans les années 1970 étaient complètement intégrées et se contentaient, lorsqu’elles avaient besoin d’études, de faire appel à des bureaux étrangers. Ce n’est qu’à partir des années 1980, dans le cadre de la restructuration des entreprises publiques, que sont apparues les premières entreprises d’études et d’engineering. Dans les années 1990, après la dissolution de nombreuses entreprises publiques, ce secteur a été investi par les entreprises privées.

Tableau 5. Répartition des ingénieurs occupés selon la situation dans la profession

Situation dans la profession

Effectif

%

Salarié permanent

76 448

77,85

Indépendant

9 907

10,09

Salarié non permanent

6 116

6,23

Employeur

2 286

2,33

Aide familiale

600

0,61

Apprenti

420

0,43

Autre

1 977

2,01

Non déclaré

444

0,45

Total

98 199

100

Mobilité résidentielle et mouvements pendulaires

26On peut saisir les migrations internes de la population d’ingénieurs aux différences entre lieu de naissance, lieu de résidence en 1987 (année du recensement précédent) et lieu de résidence en 1998. Concernant ces trois variables, la wilaya (préfecture) et la commune constituent les zones de localisation. Sur cette base nous avons défini 5 types de migrants : les sédentaires pour lesquels les 3 lieux sont identiques ; les migrants établis pour lesquels la résidence en 1987 et celle de 1998 est identique mais différente de celle de leur naissance ; les migrants de premier rang pour lesquels le lieu de résidence n’a changé qu’après 1987 ; les migrants retournant pour lesquels la résidence occupée en 1998 est celle du lieu de naissance, mais qui en 1987 se trouvaient ailleurs ; les migrants chroniques pour lesquels les trois lieux sont différents (cf. tableaux 6 et 7).

Tableau 6. Répartition des ingénieurs par type de migration (par rapport à la wilaya)

Type de migrant

Effectif

%

Sédentaire

108 630

71,85

Migrant établi

28 882

19,10

Migrant de 1er rang

5 626

3,72

Retour

4 346

2,87

Migrant

3 697

2,45

Total

151 181

100

Tableau 7. Répartition des ingénieurs par type de migration (par rapport à la commune)

Type de migrant

Effectif

%

Sédentaire

69 851

45,80

Migrant établi

51 400

33,70

Migrant de 1er rang

11 022

7,23

Retour

4 193

2,75

Migrant

16 037

10,52

Total

152 503

100

27On signalera que plus de 40 % de la population vit en milieu rural, alors que seulement 16 % des ingénieurs y résident (cf. tableau 8).

Tableau 8. Répartition des ingénieurs par strate de résidence

Strate

Effectif

%

Urbain supérieur

69 745

45,43

Urbain

29 650

19,32

Suburbain

15 927

10,38

Semi-urbain

13 900

9,05

Semi-rural

7 131

4,65

Rural aggloméré

9 266

6,04

Zone éparse

7 888

5,14

Total

153 506

100

  • 2 La concentration est relativement moins forte qu’en France où plus de 40 % des ingénieurs travaill (...)

28Plus du quart des ingénieurs travaillent à Alger2. Même les grandes métropoles régionales (Oran et Constantine) suivent loin derrière. Plus des deux tiers travaillent dans 14 wilayat. La wilaya de Sidi-Bel-Abbès qui est censée être la capitale de l’électronique en Algérie en raison de l’existence du grand complexe « électronique grand public » vient en quatorzième position (cf. tableau 9) !

Tableau 9. Répartition des ingénieurs occupés selon la wilaya de travail

Wilaya

Effectif

%

% cumulé

Alger

24 826

25,15

25,15

Oran

6 945

7,04

32,19

Constantine

4 166

4,22

36,41

Annaba

3 711

3,76

40,17

Ouargla

3 486

3,53

43,70

Tizi Ouzou

2 978

3,02

46,72

Blida

2 918

2,96

49,68

Sétif

2 771

2,81

52,49

Bejaia

2 576

2,61

55,10

Batna

2 426

2,46

57,55

Tlemcen

2 400

2,43

59,99

Skikda

2 346

2,38

62,36

Boumerdes

2 100

2,13

64,49

Sidi-Bel-Abbès

1 819

1,84

66,33

29Nous retrouvons une hiérarchie des professions des moins sédentaires aux plus sédentaires. Il semblerait donc que la mobilité soit en relation directe avec le choix de la profession. Ce dernier serait plus lié au problème de logement qu’au problème de mobilité intrinsèque : lorsqu’on raisonne en termes de mobilité du travail, c’est le schéma contraire que l’on trouve (sauf pour les enseignants, catégorie professionnelle plus féminisée).

Conditions de vie des ingénieurs

30Faute de données sur les revenus des ingénieurs nous avons mis l’accent sur l’équipement et les conditions de logement des chefs de ménage. La crise du logement expliquant que de nombreux cadres techniques habitent chez leurs parents, les chefs de ménage ne représentent qu’un peu plus du tiers du total des ingénieurs. À 35 ans, la moitié seulement des ingénieurs (hommes) ont fondé leur propre ménage (cf. graphique 4). Dans de telles conditions, il est difficile d’assimiler les ingénieurs à une élite sociale.

Graphique 4. Proportion de chefs de ménage masculin par âge

Graphique 4. Proportion de chefs de ménage masculin par âge

31L’accès aux biens de consommation durable diverge selon que l’on est cadre dirigeant ou simple ingénieur (cf. tableau 10). Les premiers ont à leur disposition un véhicule, le téléphone, la machine à laver l’antenne parabolique. L’ancienneté n’est pas la variable explicative de cette différence puisque la différence d’âge moyen entre les deux catégories n’est que d’un an et demi. L’écart de rémunération rend compte de l’accès divergent à ce type de biens. En outre, occuper un poste d’encadrement supérieur est lié à l’existence d’un réseau de relations sociales.

Tableau 10. Taux d’équipements des ménages dont le chef est ingénieur selon les grands groupes de profession

Véhicule

Télévision

Réfrigérateur

Cuisinière

Machine à laver

Téléphone

Antenne parabolique

Cadres dirigeants

,55

,98

,97

,92

,64

,67

,77

Professions intellectuelles et supérieures

,45

,97

,96

,88

,54

,58

,69

Professions intermédiaires

,42

,97

,95

,87

,52

,59

,69

Enseignants

,38

,96

,93

,81

,45

,51

,63

Autres

,30

,90

,85

,67

,31

,36

,46

Total

,44

,96

,94

,56

,66

32On notera que les ingénieurs travaillant dans le secteur des hydrocarbures sont les mieux équipés (cf. tableau 11). Ce phénomène étant apparu dès les années 1970, les autorités avaient tenté d’y pallier, au début de la décennie 1980 en instituant le statut général du travail (SGT) – il s’agissait de faire en sorte que les hydrocarbures ne tarissent pas le recrutement des cadres dans les autres secteurs d’activité de l’économie. Mais vingt ans après la promulgation du SGT, on constate que les inégalités de rémunération n’ont pas été réduites entre les ingénieurs « hydrocarbures » et les autres. Par ailleurs, plus le nombre d’années d’études est élevé plus l’ingénieur améliore ses conditions de vie (cf. tableau 12). Il est probable que ceux qui n’ont pas déclaré leur niveau d’études ne sont pas des ingénieurs diplômés puisque leur taux d’équipement est beaucoup plus faible que les autres catégories.

Tableau 11. Taux d’équipement des ménages dont le chef est ingénieur selon le secteur d’activité

Secteur d’activité

Antenne parabolique

Téléphone

Machine à laver

Véhicule

Hydrocarbures

,70

,62

,59

,55

Commerce

,67

,58

,54

,54

Transports

,67

,56

,54

,52

Autres services

,67

,58

,54

,49

Industrie hors hydrocarbures

,69

,56

,55

,47

BTP

,67

,55

,52

,45

Administration

,66

,56

,49

,39

Agriculture

,57

,48

,43

,37

Total

,66

,56

,51

,44

Tableau 12. Taux d’équipement des ménages dont le chef est ingénieur selon le nombre d’années d’études supérieures

Nb années d’études

Antenne parabolique

Téléphone

Machine à laver

Véhicule

2

,47

,37

,31

,30

3

,71

,56

,51

.43

4

.68

,58

,53

,44

5

,70

,59

,55

.46

6

,75

,68

,66

,57

ND

,23

,20

,14

,17

Total

,63

,54

,49

,42

33Concernant les conditions de logement, la seule différence significative, selon la typologie retenue, est relative à la résidence secondaire (cf. tableau 13). Le statut juridique de l’employeur est ici le facteur discriminant. En effet les ingénieurs, plus particulièrement les cadres du secteur public, ont longtemps bénéficié de la politique de construction et de distribution des logements menée par les autorités algériennes.

34Les informations sur les ingénieurs « non-chefs de ménage » sont intéressantes à plus d’un titre car elles constituent un indicateur sur le degré de reproduction sociale. Les trois quarts des pères des ingénieurs « non-chefs de ménage » ne possèdent aucun diplôme. Prés de la moitié est analphabète et seulement 7,5 % sont universitaires (cf. tableau 14) ! Malgré un léger biais dû au fait qu’on ne tienne compte que des ingénieurs qui n’ont pas encore constitué leur propre ménage, c’est-à-dire les moins aisés, on est loin donc du paysage social décrit par Pierre Bourdieu dans les héritiers. Bien sûr, l’analyse de la mobilité sociale doit intégrer d’autres variables que le niveau d’instruction.

Tableau 13. Caractéristiques des logements habités par des ingénieurs (en %)

Cuisine

Salle de bain

Toilettes (wc)

Résidence secondaire

94

82

96

7,24

Tableau 14. Répartition des pères des ingénieurs non-chefs de ménage selon le niveau d’instruction

Niveau d’inscription du père

%

Sans instruction

48,38

Alphabétisé

6,15

Primaire

21,08

Moyen

8,80

Secondaire

7,48

Supérieur

7,37

ND

0,73

Total

100

35On notera également que plus de 59 % des femmes ingénieurs sont mariées avec des universitaires dont la moitié sont des ingénieurs. On peut parler dans ce cas d’endogamie sociale. Il faut savoir par ailleurs que plus de 10 % des ingénieurs femmes de plus de 40 ans ne se sont pas mariées.

Conclusion

36Nous avons essayé de brosser un premier tableau de la population des ingénieurs. Cette approche descriptive mériterait d’être complétée par une analyse plus fouillée. Il est clair que seule une enquête spécialisée permettrait d’affiner cette photographie. On peut dire que l’ingénieur ne fait plus partie de l’élite du pays. Mais il convient de nuancer cette conclusion en tenant compte de la très forte hétérogénéité de la profession. Dans un pays en proie aux difficultés économiques, en pleine restructuration industrielle et qui importe l’essentiel de sa technologie, l’ingénieur trouve de moins en moins sa place. Son statut social est sérieusement ébranlé depuis quelques années.

37La comparaison de l’ingénieur par rapport à d’autres diplômés de l’enseignement supérieur confirme l’image d’une profession n’offrant pas le meilleur statut social : le pourcentage d’ingénieurs occupant des postes de cadres supérieurs est inférieur à celui des énarques et des licenciés en sciences sociales, économiques et juridiques ! On constate également que les conditions de vie des ingénieurs algériens, bien que supérieures à celles d’autres professions, sont en net décalage par rapport à leurs condisciples d’autres pays. Cette situation contribuerait à alimenter une migration internationale de cadres techniques algériens vers l’Occident. Mais ce phénomène observé empiriquement n’est pas réellement mesuré.

Annexes

Annexes. Quelques graphiques et tableaux tirés du RGPH de 1998

Répartition des ingénieurs par âge et sexe

Répartition des ingénieurs par âge et sexe

Répartition des ingénieurs par lien de parenté

Lien de ménage

Effectif

%

Chef de ménage

53 107

34,60

Chef de famille

10 671

6,95

Épouse du chef de ménage

9 837

6,41

Épouse du chef de famille

2 732

1,78

Enfants célibataires du chef de ménage

69 611

45,35

Enfants célibataires du chef de ménage

3 053

1,99

Autres

4494

2,92

Total

153 506

100

Répartition des ingénieurs par situation matrimoniale

Situation matrimoniale

Effectif

%

Célibataire

78 787

51,33

Marié

72 518

47,24

Divorcé

1 059

0,69

Veuf

1 119

0,73

ND

23

0,01

Total

153 506

100

Répartition et âge moyen des ingénieurs occupés selon le secteur d’activité

Secteur d’activité

Âge

Effectif

%

Services non marchands

34,70

44 198

45,01

Services marchands

35,56

11 669

11,88

Industrie hors hydrocarbures

38,11

9 443

9,62

BTP

36,58

9 324

9,50

Agriculture

37,85

7 779

7,92

hydrocarbures

38,54

6 238

6,35

Commerce

35,52

6 080

6,19

Transports

37,93

2 780

2,83

Non déclaré

33,69

688

0,70

Total

35,94

98 199

100

Répartition des ingénieurs occupés selon le secteur juridique

Secteur juridique

Effectif

%

Public

74 265

75,63

Privé national

21 663

22,06

Étranger

864

0,88

Mixte

640

0,65

ND

767

078

Total

98 199

100

Répartition des ingénieurs occupés selon leur lieu de travail

Lieu de travail

Effectif

%

Même commune

49 201

50,10

Commune de la même wilaya

30 443

31,00

Autre wilaya

18 555

18,89

Total

98 199

100

Structure selon le type de migration (par rapport à la commune) en fonction des grands groupes de professions des ingénieurs occupés (en %)

Type de migrants

Sédentaire

Migrant établi

Migrant de 1 er rang

Retour

Migrant chronique

Total

Cadres dirigeants

31,5

39,0

8,3

2,9

18,3

100,0

Professions intellectuelles et supérieures

39,7

36,5

8,8

2,2

12,8

100,0

Professions intermédiaires

42,9

34,9

7,7

3,1

11,4

100,0

Enseignants

46,8

31,6

8,4

2,6

10,5

100,0

Autres

50,4

31,4

6,2

3,3

8,7

100,0

Total

42,0

34,9

8,0

2,7

12,4

100,0

Structure des ménages dont le chef est ingénieur selon le type de migration (par rapport à la commune) et par grands groupes de profession (en %)

Type de migrants

Sédentaire

Migrant établi

Migrant de 1er rang

Retour

migrant chronique

Total

Cadres dirigeants

25,1

41,3

9,0

3,0

21,6

100,0

Professions intellectuelles et supérieures

30,2

39,2

10,0

2,6

17,9

100,0

Professions intermédiaires

31,9

39,6

9,7

3,0

15,8

100,0

Enseignants

36,4

35,9

9,9

3,4

14,4

100,0

Autres

40,1

34,7

7,7

4,1

13,4

100,0

Total

31,5

38,6

9,3

3,1

17,5

100,0

Caractéristiques des logements des ménages dont le chef est ingénieur selon les grands groupes de profession

Cuisine

Salle de bain

Toilettes (wc)

Cadres dirigeants

,98

,92

,99

Professions intellectuelles et supérieures

,97

,88

,98

Professions intermédiaires

,96

,87

,97

Enseignants

,95

,84

,96

Autres

,88

,66

,90

Total

,95

,85

,96

Notes

1 Il faut garder à l’esprit que dans des opérations de l’envergure d’un recensement, il y a souvent des erreurs de codage et de saisie qu’on ne peut pas corriger systématiquement. On peut supposer que globalement les ordres de grandeurs sont acceptables en raison de l’effet de compensation entre erreurs. En revanche, pour des faibles effectifs il est difficile de se prononcer sur leur fiabilité. Le recensement est la photographie d’un moment, un instantané, d’où la difficulté d’une lecture dynamique des données. Pour tenter de surmonter la limite de l’instrument, nous avons, dans le cadre de cet article, utilisé la variable « âge » pour éclairer les évolutions.

2 La concentration est relativement moins forte qu’en France où plus de 40 % des ingénieurs travaillent en région parisienne.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Taux de féminisation par génération
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/1537/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Graphique 2. Taux d’activité par âge et sexe
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/1537/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Graphique 3. Taux de chômage par âge et sexe
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/1537/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Graphique 4. Proportion de chefs de ménage masculin par âge
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/1537/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Répartition des ingénieurs par âge et sexe
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/1537/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

Auteur

Statisticien-économiste, chercheur au Centre de recherches en économie appliquée au développement (CREAD), Alger

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable