Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

II. L’agronome : un ingénieur pris dans les contradictions de la société coloniale

Hippolyte Lecq (1856-1922) : apôtre d’une agrologie nord-africaine

Omar Bessaoud

Texte intégral

  • 1 Cf. Lecq et Rivière (1900 ; 1906 a ; 1906 b). Charles Rivière fut directeur du jardin d’essai du H (...)

1Par ses conceptions de l’économie et de la société rurale algérienne, par ses commentaires sur les pratiques agronomiques des années 1880-1920, Hippolyte Lecq est bien une figure atypique de l’ingénieur colonial. Sa tentative pour définir ce que serait une « agrologie spécifique à l’Afrique du Nord » – en collaboration avec Charles Rivière, l’un de ses collègues agronomes – l’a conduit à formuler des thèses qui, sans remettre en question le cadre de la colonisation, dépassent le discours colonial classique. Son analyse de l’agronome, de l’expert technique confronté aux réalités agricoles du moment, lui a permis d’exposer des points de vue critiques sur l’agriculture nord-africaine – la colonie algérienne étant prise comme exemple. La façon dont il cherche à poser les jalons d’une « agrologie nord-africaine » demeure d’actualité. Les manuels et traités pratiques qu’il a publiés avec Charles Rivière1 constituent une extraordinaire source d’informations et une synthèse originale, aussi bien sur l’état des savoirs agronomiques, que sur l’économie et les sociétés rurales du début du XXe siècle au Maghreb.

2La description de l’itinéraire professionnel et intellectuel de cet agronome permet de comprendre pourquoi il a été amené à adopter des positions critiques envers la colonisation agraire.

Carrière et itinéraire intellectuel d’un agronome colonial

  • 2 Ce détail est énoncé par Charles Rivière dans la troisième édition du traité (1929). Cet ouvrage a (...)

3Né en 1856 à Lambres, commune proche de Douai, Hippolyte Lecq passe une licence de droit avant de s’orienter vers l’agronomie : il obtient un diplôme d’ingénieur à l’Institut national agronomique de Paris. Devenu (très jeune) fonctionnaire de l’administration agricole, il est nommé inspecteur de l’Agriculture auprès du Gouvernement général de l’Algérie, fonction qu’il exerce jusqu’à sa retraite en 1912. Membre de plusieurs commissions d’enquêtes agricoles, H. Lecq publie de nombreux rapports officiels sur l’agriculture algérienne, ainsi que des brochures faisant le point de questions d'actualité : Algérie agricole (1888) et L’Algérie et ses productions agricoles diffusée lors de l’exposition universelle de Paris. Il a présidé, en 1898, la commission d’études des améliorations à apporter dans la situation agricole de la vallée du Chélif installée par le Gouvernement général de l’Algérie. Au sein de l’Académie d’agriculture de France, il rédige d’importantes contributions scientifiques pour le compte de revues agricoles (publications de la société d'agriculture d'Alger, de l’Académie d’agriculture, la Revue agricole d'Afrique du Nord, etc.). Il collabore, plus particulièrement, à plusieurs revues agricoles, dont la Revue agricole et viticole de l’Afrique du Nord, journal d’agriculture pratique paraissant chaque samedi, publié tant sous le patronage des chambres d’agriculture d’Alger, de Constantine, d’Oran et Tunis que sous celui d’associations agricoles d’Algérie et de Tunisie. Avec Rolland, ingénieur agronome responsable de l’enseignement agricole en milieu « indigène », il édite Le livre du fellah (1906) dans lequel il tente, à titre privé, de développer un programme d'enseignement destiné aux « autochtones ». Les deux auteurs font d’ailleurs remarquer qu’ils ont en vain sollicité le concours de l'administration locale pour assurer à ce livre une large diffusion, les milieux coloniaux se montrant hostiles à leurs thèses2.

4À côté de ces travaux faisant le point de la situation agricole en Algérie, il publie en collaboration avec Charles Rivière trois ouvrages majeurs qui font longtemps autorité dans les milieux de l’enseignement et de la recherche agronomique en Afrique du Nord : le Manuel pratique de l’agriculteur algérien (1900), le Traité pratique d’agriculture pour le Nord de l’Afrique : Algérie, Tunisie, Maroc, Tripolitaine (1906) et l’Encyclopédie agricole, Les cultures méridionales : Algérie, Maroc, Tunisie (1914). On parlait alors du « Lecq et Rivière » comme l’on parle aujourd’hui du Malet-Isaac (histoire) ou du Lagarde et Michard (littérature).

5Durant la Grande Guerre, Hippolyte Lecq retourne en France et participe à la réédition du Traité pratique (1914) et de l’Encyclopédie agricole (1917). en 1929, sept ans après son décès, son collègue Charles Rivière se charge de rééditer, en l’enrichissant, la troisième version du Traité pratique d’agriculture.

6L’inspiration intellectuelle d’Hippolyte Lecq, comme celle de nombreux agronomes nord-africains de son temps, a puisé dans les manuels du XIXe siècle faisant état des avancées de la science agronomique. Ces enseignements étaient dispensés par les agronomes français les plus en vue. Les références, au moment où se constitue l’agrologie nord-africaine (réunissant essentiellement des agronomes algériens et tunisiens), sont les ouvrages publiés au XIXe siècle par la librairie agricole de la Maison rustique de Paris. Parmi les principaux traités généraux d’agriculture, on compte celui d’Olivier de Serres (1539-1619) (Le Théâtre d’agriculture et Mesnage des champs en 2 volumes, réédité en 1804), l’Encyclopédie pratique de l’agriculture en 13 volumes, publiée sous la direction du professeur Moll, le cours d’agriculture en 6 volumes du Comte de Gasparin (1783-1862), le Traité d’agriculture de Mathieu de Domsbale (1777-1843), les Traités et travaux de Jussieu (1797-1853), de Boussingault (1802-1887), ou encore de La Trehonnais dont Napoléon III devait s’attacher les services pour encadrer le domaine de Boukandoura, près d'Alger, propriété que l’empereur avait acquise en 1865 à la suite de son voyage en Algérie.

  • 3 Leroy-Beaulieu, auteur de L’Algérie et la Tunisie et de La colonisation chez les peuples modernes (...)

7Les agronomes « nord-africains » se réfèrent aussi à leurs contemporains dont les ouvrages jettent les bases de l’économie rurale : Léonce de Lavergne (1809-1880), célèbre auteur de L’économie rurale de la France depuis 1789 ; E. Lecouteux (1819-1893), rédacteur d’un Cours d'Économie Rurale publié en 1879-1889 ; Leroy-Beaulieu (1843-1916) dont les écrits sur l’économie rurale en Algérie et en Tunisie sont particulièrement influents3.

8Nous reviendrons sur d’autres référents philosophiques et politiques éclairant et expliquant les positions d’Hippolyte Lecq sur l’agriculture indigène qu’elle soit « arabe », « kabyle », « oasienne » (pour reprendre la terminologie de l’époque), sur le secteur « moderne » et sur la colonisation agraire.

La dénonciation des mythes : considérations sur les vocations agricoles en Afrique du Nord

9Hippolyte Lecq évoque, plus particulièrement dans les trois ouvrages publiés avec Charles Rivière, l’état des ressources naturelles du Nord de l’Afrique.

10Il remet en question l’avis de certains agronomes et des hommes politiques concernant les conditions naturelles (climat et sol), les potentialités et les vocations agricoles de l’Algérie.

11Dans un chapitre du Traité pratique d’agriculture intitulé « Climat et colonisation », il dénonce l’idée selon laquelle l’Algérie serait « la terre promise », que son climat serait « incomparable » et que son sol serait « d’une fertilité merveilleuse [et] d’une inépuisable fécondité ». Ces assertions viennent justifier certaines orientations fixées par les politiques publiques de « mise en valeur » de la colonie.

  • 4 Le traité du professeur Moll sur l’agriculture algérienne (1834) était, d’une part, l’un des tout (...)
  • 5 Pour notre auteur, « le fameux grenier de Rome est une légende trompeuse » et les appréciations su (...)

12Faute de données climatiques sérieuses, Lecq rappelle que l’Algérie a longtemps été considérée comme une « région chaude » – entendez par-là tropicale – « convenant aux cultures dites coloniales ». La Monarchie de Juillet avait d’ailleurs suscité les avis des agronomes de l’époque, en particulier ceux de Moll (professeur d’agronomie au Conservatoire des arts et métiers de Paris) et de de Gasparin, afin de légitimer l’occupation coloniale4. Ces derniers affirmaient que, compte tenu des conditions climatiques spécifiques de l’Algérie, il était possible de créer une agriculture spéciale dont les produits ne feraient pas concurrence à ceux du sol métropolitain. Dans l’opinion publique se diffusait l’idée que les ressources naturelles de l’Algérie étaient comparables à celles des contrées du « nouveau monde » dont les produits approvisionnaient désormais le « vieux continent ». L’histoire de l’Afrique antique, son rôle particulier dans les approvisionne-ments en blé et en huile de Rome, était régulièrement évoquée pour valider ce lieu commun largement partagé dans les milieux de la colonisation5. Par ailleurs, les progrès enregistrés par l’agronomie au XIXe siècle (dans le domaine de la sélection végétale et animale, des fertilisants, etc.) nourrissaient un optimisme et une croyance absolue dans le progrès technique. En effet, pour de nombreux agronomes coloniaux, la question climatique était secondaire. Hippolyte Lecq rappelle que ses contemporains sont convaincus que l’aridité peut être combattue grâce à des plantations arboricoles et à une irrigation menée sur une grande échelle.

13Hippolyte Lecq et Charles Rivière font remarquer dans le Manuel de l’agriculteur algérien (1900) comme dans le Traité pratique que, si l’Algérie occupe une étendue considérable, la terre arable s’y trouve en quantité limitée. Plus loin, ils écrivent que « l’Algérie, trop tôt limitée par le désert, n’a donc pas de grandes plaines, d’immenses régions semblables à celle du Far-West, à terres fertiles sous un climat tempéré (…). C’est un immense relèvement à climat continental et steppien à cause du voisinage immédiat du désert » (Lecq & Rivière, 1906 a : 53).

14Certes le climat est méditerranéen, mais il perd ce caractère dès que l’on pénètre dans l’intérieur des terres en raison de l’influence du désert et de la steppe. Aussi les parcours « où la colonisation n’a rien à faire » dominent-ils entièrement le pays (Lecq & Rivière, 1906b : 50-51) et le climat aride ou semi-aride constitue une forte contrainte pour l’agriculture.

15Une autre contrainte importante tient à la nature des sols. Ce constat fait par Lecq paraît évident. Mais il n’était pas admis par tous les agronomes au milieu du XIXe siècle :

« Ce territoire, écrit-il, ne présente en réalité qu’une longue mais faible bande de territoire agricole (…). Ici et en tout temps, tout ce qui est exploitable est exploité et suffit à peine à nourrir les habitants eu égard aux maigres ressources en cheptel mort ou vif dont ils disposent : sans doute, on peut remplacer certaines cultures par d’autres plus riches (vignes, orangeraies…) et transformer en terres de labours des terres de parcours (…). En un mot, on peut pratiquer une agriculture plus intensive et faire rendre au sol en immobilisant de plus grands capitaux ; mais le domaine agricole n’est plus susceptible d’extension » (1906a : 359-360).

16Contrairement à la plupart des agronomes coloniaux, Lecq et Rivière ont bien compris que les conditions de végétation sont de plus en plus défavorables au fur et à mesure que l’on s’éloigne du littoral, non seulement pour les plantes tropicales mais aussi pour les plantes dites européennes. Les diverses contraintes climatiques tracent donc des frontières qui restreignent les vocations agricoles de l’Afrique du Nord.

17Notre agronome émet également de sérieuses réserves quant à l’introduction et à la généralisation de certaines cultures en Algérie à cause des données du climat et des sols.

18Dans l’un de ses premiers écrits académiques portant sur l’Algérie, E. Lecouteux, considéré comme le père fondateur de l’économie rurale, pensait, en 1887 dans le Journal d’agriculture pratique, qu’en réponse à des partenaires commerciaux engagés dans la voie du protectionnisme, la France pourrait s’appuyer sur l’Algérie pour remplacer les produits méridionaux d’Italie et d’Espagne, les laines d’Australie, les peaux d’Amérique du Sud, les moutons d’Allemagne, ainsi que le blé et le maïs des États-Unis. Lecq, quant à lui, considère que cette position revient à ne pas bien apprécier les conditions locales, ainsi que les contraintes de climat et de sol : car, lorsque les autorités coloniales ont tenté de généraliser en Algérie – comme elles l’avaient fait pour la vigne – les cultures de la betterave sucrière, des graines oléagineuses et du coton, toutes ces expériences se sont révélées infructueuses et onéreuses. Non seulement elles ont épuisé les sols, mais elles n’ont donné aucun résultat tangible (1906a : 185).

19Ainsi, un haut fonctionnaire, inspecteur de l’agriculture, s’adonne à une critique en règle des errements antérieurs et essais infructueux de la colonisation agricole : Lecq fustige l’introduction de cultures tropicales (caféier, cacaoyer, bananeraie) dans les années 1850-1870. C’était sous le Second Empire, l’époque où l’on entreprenait de créer un « Royaume arabe ». Sont également dénoncés ceux qui, partant du constat que le mouton mérinos avait fait la fortune de l'Australie et de l'Argentine, rêvaient en Algérie d’améliorer l’élevage, d’y développer la culture du blé dur, de l'orge ou de la vesceavoine, et de promouvoir celle du coton. Cependant, après l'échec relatif du « modèle australien » d'agriculture, conjugué à la crise du phylloxera qui frappait le Sud de la France, les colons ont planté de la vigne afin de créer un immense verger viticole sans rapport avec les besoins locaux de la consommation. Ils ont cru pouvoir faire de l’agriculture oasienne, une réserve alimentaire pour lutter contre disettes et famines, sans compter le projet utopique, promu par la Société de Ferdinand de Lesseps, d’une mer intérieure reliant les chotts algéro-tunisiens (1906b : 656). Tous ces essais et projets agricoles avortés se nourrissaient « d’illusions et de fausses chimères » sur les « véritables vocations naturelles » de l’Afrique du Nord.

20L’ingénieur agronome « contestataire » invite à consulter « la remarquable collection du Bulletin national d’acclimatation » qui nous renseigne sur le nombre considérable d’espèces dont l’introduction dans la colonie algérienne avait été conseillée. « Cependant – fait-il remarquer – l’agronomie algérienne est restée ce que les arabes en avaient faite, l’acclimatation n’y a ajouté aucune branche de plus malgré les efforts réels » (1906a : 14). On retrouve les mêmes productions, c’est-à-dire les céréales, les oliviers, les orangers, les dattiers, la vigne, le caroubier, le tabac, les vergers d'arbres à noyaux et à pépins greffés, ou encore les cultures maraîchères. Lecq note que les cultures industrielles existaient en Algérie « puisque jusqu'en 1830 le cotonnier était cultivé en grand dans les plaines d'Oran (...). Quant à l'élevage, il était alors plus prospère qu'aujourd'hui » (1906 a : 14). Le jugement est sévère si l’on se souvient que la colonisation a introduit, par exemple, le géranium rosat, la pomme de terre, le blé tendre et la vesceavoine.

  • 6 Voir Bessaoud (1998). J’évoque à la fois la question de la « conquête scientifique » et ce que de (...)

21On doit en outre aux agronomes coloniaux d’avoir développé une connaissance inédite sur le matériel végétal. Un service botanique a été créé à Alger dès 1844. Des collections de plants et de végétaux (figuiers, oliviers, orangers, 1500 cépages) ont été réunis dans le premier jardin expérimental d'Afrique : c’est aussi dans ce jardin du Hamma près d'Alger qu’ont été mis en œuvre des programmes d'expérimentation et d'acclimatation6.

22Ainsi, sur les conditions de mise en valeur du sol, Lecq regrette qu’en dépit de ces nouveaux savoirs :

« la question ne soit pas plus avancée, que nous connaissions si mal, au point de vue scientifique, notre sol, notre climat, que nous soyons encore à discuter l'établissement et la valeur des méthodes de préparation, d'amendement et de fertilisation du sol, que nous ne soyons pas encore fixés sur les améliorations à apporter à l'élevage du bétail, à la mise en valeur du sol ni sur les solutions à donner aux questions agronomiques les plus importantes (...). Partout ce fut longtemps la même pénurie de connaissances agronomiques, en entomologie, en zootechnie, en zoologie, en chimie agricole, en parasitologie, en économie rurale, en documents statistiques, etc. » (1906b). En définitive, selon Lecq, « il y a lieu de faire (…) la part de la forêt, la part de la culture et la part de l’élevage », en tenant compte de ces handicaps naturels (1906a).

23L’originalité de la pensée de l’inspecteur de l’agriculture en Algérie est plus évidente encore lorsqu’il plaide, statistiques à l’appui, pour une reconnaissance de l’agriculture traditionnelle (dite « indigène »). Pour lui, elle serait plus importante que l’agriculture moderne (coloniale). Il s’attelle à mettre en lumière le rôle et la place de cette autre économie agricole dans l’administration coloniale de l’Algérie.

Agriculture traditionnelle versus agriculture moderne ?

24Cette agriculture traditionnelle, produirait selon lui la plus grande quantité de blé et d’orge, soit trois fois plus que l’européenne : « l’indigène » est l’unique éleveur de bétail, il alimente d’olives les huileries sur le territoire algérien. Il assure également à l’agriculture la main-d’œuvre dont elle a besoin. Par leur production, les populations autochtones entretiennent un important commerce d’exportation (céréales, huiles, mouton). Par les différentes taxes dont elles s’acquittent, elles alimentent les budgets de l’État, des départements et des communes, pour près de 50 % de l’ensemble de leurs recettes (1906b : 57).

25Selon une évaluation contenue dans la brochure qu’il publie à l’occasion de l’exposition universelle de Paris en 1900, Hippolyte Lecq estime la valeur de la production « indigène » à 300 millions de francs, contre 150 millions de francs pour l’agriculture européenne (Lecq & Bastide, 1900). Ces données, observe-t-il, doivent inciter à s’intéresser de plus près à cette forme d’agriculture. Il s’agit de l’aider à « évoluer dans une voie de progrès » (1906b : 58).

26Il met un soin particulier à développer des arguments en faveur d’une transformation de l’agriculture traditionnelle, et ceci contrairement à ses collègues agronomes qui se bornent à dire qu’il n’y a rien à faire, que cette agriculture restera routinière et misérable, sous le prétexte que les populations indigènes fatalistes seraient, par conséquent, incapables « de tout effort dans la lutte pour la vie » (1906b : 58).

27Lecq fait judicieusement remarquer que, dans certaines régions d’Afrique du Nord, la réussite de la récolte dépend bien plus du temps qu’il fera que du perfectionnement des procédés culturaux, et que la raison commande de pratiquer qu’une agriculture à caractère extensif, qui réduise au minimum « les sacrifices d’argent et de travail » (1906a). À la différence d’un Van Hollenhoven (dont la thèse sur le fellah algérien est soutenu en 1900) qui pense que le cultivateur « indigène » est un piètre agriculteur se reposant sur les éléments de la nature plus que sur son effort personnel, il considère que « là où les facteurs sont plus favorables, l’agriculteur nord-africain est ouvert au progrès ». En effet, il est un « travailleur opiniâtre, acharné dans la lutte pour la vie ». En témoigne, souligne-t-il, « les plantations d’oliviers, de figuiers, et de vignobles qui préexistaient à la colonisation, aux orangeraies de la Mitidja, à l’aménagement hydraulique et plantations de palmiers-dattiers dans le Sud ».

  • 7 Dans son rapport sur la région du Chélif, Lecq analyse les causes de la paupérisation des fellahs (...)
  • 8 Les thèses des chercheurs algériens de la période postindépendance s’inscriront également dans ce (...)

28Par ailleurs, il note que le sous-développement de l’agriculture indigène est le fait de circonstances historiques (oppression à la suite de multiples invasions et conquêtes), économiques (exploitée, surchargée d’impôts). En fait, l’état archaïque de l’agriculture indigène ne tiendrait pas « à la race, ni au dogme mais plutôt aux conditions économiques, sociales et politiques qu’il n’est pas impossible d’améliorer »7. Il convient d’indiquer que les militants progressistes Dorient et Loew dans leur ouvrage La question algérienne (1936) feront une critique radicale des effets de la colonisation sur la paysannerie algérienne. L’essentiel de cette critique est déjà contenu dans les ouvrages de Lecq et Rivière publiés au début du XXe siècle8.

  • 9 Contrairement aux affirmations de certains agronomes coloniaux : « Le sol n’était pas vacant mais (...)
  • 10 Le melk est une catégorie juridique qui dans le droit musulman s’apparente au droit de propriété m (...)

29Par ailleurs, Lecq constate que le conflit foncier est au cœur de « la question indigène » (1906b : 322)9. Les transformations du régime foncier ont condamné les populations indigènes à mourir de faim (1906 a : 322-332). Et d’insister sur le fait que la colonisation agraire a diminué « le domaine de l’indigène, en refoulant celui-ci, en le cantonnant dans les régions les plus pauvres » (1906a : 124). Il rappelle aussi, lorsqu’il aborde la question du pastoralisme, les préjudices que la limitation des terres de parcours, par suite de l’extension de la propriété melk10, ont causé à l’élevage (1906a : 324).

  • 11 Président de la commission d’étude sur les améliorations à apporter dans la région du Chélif (Lecq (...)

30Toutefois, parmi les réformes de type agronomique préconisées pour l’agriculture indigène, Lecq se borne à évoquer l’aménagement hydraulique au profit des cultures vivrières, une meilleure préparation des sols et des récoltes par la substitution d’un instrument perfectionné à l’outillage archaïque encore en usage, ainsi que le développement de productions fruitières adaptées au climat (olivier, figuier, dattier, etc.)11.

  • 12 Le khammès a droit en échange de son travail au cinquième (khoms) de la récolte.

31Quant aux réformes économiques et sociales, il met en avant la nécessité d’améliorer les conditions de vie du khammès12 ou « quinténier » qu’il convient d’émanciper en luttant contre « l’usure » ; de promouvoir le développement des institutions du crédit (corporation, mutualité et prévoyance) ; d’étendre aussi bien la propriété individuelle que des locations à plus long terme. Un accent particulier est mis sur l’éducation professionnelle des fellahs afin d’améliorer les pratiques agricoles (1906b : 70-71).

32Ces propositions techniques d’amélioration foncière ne remettent pas en question l’occupation des terres par les colons. Sa défense de l’agriculture indigène ne remet pas plus en cause le régime de domination politique qu’il a servi, durant près d’un demi-siècle, en tant que haut fonctionnaire de l’agriculture en Algérie. Il n’en demeure pas moins que les positions libérales de cet ingénieur le conduisent à mettre l’accent sur les limites (trop rarement évoquées) du modèle colonial français.

La colonisation officielle : école de progrès ?

  • 13 Cf. ses Écrits sur l’Algérie de 1841 et 1847 dans de Tocqueville (1988).
  • 14 G. Leynes cité par Lecq et Rivière (1906b : 335).

33À l’instar d’Alexis de Tocqueville13, Hippolyte Lecq défend la colonisation : il reprend à son compte les principes universalistes des Lumières : « coloniser, c’est faire œuvre de solidarité humaine la plus haute, élever la dignité, en moralité et en bien-être les peuples qu’elle pénètre... et que coloniser, c’est créer une société civilisée »14.

34Comme d’autres agronomes influencés par la pensée libérale et les principes philosophiques du XVIIIe siècle, Lecq adhère très fortement aux principes républicains qui triomphent avec la IIIe République. La colonisation est censée être le vecteur des valeurs de liberté, d’égalité, de solidarité et de progrès dans des terres marquées jusqu’alors par le despotisme. Fervent partisan de la colonisation privée, il dénonce à ce titre la colonisation officielle qui aurait « été moins une œuvre nationale et d’intérêt général qu’une entreprise de placement, aux frais de l’État, des clientèles politiques » (1906a). Il conteste, chiffres à l’appui, les arguments utilisés par ses contemporains pour promouvoir la distribution de lots de terres aux concessionnaires français. Il lui apparaît fallacieux d’évoquer le transfert de valeur sous la forme de salaires payés comme frais de main d’œuvre aux anciens possesseurs de terre et qui leur aurait rapporté plus que l’exploitation personnelle du sol (1906b : 65 et suiv.).

35Il remet également en question l’argument selon lequel le colon aurait vocation à éduquer l’indigène. Il affirme sans ambages que cela est faux au moins pour deux raisons : tout d’abord, dans le cadre de la colonisation officielle, « le recrutement de colons au sein du prolétariat ne fournit à son entourage aucun enseignement puisqu’il se contente de relouer ses terres à l’ancien propriétaire dépossédé » ; ensuite la colonisation de caractère capitaliste (la colonisation libre) « qui semblerait être une puissante école de progrès, c’est sa perfection même qui s’oppose à l’efficacité de ses exemples. Entre ses raffinements et la routine rudimentaire de l’indigène », commente-t-il, « l’abîme est trop profond » (1906b : 66). Il met en relief un fait longtemps passé sous silence, celui de l’échec de la colonisation paysanne, c’est-à-dire l’échec du modèle paysan français en Algérie.

L’échec du modèle paysan français en Algérie : une « agriculture-vampire »

36Les colons-concessionnaires de terre que les autorités coloniales installent sont « peu préparés aux choses de la terre » et « dénués d’aptitudes agricoles ». Aidés par l’État, les colons se considèrent même comme des sortes de fonctionnaires dépendants des autorités coloniales pour leurs ressources et leurs activités. Lorsqu’ils n’ont pas tout simplement quitté les concessions qui leur avaient été cédées, les colons ont utilisé plusieurs modes de faire-valoir indirect : le faire-valoir par régisseur dans le cadre duquel des anciens élèves d’établissements agricoles étaient recrutés ; le fermage à bail ou encore le métayage, le colonat tertiaire, le khemmassat, etc.

37Ainsi, la colonisation conçue comme politique de petite colonisation – œuvrant à la mise en place du modèle français d’agriculture familiale – n’est pas restée plus d’une génération sous la formule qu’on lui avait assignée. Hippolyte Lecq ne peut que constater que la petite propriété a évolué vers la moyenne ou la grande exploitation et que les villages de colonisation se sont dépeuplés dès la première moitié du XXe siècle. Ce processus s’est d’ailleurs accéléré après la crise des années 1930.

38En outre quelle que soit son origine, le colon qui s’installe en Algérie, en Tunisie ou au Maroc n’aurait d’autres objectifs « que de faire des affaires, gagner de l’argent par les moyens les plus faciles et les plus rapides : il s’embarrasse peu des principes économiques, ou même moraux ou sociaux (...), notamment en ce qui concerne l’exploitation du sol ». L’exploitation du sol en « bon père de famille » est une clause pratiquement absente des contrats de location du sol. On se trouverait confronté à la pratique d’une « agriculture-vampire » de la part des colons (1906a).

39Après un siècle d’occupation, en raison des errements de cette forme de colonisation, notre agronome pense que de grands problèmes d’ordre agricole, économique et social restent encore à résoudre. Il fait référence à l’échec de l’option « productions coloniales » mais aussi à l’échec des expériences d’extension de cultures industrielles telles que le coton et la betterave à sucre.

40Sur bien des aspects techniques, Charles Rivière et Hippolyte Lecq s’accordent à affirmer qu’il existe, compte tenu des contraintes de climat et de sol, une « agrologie spécifique à développer en Afrique du Nord ».

Vers une agrologie nord-africaine

41Dans le Traité pratique d’agriculture pour le Nord de l’Afrique, Hippolyte Lecq et Charles Rivière pensent, d’emblée, que tout serait à changer en agrologie, et dans le système de colonisation. Partant de ce constat, ils proposent d’opérer :

  • 15 Ils font toutefois remarquer « qu’une agrologie productive à pratiquer sur les hauts plateaux et l (...)

42« deux divisions agricoles bien nettement tranchées qu’impose la climatologie agricole, soit le domaine de la terre arable qui est malheureusement la plus réduite, même trop, et l’autre division, la plus grande, même de trop… immense extension seulement réservée à un pâturage »15 (1906a : 13).

  • 16 Lecq et Rivière citent les œuvres de Pline « l’Histoire naturelle », de Columelle « De Rustica », (...)

43Une agrologie spécifique à l’Afrique du Nord devrait d’abord se fonder sur l’observation des pratiques agronomiques et des savoirs accumulés dans le passé. De formation classique, comme les agronomes de son temps, Lecq est pétri de culture latine. À travers les œuvres de Pline, de Columelle, de Virgile16, il possède une bonne connaissance de l’histoire de l’Afrique antique, de ses productions agricoles, de son organisation agraire et des sociétés rurales indigènes. Par exemple, il souscrit à l’idée que la population berbère a participé et contribué à la civilisation de l’Empire romain.

  • 17 Nos auteurs citent le Kitab-el-filaha (Le Livre de l’agriculture) d’Ibn el-Awam. La traduction de (...)

44Il connaît aussi les grands auteurs de l’agronomie arabe traduits pendant le Second Empire17. En bon libéral et républicain, influencé par les principes progressistes du courant « indigénophile », il observe les pratiques agronomiques lors de ses enquêtes d’inspecteur et il compare pour en conclure que les agronomes arabes avaient effectivement opté pour la diversification des cultures. En raison des conditions locales – de sol et de climat – les agronomes arabes auraient été opposés à la monoculture préconisée au XIXe siècle par l’agronomie française coloniale.

  • 18 Cette approche agronomique est conforme à la définition de l’agronomie comme « science des localit (...)

45Par les principes clés de l’agrologie nord-africaine énoncés par l’ingénieur agronome, on trouve l’idée que tous les progrès techniques doivent tenir compte des caractéristiques agro-climatiques locales18. En raison de ces spécificités, l’importation en Afrique du Nord de techniques agricoles mises au point ailleurs dans des conditions certainement plus favorables, est jugée aléatoire et inefficace :

« C’est en effet se tromper gravement que de croire qu’il suffit d’importer dans une région une variété à plus grand rendement pour que le produit soit augmenté. Une vache hollandaise, un bœuf Durham sont sans doute susceptibles de produire plus de lait ou de viande qu’un animal de race primitive, mais seulement s’ils se trouvent dans des conditions d’habitat et d’alimentation qui leur permettent de développer leurs aptitudes (…). Il en est de même pour les espèces végétales » (1906 b).

46Selon lui, il serait utopique d’espérer obtenir par de profonds labours (en ayant recours à la charrue française), une longue série de bonnes récoltes « en faisant fond seulement sur les réserves d’éléments fertiles encore accumulés dans le sol (…). En effet, des champs ensemencés sans discontinuité finissent par arriver à un tel degré d’épuisement que quelle que soit la perfection du travail et des cultures, les dépenses dépassent les rendements » (1906 a : 81-82). Il avait lui-même tenté d’apporter des modifications à des charrues arabes qui ont été employées, pour la première fois, dans la région de Sétif (1906 b : 84).

  • 19 Le dry farming mis en pratique au début du XXe siècle consiste à travailler la terre sans l’enseme (...)
  • 20 Cette technique ne peut-être généralisée pour des raisons qui tiennent à la nature du climat et de (...)

47L’opposition déclarée aux techniques de labours profonds le conduit à remettre en cause la technique du dryfarming19 pratiquée par les colons depuis le milieu du XIXe siècle20. La crise de la céréaliculture caractérisée par les faibles rendements qui se sont manifestés dès la première décennie du siècle, et qui se sont prolongés jusqu’à la fin des années 1920, amène les agronomes coloniaux à débattre des méthodes d’intensification à promouvoir. Lecq et Rivière exposent les thèses contradictoires, ainsi que les différentes solutions préconisées. Deux points de vue principaux s’affrontent. Le premier, celui des agronomes coloniaux « tunisiens », soutient que les bas rendements des cultures de céréales sont dus au manque de fumure du sol. Toutefois, Hippolyte Lecq fait remarquer que l’insuffisance dans les connaissances accumulées sur la nature des sols, leur composition chimique, de même que les limites imposées dans la production de fumure organique ne permettent pas, dans le court et moyen terme, de tirer des conclusions sûres (Lecq & Rivière 1900 : 86).

48Le second point de vue affirme que l’importation et la production de variétés à plus grand rendement autoriserait l’augmentation de la production. Lecq et Rivière s’opposent à cette dernière thèse dans la mesure où les contraintes climatiques constituent le principal obstacle au développement du potentiel génétique des blés importés. Nos deux agronomes avancent l’idée que l’amélioration des variétés ou leur importation ne peuvent être rentables que dans le cadre d’un perfectionnement des méthodes culturales :

« Dans le Nord de l’Afrique, écrivent-ils, la première condition à réaliser pour améliorer le rendement des céréales, c’est de mieux préparer le sol avant l’ensemencement : ainsi la plante supportera plus facilement la sécheresse et se nourrira mieux. Ce n’est que quand on aura réalisé cette amélioration primordiale et qu’on aura assuré la restitution au sol des éléments fertilisants enlevés par les récoltes antérieures que l’on pourra tenter l’essai des variétés nouvelles »(1906b : 128-129).

49Ils précisent que l’expérience a montré que ce sont les variétés indigènes, « celles qui jouissent d’une adaptation séculaire au milieu », qui savent le mieux bénéficier des améliorations réalisées sur le terrain des « itinéraires techniques » et sont d’un meilleur rapport.

Conclusion

  • 21 Les travaux portant sur l’agriculture et l’économie rurale avaient été coordonnés par Victor Démon (...)

50La commémoration du centenaire de la colonisation de l’Algérie a été l’occasion pour le pouvoir colonial de convoquer les cadres intellectuels (y compris les agronomes) afin de dresser un bilan officiel des « progrès de la colonie » depuis 1830. La commission du centenaire composée de personnalités scientifiques devait ainsi assurer la publication de travaux portant sur les différents secteurs de la vie économique, sociale, culturelle et politique21. Ces travaux, de caractère apologétique, présentent un intérêt pour le chercheur dans la mesure où ils permettent de saisir, d’une part, les modes de représentation construits de la réalité coloniale et, d’autre part, d’identifier les mythes et les symboles que la puissance coloniale a mobilisé pour mener à bien son entreprise.

51Une démarche historique interprétant le système colonial et analysant la société politique et civile qui en a été le support, qui se veut antidogmatique et anti-institutionnelle, ne peut toutefois se suffire de contre-lectures ou de contre-discours généraux.

  • 22 Nous faisons référence aux travaux inaugurés par Fernand Braudel et les historiens de l’École des (...)

52La lecture des manuels d’agronomie, des productions scientifiques montre souvent que les réalités coloniales sont plus complexes, plus nuancées qu’il n’y paraît, dès lors que l’on adopte l’hypothèse méthodologique de les replacer dans leur contexte. Ce contexte ne renvoie pas seulement aux champs socio-économiques et politiques. Il concerne aussi les cadres de pensée et les référents intellectuels et philosophiques22.

53Nous découvrons une société coloniale marquée par des contradictions : la « société civile coloniale » n’est pas une et n’est pas homogène, en dépit des intérêts qui lient les Européens de la Métropole aux colons. Certains ingénieurs, dont Hippolyte Lecq ne constitue qu’une figure, ont eu parfois une conscience aiguë des problèmes posés par la colonisation. Dès le début du XXe siècle, ils ont suscité débats et confrontations à travers diverses revues spécialisées et ouvrages. L’administration en Algérie, qui en a d’ailleurs pris ombrage, a cru bon de refuser la publication du livre pratique de Lecq sur le fellah ; puis elle a décidé de dissoudre des institutions dont le fonctionnement ne correspondait pas aux intérêts de la colonisation, tels les centres de formation professionnelle destinés aux populations indigènes, les bergeries, etc. Enfin, elle a cédé en gérance privée le jardin d’essai du Hamma à Alger.

54La prise de conscience chez certains agronomes coloniaux était souvent le fruit de contacts avec le terrain, l’administration leur confiant des enquêtes et les associant à des commissions de travail chargées d’apporter des solutions techniques à des problèmes dont ils percevaient souvent les causes politiques ou sociales. Confrontés aux dures réalités vécues par les sociétés locales, aux échecs enregistrés dans certaines entreprises coloniales, au contrôle exclusif exercé sur les moyens budgétaires et financiers par une minorité de colons au détriment de la société algérienne et de la Métropole, ces agronomes s’engagent : au nom du libéralisme, ils dénoncent la colonisation officielle et affichent des positions favorables aux formes privées de colonisation. En cela, ils expriment aussi des opinions proches des courants « indigénophiles » qui avaient eu cours durant le Second Empire dénonçant, parfois sans complaisance, les effets négatifs de la colonisation française.

55La reconstruction des itinéraires intellectuels de ces agronomes et leurs efforts pour fonder « une agrologie nord-africaine » peuvent aujourd’hui contribuer utilement à l’écriture de l’histoire des idées et des pratiques agronomiques des pays du Maghreb.

Bibliographie

Bibliographie

BENACHENHOU A., La formation du sous-développement en Algérie, Alger, SNED, 1972.

BESSAOUD O., « Notes introductives à une histoire des institutions agricoles et des élites coloniales au Maghreb », Insaniyet, Oran, CRASC, n° 5, mai-août, 1998.

DÉMONTÈS V., L’Algérie agricole, Paris, Librairie Larose (Collection du centenaire de l’Algérie), 1930.

DORIENT N. & LOEW M., La question algérienne, Paris, Bureau d’éd., 1936.

DUMONT R. & MAZOYER P., Développement et Socialisme, Paris, éd. du seuil, 1969.

HENNI A., La colonisation agraire et le sous-développement en Algérie, Alger, OPU, 1981.

SARI D., La dépossession en Algérie, Alger, OPU, 1980.

TOCQUEVILLE (de) A., De la colonie en Algérie, Bruxelles, éd. Complexes, 1988.

Éléments de bibliographie d’Hippolyte Lecq

Le domaine des sources : Oued el Halleq, Paris, Imprimerie Lavagne, 1882.

L’exploitation agricole de la trappe de Staouéli, Alger, éd. Jourdan, 1882.

De la fermentation des moûts de vin à température basse, Alger, Imprimerie orientale Fontana P., 1894.

Adaptation des principales cultures aux sols et aux conditions climatiques de l’Algérie, Alger, Imprimerie Giralt, 1897.

Rapport de la Commission d’études des améliorations à apporter dans la situation agricole de la vallée du Chéliff, Alger, Gouvernement général de l’Algérie, 1898.

Progrès et ressources de l’Algérie, Brochure, 1899.

L’Algérie agricole de 1880 à 1890, 1899.

À propos de la réfrigération des moûts de vin, Paris, Challamel, 1900.

Concours pour la construction d’une charrue à l’usage des indigènes, Rapport à Monsieur le Gouverneur de l’Algérie, Programme du concours de 1901, 1900.

L’oléiculture en Algérie, Paris, L. Maretheux, 1908.

Application du froid industriel aux produits alimentaires : primeurs, viande, poisson, moûts et vins du nord de l’Afrique, Mâcon, Imprimerie Protat, communication faite au 2e congrès français du froid organisé à Toulouse du 22 au 25 septembre 1912 par l’Association française du froid, 1912.

– en collaboration avec BASTIDE M., L’agriculture algérienne : ses productions, Imprimerie Giralt, Alger, brochure publiée pour l’Exposition universelle, 1900.

– & RINGEMANN M., Concours pour la construction d’une charrue à l’usage des indigènes, Rapport sur les essais comparatifs de la Maison Carrée, Alger, Giralt, 1900.

– & RIVIÈRE Ch., Manuel pratique de l’agriculture algérienne, Paris, éd. Challamel, 1900.

– & RIVIÈRE Ch., Traité pratique d’agriculture pour le Nord de l’Afrique - Algérie, Tunisie, Maroc, Tripolitaine, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, (2e édition 1911, 3e édition 1929), 1906a.

– & RIVIÈRE Ch., Encyclopédie agricole, publiée par une réunion d’ingénieurs agronomes sous la direction de G. Wery, Cultures du Midi, de l’Algérie, de la Tunisie et du Maroc, Paris (2e édition 1917, 3e édition revue et corrigée 1924, Librairie J. B. Baillère et fils, 1906b.

– & ROLLAND C., Notions d’agriculture algérienne à l’usage des écoles primaires/Le livre du futur colon, Grenoble, éd. C. Rolland, 1903.

– & ROLLAND C., L’enseignement agricole des indigènes, Alger, Jourdan, 1906.

– & ROLLAND C., Petit manuel d’agriculture à l’usage des écoles d’indigènes musulmans/Le livre du fellah, Paris, 1906.

Notes

1 Cf. Lecq et Rivière (1900 ; 1906 a ; 1906 b). Charles Rivière fut directeur du jardin d’essai du Hamma-Alger (1912) et président de la Société d’agriculture d’Alger.

2 Ce détail est énoncé par Charles Rivière dans la troisième édition du traité (1929). Cet ouvrage a été en revanche très apprécié à l’époque par ceux qui s’occupaient d’enseignement agricole en France. Voir à ce propos le rapport à la société d’agriculture de France par E. Tisserand (1830-1925), séance du 17 octobre 1906. Agronome illustre de l’époque qui eut à gérer les domaines de Napoléon III, et qui fut le premier directeur de l’Institut national agronomique de Paris en 1876, Tisserand a exercé des responsabilités à la direction de l’Agriculture du nouveau ministère créé par Gambetta en 1881.

3 Leroy-Beaulieu, auteur de L’Algérie et la Tunisie et de La colonisation chez les peuples modernes (1908), l’un des tout premiers économistes ruraux du début du XXe siècle, pensait – tout comme Lecq et Rivière – que « l’ancienne régence » de Tunis ne pouvait être qu’une colonie d’exploitation et non une colonie de peuplement car l’immigration française était dans ce pays, plus que tout autre, d’une grande faiblesse. La Tunisie ne comptait en 1891 que 46 000 Français contre 88 000 Italiens sans compter les Anglo-maltais, les Sardes et les Espagnols. Les agronomes de la métropole n’ont pas manqué de s’impliquer directement par leurs travaux et leurs conseils, dans les débats concernant les colonies françaises d’Afrique du Nord : le Comte de Gasparin, Boussingault, Jussieu, Moll, La Tréhonnais, Gaudichaud, Hardy, etc.

4 Le traité du professeur Moll sur l’agriculture algérienne (1834) était, d’une part, l’un des tout premiers ouvrages traitant du sujet, et, d’autre part, il énonçait pour le gouvernement français les principales orientations d’une colonisation agraire. Moll recommandait, entre autres, la mise en place du modèle de colonisation agraire romain.

5 Pour notre auteur, « le fameux grenier de Rome est une légende trompeuse » et les appréciations sur l’état des ressources naturelles ont été empreintes d’une « grave erreur » (1906a : 3).

6 Voir Bessaoud (1998). J’évoque à la fois la question de la « conquête scientifique » et ce que de nombreux auteurs – Hardy, Lecq et Rivière, Demontès – appelaient « l’outillage intellectuel » de l’agriculture, ses acquis mais aussi ses lacunes.

7 Dans son rapport sur la région du Chélif, Lecq analyse les causes de la paupérisation des fellahs algériens : système de l’usure, impôts et taxes, bas salaires et évolution vers le khemmassat à la suite de la constitution de « grands domaines, véritables latifundia, dont la formation a été facilitée par la substitution de la propriété individuelle à la propriété collective » (1898 : 11 et 12).

8 Les thèses des chercheurs algériens de la période postindépendance s’inscriront également dans ce cadre tracé au début du siècle, cf. Benachenhou (1972), Sari (1980), Henni (1981).

9 Contrairement aux affirmations de certains agronomes coloniaux : « Le sol n’était pas vacant mais possédé par des populations qui y étaient profondément attachées et exploité par des méthodes de culture sans doute primitives, mais qui pourtant n’étaient pas plus arriérées que celles en usage en France au XVIIe et XVIIIe siècles. »

10 Le melk est une catégorie juridique qui dans le droit musulman s’apparente au droit de propriété moderne.

11 Président de la commission d’étude sur les améliorations à apporter dans la région du Chélif (Lecq, 1898), il cite en premier lieu les contraintes agro-climatiques qui « expliquent les variations brusques de la production des céréales ». Il préconise également des aménagements hydrauliques « sans lesquels il est quasiment impossible d’envisager une mise en valeur des sols et une intensification agricole », l’introduction des maraîchages et de l’arboriculture fruitière. Enfin, il formule des recommandations relatives aux procédés culturaux dans la culture des céréales et à l’amélioration des assolements par l’introduction des légumineuses.

12 Le khammès a droit en échange de son travail au cinquième (khoms) de la récolte.

13 Cf. ses Écrits sur l’Algérie de 1841 et 1847 dans de Tocqueville (1988).

14 G. Leynes cité par Lecq et Rivière (1906b : 335).

15 Ils font toutefois remarquer « qu’une agrologie productive à pratiquer sur les hauts plateaux et les steppes reste un grave problème à résoudre » (1906b, p 82).

16 Lecq et Rivière citent les œuvres de Pline « l’Histoire naturelle », de Columelle « De Rustica », Virgile « Les Bucoliques » et « les Géorgiques », Caton l’ancien, Varron, etc.

17 Nos auteurs citent le Kitab-el-filaha (Le Livre de l’agriculture) d’Ibn el-Awam. La traduction de cet ouvrage par J.-J. Clément-Mullet a été couronnée par le prix de la Société impériale d’agriculture sous le Second Empire.

18 Cette approche agronomique est conforme à la définition de l’agronomie comme « science des localités dotées de principes généraux ». Lecq et Rivière ont emprunté cette définition à l’agronome Jacques Bujault (1771-1842).

19 Le dry farming mis en pratique au début du XXe siècle consiste à travailler la terre sans l’ensemencer une année sur deux pour emmagasiner dans le sol l’eau tombée pendant deux années consécutives. Dans un premier temps, cette méthode de culture a un effet bénéfique, mais au fil du temps l’horizon supérieur du sol, soumis aux effets de l’érosion éolienne et hydrique, tend à diminuer d’épaisseur. Voir à ce sujet Dumont & Mazoyer (1969).

20 Cette technique ne peut-être généralisée pour des raisons qui tiennent à la nature du climat et des sols nord-africains (1906a : 644 et suiv.).

21 Les travaux portant sur l’agriculture et l’économie rurale avaient été coordonnés par Victor Démontès (1930).

22 Nous faisons référence aux travaux inaugurés par Fernand Braudel et les historiens de l’École des Annales, qui élargissent le champ de la recherche historique à l’étude des comportements et des mentalités.

Auteur

Économiste, chercheur au Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM), Institut agronomique méditerranéen de Montpellier (IAMM)

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable