Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

II. L’agronome : un ingénieur pris dans les contradictions de la société coloniale

Le rôle des ingénieurs dans l’agriculture, les forêts et l’équipement rural au Maghreb (1890-1970)

Pierre Vigreux

Texte intégral

  • 1 Ce travail s’appuie sur les résultats d’une étude publiée par l’Association des ingénieurs du géni (...)

1L’action des ingénieurs de l’État dans l’agriculture, les forêts et l’équipement rural revêt, au Maghreb, une dimension paradoxale. En effet, cette expression de la présence française est étroitement liée à la colonisation qui a duré 132 ans en Algérie, 76 ans en Tunisie, 44 ans au Maroc. L’administration qui a précédé le service du Génie rural ne s’appelait-elle pas, jusqu’en 1955, service de la Colonisation et de l’Hydraulique ? Pourtant, c’est l’un des domaines d’intervention qui a eu le plus d’impacts, au-delà même des indépendances politiques. Je formulerai l’hypothèse que ces ingénieurs, tant français que maghrébins, ont été habitués à se soumettre à une géographie à la profonde unité physique qui, elle, échappe aux aléas de l’histoire1.

La formation des agronomes coloniaux

2Durant la période coloniale, on peut distinguer trois types de formations d’ingénieurs agronomes : les premières n’étaient pas spécialement destinées à l’outre-mer ; d’autres étaient consacrés à l’agriculture coloniale mais localisées en France ; enfin, certaines formations ont été créées dans les pays du Maghreb. À cet égard, la figure de Jean Dybowski (1856-1928), l’un des créateurs de l’agriculture tropicale, et qui a enseigné dans les trois types d’établissements apparaît incontournable.

3Issu d’une famille polonaise immigrée en France en 1830, Dybowski entre à l’École nationale d’agriculture de Grignon où il devient maître de conférences d’horticulture. Remarqué par le directeur de l’Agriculture Eugène Tisserand, il est chargé d’une mission d’exploration scientifique dans le sud algérien (1899), puis l’année suivante au Sahara. À partir de 1893, il dispense, à l’Institut national agronomique, un cours de « cultures coloniales » dont il restera responsable jusqu’en 1927. En 1896, grâce à Tisserand, il est promu directeur de l’agriculture à Tunis. Il tente d’y imposer la mise en place d’une véritable école d’agriculture coloniale. Cet établissement ouvre ses portes en 1898, Mais Dybowski se heurte à l’incompréhension des colons, tenants d’un enseignement pratique et opposés à un cursus scientifique de haut niveau. C’est en France qu’il devait réaliser ce qu’il n’avait pu qu’amorcer en Tunisie. Devenu directeur du « Jardin colonial de Nogent » (1899), il est le promoteur de l’École nationale supérieure d’agriculture coloniale (ENSAC, créée en 1902 à Nogent) qu’il devait diriger jusqu’en 1909.

4Dans ce parcours professionnel, on relèvera tout d’abord le fait que son premier contact avec l’Afrique a été au Maghreb, et que les deux écoles créées par Dybowski existent encore aujourd’hui sous d’autres noms.

5En France, à cette époque, les principaux établissements proposant des cursus non destinés à l’outre-mer étaient représentés par l’Institut national agronomique (INA), les écoles nationales d’agriculture de Grignon, de Montpellier et de Rennes, ainsi que par l’École nationale d’horticulture de Versailles. Par ailleurs, force est de constater que des ingénieurs issus d’une des plus prestigieuses écoles françaises, l’École polytechnique, ont exercé au Maghreb leur activité dans les corps des Eaux et Forêts, du Génie rural et des Ponts et Chaussées.

6L’ENSAC, quant à elle, dispense une formation dans le domaine de « l’agriculture des pays chauds ». Prolongement de l’école créée à Nogent en 1902, cette école est implantée dans le pavillon du Maroc, construit à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900. Ouvrant aux carrières de l’administration coloniale, elle ne dispose, jusqu’en 1920, que d’un faible prestige. Dès 1921, l’établissement est réformé et son niveau est nettement relevé : des professeurs réputés, ayant eu une expérience de l’outre-mer, viennent alors y enseigner. Désormais véritable école d’application, l’ENSAC devient un passage obligé pour entrer dans les services agricoles coloniaux. En fait, les cadres formés par cette école se rendront en Afrique noire, bien que ces élèves soient à l’origine pour la plupart des Français installés au Maghreb. En 1939, elle prend le nom d’École supérieure d’application d’agriculture tropicale (ESAAT), dénomination qu’elle gardera durant la période de décolonisation.

7Quant aux écoles d’agriculture situées au Maghreb, elles présentent des caractéristiques très différentes selon les trois pays. Créée également par Jean Dybowski, l’École de Tunis a précédé l’ESAAT. Elle prend, dès 1899, le nom d’École coloniale d’agriculture de Tunis (ECAT) et jusqu’en 1909, Dybowski alors directeur de l’école de Nogent, y facilite l’accès des anciens élèves de Tunis : ils représentent près de 40 % des élèves entrés de 1902 à 1920. Par cette voie, l’ECAT a elle aussi formé de nombreux ingénieurs dans les services de l’agriculture des colonies, notamment au Maghreb. Mais à partir de 1921, le niveau de l’ECAT n’est plus jugé suffisant et ses anciens élèves ne constituent qu’un peu moins de 10 % des élèves de Nogent jusqu’en 1938. Cette politique a eu pour conséquence d’orienter davantage les élèves de l’École de Tunis vers les pays du Maghreb.

8L’École d’Alger, fondée en 1905 en remplacement de l’école pratique de Rouïba, s’installe à Maison-Carrée et prend, en 1920, l’appellation d’Institut agricole d’Algérie. En 1946, elle obtient le statut d’École nationale d’agriculture puis, en 1961, celui d’École nationale supérieure d’agronomie (ENSA). Soumise à l’influence des colons au même titre que l’ECAT, elle a formé majoritairement des élèves d’origine européenne et a été surtout orientée vers les besoins de l’agriculture algérienne. C’est pourquoi elle n’a envoyé aucun élève à Nogent jusqu’en 1924. Entre cette même année et 1938, ils n’ont représenté que 2,2 % du total des ingénieurs formés à l’ENSAC. Par ailleurs, vers la fin de l’époque coloniale, les effectifs des promotions atteignaient 50 élèves.

9Longtemps au Maroc, seuls des cadres agricoles français ont été présents. Les dirigeants de l’époque coloniale conscients de la nécessité d’une école d’agriculture, se sont heurtés, comme en Tunisie, à l’opposition des colons. En effet, ces derniers envoyaient leurs fils poursuivre leur formation en France métropolitaine. Ce n’est qu’en 1945 que l’École de Meknès a commencé ses activités en proposant, au départ, un cursus orienté vers la formation de cadres moyens. Par conséquent, peu nombreux ont été les élèves de cet établissement à être passés par l’École de Nogent (8 élèves de 1955 à 1957).

10Ce sont les agronomes formés dans tous ces établissements qui ont constitué l’immense majorité des cadres agricoles présents au Maghreb. Ils ont œuvré à la fois dans le secteur traditionnel et dans celui de la colonisation.

Les domaines d’intervention des agronomes : agriculture coloniale ou agriculture traditionnelle ?

11En Algérie, c’est d’abord au bénéfice du secteur colonial que les ingénieurs agronomes interviennent. On estime qu’en 1950, ce secteur représente 29 000 exploitants parmi lesquels quelques centaines de propriétaires algériens, cultivant 2 700 000 ha. À partir de 1925 devaient être mis en place des conseillers agricoles qui constituaient un corps spécifiquement algérien. Certains de ces conseillers exerçaient également des tâches d’enseignement ainsi que la direction d’une station expérimentale.

  • 2 Ces trois dernières cultures sont également introduites par leurs homologues au Maroc.

12Tout en introduisant de nouvelles variétés de céréales, ces conseillers agricoles ont contribué à diffuser des cultures industrielles (le coton et la betterave sucrière) et en particulier à développer la culture des agrumes : en 1954, l’Algérie a organisé le Congrès international de l’arboriculture2. Toutefois, ayant dû composer avec la politique coloniale qui, à partir des années 1880, a favorisé l’installation de petits viticulteurs, ils n’ont pu s’opposer à l’implantation de la vigne dans des plaines telles que la Mitidja, alors que sa place eut été davantage sur les coteaux.

  • 3 C’est également sous leur impulsion que la culture du riz est introduite au Maroc.

13Au Maroc, la surface cultivée par les colons aurait représenté 900 000 ha. De même qu’en Algérie, un corps spécifique d’inspecteurs de l’agriculture a été créé au début des années 1930 qui recrutait des élèves issus d’écoles prestigieuses : on y compte 15 ingénieurs agronomes dès 1931. Ces inspecteurs de l’agriculture ont axé leur action sur l’assistance administrative, notamment au moment de la crise de 1929 : ils mirent en place des établissements de crédit et des conseils agronomiques (usage des engrais, utilisation de la pédologie)3.

14En 1947, ils prennent le titre d’ingénieurs des services agricoles et sont alors formés par l’École nationale des sciences agronomiques appliquées (ENSSAA). En 1952, le corps marocain d’inspecteurs est réorganisé selon des modalités proches des services agricoles en France.

  • 4 À partir de la fin du XIXe siècle, le territoire algérien a été divisé en trois types de municipal (...)
  • 5 Face à l’extension de la guerre, dans le but de renforcer l’intégration de l’Algérie à la France, (...)
  • 6 La réforme agraire de 1956 en Algérie se serait traduit par l’installation de 2 000 « agriculteurs (...)

15Le secteur traditionnel, quant à lui, en Algérie représente 2 millions d’agriculteurs pour 10 millions d’hectares cultivés. Pendant longtemps disette et endettement ont été deux dangers permanents. Pour lutter contre ces menaces sont mises en place, à partir de 1869, les Sociétés indigènes de prévoyance (SIP). Administrée par les autorités civiles, chacune d’entre elles correspond au territoire d’une commune mixte4. Entre autres activités, elles accordent aux paysans autochtones des prêts et se chargent d’acheter les céréales produites. À partir de 1939, un adjoint technique du paysannat est affecté à chaque SIP. En 1946, elles sont rattachées à la direction de l’agriculture dans le souci de mener une politique globale de développement agricole. Dix ans plus tard, la politique dite « du paysannat » conçu par le gouvernement Guy Mollet est confiée aux ingénieurs des services agricoles (1957)5. Les SIP, devenues des Sociétés agricoles de prévoyance (SAP) sont regroupées en secteurs de modernisation rurale (SAR). Elles se voient confier deux autres missions : la généralisation de la fumure minérale et la mécanisation de l’agriculture par la mise en place d’un parc de tracteurs dans chaque secteur6.

16Au Maroc, l’agriculture est la préoccupation des officiers des affaires indigènes et des contrôleurs civils. Dès 1917, s’inspirant du modèle algérien, des sociétés indigènes de prévoyance sont créées, leur principale fonction étant de lutter contre l’endettement par des prêts de semences.

17Au cours de la seconde guerre mondiale, une sécheresse exceptionnelle justifie que les pouvoirs publics mettent l’accent sur le développement de l’agriculture traditionnelle. Mais cette politique va se mettre en place selon deux conceptions pratiquement opposées : d’une part, la politique « gradualiste » animée par les ingénieurs des services agricoles et, d’autre part, la politique du « Paysanat » (qui probablement pour se distinguer de l’Algérie, sera toujours écrit au Maroc avec un seul n).

18Les ingénieurs des services agricoles poursuivent, en la modernisant, l’action engagée avant la seconde guerre mondiale. Leur démarche « gradualiste » consiste à convaincre l’agriculteur marocain d’améliorer, de son plein gré, son niveau de technicité. L’accent est mis sur la préparation du sol, les engrais, les semences sélectionnées, ainsi que sur les coopératives de collecte.

19La politique du Paysanat, quant à elle, est issue des réflexions de Jacques Berque, alors contrôleur civil (1910-1995) et d’un ingénieur agronome, Julien Couleau (1906-1996). Berque prétendant que « la modernisation serait totale ou ne serait pas », les deux inspirateurs de cette politique estiment que la vulgarisation agricole a échoué. Dans ce but, ils créent des « îlots de prospérité » où une injection massive de capitaux apporte à la fois une école, une infirmerie, un habitat très moderne et une très haute densité de matériel. En effet, partant du constat qu’au Maroc la récolte dépend largement de la précocité des semailles, Berque et Couleau veulent placer le tracteur à chenilles au cœur du secteur de modernisation du Paysanat.

20Mise en œuvre à partir de 1944 et appliquée jusqu’à l’indépendance, cette entreprise de réforme à laquelle les ingénieurs des services agricoles n’ont jamais participé a fait l’objet de deux séries de critiques : d’une part, les services agricoles soulignent le caractère artificiel de ces « enclaves de prospérité » et doutent de leur capacité à déclencher une dynamique d’entraînement de la société rurale ; d’autre part, René Dumont estime que la mécanisation complète des travaux de récolte est une erreur, les agriculteurs étant eux-mêmes capables d’assurer cette récolte (Dumont, 1954).

21En somme, en Algérie comme au Maroc, des actions très diverses ont été menées par des agronomes pour moderniser l’agriculture traditionnelle qui représentait près de 80 % de la surface agricole algérienne. Mais l’action la plus originale a été celle des ingénieurs forestiers.

Le rôle spécifique des ingénieurs forestiers

22On distinguera les actions de terrain des actions juridiques avant de présenter le programme Défense et restauration des sols (DRS) et son dérivé, la Rénovation rurale. Auparavant, il est nécessaire de rappeler brièvement l’histoire de la création des services forestiers dans les trois pays du Maghreb central.

23En Algérie, le service forestier est créé dès 1838 et, en 1847, est mis en place un corps de garde-forestiers algérien. En 1886, ce corps comprend un effectif de 80 officiers secondés par 410 personnes dont 240 gardes algériens. En Tunisie, un service forestier se développe à partir de 1885 et compte, dès cette date, 7 officiers secondés par 120 personnes parmi lesquels 60 auxiliaires tunisiens. Au Maroc, c’est en 1914 que le service voit le jour avec seulement 2 officiers secondés par une vingtaine de personnes. La croissance de ses effectifs est rapide puisqu’en 1922, il comprend 18 officiers et 350 personnes dont 210 Marocains.

24L’installation de ces ingénieurs sur le terrain a été facilitée par la construction de nombreuses maisons forestières. Leur action, dans chacun des trois pays, porte d’abord sur la mise en valeur des forêts de chênes-lièges, en particulier celle de Kroumirie en Tunisie. Une autre action consiste, aussi bien en Tunisie qu’au Maroc, dans la fixation des dunes des oasis. En Algérie, la politique forestière se modifie peu jusqu’en 1939, passant par des phases successives d’indépendance et de soumission au pouvoir militaire. Ces actions sont complétées par des reboisements et, plus particulièrement en Algérie, par l’ouverture de routes et de chemins, ainsi que par le creusement de tranchées pare-feu. Au Maroc et en Tunisie, lors des aménagements pastoraux, les forestiers se préoccupent des besoins des populations et de leurs usages, introduisant la notion d’« aménagement intégré ». Ils gèrent également les nappes d’alfa, au Maroc et en Algérie.

  • 7 La dégradation du massif forestier tunisien ne date pas de la seconde guerre mondiale, mais celle- (...)

25La seconde guerre mondiale représente un tournant dans cette politique forestière. En Tunisie, dès 1945, l’état de dégradation des massifs exige la reconstitution d’un capital forestier productif ainsi que d’un couvert assurant une protection contre l’érosion7. C’est pourquoi le service forestier se développe et compte, en 1952, un effectif de 10 ingénieurs et de 200 personnes.

26La forêt algérienne représente 3 290 000 ha en 1945 dont 2 384 000 ha de forêt domaniale et 710 000 ha de maquis. Au Maroc, la forêt peut être évaluée à 4 millions d’hectares dont 2 500 000 susceptibles d’une exploitation économique.

  • 8 La délimitation des différents massifs boisés en fonction de leur usage a constitué une grande par (...)

27Les forestiers ont toujours appuyé leur action sur des bases juridiques précises, matérialisées en France par le Code forestier établi en 1827. Une partie du travail de ces ingénieurs d’État a donc consisté à adapter ce code à la spécificité des pays du Maghreb. À partir de 1875, une mission est chargée de délimiter le domaine forestier. Mais il faut attendre 1903 pour que l’Algérie soit dotée d’une loi forestière adaptée à ses spécificités. Cette adaptation se heurtait aux colons partisans de la politique dite d’assimilation, c’est-à-dire à ceux qui étaient opposés à toute mesure pouvant marquer une spécificité de l’Algérie par rapport à la France. En Tunisie où les forêts étaient la propriété du Bey jusqu’à la mise en place du protectorat. Le service entreprend, après 1903, une délimitation des massifs boisés, ce qui contribue à établir le décret de 1915, lui-même ayant servi de base au code forestier tunisien8. Au Maroc, la législation forestière tient compte des deux législations précédentes. Constituée de plusieurs dispositions prises entre 1916 et 1921, elle pose le principe de l’appartenance à l’État marocain de la quasi-totalité des terrains forestiers.

28Les principales actions de lutte contre l’érosion ont été matérialisées par le programme Défense et restauration des sols (DRS). Le concept de DRS a été développé, pour la première fois en 1939, par les forestiers, à la suite du passage en Algérie de Lowdermilk : les préoccupations de cet expert américain de la conservation des sols se concrétisent pendant la guerre, lorsqu’en 1941, un service spécialisé est créé en Algérie. Cette technique consiste à établir des gradins ou « banquettes » suivant les courbes de niveau. Elle s’accompagne d’un travail en profondeur du sol, suivi de reboisement ou de mise en valeur agricole ou pastorale. De 1945 à 1962, la DRS, financée très largement voire complètement par l’État, traite, en Algérie, plus de 350 000 ha. En Tunisie, la lutte contre l’érosion est engagée par la création de barrages pour la régulation de l’écoulement des eaux et l’irrigation. Afin d’éviter l’envasement du barrage sur l’oued Mellègue, un programme de DRS, inspiré de l’expérience algérienne, est mis en œuvre puis étendu à d’autres secteurs. Au Maroc, les travaux de DRS commencent également après la seconde guerre mondiale.

29Outre l’ingénieur Saccardy, l’un des inspirateurs de la DRS est l’ingénieur Alexis Monjauze (1906-2001), diplômé de l’Institut national agronomique, puis de l’École des eaux et forêts de Nancy (1928). Présent en Algérie dès 1929, il y accomplit la plus grande partie de sa carrière (entre 1929 et 1970). Affecté à Djelfa dans l’Atlas saharien, puis à Blida, il accumule rapidement une expérience des régions prédésertiques. C’est en grande partie sur la base de ses expériences réussies que se fonde le concept de la DRS. Responsable en 1946 de la DRS dans le département d’Oran, il rejoint ensuite la direction centrale du service des forêts dont il devient le directeur en 1960. De 1963 à 1968, il est conseiller technique du premier directeur algérien du service ; puis, jusqu’à son départ d’Algérie, il est chargé pour la FAO d’un programme multilatéral de développement rural.

  • 9 Pour de plus amples détails sur la Rénovation rurale, on se reportera à l’ouvrage de Tidafi (1969)

30Tout en étant à l’origine du programme, Monjauze s’est attaché à en montrer les limites. En effet, si la DRS a incontestablement contribué à lutter contre l’érosion, il n’a pas toujours été possible, d’une part, de respecter les limites de la propriété privée puisque les banquettes doivent suivre les courbes de niveau (d’où la crainte chez les agriculteurs de se trouver expropriés) ; d’autre part, ces banquettes constituent des obstacles pour les déplacements et les passages des animaux. Il en a résulté un manque de motivation des agriculteurs concernés. Pour répondre à ces critiques a été conçue une démarche de développement global, la rénovation rurale. Ce nouveau projet consistait à réduire les perturbations apportées en choisissant des banquettes de dimensions nettement plus importantes que celles adoptées pour la DRS9.

31En 1960, trois zones ont été choisies : celle de Zériba, dans le département de Tizi-Ouzou, celle d’Ouled Zid dans le bassin versant du barrage de l’Oued Fodda et celle de Sebdou dans le département de Tilimsen. Ces travaux ont été poursuivis après l’indépendance et, en 1965, les superficies traitées représentaient 12 500 ha. La Rénovation rurale constitue incontestablement, au Maghreb, la démarche la plus accomplie de mise en valeur globale de l’agriculture traditionnelle. Toutefois, c’est plus particulièrement dans le secteur de l’hydraulique agricole et de l’équipement rural que les contraintes climatiques poussent les ingénieurs à intervenir.

L’action des ingénieurs dans l’hydraulique et l’équipement rural

32Au lendemain de la seconde guerre mondiale l’ancien service de l’Hydraulique et des améliorations agricoles prend au Maroc le nom de Mise en valeur et du Génie rural, ce qui traduit en 1945 la volonté des autorités coloniales de promouvoir des actions autres que purement hydrauliques. Dans les aménagements hydrauliques, le Maroc occupe une place particulière. Par sa façade atlantique à l’ouest, il est ouvert aux vents humides qui arrosent le Moyen et le Haut Atlas culminant à 4 000 m. Le pays dispose ainsi d’un véritable château d’eau. Dès 1916, les autorités coloniales avaient fait appel à un ingénieur des Améliorations agricoles, première appellation des ingénieurs du Génie rural. À partir de 1920, on demande à l’École du génie rural de fournir un ou deux hydrauliciens par an qui, sur le terrain, devaient suivre des opérations d’hydraulique pastorale et rurale et d’hydraulique agricole dans les exploitations européennes.

33En 1954, le service compte 23 ingénieurs du Génie rural et 41 ingénieurs des travaux ou adjoints techniques. De 1950 à 1956, 7 barrages sont implantés, les ouvrages de génie civil étant réalisés par le service des Travaux publics et le service du Génie rural assurant la distribution de l’eau jusqu’à l’intérieur de l’exploitation. À ce titre, le service a assuré un appui technique aux Secteurs de modernisation du paysanat (SMP) dans les grands périmètres. Préalablement à la construction des réseaux de canaux d’irrigation, le même service remembre les parcelles et diffuse les techniques d’aménagement des sols en vue de l’irrigation gravitaire. En 1960, les cultures irriguées représentaient plus de 700 000 ha dont 140 000 ha dans les grands périmètres et 275 000 ha en irrigation traditionnelle pérenne.

34En Tunisie, un service du Génie rural est créé en 1947. L’accent a d’abord été mis sur la mise en valeur par l’irrigation pérenne. L’équipement hydro-agricole de la basse vallée de la Medjerda est ensuite entrepris et 4 000 ha sont effectivement irrigués en 1953.

35En revanche, il est paradoxal que les ingénieurs du Génie rural n’aient été affectés qu’en 1952 en Algérie. En fait, ce rôle avait été assuré par le service de la Colonisation et de l’Hydraulique réorganisé en 1942, qui prenait lui-même la suite d’un service des irrigations. Ce service était animé par des ingénieurs du corps des Ponts et Chaussées, parmi lesquels Georges Drouhin en a assuré la direction jusqu’en 1960. Ayant une vision très large des problèmes hydrauliques en Algérie, Drouhin avait mis en œuvre un vaste programme de construction de barrages et développé des périmètres irrigués, en particulier en Oranie et dans la vallée du Chéliff. Au sein de cette administration, un service des Études scientifiques (SES) apportait le soutien de ses nombreux spécialistes. Mais il s’avère que la mise en valeur agricole à l’intérieur des périmètres n’a pas suivi la réalisation des ouvrages. C’est pour faire face à ces critiques et aussi, semble-t-il, à une diminution des affectations des ingénieurs des Ponts et Chaussées, que Drouhin fait appel aux ingénieurs du Génie rural.

36En matière d’équipements ruraux les ingénieurs du Génie rural se sont attachés, au Maroc, à mettre en place des équipements améliorant le conditionnement des récoltes. C’est ainsi que le service y développe une capacité de stockage des céréales de 14 millions de quintaux en 1960, un entreposage frigorifique rationnel, 12 abattoirs. Il apporte aussi un appui à la modernisation des moulins coopératifs oléicoles et des coopératives de fruits et légumes. En Tunisie, ils développent le machinisme agricole et, comme au Maroc, contribuent à la réalisation de centres, généralement coopératifs, de conditionnement des récoltes : silos à céréales, caves de vinification, moulins oléicoles, installations frigorifiques, laiteries et abattoirs.

37En Algérie, tant la brièveté de la durée de leur intervention que l’importance de l’hydraulique agricole n’a pas permis aux ingénieurs du Génie rural d’avoir une action aussi significative dans le domaine du conditionnement des récoltes. Il convient toutefois de signaler leur action en matière de desserte en eau potable et d’assainissement des agglomérations de toutes tailles.

Conclusion : les ingénieurs dans la décolonisation

38Le secteur de la formation est concerné au premier chef par la décolonisation. Dans le courant des années 1950 et dès la promotion 1953, nombre de Marocains et de Tunisiens entrent à l’Institut d’agronomie de Paris. L’École supérieure d’application d’agriculture tropicale (ESSAT) devient, en 1963, le Centre national d’études agronomiques tropicales (CNEAT) puis en 1981, année où il est transféré à Montpellier, le Centre national d’études agronomiques des régions chaudes (CNEARC).

39C’est au Maroc qu’a commencé la formation de cadres maghrébins. En effet, dès 1919, un Marocain entre à Montpellier et en 1935, un deuxième à l’Institut agricole d’Algérie. Par ailleurs, à partir de 1953, des Marocains sont admis à l’ENSSAA, en vue de devenir des ingénieurs des services agricoles. C’est probablement cette entrée relativement précoce des Marocains dans les écoles françaises qui explique que le Maroc a vu si tardivement se créer une école supérieure d’agriculture. Ce n’est en effet qu’après l’indépendance en 1964 que l’École de Meknès forme, en quatre ans (à partir de 1964) puis en 6 ans (à partir de 1986), de véritables ingénieurs agronomes polyvalents concurrençant ainsi l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II.

40En Tunisie, l’ECAT s’appelle désormais l’Institut national agronomique de Tunis, établissement où de nombreux coopérants français ont enseigné plusieurs années après l’indépendance. En Algérie, l’Institut agricole, dont les effectifs avaient été réduits à 3 élèves en 1962, accueille dès 1966, 48 élèves.

41L’un des principaux soucis de l’administration française est de former des ingénieurs maghrébins. De 1956 à 1967, ce sont 45 élèves qui entrent à l’École des eaux et forêts pour un cycle de deux années d’études. Parmi eux, on compte 21 Marocains, 18 Tunisiens et 6 Algériens. Pour la même période, ce sont 33 élèves qui entrent à l’École du génie rural dont 16 Marocains, 9 Tunisiens et 8 Algériens. Pour l’ensemble de ces formations, il y a donc eu 37 Marocains, 27 Tunisiens et 14 Algériens. On relève la prédominance des forestiers, ainsi que celle des Marocains ; les ingénieurs algériens ne sont rentrés en nombre significatif qu’après l’indépendance puisqu’on n’en compte que 2 entre 1956 et 1962.

42Sur le terrain, les ingénieurs français mettent l’accent sur la formation de techniciens maghrébins. En matière forestière, outre les actions de rénovation rurale déjà citées, signalons la participation d’ingénieurs français à la refonte du code forestier tunisien. Jusqu’en 1961, des ingénieurs français occupent en Tunisie des fonctions de conseillers techniques. En Algérie, dans le Génie rural, des ingénieurs français ont été en activité jusqu’en 1970.

Bibliographie

Bibliographie

Association des ingénieurs du génie rural des eaux et des forêts, Des officiers royaux aux ingénieurs d’État dans la France rurale (1219-1965). Histoire des corps des Eaux et forêts, Haras, Génie rural, Services agricoles, TEC et DOC, Paris, 2001.

Association des ingénieurs du génie rural des eaux et des forêts, Bulletin, notice biographique d’Alexis Monjauze, par Jean Paul Lanly, Paris, 2001.

AVIRON-VOLET Jacques, Souvenirs d’un ingénieur du Génie rural en Algérie, 1996.

COTHENET Jean, Correspondance épistolaire avec l’auteur datée du 4 février 2002.

DUMONT René, Économie agricole dans le monde, Paris, Dalloz, 1954.

Terres vivantes. Voyages d’un agronome autour du monde, Paris, Plon, 1976.

La croissance de la famine. Une agriculture repensée, Paris, Le Seuil, collection Points Politique, 1980.

Institut d’étude du développement africain, Développement africain, Alexis Monjauze, Rénovation rurale en Afrique du Nord, 1961.

KLEICHE Mina, « Des agronomes pour l’Empire ou l’École nationale supérieure d’agriculture coloniale, 1902-1939 », in Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture, Actes du colloque ENESAD, 19-21 janvier 1999, non publiés.

MONJAUZE Alexis, Exposé de doctrine sur la rénovation rurale en Algérie, notes internes, 3 décembre 1959.

SESMAISONS Donatien de, Correspondance avec l’auteur datée du 8 février 2002.

SIMON Bernard, « Brèves rétrospectives de l’enseignement agricole colonial en France, des origines aux indépendances », in Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture, Actes du colloque ENESAD, 19-21 janvier 1999, non publiés.

TIDAFI Tami, L’agriculture algérienne et ses perspectives de développement, Paris, Maspéro, 1969.

Notes

1 Ce travail s’appuie sur les résultats d’une étude publiée par l’Association des ingénieurs du génie rural et des forêts (2001). Cette source a été complétée par plusieurs témoignages : ceux de Donatien de Sesmaisons et de Pierre Rimkine pour les Eaux et forêts ; de Jacques Aviron-Violet, Jean Cothenet, Jean Louis Inial pour le Génie rural ou encore mon propre témoignage, en qualité d’agronome présent en Algérie d’avril 1962 à juillet 1964. Concernant la question plus spécifique des formations, les actes du colloque consacré aux Enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture 1760-1945, tenu à Dijon du 19 au 21 janvier 1999, plus particulièrement les exposés de Mina Kleiche et de Bernard Simon constituent les principales références de cette étude.

2 Ces trois dernières cultures sont également introduites par leurs homologues au Maroc.

3 C’est également sous leur impulsion que la culture du riz est introduite au Maroc.

4 À partir de la fin du XIXe siècle, le territoire algérien a été divisé en trois types de municipalités : les communes de plein exercice régies par la loi de la France métropolitaine ; les « communes indigènes » qui conservent leurs coutumes sous le contrôle d’un administrateur ou d’un officier ; les « communes mixtes » placées sous l’autorité d’un administrateur, mais ou quelques indigènes étaient associés à la gestion de la municipalité.

5 Face à l’extension de la guerre, dans le but de renforcer l’intégration de l’Algérie à la France, le gouvernement Guy Mollet qui analyse le conflit comme relevant de la « lutte des classes » souhaite, avec la réforme agraire de 1956, favoriser les petits agriculteurs algériens au détriment des colons.

6 La réforme agraire de 1956 en Algérie se serait traduit par l’installation de 2 000 « agriculteurs indigènes » sur une surface de 25 000 ha. Cette politique est mise en œuvre, la plupart du temps, par la Caisse d’accession à la propriété et à l’exploitation rurale (CAPER) qui distribue des lots de colonisation.

7 La dégradation du massif forestier tunisien ne date pas de la seconde guerre mondiale, mais celle-ci y a largement contribuée. Elle a eu pour effet d’entraîner un déboisement accru en raison de la pénurie de combustible consécutive à la rupture des relations avec la métropole.

8 La délimitation des différents massifs boisés en fonction de leur usage a constitué une grande partie de l’action du service forestier tunisien.

9 Pour de plus amples détails sur la Rénovation rurale, on se reportera à l’ouvrage de Tidafi (1969).

Auteur

Historien et ingénieur agronome à la retraite

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable