Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

II. L’agronome : un ingénieur pris dans les contradictions de la société coloniale

Dissensions coloniales : fonctions politiques et sociales de l’École coloniale d’agriculture de Tunis dans l’entre-deux-guerres

David Lambert

Texte intégral

  • 1 Ces collages se trouvent dans le carton Tunisie 1er versement 2102 (microfilm 2 Mi 503). Dans la s (...)
  • 2 Dans ce livre A. Guénard, une des deux personnalités en question, est mentionné comme « rédacteur (...)

1Au milieu des années 1920, une polémique opposa deux personnalités françaises de Tunisie, André Gounot et Albert Guénard, dont l’enjeu était l’existence même de l’École coloniale d’agriculture de Tunis (ECAT). Les archives de la Résidence générale à Nantes ne conservent de cet épisode que des collages d’articles de journaux1 ; Georges Boüé, qui écrivit une histoire de cette école, ne consacre à l’événement que quelques lignes, partiellement erronées (Boüé, 1991 : 213)2. L’objet de ce conflit peut paraître dérisoire quand on considère son développement et sa conclusion. Ne s’agit-il que d’un épiphénomène ? Pourtant, c’est sans doute dans cet interstice du bloc historique constitué par la colonisation française, dans ce brusque et bref accès de fièvre verbale, sans tambour ni réel coup d’éclat, que l’on peut tenter de saisir quelques particularités et contradictions de la société coloniale et participer ainsi à un renouvellement des problématiques de l’histoire de la colonisation française (Rivet, 1992 ; 1995).

2Ainsi, à la croisée de l’histoire politique et de l’histoire sociale et économique, au cœur d’une plongée dans les mentalités coloniales, se place cet affrontement entre notables français du protectorat. Constatons les faits et tentons de les débrouiller.

Une séance du Grand Conseil et ses suites

  • 3 On peut reconstituer ces arguments au travers de son journal, La Liberté : son discours au Grand C (...)
  • 4 La Liberté du 28 décembre 1924.
  • 5 Discours d’A. Guénard au Grand Conseil le 23 décembre 1924, cité dans La Liberté du 11 janvier 192 (...)

3Le 23 décembre 1924, alors que la session du Grand Conseil était sur le point de se terminer, A. Guénard, directeur du journal La Liberté, prononça un discours et déposa une motion pour réclamer la suppression de l’École coloniale d’agriculture de Tunis (ECAT). Les arguments qu’il avançait pour étayer son propos se résument en deux points3. D’une part l’ECAT coûterait plus cher au protectorat qu’elle ne lui rapporterait, le nombre d’anciens élèves se fixant en Tunisie étant dérisoire (à peine 11 % depuis 1898)4. D’autre part, l’ECAT serait une zone de non droit : absence de comptabilité précise, de règlement intérieur, incertitude sur les compétences de son administration, « ingérence constante de personnalités qui prétendent passer constamment par-dessus la tête du directeur »5. En résumé, l’ECAT serait aux mains du vice-président de la chambre d’agriculture du Nord, A. Gounot, également président de l’Association des anciens élèves de l’ECAT (AAEECAT), ainsi que de son conseil de perfectionnement.

4La charge était virulente : la critique de Guénard était une mise en cause à la fois de l’école, mais aussi des fonctionnaires de la Résidence générale (et en particulier de Lescure, le directeur général de l’Agriculture dont dépendait l’ECAT), accusés d’abandonner la direction officieuse de cette école aux intérêts privés.

  • 6 P. Devigne était un des anciens vice-présidents de la chambre d’agriculture de Tunis (charge qu’il (...)
  • 7 Les documents d’archives de la Résidence générale disparaissent au-delà d’une coupure de presse du (...)
  • 8 Nantes Tunisie 1er versement 2102 : un exemplaire du journal de l’École, Agricolo-Canard, faisant (...)
  • 9 Nantes Tunisie 1er versement 2102 : à l’occasion de la crise économique, le débat autour du budget (...)
  • 10 Nantes Tunisie 1er versement 1754 : La Liberté, numéros spéciaux des 4 et 11 avril 1926.

5La polémique ne devait pas s’arrêter là, puisqu’elle se poursuivit dans la presse. Dès le 28 décembre 1924, à la fois dans le propre journal de Guénard La Liberté, mais aussi dans Tunis-Socialiste, les adversaires de l’ECAT revinrent à la charge. Le 3 janvier 1925, le journal d’A. Gounot, Le Colon français, déclencha la contre-offensive sous la plume de son directeur, A. Gounot et de P. Devigne6. Durant plus d’un mois, les deux camps se répondirent par voie de presse7. Passé février 1925, les polémiques semblent s’éteindre pour faire de timides réapparitions en 19308 et en 19349, mais sous des modalités différentes et avec une intensité moindre. Il est vrai que le principal adversaire, A. Guénard, mourut près d’un an plus tard (fin mars 192610), sans que personne n'ait repris à son compte sa croisade contre l’ECAT.

Enjeux et questions

6Cet épisode de la vie coloniale n’est certes pas un moment clé de l’histoire du Maghreb français. Tout au plus constitue-t-il un révélateur des tensions franco-françaises dans la Tunisie des années 1920, ainsi qu’un point d’appui pour un questionnement sur le pouvoir des notables coloniaux. En effet, quelle place l’ECAT occupait-elle dans la sphère sociale et politique du protectorat pour susciter une telle polémique ? Pourquoi une simple école d’ingénieurs agronomes devint-elle l’objet d’une querelle interne franco-française ? Enfin, quelles significations peut-on donner à l’attitude de ceux qui défendirent l’école et de ceux qui l’attaquèrent ?

7Ces questions ne se limitent pas au débat classique qui fit suite, en métropole, à la mise en place à la fin du XIXe siècle des cursus d’études agronomiques au sein de l’enseignement supérieur public (Duby & Wallon, 1976 : 396), et où l’on opposait pragmatisme et encyclopédisme. Il ne s’agit pas non plus d’une simple reprise du conflit qui vit s’affronter, lors de la fondation de l’ECAT, en 1896-1898, les tenants d’un enseignement purement pratique (de Carnières) et les promoteurs d’un enseignement de haut niveau, à la fois pratique et scientifique (Dybowski) (Boüé, 1991 : 27-30). Ces oppositions se retrouvent à l’œuvre dans la polémique de 1924-1925 ; mais elles s’insèrent dans un contexte social, économique et politique qui leur donne une tout autre résonance et révèlent de nouveaux enjeux tant au niveau de l’évolution de la présence française en Tunisie que de la configuration des rapports de force au sein de la société coloniale.

8Pour répondre à ces interrogations il convient dans un premier temps d’envisager quelle était la place, réelle et symbolique, occupée par l’ECAT dans les années 1920. Ensuite, l’examen du contexte politique puis socioéconomique nous permettra de singulariser cet épisode et d’en déterminer les réels enjeux.

Société coloniale et enseignement supérieur

9Fondée en 1898 sur l’initiative du directeur de l’Agriculture J. Dybowski, l’ECAT marquait à la fois une continuité et une rupture. Continuité par rapport à la politique métropolitaine d’une part : dès 1872, Paul Bert s’était fait, auprès de Léon Gambetta, le chantre du développement d’un enseignement agricole supérieur. L’INA, supprimé sous le Second Empire, ne devait être rétabli qu’en 1875. La IIIe République rêvait alors d’une conquête électorale mais aussi scientifique des campagnes (Duby & Walon, 1976 : 396). Dès lors, le projet d’un haut fonctionnaire comme Dybowski s’insérait parfaitement dans cette coulée idéologique. Cependant, ledit projet marquait aussi une double rupture : rupture à l’échelle des territoires coloniaux français, car il s’agissait du premier cursus agricole supérieur hors de la métropole ; rupture également à l’échelle du protectorat tunisien : former des spécialistes en agriculture méditerranéenne, n’était-ce point retendre (encore) les liens qui restreignaient l’indépendance (théorique) de la Tunisie ?

  • 11 S’y ajoute, à partir de 1922, un cours de législation tunisienne, plus proche il est vrai de la co (...)

10Par ailleurs, l’ECAT occupait une place à part dans le champ de l’enseignement en Tunisie : hormis un cursus de langue et culture arabe, cette école coloniale représentait le seul établissement d’enseignement supérieur dans la régence de Tunis (Martin, 1993 : 98)11. De ce fait, elle tendait à fonctionner comme l’institution scolaire de référence de l’élite coloniale locale, du moins dans l’esprit des grands « agrariens » tels que A. Gounot, M. Cailloux ou M. Crété qui y envoyèrent leurs fils et neveux (Boüé, 1991).

  • 12 Voir les sarcasmes de Guénard : « les élèves, si aimablement mondains et si gracieusement coiffés, (...)

11L’ECAT peut alors être perçue comme une triple initiation : école d’agronomie, elle initiait à la prise en charge de la glèbe tunisienne ; seul cursus supérieur en Tunisie, elle initiait à la prise en charge intellectuelle de ce pays et, au-delà, à sa prise en charge politique ; enfin, seule école supérieure de Tunisie, elle délivrait un sésame local pour entrer dans la bonne société française de la Régence12, soucieuse d’autonomie tant vis-à-vis de la France que de l’Algérie. Faire l’ECAT devait représenter, pour ceux qui s’y portaient candidats, se préparer à une triple relève, à la fois foncière (reprendre et améliorer une exploitation), politique (siéger dans une chambre consulaire et dans une instance représentative comme le Grand Conseil, le conseil de région ou la commission municipale), culturelle et sociale (fréquenter des pairs, tenir son rang de landlord colonial). Envisagée de la sorte, l’ECAT n’apparaît plus seulement comme une école d’agriculture. Elle se charge d’une autre signification : celle d’être un élément de la légitimité du pouvoir des notables agrariens, en ce sens qu’elle renforce leur domination socio-économique par une sanction intellectuelle et scientifique. À ce titre, la joute oratoire qui oppose A. Gounot, désigné au Grand Conseil par la chambre d’agriculture du Nord, et A. Guénard, élu par le troisième collège (qui regroupe les salariés et les fonctionnaires français) doit aussi se comprendre comme la manifestation d’une querelle de légitimité politique, ravivée par les réformes politico-administratives de 1922.

Contrastes biographiques et enjeux politiques

12Arrêtons-nous un instant sur les personnalités d’A. Guénard et d’A. Gounot dont les voix résonnent lors de cette séance du 23 décembre 1924. Selon des modalités différentes, les deux protagonistes étaient avant tout des « héritiers ». À ce titre, leur opposition, avant d’être un choc entre tendances politiques, est le résultat de la rencontre de deux univers de certitudes et de préjugés fort antagonistes.

  • 13 Nous empruntons les détails biographiques à deux ouvrages : Lambert (1912) et Arrouas (1932).

13A. Guénard13 naquit à Oran en 1880. Il fut orphelin de père à quinze ans. Ce dernier détail revêt une singulière importance dans la mesure où son père, Ernest Guénard, n’était autre que l’un des premiers contrôleurs civils de Bizerte (de 1891 à 1895), officier issu des bureaux arabes algériens, et, semble-t-il, mort d’une maladie contractée après une mission éprouvante en 1895 (Lambert, 1912 : 216). L’enfance et l’adolescence d’A. Guénard ont sans doute été marquées par cette figure paternelle. On peut avancer l’hypothèse qu’elles l’ont été tout autant par les attaques lancées par Victor de de Carnières contre les contrôleurs civils, surtout entre 1889 et 1893 (Mouilleau, 2000 : 100-108). Or Gounot, de son côté, prolongeait, dans les années 1920 et 1930, (en plus modéré toutefois), la figure tonitruante de Carnières : même parcours consulaire (A. Gounot était, en 1924, vice-président de la chambre d’agriculture du Nord, dont il devint président à partir de 1929 – poste occupé par de Carnières de 1896 à 1917) ; même engagement auprès des grands agrariens du protectorat ; et, surtout, même rôle dans la presse : A. Gounot était le directeur du journal Le Colon français dont de Carnières fut le fondateur et premier directeur.

  • 14 Ibid., voir aussi Nantes Tunisie 1er versement 1754 la notice nécrologique d’A. Gounot parue dans l (...)

14Ajoutons à cela deux données qui différenciaient les deux hommes. Tout d’abord, la stratégie de reconnaissance publique : un brin baroudeur, Guénard était un homme public, éditorialiste à la plume facile et percutante, élu du troisième collège ; Gounot, quant à lui, était plutôt un homme de réseau14 dont la parole restait discrète et mesurée (c’est plutôt P. Devigne qui répond à Guénard dans les colonnes du Colon français).

  • 15 Nantes Tunisie 1er versement 1754 : La Liberté, numéros spéciaux des 4 et 11 avril 1926.

15Enfin, au-delà du modelage culturel et des personnalités, il existait une incompatibilité politique. Guénard était, sinon un homme de parti, du moins un homme engagé : lors de ses funérailles en 1926, deux piliers du journal Tunis-Socialiste et figures de la gauche, A. Duran-Angliviel et A. Pellegrin, tenaient les cordons du poêle15. Quant à A. Gounot, s’il prônait un apolitisme courant chez les notables du protectorat, il était plutôt un représentant de la droite, proche en cela des députés E. de Warren ou P. Taittinger, hérauts à la Chambre d’une colonisation affairiste et capitaliste.

Du praticien au patricien : des agronomes dans l’agora

16Du strict point de vue des individus, l’affrontement peut se comprendre ; mais pourquoi est-ce l’ECAT qui leur donna l’occasion de rompre quelques lances ?

17Proposons une hypothèse : en cette fin d’année 1924, l’ECAT pouvait être reliée à deux dossiers majeurs : la réforme du système politico-représentatif et la politique agraire du protectorat ; ces deux dossiers étant liés l’un à l’autre via la question de la politique du peuplement français.

  • 16 Cf. Rectenwald (1931) et Girault (1928).
  • 17 Devigne P., Le Colon français du 17 janvier 1925.

18Abordons la question de la représentation politique. Depuis le décret résidentiel du 13 juillet 192216, les Français de Tunisie disposaient d’une instance de représentation, le Grand Conseil. Prolongement de la Conférence consultative, il résultait d’un compromis entre corporatisme et démocratie, qui faisait se côtoyer élus de chambre consulaire et élus d’un suffrage presque universel (fonctionnaires et salariés) : entre états-généraux et comices centuriates, la colonie se cherchait un cadre représentatif où la toute-puissance des affaires aurait été pondérée par des intérêts de classe (et vice-versa). La nouveauté du décret de 1922, via la généralisation d’un suffrage universel corporatiste, fut d’introduire la compétition électorale et donc d’aviver le débat au sein des notabilités coloniales. Or, dans le contexte de la société coloniale, les règles métropolitaines du jeu républicain ne pouvaient avoir cours. Dans la vision que partageaient A. Gounot, P. Devigne et les « prépondérants » de la terre, « une jeune colonie agricole ne peut s’établir sur d’intangibles principes démocratiques »17 : c’est-à-dire qu’il ne saurait y avoir d’assemblées représentatives (qu’elles soient tunisiennes, françaises ou mixtes) issues des urnes, mais, en lieu et place, des commissions de régulation, des conseils, des instances paritaires qui auraient permis une sorte de cogestion du protectorat entre la Résidence et les représentants des intérêts économiques. Cette vision politico-administrative n’était certes pas propre aux Français de Tunisie. Il s’agissait d’un de ces lieux communs participant à la constitution d’un « esprit des années 1920 » (Becker & Berstein, 1990 : 390). On le retrouve à l’œuvre dans le Redressement français, mouvement fondé en métropole en 1925 et qui propose d’installer un gouvernement indépendant des forces politiques, peuplé d’experts et de professionnels.

19Ce gouvernement d’experts, c’est sans doute ce à quoi aspirait A. Gounot au travers de la formation délivrée par l’ECAT. Cette aspiration faisait de lui plus qu’un protecteur de l’école. Président de l’AAEECAT, il avait fait de cette association non seulement un porte-voix des intérêts des anciens élèves, mais aussi un lieu de rencontre entre ces mêmes anciens élèves et les promotions en formation. Ce dernier point tend à montrer que cette association fonctionnait comme un élément à part entière du cursus de l’école et, qui plus est, constituait un atout stratégique pour les futures carrières des élèves. Elle pouvait se charger de mettre en relation les élèves devant effectuer un stage dans une propriété et les propriétaires eux-mêmes (n’oublions pas que Gounot était aussi une des têtes de la chambre d’agriculture de Tunis). Elle pouvait également faciliter les carrières des diplômés en fonctionnant comme un intermédiaire (voire un lobby) avec les employeurs ou la Résidence (pour l’obtention de lots de colonisation) ou encore les banques (pour l’obtention d’un prêt). Ainsi l’Association des anciens élèves était-elle un élément déterminant du pouvoir et de l’influence d’A. Gounot dans la mesure où elle lui permettait de se construire un véritable réseau clientéliste ; en retour A. Gounot se servait de ce pouvoir afin d’essayer de peser non seulement sur l’orientation de l’école, mais aussi sur la Résidence, via son siège au Grand Conseil.

  • 18 Discours d’A. Gounot, rapporté par La Liberté du 1er février 1925.
  • 19 La Liberté du 29 janvier 1925.

20A. Gounot était aussi président du Conseil de perfectionnement de l’ECAT ; à ce titre, il n’hésitait pas à donner son avis sur le moindre détail du fonctionnement de l’école, et même sur sa bibliothèque, s’étonnant avec agacement d’y voir des ouvrages de Spinoza ou de Maeterlinck au lieu de traités techniques18. Rien de surprenant si A. Guénard le considérait alors comme une sorte de directeur bis, lui attribuant même d’obscurs complots contre le directeur en place19. Tout se passe comme si A. Gounot, appuyé par ses pairs agrariens, veillait sur l’ECAT afin d’en faire non seulement une propédeutique nécessaire à tout gentleman farmer moderne et colonial, mais aussi un centre de sélection et de tri de la future élite agraire et politique du protectorat.

Paradoxe républicain, ivresse agraire et parole impossible

  • 20 C’était l’antienne des « prépondérants » ; en 1903, lors d’une visite de Delcassé à Sfax, le vicep (...)
  • 21 Le Colon français du 31 janvier 1925.
  • 22 Le Colon français du 17 janvier 1925.

21Il nous a paru important de mettre en relief le rôle de l’ECAT dans le contexte du protectorat tunisien, et en quoi ce rôle entrait en résonance avec le système de représentation politique prôné par Gounot : la Tunisie devait rester un territoire hors de la démocratie à la française, afin de n’être gouvernée que par les intérêts économiques (et, en premier lieu, les agrariens)20. P. Devigne rappelait son opposition à toute « colonisation de peuplement »21 dont Guénard, selon lui, serait le chantre, ainsi qu’aux effets pervers de l’instruction républicaine (les instituteurs étant accusés de déprécier le travail de la terre au profit des métiers de la bureaucratie d’État22).

22Ce n’est pas un hasard si surgit dans cette polémique le thème de la colonisation de peuplement. Au lendemain de la Grande Guerre, jusqu’au tout début des années 1920, la part de la population rurale française en Tunisie, ainsi que la superficie détenue par les Français, avait nettement diminué (Poncet, 1962 : 248). Cependant, à partir de 1923, s’amorçait une hausse de la production céréalière qui allait non seulement bouleverser les rapports de force au sein même du monde agricole, mais aussi plonger les agrariens du protectorat dans une course à la productivité et au rendement (Poncet, 1962 : 262). Les marques les plus visibles de cette nouvelle donne agraire résidaient dans la double révolution technologique de la mécanisation et de l’ensilage. Or, une des villes où, au début des années 1920, s’amorçait ce processus, était Soukh El Khémis, dont le vice-président de la municipalité n’était autre qu’A. Gounot.

  • 23 C’est « la démocratisation à outrance des lois de colonisation » qui ferait fuir les anciens élève (...)

23Le débat sur l’ECAT apparaît donc au moment où les « maîtres du blé » se mirent à rêver intensification de leurs cultures et extension des parcelles. Dès lors, ouvrir le débat sur l’immigration métropolitaine revenait à briser ce rêve en torpillant les intérêts des grands propriétaires. Pour P. Devigne, la politique agraire idéale aurait été de confier de vastes superficies à d’anciens élèves de l’ECAT23. Ainsi plus question de colonie de peuplement, et, de ce fait, plus aucune raison d’introduire un quelconque virus démocratique dans le corps sain des affaires. L’élève de l’ECAT apparaissait ainsi, aux yeux de l’équipe du Colon français, comme une solution à d’épineuses contradictions. Incarnant la République dans son versant méritocratique (un concours d’entrée) et positiviste (la science agronomique), il s’érigeait en rempart contre le contenu démocratique de cette même République : formé pour être un grand propriétaire, il devait rendre caduc tout projet de colonisation de peuplement, et ainsi désamorcer les revendications de la gauche coloniale. Dans cette optique, l’ECAT se situait donc à la confluence de deux stratégies des notables agrariens : former de véritables ingénieurs agronomes spécialisés, afin de faire face à la technicité croissante du métier d’agriculteur dans un contexte de croissance de la production ; mais aussi court-circuiter les vagues d’immigration métropolitaine en faisant de la terre tunisienne un monde de landlords diplômés, et, par là même, légitimes. Envisagée de la sorte, l’ECAT, cornaquée par A. Gounot, pouvait bien devenir la matrice d’une oligarchie républicaine tant foncière que sociale et politique.

  • 24 Discours d’A. Gounot, rapporté par La Liberté du 1er février 1925.
  • 25 Nantes Tunisie 1er Versement 2102.
  • 26 Il était président de l’Automobile club tunisien, qui était loin d’être une chapelle révolutionnai (...)

24On comprend mieux, dès lors, la radicalité de la revendication de Guénard, représentant d’intérêts sociaux et d’options idéologiques hostiles à cet ancrage oligarchique du protectorat. Reste à éclaircir un dernier point : le moment de l’attaque, à savoir l’ultime séance du Grand Conseil de l’année 1924. Un premier élément est à rechercher dans la publicité faite autour du renvoi du directeur de l’école, Jacquenaud, à l’automne 1924. Ce dernier déplaisant à Gounot24, après une série d’escarmouches, le vice-président de la chambre d’agriculture du Nord avait obtenu son départ. Ce renvoi donna lieu à quelques éclats dans la presse entre juillet et novembre 192425, essentiellement dans les colonnes de Tunis-Socialiste et de La Liberté : la séance du 23 décembre 1924 pourrait être le simple prolongement de cette première polémique. Cependant, il faut tenir compte d’un autre élément plus déterminant encore. En effet, depuis le 15 juin 1924, Édouard Herriot, suite à la victoire du Cartel des gauches, était devenu président du Conseil. L’arrivée au pouvoir de ses amis politiques laissait sans doute entrevoir à Guénard qu’il pouvait désormais espérer peser sur le destin du protectorat. Les séances du Grand Conseil fin décembre 1924 furent donc l’occasion, pour le directeur de La Liberté, de dévoiler ses revendications. Certes, ses arguments n’évoquaient jamais la représentation démocratique : cela eût entraîné Guénard dans une remise en cause du principe même du protectorat, lequel était régi par une ségrégation à la fois sociale et politique. Il ne pouvait critiquer de manière frontale la mise en place d’une oligarchie économique défendue par Gounot sans s’apercevoir que lui-même, au demeurant notable fort bien intégré de la colonie française26, profitait d’un système oligarchique, qui faisait de la minorité française de la Régence l’élément prépondérant de la vie sociale et politique. Dès lors, il faut analyser dans sa diatribe une attaque biaisée, une sorte de discours métonymique : critiquant le coût de l’école et son manque de transparence, il ne sortait pas des limites que le contexte colonial assignait aux contestations internes.

  • 27 Voir les analyses d’Agulhon (1988 : 281-306).
  • 28 La Liberté du 1er février 1925 ; cette provocation en duel « démocratique » que Guénard lança à Gou (...)

25Guénard étant un homme de gauche, proche de la SFIO, élu du troisième collège où dominaient employés et fonctionnaires, il eût été paradoxal de l’entendre se faire l’apologiste bruyant de la colonisation de peuplement et de la petite propriété rurale. Homme de son temps et de son milieu, familier des rouages administratifs du Protectorat, parfaitement intégré à la société coloniale dont il était lui-même issu, il eût été tout aussi inconcevable de l’entendre dévoiler la structure oligarchique du pouvoir colonial. Dans ces deux paroles impossibles nous tenons sans doute les fondements de l’attaque de Guénard contre l’ECAT. Tenaillé (consciemment ou inconsciemment) par un ensemble d’options, de valeurs et d’idéologies contradictoires27, A. Guénard érigea l’ECAT en figure de ce qu’il refusait (la grande propriété, l’oligarchie technico-foncière). Demander la suppression de l’ECAT revenait tout à la fois à montrer son opposition à une colonisation de capitaux, mais aussi au pouvoir officieux des agrariens sur la Résidence. N’était-ce point ce qu’il avouait à demi-mot lorsqu’il lança, comme un défi : « Si M. Gounot osait un jour affronter le suffrage universel, ce jour-là il me trouverait sur son chemin »28 ?

26Ce conflit entre deux élus met en relief l’opposition entre deux tempéraments et deux visions de la présence coloniale de la France en Tunisie. Deux visions qui se cristallisèrent sur l’ECAT et firent de cet établissement, le temps d’un débat, le point de convergence des enjeux et des tensions sociales, politiques et économiques qui tissaient la trame des liens entre notables français de Tunisie.

Bibliographie

Bibliographie

AGULHON M., « Conflits et contradictions dans la France contemporaine », in Histoire vagabonde II, Paris, Gallimard, 1988.

ARNOULET F., Résidents généraux de France en Tunisie, Marseille, Narration éditions, 1995.

ARROUAS A., Livre d’or. Figures d’hier et d’aujourd’hui, Tunis, 1932.

BECKER J.-J. & BERSTEIN S., Victoire et frustrations (1914-1929), Nouvelle histoire de la France contemporaine, t. 12, Paris, Seuil, 1990.

BOÜÉ G., L’École coloniale d’agriculture de Tunis et ses anciens élèves, Toulouse, à compte d’auteur, 1991.

DUBY G. & WALLON A. (dir.), Histoire de la France rurale, t. 3, Paris, Le Seuil, 1976.

GIRAULT A., Principes de législation coloniale, t. V, Paris, éd. Sirey, 1928.

LAMBERT P., Choses et gens de Tunisie. Dictionnaire illustré de la Tunisie, Tunis, éd. C. Saliba Aîné, 1912.

MARTIN J.-F., Histoire de la Tunisie contemporaine, Paris, L’Harmattan, 1993.

MOUILLEAU E., Fonctionnaires de la République et artisans de l’Empire. Le Cas des contrôleurs civils en Tunisie (1881-1956), Paris, L’Harmattan, 2000.

PONCET J., La Colonisation et l’agriculture européennes en Tunisie depuis 1881, Faculté des lettres de l’Université de Paris, Imprimerie nationale, 1962.

RECTENWALD G., Les Assemblées élues du Protectorat français en Tunisie, Alger, éd. P. et G. Soubiran, 1931.

RIVET D. « Le fait colonial et nous. Histoire d’un éloignement », Vingtième Siècle, janvier-mars 1992, pp. 127-138.

– « De l’histoire coloniale à l’histoire des États indépendants », in BEDARIDA F. L’Histoire et le métier d’historien, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1995.

Notes

1 Ces collages se trouvent dans le carton Tunisie 1er versement 2102 (microfilm 2 Mi 503). Dans la suite de la communication nous ne mentionnerons que la date et les noms des journaux concernés (sauf s’ils venaient à se trouver dans un autre carton).

2 Dans ce livre A. Guénard, une des deux personnalités en question, est mentionné comme « rédacteur en chef » de La Dépêche tunisienne ; en réalité il est le directeur du journal La Liberté.

3 On peut reconstituer ces arguments au travers de son journal, La Liberté : son discours au Grand Conseil y est reproduit et ses éditoriaux reprennent certaines critiques, le tout entre le numéro du 28 décembre 1924 et celui du 1er février 1925.

4 La Liberté du 28 décembre 1924.

5 Discours d’A. Guénard au Grand Conseil le 23 décembre 1924, cité dans La Liberté du 11 janvier 1925.

6 P. Devigne était un des anciens vice-présidents de la chambre d’agriculture de Tunis (charge qu’il avait exercée de 1915 à 1923), chroniqueur au Colon français, et propriétaire à Medjez el Bab ; son dossier de candidature à la Légion d’honneur le présente comme « l’un des principaux fondateurs et l’un des dirigeants les plus dévoués des œuvres de mutualité agricole ». Cf. archives du Quai d’Orsay, série Protocole, sous-série D6, carton 76, dossier Légion d’honneur P. Devigne.

7 Les documents d’archives de la Résidence générale disparaissent au-delà d’une coupure de presse du 7 février 1925.

8 Nantes Tunisie 1er versement 2102 : un exemplaire du journal de l’École, Agricolo-Canard, faisant étalage d’un humour antisémite, avait suscité l’indignation de la communauté juive de Tunis et provoqué une enquête diligentée par la Résidence.

9 Nantes Tunisie 1er versement 2102 : à l’occasion de la crise économique, le débat autour du budget de la Résidence avait réveillé les interrogations quant au coût de l’ECAT.

10 Nantes Tunisie 1er versement 1754 : La Liberté, numéros spéciaux des 4 et 11 avril 1926.

11 S’y ajoute, à partir de 1922, un cours de législation tunisienne, plus proche il est vrai de la conférence pour professionnel que de la formation pour étudiant, voir Arnoulet (1995 : 34).

12 Voir les sarcasmes de Guénard : « les élèves, si aimablement mondains et si gracieusement coiffés, comptent parmi eux les meilleurs danseurs de Tunis », dans La Liberté du 28 décembre 1924 ; ce que l’ancien élève Boüé (1991 : 92) confirme lorsqu’il évoque les bals donnés par l’école comme autant des moments forts du calendrier mondain de la bonne société française de Tunis.

13 Nous empruntons les détails biographiques à deux ouvrages : Lambert (1912) et Arrouas (1932).

14 Ibid., voir aussi Nantes Tunisie 1er versement 1754 la notice nécrologique d’A. Gounot parue dans le journal Le Petit Matin du 29 novembre 1936.

15 Nantes Tunisie 1er versement 1754 : La Liberté, numéros spéciaux des 4 et 11 avril 1926.

16 Cf. Rectenwald (1931) et Girault (1928).

17 Devigne P., Le Colon français du 17 janvier 1925.

18 Discours d’A. Gounot, rapporté par La Liberté du 1er février 1925.

19 La Liberté du 29 janvier 1925.

20 C’était l’antienne des « prépondérants » ; en 1903, lors d’une visite de Delcassé à Sfax, le viceprésident de la chambre mixte du Sud déclarait déjà : « Profondément attachée aux institutions républicaines mais convaincue que la politique ne pourrait être pour elle qu’un dissolvant dangereux, la colonie française du Sud est fermement résolue à se refermer strictement dans une politique d’affaires », Nantes Tunisie 1er versement, carton 948.

21 Le Colon français du 31 janvier 1925.

22 Le Colon français du 17 janvier 1925.

23 C’est « la démocratisation à outrance des lois de colonisation » qui ferait fuir les anciens élèves de l’ECAT hors de Tunisie, écrit-il dans Le Colon français du 17 janvier 1925.

24 Discours d’A. Gounot, rapporté par La Liberté du 1er février 1925.

25 Nantes Tunisie 1er Versement 2102.

26 Il était président de l’Automobile club tunisien, qui était loin d’être une chapelle révolutionnaire…

27 Voir les analyses d’Agulhon (1988 : 281-306).

28 La Liberté du 1er février 1925 ; cette provocation en duel « démocratique » que Guénard lança à Gounot pouvait aussi se comprendre comme le rappel d’un duel – bien réel et à l’épée – qui avait opposé en 1912 Gounot et le directeur de La Dépêche tunisienne. Cf. G. Boüé (1991 : 108-109).

Auteur

Doctorant en histoire, Université Paris I

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable