Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

III. La formation des ingénieurs maghrébins entre massification et élitisme

Polytechniciens algériens, tunisiens et marocains : des acteurs de l’histoire nationale aux témoins de la mondialisation

Anousheh Karvar

Texte intégral

Les élèves étrangers à l’École polytechnique

  • 1 On compte également parmi les élèves originaires du bassin méditerranéen, un flux moins important (...)

1C’est en 1921 que les candidats étrangers ont été autorisés à se présenter, au même titre que les ressortissants français, au concours d’entrée de l’École polytechnique. Depuis cette date et jusqu’à nos jours, la répartition géographique des élèves étrangers révèle une prédominance des anciennes colonies et protectorats français. Les décolonisations des années 1950 et 1960 se traduisent, en effet, par une arrivée importante d’élèves en provenance du Viêt-nam, de la Tunisie, du Maroc, du Liban et de l’Algérie1.

2Les indépendances politiques exposent l’établissement parisien à la question du concours qu’il pourrait – ou devrait – apporter à l’instruction technique de la relève locale et qui débouche, au cours des décennies suivantes, sur une « fuite des cerveaux » de ces pays vers l’ancienne métropole. La discussion autour de cette question porte en particulier sur les ressortissants des anciennes colonies et protectorats, issus du système d’enseignement français et désireux de s’installer en France : ils sont qualifiés de « faux » étrangers. Il s’agit d’envisager une possible limitation de leur nombre, ainsi qu’une assimilation de plus en plus complète de leur statut à celui des Français, notamment par l’élimination des régimes de faveur au concours d’entrée et l’élévation de la barre d’admission les concernant.

3Les renseignements collectés dans l’annuaire des anciens élèves de l’École polytechnique confirment le « non-retour » des ressortissants des pays les plus représentés à l’École. L’année de la promotion à partir de laquelle ces élèves optent majoritairement pour l’expatriation varie selon les pays : 1952 pour le Viêt-nam, 1974 pour le Liban, 1975 pour la Tunisie, 1977 pour l’Algérie et 1980 pour le Maroc. Les ruptures politiques expliquent le moment charnière de non-retour pour les Libanais (un retour sur deux jusqu’à la promotion 1974, aucun retour pour les promotions suivantes) ou les Vietnamiens (un retour sur sept jusqu’à la promotion 1952, aucun retour après à une exception près). Mais le cas des pays du Maghreb semble plutôt s’inscrire dans les suites de l’échec du modèle développementaliste et le tarissement des débouchés professionnels dans le secteur public pour les ingénieurs formés en France.

  • 2 La question de « l’augmentation du nombre des élèves étrangers, notamment européens » est mise à l (...)

4Parallèlement et dès les années 1970, le conseil de perfectionnement de l’école polytechnique s’interroge sur la meilleure manière d’attirer vers l’École les « vrais » étrangers, « d’un certain niveau », d’origine européenne ou américaine : ces élèves étant censés retourner dans leur pays à la fin du séjour en France, contribuant ainsi au rayonnement international de l’école2. C’est en leur faveur qu’on remet en place le statut d’auditeur libre, tombé en désuétude depuis que les étrangers peuvent passer le même concours que les candidats français. Or, cette filière n’arrive pas à attirer un seul auditeur dans les années suivant son entrée en vigueur.

  • 3 Les élèves étrangers de l’École polytechnique sont également connus sous le nom générique de « cat (...)

5Dans les années 1990, l’ouverture internationale de l’école à des élèves originaires d’autres régions du monde est remise à l’ordre du jour. Dans cette optique, une nouvelle filière, copie fidèle du statut d’auditeur libre des années 1970, est proposée aux candidats étrangers : aux côtés des CP1 (catégorie particulière 1)3, élèves issus des classes préparatoires en France, au Maroc, en Tunisie ou au Liban, ce nouveau statut appelé CP2 (catégorie particulière 2) accueille des étudiants n’ayant pas été formés dans un système d’enseignement proche de celui en vigueur en France : Il s’agit, comme le précise le directeur des relations extérieures de l’École polytechnique, « … des jeunes gens et des jeunes filles qui pour certains d’entre eux n’avaient jamais entendu parler des possibilités de formation en France, qui ne savaient pas ce qu’est l’École polytechnique et souvent qui n’avaient jamais quitté leur pays… » (Sénéor, 2000 : 13-19).

  • 4 Notre analyse des divers statuts d’élèves étrangers à l’École polytechnique s’arrête en 2000.

6Comme pour les anciens auditeurs libres, les candidats présentent un dossier académique et des lettres de recommandations. Des épreuves orales permettent ensuite d’apprécier leur niveau scientifique. Contrairement aux démarches précédentes restées infructueuses, les trois premières années d’application de cette nouvelle mesure ont vu arriver un contingent modeste d’élèves pour moitié originaires de l’Europe de l’Ouest et de l’Est, pour le reste d’Asie et d’Afrique (12, 18 et 24 élèves)4.

7Les élèves de la CP2 n’obtiennent pas le diplôme d’ingénieur polytechnicien et par conséquent, doivent faire créditer leurs deux années d’études auprès de leur université d’origine. Or, même si le caractère généraliste de l’enseignement reçu à l’École polytechnique semble être apprécié, il correspond aux troisième et quatrième années d’études supérieures, là où les cycles intégrés de formation d’ingénieurs dans les pays étrangers dispensent des formations de spécialisation.

8Une autre difficulté dans l’attraction d’élèves étrangers à l’École polytechnique réside dans le caractère payant des études. Malgré l’aide des ambassades, des industriels français et de la fondation de l’école, seuls des programmes de bourses conséquentes du gouvernement français et du pays d’origine peuvent couvrir les frais de scolarité. De la sorte, les élèves maghrébins continuent à tenir le haut du pavé parmi les élèves étrangers de l’école.

Des élèves maghrébins à l’École polytechnique

9L’admission des premiers élèves tunisiens, marocains et algériens remontent à l’entre-deux-guerres. Mais elle revêt un caractère exceptionnel et dispersé dans le temps : 3 Algériens en 1919, 1928 et 1955, 2 Tunisiens en 1929 et 1947, un Marocain en 1948. Au cours de la période coloniale, la politique éducative prônée par la France en Afrique du Nord souffre d’une grande instabilité. À la multiplicité des centres de décision s’ajoutent des conceptions divergentes à propos des vertus de l’éducation que l’on offrirait aux « indigènes ». Une première conception, assimilationniste, attachée à l’idée de la France comme puissance coloniale humaniste et modernisatrice, veut faire des autochtones des sujets français par l’acquisition de la langue et de la culture françaises. Une seconde conception, prédominante auprès des Français des colonies, considère le système d’éducation indigène comme une fabrique de déclassés et de rebelles nationalistes difficiles à administrer (Marseille, 1984 : 240 et suiv.).

10L’originalité des parcours individuels des polytechniciens « coloniaux » se mesure aux nombreux obstacles qu’ils franchissent avant d’arriver en France, mais aussi au choix d’une filière technique passant par l’École polytechnique. Les décrets de 1919 et 1920 ont bien stipulé l’égalité des « indigènes » et des Français pour occuper des postes dans l’administration, tout en les excluant des fonctions d’autorité ; plus tard, l’ordonnance du 7 mars 1944 a instauré leur égale admissibilité à tous les emplois publics. Toutefois, le choix des filières débouchant sur des professions libérales (droit, médecine) reste prépondérant dans les milieux étudiants issus des colonies (Pervillé, 1984 : 39-46). Les débouchés pour les fonctions techniques sont d’autant plus incertains que les patrons français des industries locales recrutent exclusivement des ingénieurs et techniciens français (Barjot, 1986 : 157-164).

  • 5 De son côté G. Pervillé avance le chiffre de 1 200 étudiants algériens en 1954, dont 600 à l’unive (...)

11En Algérie où la France opte pour l’assimilation culturelle, cette politique tend à isoler les élites de la masse « barbare et arriérée », pour reprendre la terminologie coloniale. Comme l’identification à la France apparaît comme la contrepartie de l’ascension sociale par les études, beaucoup de jeunes Algériens refusent d’abord d’entrer dans le jeu colonial pour enfin s’y prêter tout en s’engageant dans le mouvement étudiant anticolonial. La faiblesse numérique de la population dépassant le niveau d’instruction primaire est encore révélatrice : on recense 20 étudiants algériens à Paris en 1928, 53 pendant l’année 1934-1935, une centaine dix ans après, entre 200 et 250 en 1954. Certes, le mouvement s’amplifie à partir de 1946, mais au début de la guerre d’indépendance, on ne compte toujours que 600 étudiants algériens dans l’université française (200 à 250 à Paris, 90 à Montpellier, 70 à Toulouse). À la même époque, l’Université d’Alger accueille 5 000 étudiants européens contre 400 Algériens (Stora, 1992 : 239)5. Le pourcentage d’étudiants musulmans algériens oscille, en effet, entre 3 et 4 % de 1915 à 1938 et entre 7 et 8 % de 1939 à 1961.

  • 6 De 1925 à 1962, le lycée Bugeaud d’Alger a comporté une classe de mathématiques supérieures et une (...)

12En 1947-1948, l’Algérie compte 3 ou 4 ingénieurs diplômés des grandes écoles françaises, occupant des postes avec le rang de sous-préfet dans l’administration coloniale. Ce n’est qu’à partir de 1951-1952 que les classes préparatoires algéroises commencent à recevoir des élèves musulmans en nombre important6. Mais un mot d’ordre de grève des études, lancé par le Front de libération nationale (FLN), puis le rappel des étudiants et leur répartition dans d’autres pays (notamment en Europe de l’Est et au Moyen-Orient) bloquent l’entrée des élèves musulmans algériens dans les grandes écoles françaises.

13Après l’indépendance, la fermeture des classes préparatoires jusqu’en 1964 ainsi que l’absence de politique de coopération bilatérale en ce domaine, expliquent le nombre réduit d’élèves algériens dans le contingent important des élèves nord-africains de l’École polytechnique. Les 17 élèves algériens des promotions 1963 à 1985 s’inscrivent, en règle générale, dans des cycles longs d’études (DEA et doctorat) à l’issue desquels ils s’établissent en France. Cette faible représentation des Algériens parmi les élèves maghrébins de l’École polytechnique reste inchangée de 1986 à 2000. Nos renseignements sur les 33 élèves des promotions 1963 à 1994 restent lacunaires, avec seulement 5 situations professionnelles identifiées en France et aux États-Unis, et un retour au pays dans la société Sonatrach.

14L’écart se creuse entre Algériens et Tunisiens qui constituent, jusqu’en 1985, le plus grand contingent d’élèves étrangers : leur présence est régulière et constante dans les décennies 1960 et 1970 et leur nombre est multiplié par trois de 1980 à 1985. Cette présence relève, après l’indépendance tunisienne en 1956, d’une politique délibérée et suivie de l’État en matière de formation de cadres techniques. Au cours de la période 1985-2000, la présence tunisienne se maintient à un niveau élevé tout en accusant une certaine baisse entre 1986 et 1990. L’accord de transfert de technologies signé entre la Tunisie et les États-Unis, au début des années 1980, et les bourses américaines qui y sont prévues en quantité importante, semblent avoir diversifié pour un temps la destination des bacheliers tunisiens.

  • 7 Ce rapport est fondé, entre autres, sur l’enquête menée par la Conférence des grandes écoles en fé (...)

15Une démarche similaire de coopération technique bilatérale explique l’arrivée en nombre d’élèves marocains à l’École polytechnique. Depuis 1985, le nombre d’élèves marocains passant de 68 à 128 élèves entre 1955-1985 et 1986-2000 a doublé. Cette augmentation confère au Maroc le premier rang de la fréquentation étrangère de l’École polytechnique, devant la Tunisie, le Liban et le Viêt-nam. Elle devra être rapprochée du chiffre de 1 108 élèves marocains dans les grandes écoles françaises d’ingénieurs et de gestion, soit 8,5 % des 13 144 étrangers accueillis dans ces établissements (suivis de 814 Algériens et de 573 Tunisiens). Les élèves marocains se partagent selon un ratio de 1 pour 9 entre les écoles de gestion et les écoles d’ingénieurs, pratiquement en égalité avec les 1 102 élèves espagnols répartis selon un ratio plus favorable de 3 pour 7 pour les écoles de gestion (Audric : 2000)7.

16En somme, la Tunisie et le Maroc, puis le Maroc et la Tunisie offrent, depuis le milieu des années 1950 jusqu’à nos jours, les plus grands viviers d’élèves étrangers de l’École polytechnique : ces deux pays lui offrent pour la période 1986-2000, plus de 46 % de cette catégorie (26 % pour les Marocains et 20 % pour les Tunisiens), alors que l’Espagne, seul pays de l’Europe occidentale à dépasser le seuil de 10 élèves pendant la même période, ne représente que 2,2 % de l’ensemble.

Des acteurs de l’histoire nationale aux témoins de la mondialisation

17En règle générale, les premiers polytechniciens issus des colonies ou des protectorats ont regagné leur pays d’origine, après plusieurs années d’études en France. Bien que mouvementée, leur carrière professionnelle et publique se caractérise par trois étapes décisives. La première est celle d’une intégration sociale difficile. La deuxième est souvent marquée par un engagement politique de premier rang et la troisième semble correspondre à un retour au calme et à un recentrage sur son métier de base.

  • 8 La ventilation est la suivante : 5 diplômés de l’École polytechnique, 10 de l’École des mines de P (...)
  • 9 Entretien avec M. Douiri, doyen des polytechniciens marocains. Pour les trois pays, nous avons éca (...)

18Jusqu’aux indépendances, les ingénieurs se retrouvent dans une situation professionnelle en inadéquation avec les compétences acquises en France. En Algérie notamment, la catégorie socioprofessionnelle des ingénieurs est pratiquement inexistante. Elle y apparaît seulement dans les années 1970, lors des premières actions d’industrialisation, avec la création d’institutions de formation spécialisée (Akkache, 1990 : 147). En 1956, la Tunisie compte 36 diplômés des grandes écoles françaises8. Contraints à occuper des postes subalternes dans l’administration et dans l’enseignement, la plupart de ces diplômés possèdent très peu d’expérience et n’exercent pas de responsabilité technique. Au Maroc, en 1955, on compte entre 30 et 50 ingénieurs juifs et musulmans, parmi lesquels on distingue 1 polytechnicien, 3 ingénieurs des Mines, 7 ingénieurs des Travaux publics et 2 ingénieurs des Télécoms9. Toutefois des exceptions existent, dont il convient de retracer les itinéraires. C’est le cas précisément d’Édouard Mouloud, élève français d’origine algérienne de la promotion 1919, de Salah Bouakouir, Algérien de la promotion 1927, diplômé de l’École polytechnique et de l’École du génie maritime et enfin de Mohammad Liassine, polytechnicien et ingénieur des Ponts de la promotion 1955.

Les polytechniciens algériens : une présence sporadique et discontinue

  • 10 Les registres-matricules contiennent sous forme manuscrite des informations d’état-civil, le signa (...)

19Né en 1895 à Alger, Edouard Mouloud opte pour la citoyenneté française et vraisemblablement pour la religion chrétienne, du fait de son changement de prénom d’Omar à Edouard. Issu de milieux populaires – son père est déclaré comme « boucher » à Alger dans le registre des élèves – il s’engage dans l’armée française au cours de la première guerre mondiale10. Il réussit le concours de l’École polytechnique à la fin de la guerre. Admissible dans le service public en 1921 dans l’artillerie métropolitaine (aéronautique), il grimpe, de 1935 à 1962, les échelons hiérarchiques dans l’administration des chemins de fer algériens. Sous-directeur de la Société nationale des chemins de fer algérienne (SNCFA) au moment de l’indépendance, il choisit d’y rester et de servir son pays d’origine, en occupant le poste de président du conseil d’administration de la SNCFA de 1964 jusqu’à sa mort en 1972.

  • 11 Informations recueillies dans la notice nécrologique consacrée à S. Bouakouir, La Jaune et la Roug (...)
  • 12 Voir Harbi (1983 : 281). D’après M. C.-R. Ageron, Paul Delouvrier aurait utilisé S. Bouakouir dans (...)

20Salah Bouakouir est, quant à lui, le premier haut fonctionnaire musulman servant en Algérie. Sa désignation à la direction de l’Énergie, du Commerce et de l’Industrialisation du gouvernement général en 1947 constitue la première – et unique – concrétisation des effets escomptés de l’ordonnance de mars 1944 (Pervillé, 1984 : 41). Néanmoins, sa promotion ne dépasse pas, de toute évidence, le cas individuel. Cette nomination est le signe avant-coureur d’une ascension fulgurante : secrétaire adjoint des Affaires économiques au gouvernement général en 1954, il fait partie, avec Claude Tixier, directeur général des Finances, d’un groupe de travail à l’origine d’un important plan intitulé « Perspectives décennales de développement économique de l’Algérie » publié en mars 1958. À partir de 1957, il est nommé directeur des Affaires économiques11. Après la nomination de Paul Delouvrier, nouveau délégué général du gouvernement en Algérie, S. Bouakouir entre dans son équipe en qualité de président du conseil supérieur du Plan, créé à l’imitation du Plan d’équipement et de modernisation de la métropole. Il y reste trois ans en fonction jusqu’à sa mort, en septembre 1961, dans un accident dont les circonstances n’ont pas été élucidées. À l’indépendance, le FLN lui rend hommage en donnant son nom à un des plus grands boulevards d’Alger jusqu’à une date récente où il a été « renommé ». Ce polytechnicien algérien, alors directeur de l’Équipement et de l’Industrie du gouvernement général, aurait constitué, en 1959-60, avec quelques autres de ses collègues une officine de renseignements pour le compte du FLN-GPRA (Gouvernement provisoire de la république algérienne)12.

21Mohammad Liassine est à notre connaissance le troisième et dernier élève algérien de l’École polytechnique avant l’accession de son pays à l’indépendance. Son intégration à l’École polytechnique en 1955, relève de la performance individuelle, à l’instar de ses compatriotes E. Mouloud et S. Bouakouir. Issu du système d’enseignement indigène en Algérie, il fait partie des exceptions qui, du fait de leurs brillants résultats scolaires, réussissent à intégrer l’enseignement réservé aux Français à partir du cycle secondaire. Son parcours scolaire a pu bénéficier de l’abolition du code de l’indigénat en 1947 qui perdure jusqu’en 1958. Devenu Français musulman du fait du nouveau statut de l’Algérie, il dispose en théorie des droits des citoyens français : il peut donc se présenter à l’École polytechnique comme candidat français au concours général d’admission.

22Mais son arrivée à Paris coïncide avec le mot d’ordre de grève d’études lancé par le FLN. Il s’agit de la grève illimitée des cours et des examens déclenchée le 19 mai 1956 sous l’égide des associations d’étudiants et de l’UGEMA (Union générale des étudiants musulmans algériens). Cette grève relève alors d’un impératif catégorique, souligné dans la déclaration du comité directeur de l’UGEMA publiée à Paris. Aussi M. Liassine demande-t-il la permission au FLN de continuer ses études pendant la grève. Ces dires sont confirmés par le responsable de l’UGEMA de l’époque, Belaïd Abdessalam, dont les souvenirs ont été publiés en 1990 (Bennoune & El Kenz, 1990 : 120).

23À l’indépendance, M. Liassine et Ahmed Ghozali, ingénieur civil des Ponts et Chaussées, sont les seuls ingénieurs diplômés des grandes écoles françaises, dans les rangs de quelque 200 hauts fonctionnaires algériens. Leur carrière se déroule dans le secteur industriel, aux côtés de Belaïd Abdessalam, l’artisan du programme d’industrialisation algérien. Dans ses entretiens, ce dernier relate comment l’Exécutif provisoire mis en place au moment de l’accession à l’indépendance doit faire face à la remise en marche d’une machine économique grippée par le sabotage de l’OAS et par le départ des cadres français. Parmi les quelques cadres algériens réunis à cet effet, il compte A. Ghozali qui venait de terminer ses études et M. Liassine qui avait terminé ses études avant l’indépendance et se trouvait affecté au sein des unités de l’Armée de libération nationale (ALN). Autorisé à rejoindre la délégation des affaires économiques, M. Liassine se voit confier la direction nouvellement créée de l’industrialisation. Au sein de cette direction, il a en charge la relance de la sidérurgie d’Annaba et la création de la Société nationale de sidérurgie (SNS), dont il occupe le poste de premier directeur général (Bennoune & el-Kenz, 1990 : 193).

24M. Liassine devient l’acteur de premier plan d’une industrialisation menée par la volonté politique de la fraction des « industrialistes » au pouvoir, financée par les revenus pétroliers. Il réalise un projet pilote qui mobilise 20 000 travailleurs et qui cristallise les attentes du gouvernement algérien. Dans les années 1950, la sidérurgie est considérée dans beaucoup de pays du tiers monde, comme la voie royale de l’industrialisation et du développement. Legs de l’ancienne métropole qui continue à en parrainer la réalisation, la SNS accumule toutefois les conflits entre la maîtrise d’ouvrage (l’Algérie), les ingénieurs-conseils (la France) et les entreprises soumissionnaires (la France et l’Union soviétique). Ici, le choix d’un polytechnicien algérien à la direction de l’entreprise semble être dicté par la recherche d’un équilibre dans les rapports de force entre le gouvernement algérien et ses partenaires français. Sur le plan technique, cet équilibre est en tout état de cause largement en défaveur de l’Algérie.

25À la fin des années 1970, à mi-parcours du programme d’industrialisation, des voix s’élèvent à l’encontre de M. Liassine au sein de l’équipe gouvernementale. Il fait l’objet d’âpres critiques : endettement, effet de taille, investissements énormes sans création d’emplois à la hauteur du projet, taux de fonctionnement très bas des unités industrielles, agriculture sacrifiée, etc.

26En 1978, le gigantesque ministère de l’Industrie est scindé en trois : l’ancien ministre Abdessalam conserve le secteur du transport, tandis que le portefeuille de l’industrie lourde est confié à M. Liassine et celui de l’énergie à A. Ghozali. Ce n’est qu’en 1982, avec l’arrivée à la présidence de Chadli Ben-Djedid que les adversaires de la politique menée jusqu’alors dans le domaine industriel obtiennent gain de cause. M. Liassine est écarté du pouvoir. Il y est rappelé en 1991 dans le cabinet de crise formé par son camarade d’études et son compagnon de l’Industrie, A. Ghozali, qu’il suivra peu de temps après son départ pour la France.

Les polytechniciens tunisiens : un flux régulier sur un demi-siècle

  • 13 Notre étude plus détaillée des polytechniciens tunisiens a fait l’objet d’une contribution à l’ouv (...)

27Contrairement à la présence algérienne, sporadique et discontinue, celle des élèves tunisiens des promotions 1929 à 1985 est régulière et importante. Toutefois, nous y avons décelé des césures générationnelles dont il convient de rappeler les grandes lignes13. La première génération de polytechniciens, celle des décennies 1950 et 1960, est composée de techniciens impliqués dans la construction de la nouvelle Tunisie. Entièrement vouée au service public, elle joue un rôle politique pendant les décennies 1960 et 1970, par l’étendue de ses réalisations dans les domaines privilégiés de l’intervention de l’État, dans le secteur des mines, de l’énergie et des travaux publics.

28La carrière de M. Zidi (X 1954) dans l’industrie sidérurgique et minière illustre bien l’itinéraire de cette première génération. Ancien élève du collège Sadiki, ce jeune Tunisien bénéficie de bourses d’État pour achever ses études secondaires à Tunis, puis ses années de préparation au concours de l’École polytechnique au lycée Henri IV à Paris. La prise en charge de ses études à l’École polytechnique s’effectue contre un engagement décennal de service. M. Zidi justifie son choix de la filière des mines dans les années 1950 par un phénomène de mode ayant cours dans les grandes écoles françaises avec la montée en puissance du nucléaire. À la fin de ses études à l’École des mines, il entame une carrière exemplaire dans les services techniques de l’État : mines, sidérurgie, phosphate et pétrole.

29Revenu en Tunisie en 1960 – à la suite de deux années de formation pratique effectuée à l’Institut de recherche en sidérurgie, future filiale d’Usinor – ce polytechnicien est d’abord chargé du service des Mines jusqu’en 1962. Cette année-là, le gouvernement tunisien décide de produire de l’acier par ses propres moyens : appelé à mettre en route une unité de production, M. Zidi mène les phases d’étude et d’appel d’offres international en vue de la construction d’une usine « clef en main » à Menzel-Bourguiba près de Bizerte. Celle-ci est finalement réalisée par un groupement d’entreprises françaises, britanniques, allemandes et suédoises, en comptant à ses débuts sur un encadrement exclusivement composé d’ingénieurs des grandes écoles françaises.

30Lorsqu’il quitte la direction de l’usine El-Fouladh (1970), il la confie à un ingénieur diplômé de l’École des mines de Paris. Il retourne à la direction des Mines et de l’Énergie où on lui confie les secteurs en difficulté du phosphate et du pétrole. Sa mission consiste à organiser la prospection et la réglementation, ainsi que la relance de la recherche. Au cours de la même année, il est nommé secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie nationale, T. Chelli, polytechnicien de la promotion 1955. Pendant cinq ans, ces deux anciens de Polytechnique forment ainsi un « tandem » où M. Zidi est plus particulièrement chargé des dossiers du pétrole et des mines. L’importance prise par l’exportation du pétrole au début des années 1970 expliquerait, selon M. Zidi, le choix du gouvernement Nouira de faire appel à des hommes de dossier comme lui ou son camarade Chelli. En 1974, il prend la direction de l’Office national des mines, chargé de la recherche minière autre que le phosphate. En 1979, il est nommé à la tête de l’ETAP, la société pétrolière nationale, créée dans les années 1960 pour commercialiser le pétrole tunisien. La même année, il s’établit pour son compte comme consultant free lance.

31De sa formation polytechnicienne, l’ingénieur d’État devenu expert retient un enseignement scientifique généraliste, formant à la décision davantage qu’aux techniques proprement dites. La valeur qu’il reconnaît à l’École polytechnique proviendrait des idéaux méritocratiques de l’école parisienne qui, fidèle à sa tradition première, celle de la Révolution française, réussit à mettre en valeur les capacités personnelles de l’individu, sans distinction d’origine nationale ou sociale.

  • 14 À titre d’exemple, on peut citer la SCET Tunisie en partenariat avec la SCET française, Comète Eng (...)

32La seconde génération des polytechniciens tunisiens, formée dans les années 1970, continue à dominer les domaines techniques du secteur public, à l’instar d’autres diplômés des grandes écoles françaises. On observe cependant un déplacement progressif au cours de leur carrière vers des postes dans des entreprises privées et dans les banques. Sur la longue durée, le secteur public ne réussit pas à fidéliser les polytechniciens, du fait d’une nette dégradation des conditions matérielles de recrutement. Par conséquent, après un passage souvent bref dans l’administration, beaucoup fondent des bureaux d’études en partenariat avec de grands groupes européens, où les relations de camaraderie établies en France pendant les années d’études interviennent favorablement14. La présence d’un camarade plus ancien dans les ministères techniques leur facilite souvent l’accès aux grands projets pour le compte de l’État, en attendant l’émergence d’un secteur privé capable d’assurer la relève.

33Taïeb Hadhri (X 1977), chercheur dans l’université tunisienne, présente un profil atypique au sein de cette seconde génération. Il est le seul polytechnicien tunisien qui, à notre connaissance et selon ses dires, ait consacré une partie de sa carrière à la recherche scientifique. Ingénieur des Ponts, il se dirige vers les mathématiques appliquées à la mécanique, domaine dans lequel il prépare un doctorat d’État au Centre de mathématiques appliquées de l’École polytechnique. Consultant auprès de la société Hutchinson (secteur caoutchouc) pendant la durée de sa thèse, il préfère un poste de professeur à l’École nationale d’ingénieurs de Tunis (ENIT) plutôt que d’entrer au CNRS.

34Mener une carrière scientifique en Tunisie nécessite, outre des moyens matériels et des relations avec l’étranger, une disponibilité que des charges administratives ou politiques peuvent sérieusement entraver. Pendant les trois premières années qui ont suivi son retour, T. Hadhri a su partager son temps entre l’enseignement à Tunis d’une part, le Centre de mathématiques appliquées et Hutchinson, d’autre part. Par la suite, nommé successivement responsable du DEA de mécanique appliquée, directeur du département de Génie civil et enfin, directeur de l’École polytechnique de Tunisie, ses responsabilités finissent par peser lourd sur le temps qu’il peut réserver à ses activités de recherche. L’actuel président de l’université du 7 novembre à Carthage appartient au dernier carré des polytechniciens qui auraient renoncé à la carrière de chef d’entreprise pour rester dans le secteur public. On retrouve dans ses propos une certaine foi dans l’utilité sociale de l’ingénieur qui rappelle celle de la première génération, même si les moyens qu’il propose de déployer ne sont pas identiques. Il s’agit pour l’heure de contribuer au bonheur des compatriotes et au développement du pays en opérant des « choix rationnels », ainsi qu’en effectuant un « travail de qualité ». Toutefois, ce cadre polyvalent de la Tunisie contemporaine paie la contrepartie de son engagement en délaissant ses activités de recherche, jugées personnelles et dont les enjeux à long terme ne sont pas toujours compris par les pouvoirs publics.

  • 15 Il faudra sans doute corriger ces données par la collecte d’informations sur les 15 situations pro (...)

35La troisième génération de polytechniciens tunisiens, celle des années 1980, nous paraît confrontée à un marché local de l’emploi plus difficile et à un climat politique moins libéral. De ce fait, elle se trouverait moins attachée au sentiment de devoir envers la patrie. Elle exerce son activité professionnelle dans le secteur bancaire où elle assure la gestion technique de la dette extérieure. Lorsqu’ils choisissent de s’installer en France, leurs carrières se confondent avec celle des polytechniciens français. On peut enfin constater que les jeunes femmes tunisiennes, anciennes élèves de l’École polytechnique, ne rentrent pas dans leur pays d’origine. Elles rencontrent des difficultés à trouver des situations satisfaisantes et ne réussissent pas toujours à concilier les exigences d’une carrière professionnelle évolutive avec celles de la vie familiale. Jusqu’ici, leur condition n’est pas spécifique à la Tunisie. Elle se reproduit dans d’autres pays en développement régis par des structures sociales encore patriarcales. Les résultats de notre enquête sur les promotions 1986-1995 confirment la tendance au « non-retour » des polytechniciens tunisiens : sur les 47 élèves des promotions 1986 à 1994, nous avons connaissance de 32 situations professionnelles dont une seule se déroule au pays, à la Banque de Tunisie15.

Les polytechniciens marocains et le retour au pays

36Deux caractéristiques majeures différencient la situation marocaine de la tunisienne. D’une part, le nombre de polytechniciens marocains qui continuent à rentrer au pays reste relativement élevé en comparaison : ils sont 21 sur 38 (55 %) dans les promotions 1948-1980, 12 sur 29 dans les promotions 1981-1985 (41 %) et 25 sur 48 dans les promotions 1986-1992 (52 %). L’augmentation des taux de retour dans les promotions après 1986 est vraisemblablement liée à la crise du marché de l’emploi des cadres en France au début des années 1990. Il s’explique aussi par le prestige, toujours important au Maroc, des filières de formation dans les grandes écoles françaises. Notre analyse de la situation professionnelle de la communauté polytechnicienne marocaine est fondée sur les renseignements fournis par l’annuaire des anciens élèves de l’École polytechnique de 1990 publié en France, et par l’annuaire de l’Association marocaine des anciens élèves de 2000 publié au Maroc.

  • 16 Groupe ONA, « Rapport annuel », 1989.

37En 1990, les anciens élèves des promotions de 1948 à 1980, occupent à leur retour au Maroc des postes de directeur général et d’administrateur dans des entreprises publiques ou semi-publiques. Ceux issus des promotions 1981-1985 travaillent dans les mêmes entreprises. Ils ont gravi les premiers échelons de la même hiérarchie car le gouvernement marocain a offert à cette époque des situations suffisamment intéressantes aux diplômés formés en France, en accordant une valeur certaine à leur qualification. Le ministère des Travaux publics est le principal employeur des polytechniciens marocains des promotions 1950 à 1970, 2 d’entre eux ayant accédé au portefeuille ministériel. Par la suite, c’est dans le groupe Omnium Nord Africain (ONA) que l’on trouve la plus forte concentration de polytechniciens (7 entre 1972 et 1984). L’ONA est un immense holding qui comprend une centaine de sociétés dans les secteurs agroalimentaire, mines, finances, immobilier, audiovisuel, automobile, textile16. Les mines, le bâtiment, les travaux publics, les banques et l’industrie de montage sont par ordre décroissant les autres branches d’activité proposées aux anciens élèves de l’École polytechnique.

38L’Annuaire d’X-Maroc est une source mieux renseignée sur les carrières au Maroc et qui nous a permis d’étudier la dernière étape du parcours professionnel des polytechniciens marocains. Mis à part le doyen M. Douiri (X 1948), en retraite mais toujours actif sur la scène politique, les plus âgés des polytechniciens marocains sont sexagénaires et se trouvent, en l’an 2000, au sommet de leur carrière. Les moins âgés sont disséminés dans l’ensemble du tissu économique et technique du pays. Ils réussissent des passages croisés entre les secteurs public et privé. Cette mobilité intersectorielle ne traduit pas, à notre sens, un phénomène de « pantouflage à l’envers » ou « à l’endroit », comme le mettent en évidence E. Gobe et S. Ben Sedrine dans leur enquête sur les ingénieurs tunisiens (Ben Sedrine & Gobe, 2002). Elle révèle plutôt la grande fluidité du marché de l’emploi de haut niveau au Maroc pour les diplômés des grandes écoles françaises.

39Au gouvernement, leur portefeuille de prédilection reste toujours les Travaux publics, mais s’élargit également aux Finances, à l’Industrie, au Commerce extérieur et de plus en plus, ces dernières années, aux directions techniques du ministère des Pêches maritimes. Dans le secteur public, les polytechniciens marocains se succèdent à la tête de l’Office national d’électricité (ONE), l’Office d’exploitation des ports (ODEP), l’Office chérifien de phosphate (OCP), la Société nouvelle des conduites d’eau (SNCE), la Royal Air Maroc (RAM), la Société nationale d’aménagement de la baie d’Agadir (SONABA), comme dans le privé, à l’ONA, à Berliet Maroc, aux Industries marocaines modernes (IMM), filiale de l’Américain Procter & Gamble (7 polytechniciens issus des promotions après 1986) ou dans d’autres entreprises de production de biens d’équipement, travaux publics, textile, agroalimentaire et import-export. Le secteur bancaire et financier attire les plus jeunes générations, puisqu’on les retrouve à la tête du Crédit du Maroc, du Casablanca Finance Group (CFG), de la Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE).

40Depuis 1983, date de l’application du programme d’ajustement structurel, la libéralisation de l’économie s’est mise en place. À l’instar des politiques de l’Infitah, menées en Tunisie, en Égypte et dans d’autres pays arabes, ce programme se manifeste par la promotion des investissements privés et l’intensification des échanges avec l’extérieur. Il se donne comme double objectif de réduire les dépenses publiques et de privatiser progressivement les entreprises du secteur public. Comme dans les autres pays de la région, cette politique de libéralisation est menée sous la contrainte de l’endettement. Dans les années 1970, l’augmentation du prix de phosphate avait fait miroiter la possibilité de financer l’industrialisation par la rente. Avec la création de l’office du Développement industriel en 1973, des investissements lourds avaient été réalisés dans la pétrochimie, le raffinage et le phosphate. Mais la baisse du cours avait entraîné un déficit budgétaire important que seules les premières privatisations devaient permettre de résorber en partie.

41Avec les nouvelles orientations de l’économie, les acteurs du secteur privé semblent participer à la recomposition de l’espace public. On peut donc penser que la figure de l’« entrepreneur » comme nouveau promoteur du développement viendrait succéder à celle de l’ingénieur d’État dans cette fonction. La montée en puissance de la CGEM – Confédération générale des entrepreneurs marocains – dans les sphères économiques et politiques marocaines en est la manifestation la plus visible (Tangeaoui, 1993). L’État makhzénien, garant de l’intérêt général, semble ainsi « libérer » une part de l’espace public au profit de nouveaux opérateurs (Catusse, 1999 : 13-37).

42C’est sans doute dans ce contexte de recomposition des légitimités économique et sociale qu’il faut comprendre la création de l’Association des anciens élèves marocains de l’École polytechnique (X-Maroc). L’association se dote de statuts en 1989 qui lui donne pour objet de « resserrer les liens de confraternité, d’entraide et de solidarité entre ses membres ; de contribuer à l’effort national de développement culturel, technologique et économique ». La première livraison de l’annuaire qui paraît en 2000, est présenté comme un « nouvel espace de rencontres et un outil pratique de communication entre les membres de [l’] association ». Cet annuaire va au-delà de la diffusion habituelle de la liste de coordonnées des anciens élèves et fait appel désormais à une « équipe de professionnels de l’édition ». Il obtient le soutien financier de nombreux annonceurs et de partenaires : le Bureau de recherches et de participations minières, le Crédit du Maroc, le Laboratoire public d’essais et d’études, l’Office national de l’électricité, l’Office d’exploitation des ports, l’Office national de recherches et d’exploitations pétrolières, mais aussi des entreprises privées telles Alstom, Berliet Maroc ou le Groupement pour la promotion des produits polymères.

Des témoins de la mondialisation

43Nous avons choisi de donner, ici, un bref aperçu des débats et tensions qui traversent la communauté polytechnicienne, à travers trois moments clés de son histoire récente, à savoir les colloques organisés en 1994, 1997 et 2000 autour des nouveaux défis du Maroc face aux exigences de la Banque mondiale en matière de déréglementation et de l’entrée dans la zone de libre échange de l’Union européenne. Ces moments sont représentatifs, à notre sens, de la bataille menée par les ingénieurs d’État marocains pour préserver leur espace d’intervention face aux nouvelles donnes de la mondialisation et à l’effacement progressif du rôle de l’État.

Déréglementation et financement des infrastructures

  • 17 Colloque international sur la déréglementation et le financement des infrastructures organisé par l (...)

44Le premier colloque international organisé par X-Maroc se tient en 1994, dans le cadre de la célébration du bicentenaire de l’École polytechnique et porte sur le thème de la déréglementation et du financement des infrastructures. Le colloque réunit plus de 300 décideurs, opérateurs économiques et cadres de la fonction publique : ministres et anciens ministres, directeurs d’entreprises publiques, chefs d’entreprises, directeurs de banques et d’organismes financiers et directeurs d’écoles d’ingénieurs. On trouve parmi les polytechniciens marocains présents au colloque un ministre et un ancien ministre des Travaux publics, le président de la commission économique de la CGEM ; le directeur des Routes, celui de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail, celui de l’Office national d’électricité, le directeur de la Financière Diwan ou encore le responsable marketing du Crédit du Maroc. Ils ont invité leurs camarades polytechniciens français d’EDF, de la Générale et de la Lyonnaise des Eaux, de l’Institut français du pétrole, de Cofiroute, de Cegelec, de Paribas, à débattre avec eux sous les auspices du représentant de la Banque mondiale17.

45Il s’agit du premier échange élargi sur ce thème au Maroc, quelques mois après un séminaire réservé aux cadres de l’administration. On y apprend que la déréglementation va déjà bon train, que des choix ont été faits, que la mise en œuvre est initiée dans tous les secteurs d’infrastructures (télécommunications, autoroutes, énergie, eau potable), avec l’aide de la Banque mondiale. Les options discutées s’étendent de la simple sous-traitance d’une activité dévolue jusqu’ici au secteur public à la suppression de monopoles, à l’octroi de concessions ou encore à la libéralisation totale de l’activité.

46La déréglementation est-elle une stratégie globale ou une action pragmatique ? La salle est traversée par la tension créée par deux perceptions de la déréglementation. Une vision teintée d’inquiétude, et sans doute de lucidité, représente les privatisations comme une conséquence du désengagement de l’État, de par son incapacité à faire face à l’endettement et à assurer le contrôle sur les secteurs de souveraineté (X 74, directeur de l’ONE). Dans cette conception, la déréglementation est présentée comme une invention des puissances économiques pour imposer leur règle du jeu et qui aboutirait nécessairement à des inégalités sociales par des augmentations tarifaires. Une autre vision, plus positive cette fois, présente la déréglementation comme un phénomène inéluctable. Mais s’il est imposé à l’État c’est pour revigorer l’économie. Il s’agirait d’un défi à relever pour occuper un rang acceptable dans la compétition internationale.

47Thérapeutique devant la cessation de paiement de la dette en 1983 ou politique offensive d’ouverture pour une meilleure compétitivité économique ? Les tenants des deux hypothèses s’affrontent. L’étroitesse du marché financier pose la question du recours aux capitaux étrangers et celle des garanties données aux investisseurs en matière de partage de risques. On s’attend également à voir la qualité du service public et les modes de management des services de l’État s’améliorer sous l’effet de la concurrence avec le privé. A. Azoulay, conseiller du roi tout comme le PDG de l’ONA, récusent une vision défaitiste du rôle de l’État au nom d’une politique volontariste de libéralisation sous l’égide d’un État régulateur, mais aussi au nom du modèle désormais unique de développement par la mondialisation : « il n’y a plus d’idéologie, il n’y a plus que des enjeux économiques », nous disent-ils.

48Autre question en jeu : l’État garant de la cohésion sociale ? La synthèse des travaux ouvre de nouvelles pistes : l’incitation à l’épargne et la retraite par capitalisation sont présentées comme des leviers puissants en matière d’investissements. Le ministre polytechnicien des Finances préconise, de son côté, de multiplier les outils permettant de collecter l’épargne pour financer le développement.

49Une série de communications viennent ensuite illustrer les nouveaux défis en matière de « ressources humaines dans la gestion du changement ». Elles préconisent notamment des orientations pour la formation des cadres. En premier lieu, la question de l’automaticité de l’accès des bacheliers à l’enseignement supérieur est posée. On souligne l’image négative de l’université, « souvent perçue comme une institution caduque et inefficace (…), une usine à fabriquer des chômeurs ». Plusieurs intervenants proposent, à l’instar de la Tunisie, une orientation « basée sur les capacités intellectuelles, le mérite » à l’entrée de l’université (le doyen de l’université Al Akhawayne à Ifrane, première université privée du pays). Cette sélection à l’entrée éviterait, selon eux, une sélection par l’échec à la sortie, étant donné les chances de plus en plus limitées d’insertion professionnelle des 20 000 diplômés sortants chaque année.

50Devant le constat de la non-adaptation de l’université publique aux mutations, une autre proposition consiste à développer l’enseignement privé, l’État veillant à l’inscrire dans un cadre institutionnel et juridique. C’est l’université privée qui servirait, dès lors, de modèle d’émulation pour réformer l’université publique. En toute logique de déréglementation, le partage des rôles avec le transfert de la charge financière vers des opérateurs privés et le maintien d’un rôle de garantie des normes dans la sphère étatique s’étend à l’enseignement supérieur : il faut trouver, nous dit-on, en liaison avec le monde économique, de nouvelles formes de financement et de fonctionnement des grandes écoles et des universités.

Maroc-Union européenne : quelle zone de libre-échange ?

  • 18 Maroc-Union européenne : quelle stratégie pour relever le défi de la zone de libre-échange ?, Actes (...)

51Un second colloque, toujours organisé par X-Maroc en 1997, mais cette fois avec la collaboration de la Banque mondiale et de l’Union européenne, prend pour thème « Maroc - Union européenne : quelle stratégie pour relever le défi de la zone de libre-échange ? »18. Il réunit des intervenants du secteur public, ministres et hauts responsables des ministères de l’Agriculture, du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, des Travaux publics, des Finances, des directeurs d’offices publics comme l’OCP ; et des représentants du secteur privé, comme la confédération patronale CGEM, l’ONA, Berliet-Maroc, Groupe Sincomar et des responsables du secteur bancaire et financier, Crédit du Maroc, Caisse centrale de garantie, Bank Al Maghrib, Médiafinance.

52Sont aussi conviés des représentants de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), filiale de la Banque mondiale, de la délégation de la Commission européenne au Maroc, ainsi que des consultants internationaux pour présenter une étude comparée sur les impacts de la flexibilité du marché du travail dans les pays émergents. Enfin, le conseiller du roi Hassan II, A. Azoulay est invité à se prononcer sur « l’accompagnement politique et culturel du processus d’intégration du Royaume à l’Union ».

  • 19 D’après les chiffres avancés par les représentants du ministère des Finances, au cours du colloque (...)

53Le Maroc vient, en effet, de conclure avec l’Union européenne un accord d’association portant sur la création d’une zone de libre-échange à l’horizon 201019. L’accord dit d’association de la troisième génération succède à l’accord de coopération de 1976 et à son protocole additionnel de 1982. Il s’inscrit dans la nouvelle architecture des relations euro-méditerranéennes inaugurées en novembre 1995 par le processus de Barcelone. Le nouvel accord préconise une ouverture progressive du marché marocain aux produits de l’Union européenne (produits de consommation, matières premières, biens d’équipement non fabriqués localement) sans contrepartie pour les produits marocains qui bénéficient déjà d’un accès privilégié aux marchés européens. L’accord maintient cependant des restrictions sur les exportations des produits agricoles marocains vers l’UE, renvoyant la libéralisation des échanges de ces produits à des négociations démarrant en l’an 2000.

54Où sont situés les polytechniciens marocains sur cet échiquier ? Répartis tant dans le secteur public que privé, ils sont ministre des Finances et des Investissements extérieurs (X-Ponts 1965), directeur des études et prévisions au ministère des Finances (X-Mines 1972), directeur général de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du Travail (X 1983), mais aussi directeur général adjoint du Crédit du Maroc, associé au Crédit lyonnais (X-ENST 1978), directeur du développement ONA, Pôle Mines (X 1977) ou encore directeur général Berliet Maroc. Occupant les postes clés en prise avec l’intégration dans l’Union européenne, ils contribuent, chacun à leur manière, à négocier le grand virage du changement et les incertitudes qu’elle provoque pour l’ensemble des opérateurs économiques : moderniser le système fiscal, libéraliser le commerce extérieur et intérieur, déréglementer le secteur financier, continuer le processus de privatisation, réformer le marché boursier, libéraliser les taux d’intérêt, encourager l’investissement.

55Que disent les représentants du secteur public ? Les efforts doivent être partagés par le gouvernement et l’entreprise. La présence de l’État sur la scène économique se justifie par toutes les facilités introduites en matière de garantie de financement et de recherche d’aide auprès de l’Union européenne et d’autres organismes internationaux. Par conséquent, le rôle dévolu au secteur public se résume par la mise en œuvre de programmes importants en matière d’infrastructure et de formation, avec une attention particulière au monde rural. Concernant la main-d’œuvre qualifiée, les polytechniciens aux commandes du ministère des Finances laissent au marché le soin d’une nouvelle répartition des ressources et ne font intervenir l’État que « pour réduire les imperfections de ce dernier ». En contrepartie, ils exigent de l’Union européenne une contribution plus importante en matière de transfert technologique, en impliquant notamment les universitaires maghrébins.

56Que demande le secteur privé ? Sur un mode offensif, le patronat dénonce, d’une part, un accord à deux vitesses dès lors que les produits agricoles marocains en sont exclus. Il soulève, d’autre part, le risque de non-renouvellement des ressources maritimes par l’exploitation extensive des produits de la pêche, depuis le dernier accord signé avec l’Union européenne. Sur le plan industriel, le patronat marocain déplore le retard pris par la mise en place de la coopération avec l’Union européenne qu’il attribue à un protectionnisme « qui ne dit pas clairement son nom ».

57L’État marocain se trouve au cœur des récriminations de la CGEM dans deux domaines où des réformes urgentes sont demandées : la justice dans le sens d’une plus grande indulgence pour les problèmes des PME, faute de quoi une évasion massive vers le secteur informel serait à craindre ; les relations professionnelles dont la modernisation par un nouveau code du travail tarde à venir. Enfin, le patronat exige un élargissement du marché intérieur, en prenant à bras le corps le développement des zones rurales où vit la moitié de la population (futurs consommateurs des biens et de services), en y attirant les investisseurs par le développement des infrastructures, de l’enseignement, de la santé et en offrant des avantages particuliers à l’implantation dans ces régions.

58Quel accompagnement social de l’intégration ? Trois intervenants du secteur public insistent sur le dialogue social, la formation professionnelle continue en entreprise et les « filets sociaux de sécurité » pour accompagner les restructurations et les risques engendrés en matière de précarité et d’emploi. Outre les modes traditionnels de solidarité par répartition (sécurité sociale, retraite, etc.), une des idées retenues consiste à développer, sur le modèle d’une douzaine de pays de l’Amérique latine, des fonds d’investissements sociaux, gérés par le secteur privé. Ils sont fortement encouragés par la Banque mondiale comme moyen de désétatiser l’assistance sociale.

59Pour sa part, le président de la commission sociale de la CGEM interpelle les pouvoirs publics en soulignant la grande difficulté des PME-TPE (98,7 % des entreprises marocaines) à faire face aux nouvelles donnes, sans qu’une partie du coût de la mobilité ne soit supportée par l’État. En matière de formation, il insiste sur le rôle déterminant de l’enseignement général et technique aux côtés de la formation professionnelle qu’il souhaite mutualisée dans des structures régionales et sectorielles.

60Que disent les organismes supranationaux ? Pour le représentant de la BIRD, l’économie mondiale est un énorme jeu de courses où les gagnants sont, à l’instar des États-Unis et de la Chine, ceux qui « ne se posent plus de questions existentielles et qui foncent », suivis par les hésitants, à savoir les Européens qui « doutent et philosophent sur la globalisation et la mondialisation ». Ils encouragent donc le Maroc à quitter le camp des hésitants, à « devenir une gazelle, à courir, à foncer » pour rejoindre la première catégorie. Dans une vision par trop idéalisée, l’Argentine ou les pays du Sud-Est asiatique sont donnés en exemple comme ayant accepté l’intégration et qui, par voie de conséquence, ont atteint les taux les plus forts de croissance. À quelques mois de la crise asiatique et à quelques années de la banqueroute argentine, l’assertion démontre, on ne peut mieux, la fragilité des modèles économiques proposés.

61Le message délivré par le conseiller du roi est aussi une injonction faite aux sceptiques et aux pessimistes des deux rives pour qu’ils abandonnent l’archaïsme et acceptent d’intégrer la « nouvelle » dimension et le « nouvel » esprit qui s’attachent aux dispositions du « nouveau » cadre de partenariat. Soulignant le chemin parcouru par le Maroc depuis la période coloniale, il insiste sur le caractère inexorable des réalités économiques du marché qui « imposeront la construction de l’espace euro-méditerranéen avec des règles de jeu prenant en compte les intérêts légitimes souverains » de chaque pays.

62La question des aspects humains de l’intégration, notamment la place à donner à la communauté marocaine vivant en Europe est soulevée par la salle. Si le conseiller de Hassan II critique les tergiversations européennes en matière d’immigration, les discussions stigmatisent la responsabilité du gouvernement marocain : le ministère chargé des questions relatives aux Marocains à l’étranger, transformé en sous-secrétariat, perd en influence stratégique et les aides initialement destinées à une meilleure intégration en Europe diminuent au profit d’une incitation à investir dans le pays.

63Les nombreux débats avec la salle laissent entrevoir les incertitudes et les préoccupations engendrées par le nouvel accord. Le transfert de charge entre les secteurs privé et public, dont les polytechniciens sont les passeurs privilégiés de part et d’autre, prend le plus souvent l’allure d’une partie où chacun se renvoie la responsabilité. L’État, pour sa part, souhaite quitter le jeu pour se positionner en qualité d’arbitre et laisser à l’entreprise privée le soin de mener à bien les mutations économiques. « Faire passer l’État du rôle de joueur à celui d’arbitre constitue la pierre angulaire du projet politique, économique et culturel d’intégration (…). L’heure n’est plus aux états d’âme face à une mondialisation qui s’impose au Maroc comme aux autres nations. L’entreprise et sa compétitivité se trouvent au cœur du dispositif de changement », nous dit le rapport de synthèse. Le secteur privé, emprisonné dans les rapports de clientélisme avec les structures publiques, conscient de la faiblesse de son capital économique, traumatisé par les coûts sociaux qui seraient engendrés par les restructurations et par la flexibilité — disparitions des entreprises dans la concurrence, redimensionnement d’effectifs, précarité des salariés, etc. — appelle de son côté à un plus grand engagement de l’État.

64Que peut attendre le Maroc de son partenaire européen, en contrepartie des efforts consentis pour intégrer la zone de libre-échange ? La réponse du chef de la délégation de la Commission européenne au Maroc est sans ambiguïté :

« Pour qu’une entreprise fonctionne bien, il faut un chef d’entreprise qui soit capable de mener à bien son projet. Il faut qu’il ait à sa disposition un personnel qualifié et troisième point, non moins important, il faut qu’il puisse financer son projet. Dans ces trois points toute intervention extérieure ne sert à rien, parce que le véritable point d’attaque c’est l’entreprise. »

  • 20 Maroc, Union européenne. Quatre ans après l’accord où en sommes-nous ?, Actes du colloque organisé (...)

65Lorsqu’en mars 2000 et à l’occasion de la ratification tardive de l’accord de libre-échange par l’Union européenne, l’Association X-Maroc propose une nouvelle rencontre, il s’agit de marquer le changement politique intervenu avec l’avènement au pouvoir de Mohammed VI. Dès l’ouverture du colloque, on salue l’adoption par le Maroc des valeurs qualifiées d’occidentales telles que la démocratie et les droits de l’homme qu’il faudra désormais chercher à concilier avec la religion et les traditions20.

66Dans ce contexte politique jugé favorable, l’économie marocaine reste confrontée, quatre ans après, aux mêmes questions de choix stratégiques et sectoriels : survie ou non de l’agriculture céréalière, type d’industrie et d’activité de service à promouvoir, architecture des relations avec l’Union européenne, les États-Unis et le reste du Maghreb. Un consensus plus large semble toutefois se dégager sur le bien-fondé du libre-échange. Aux débats des colloques précédents, moments riches en échanges et en confrontation sur un avenir incertain, se substituent des interventions techniques sur l’environnement économique, financier et social d’une ouverture présentée comme une réalité proche et incontournable.

67En somme, les colloques de 1994, 1997 et 2000 illustrent trois moments du passage à marche forcée d’une économie de type administré à l’économie de marché. Cette transformation accélérée nécessite une redéfinition du rôle de l’État, de ses missions mais aussi de ses serviteurs technocrates. La disparition du Plan, outil indicatif des orientations et lieu de débat des options économiques, prive les ingénieurs d’État d’une arme traditionnelle d’intervention et de maîtrise des choix stratégiques, ce qu’ils ne manquent pas de regretter au cours de leurs débats. En créant des espaces de rencontres et des cadres de réflexion, les polytechniciens marocains travaillent à réaliser leur désir de voir se substituer à l’État-Providence un État stratège au sein duquel ils pourraient continuer à orienter et à contrôler les services publics, qu’ils soient délégués au secteur privé ou assurés directement par eux-mêmes comme opérateurs économiques. De par leur formation et leur réseau relationnel, tournés tous deux vers le marché international, ils continuent encore — et pour longtemps ? — à occuper des positions favorisées sur l’échiquier politique et social marocain au sein de l’État makhzénien comme au niveau d’acteurs émergents tels que le patronat. De ce fait, ils perpétuent au sein de la société marocaine comme au niveau de son enseignement supérieur le modèle de formation dans les grandes écoles françaises comme filière d’excellence.

Bibliographie

Bibliographie

AKKACHE A., « Ingénieurs et emploi. Quelques données sur l’Algérie », in LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990, pp. 147-154.

AUDRIC T., Les étudiants marocains dans les écoles d’ingénieurs françaises, rapport dactylographié de la sous-direction de la Coopération universitaire et scientifique, ministère des Affaires étrangères, mai 2000.

BARJOT D., « Les Entreprises de travaux publics face à la décolonisation : une adaptation difficile, mais réussie ? (1940-1956) », in AGERON C.-R. (dir.), Les chemins de la décolonisation de l’Empire colonial français, Paris, Éditions du CNRS, 1986, pp. 157-164.

BEN SALEM L., 1990, « La profession d’ingénieur en Tunisie : approche historique », in LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990, pp. 81-93.

BEN SEDRINE S. & GOBE E., Trajectoires sociales et insertion socio-économique des ingénieurs en Tunisie, Tunis, IRMC et INTES, 2002.

BENNOUNE M. & EL-KENZ A., Le hasard et l’histoire. Entretiens avec Belaïd Abdessalam, t. 1, Alger, ENAG éditions, 1990.

CATUSSE M., « Acteurs privés et actions publiques au Maroc », in GOBE E. (dir.), Les entrepreneurs dans le monde arabe, Les Cahiers de l’Orient, 1999 (55), pp. 13-37.

HARBI M., Le F.L.N., mirage et réalité. Des origines à la prise du pouvoir (1945-1962), Paris, Jeune Afrique, 1980.

KARVAR A., « Trois générations d’élèves tunisiens à l’Écoles polytechnique française », in GEISSER V. (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, éd. du CNRS, 2000, pp. 179-192.

MARSEILLE J., Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel, 1984.

PERVILLÉ G., Les étudiants algériens de l’université française 1880-1962, Paris, Éditions du CNRS, 1984.

SÉNÉOR R., « L’internationalisation de l’École », La Jaune et la Rouge, Revue mensuelle de la Société amicale des anciens élèves de l’École polytechnique, novembre 2000, n° 559, pp. 13-19.

STORA B., Ils venaient d’Algérie. L’immigration algérienne en France (1912-1992), Paris, Fayard, 1992.

TANGEAOUI S., Les entrepreneurs marocains. Pouvoir, société et modernité, Paris, Karthala, 1993.

Notes

1 On compte également parmi les élèves originaires du bassin méditerranéen, un flux moins important mais régulier d’élèves juifs venus s’installer en France pour des raisons cette fois liées au sort réservé à leur communauté dans les pays du Maghreb et du Proche-Orient à cette époque.

2 La question de « l’augmentation du nombre des élèves étrangers, notamment européens » est mise à l’ordre du jour du conseil de l’École le 07/10/1968 : Cote : X2c29, t. 19, p. 89-90. Pour attirer les étrangers d’un certain niveau, le groupe de travail chargé de réformer l’institution propose, en 1974, six recommandations. Registre des procès-verbaux du conseil de perfectionnement de l’École polytechnique. Archives E. P. : Cote : X2c29, t. 20, p. 120.

3 Les élèves étrangers de l’École polytechnique sont également connus sous le nom générique de « catégorie particulière ».

4 Notre analyse des divers statuts d’élèves étrangers à l’École polytechnique s’arrête en 2000.

5 De son côté G. Pervillé avance le chiffre de 1 200 étudiants algériens en 1954, dont 600 à l’université d’Alger.

6 De 1925 à 1962, le lycée Bugeaud d’Alger a comporté une classe de mathématiques supérieures et une classe de mathématiques spéciales, appelée « taupe arabe ». Malgré son appellation, elle n’a compté qu’un nombre extrêmement faible d’élèves de confession musulmane.

7 Ce rapport est fondé, entre autres, sur l’enquête menée par la Conférence des grandes écoles en février 1999 sur le nombre des étudiants étrangers dans les écoles d’ingénieurs et de gestion. Nous remercions E. Gobe de nous l’avoir communiqué.

8 La ventilation est la suivante : 5 diplômés de l’École polytechnique, 10 de l’École des mines de Paris et de Saint-Étienne, 4 de l’École de l’hydraulique de Grenoble, 3 de l’École des télécommunications, 2 de l’École des travaux publics, 1 de l’École centrale de Paris. Cf. Bensalem (1990 : 91).

9 Entretien avec M. Douiri, doyen des polytechniciens marocains. Pour les trois pays, nous avons écarté les ingénieurs agronomes formés en France ou sur place.

10 Les registres-matricules contiennent sous forme manuscrite des informations d’état-civil, le signalement physique de l’élève, son centre d’examen, son rang d’entrée et de sortie et la carrière choisie à l’issue de l’École polytechnique. Ils sont gardés aux archives de l’École sous la cote X2C/C.

11 Informations recueillies dans la notice nécrologique consacrée à S. Bouakouir, La Jaune et la Rouge, 1961, p. 51 ; complétées auprès de M. C.-R. Ageron. Nous lui présentons nos plus vifs remerciements.

12 Voir Harbi (1983 : 281). D’après M. C.-R. Ageron, Paul Delouvrier aurait utilisé S. Bouakouir dans des négociations secrètes avec le FLN concernant le libre acheminement du pétrole saharien, moyennant dédommagement financier de la part des compagnies pétrolières.

13 Notre étude plus détaillée des polytechniciens tunisiens a fait l’objet d’une contribution à l’ouvrage consacré aux trajectoires sociales et itinéraires migratoires des diplômés maghrébins, publié sous la direction de Vincent Geisser. Nous en reprenons, ici, les lignes essentielles. Cf. Karvar (2000 : 179-192).

14 À titre d’exemple, on peut citer la SCET Tunisie en partenariat avec la SCET française, Comète Engineering avec des cabinets belges ou encore Studi avec BCOM.

15 Il faudra sans doute corriger ces données par la collecte d’informations sur les 15 situations professionnelles ne figurant pas à ce jour dans l’Annuaire des anciens élèves.

16 Groupe ONA, « Rapport annuel », 1989.

17 Colloque international sur la déréglementation et le financement des infrastructures organisé par l’Association marocaine des anciens élèves de l’École polytechnique française, Casablanca, les 6 et 7 octobre 1994, Casablanca, Imprimerie Najah El Jadida, 1994.

18 Maroc-Union européenne : quelle stratégie pour relever le défi de la zone de libre-échange ?, Actes du Colloque organisé par l’Association marocaine des anciens élèves de l’École polytechnique française, Casablanca, le 11 mars 1997, Casablanca, Imprimerie Najah El Jadida, 1997.

19 D’après les chiffres avancés par les représentants du ministère des Finances, au cours du colloque, en 1996, l’Union européenne représente 56 et 62 % des importations et exportations du Maroc et les droits de douanes objet du démantèlement constituent 22,5 % des recettes fiscales de l’État (hors TVA transférée aux collectivités locales).

20 Maroc, Union européenne. Quatre ans après l’accord où en sommes-nous ?, Actes du colloque organisé par l’Association marocaine des anciens élèves de l’École polytechnique française avec la collaboration de la Banque mondiale et de l’Union européenne, Casablanca, 10 mars 2000, Rabat, Imprimerie OLBA, 2000.

Auteur

Historienne des sciences, chercheur au Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques (CRHST-CNRS), Paris

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable