Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

I. La naissance d’une figure technique moderne au Maghreb : de l’ingénieur réformateur à l’ingénieur colonial

L’association des ingénieurs civils outre-mer au miroir de la mise en valeur du Maghreb

Hélène Vacher

Texte intégral

1La fin du XIXe siècle voit la mise en place en France d’une nouvelle administration coloniale avec la création d’un ministère des Colonies en 1894 et, dans ce sillage, l’apparition de la Société française des ingénieurs coloniaux (SFIC). « L’ingénieur aux colonies » émerge comme un acteur équivoque, à la fois produit du monde industriel qui connaît un nouvel élan au mitan des années 1890 et pionnier d’une colonisation « modernisatrice » mais marginalement industrialisante. Dans cette perspective, la figure de « l’ingénieur colonial » est d’autant plus remarquable qu’elle renvoie à une forme de spécialisation qui ne ressort pas directement de l’ordre de la technique industrielle. L’article propose d’observer le groupement constitué par la SFIC au cours des années 1895-1914 comme un jalon de l’expansion française outre-mer, en interrogeant en particulier son implantation au Maghreb avant la première guerre mondiale.

Filiations et émergence d’un champ professionnel

  • 1 Voir aussi Petitjean & al. (1992)
  • 2 Parmi les nombreux travaux sur la discipline géographique, voir notamment Soubeyran (1994 : 193-21 (...)

2Les transferts, la diffusion et la réception des idées scientifiques et techniques dans les territoires coloniaux font l’objet de nombreux travaux depuis les années 1980 qui, généralement, considèrent des phénomènes de dimension macro-économique. Les contours d’un complexe de techniques et de sciences spécialisées marquent un domaine contrasté (Pyenson, 1990). Un « impérialisme constructif » s’affirme conjointement à la montée d’une conception entrepreneuriale de la science favorisant les stratégies de recherches appliquées (Kumar, 1987)1. Il en est ainsi de la promotion d’une « géographie appliquée » et de spécialisations comme la médecine, la botanique ou l’agronomie tropicales qui constitueraient une série d’avatars nés d’un mouvement réflexif occidental sur l’expansion coloniale (Berdoulay, 1981)2. Dans cette perspective, les colonies peuvent être conçues comme des laboratoires de la modernité. En France, un courant politique philotechnique aurait trouvé dans ces territoires un terrain d’expérimentation et un appui à des projets de réformes dont la métropole était l’horizon (Rabinow, 1989). Cette « fonction » des colonies revenait souvent sous la plume des contemporains de l’expansion qui voulaient promouvoir la dimension pilote d’un certain dirigisme gestionnaire colonial, au cours des années 1920-1930. Une telle conception n’est d’ailleurs pas sans rappeler des idées du courant saint-simonien, lorsque « l’organisation de la société industrielle » rencontra la question de la colonisation dans les années 1830-1840 et on peut ici rappeler les conceptions du polytechnicien Prosper Enfantin (1796-1864) qui participa aux travaux de la commission scientifique de l’Algérie de 1839-1841 :

« Si donc nous devons un jour commencer l’organisation industrielle en France, et cela est inévitable, l’Algérie, je le dis encore, est un excellent lieu d’essai ; cet essai nous évitera de faire, plus tard, des écoles qu’il faut toujours prévoir et qui seraient très dangereuses en France, mais sans inconvénients graves en Algérie » (Enfantin, 1843).

  • 3 Voir Morsy (1990). Sur l’approche contrastée des ingénieurs du génie : Malverti (1997).
  • 4 Entre 1825 et 1835 selon Walsh (1989 : 286).

3En traçant les contours d’une colonisation « associative », posant le principe d’un équilibre entre la « modernité » portée par l’Occident et la « tradition » représentée par l’Orient, P. Enfantin plaidait pour une nécessaire adaptation aux réalités sociales et techniques locales auprès de corps militaires et civils ne faisant « qu’importer (dans les colonies) la France, purement et simplement » (Enfantin, 1843 : 257)3. Que ces projets « coloniaux » aient tenté de pallier l’essoufflement d’un mouvement à l’origine « dynamique et influent »4 et qu’ils aient pour la plupart fait long feu, pour autant leur esprit ne sera pas oublié au sein du corps des officiers et des ingénieurs des grandes écoles. De même, le courant qui a mis en place une succession de programmes de génie « civil et social » à l’échelle des Indes britanniques, peut aussi se lire comme l’esquisse d’un projet d’État savant (Cain & Hopkins : 1993).

  • 5 Pour la période protocoloniale, Adas (1996) questionne la suprématie relative de la technologie oc (...)

4L’aspect « expérimental » n’exclut pas toutefois les stratégies plus immédiates et fonctionnelles portées par les savoirs et les techniques dans l’expansion territoriale5. Les innovations en mécanisation des transports, en particulier, ont favorisé l’emprise rapide sur des régions lointaines, tandis que dans les milieux libre-échangistes en Angleterre on s’opposait encore, dans les années 1870, à la colonisation (Headrick, 1988 : 146). Certaines dynamiques « socio-techniques » ont été partie prenante de desseins impériaux. Dans les cas britanniques et hollandais, on retient les penchants expansionnistes de certains armateurs ayant investi précocement dans le passage à la vapeur (Jackson & Williams, 1996).

  • 6 Sur les reconfigurations de territoire voir Côte (1988) et Wilburn (1991). Sur les options postcol (...)

5Des études s’intéressent également aux systèmes techniques qui ont ordonné la reconfiguration des territoires sous domination coloniale, de même qu’à leurs effets à long terme, en soulevant la prégnance d’une culture technique qui aura choisi les grands appareillages pour le développement économique des « jeunes nations » indépendantes, tout autant que pour celui des anciennes métropoles6.

  • 7 Sur le rôle des ingénieurs dans l’évolution de la gestion des territoires coloniaux, cf. Van Doorn (...)
  • 8 Pour exemple, l’évolution de l’École du Bardo créée en 1840 : Bensalem (1990 : 81-93). Voir aussi (...)

6Les relations entre le déploiement de systèmes techniques dans les colonies et le mouvement de professionnalisation des ingénieurs ouvrent des champs complémentaires de recherche (Longuenesse, 1990)7. Dans le cas du dominion australien, c’est la culture technique qui a été envisagée pour caractériser l’ingénieur colonial et son « culte de l’esprit pratique » : une culture à la fois « hybride et ambivalente », façonnée par les contraintes locales et puisant à plusieurs systèmes de normes professionnelles (Macloed, 1995). Dans un contexte différent, on a repéré des milieux d’ingénieurs français en Tunisie, en Égypte et dans l’Empire ottoman et des initiatives pour créer des centres de formation technique avant l’établissement d’une tutelle coloniale proprement dite. Dans le cas du Maghreb, cette période a été problématisée par deux lignes de force, « la résistance primaire » d’États à la recherche de « réformes modernisatrices » et la « pression coloniale » (Laroui, 1970 : 275-303). Ces tentatives d’ouvrir la voie à une « industrialisation cumulative » (Batou, 1991 : XXI), généralement réduite à des projets de type militaire, ne feraient que souligner leur étouffement ultérieur sous la domination multiforme de la colonisation8.

  • 9 Voir Lagana Marc (1990) ; Andrew & Kanya-Forstner (1976 : 981-1000).

7En France, dans les années 1890, un foisonnement d’initiatives dans l’orbite du « parti colonial »9 cherche à donner corps aux acteurs dont les compétences techniques sont mobilisées par des sociétés minières et industrielles, soucieuses d’efficacité et de rentabilité dans l’exploitation des gisements et dans la pose d’équipements. On débat alors de l’adaptation des savoirs, des savoir-faire et des productions techniques aux contraintes spécifiques de « l’environnement » ou du « milieu » (Vacher, 1999 : 47-65). Camille Guy, chef du Service géographique et secrétaire du Conseil supérieur des colonies, trace le cadre d’intervention des ingénieurs de la SFIC :

  • 10 BSFCI, n° 1, 1896, p. 30.

« Vous êtes, Messieurs les ingénieurs coloniaux, les véritables conquérants des colonies (…). Il ne suffit pas de conquérir les territoires, il faut surtout les exploiter et le gouvernement actuel pense que la conquête par les armes est à peu près terminée et que la conquête par la science doit commencer »10.

  • 11 Statuts, Paris, Chaix, 1895, p. 14.
  • 12 BSFIC, n° 13, 1898, p. 10.
  • 13 Voir Lemoigne (1984 : 327-335). Sur le détail de cet argumentaire cf. Vacher (1999 : 62-64).

8L’allégeance de l’ingénieur à « l’œuvre d’expansion » semble constituer le ciment du groupement. Toutefois, la SFIC n’entend pas être réduite à une société de placement ou de défense des intérêts français. Elle se veut aussi un centre d’élaboration et de formations techniques, les statuts de l’association évoquant même le projet de création d’une école d’ingénieurs coloniaux11. Tandis que l’argumentaire professionnel de l’ingénieur civil s’étoffe en métropole en ajoutant au savoir scientifique et technique l’expertise du gestionnaire qui participe à l’effort d’intensification de la productivité, à la maîtrise des coûts et à la médiation des conflits du travail et du capital (Grelon, 1984) celui de l’ingénieur colonial s’oriente vers l’aptitude à maîtriser des « procédés de travail spécifiques », liés à « un champ spécial qui exige la double compétence technique et coloniale »12. Au regard de son homologue exerçant en métropole, l’ingénieur colonial apparaît décentré par rapport au processus plus intense de la rationalisation, aussi fait-il volontiers appel à la tradition de l’ingénieur, inventeur et entrepreneur, nimbée d’une autonomie idéale. Les promoteurs des filières coloniales invoquent fréquemment cette « nostalgie de l’ingénieur » pour susciter des vocations13.

9Mais les configurations et les significations des carrières outre-mer relèvent de stratégies professionnelles différentes selon les groupes considérés. Pour exemple, l’étude d’un échantillon de géomètres au Maroc, au début du XXe siècle, indique comment leur exercice, en particulier pour les opérations de topométrie urbaine, a été capitalisé par l’aile modernisatrice de la « corporation », cherchant à se faire reconnaître dans le monde des professions scientifiques et techniques (Vacher, 2001b). Les grandes campagnes de relevés et d’établissements cadastraux lancées par les autorités du protectorat français, devant être menées rapidement et au moindre coût, ont mobilisé un important contingent de compétences diverses. Si ces activités furent généralement dirigées par des ingénieurs-topographes militaires, elles ont néanmoins formé un grand nombre de géomètres, notamment aux techniques de la photographie aérienne. Des techniques juridiques aussi, souvent « importées » d’Allemagne comme la redistribution parcellaire par des syndicats de propriétaires, se sont ensuite diffusées en France, portées par des géomètres revendiquant le statut d’ingénieur.

Le « génie colonial » : un nouveau champ technique ?

10L’organisation d’une filière coloniale pour les ingénieurs participe de plusieurs dynamiques qui traversent la SFIC. On notera, ici, une logique d’ordre politique et institutionnel, les stratégies d’exportation de l’industrie des travaux publics, enfin un processus de spécialisation à la fois technique et professionnelle. Ce dernier aspect permet de cerner un dispositif de professionnalisation de l’ingénieur civil à partir de la délimitation d’une aire d’activités (Tuner & Hodge, 1970 : 19-50).

  • 14 Cela permit d’unifier un milieu hétérogène qui subit une importante déperdition « par le haut ». U (...)
  • 15 Comité de l'Afrique française (1890), Comité de Madagascar (1895), Comité de l'Asie française (190 (...)

11La première dynamique est nettement impulsée par le discours de la « mise en valeur », fondant la légitimation de la colonisation sur la notion de progrès scientifique et technique pour appuyer une politique publique de gestion des territoires que nous avons déjà mentionnée14. Le « parti colonial » qui désigne les groupes de parlementaires, constitués respectivement à la Chambre des députés en 1892 et au Sénat en 1898, de même que de nombreux comités, peut se caractériser comme un lobby propageant les intérêts économiques et politiques de l’expansion française et jetant des passerelles entre les milieux d’affaires et les institutions15. Il anime l’Union coloniale française (UCF), formée en 1893, qui se définit tout d’abord comme un « humble satellite de la chambre de commerce de Paris » (Abrams & Miller, 1976 : 685-725). La SFIC, dont les bureaux sont à l’origine situés à la bourse du commerce, peut-elle être, à son tour, considérée comme un satellite de l’UCF ? On retiendra aussi que la Société africaine de France, la Société de géographie commerciale, encore une émanation du parti colonial, et l’Union coloniale elle-même ont été présentes au baptême de la SFIC.

  • 16 « Exutoire protégé pour des marchandises de la métropole, l’empire était aussi un terrain attracti (...)

12Une deuxième dimension tient à ce qui a été décrit comme la « vocation exportatrice » du génie civil français (Barjot, 1998). Les intérêts des secteurs des travaux publics et des transports étaient d’ailleurs amplement représentés dans l’UCF et les doubles affiliations des entrepreneurs de travaux publics à cette union et à la SFIC étaient fréquentes. Certains secteurs industriels, à la recherche de débouchés pour compenser le fléchissement de l’industrie ferroviaire métropolitaine, ont opté pour le pacte colonial conclu à l’ombre des lois douanières de 189216. Selon cette perspective, une radiographie de la SFIC permettrait sans doute de cerner des stratégies industrielles. Il conviendrait également d’apprécier le rôle d’auxiliaire ou d’intermédiaire qu’ont pu jouer les ingénieurs pour appuyer ce mouvement de diffusion industrielle. La SFIC peut enfin être envisagée dans la perspective d’une tendance à la diversification du génie civil que l’on peut repérer dans plusieurs initiatives de promotion de spécialisations, telles celles du « génie urbain », tous domaines spécialisés étroitement liés à la recherche de clientèles, de débouchés professionnels et de marchés potentiels, de même qu’à des innovations techniques, comme le métropolitain ou le tout-à-l’égout.

  • 17 L'Inspection générale des travaux publics aux colonies fut créée par les décrets des 17 et 23 août (...)
  • 18 Le projet de formation d’un corps fut formulé en 1891, cf. BSFIC, n° 14, 1899, p. 37. Notons le dé (...)
  • 19 Le Génie colonial, Annales du génie civil des colonies indique, dans son premier numéro en 1896, le (...)

13Un dispositif administratif et technique se développe rapidement au cours des années 1890 pour relayer le génie maritime et militaire qui avaient, pour l’essentiel, commandé à la construction des infrastructures aux colonies. Un organe conseil, le Comité des travaux publics aux colonies (CTPC), est ainsi créé en 1890 pour évaluer l’adaptabilité des constructions et des matériaux proposés pour l’outre-mer. Une inspection des travaux publics aux colonies est également établie en 189417. Puis, émerge un corps spécialisé, celui des ingénieurs des Travaux publics des colonies, placé sous la tutelle de la nouvelle administration centrale18. Dans sa publication, Le Génie colonial, la Société amicale des ingénieurs et fonctionnaires du génie civil des colonies affirme sa conviction de « faire l’histoire » en « bâtissant la modernité planétaire »19.

  • 20 Ministère des Colonies, Organisation et fonctionnement de l ´ École coloniale, Paris, Imp. La Dépê (...)
  • 21 École coloniale, Organisation et fonctionnement, Paris, 1893, p. 7.

14En parallèle, on projette l’ouverture de filières d’enseignements spécialisées à vocation technique. Pierre Tirard, président du Conseil et ministre du Commerce et de l’Industrie, recommande en 1889 que les programmes de l’École coloniale incluent des « notions suffisantes » concernant les travaux publics, afin que soient évités « de coûteux et inutiles essais »20. Un cycle de dix leçons de « construction pratique » est mis en place par Abel Suais, ingénieur en chef des Travaux coloniaux et membre du premier Comité permanent et de l’inspection des Travaux publics aux colonies21. Quelques années plus tard, c’est un établissement privé, l’École spéciale des travaux publics (ESTP), qui organise une série de conférences sur le « rôle de l’ingénieur aux colonies » (Espitallier, 1904).

  • 22 AOM, 4TP/1, 2e session : séances du 11 mai 1891 et du 6 novembre 1890.
  • 23 AOM, 4TP/4, 1re session : 1re séance.

15Le CPTC, placé au cœur des mécanismes du transfert technologique, est une pièce maîtresse du « génie colonial » en constitution. Le comité systématise notamment les données scientifiques, techniques et statistiques et constitue une mémoire de l’expérience aux colonies. Il intervient fréquemment pour ouvrir à de nouveaux produits des débouchés outre-mer ; il soupèse alors les effets attendus des innovations en matériaux ou en machines et n’hésite pas à préconiser des modifications avant de donner son blanc-seing22. Restructuré en 1895, le CTPC voit ses fonctions renforcées23 ; cela lui donne des compétences de contrôle qu’il met à profit pour réprimander les services des colonies en raison de leurs pratiques « routinières », c’est-à-dire trop métropolitaines. Ce centre d’études techniques spécialisées n’a pas de lien officiel avec la SFIC, toutefois certains de ses ingénieurs, tel Ch. M. Boutteville (1856-1924), nommé inspecteur général des Travaux publics des Colonies en 1897, sont membres honoraires de la société qui produit également des mémoires d’ingénieurs.

  • 24 Cheysson Émile, Discours au Banquet du 10 décembre 1898, BSFIC, n° 13, 1898, p. 9.
  • 25 Discours du Président Gallois au Banquet du 14 décembre 1905, BSFIC, n° 39, 1906, p. 180.

16Selon ses promoteurs, le « génie colonial » désigne une capacité de mise en contexte du génie civil et devient un terme courant pour renvoyer à un système de savoir-faire adaptés aux conditions sociales et matérielles des territoires passés sous domination coloniale. Les dirigeants de la SFIC faisaient observer que le génie civil ne forme pas un « bloc intangible et transposable », mais un complexe technique soumis à différents ordres de contingences24. Cette approche « externaliste » avant la lettre soulignait les contraintes propres à l’aménagement colonial et la nécessaire adaptation des ouvrages d’art, des constructions et des machines au « milieu ». En 1906, le président de la SFIC, Charles Gallois, exhortait ses confrères à suivre cette démarche en les engageant à un effort de « codification » des techniques aux colonies pour le bénéfice des membres de l’association appelés à une fonction « d’ingénieur conseil des entreprises françaises hors de France »25.

Une organisation professionnelle vouée à l’expansion territoriale

17Nous pouvons approcher les membres de la SFIC comme partie prenante de la dynamique générale de la profession d’ingénieur en France. D’un autre côté, le rassemblement d’ingénieurs dans le projet formulé en 1894 peut être considéré comme une réponse à l’appel d’un segment des élites politiques et économiques engagées dans la politique coloniale de la IIIe République. La nouvelle association fut-elle portée par la volonté du « parti colonial » de s’adjoindre une aile technique qui appuierait le passage des conquêtes à la « mise en valeur » et la percée des milieux entrepreneuriaux sur le marché colonial ? Mais, ces « ingénieurs coloniaux », selon le nom de l’organisation qui les rassemblent, ont-ils été des « coloniaux » faisant souche dans les possessions françaises ou plutôt des « oiseaux de passage » essaimant le génie civil français outre-mer ?

Les ambitions de l’encadrement de la société

  • 26 Au sujet des conceptions d’Émile Cheysson sur la colonisation, cf. Vacher (2001 a : 65-70).
  • 27 BSFIC, n° 7, 1897, p. 4.
  • 28 BSFIC, n° 33, 1904, pp. 457-459 ; Archives ENPC, Fichier Richard, T. 6, CARAN, F. 14-2221.
  • 29 Archives ENPC, Fichier Richard, T. 3.
  • 30 Archives ENPC, Les chemins de fer aux États-Unis, Rapports et notes recueillies en voyage, Paris, (...)
  • 31 Académie des Sciences d’Outre-Mer, Hommes et destins. Dictionnaire biographique d’Outre-Mer, vol. (...)

18Tout d’abord, on ne peut manquer de remarquer le soutien ostensible qu’apporte la hiérarchie du corps des Ponts et Chaussées à la SFIC. Étant donné le clivage qui domine entre les ingénieurs civils et ceux du corps d’État, et il importe ici de rappeler l’exclusion statutaire des seconds par la Société des ingénieurs civils (SIC), les ingénieurs Ponts et Chaussées (IPC), porte-bannière de la SFIC, méritent attention. La présidence d’honneur est confiée à Edmond Duval, la présidence à Cirille Boutillier et une vice-présidence à Charles Roederer. Une autre figure de poids, Émile Cheysson, qu’on ne présentera pas ici26, est membre d’honneur ; il fait de fréquentes communications aux réunions de la société devant laquelle il se pose en « colonial platonique », même s’il a dirigé nombre d’ingénieurs dans des entreprises coloniales lorsqu’il était directeur du Creusot27. Les attaches qu’ont ces « grands ingénieurs » aux colonies sont généralement ténues ou du moins indirectes. Point de parcours outre-mer pour E. Duval (1824-1904) à la direction générale de la Compagnie Fives-Lille depuis la fin du Second Empire où « il vint à connaître un grand nombre d’ingénieurs coloniaux ». Ayant cessé ses fonctions d’ingénieur en 1884, il se consacra à la mise sur pied de syndicats corporatifs et présida notamment la Chambre syndicale des fabricants et constructeurs de matériel de chemin de fer de même que l’Union des industries métallurgiques et minières28. Il en est de même pour C. Boutillier, né en 1828, passé sous le Second Empire à la Société du crédit mobilier, professeur à l’École centrale de Paris, puis à l’École des ponts et chaussées29. Par contre, Charles Roederer, né en 1847, président de la SFIC en 1900, dispose d’un profil colonial plus marqué. Après un début de carrière dans les services de l’État, il passe à la Compagnie du Paris-Lyon-Méditerranée ; à la suite d’une mission d’étude sur les chemins de fer aux États-Unis, il est nommé en 1888 directeur de compagnie sur le réseau algérien, alors qu’on recherche pour les colonies des alternatives au modèle des voies françaises jugé trop onéreux. L’année de la création de la SFIC, il part diriger la Compagnie du chemin de fer de Beyrouth, après un court passage à la tête des chemins de fer de la Petite et de la Grande ceinture de Paris30. Mentionnons aussi un autre membre honoraire, bien qu’il ne soit pas dans la catégorie des IPC, le polytechnicien Ernest Roume (1858-1941), conseiller d’État et directeur des affaires politiques et commerciales au ministère des Colonies entre 1895 et 190231.

  • 32 Archives ENPC, Fichier Richard, T. 3.
  • 33 BSFIC, n° 7, 1897, p. 5.

19Ce petit nombre d’IPC apporte une marque d’excellence scientifique et technique à la SFIC. Ils sont aussi des intermédiaires importants pour la société avec le corps des travaux coloniaux en cours de formation que nous avons déjà présenté. Victor Fournié (décédé en 1901), qui présida le premier CTPC de 1890 et fut inspecteur général des Travaux publics des colonies, est introduit par Boutillier et Roederer à la SFIC en 1899. Charles-M. Boutteville (1856-1924), nommé inspecteur général des Travaux publics des colonies en 1897, membre de droit du CTPC, devient membre honoraire de la SFIC au sein de laquelle il fait de nombreuses interventions32. La mission de ces ingénieurs semble bien, pour reprendre les mots d’E. Cheysson, « d’encadrer l’exportation de génie civil » avec la volonté de répondre à la « surproduction d’ingénieurs »33.

  • 34 Mémoires et compte-rendu des travaux de la Société des ingénieurs civils de France, 1896, vol. 1, p (...)

20Quant aux ingénieurs civils qui représentent en vérité la masse des sociétaires, nous ne disposons pas ici d’éléments suffisamment fins pour éclairer l’ensemble de leurs carrières. Ils sont très fréquemment affiliés à la SIC dont le président, Léon Appert, déplore alors « l’opinion trop répandue selon laquelle le mouvement industriel est pour ainsi dire accompli »34. Une enquête plus importante permettrait peut-être d’approcher la SFIC comme une succursale à l’exportation de la maison fondée en 1848 par les centraliens. Aux comités des deux organisations, on remarque Charles Gallois, ancien président de la Société des chimistes et distilleries. Par ailleurs, F. Paponot, membre perpétuel de la SFIC, administrateur de la Société de Madagascar, ex-chef de service de la Compagnie de Suez, entrepreneur du canal d’eau douce du Caire, et Barthélemy Brunon, vice-président de la SFIC, ingénieur de l’École des arts et métiers d’Aix-en-Provence, devenu sénateur en 1888, sont également membre de la SIC.

  • 35 BSFIC, n° 34, 1904, p. 683.

21Les ingénieurs Joseph Courau et Philippe Rousseau se détachent sur le long terme comme « membres actifs » et « âme coloniale » de la société. Le premier, qui fut dans le comité pour la création de la SFIC en 1894, demeure vice-président jusque dans les années 1920. Cet ingénieur conseil de la société de Dyle et Bacalan et de plusieurs compagnies de chemin de fer en Amérique latine a parrainé de nombreux ingénieurs opérant outre-Atlantique. Le second préside la commission des renseignements dès le début et assure à plusieurs reprises les fonctions de trésorier ou de secrétaire général de la société dont il demeure un pilier jusque dans les années 1930. Ancien ingénieur à la Compagnie des mines aurifères d’Antoquia en Colombie, au chemin de fer de Carenera, à la Compagnie des eaux de Caracas, au wharf de Cotonou, parmi bien d’autres emplois, Philippe Rousseau est un spécialiste des études de chemins de fer de pénétration dont l’une, à la fin des années 1890, porte sur « l’ensemble d’un système de voie ferrée au Maroc »35. Très actif dans plusieurs cénacles pour faire valoir le rôle de l’ingénieur colonial, il a notamment œuvré pour rapprocher l’ESTP de la SFIC. Notons aussi, dans le comité de la SFIC, la présence d’un « aventurier de grande envergure », Léon Suberbie, fondateur cette même année 1895 de la Compagnie des mines d’or de Suberbieville, passée à la postérité comme cas exemplaire de « bluff colonial » et boursier (Marseille, 1984).

22Dans l’équipe d’encadrement des ingénieurs civils, qui se caractérise par une grande stabilité, les ingénieurs Ponts et Chaussées ne comptent que deux représentants dans le comité et aucun à la présidence ou à la vice-présidence de la société. Celle-ci rassemble, en 1914, 4 inspecteurs généraux, 10 ingénieurs en chef et 12 ingénieurs, soit 2 % des effectifs.

Les profils des sociétaires

  • 36 La Société des ingénieurs civils compte 2 591 membres à la fin de l’année 1895, cf. Mémoires et co (...)
  • 37 Nous utilisons ici le chiffre de 40 850 ingénieurs pour 1914. Une proportion actuellement non quan (...)
  • 38 Chiffres donnés par Meyer & al. (1991 : 646-647).
  • 39 Union coloniale française, Rapport de l’exercice 1893-1894, banquet colonial de 1894, Paris, Chall (...)

23À ses débuts, la SFIC représente 10 % des effectifs de son homologue métropolitain36 et nous pouvons estimer que les « vocations coloniales » qui se manifestent par une adhésion à la SFIC représentent environ 3 % de la population d’ingénieurs ayant reçu une formation dans les écoles supérieures37. Par ailleurs, les chiffres de la SFIC ne sont pas négligeables dans la sphère du parti colonial, notamment par rapport à l’UCF qui rassemble quelques 500 membres en 1895 et un gros millier en 189938. Ce groupement de « négociants » autour de personnalités de la finance et de l’industrie ne compte alors qu’une vingtaine d’ingénieurs, surtout parisiens et lyonnais, qui sont dénommés « ingénieurs coloniaux », ingénieurs-explorateurs ou encore constructeurs39. Jean-Marc Bel, présenté comme « ingénieur civil des mines », dirige un grand cabinet conseil parisien ; adhérent de la première heure à l’UCF, il devient vice-président de la SFIC avant 1914. Mais ce cas de double appartenance semble exceptionnel, bien que les deux associations aient des liens déclarés.

24Au regard de ces données, les forces mobilisées par la SFIC, dont le poids quantitatif semble a priori peu important, ont été en position de jouer un rôle tout à fait significatif tant vis-à-vis du milieu colonial que de la sphère « génie civil ».

25En 1896, la masse des nouveaux sociétaires habite en métropole, en très grande majorité Paris et sa région proche. La base parisienne (banlieue comprise) de la société rassemble en 1914 toujours près de la moitié des membres (45  %), dont beaucoup sont des ingénieurs en fin de carrière ou à la retraite. Pour les sociétaires hors de métropole en 1896, il ressort de la distinction des résidences dans les pays de « semi-périphérie » de celles dans les colonies françaises que la première catégorie est deux fois plus nombreuse que la seconde qui, pour moitié, est située en Afrique du Nord. Cette répartition ne change pas de façon significative pendant les premières années de fonctionnement de la société. Et ce n’est qu’à la fin de notre période que l’écart se réduit sensiblement entre la proportion des ingénieurs aux colonies et celle dans les pays de « semi-périphérie » qui représente environ le quart des membres. L’Amérique latine domine avec 10 % des effectifs globaux, devant l’Égypte, la Chine et la Turquie ottomane. Ces chiffres soulignent le caractère d’une société vouée avant tout à l’export.

26Les ingénieurs « coloniaux » parisiens ont souvent servi dans des campagnes de travaux publics dans la « semi-périphérie » (canal de Panama, de Corinthe, etc.) et dans les colonies. On constate que la stabilité des résidences coloniales est faible. Les parcours de carrières évoquent généralement des chapelets de missions, parfois dans une continuité de carrière au sein d’une même compagnie avec, en fin de boucle, le retour au siège de l’entreprise. Les « stations » en métropole dans l’attente d’un placement outre-mer, configuration dans laquelle la SFIC jouerait pleinement son rôle d’échangeur, sont difficilement décelables, même avec l’utilisation de données intermédiaires qui signalent les changements de résidences.

  • 40 BSFIC, n° 39, 1906, p. 179.

27En revanche, on remarque la fréquence des circulations transversales, entre les colonies et la semi-périphérie et vice versa. Sur l’ensemble de la période considérée, l’Europe du Sud, et plus particulièrement l’Espagne, dessine un seuil de départ vers des terres plus lointaines. On peut donc envisager une dynamique d’expansion qui associe étroitement le rayonnement des firmes françaises de génie civil à l’étranger et « l’outillage » colonial au sens strict. Ch. Gallois a d’ailleurs évoqué « l’expansion sans limites de la technique et de l’activité française en tout pays » en expliquant le choix sémantique des fondateurs de la SFIC pour le titre de leur organisation : ils ont suivi « l’acception moderne qui élargit le sens du mot colonial en lui faisant embrasser tout ce qu’atteignent l’effort et l’influence de la métropole hors des frontières »40.

28Dans le groupe des adhésions de l’année 1896, les ingénieurs se présentant comme ingénieurs civils sont au nombre de 34 dont 22 ne donnent pas plus de précisions quant à leurs spécialités. Pour les 137 autres, il est possible d’apprécier le secteur d’activité. Une trentaine d’ingénieurs, résidant presque tous en France, ont qualité d’industriels, d’entrepreneurs, de propriétaires d’usines, d’administrateurs directeurs ou de gérants. En leur associant quelques « négociants » et « exportateurs », ils constituent une catégorie qui a probablement considéré l’association comme un réseau de soutien à l’exportation pour des produits ou des procédés industriels adaptés aux colonies ou à « l’étranger ». Les colonnes du bulletin de la société font souvent mention de nouveautés et de leurs fabricants. Il s’agit, par exemple, de procédés techniques pour les chemins de fer sur route, les sondages ou les forages spéciaux, de l’emploi de l’air comprimé, ou encore de nouveaux instruments de mesure. Deux ingénieurs pionniers dans la fabrication des ciments et dans l’emploi du béton armé rejoignent ainsi la SFIC de façon durable : E. Candlot, directeur de la Compagnie parisienne des ciments Portland artificiels, et S. Boussiron, inventeur du système du même nom (1898) et actif sur les chantiers de Bizerte.

29Toutefois, ce sont les secteurs des travaux publics et des transports qui dominent les activités des sociétaires ; on y retrouve près de la moitié des ingénieurs, les chemins de fer venant largement en tête. Ce type de répartition par domaines d’industrie s’apparente à celui qu’a connu la SIC au début de son ancrage initial en métropole (Jacomy, 1984 : 211). Les entreprises, pour lesquelles travaillent les sociétaires, qui sont les plus citées, sont les Anciens Établissements Cail, Schneider & Cie, Couvreux et fils, Duparchy-Bartissol, et surtout la Compagnie Fives-Lille et la Société des Batignolles. Le secteur des mines se dégage en seconde position, suivi par ceux de la construction mécanique et de l’électricité qui sont d’un volume sensiblement égal à celui représenté par l’agriculture, l’industrie alimentaire (sucre et levure) et la chimie. Le domaine de la construction, comprenant fabricants de matériaux et constructeurs, vient en dernière position n’occupant au total qu’une dizaine d’ingénieurs.

30On note enfin la présence d’une poignée de hauts fonctionnaires et d’élus de même que celle de 6 sociétaires qui représentent l’enseignement scientifique et technique en France et à l’étranger, à savoir en Égypte, en Turquie et au Brésil. Par ailleurs, la Société des anciens élèves des Arts et Métiers et l’Association amicale des anciens élèves des Mines ont apporté leur soutien à la création de la SFIC.

31À la fin de notre période, on constate les mêmes traits majeurs de la répartition par secteurs d’activités que nous venons d’exposer. Les ingénieurs civils et ingénieurs des Mines qui se présentent comme tels constituent respectivement 10 % et 5,5 % des membres. Par contre, une catégorie, pratiquement inexistante en 1896, émerge à la veille de la guerre, celle des ingénieurs conseils avec plus de 5 % des sociétaires. Catégorie qui peut s’élargir aux 4 % des membres portant la mention d’administrateurs de société et aux 2 % ayant celle d’experts.

32Les secteurs des travaux publics (30 %) et des transports (18 %) se recouvrant en partie sont toujours en majorité ceux des activités des sociétaires et on remarque que les grands noms des travaux publics ont rejoint la SFIC : Chagnaud, Couvreux, Daydé, Rebuffel et les frères Hersent. Le secteur des mines vient aussi en second rang, représenté par 15 % des membres. Une évolution notable concerne le secteur de l’électricité qui emploie plus de 4 % des ingénieurs de la SFIC et qui devance celui de la construction mécanique (3 %) suivi par les activités agricoles et forestières (2 %). Enfin, l’enseignement technique occupe une place significative dans cette société à vocation d’exportation avec 2,5 % des membres représentant un large éventail d’établissements.

L’avant-poste du Maghreb

  • 41 Selon les dénominations au début du XXe siècle. À la suite de l’Union indochinoise de 1887, l’Afri (...)

33À la veille de la première guerre mondiale, l’Afrique du Nord représente environ 30 % des membres de la SFIC résidant aux colonies, plaçant la région devant les blocs de l’Afrique occidentale, de l’Afrique équatoriale et de l’Union indochinoise comme lieu de destination des ingénieurs41. Entre 1896 et 1914, en considérant que le Maroc ne passe sous la tutelle française qu’en 1912, les pays du Maghreb constituent manifestement un point d’ancrage central de la SFIC dans la sphère coloniale. L’examen détaillé des listes des nouveaux adhérents en 1896 et celui de la répartition de la totalité des membres de la SFIC durant les années 1897-1898 indiquent une densité relative d’ingénieurs plus forte en Afrique du Nord que dans le reste de l’Empire. Les mêmes opérations menées pour les années 1911 et 1914 fournissent une indication sur l’évolution de la proportion des ingénieurs entre les deux pôles de notre période ; il en ressort un fléchissement du poids relatif de l’Afrique du Nord par rapport à l’ensemble des colonies. Notons que ce rapport reste stable au-delà de notre période, puisqu’en 1927, les trois pays d’Afrique du Nord représentent un peu plus de 26 % des sociétaires résidant dans les colonies. Le tableau rend compte de cette évolution.

Ingénieurs de la SFIC en Algérie, en Tunisie et au Maroc, 1896-1914

 

1897

1898

1911

1914

Algérie

7

10

28

25

Tunisie

9

9

6

9

Maroc

5

16

Autres colonies

16

28

117

112

Source : Bulletins de la SFIC, 1896-1931.

34En croisant plusieurs données, il a été possible d’identifier quelques profils d’ingénieurs exerçant en Tunisie en 1896, deux d’entre eux étant encore en 1911 dans les registres de la SFIC. À l’exception du chef des services topographiques, les carrières de ces ingénieurs sont liées à l’activité de la Société des Batignolles et ils travaillent simultanément ou successivement sur plusieurs chantiers méditerranéens de la compagnie. Ainsi, Émile Navet, ancien conducteur de travaux sur la ligne du chemin de fer Bône-Guelma, devient directeur de travaux sur la voie Sousse-Enfidaville tout en étant agent de la Société des Batignolles à Constantinople. Un autre ingénieur, affecté aux travaux de la même ligne ferroviaire, avait auparavant conduit les études et la réalisation de chemins de fer en Algérie et au Liban.

35L. Wiriot est installé à Tunis. Après avoir travaillé au Portugal et en Espagne, au port de Gandia, il est devenu administrateur de la Compagnie des ports de Tunis, Sousse, Sfax, dans laquelle la Société des Batignolles est représentée. Il poursuit sa carrière à Paris dans la même compagnie et cotise à la SFIC jusqu’à la fin des années 1920.

36En Algérie, nous rencontrons plusieurs exemples d’ingénieurs ayant circulé entre des pays « semi-dépendants » et les colonies, tel un ingénieur agronome résidant à Philippeville qui a engagé sa carrière en Argentine. Rentré en France en 1911, il devient ingénieur adjoint au service des expropriations de la Compagnie des chemins de fer du Sud-Ouest. Plusieurs « Algériens » travaillent au prolongement de la ligne Bône-Guelma. On remarque quelques adhésions à la SFIC au sein des milieux proprement coloniaux qui renforcent les assises locales de la société dans les départements d’Algérie. Par exemple, G. Lesueur, ingénieur-entrepreneur aux travaux du port de Bizerte, est aussi sénateur de Constantine ; il anime le groupe algérien et signe plusieurs articles du bulletin de la SFIC.

37Pour envisager l’importance du Maghreb dans les carrières de ces ingénieurs, il importe de prendre aussi en compte les sociétaires qui résident en métropole en 1896, mais qui ont auparavant exercé soit en Tunisie soit en Algérie, dans les chemins de fer pour la plupart. Pour l’année en question, nous n’avons relevé que quelques exemples. Ainsi, Henri Govignon (1838-1896), qui passa par l’École des arts et métiers de Châlons, puis par l’École centrale des arts et manufactures, a travaillé quatorze ans à la Compagnie de l’Est algérien, ensuite en Turquie, avant de revenir à Paris. Le plus souvent, ce sont des missions moins longues qui ont amené les ingénieurs dans les pays d’Afrique du Nord, au cours d’itinéraires variés. Par exemple, Agamemnon Imbert a résidé en Algérie et en Tunisie, de même que dans plusieurs pays d’Europe du sud et d’Amérique latine ainsi qu’en Russie. Au début du XXe siècle, il est un vice-président de la SFIC. Son collègue, R. Gagné, sociétaire durant toute notre période, a également travaillé en Tunisie, en Italie, en Roumanie, avant d’être nommé ingénieur aux Chemins de fer de l’État. D’après la liste de tous les sociétaires qui résident à Paris en 1914, on constate que 12 % d’entre eux ont effectué un séjour significatif pour leur carrière dans les pays du Maghreb.

38En détaillant l’ensemble des sociétaires dans la région pour les années 1911 et 1914, il ressort quelques traits de leur parcours professionnel. Pour les 25 résidents « algériens » de 1911, et bien que tous leurs antécédents professionnels ne soient pas toujours identifiables, on remarque qu’un quart des ingénieurs et conducteurs sont passés par l’Indochine ou par la Chine et qu’un autre quart a travaillé dans d’autres régions lointaines, telles Madagascar ou le Yémen. L’outillage en chemin de fer et, à un moindre degré, le secteur minier fournissent les principales sources d’emploi pour ce type de circulation. Une autre catégorie, représentée par des ingénieurs-entrepreneurs ou des ingénieurs civils exerçant à leur compte, respectivement au nombre de 2 et de 5, semble en augmentation depuis 1900. Entre 1911 et 1914, c’est environ un quart des sociétaires « algériens » qui sont renouvelés, sans pour autant apporter de modification sensible aux caractéristiques que nous avons évoquées. Douze adhérents en 1911 et deux en 1914 sont toujours présents à la SFIC en 1927, parmi lesquels quatre sont rentrés en métropole et 2 résident en Europe ; ils sont alors généralement installés comme « ingénieurs civils ».

39Pour le groupe « tunisien », les circulations des ingénieurs semblent plus intenses encore. La plupart des sociétaires en 1911 et en 1914 ont fait leurs armes en Indochine, au Sénégal, à Madagascar, en Amérique latine et ailleurs. Un exemple de ce type d’ingénieur nous est donné par Pasquier de la Gressière, qui réside à Tunis en 1913. Il fut chef des études du chemin de fer en Afrique équatoriale, chef adjoint au port de Pernambuco au Brésil, puis ingénieur d’une compagnie parisienne de voitures électriques, avant de repartir pour différents postes à Madagascar, à La Réunion, à Dakar, à Panama, à la Compagnie argentine de pavage de bois, au port de Grand Bassam. Aux déplacements fréquents de ces ingénieurs au profil « international » semble correspondre la volatilité d’une partie des sociétaires de la SFIC ; en effet parmi les adhérents du groupe tunisien en 1913, 3 seulement sont encore présents en 1927. Un seul est demeuré en Tunisie comme sous-directeur de la Société des phosphates. Le deuxième semble définitivement rentré en France tandis que le troisième, entrepreneur de travaux publics, travaille sur les chantiers d’Alep en Syrie.

  • 42 BSFIC, vol. 1913, p. XCII.

40Dans l’enquête publiée par la SFIC en 1913, qui fait un tour d’horizon des débouchés outre-mer pour les ingénieurs, il est fait état d’un tassement des possibilités de contrat dans certaines régions de l’empire, en Indochine particulièrement. On recommande une soigneuse préparation avant de faire le saut outre-mer et on conseille l’apprentissage de l’arabe pour travailler en Afrique du Nord. Si en Algérie, des opportunités sont soulignées dans le secteur du bâtiment, on décourage ceux qui n’ont pas de connaissance ou de pratique des usages du monde musulman méditerranéen. Cette dimension « culturelle » de l’expatriation des ingénieurs mérite d’être notée dans le contexte de la colonisation42.

  • 43 En particulier les ingénieurs Jean Marc Bel et Doumé Casalonga, cf. BSFIC, n° 65, 1912, pp. 35-38.
  • 44 BSFIC, vol. 1913, p. CXII.

41Dès les premières années du XXe siècle, la SFIC s’intéresse bien sûr au débouché marocain, contrée dans laquelle n’apparaît aucun sociétaire avant le débarquement à Casablanca en 1907. Toutefois, dès 1912, quand l’homme d’affaires André Colliez lance dans cette même ville le « Comité pour défendre les intérêts français », c’est le secrétaire de la société, Philippe Rousseau, de longue date attentif à l’évolution de la situation au Maroc, qui en prend la tête43. L’année suivante, la société avertit ses membres qu’il est préférable de pouvoir mobiliser un capital avant de choisir de se rendre dans cette nouvelle terre promise ; en cela elle fait écho aux indications des autorités du nouveau protectorat qui appellent à une « colonisation d’entrepreneurs ». Sur les 5 nouvelles adhésions enregistrées en 1913 pour l’Afrique du Nord, 3 sont le fait de résidents au Maroc ; mais les débuts de ce nouveau groupe n’évoquent pas l’eldorado vanté par la presse coloniale depuis plusieurs années. Dans l’attente du vote de l’emprunt devant ouvrir l’ère des grands travaux et leur cortège de recrutements dans l’administration ou les offres dans les entreprises portuaires et de chemins de fer, la SFIC souligne l’importance du secteur du bâtiment pour la modernisation du pays. Il s’agit d’une nouvelle orientation au regard de la place marginale occupée par la catégorie des constructeurs dans la plupart des colonies. L’association prédit « toute chance de réussite à des professions "frontières" au monde des ingénieurs, soit celle de géomètre-architecte, de même qu’à la profession de géomètre (…) assez rémunératrice en ce moment, à cause des nombreux échanges de terrains, surtout dans la Chaouia »44.

  • 45 Sur la mise en place de l’administration des travaux publics au Maroc et certains de ses ingénieur (...)
  • 46 Bulletin de l’Association amicale des Élèves et Anciens Élèves de l’ESTPBI, n° 128, février 1921, p (...)
  • 47 L’empiètement sur des professions contiguës est courant. Voir la rubrique géomètres de L’annuaire (...)

42En trois ans, de 1911 à 1914, le groupe marocain est passé de 5 à 16 personnes en perdant ses quelques membres servant dans l’armée. Pour la moitié, les provenances sont aussi diverses que lointaines comme l’Amérique du sud, la Chine, l’Abyssinie ou le Congo belge. En 1914, on note la forte représentation d’ingénieurs des Ponts et Chaussées qui font du groupement un cas d’espèce. La présence de G. Porché-Banés, directeur des Travaux publics à Tanger et ex-directeur des Travaux publics de Tunis, et celle de Gaston Delure, nommé à la direction générale des Travaux publics du Maroc en juin 1912, témoignent du soutien apporté par les autorités du nouveau protectorat à l’association45. Par ailleurs, L. Godard « pantoufle » à la direction de la Compagnie générale du Maroc, tandis que V. Ferras, collaborateur de Porché-Banés après avoir été à la tête du service des travaux de Nouvelle-Calédonie, donne vie au groupe en compagnie de l’avocat Claude Favrot, représentant du Syndicat français des intérêts de Casablanca. V. Ferras fut aussi le parrain de la section locale de l’Amicale des élèves et anciens élèves de l’ESTP qui se constitua au lendemain de la guerre46. En ces années d’ouverture du chantier marocain, on retient aussi 3 ingénieurs entrepreneurs de travaux publics, dont A. Tardif, parfois présenté aussi comme géomètre pour avoir participé aux premières opérations de lotissements et élaboré l’avant-projet du plan d’extension de Casablanca47.

  • 48 Rentrés en métropole, Delure et Porché-Banes sont demeurés membres de la SFIC ; il en fut de même (...)

43Le développement rapide du groupe marocain tient à la conjoncture de l’établissement du protectorat français. Preuve en est que la plupart de ses membres auront quitté la SFIC à la fin des années 1920, alors que des noyaux stables perdurent dans d’autres régions de l’empire48.

44L’analyse des vingt premières années d’existence de la SFIC met en perspective la constitution de cette société dans un schème d’exportation orienté vers l’Amérique latine et les régions de l’ancien Empire ottoman, les pays sous tutelle coloniale au sens strict venant au second rang. Les carrières des ingénieurs suivent le front de déploiement des réseaux d’infrastructure, des chemins de fer en particulier, dont la vague ne touche, à cette époque, que secondairement les colonies françaises. Par ailleurs, les parcours professionnels se déroulent fréquemment selon un arc transversal par rapport à l’axe métropole – colonies, notamment au sein de compagnies dont l’extension est planétaire. La plupart de ces ingénieurs, tout spécialement en Afrique du Nord, sont salariés dans des entreprises de travaux publics et de transports ou dans des compagnies minières. Toutefois, au cours de la décennie précédant la première guerre mondiale, des ingénieurs entrepreneurs sont plus nombreux à tenter leurs chances aux colonies. Quant aux retours en métropole des sociétaires, toutes catégories confondues, les échantillons de l’enquête n’autorisent pas de conclusions univoques sur les avantages, ou sur les aléas, en termes d’ascension professionnelle, qu’ont pu avoir les parcours de carrières outre-mer.

45Les ingénieurs coloniaux de la SFIC sont le plus souvent des voltigeurs de chantiers, au fait de technologies développées à l’étranger, qui circulent dans les pays en « semi-périphérie » et frottés à des pratiques de terrain « locales ». Ils sont nombreux à participer à l’encadrement des grandes compagnies ou à disposer de capitaux suffisamment importants pour fonder leur affaire. Les ingénieurs coloniaux « sédentaires » ne sont pas la majorité, notamment en Afrique du Nord. Il reste que ces ingénieurs, dont certains sont devenus de véritables érudits souvent « indigénophiles », stabilisent la SFIC. Leur influence sur la structuration de la société a sans doute largement contribué à l’entretien d’un réseau d’ingénieurs français rompus à une culture cosmopolite. Un autre groupe ancre et structure aussi la société. C’est celui des « métropolitains coloniaux » qui, sans avoir eu nécessairement eux-mêmes un parcours outre-mer, ont conçu la SFIC comme un vecteur à l’exportation et ont formé un réservoir de compétences souvent hautement spécialisées.

46C’est un domaine relativement autonome, désigné au tournant des XIXe-XXe siècles par le terme de génie colonial, que structure la SFIC dans un cadre suffisamment stabilisé pour épauler une dynamique socioprofessionnelle. Celle-ci s’observe, en particulier, avec les ingénieurs en Afrique du Nord, région qui représente l’avant-poste des résidences coloniales entre 1889 et 1914. En effet, le génie colonial s’appuie sur un dispositif d’institutions publiques et sur des filières spécialisées d’enseignement technique ; il se développe avec la constitution d’un corpus technique qui renvoie à des pratiques, des procédés et des savoirs spécifiques et il s’organise en partenariat avec un faisceau d’organisations professionnelles et politiques œuvrant pour ouvrir des débouchés aux productions industrielles dans les territoires « neufs ». Autant d’initiatives qui tissent, en deux décennies, un cadre de référence et de fonctionnement dont peut se prévaloir une branche spécialisée du génie civil. La SFIC s’est positionnée comme une « association de coordination », comme un groupement dont la finalité ne consiste pas tant à assurer des mécanismes de protection ou de qualification professionnelle qu’à promouvoir le déploiement des industries du génie civil. D’une part, la société a des liens privilégiés avec d’autres organisations de type professionnel. D’autre part, elle accompagne la mise en place d’une gestion du domaine colonial en s’ouvrant à des groupes politiques, industriels et commerciaux qui, dans la durée, auront marqué son développement. Les rapports qu’ont pu avoir les ingénieurs en mission coloniale avec des compatriotes non organisés par la SFIC restent encore à explorer. De même, l’étude des parcours suivis par les ingénieurs de l’administration et celle des organisations d’autres groupes à vocation professionnelle permettraient sans doute de nous interroger plus avant sur la profession d’ingénieur de la « plus grande France » et sur la transmission des savoirs et des savoir-faire qui a aussi été portée par des « métiers intermédiaires », c’est-à-dire par ceux désignés comme techniciens. La fenêtre ouverte par la SFIC donne à voir, à l’heure de la « mise en valeur », des groupes professionnels relativement puissants et structurés qui, à la fois médiateurs économiques et médiateurs sociaux, ont été susceptibles de peser sur les orientations d’une cascade d’autorités qui, en France et dans ses colonies, étaient chargées d’organiser la gestion de l’empire.

Bibliographie

Bibliographie

ABRAMS L. & MILLER D. J., « Who were the French Colonialists ? A Reassessment of the Parti colonial, 1890-1914 », The Historical Journal, vol. 19, n° 3, 1976, pp. 685-725.

ADAS Michael (dir.), Technologie and European Overseas Entreprise, Aldershot, Hamps and Brookfield, (Vt. Variorum), 1996.

AHLSTRÖM Göran, Engineers and Industrial Growth, Higher Technical Education and the Engineering Profession During the Nineteenth and Early Twentieth Centuries : France, Germany, Sweden and England, Londres & Canberra, Croom Helm, 1982.

ANDREW C. M. & KANYA-FORSTNER A. S., « French Business and the French Colonialists », The Historical Journal, 19, 4, 1976, pp. 981-1000.

BARRAQUE Bernard, & al., L'aménagement du territoire et la colonie. Techniques territoires et sociétés, Paris, DRI, 1988.

BARJOT Dominique, « An Opportunity Seized. Early French Entrepreneurs in the Export Market for Major Public Work (1857-1914) », in FISCHER W., MARVIN Mc INNIS R., SCHNEIDER J. (dir.), The Emergence of the World Economy 1500-1914, Part II : 1850-1914, Wiesbaden, Papers of the IXth International Congress of Economic History, F. Steiner Verlag, 1986.

BATOU Jean (dir.), 1800-1870 - Entre développement et sous développement. Les tentatives précoces d’industrialisation de la périphérie, Genève, Droz, 1991.

BENSALEM Lilia, « La profession d’ingénieur en Tunisie, approche historique », in LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990, pp. 81-93.

BERDOULAY Vincent, La formation de l’École française de géographie (1870-1914) Paris, BN, 1981.

BURRAGE Michael, JARAUSH Konrad & SIEGRIST Hannes, « An Actor-Based Framework for the Study of Professions », in BURRAGE Michael & TORSTENDAHL Rolf, Professions in Theory and History, Rethinking the Study of the Professions, Londres, New Delhi, Sage Publications, 1990.

CAIN Peter J. and HOPKINS Anthony G., British Imperialism : Innovation and Expansion, Londres, Longman, 1993.

CÔTE Marc, L'Algérie ou l'Espace Retourné, Paris, Flammarion, 1988.

ENFANTIN Prosper, Colonisation de l’Algérie, Paris, Paul Bertrand, 1843.

ESPITALLIER G., Le rôle de l’ingénieur colonial et les travaux aux colonies, Paris, ESTP & Augustin Challamel, 2e éd., 1904.

GRELON André, « Les ingénieurs du Maghreb et du Moyen-Orient : vue d’Europe », in LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990, pp. 29-44.

– « Les ingénieurs, encore », Culture Technique, n° 12, mars 1984, pp. 11-19.

HEADRICK Daniel, The Tentacle of Progress, Technology Transfer in the Age of Imperialism (1850-1940), Oxford, Oxford University Press, 1988.

The Tools of Empire, Oxford, Oxford University Press, 1981.

JACKSON Gordon and WILLIAMS David M., Shipping, Technology, and Imperialism : Papers presented to the Third British-Dutch Maritime History Conference, Aldershot, Scholar Press, 1996.

JACOMY Bruno, « À la recherche de sa mission, La Société des ingénieurs civils », Culture Technique, n° 12, mars 1984.

KUMAR Deepak. (dir.), Science and Empire, Washington, NISTADS, 1987.

LAGANA Marc, Le Parti colonial français - Éléments d’histoire, Quebec, Presse universitaire du Québec, 1990.

LAROUI Abdallah, L’histoire du Maghreb - un essai de synthèse, Paris, Maspéro, 1970.

LEMOIGNE Jean Louis, « Les paradoxes de l’ingénieur », Culture Technique, n° 12, mars 1984, pp. 327-335.

LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990.

MACLOED Roy, « Colonial Engineers and the "Cult of Practicality", Themes and Dimensions in the History of Australian Engineering », History and Technology, vol. 12, 1995, pp. 147-162.

MALVERTI Xavier, « Villes et régularité, Le corps du Génie », in MALVERTI Xavier & PINON Pierre, La ville régulière, Modèles et tracés, Paris, Picard, 1997, pp. 167-181.

MARIÉ Michel, « Réseaux techniques, territoires et colonisations, témoignage », in BRUANT Catherine, LEPRUN Sylviane, VOLAIT Mercedes (dir.), Figures de l’orientalisme en architecture, Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, n° 73-74, 1996, pp. 379-391.

MARSEILLE Jacques, Empire colonial et capitalisme français, histoire d’un divorce, Paris, Seuil, 1984.

MEYER Jean, TARRADE Jean, REY-GOLDZEIGUER Annie, THOBIE Jacques, Histoire de la France coloniale. Des origines à 1914, Paris, A. Colin, 1991.

MORSY M., Les Saint-simoniens et l’Orient. Vers la modernité, Aix-en-Provence, Édisud, 1990.

PETITJEAN Patrick, JAMI Catherine, MOULIN Anne Marie, Science and Empires, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 1992.

PYENSON Lewis, « Science and Imperialism », in OLBY R.C., CANTOR G.N., CHRISTIE J. R. R., HODGE M. J. S, Companion to the History of Modern Science, Londres, Routledge, 1990, pp. 920-933.

RABINOW Paul, French Modern - Norms and Forms of the Social Environment, Cambridge Massachusetts, The MIT Press, 1989.

SOUBEYRAN Olivier, « La géographie coloniale au risque de la modernité », in BRUNEAU Michel & DORY Daniel, Géographies des colonisations XVe-XXesiècles, Paris, L’Harmattan, 1994, pp. 193-213.

TURNER C. & HODGE M. N., « Occupations and Professions », in JACKSON J. A., Professions and Professionalization, Cambridge, Cambridge University Press, 1970, pp. 19-50.

VACHER Hélène, Projection coloniale et ville rationalisée, Le rôle de l’espace colonial dans la constitution de l’urbanisme en France, 1900-1931, Aalborg, Publications of the Department of Languages and Intercultural Studies, (vol. 33), 2001a, pp. 65-70.

– « Du métier à la profession : l’émergence de l’ingénieur géomètre et l’exercice colonial au début du XXe siècle », in GOBE Éric, (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation, Tunis, IRMC, 2001b, pp. 173-193.

– « Les figures de l’ingénieur colonial à la fin du XIXe siècle », Le Mouvement social, octobre-décembre 1999, pp. 47-65.

VAN DOORN Jacques, The Engineers and the Colonial System : Technocratic Tendencies in the Dutch East Indies, Rotterdam, Erasmus University, Comparative Asian Studies Programme (6), 1982.

WALSH Jean, « Les Saint-simoniens et les voies de communication », Culture Technique, n° 19, mars 1989.

WILBURN Kenneth & DAVIS B. Clarence (dir.), Railway Imperialism, New York, Praeger, 1991.

WORONOFF Denis, Histoire de l’industrie en France, Paris, Seuil, 1990.

Notes

1 Voir aussi Petitjean & al. (1992)

2 Parmi les nombreux travaux sur la discipline géographique, voir notamment Soubeyran (1994 : 193-213).

3 Voir Morsy (1990). Sur l’approche contrastée des ingénieurs du génie : Malverti (1997).

4 Entre 1825 et 1835 selon Walsh (1989 : 286).

5 Pour la période protocoloniale, Adas (1996) questionne la suprématie relative de la technologie occidentale.

6 Sur les reconfigurations de territoire voir Côte (1988) et Wilburn (1991). Sur les options postcoloniales, cf. Marié (1996 : 379-39). Voir aussi, Barraque & al. (1988).

7 Sur le rôle des ingénieurs dans l’évolution de la gestion des territoires coloniaux, cf. Van Doorn (1982).

8 Pour exemple, l’évolution de l’École du Bardo créée en 1840 : Bensalem (1990 : 81-93). Voir aussi Grelon (1990 : 38).

9 Voir Lagana Marc (1990) ; Andrew & Kanya-Forstner (1976 : 981-1000).

10 BSFCI, n° 1, 1896, p. 30.

11 Statuts, Paris, Chaix, 1895, p. 14.

12 BSFIC, n° 13, 1898, p. 10.

13 Voir Lemoigne (1984 : 327-335). Sur le détail de cet argumentaire cf. Vacher (1999 : 62-64).

14 Cela permit d’unifier un milieu hétérogène qui subit une importante déperdition « par le haut ». Une telle idéologie a cimenté la cohésion interne du groupe et fournit une identité à sa reconnaissance sociale, tout en offrant des inflexions significatives aux autorités métropolitaines, aux colons - éventuellement hostiles aux ingénieurs d’État « ponctionnant » les budgets, et bien sûr aux autochtones, alliés ou rebelles, selon les projets et leurs positions sociales. Voir Burrage & al., (1999 : 209).

15 Comité de l'Afrique française (1890), Comité de Madagascar (1895), Comité de l'Asie française (1901), Comité du Maroc (1904).

16 « Exutoire protégé pour des marchandises de la métropole, l’empire était aussi un terrain attractif pour les entreprises de travaux publics : l’Algérie, l’Afrique noire, l’Indochine et finalement le Maroc leur ont demandé des ponts, des canaux, des ports. L’opportunité d’avantguerre est devenue, après la guerre, une nécessité », Marseille (1984 : 49-57). Voir aussi Woronoff (1990 : 362).

17 L'Inspection générale des travaux publics aux colonies fut créée par les décrets des 17 et 23 août 1894. Un décret du 21 novembre 1895 institua le Comité (permanent) des travaux publics aux colonies prenant la suite du Comité créé en 1890, AOM 4TP/27, « Notes sur l'organisation et le fonctionnement du Comité des travaux publics des colonies, Inspection générale des travaux publics des colonies », p. 3.

18 Le projet de formation d’un corps fut formulé en 1891, cf. BSFIC, n° 14, 1899, p. 37. Notons le décret du 2 juin 1899 organisant le service des Travaux publics dans les colonies autres que les Antilles, la Réunion et l’Indochine, cf. J. O., 5 juin 1899, pp. 3794-3797.

19 Le Génie colonial, Annales du génie civil des colonies indique, dans son premier numéro en 1896, le programme de la Société qui comprend trois sections regroupant respectivement les ingénieurs, les conducteurs des travaux publics et les personnels des télégraphes, métropolitains et coloniaux.

20 Ministère des Colonies, Organisation et fonctionnement de l ´ École coloniale, Paris, Imp. La Dépêche Coloniale, 1911, p. 13.

21 École coloniale, Organisation et fonctionnement, Paris, 1893, p. 7.

22 AOM, 4TP/1, 2e session : séances du 11 mai 1891 et du 6 novembre 1890.

23 AOM, 4TP/4, 1re session : 1re séance.

24 Cheysson Émile, Discours au Banquet du 10 décembre 1898, BSFIC, n° 13, 1898, p. 9.

25 Discours du Président Gallois au Banquet du 14 décembre 1905, BSFIC, n° 39, 1906, p. 180.

26 Au sujet des conceptions d’Émile Cheysson sur la colonisation, cf. Vacher (2001 a : 65-70).

27 BSFIC, n° 7, 1897, p. 4.

28 BSFIC, n° 33, 1904, pp. 457-459 ; Archives ENPC, Fichier Richard, T. 6, CARAN, F. 14-2221.

29 Archives ENPC, Fichier Richard, T. 3.

30 Archives ENPC, Les chemins de fer aux États-Unis, Rapports et notes recueillies en voyage, Paris, 1887 ; Archives ENPC Fichier Richard, T. 15.

31 Académie des Sciences d’Outre-Mer, Hommes et destins. Dictionnaire biographique d’Outre-Mer, vol. 1, Paris, 1977-1986, pp. 350-352.

32 Archives ENPC, Fichier Richard, T. 3.

33 BSFIC, n° 7, 1897, p. 5.

34 Mémoires et compte-rendu des travaux de la Société des ingénieurs civils de France, 1896, vol. 1, p. 32.

35 BSFIC, n° 34, 1904, p. 683.

36 La Société des ingénieurs civils compte 2 591 membres à la fin de l’année 1895, cf. Mémoires et compte-rendu des travaux de la Société des ingénieurs civils de France, 1895, vol. 2, p. 575. Entre 1849 et 1859, la SIC dénombre respectivement 135 et 500 membres.

37 Nous utilisons ici le chiffre de 40 850 ingénieurs pour 1914. Une proportion actuellement non quantifiable de sociétaires sont des autodidactes, voir Ahlström (1982 : 108).

38 Chiffres donnés par Meyer & al. (1991 : 646-647).

39 Union coloniale française, Rapport de l’exercice 1893-1894, banquet colonial de 1894, Paris, Challamel, s. d.

40 BSFIC, n° 39, 1906, p. 179.

41 Selon les dénominations au début du XXe siècle. À la suite de l’Union indochinoise de 1887, l’Afrique occidentale française fut constituée en 1895 et l’Afrique équatoriale française en 1910.

42 BSFIC, vol. 1913, p. XCII.

43 En particulier les ingénieurs Jean Marc Bel et Doumé Casalonga, cf. BSFIC, n° 65, 1912, pp. 35-38.

44 BSFIC, vol. 1913, p. CXII.

45 Sur la mise en place de l’administration des travaux publics au Maroc et certains de ses ingénieurs, voir Vacher (2001 a, 117-127).

46 Bulletin de l’Association amicale des Élèves et Anciens Élèves de l’ESTPBI, n° 128, février 1921, p. 42.

47 L’empiètement sur des professions contiguës est courant. Voir la rubrique géomètres de L’annuaire général du Maroc de 1918-19, Casablanca, Léon Guigues, p. 226.

48 Rentrés en métropole, Delure et Porché-Banes sont demeurés membres de la SFIC ; il en fut de même pour l’ingénieur Viallon ; le courant « marocain » est bien représenté dans la société après la guerre. Annuaire de la SFIC, 1927.

Auteur

Historienne, chargée de recherche à l’Université d’Aalborg, Danemark, chercheur à URBAMA Tours, et chercheur associé CDHT-CNAM/EHESS, Paris

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable