Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

IV. De l’école au marché du travail : la fin de l’emploi public ?

Mobilité professionnelle et réseaux d’accès à l’emploi des ingénieurs tunisiens diplômés : d’un marché du travail fermé à un marché du travail ouvert

Saïd Ben Sedrine et Éric Gobe

Texte intégral

  • 1 Cet article s’appuie sur les résultats d’une enquête quantitative menée auprès d’un échantillon rep (...)
  • 2 L'ingénieur " public " demeure une figure essentielle des cadres techniques : 78 % des ingénieurs s (...)

1Aujourd’hui, la libéralisation de l’économie modifie le rapport des ingénieurs au marché de l’emploi. Mais les quelque 20 000 ingénieurs travaillant en Tunisie, soit environ 0,6 % de la population active, sont affectés de façon différenciée par les réformes économiques mises en oeuvre par les pouvoirs publics depuis la fin des années 19801. Les effets de celles-ci sur la structuration du marché du travail peuvent être lus à travers l’étude de la mobilité professionnelle intra et intersectorielle des ingénieurs tunisiens. En effet, le marché du travail des ingénieurs s’est segmenté pendant cette période en deux grandes catégories : d’une part, un marché du travail fermé, c’est-à-dire un espace social où « l’allocation de la force de travail aux emplois est subordonnée à des règles impersonnelles de recrutement et de promotion » (Paradaise, 1988 : 9-21), et d’autre part un marché du travail ouvert où l’insertion professionnelle est soumise à la concurrence. Cette segmentation a des effets sur les formes de mobilités professionnelles et sur les réseaux d’accès à l’emploi des ingénieurs tunisiens. Elle contribue à instaurer un clivage de caractère générationnel qui tend à séparer les anciens et les nouveaux ingénieurs. Les premiers évoluent dans un « système professionnel fermé » (Segrestin, 1985) dans la mesure où leur mobilité professionnelle se déroule au sein du secteur public, tandis que les seconds connaissent une mobilité professionnelle interne au secteur privé ou intersectorielle, des entreprises privées vers le secteur public2.

La mobilité professionnelle sectorielle des ingénieurs : des significations marquées par un clivage générationnel ?

La mobilité professionnelle des jeunes ingénieurs : un « pantouflage à l’envers » ?

2L’étude de la mobilité sectorielle fait ressortir pour toutes les dernières générations de diplômés un véritable phénomène de « pantouflage à l’envers » selon l’expression de Saïd Ben Sedrine et Vincent Geisser (1997 : 21). Faute de trouver un travail correspondant à leurs aspirations, ces jeunes ingénieurs occupent un emploi d’attente et réinvestissent le secteur étatique, dès que possible, par le biais de concours sur table ou de recrutement direct sur titre ou dossier. De manière générale, la mobilité des ingénieurs est révélatrice d’une préférence pour l’emploi public (cf. tableau 1). En moyenne, 43 % des cadres techniques ayant changé d’emploi ont connu une mobilité professionnelle au sein du secteur d’État, c’est-à-dire dans l’administration, dans les entreprises publiques ou entre les deux. Par conséquent, très peu d’ingénieurs sont passés du secteur public vers le secteur privé (6 %) et la mobilité interne au sein du privé concerne 19 % de ceux qui ont changé d’emploi. Les plus forts taux de mobilité intersectorielle d’une entreprise privée vers le secteur public se rapportent aux générations de diplômés d’après 1990. Ils connaissent une progression importante chez la catégorie des ingénieurs mobiles ayant obtenu leur diplôme entre 1986 et 1990 (30 % contre 13 % des diplômés entre 1981 et 1985). Cela signifie qu’il s’agit des premiers diplômés touchés par la mise en œuvre du Plan d’ajustement structurel (PAS).

3Près de 40 % des jeunes ingénieurs ayant changé d’emploi dans les années 1990 ont pratiqué ce « pantouflage à l’envers ». Occupant un emploi d’attente, ils poursuivent leur recherche d’emploi pour accéder au secteur public. Une fois cet objectif atteint, ils se stabilisent dans l’emploi. Le passage du secteur public vers le secteur privé concerne essentiellement les ingénieurs diplômés des années 1980.

4Il convient également de noter que la mobilité du secteur privé vers le secteur public est sexuée puisqu’elle concerne 33 % des femmes contre 23 % des hommes. Elle révèle une préférence des femmes mobiles pour l’emploi public. Par ailleurs, la mobilité intersectorielle des diplômés des années 1990 du public vers le privé est nulle, tandis que le taux de mobilité au sein du secteur public diminue considérablement.

5Les changements d’emploi associés à la démission seraient fortement reliés au « pantouflage à l’envers » et à la mobilité au sein du secteur privé (respectivement 67 % et 81 % des raisons invoquées, cf. tableau 2). En revanche, les licenciements individuels et économiques représentent la portion congrue.

Tableau 1. Distribution des ingénieurs mobiles par type de mobilité sectorielle selon la date d’obtention du diplôme (en %)

Tableau 1. Distribution des ingénieurs mobiles par type de mobilité sectorielle selon la date d’obtention du diplôme (en %)

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000

Tableau 2*. Les causes de la mobilité selon les principaux types de mobilité (en %)

Principaux types de mobilité

Fin de contrat de travail

Démission

Licenciement individuel

Licenciement économique

À l’intérieur du secteur public

5

18

8

8

Du secteur prive vers le secteur public

29

67

8

4

À l’intérieur du secteur prive

22

81

10

5

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000
* les valeurs ne s’additionnent pas. En effet, les personnes enquêtées peuvent invoquer plusieurs raisons, dans la mesure où leur mobilité peut se rapporter à des changements successifs d’emploi

6Les ingénieurs démissionnaires avancent trois principales raisons à la rupture de leur contrat de travail (cf. tableau 3). Il s’agit, dans un ordre décroissant, des mauvaises perspectives de carrière (35 %), de la possibilité d’occuper un emploi offrant une meilleure rémunération (23 %), et de la volonté d’obtenir un emploi stable (23 %) ou d’accéder à une situation professionnelle plus en adéquation avec la formation reçue (19 %). L’obtention d’un emploi stable et de meilleures perspectives de carrière sont les principales raisons invoquées par les ingénieurs qui ont démissionné pour s’adonner aux « joies » du « pantouflage à l’envers » (55 %). En outre, ils invoquent, dans une moindre mesure, la perspective d’occuper un emploi dont les tâches sont plus adéquates à la formation reçue (34 %). Ces motifs montrent combien le modèle d’emploi idéal pour les jeunes ingénieurs demeure fortement associé au secteur public qui est censé proposer une évolution de carrière sans heurt et un emploi stable. Quant aux mobiles de démission des ingénieurs ayant changé d’emploi au sein du secteur privé, ils ne sont pas exactement de même nature. Certes, l’amélioration des perspectives de carrière est la première raison évoquée (49 %), mais l’obtention d’une meilleure rémunération est mise en avant presque aussi fréquemment (47 %). En revanche, leur mobilité est nettement moins liée à la perspective d’accéder à un emploi stable (28 %).

Tableau 3. Les motifs de démissions des ingénieurs selon le type de mobilité sectorielle (en %) (*)

Tableau 3. Les motifs de démissions des ingénieurs selon le type de mobilité sectorielle (en %) (*)

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000.
(*) Les données ne s’additionnent pas, les ingénieurs pouvant donner plusieurs motifs de démission

7La mobilité professionnelle en général est souvent accompagnée par un changement partiel ou total de spécialité (65 %, cf. tableau 4). Ce phénomène est observé pour toutes les générations d’ingénieurs, mais elle n’a pas la même signification en fonction de la date d’obtention du diplôme. Pour les jeunes ingénieurs, le changement total ou partiel de spécialité est le prix à payer pour accéder à un emploi public. Autrement dit, certains diplômés ont effectué leur choix en faveur de la stabilité et au détriment d’une adéquation entre la spécialité et l’emploi occupé. C’est en particulier le cas des ingénieurs diplômés entre 1991 et 1995 qui précisent, pour 71 % d’entre eux, que leur mobilité s’est accompagnée d’un changement de spécialité. C’est incontestablement dans la première moitié des années 1990 que les ingénieurs diplômés ont connu les plus grands problèmes d’emploi. Pour les générations les plus anciennes, le changement de spécialités s’inscrit dans l’évolution et la construction de la carrière de l’ingénieur.

Tableau 4. Changement de spécialité des ingénieurs mobiles selon l’année d’obtention du diplôme (en %)

Date d’obtention du diplôme

Changement total ou partiel de spécialité

Pas de changement de spécialité

Total

1980 au plus

69,4

30,6

100

1981-1985

58,7

41,3

100

1986-1990

59,4

40,6

100

1991-1995

71,0

29,0

100

Après 1995

57,5

42,5

100

Ensemble

95,0

35,0

100

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000

La mobilité professionnelle dans un marché du travail fermé : l’apanage des anciens

  • 3 Sur les différents types de marché du travail fermé, voir Dubar Claude & Tripier Pierre (1998 : 153 (...)

8Les individus mobiles qui se sont insérés sur le marché du travail avant 1980 disposaient d’un emploi stable : encore aujourd’hui, ils évoluent largement dans un marché du travail fermé3. En effet, chez les ingénieurs les plus anciens, le changement d’emploi se déroule dans le secteur public (à hauteur de 84 %, cf. tableau 1) et les motifs de la mobilité sont rarement liés à la fin d’un contrat à durée déterminée, ou à un licenciement économique (respectivement 5 % et 8 % des cas). Le changement d’emploi peut se dérouler au sein de la même entité publique. Le cas des ingénieurs agronomes, ingénieurs d’État par excellence, est illustratif à cet égard. Leur mobilité s’est déroulée massivement au sein du secteur public (près de 75 % cf. tableau 5) et plus particulièrement dans l’administration, leur principal employeur. Ils sont mobiles au sein de la fonction publique, soit qu’ils se retrouvent détachés auprès d’une autre administration, soit qu’ils passent d’un organisme public à un autre. En outre, leur mobilité professionnelle s’accompagne d’une mobilité géographique importante (les trois quarts ont changé de gouvernorat), les ingénieurs agronomes étant amenés, au cours de leur carrière, à occuper des emplois dans les offices de mise en valeur répartis sur le territoire national ou dans d’autres établissements publics sous tutelle du ministère de l’Agriculture. Ainsi, leur mobilité au sein du secteur public n’est pas nécessairement synonyme de stabilité dans la spécialité professionnelle exercée puisque au moment de leur changement d’emploi, plus de la moitié des ingénieurs agronomes (53,8 %) affirment avoir changé partiellement de spécialité professionnelle, contre 14,6 % totalement et 31,6 % pas du tout.

Tableau 5. Les motifs de la mobilité chez les ingénieurs agronomes

Les motifs de la mobilité

Pourcentage

Licenciement économique

5,1

Licenciement individuel

9,4

Fin du contrat de travail

7,7

Démission

21,4

Détachement

73,6

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000

Les caractéristiques des réseaux d’accès à l’emploi

Un effet de génération

  • 4 Cet effet ne peut être qu’approximatif dans la mesure où notre enquête n’est pas longitudinale. Nou (...)

9L’âge intervient très nettement sur les moyens mobilisés par les ingénieurs pour accéder à leur emploi actuel4. Désormais, les cadres techniques les plus récemment diplômés rencontrent de plus grandes difficultés pour s’insérer sur le marché du travail.

10Les résultats que nous présentons ci-dessous fournissent des éléments pour comprendre le caractère segmenté du marché du travail des ingénieurs (entre marché fermé et ouvert) et l’aspiration des jeunes ingénieurs à accéder au même type d’emploi que leurs aînés. Jusqu’à la mise en œuvre du PAS, l’investissement de l’individu dans une formation d’ingénieur était une condition suffisante pour accéder à un emploi dans le secteur public. Avec le rationnement des emplois publics, il est devenu clair que le diplôme, indicateur du capital humain, certificat sanctionnant un certain niveau de qualifications professionnelles est insuffisant pour obtenir l’emploi auquel aspirent les jeunes ingénieurs. En effet, l’évolution des modalités de recherche d’emploi par les ingénieurs diplômés durant la décennie 1990, est révélatrice d’une plus grande difficulté à trouver un travail. Le rationnement de l’emploi dans le secteur public peut s’appréhender à travers l’augmentation de la fréquence d’utilisation du concours pour accéder à un emploi stable. Respectivement 42 % et 37 % des ingénieurs diplômés entre les années 1991 et 1995 et après 1995 ont recouru à ce mode de recrutement pour s’insérer sur le marché du travail contre 10 % de ceux qui ont obtenu leur titre d’ingénieur avant 1980 (cf. tableau 6). Cela signifie que les ingénieurs des nouvelles générations n’ont pas complètement renoncé à s’insérer dans le secteur public. Mais désormais, ils doivent passer sous les fourches caudines du concours. Il convient également de rappeler que près de 40 % des ingénieurs mobiles, diplômés entre 1991 et 1995 et ayant intégré la fonction publique ou une entreprise étatique, après avoir réussi un concours, occupaient un emploi d’attente dans le secteur privé (voir supra).

  • 5 Le capital social correspond à ce que Pierre Bourdieu, désigne comme « l’ensemble des ressources ac (...)

11Par ailleurs, l’item « recours aux relations personnelles » renvoie aux réseaux familiaux et amicaux. Il désigne une forme de capital social5 qu’il s’agit de mobiliser, afin d’obtenir un emploi dans un marché du travail plus ouvert. L’usage de ce capital social se rapporte également, à titre principal, aux ingénieurs sortis des écoles dans les années 1990. Alors que seuls 5 % d’ingénieurs diplômés avant 1980 ont utilisé ce mode relationnel, après 1995, le nombre de ceux qui y ont recours a plus que doublé (12 %).

12L’Agence tunisienne de l’emploi reste un moyen peu utilisé par les ingénieurs sortis des écoles au cours de ces dix dernières années, en dépit de plus grandes difficultés de recrutement. Il concerne, au premier chef, les diplômés de la première moitié des années 1990. Il est vrai que le Bureau national d’emploi des cadres (BNEC) est de création récente (1990). Outre la publication d’offres d’emploi pour les jeunes cadres, il est chargé de mettre en contact les diplômés postulant à des stages avec les administrations et les entreprises.

13Les ingénieurs diplômés entre 1991 et 1995 ont aussi utilisé des moyens d’accès à leur emploi actuel qui révèlent une plus grande difficulté d’insertion. Comparativement, ce sont eux qui ont été le moins sollicité par un employeur et qui ont recouru le plus au concours et au bureau public d’emploi pour obtenir un travail.

14Force est de constater que la candidature spontanée et la sollicitation de la part de l’employeur concernent tout d’abord les ingénieurs diplômés d’avant 1980. Pour ceux qui n’ont occupé qu’un seul emploi (35 % des diplômés avant 1980), cette situation ressortit aux modalités de recrutement de l’administration et des entreprises publiques. En effet, les ingénieurs ayant débuté dans les années 1960 et 1970 avaient pu trouver leur premier emploi dans le secteur public et ils n’envisageaient guère d’autres carrières que celles que leur proposait l’État tunisien, tant dans l’administration que dans les grandes entreprises publiques. Plus précisément, pour les ingénieurs des années 1960, formés pour la plupart en France, il s’agissait d’occuper les places laissées par les ingénieurs français dans les secteurs clés de l’économie. On les retrouvait aux ministères de l’Agriculture, de l’Équipement, des PTT, de l’Économie ou dans les sociétés nationales chargées de répondre aux besoins fondamentaux du pays (la STEG dans la production et la distribution d’électricité, la SONEDE dans la distribution d’eau, l’ETAP dans le secteur pétrolier…). Un ingénieur, diplômé de Centrale en 1971, rend compte de la fin de ses études et de son insertion professionnelle dans des termes qui montrent la manière dont pouvaient se passer les recrutements à la grande époque de l’ingénieur d’État :

  • 6 Entretien avec Raouf Chemmari, mars 1999.

« J’ai intégré Centrale après mai 68 et j’en suis sorti en 1971. Pour l’anecdote, j’avais pris comme option la thermique industrielle, l’option du professeur Marcel Veron. Cela voulait dire qu’à la sortie de l’École, j’étais bon pour les centrales thermiques ou nucléaires…, froid et chaud point à la ligne. Je peux vous dire qu’une fois arrivé en Tunisie, les centrales, ce n’était pas la peine de m’en parler et le chaud et le froid, cela ne me faisait ni chaud ni froid. J’ai choisi en juillet 1971 d’intégrer le ministère des Travaux publics et de l’Habitat, j’ai donc pris la seule option, la seule discipline où j’avais été insuffisant à l’École, c’est-à-dire le génie civil (…). J’ai choisi la direction des Ponts et Chaussées par défi »6.

15Les ingénieurs qui ont débuté dans les années 1970 ont donc été embauchés pour la plupart dans les entreprises publiques, à l’exception de certains diplômés des grandes écoles françaises. Ces derniers ont créé des affaires privées du fait de la dégradation des conditions matérielles dans le secteur public (Karvar, 2001 : 187). Les ingénieurs « mobiles » (diplômés d’avant 1985), quel que soit le moment où le changement d’emploi s’est opéré, proposent pour la plupart leurs compétences sur un marché de l’emploi fermé (celui du secteur public).

16L’item « sollicité par l’employeur » renvoie à l’existence d’un réseau professionnel efficace : « L’entrepreneur [public en l’occurrence, n. d. a] contacte quelqu’un sur qui il a de bons renseignements (…) pendant qu’il est encore employé dans une autre entreprise. Le fait d’être contacté par l’employeur est donc le signe d’une relation entre l’ingénieur et l’employeur ou au moins d’une réputation, ce qui sous-entend l’existence d’un réseau professionnel efficace » (Degenne & al., 1991 : 89). De manière générale, avoir été sollicité par l’employeur est d’autant plus fréquent que l’on avance en âge. C’est tout au moins ce qui ressort des résultats des diverses enquêtes sur l’emploi aux États-Unis ou en Europe. En effet, il faut avoir connu un employeur lors d’un précédent emploi, ce que l’avancée en âge rend plus probable (Forsé, 1997 : 156).

17L’on ne peut que constater l’absence de lobbying de la part des associations d’anciens élèves d’ingénieurs, quelle que soit la date d’obtention du diplôme. En effet, c’est un moyen d’accès au marché du travail qui touche une partie négligeable de la population enquêtée (1 %).

Tableau 6. Fréquence d’utilisation des moyens d’accès à l’emploi actuel selon la période d’obtention du diplôme d’ingénieur (en %)

Moyen utilise pour l’obtention de l’emploi

1980 et avant

1981-1985

1986-1990

1991-1995

Après 1995

Ensemble

Candidature spontanée

59

55

33

28

26

40

Sollicitation d'un employeur

18

17

15

5

12

13

Relations personnelles

5

6

10

12

12

9

Concours

10

16

27

42

37

27

Bureau public d'emploi

1

1

9

10

8

6

Association d’anciens élèves

1

2

2

1

Autre

6

4

5

2

6

4

Total

100

100

100

100

100

100

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000

Les associations d’ingénieurs : des lieux de sociabilité avant toute chose

18Notre questionnaire invitait les ingénieurs à indiquer s’ils étaient membres d’une association d’ingénieurs (d’anciens élèves ou de spécialité) et quels étaient les motifs qui les avaient poussés à y adhérer.

  • 7 En France le taux d’adhésion aux associations d’anciens élèves s’élève en moyenne à 30 %. Le taux m (...)

19Un premier constat s’impose, les ingénieurs membres d’une association constituent une forte minorité, soit en moyenne, un peu plus de 20 % (cf. tableau 7). Et ce sont les ingénieurs formés en France, pays ayant une forte tradition d’associations d’anciens élèves, qui connaissent le taux d’adhésion le plus élevé (33,3 %)7.

Tableau 7. Taux d’adhésion à une association d’ingénieurs selon le pays de formation (en %)

Tunisie

Monde arabe

France

Europe de l’Ouest

Europe de l’Est

Amérique du Nord

Ensemble

17,9

23,3

33,3

30.6

32,4

9,5

21,3

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000

20Ces associations d’ingénieurs apparaissent surtout comme des lieux de sociabilité entre anciens d’une même école et, dans une moindre mesure, entre ingénieurs d’une même spécialité. Mais, elles n’interviennent quasiment pas pour placer leurs adhérents. Seuls 13 % de leurs membres y ont adhéré pour mieux s’insérer sur le marché de l’emploi, ce qui ne signifie pas qu’ils ont trouvé leur emploi grâce à l’association. Près de 80 % l’ont fait pour garder le contact avec leurs anciens collègues de promotion (cf. le graphique).

21Leurs activités principales consistent à organiser des séminaires, des conférences ou des dîners débats. L’Association des anciens de l’Institut national agronomique de Tunis (INAT) affirme pourtant travailler à une meilleure insertion professionnelle de ses membres. Mais un regard porté sur le compte-rendu de ses activités démontre qu’il s’agit plutôt d’un regroupement convivial. Un ancien diplômé de l’INAT évoque, en particulier, le rôle joué par l’association pour « resserrer les liens d’amitié et de solidarité entre tous les anciens de l’INAT », « procurer à ses membres les moyens d’élargir le champ de leurs connaissances » et « développer l’action sociale au profit de ses membres » (M’zah, 1998 : 158-168).

Graphique. Les motifs d’adhésion à une association d’ingénieur

Graphique. Les motifs d’adhésion à une association d’ingénieur

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000

  • 8 L’ATUGE a vocation à regrouper tous les Tunisiens, élèves des classes préparatoires, élèves et anci (...)
  • 9 Dans un entretien de novembre 2001, Talel Chérif, président de l’ATUGE Tunisie, reconnaît avoir tro (...)

22Dans ce paysage associatif, l’Association des Tunisiens des grandes écoles (ATUGE) semble faire exception, parce qu’elle vise explicitement à placer ses adhérents. L’ATUGE, créée en juin 1990, est une association à deux antennes : l’une, à Paris, est de droit français et l’autre, à Tunis, est de droit tunisien8. Elle est un lieu de sociabilité comme les autres associations (organisation de tables rondes, d’activités de loisirs…). En tant que structure de placement professionnel de ses membres, à l’image de certaines associations françaises d’anciens élèves ingénieurs, elle organise chaque année un forum « ingénieurs-entreprises » en Tunisie. L’un des objectifs de cette rencontre est de mettre en contact de jeunes diplômés avec des chefs d’entreprises tunisiennes ou de sociétés étrangères installées sur le territoire tunisien. Les firmes participantes financent le forum et publient sur la plaquette du programme un compte-rendu de leurs activités, ainsi que les profils d’ingénieurs recherchés9. En outre, il convient de signaler que l’ATUGE accueille, sur son site web, une banque de données d’offres de stages et d’emplois alimentée par des cabinets de recrutement, et par des entreprises tunisiennes et françaises.

  • 10 Ibidem.

23L’ATUGE Tunisie éprouve néanmoins, depuis quelques années, des difficultés pour recruter des jeunes ingénieurs désireux de s’investir dans la vie associative. En effet, les taux de retour des diplômés des grandes écoles s’amenuisent depuis 1997, en raison de la reprise de l’économie française qui a offert, jusqu’en 2001, d’excellentes perspectives d’emploi pour les ingénieurs formés en France. Ainsi, l’ATUGE n’a pas organisé de forum en 2000, parce qu’elle était dans l’incapacité de mobiliser une équipe tunisienne suffisamment étoffée pour mettre en place la logistique nécessaire10.

Des réseaux d’accès à l’emploi sexués et socialement différenciés ?

24Le sexe reste un critère discriminant dans la recherche d’un emploi par l’ingénieur. Les moyens qu’il a mobilisés pour accéder à l’emploi actuellement occupé, ont varié, quelle que soit la période d’obtention du diplôme, selon que l’ingénieur est un homme ou une femme.

25On rappellera ici, qu’à l’instar de la plupart des pays du monde, le métier d’ingénieur en Tunisie est un métier d’homme. Néanmoins, les femmes représentent 17,2 % des ingénieurs, ce qui est supérieur à la moyenne française (16 %). Et cette proportion de femmes ingénieurs a augmenté de façon fulgurante depuis l’indépendance : les femmes constituent 26,1 % des cadres techniques de moins de 30 ans contre seulement 6 % de ceux de plus de 50 ans (cf. tableau 8).

Tableau 8. Répartition des hommes et des femmes ingénieurs par classe d’âge (en %)

Sexe

< 30 ans

31-40 ans

41-50 ans

> 50 ans

Ensemble

Homme

73,9

81,4

87,4

94,0

82,8

Femme

26,1

18,6

12,6

6,0

17,2

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000

26Les différences de réseaux d’accès à l’emploi, notamment pour les diplômés les plus récents, sont révélatrices de la forte « aspiration » des femmes ingénieurs à accéder à un emploi stable dans le secteur public : 49 % des femmes diplômés entre 1991 et 1995 contre 41 % des hommes ont accédé à leur emploi par le biais du concours (cf. tableau 9). L’écart s’accentue pour les ingénieurs arrivés sur le marché de l’emploi après 1995 puisque 55 % des femmes ont passé un concours, contre 31 % des hommes. Si chez les ingénieurs les plus anciennement diplômés, les femmes ont fait la démarche de s’adresser directement aux employeurs, ce n’est plus le cas dans les années 1990. Par ailleurs, les femmes utilisent, toujours plus que les hommes, les relations personnelles pour accéder à l’emploi. Tout se passe comme si dans le contexte d’ouverture du marché du travail de la dernière décennie du XXe siècle, les réseaux d’accès à l’emploi étaient plus fortement sexués, les femmes recourant plus particulièrement aux liens personnels pour trouver un travail dans le secteur privé, et les hommes recourant à une démarche plus directe et volontaire.

27De manière générale, les femmes sont moins souvent contactées que les hommes par l’employeur. L’écart est de 4 points pour la génération d’ingénieurs la plus ancienne. Les femmes diplômées après 1991 n’ont été aucunement sollicitées par les employeurs pour accéder à leur emploi. Le contraste est patent pour les ingénieurs sortis d’une école après 1995 : 15 % des hommes ont utilisé ce mode d’accès à l’emploi, et aucune femme. Cet écart renvoie à une plus grande difficulté, pour les femmes, à se constituer ou à préserver un réseau dense et efficace (Marry, 1989 : 323). Il pourrait également témoigner d’une moindre efficacité du réseau professionnel au féminin (Degenne & al., 1991 : 91).

  • 11 Cependant, il n’est pas possible d’infirmer ou de confirmer la proposition de Marc Granovetter selo (...)

28En somme, chez les ingénieurs, on peut dire que les jeunes hommes bénéficient d’un effet « réseau professionnel » dans l’accès à l’emploi privé, alors que les jeunes femmes valorisent les liens amicaux et familiaux11.

29On constate également que les hommes font davantage appel à des intermédiaires institutionnels de l’insertion : l’usage de l’agence tunisienne de l’emploi est plutôt l’apanage du sexe masculin. Toutefois, plus la sortie de l’école est récente plus la différence diminue entre les sexes. Par ailleurs, les femmes ne font jamais référence à l’utilisation des services d’une association pour obtenir un emploi. Bien sûr ce mode d’obtention d’un travail est quasiment inusité par l’ensemble des ingénieurs, mais ceux qui y recourent exclusivement des hommes.

30Dans l’accès à l’emploi, le milieu social est un facteur nettement moins discriminant que le sexe (cf. tableau 10). Cependant, on remarque que l’item « sollicitation de l’employeur » est relativement sur-représenté parmi les enquêtés dont le père est classé dans la catégorie des « origines sociales supérieures ». Les ingénieurs diplômés d’origine modeste utilisent le bureau de l’emploi plus que ceux issus de catégories socioprofessionnelles supérieures. De même, ils ont fait moins fréquemment appel à leur entourage pour décrocher leur emploi actuel. Leurs parents ne possédant pas le même réseau relationnel que les catégories socioprofessionnelles élevées, ils sont moins susceptibles d’aider leur progéniture à trouver un emploi correspondant à leur profil.

Tableau 9. Fréquence d’utilisation des moyens d’accès à l’emploi actuel selon le sexe et la période d’obtention du diplôme d’ingénieur (en %)

Tableau 9. Fréquence d’utilisation des moyens d’accès à l’emploi actuel selon le sexe et la période d’obtention du diplôme d’ingénieur (en %)

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000

Tableau 10. Fréquence d’utilisation des moyens d’accès à l’emploi actuel selon l’origine sociale du père (en %)

Moyen utilisé pour l’obtention de l’emploie

Origine sociale populaire

Origine sociale intermédiaire

Origine sociale supérieure

Candidature spontanée

42,4

38,7

34,7

Sollicitation d’un employer

8,1

16,4

21,5

Relation personnelles

8,1

9,7

10,4

Concours

28,8

23,9

26,4

Bureau public d’emploie

6,4

6,3

4,2

Association d’anciens élèves

1,2

0,8

Autre

4,9

4,2

2,8

Total

100,

100

100

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000

  • 12 Le gouvernement tunisien a privatisé dans un premier temps les petites et moyennes entreprises publ (...)

31La mobilité intersectorielle du secteur privé vers le secteur public que nous avons constatée chez les ingénieurs mobiles diplômés dans la décennie 1990, ne devrait pas pouvoir perdurer, les grandes sociétés publiques tunisiennes étant destinées à être privatisées et la fonction publique recrutant au compte-gouttes12. Au-delà de la mobilité professionnelle, les évolutions du marché du travail débouchent aujourd’hui sur la question du chômage des jeunes ingénieurs diplômés et sur celles des cadres techniques qui risquent d’être concernés par la liquidation et la privatisation des entreprises publiques. Par ailleurs, André Grelon, Jean-Marie Duprez et Catherine Marry soulèvent à propos de la France la question des ingénieurs en fin de parcours professionnel (Duprez & al., 1991 : 41-64). Ils font remarquer que les ingénieurs âgés de plus de 50 ans sont soumis dans des proportions non négligeables au chômage et à des départs en retraite anticipée. La question ne s’est guère posée jusqu’à aujourd’hui en Tunisie, les ingénieurs étant employés jusqu’à la retraite dans le secteur public. Le démantèlement des entreprises publiques et la croissance des effectifs d’ingénieurs du secteur privé devrait contribuer à rendre actuel un tel questionnement.

Bibliographie

Bibliographie

BEN SEDRINE Saïd & GEISSER Vincent, « Les diplômés à la sortie de l’Université. Devenir social et stratégies d’insertion professionnelle », Monde arabe Maghreb-Machrek, n° 157, juillet-septembre 1997, pp. 17-28.

BOURDIEU Pierre, « Le capital social. Notes provisoires », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 31, janvier 1980, pp. 2-3.

DEGENNE Alain, FOURNIER Irène, MARRY Catherine, MOUNIER Lise, « Les relations sociales au cœur du marché du travail », Sociétés contemporaines, n° 5, mars 1991, Paris, L’Harmattan, pp. 75-97.

DUBAR Claude TRIPPIER Pierre, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 1998.

DUPREZ Jean-Marie, GRELON André, MARRY Catherine, « Les ingénieurs des années 1990 : mutations professionnelles et identité sociale », Sociétés contemporaines, n° 6, 1991, pp. 41-64.

FORSÉ Michel, « Capital social et emploi », L’Année sociologique, n° 1, 1997, pp. 143-181.

GRANOVETTER Marc, « The Strength of Weak Ties : a Network Theory Revisited », in MARSDEN Peter V. et LIN Nan, Social Structure and Network Analysis, Beverly Hills, Sage Publishers, 1982, pp. 105-130.

GRANOVETTER Marc, « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, 1973, pp. 1361-1380.

KARVAR Anousheh, « Trois générations d’élèves tunisiens à l’École polytechnique française (1955-1985) », in GEISSER Vincent (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS, 2001, pp. 179-192.

M’ZAH Taoufik, « L’Association des anciens élèves, la relance », in l’INAT : un siècle sur la voie de l’excellence, Tunis, ministère de l’Agriculture, 1998, pp. 153-168.

MARRY Catherine, « Femmes-ingénieurs : une (ir)résistible ascension ? », Information sur les sciences sociales, n° 2, vol. 28, juin, pp. 291-344.

PARADEISE Catherine (1988), « Les professions comme marchés du travail fermés », Sociologie et sociétés, vol. XX, n° 2, octobre, pp. 9-21.

SEGRESTIN Denis, Le phénomène corporatiste, Fayard, Paris, 1985.

Notes

1 Cet article s’appuie sur les résultats d’une enquête quantitative menée auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 ingénieurs. Celui-ci a été constitué à partir du fichier des individus inscrits au tableau de l’Ordre des ingénieurs tunisiens. L’enquête proprement dite s’est déroulée entre avril et octobre 2000 sur l’ensemble du territoire national. Au total 30 enquêteurs-étudiants ont participé à cette première enquête franco-maghrébine sur l’insertion socio-économique des ingénieurs en Tunisie. Les chiffres et les analyses qui suivent prennent en compte les agronomes, mais excluent les architectes du fait que les statistiques utilisées ne les incluent pas dans la catégorie « ingénieur ». Par ailleurs, ils concernent les ingénieurs diplômés qui représentent 83 % de notre échantillon.

2 L'ingénieur " public " demeure une figure essentielle des cadres techniques : 78 % des ingénieurs sont employés par les entreprises publiques (46,7 %) et l'administration (31,7 %).

3 Sur les différents types de marché du travail fermé, voir Dubar Claude & Tripier Pierre (1998 : 153-155). Ils distinguent, dans le cas de la France, quatre grands types de marchés fermés du travail. Celui de la fonction publique qui est le plus fermé avec son statut particulièrement protecteur ; celui des professions indépendantes et libérales, régi par des règlements et organisés au sein de chaque profession réglementée ; celui des marchés des grandes entreprises privées dont bénéficient les cadres ; celui des marchés du travail corporatistes, régis par des conventions collectives et organisés au niveau de certains métiers ou branches.

4 Cet effet ne peut être qu’approximatif dans la mesure où notre enquête n’est pas longitudinale. Nous avons connaissance de l’âge de l’ingénieur au moment de l’enquête, mais pas au moment où il a accédé à son dernier emploi. Sur les problèmes d’interprétation des réponses aux questions concernant les réseaux d’accès à l’emploi dans des enquêtes portant sur l’ensemble d’une population en activité, voir Alain Degenne & al. (1991 : 75-97).

5 Le capital social correspond à ce que Pierre Bourdieu, désigne comme « l’ensemble des ressources actuelles et potentielles qui sont liées à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d’inter-connaissances et d’inter-reconnaissances ». (1980 : 2-3).

6 Entretien avec Raouf Chemmari, mars 1999.

7 En France le taux d’adhésion aux associations d’anciens élèves s’élève en moyenne à 30 %. Le taux maximum est de 80 % et le taux minimum de 10 %. Données aimablement communiquées par Chantal Darsch, CEFI.

8 L’ATUGE a vocation à regrouper tous les Tunisiens, élèves des classes préparatoires, élèves et anciens élèves des grandes écoles françaises scientifiques, commerciales et littéraires. Elle comprend surtout des ingénieurs.

9 Dans un entretien de novembre 2001, Talel Chérif, président de l’ATUGE Tunisie, reconnaît avoir trouvé son premier emploi en Tunisie après avoir feuilleté la plaquette du forum 1992.

10 Ibidem.

11 Cependant, il n’est pas possible d’infirmer ou de confirmer la proposition de Marc Granovetter selon laquelle les meilleurs emplois sont obtenus par ceux qui ont eu recours à des contacts professionnels plutôt que des liens personnels. Marc Granovetter remarquait également que les demandeurs d’emplois qui réussissaient le mieux étaient ceux qui utilisaient les liens faibles plutôt que des liens forts, et des chaînes relationnelles courtes. Pour tous les détails, voir à ce propos, Granovetter (1973 & 1982).

12 Le gouvernement tunisien a privatisé dans un premier temps les petites et moyennes entreprises publiques, c’est-à-dire celles employant moins de 100 salariés. Or, les ingénieurs se concentrent dans les grandes unités de production. Si la seconde tranche de privatisation lancée en 1999 est menée à bien, les ingénieurs seront concernés au premier chef par le processus.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Distribution des ingénieurs mobiles par type de mobilité sectorielle selon la date d’obtention du diplôme (en %)
Légende Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/1536/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 3. Les motifs de démissions des ingénieurs selon le type de mobilité sectorielle (en %) (*)
Légende Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000.(*) Les données ne s’additionnent pas, les ingénieurs pouvant donner plusieurs motifs de démission
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/1536/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique. Les motifs d’adhésion à une association d’ingénieur
Légende Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/1536/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 9. Fréquence d’utilisation des moyens d’accès à l’emploi actuel selon le sexe et la période d’obtention du diplôme d’ingénieur (en %)
Légende Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/1536/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k

Auteurs

Économiste, enseignant-chercheur à l’Institut national du travail et des études sociales, Université de Tunis III

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable