Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

III. La formation des ingénieurs maghrébins entre massification et élitisme

Formation et insertion sociale des ingénieurs pour l’agriculture en Algérie

Mustapha Haddab

Texte intégral

1Différentes recherches, depuis plus d’une décennie (Longuenesse, 1990), ont permis de mieux faire apparaître la diversité des effets des politiques de « développement économique et social » conduites au Maghreb et dans certains pays du Moyen-Orient. Ces études ont porté aussi bien sur l’évolution de l’accumulation du capital de savoirs scientifiques et technologiques, que sur celle des effectifs et des statuts des diplômés des filières scientifiques, plus particulièrement, des diverses branches des sciences de l’ingénieur. À observer ces évolutions, on comprend que l’on ne peut se contenter de considérer l’accroissement du nombre des diplômés pour appréhender la manière dont les savoirs scientifiques et technologiques sont (ou non) efficacement investis dans les procès de production économiques, comme dans les conduites sociales, collectives ou individuelles.

2Plusieurs facteurs tendent à limiter l’importance des effets économiques et socioculturels que ces cadres de plus en plus nombreux sont censés produire par leur seule présence dans les institutions économiques, administratives ou pédagogiques. Ces « manque à gagner » qui affecteraient la productivité technologique et aussi économique et sociale des cadres, et en particulier des ingénieurs, tiennent non pas tant aux caractéristiques de leur formation, qu’à celles des marchés de l’emploi, et aux conditions dans lesquelles ils exercent leurs activités professionnelles.

3Nous avons tenté, dans une étude antérieure (Haddab, 2001), de considérer la situation des ingénieurs formés pour l’industrie en partant de cette hypothèse. Nous voudrions ici la prolonger en observant les conditions de formation et d’emploi des ingénieurs destinés à l’agriculture.

La formation d’ingénieurs pour l’agriculture entre le volontarisme d’un « développement global » et le réalisme de la gestion des flux de bacheliers

4La volonté de former un nombre important d’ingénieurs agronomes s’est manifestée au sein des instances et des groupes dirigeants algériens dès l’indépendance (1962). Il ne s’agissait alors que d’une composante de la politique de développement planifié, dans laquelle l’agriculture figurait en bonne place, mais à un degré moindre que l’industrie. Cette politique était soutenue par une idéologie consensuelle reposant sur la croyance en l’efficacité de la Science comme une sorte de panacée à tous les retards engendrés par le système colonial. Le caractère pernicieux de celui-ci était particulièrement visible dans le domaine de la formation en sciences agronomiques : l’Algérie indépendante ne pouvait compter que sur deux ou trois ingénieurs agronomes. Aussi pour former des ingénieurs et des techniciens supérieurs s’est-on attaché à accueillir un nombre considérable d’élèves dans les établissements agricoles hérités de la période coloniale.

5L’Institut national agronomique, tel qu’il existe aujourd’hui, est en effet l’héritier d’une institution créée dès 1882, et qui a connu par la suite différentes modifications touchant ses statuts et ses locaux : l’École pratique d’agriculture de Rouiba (1882) devenue École d’agriculture algérienne (1905), avait été transférée à El Harrach, autrefois Maison Carrée. Or, cette institution ne recevait qu’un nombre réduit d’élèves ; on ne compte que 120 diplômés pour toute la période allant de 1905 à 1914. En 1921, cette école est érigée en Institut agricole d’Algérie, après avoir fait l’objet d’améliorations portant aussi bien sur le niveau des enseignements que sur les locaux et les installations dont elle disposait. C’est aussi à partir de 1921 que les diplômés de cet établissement reçoivent le titre d’ingénieurs. De nouvelles modifications devaient intervenir dans le statut et la réglementation de l’Institut, avant qu’il ne soit promu en une École nationale supérieure agronomique d’Alger (1961). Après une courte interruption dans son fonctionnement à la fin de l’année universitaire 1960-1961, l’établissement rouvre ses portes en 1962. L’enseignement y reprend suivant des programmes établis en 1958, et avec un corps enseignant réduit.

6Dès 1967, l’école qui dépendait jusque-là du ministère de l’Agriculture passe sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur. Prenant le nom d’Institut national agronomique (INA) en 1968, l’établissement voit la durée des études passer de trois ans (1962 et 1971), à quatre ans (1975 à 1977) et à cinq ans depuis 1977.

  • 1 Les chiffres concernant le nombre de diplômés de l’INA, sont discordants selon les documents. On l (...)

7L’INA a longtemps exercé une sorte de monopole sur le savoir agronomique de niveau supérieur dispensé en Algérie. Les diplômés qui en sont issus et qui se comptent par milliers1, ont souvent occupé des fonctions de haut niveau dans des institutions de l’État ou dans les grands organismes et offices nationaux agissant dans différentes branches de l’agriculture. Cet institut a formé un nombre considérable d’enseignants pour lui-même et pour les autres établissements universitaires d’enseignement agronomique créés depuis lors sur l’ensemble du territoire algérien et dont le nombre est évalué à 150 en 1998. Il ressort des entretiens que nous avons eus avec plusieurs anciens élèves de l’INA, qu’un véritable « esprit d’école » s’y est constitué : l’existence de réseaux d’interconnaissance et de solidarité ou encore des tendances à la cooptation ont pu être observés. L’Association des anciens élèves de l’INA manifeste en outre un certain dynamisme.

  • 2 Institut national agronomique El Harrach (Alger), Repères historiques de l’établissement, 1905, 19 (...)

8Ces « anciens de l’INA », en particulier les enseignants et ceux d’entre eux qui assument des fonctions de gestion dans cet établissement aspirent aussi à maintenir ou à restaurer le statut d’école d’élite de l’établissement : « l’Institut a acquis depuis l’Indépendance, lit-on dans une brochure diffusée par l’INA, une maturité et une notoriété largement reconnues à l’échelle nationale et parfois internationale, en s’acquittant avec succès des missions de formation des cadres et des formateurs qui lui ont été confiées. Malgré cela, le rôle de l’institut a été quelque peu marginalisé, voire assimilé à celui des Instituts nationaux d’enseignement ; le récent statut type des écoles nationales supérieures ainsi que l’arrêté ministériel du 22 mai 1993, nous réconforte un peu quant à l’évolution future de l’Institut national agronomique vers l’École nationale supérieure d’agronomie »2.

9Comme l’ont montré plusieurs études sociologiques (Bourdieu, 1989) portant sur les grandes écoles françaises (l’École polytechnique ou l’École normale supérieure), celles-ci n’ont pas seulement un rôle d’inculcation de connaissances théoriques ou techniques, mais elles dotent aussi leurs élèves d’une considération et d’une valorisation sociales, que les seules compétences ou aptitudes théoriques ou technologiques acquises ne justifient pas. Principalement avant la fin des années 1980, on a pu remarquer des effets de ce type pour l’Institut national d’agronomie, l’École polytechnique d’architecture et d’urbanisme et sans doute à des degrés divers pour les autres « grandes écoles » algériennes. En raison de la reconnaissance sociale dont il bénéficiait, le titre d’ingénieur de l’INA, permettait d’accéder à un large éventail de fonctions dont certaines pouvaient n’avoir qu’un rapport lointain avec l’agronomie ou l’agriculture ou même ne pas en avoir du tout.

10Parce qu’elles disposaient de ce pouvoir considérable de consécration sociale, plutôt qu’en raison des compétences spécifiques qu’elles inculquaient, ces écoles ont été fortement sollicitées par les familles appartenant aux catégories sociales aisées, celles notamment qui disposaient d’un capital d’instruction élevé. Faire admettre leurs enfants dans ces établissements a longtemps fait partie des stratégies scolaires mises en œuvre par ces familles, le plus souvent citadines, parfois depuis plusieurs générations, et qui n’entretenaient plus aucun lien avec le travail de la terre.

11Le nombre d’agronomes que l’INA était en mesure de former dans la décennie 1960 paraissait insuffisant au regard des objectifs économiques définis par les gestionnaires et les hommes politiques. Dès 1970 est créé l’Institut de technologie de Mostaganem pour l’agriculture (ITMA). Cet établissement est le premier de ces instituts créés au début des années 1970 dans le but de former rapidement cadres techniques et gestionnaires. Transposant des courants didactiques internationaux (sans critique ni effort d’adaptation), les méthodes appliquées à l’ITMA étaient censées former en quatre ans des ingénieurs aptes à donner corps, sur le terrain, aux dispositifs institutionnels et techniques impliqués par la politique agricole pour laquelle le gouvernement avait alors opté. Cependant, le nombre d’ingénieurs formés dans cet établissement qui comptait, en 1988-1989, 1 000 étudiants, s’est avéré supérieur aux possibilités de recrutement dans l’encadrement administratif de l’agriculture. En passant sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, l’ITMA a été soumis aux règles communes régissant les conditions d’admission des bacheliers dans les établissements d’enseignement supérieur comme aux didactiques et modes d’évaluation qui y ont cours.

  • 3 À titre indicatif, mentionnons que, pour la période de 1970-1973, le réseau d’établissements du mi (...)

12Cet excédent d’ingénieurs voués à l’encadrement administratif, joint aux changements importants intervenus dans la politique suivie dans l’agriculture à partir du milieu des années 1980, a sans doute été pour beaucoup dans les décisions du ministère de l’Agriculture de se dessaisir de l’essentiel de son réseau d’établissements agricoles. Jusqu’en 1990, ce dernier comprenait outre 2 instituts de formation d’ingénieurs (celui de Mostaganem et celui de Ouargla qui accueillaient 1 500 étudiants), 2 instituts de formation de techniciens supérieurs (600 places), 13 instituts de technologie moyens agricoles (300 places chacun), 13 centres de formation professionnelle (100 places chacun), et plusieurs centres de vulgarisation de 25 places dans les fermes pilotes3. De ce réseau, il ne reste aujourd’hui que 8 instituts pour les techniciens agricoles. Ce ministère dispose aussi de 2 centres de formation et de vulgarisation (CFVA) formant des agents techniques. À cet ensemble, s’ajoute enfin un petit nombre d’établissements de niveau moyen, aux missions mal définies et qui apparaissent comme des vestiges d’une période révolue. Ces structures d’enseignement sont d’ailleurs sous-utilisées : en 2000-2001, elles n’abritent plus que 320 élèves, alors que leur capacité d’accueil théorique s’élève à 1 258. Le caractère très réduit de cet effectif montre bien que le ministère de l’Agriculture a renoncé à assumer des fonctions de diffusion directe d’un savoir agronomique moderne et à former un nombre significatif d’agents intermédiaires susceptibles d’influencer les techniques et les procédures appliquées par les agriculteurs.

La formation d’ingénieurs pour l’agriculture par l’université

13La tâche de formation d’ingénieurs s’est ainsi trouvée progressivement dévolue à l’Enseignement supérieur. Alors que l’INA avait été longtemps la seule institution qui formait des ingénieurs agronomes, plusieurs filières de formation en agronomie (ou dans diverses disciplines liées à l’agriculture) ont été progressivement ouvertes dans les différentes universités ou centres universitaires d’Algérie.

14Toutefois, l’optique dans laquelle ces filières ont été créées diffère de celle qui avait présidé à la dynamique impulsée à l’INA, au lendemain de l’indépendance ou à la création de l’ITMA en 1970. Alors que la gestion et la création de ces établissements étaient liées à l’application d’une politique volontariste de développement agricole, l’ouverture de filières universitaires consacrées à des formations directement ou indirectement liées à l’agriculture, a tendu à s’inscrire de plus en plus dans la logique interne du développement de l’Enseignement supérieur. Elle répondait à des contraintes liées à l’augmentation des flux de bacheliers et à la nécessité de les répartir de manière un tant soit peu équilibrée, entre les régions, les établissements et les spécialités (Haddab, 1997).

  • 4 À la fin des années 1980, on comptait 14 instituts universitaires dispensant des formations destin (...)

15Dans le cadre de la nouvelle « carte universitaire » mise en œuvre à partir de 1980, plusieurs institutions consacrées à la formation dans les domaines de l’agronomie, de l’agriculture, de l’hydraulique, etc., ont été créées le plus souvent au sein d’universités ou de centres universitaires4. C’est le cas de l’Institut national d’enseignement supérieur agricole restreint de Tizi-Ouzou (1984) qui comptait environ 300 étudiants en 1988-1989. C’est aussi le cas du Département d’agriculture et des sciences vétérinaires de Batna (1971) qui accueillait 894 étudiants en 1988-1989. Les villes de Mascara et de Tarf disposent chacune d’un Institut national d’enseignement supérieur agricole d’agronomie. À Ouargla, des ingénieurs d’application sont formés en quatre ans à l’Institut technique d’agriculture saharienne (300 élèves en 1988-1989).

16La conviction selon laquelle une augmentation importante du nombre d’ingénieurs spécialisés devait contribuer fortement à l’amélioration des performances agricoles était encore répandue à la fin de la décennie 1980. Cette représentation donnait bonne conscience aux gestionnaires de l’Enseignement supérieur. Contraints d’accueillir des effectifs croissants de bacheliers, notamment ceux de la série des « sciences de la nature et de la vie », ils pouvaient de la sorte avoir l’impression de faire œuvre utile, en orientant nombre d’étudiants vers des filières de formation rurale, forestière, et zootechnique.

  • 5 Le total des étudiants en graduation pour l’année 1998-1999 est de 372 647.
  • 6 On compte seulement 670 étudiants engagés dans des formations courtes débouchant sur des diplômes (...)

17Selon les statistiques publiées par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le total des étudiants inscrits en graduation dans les filières regroupées sous l’appellation de « Sciences de la terre et sciences agricoles » s’élèverait à 5 084 pour l’année universitaire 1998-19995. Le mode de présentation de ces données chiffrées classe sous la rubrique « étudiants en technologie » les élèves de plusieurs établissements dont les diplômés sont des ingénieurs se destinant à des activités liées à l’agriculture : c’est le cas des étudiants de l’Institut national agronomique (600 inscrits), de l’Institut supérieur de l’hydraulique de Blida (298 inscrits), soit au total 898 étudiants. On doit aussi ajouter à ce chiffre les 3 381 élèves des écoles vétérinaires. On obtient ainsi un total d’environ 9 363 étudiants préparant des diplômes de niveau 66, et dont la formation les destine en principe à des fonctions directement ou indirectement liées à l’agriculture. Comparés aux effectifs des autres disciplines, le nombre d’inscrits dans les filières agricoles paraît relativement modeste : les filières technologiques (ingénieurs pour l’industrie et le tertiaire) regroupent environ 40 000 étudiants, les filières médicales 20 000, les filières juridiques plus de 40 000.

18Quantifier les promotions d’ingénieurs issus des différentes filières de formation ou calculer l’efficience des connaissances et des compétences acquises sont des questions qui ne se sont pas posées d’une manière impérative jusqu’au milieu des années 1980. Car le nombre de postes disponibles dans les administrations centrales ou locales, les offices relevant du secteur agricole ou de certaines structures de soutien aux exploitations agricoles nationalisées, permettait d’« absorber » sans difficulté les diplômés. En outre, les besoins en cadres dans les autres branches économiques attiraient une proportion non négligeable de jeunes formés pour des activités liées à l’agriculture. La valeur sociale et donc l’attractivité de ces filières de formation étaient alors considérables, notamment parce que le fonctionnement et la gestion des structures offrant des emplois donnait la possibilité aux jeunes diplômés d’occuper des postes avantageux ouvrant le plus souvent sur de belles carrières.

19Les données disponibles permettent de confirmer que la grande majorité des diplômés des filières agricoles, de formation supérieure, ont longtemps occupé des postes administratifs relevant d’institutions « d’encadrement » direct ou indirect de l’agriculture.

  • 7 Il ne faut toutefois pas considérer cette tendance des ingénieurs algériens à être plutôt recrutés (...)

20Les statistiques émanant du ministère de l’Agriculture, des administrations ou des structures de formation dépendant de ce ministère, recensaient, à la fin de 1998, 20  654 cadres ayant reçu une formation de type agronomique ou vétérinaire. Parmi ces cadres, on comptait 4 015 ingénieurs et 1 399 vétérinaires. Mais seule une minorité travaillait dans l’administration centrale (108 ingénieurs et 14 vétérinaires) ; en revanche, les services agricoles des wilayas avaient recruté 2 467 ingénieurs et 1 239 vétérinaires. Reste à savoir ce que signifie cette forme de « décentralisation » des cadres. Traduit-elle notamment l’efficacité de leurs interventions sur les activités productives ?7

Valorisation sociale du capital de savoir agronomique

21Il faudrait pouvoir disposer de résultats d’enquêtes approfondies pour pouvoir déterminer les modalités selon lesquelles le capital spécifique de savoir et de savoir-faire acquis par ces diplômés leur a permis d’atteindre des objectifs (réussite professionnelle ou de promotion sociale). Comparées à d’autres formations universitaires (ingéniorat pour l’industrie, médecine, économie, etc.), les études de spécialités liées à l’agriculture ont-elles suscité des itinéraires socioprofessionnels avantageux ? Comment la valeur sociale de ces études a-t-elle évolué depuis les premières années de l’indépendance ?

22Il semble que l’image de l’ingénieur pour l’agriculture n’a jamais cessé d’être inférieure à celle des médecins ou des ingénieurs d’industrie, y compris lorsque le discours politique valorisait le monde rural.

  • 8 Dans un entretien avec un membre de la direction de l’Institut national agronomique, il nous a été (...)

23Plutôt que le résultat d’un choix délibéré, bien des indices tendent à vérifier l’hypothèse que l’inscription des jeunes dans les filières d’ingénieurs agricoles, n’est le plus souvent que la conséquence de l’application des règles de l’orientation informatisée à laquelle les bacheliers sont soumis8.

24Les échecs que la gestion planifiée de l’agriculture algérienne (domaines autogérés ou exploitations issues de la Révolution agraire) ont certainement contribué à imposer cette image relativement dévalorisée du statut de l’ingénieur agricole.

  • 9 Voir à ce propos Achour Cheurfi (2001). Il relève que 34 personnalités seulement possèdent un dipl (...)

25Les formations agronomiques et vétérinaires ont pourtant permis à un nombre considérable d’ingénieurs de faire de brillantes carrières au sein d’institutions nationales ou dans des organismes internationaux. Les postes des directions et sous-directions du ministère de l’Agriculture ont souvent été des tremplins pour accéder à des fonctions importantes, parfois plus avantageuses : celles par exemple de directeur général d’un office agricole (Office national des aliments du bétail et Office du lait, etc.), de représentant de l’Algérie à la FAO, voire de secrétaire d’État ou de ministre9. Toutefois pour ces promotions, les ingénieurs issus de formations agricoles sont concurrencés par des diplômés venus d’autres spécialités (la statistique, la sociologie, les sciences économiques et de gestion, etc.)

26Reste à savoir si les chances de réaliser des carrières de haut niveau, ne sont pas plus élevées pour les ingénieurs industriels que pour les agronomes. On peut formuler l’hypothèse que l’existence d’une certaine domination de l’industrie sur l’agriculture dans l’économie et, à certains égards, dans l’ensemble de la société algérienne depuis 1962 s’est traduite par une domination des ingénieurs industriels sur les ingénieurs agricoles.

27Des analyses comparatives portant sur ces deux catégories d’ingénieurs ne devraient pas se limiter aux niveaux hiérarchiques les plus élevés, mais porter aussi sur la carrière, les conditions de travail et de vie des cadres moyens ou supérieurs.

28Une enquête plus systématique conduirait sans doute à distinguer, en premier lieu, ceux qui occupent des postes dans les structures centrales (administrations publiques ou des offices spécialisés, etc.) de ceux qui appartiennent à des institutions ou organismes locaux (wilayas, daïras, communes). Il faut s’efforcer de savoir si les cadres des structures périphériques entretiennent des rapports plus directs et, en quelque sorte, plus techniques avec les producteurs agricoles. Contribuent-ils à introduire dans les pratiques des agriculteurs des savoirs, des procédés ou des techniques modernes ? Quelles relations nouent-ils avec les pouvoirs locaux (formels ou informels) selon qu’ils relèvent du monde des affaires ou de celui des structures sociales traditionnelles ? On peut même se poser la question de savoir si les ingénieurs exerçant dans des institutions locales sont parties prenantes dans les transactions ou les spéculations foncières.

29L’éventail des itinéraires socio-professionnels susceptibles d’être empruntés par les diplômés des formations d’ingénieurs pour l’agriculture, s’est beaucoup modifié depuis les premières promotions des années 1970, devenant plus hétérogène et plus diversifié. Les changements socioéconomiques qu’a connus la société algérienne depuis le milieu des années 1980 ont eu des effets importants sur la valeur sociale des diplômes universitaires. En particulier, ils ont mis fin à une situation de fait sinon de droit, qui a longtemps prévalu et qui consistait à garantir certains emplois aux titulaires de diplômes déterminés.

30Pour les promotions les plus récentes, l’accès au monde du travail comporte de nombreux aléas. Ces diplômés ont admis l’idée selon laquelle la recherche d’un emploi doit, pour avoir des chances d’aboutir, s’élargir à des secteurs d’activité n’ayant pas de rapports avec l’univers agricole. Désormais, de nombreux titulaires de diplômes agronomiques ou vétérinaires se contentent d’un emploi de délégué médical, de chauffeur, de « stewart », d’enseignant vacataire dans le secondaire ou le primaire, etc. Les chances d’accéder à un emploi satisfaisant dépendraient ainsi de moins en moins de la nature du diplôme lui-même, et de plus en plus du capital de relations sociales dont disposent le demandeur d’emploi et sa famille.

31Certaines écoles ou certaines filières universitaires parviennent cependant à garantir un emploi à leurs diplômés dans une proportion élevée. Il en est ainsi par exemple de l’École nationale supérieure de l’hydraulique (ENSH). Créé en 1972, l’Institut d’hydro-technique et de bonification a été transformé, en 1985, en École nationale supérieure de l’hydraulique, placée sous la tutelle administrative et pédagogique du ministère de l’Enseignement supérieur. La mission de cette école est de former, en cinq ans, des ingénieurs d’État, dans « divers domaines des sciences et des techniques de l’eau ». Les employeurs potentiels de ces ingénieurs sont les administrations centrales, les directions de l’Hydraulique des différentes wilayas, des services des collectivités locales, différentes agences nationales (comme l’Agence nationale des barrages) divers bureaux d’étude publics ou privés, les offices des Périmètres irrigués, etc. De 1985 à 2001, cette École a formé 775 ingénieurs d’État, dans quatre spécialités, l’hydraulique urbaine, l’irrigation-drainage, l’aménagement en génie hydraulique et les techniques urbaines.

32Si cet établissement a réussi à maintenir une certaine garantie de l’emploi à ses diplômés, c’est en partie parce qu’une sélection relativement sévère s’y est maintenue en dépit d’un changement de tutelle (du ministère de l’Hydraulique à celui de l’Enseignement supérieur). Nombre d’instituts ou d’écoles ayant connu ce type de transfert, ont dû progressivement adopter la permissivité du système universitaire. L’absence de sélection a conduit à un accroissement considérable du nombre de diplômés et à une baisse du niveau de formation moyen. L’École nationale supérieure de l’hydraulique a réussi, quant à elle, à maintenir des liens étroits avec l’ensemble des institutions publiques ou privées œuvrant dans le domaine de l’hydraulique : elle organise des séminaires de « recyclage » et élabore des études demandées par ces institutions.

33Certains étudiants en agronomie appartiennent à des familles qui, à des degrés divers, gardent des attaches avec le monde rural. Parmi eux une minorité tente d’investir leurs connaissances dans l’exploitation de terres appartenant à leur famille.

34Il conviendrait aussi de repérer les diplômés de formation agricole qui font usage des nouveaux textes législatifs et réglementaires concernant le secteur agricole public : à titre individuel ou collectif, ils ont réussi à se faire attribuer une exploitation agricole, issue d’une nouvelle parcellisation des domaines anciennement autogérés. Des enquêtes sur l’utilisation des terres ainsi attribuées permettraient d’évaluer la façon dont ils gèrent ces terres : dans quelle mesure, les bénéficiaires appliquent-ils les savoirs acquis au cours de leurs études ? Persévèrent-ils dans leurs efforts pour exploiter ces terres ? Celles-ci ne sont-elles pas détournées de leur vocation agricole ?

  • 10 Sur les 24 254 micro-entreprises financées par l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (...)

35Plus récemment, dans le cadre du Programme de développement de l’agriculture, des terrains et des fonds ont été concédés à de jeunes ingénieurs restés sans emploi depuis l’obtention de leur diplôme. Cette action en faveur des jeunes diplômés sans emploi complète celle de différents organismes, comme l’ANSEJ (Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes)10.

36Ces expériences de terrain, dans la mesure où elles concernent un nombre significatif d’individus, devraient introduire des changements dans les finalités du système de formation agricole en Algérie dont la conception et le développement avaient longtemps été liés à une gestion étatique des secteurs les plus productifs de l’agriculture algérienne.

37On peut penser que pour réussir, un processus de modernisation de l’agriculture, c’est-à-dire un processus intégrant largement aux pratiques productives des savoirs agronomiques de haut niveau, ne doit pas être le fruit d’un volontarisme unilatéral émanant d’organismes étatiques. Il doit s’inscrire dans une dialectique de demandes de techniques, voire de connaissances, formulées par les producteurs eux-mêmes et d’offres adaptées à ces demandes proposées par les diplômés des universités, qu’ils soient administrateurs ou chercheurs.

38En France (Grignon, 1976), le processus de formation d’ingénieurs en grand nombre a été précédé ou accompagné, par l’action d’institutions privées ou publiques diverses (fermes-écoles, éducation agricole à l’école primaire, etc.) qui ont progressivement contribué à la dépréciation des techniques agricoles traditionnelles, et ainsi préparé le terrain à la diffusion des applications de la science agronomique et à la formation d’agents intermédiaires. En revanche, en Algérie, la formation des ingénieurs pour l’agriculture s’est accomplie dans un contexte où le besoin, chez les agriculteurs de recourir aux sciences agronomiques était plutôt limité. Les politiques agricoles suivies depuis 1962 ont largement contribué à susciter une considérable déperdition de savoir et de savoir-faire assimilés par différentes catégories d’agents ou de travailleurs agricoles, y compris parmi ceux qui assumaient les tâches les plus nouvelles. De ce fait, les efforts importants réalisés par l’État pour former un nombre élevé d’ingénieurs pour l’agriculture, efforts qui s’inscrivent dans des objectifs de rationalisation de la production, ne s’accompagnent pas de la formation dans la société de processus nombreux et diversifiés de diffusion et d’application des savoirs acquis par ces ingénieurs.

39L’adoption par les producteurs directs de techniques d’exploitation semble avoir été limitée à cause du nombre réduit d’agents intermédiaires ou d’institutions modèles. Pour réduire le déficit en matière de modernisation des processus de production agricole, il aurait fallu que les ingénieurs formés dans les diverses disciplines liées à l’agriculture, aient une influence significative sur les pratiques agricoles et sur les modes d’organisation du travail dans les unités de production. Or, comme le note Malika Amzert, « l’attrait des fonctions administratives sur les ingénieurs, et plus particulièrement sur les agronomes, paraît inhérent à l’institution économique et sociale d’un secteur public dominant la production, alors même que le passage à des pratiques agricoles intensives requiert leur présence sur le terrain dans les unités de production » (Amzert, 1990 : 207). La situation évoquée dans ce passage était celle qui prévalait pendant toute la période où l’essentiel de l’agriculture algérienne était soumis à une gestion centralisée et bureaucratisée. La remise en cause de ce système de gestion depuis le milieu des années 1980, n’a pas encore conduit à un rapide et significatif rapprochement entre les détenteurs du savoir agronomique moderne et les producteurs directs.

Bibliographie

Bibliographie

ACHOUR Cheurfi, La classe politique algérienne de 1900 à nos jours, Alger, Éditions Casbah, 2001.

AMZERT Malika, « Ingénieurs agronomes et politique agricole en Algérie », in LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990.

BOURDIEU Pierre, La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989.

GRIGNON Claude, « L’enseignement agricole et la domination de la paysannerie », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 1, 1976.

HADDAB Mustapha, « Évolutions dans la formation et le statut social des ingénieurs en Algérie », in GOBE Éric (dir.). Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation, Tunis, IRMC, 2001.

– « L’ordinateur et le bachelier. Le baccalauréat en Algérie, instance de sélection sociale et instrument de régulation des flux », in BROADY Donald, CHMATKO Natalia et SAINT MARTIN Monique de (dir.) Formation des élites et culture transnationale, Paris, Uppsala, Centre de sociologie de l’éducation et de la culture - École des hautes études en sciences Sociales, SEC, ILU, Université d’Uppsala, 1997.

LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990.

Notes

1 Les chiffres concernant le nombre de diplômés de l’INA, sont discordants selon les documents. On lit dans une brochure diffusée par cet établissement en 1998, que « depuis 1969, l’Institut a assuré la formation de 2 400 ingénieurs agronomes ». Ce nombre s’élève en 2000, selon d’autres documents à 3 496 personnes. Pour l’année 2001-2002, l’INA comprend, toutes années confondues, 840 élèves en graduation, dont 87 en cinquième et dernière année.

2 Institut national agronomique El Harrach (Alger), Repères historiques de l’établissement, 1905, 1998, 1999.

3 À titre indicatif, mentionnons que, pour la période de 1970-1973, le réseau d’établissements du ministère de l’Agriculture avait assuré la formation de 16 574 diplômés dont 380 de niveau 6, 1 746 de niveau 5 (respectivement ingénieurs agronomes et ingénieurs d’application) 2 386 de niveau 4 et 3 (techniciens et agents techniques) et 12 062 de niveau 2 (ouvriers qualifiés).

4 À la fin des années 1980, on comptait 14 instituts universitaires dispensant des formations destinées à l’agriculture.

5 Le total des étudiants en graduation pour l’année 1998-1999 est de 372 647.

6 On compte seulement 670 étudiants engagés dans des formations courtes débouchant sur des diplômes d’ingénieurs d’application (niveau 5).

7 Il ne faut toutefois pas considérer cette tendance des ingénieurs algériens à être plutôt recrutés dans les structures administratives de l’agriculture comme une situation qui singularise complètement l’Algérie. Claude Grignon (1976) montre qu’un phénomène comparable est observable en France. « Plus on s’élève dans la hiérarchie des établissements, écrit cet auteur, ou, ce qui revient pour une part au même, plus on va des institutions anciennes vers des institutions contemporaines, et plus l’enseignement tend à perdre son caractère pratique et spécialisé pour devenir théorique et général, plus les professions sur lesquelles ils débouchent, s’éloignent de l’agriculture proprement dite ».

8 Dans un entretien avec un membre de la direction de l’Institut national agronomique, il nous a été confirmé que la grande majorité des nouveaux étudiants qu’accueille cet établissement, s’y inscrivent à la suite de leur affectation par application du dispositif de l’orientation informatisée de bacheliers, et que les études d’agronomie ne sont généralement pas celles qu’ils souhaitent entreprendre. C’est pourquoi, durant la première année, un tiers environ des élèves quitte l’établissement. L’effectif des étudiants se stabilise en deuxième année, et ajoute notre interlocuteur, ces derniers font preuve d’un intérêt croissant pour leurs études à mesure qu’ils progressent dans les différentes spécialités agronomiques enseignées à l’Institut.

9 Voir à ce propos Achour Cheurfi (2001). Il relève que 34 personnalités seulement possèdent un diplôme d’ingénieur. Parmi ces ingénieurs, 7 sont agronomes ou spécialisés dans un domaine lié à l’agriculture ; on observe aussi que 2 ingénieurs ont occupé des postes ministériels dans l’agriculture. On peut à titre d’illustration citer le cas de Mohamed Elyes Mesli, qui a été ministre de l’Agriculture dans le gouvernement de Sid Ahmed Ghozali, puis dans celui de Belaïd Abdessalam. Né à Tlemcen en 1942, il a obtenu le diplôme d’ingénieur agronome de l’INA en 1966. Recruté au ministère de l’Agriculture, il a occupé successivement les fonctions de directeur de l’Agriculture à la wilaya d’Alger, puis à la wilaya de Mostaganem et à nouveau à Alger. Il est ensuite devenu directeur général dans l’administration centrale du ministère. En 1990 il a occupé le poste de wali (préfet) de Blida, avant d’obtenir un portefeuille ministériel.

10 Sur les 24 254 micro-entreprises financées par l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes, au 30 mai 2000, 2 911, soit 12 %, relèvent de l’agriculture. On ignore toutefois quel est le taux d’ingénieurs chez les bénéficiaires de ce dispositif d’aide à l’emploi.

Auteur

Sociologue, professeur à l’Institut de psychologie et de sciences de l’éducation, Université d’Alger

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable