Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

III. La formation des ingénieurs maghrébins entre massification et élitisme

Les écoles d’ingénieurs marocaines, lieu de passage des élites ?

Le cas des élèves ingénieurs de l’École Hassania des travaux publics de Casablanca

Grazia Scarfo’ Ghellab

Texte intégral

  • 1 Dans le présent texte nous laissons de côté les problèmes multiples que l’on rencontre lors d’une (...)

1Les ingénieurs marocains représentent-ils l’une des fractions des élites1 au Maroc ? Poser une telle question a conduit, d’une part, à reconstruire la carrière d’un échantillon d’ingénieurs diplômés des écoles locales aussi bien que des écoles étrangères, d’autre part, à analyser un échantillon d’élèves-ingénieurs – en commençant par les écoles d’ingénieurs marocaines – pour vérifier si elles représentent l’un des lieux de formation de certaines élites du pays.

2Deux hypothèses ont été formulées : les écoles marocaines d’ingénieurs ne représenteraient pas (ou plus) un lieu de passage, ni un lieu de production des classes dirigeantes au Maroc. Leur public, principalement issu des milieux modestes, n’atteindrait pas (ou plus) de très hauts niveaux dans leur carrière professionnelle. Ceci n’impliquerait pas pour autant que tous les ingénieurs soient de plus en plus éloignés du pôle du pouvoir. En effet, les grandes écoles d’ingénieurs françaises continueraient à représenter un lieu de reproduction (et/ou de production) d’une partie des élites marocaines.

3Les principaux résultats exposés dans cet article sont le fruit du dépouillement d’un questionnaire distribué aux étudiants de 3e année de l’École Hassania des travaux publics (EHTP). Cet établissement, dans lequel l’auteur de ces lignes enseigne, est, avec l’École Mohammedia des ingénieurs de Rabat, le plus prestigieux du Maroc.

Les élèves ingénieurs de l’EHTP

  • 2 La décision de créer un système de grandes écoles s’est consolidée lors du Colloque de Chênes sur (...)

4L’École Hassania des travaux publics a été créée à Casablanca en 1971 et s’inscrit dans le cadre de la politique éducative mise en œuvre par les décideurs marocains, au lendemain de l’indépendance (1956), qui visait la constitution d’un corps de techniciens locaux hautement qualifiés2. Depuis, L’EHTP a formé plus de 3 000 ingénieurs. Si cet établissement constitue une école dominante dans le champ universitaire national, elle est dominée dans celui plus vaste de la formation des ingénieurs marocains qui comprend les établissements étrangers et plus particulièrement les grandes écoles françaises.

  • 3 Chaque année, un nombre très limité (de 5 à 6 individus) d’étrangers venus d’autre pays d’Afrique (...)
  • 4 Les écoles préparatoires marocaines ont été créées en 1987 à Casablanca, Fès et Rabat sur la base (...)
  • 5 Les élèves dont le père gagne moins de 3000 DH par mois (environ 300 €) ont droit à une bourse. Il (...)

5La promotion EHTP 2002 que nous avons interrogée comprenait 86 étudiants, dont 11 filles : 71 individus ont répondu au questionnaire, soit 9 filles et 62 garçons. La plupart d’entre eux sont nés en 1974. Après avoir passé deux ans en classes préparatoires, la majorité3 est entrée à l’EHTP sur concours. Les classes préparatoires ont vu le jour au Maroc en 19874 et actuellement sont localisées dans plusieurs villes du royaume : les élèves de la promotion 2002 viennent – en ordre décroissant – des écoles préparatoires de Marrakech, d’Agadir, de Casablanca, de Rabat, de Tanger, d’Oujda et de Fès. La moitié de ces étudiants sont boursiers de l’État marocain5 et vivent sur un campus doté d’une bibliothèque, d’une salle d’informatique équipée d’une connexion Internet, de chambres individuelles ou doubles, d’un restaurant, d’une cafétéria, d’espaces pour le sport, d’une mosquée, etc. ; le tout pour un loyer de 380 DH (38 €) par mois.

6Leur parcours scolaire a commencé à l’école publique. Seulement 8 étudiants sont passés par l’enseignement fondamental privé marocain et aucun n’a intégré la mission française ou d’autres missions étrangères. Pourtant, dans les années 1980, ces établissements étaient présents dans les principaux centres urbains du territoire marocain. La majorité des élèves-ingénieurs sont des citadins : ils sont nés et ont fréquenté l’école primaire dans des villes comme Casablanca, Rabat, Fès, Meknès, Tanger, Oujda, Agadir, etc. Les pères de ceux qui ont intégré l’école privée ont un niveau scolaire minimum équivalent au baccalauréat. On trouve parmi eux des fonctionnaires (2 employés, 2 cadres moyens et 1 haut fonctionnaire), un cadre moyen du privé ; un autre fait partie des professions libérales. Au lycée, ils n’ont été que 2 à fréquenter une école privée. Le premier est le fils d’un employé de la fonction publique ; pour le second nous ignorons la profession du père, mais nous savons que l’un des pères ne possède aucun diplôme et que l’autre est diplômé de la formation professionnelle.

7Il n’existe pas d’études sur les familles marocaines choisissant le système scolaire privé. Cependant le coût des frais de scolarité de la plupart de ces écoles est tel que l’on peut déduire de ce choix la possession d’un capital économique permettant d’investir dans les études des enfants. De fait, la majorité des élèves ingénieurs a intégré l’école publique : 87 % ont fréquenté le cycle fondamental et 95,7 % le secondaire. Cela ne signifie pas pour autant que le milieu d’origine des élèves ingénieurs est modeste, ni que les familles ne croient pas à « l’école » comme facteur de promotion sociale.

  • 6 Deux raisons nous ont poussé à choisir 1974 et 1994 comme années de comparaison. Tout d’abord pren (...)

8Pour mieux cerner l’origine familiale des étudiants, nous avons comparé la profession des pères de la promotion 2002 avec celles des promotions de 1974 et de 19946. Les pères fonctionnaires sont les plus nombreux (56,4 %) : 6 sont des enseignants (4 dans le cycle fondamental et 2 dans le secondaire), 16 des employés, 12 des cadres moyens ; un seul est haut fonctionnaire. Par ailleurs, 24 pères travaillent dans le secteur privé (38,7 %) : par ordre décroissant, ils sont commerçants (8), ouvriers (6), cadres moyens (3), entrepreneurs (3), agriculteurs (3), artisans (2), et membres des professions libérales (2).

  • 7 Nous empruntons à Abdelkader Zghal (1980 : 25) la définition de classe moyenne nouvelle et traditi (...)

9La proportion d’enfants d’agriculteurs a diminué fortement depuis 25 ans (48 % en 1974, 6,6 % en 1994 et 4,8 % en 2002). Celle des fils et filles de fonctionnaires est passée en revanche de 24 % en 1974, à 38,8 % en 1994 et à 46,7 % en 2002. Le privé hors agriculture évolue également, quoiqu’une légère inflexion ait été enregistrée entre 1994 et 2002 : de 24 % en 1974 on passe à 40 % en 1994 et à 38,7 % en 2002. Les promotions les plus récentes d’élèves-ingénieurs représenteraient donc « la nouvelle classe moyenne » marocaine dans laquelle les fonctionnaires (enseignants compris) sont majoritaires et qui ne cesse de croître d’une année sur l’autre aux dépens de la classe moyenne traditionnelle et des exploitants agricoles7.

10L’étude du lieu de naissance vient renforcer l’idée des origines urbaines des élèves. En effet, la plupart d’entre eux sont des citadins : Marrakech, Agadir, Tanger, Casablanca, Rabat, Safi, El Jadida, Beni Mellal, Sidi Kacem, Taza, Oujda, Meknès sont les villes les plus représentées. Un seul père et seulement 3 mères sont originaires de Fès. Il n’est donc pas étonnant de constater que le niveau d’instruction de plus de la moitié des pères est relativement important puisque 30,3 % possèdent un diplôme de l’enseignement supérieur (lettres, droit, ingénieur ou diplômés d’un centre pédagogique régional), 9 % ont le baccalauréat, 6 % ont le niveau bac et 9 % ont obtenu un diplôme de la formation professionnelle.

11Ce constat s’applique également au capital scolaire des mères, 30 % d’entre elles ayant atteint au moins le niveau secondaire : 8,9 % possèdent un diplôme supérieur, 16,4 % ont le bac et 4,4 % ont le niveau bac ou un diplôme de la formation professionnelle. Ce pourcentage est élevé, dans la mesure où l’analphabétisme féminin est toujours très important au Maroc (et pas seulement en milieu rural). Enfin certaines mères, ont obtenu leur diplôme supérieur dans les centres pédagogiques régionaux (CPR).

12Ces données mettent en évidence que les élèves-ingénieurs sont issus de familles dotées d’un capital scolaire relativement élevé. Force est de constater que les parents des filles sont plus diplômés que ceux des garçons : 37,5 % des mères des filles ne possèdent aucun diplôme contre 72,4 % des mères des garçons ; et 25 % des pères des filles ne possèdent aucun diplôme contre 44 % des pères des garçons. Il n’est guère surprenant que les élèves-ingénieurs de sexe féminin aient des parents dotés d’un fort capital scolaire, car ces jeunes filles entreprennent des études qui impliquent l’acceptation de la mixité sur le campus, le retard de l’âge au mariage et la fréquentation d’un milieu professionnel fortement masculinisé.

13On ne peut déterminer avec précision le capital économique possédé par les parents des élèves-ingénieurs. En revanche, on sait qu’ils perçoivent l’école et les diplômes comme une garantie pour l’avenir de leurs enfants. Il s’agit aussi bien des familles pour lesquelles la part consacrée à l’éducation des enfants est relativement faible au regard de leur niveau de revenu, que de celles qui n’ont d’autre héritage à assurer à leur progéniture que la croyance selon laquelle l’investissement scolaire peut déboucher sur des emplois de qualité et par conséquent une ascension sociale. Évidemment, le choix de l’école publique, puis d’une école locale d’ingénieurs (même s’il s’agit d’une école prestigieuse comme l’EHTP), révèle une différence sociale entre les familles des élèves ingénieurs de l’EHTP et celles qui, tout en choisissant d’investir dans les études, inscrivent leurs enfants dans des filières plus prestigieuses : cycle fondamental et secondaire dans les écoles de la mission française d’enseignement, une classe préparatoire en France suivie d’une grande école d’ingénieurs française.

Investir dans les études : projet familial d’excellence ou parcours d’obstacles ?

  • 8 « On sait que plus grand est le dénuement en capitaux familiaux (particulièrement en capitaux cult (...)
  • 9 Les remarques formulées par Saïd Tangeaoui (1993 : 57) à propos du Maroc vont dans le même sens. À (...)

14Une étude sur les normaliens et les normaliennes français8 met en évidence, dans les dernières décennies, un rapprochement des attitudes éducatives (ou, mieux, scolaires) entre les « classes sociales »9. L’inclination à investir dans les études serait présente au sein des familles les plus modestes tout comme chez les « héritiers ». Cependant, le projet familial de vie pour l’enfant n’est pas pensé de la même manière. En effet, les classes sociales modestes s’inscrivent dans le court terme. Elles ne pensent à l’étape scolaire suivante qu’une fois franchie la précédente : elles ne conçoivent pas un projet précis d’excellence par la voie de l’école. En revanche, les familles les mieux dotées en capital économique, social et culturel ont un projet scolaire et de vie bien précis : leurs enfants sont convaincus du sens du projet scolaire dès leur plus jeune âge.

  • 10 Notre recherche sur les ingénieurs marocains comporte aussi une étude par entretiens semidirectifs (...)

15Le parcours scolaire des ingénieurs diplômés de l’EHTP peut être comparé à celui des enfants de familles françaises modestes : on ne pense à l’obstacle scolaire suivant qu’une fois l’obstacle précédent passé. Il ressort des entretiens10 que les familles ne connaissaient ni les cycles préparatoires ni les écoles d’ingénieurs. Elles reconnaissent devoir aux enseignants le conseil de prolonger des études, en essayant, entre autres, d’obtenir des bourses. Ensuite, le choix de l’EHTP apparaît souvent lié à la présence d’un campus qui offre des conditions de vie que bon nombre d’élèves-ingénieurs ne connaissaient pas dans le foyer parental.

  • 11 Plusieurs réponses à cette question étant possibles, le total dépasse 100 %.
  • 12 Le capital social correspond à ce que Pierre Bourdieu (1980 : 2-3) désigne comme « l’ensemble des (...)

16Pour explorer plus avant le rapport qu’entretiennent les élèves ingénieurs à leur scolarité, nous leur avons posé des questions se rapportant au moment et à la personne par qui ils ont pris connaissance de l’existence d’un cycle préparatoire et des écoles d’ingénieurs. La moitié des étudiants aurait décidé de devenir ingénieur dans le secondaire, en particulier au lycée (très peu au collège) : 21 % auraient pris cette décision en passant le baccalauréat et 28 % en s’inscrivant en classe préparatoire. Quant au choix de rentrer en classe préparatoire, il aurait été fait pour 72,4 % d’entre eux dans le secondaire (pour 13 % au moment du bac et pour 14,4 % après le bac). Parmi les différentes personnes qui ont parlé des classes préparatoires à nos étudiants, plus de la moitié sont des enseignants (55,7 %), 38,5 % des amis, 21,4 % les frères et sœurs, 7 % les parents et 4 % des amis de la famille11. En outre, 34 % ont opté pour l’EHTP lors du cycle secondaire, 10,4 % au moment du bac et 55 % pendant les classes préparatoires. Ils ont connu cette école grâce aux camarades de « prépa » (56,5 %), aux enseignants (37,6 %), aux frères et aux sœurs (18,8 %), aux parents (11,5 %) à des amis de la famille (4 %). Les réponses montrent que la décision est plutôt tardive et ne dépend pas des réseaux familiaux, ce qui sociologiquement témoigne de la possession d’un capital social12 élevé. Les enseignants et les camarades de classe – ainsi que les frères et sœurs, inscrits eux aussi dans le réseau scolaire – sont fondamentalement à l’origine de la connaissance et du choix.

17L’hypothèse de départ selon laquelle les élèves-ingénieurs de l’EHTP n’appartiendraient pas aux élites marocaines tend à être confirmée. Le parcours scolaire accompli, le lieu d’origine des parents, la profession de ces derniers, leur capital scolaire, montrent que l’EHTP recrute dans les nouvelles classes moyennes urbaines, aux dépens des classes moyennes traditionnelles et des classes sociales les plus démunies en toute forme de capital (économique, scolaire, social, etc.). Se dessine un profil de l’élève-ingénieur qui ne ressemble pas à celui d’un « héritier ». Le même type d’enquête, élargie à d’autres écoles d’ingénieurs marocaines pourrait probablement permettre de confirmer notre hypothèse. Le travail de l’historien Pierre Vermeren (2002) sur l’École Mohammedia des ingénieurs et l’École nationale de l’industrie minérale vient renforcer la thèse selon laquelle les élites marocaines de l’indépendance n’ont pas été formées dans les écoles locales d’ingénieurs.

18En revanche, il est impossible à partir de ces résultats de savoir si ces écoles fonctionnent comme un lieu de promotion sociale même si les élèves-ingénieurs de l’EHTP ne sont pas des héritiers.

Projets de carrière et carrières effectives des ingénieurs de l’EHTP

19La construction – à travers les entretiens – de la trajectoire sociale et professionnelle d’ingénieurs marocains diplômés des grandes écoles françaises ainsi que des écoles d’ingénieurs locales vise à préciser cette dualité. Des entretiens réalisés auprès d’ingénieurs diplômés des plus grandes écoles françaises (Polytechnique, par exemple) – qui aujourd’hui appartiennent sans aucun doute à la classe dirigeante marocaine (économique, politique, intellectuelle, etc.) – montrent que ces derniers ne sont pas tous des héritiers. Leur trajectoire scolaire est similaire à celle des étudiants de l’EHTP, mêmes origines géographiques et même appartenance aux classes moyennes (nouvelles et traditionnelles) et aux classes les plus modestes. L’établissement de formation semble influencer la trajectoire sociale de ces ingénieurs : les écoles françaises fonctionneraient comme des lieux de promotion sociale. Mais cette assertion renvoie à une question légitime : comment et pour quelles raisons les uns suivent leur scolarité au Maroc alors que les autres intègrent une grande école française ?

20En l’état actuel d’avancement de nos recherches, il n’est pas encore possible de répondre à cette question.

21Nous savons néanmoins que 72,8 % des étudiants de l’EHTP veulent poursuivre leurs études, après avoir obtenu le diplôme d’ingénieur. Pour cela, ils souhaitent partir en France (46 %), rester au Maroc (36 %) ou aller au Canada (18 %). Ils pensent s’inscrire en MBA (62 %), en DEA d’économie, de finance ou d’informatique (26 %). Le reste (18 %) ne sachant pas quel cursus suivre. Une forte majorité (67,7 %) affirme avoir les moyens de mener à bien leur projet. Et, parmi ceux qui se disent dans l’impossibilité de prolonger leurs études, plus des trois quarts (77,7 %) évoquent des raisons économiques.

  • 13 Plusieurs réponses étant possibles, les valeurs ne s’additionnent pas.
  • 14 27,9 % aimeraient enseigner dans un établissement public, 20,5 % voudraient intégrer un bureau d’é (...)
  • 15 Les 3,5 % sont les étudiants d’autres pays d’Afrique qui veulent rentrer dans leur pays d’origine.

22Au-delà, comment envisagent-ils leur carrière professionnelle ? Dans quel secteur de l’économie souhaitent-ils s’insérer (privé ou public, entreprise ou administration) ? Veulent-ils devenir des entrepreneurs ? Près des deux tiers (61,7 %) souhaitent s’insérer dans une entreprise multinationale13. Toutefois, la grande entreprise privée (41 %), l’entreprise publique (39,7 %) et la création de sa propre entreprise (36,7 %) suscitent également des vocations. Un peu moins d’un tiers (30,8 %) ne dédaignerait pas entrer dans la fonction publique14. Enfin, 80,7 % souhaitent travailler au Maroc contre 8,7 % en Europe, 7 % au Canada15.

23S’insérer dans une entreprise privée ou publique et créer sa propre entreprise sont les devenirs professionnels les plus valorisés. Il convient également de noter que c’est le secteur privé qui remporte le plus de suffrages. Pour expliquer leur choix, plus de la moitié des élèves de l’EHTP (57 %) font valoir que le secteur privé offre des salaires plus élevés que le public et qu’il permet d’accumuler une grande expérience professionnelle. Enfin, il mettrait en valeur la polyvalence de l’ingénieur (67,8 %), donnerait des atouts pour résoudre les problèmes (50 %) et être un bon technicien (42,8 %).

24Le croisement du choix professionnel avec la variable « profession du père » met en évidence le fait que les enfants d’ouvriers, d’agriculteurs et d’artisans aspirent à entrer dans la fonction publique ou les entreprises d’État. Vouloir travailler dans une entreprise est surtout le fait des enfants des professions libérales, des fonctionnaires, des cadres moyens du privé et des entrepreneurs. Par ailleurs, les fils des employés du public aimeraient plutôt pouvoir intégrer une entreprise publique, alors que les enfants des enseignants et des commerçants n’ont pas de préférences particulières. Quant aux élèves-ingénieurs issus des catégories sociales les mieux dotées en capital économique, ils expriment des préférences pour le secteur privé car la peur de l’instabilité et le besoin de sécurité sont certainement moins marqués que dans les classes populaires.

  • 16 Pour les restants, 15 % n’ont pas été recensés, 3 % sont étrangers, 1 % sont en formation et 1 % s (...)

25Il est intéressant de confronter ces aspirations avec la réalité de l’insertion. Selon les données élaborées par l’école – et présentées dans l’annuaire EHTP 2000 – seuls 13 % des diplômés se retrouvent dans le privé et 67 % travaillent dans le secteur public dont 42 % dans l’Administration16. Sur les 1 229 diplômés qui travaillent dans la fonction publique, 51 % ont intégré le ministère de l’Équipement, 25 % le ministère de l’Intérieur, 5 % le ministère de l’Habitat, 4 % le ministère du Transport, 3 % le ministère de la Formation professionnelle, les 12 % restants se répartissant entre les autres ministères.

  • 17 La dernière promotion répertoriée dans l’annuaire est celle de 1998. Prendre celle de 1988 permet (...)
  • 18 L’annuaire est avare en informations sur la fonction occupée et le grade, d’où l’impossibilité de (...)

26Les promotions 1988, 1994 et 199817 nous ont servi à vérifier s’il existe des changements significatifs au niveau du recrutement dans les secteurs public et privé18.

27Parmi les 51 diplômés de la promotion de 1988, 72 % ont rejoint le secteur public et 15 % le privé. Sur les 98 ingénieurs de la promotion de 1994, 63 % travaillent dans le secteur public et 20 % dans le privé. Des 126 lauréats de la promotion 1998, 38 % ont intégré le public, 23 % s’insèrent dans le privé. Le secteur public représente bien, aujourd’hui encore, le principal employeur des ingénieurs de l’EHTP. Néanmoins, on constate une progression de l’insertion des lauréats dans le secteur privé. Il serait intéressant de vérifier alors, à travers une enquête sur l’insertion des ingénieurs de l’EHTP, comment se réalise l’entrée dans le secteur public. Quelle est la démarche de recherche de l’emploi ? Cherchent-ils, dans un premier temps, à s’insérer dans les entreprises privées ou s’orientent-ils tout de suite vers le secteur public ? Les propos échangés pendant l’année scolaire avec les étudiants ayant répondu au questionnaire sont révélateurs d’une peur du chômage et d’une résignation teintée de mécontentement devant le fait que l’administration ou les sociétés publiques n’embauchent plus. Ce sentiment rend plus complexe l’interprétation des réponses au questionnaire : on peut faire l’hypothèse que le choix du secteur privé ne constitue pas le premier des souhaits des élèves mais qu’il est probablement aussi le résultat de l’absence de perspectives de recrutement dans le secteur public.

  • 19 « L’inégale distribution de l’information pertinente est sans doute un des facteurs qui font que, (...)

28Quoi qu’il en soit cette perte de confiance témoigne du manque d’information des étudiants. Des études sur la société française19 font valoir que posséder les informations pertinentes en temps voulu, être au courant des évolutions du marché du travail, avoir un projet de carrière, sont non seulement l’apanage des élites, mais aussi des franges des classes moyennes les mieux dotées en capital économique, social et culturel. Les revenus, les réseaux familiaux, le rapport au système éducatif et à la « culture » en général, facilitent pour ceux qui en sont le mieux pourvus le recueil des informations contribuant à la réalisation d’une trajectoire scolaire et professionnelle réussie. Or, les étudiants de l’EHTP ne possèdent pas ce « sens du placement ». L’absence de stratégie de carrière, familiale et individuelle, est corrélée avec l’absence de projet éducatif pensé par la famille dès le plus jeune âge. Les élèves ingénieurs de l’EHTP ne sont ni des héritiers ni des jeunes issus de familles des classes moyennes les plus fortement dites « supérieures ».

  • 20 « Par identité, il faut entendre un ensemble de représentations mentales permettant aux individus (...)

29Une dernière question a été posée aux étudiants de l’EHTP concernant leur perception de la figure de « l’ingénieur ». Quel rôle joue-t-il dans l’administration ou l’entreprise qui l’emploie ? Leurs réponses données pourraient se résumer en une phrase : « L’ingénieur est polyvalent, il résout les problèmes, son approche des problèmes est rationnelle, et il s’adapte aux situations les plus diverses et difficiles. Il est à la fois un bon manager, un bon technicien et un bon communicateur travaillant pour le développement de son pays ». Le cursus de formation est probablement l’un des lieux d’origine de la structuration identitaire des ingénieurs20.

30À ce propos, la ressemblance est frappante entre les réponses données à ce questionnaire et celles obtenues lors d’entretiens effectués auprès d’ingénieurs diplômés (toutes écoles confondues) qui ont déjà intégré l’univers professionnel. La manière dont les enquêtés définissent ce qu’est l’ingénieur ne serait-elle pas déterminée bien plus par l’école que par la famille ? Le cursus de formation et la fréquentation des classes préparatoires n’auraient-ils pas plus d’impact sur la construction identitaire de l’ingénieur marocain que l’établissement proprement dit ? (Scarfo’ Ghellab, 2001)

Bibliographie

Bibliographie

ARON R., « Catégories dirigeantes ou classe dirigeante ? », Revue française de sciences politiques, n° 1, février 1965, pp. 7-27.

BENHADDOU A., Maroc : les élites du royaume. Essai sur l’organisation du pouvoir au Maroc, Paris, L’Harmattan, 1997.

BOURDIEU P., BOLTANSKI L., SAINT MARTIN M. de, « Les stratégies de reconversion. Les classes sociales et le système d’enseignement », Information sur les sciences sociales, n° 5, XII, 1973, pp. 61-113.

BOURDIEU P., La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989.

– « Le capital social. Notes provisoires », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 31, janvier 1980, pp. 2-3.

BOURDIEU P., PASSERON J.-C., Les héritiers, Paris, Minuit, 1964.

La reproduction, Paris, Minuit, 1970.

BUSINO G., Élites et élitisme, Paris, PUF (Coll. « Que sais-je ? »), 1992.

CRESM, La formation des élites politiques maghrébines, Paris, LGDJ, 1973.

DEBBASCH & al., Pouvoir et administration au Maghreb. Études sur les élites maghrébines, Paris, Éditions du CNRS, 1970.

DESROSIÈRES A., THÉVENOT L., Les catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte (Coll. Repères), 1988.

DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 1998.

El OUAZZANI, Coûts et rendements de l’enseignement supérieur au Maroc, Casablanca, éd. ESG, 1991.

ELIAS N., La société de cour, Paris, Flammarion, 1969.

EURIAT M., THÉLOT C., « Le recrutement social de l’élite scolaire en France. Évolution des inégalités de 1950 à 1990 », Revue française de sociologie, n° 3, vol. XXXVI, juillet-septembre 1995, pp. 403-438.

FERRAND M., IMBERT F., MARRY C., L’excellence scolaire : une affaire de famille, Paris, L’Harmattan, 1999.

HERMASSI E., État et société au Maghreb, Paris, éd. Anthropos, 1975.

KARVAR A., « La formation des élèves algériens, tunisiens et marocains à l’École Polytechnique française (1921-2000) : des acteurs de l’histoire aux " élites de peu " », in GOBE E. (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation, Tunis, IRMC, 2001, pp. 79-100.

LEVEAU R., Le fellah marocain, défenseur du trône, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1985.

MERROUNI M., Le problème de la réforme dans le système éducatif marocain, Rabat, Édition Okad, 1993.

PINÇON M., PINÇON-CHARLOT M., Grandes Fortunes. Dynasties familiales et formes de richesse en France, Paris, éd. Payot et Rivages, 1998.

Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte, (Coll. Repères), 2000.

PIOTET F. & SAINSAULIEU R., Méthode pour une sociologie de l’entreprise, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Paris, 1994, RIVET D., Le Maroc de Lyautey à Mohammed V. Le double visage du protectorat, Paris, Denoël, 1999.

SAINT MARTIN M. de, L’espace de la noblesse, Paris, Métailié, 1993.

SCARFO’ GHELLAB G., Les écoles d’ingénieurs : lieu de production et de reproduction d’une fraction des élites marocaines ?, in GOBE E. (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation, Tunis, IRMC, 2001, pp. 109-119.

– « Le développement du système d’enseignement supérieur au Maroc, le processus d’internationalisation et la formation des élites », in SAINT MARTIN M. de, GHEORGHIU M. (dir.), Les écoles de gestion et la formation des élites, Paris, Maison des sciences de l’homme - Centre de sociologie de l’éducation et de la culture, Réseau européen de recherches sur le développement des Business Schools en Europe, 1997, pp. 255-260.

– « Les écoles de gestion au Maroc et la culture transnationale », in BRAODY D., CHMATKO N., SAINT MARTIN M. de (dir.), Formation des élites et culture transnationale, Paris, Uppsala, Centre de sociologie de l’éducation et de la culture - École des hautes études en sciences sociales, SEC, ILU, Université d’Uppsala, 1997, pp. 253-261.

TANGEAOUI S., Les entrepreneurs marocains. Pouvoir, société et modernité, Paris, Karthala, 1993.

TOZY M., Monarchie et islam politique au Maroc, Paris, Presses de Sciences Po, 1999.

ZGHAL A. & al., Les classes moyennes au Maghreb, Paris, Éditions du CNRS, 1980.

Notes

1 Dans le présent texte nous laissons de côté les problèmes multiples que l’on rencontre lors d’une étude sur ce groupe social que l’on appelle « élite », tels que la validité du concept même ou les idéologies qui le sous-tendent. Toutefois, pour un éclairage sur la question, nous renvoyons aux références bibliographiques présentées à la fin du texte.

2 La décision de créer un système de grandes écoles s’est consolidée lors du Colloque de Chênes sur la politique éducative marocaine qui a eu lieu au Maroc en avril 1964 : « La mission de l’enseignement supérieur doit-elle être la diffusion de la haute culture dans le cadre d’un système facultaire ouvert au libre choix des étudiants ou bien la formation des cadres dont l’État a besoin, ce qui implique une orientation des étudiants en fonction des besoins du pays et la priorité aux grandes écoles ? Le ministère de l’Éducation nationale penche pour la deuxième option : le Maroc a des besoins vitaux en cadres, il dispose de moyens insuffisants et n’a pas de temps à gaspiller dans des formations hétéroclites et incertaines », in Merrouni (1993 : 59). Cf. aussi El Ouazzani (1991 : 17).

3 Chaque année, un nombre très limité (de 5 à 6 individus) d’étrangers venus d’autre pays d’Afrique ainsi que des fonctionnaires (entre 5 et 10 individus) ayant le diplôme d’ingénieur d’application fréquentent les cours de l’EHTP.

4 Les écoles préparatoires marocaines ont été créées en 1987 à Casablanca, Fès et Rabat sur la base d’un accord franco-marocain de coopération.

5 Les élèves dont le père gagne moins de 3000 DH par mois (environ 300 €) ont droit à une bourse. Ils perçoivent 1800 DH (180 €) par trimestre.

6 Deux raisons nous ont poussé à choisir 1974 et 1994 comme années de comparaison. Tout d’abord prendre deux points de repère suffisamment espacés dans le temps permet de saisir d’éventuels changements ; ensuite les fiches d’inscription de ces deux années sont les plus complètes et par conséquent celles qui nous renseignent le mieux sur les étudiants.

7 Nous empruntons à Abdelkader Zghal (1980 : 25) la définition de classe moyenne nouvelle et traditionnelle : « la nouvelle classe moyenne : les « cols blancs », fonctionnaires, employés, cadres moyens, etc. La classe moyenne traditionnelle, c’est-à-dire les catégories sociales liées aux modes de production précapitalistes comme les artisans, les commerçants et la petite paysannerie, etc. », p. 25.

8 « On sait que plus grand est le dénuement en capitaux familiaux (particulièrement en capitaux culturels), plus incertain et plus risqué apparaît la prolongation des études ou l’engagement dans des voies dont on sait qu’elles sont très compétitives. L’existence de « plan de carrière scolaire » différencie fortement les familles bien dotées des autres. Dans les milieux peu dotés, seule l’étape franchie avec succès permet de penser la suivante ». (Ferrand, Imbert, Marry, 1999 : 153).

9 Les remarques formulées par Saïd Tangeaoui (1993 : 57) à propos du Maroc vont dans le même sens. À propos des entrepreneurs marocains d’origine modeste, l’auteur affirme « l’aspiration de ces hommes, comme de l’ensemble des entrepreneurs privés, à la réussite scolaire de leurs enfants, leur volonté de voir ces derniers acquérir une formation moderne – ouverte sur les nouvelles technologies et sur les méthodes scientifiques de gestion, constituent des indices que les distinguent de la génération de leurs aînés ».

10 Notre recherche sur les ingénieurs marocains comporte aussi une étude par entretiens semidirectifs sur un échantillon d’ingénieurs diplômés des écoles marocaines et des écoles françaises. Cf. Scarfo’Ghellab (2001 : 109-119).

11 Plusieurs réponses à cette question étant possibles, le total dépasse 100 %.

12 Le capital social correspond à ce que Pierre Bourdieu (1980 : 2-3) désigne comme « l’ensemble des ressources actuelles et potentielles qui sont liées à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d’inter-connaissances et d’inter-reconnaissances ».

13 Plusieurs réponses étant possibles, les valeurs ne s’additionnent pas.

14 27,9 % aimeraient enseigner dans un établissement public, 20,5 % voudraient intégrer un bureau d’études privé, 16 % travailleraient bien dans une petite entreprise privée. Par ailleurs, 14,7 % choisiraient le bureau public d’études 13 % opteraient pour l’enseignement privé qui est classé en dernière position.

15 Les 3,5 % sont les étudiants d’autres pays d’Afrique qui veulent rentrer dans leur pays d’origine.

16 Pour les restants, 15 % n’ont pas été recensés, 3 % sont étrangers, 1 % sont en formation et 1 % sont décédés.

17 La dernière promotion répertoriée dans l’annuaire est celle de 1998. Prendre celle de 1988 permet de saisir d’éventuels changements sur une période de dix ans. Le choix s’est également porté sur 1994, car nous avions les données relatives à la profession du père.

18 L’annuaire est avare en informations sur la fonction occupée et le grade, d’où l’impossibilité de déterminer la trajectoire sociale de la plupart des ingénieurs répertoriés.

19 « L’inégale distribution de l’information pertinente est sans doute un des facteurs qui font que, à ce tournant décisif des carrières scolaires qu’est devenue l’entrée dans l’enseignement supérieur, équivalent de ce que fut, en d’autre temps, l’entrée en sixième, ceux qui cumulent les handicaps liés à l’éloignement géographique et à l’éloignement social sont voués aux choix forcés qui sont souvent une forme d’élimination différée. », in Bourdieu (1989 : 314). Cf. le paragraphe 1.2 « L’école comme intérêt familial » in Queiroz (1995 : 65-70).

20 « Par identité, il faut entendre un ensemble de représentations mentales permettant aux individus de retrouver une cohérence, une continuité entre leurs expériences présentes et celles du passé. C’est l’identité de soi. (…) L’identité pour autrui s’analyse par l’adhésion à des systèmes de valeurs, de normes et de logiques cognitives existant en un lieu donné, par rapport auxquels on se situe en distinguant ses propres modèles culturels de référence. L’identification à des groupes, à des personnages est ici le moyen d’obtenir une définition collective, et donc une source d’intégration. (…) Ce sont alors des processus biographiques très liés aux parcours de l’emploi, de la formation, mais aussi d’autres caractéristiques d’ethnie, de sexe, de classe et de parenté, qui donneront du sens à cette dynamique fondamentale de l’identité. », in Piotet & Sainsaulieu (1994 : 202).

Auteur

Sociologue, professeur à l’École Hassania des travaux publics de Casablanca

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable