Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

I. La naissance d’une figure technique moderne au Maghreb : de l’ingénieur réformateur à l’ingénieur colonial

Les ingénieurs de la Poste et des Travaux publics en Tunisie à l’époque coloniale : rôle stratégique et profils

Habib Belaïd

Texte intégral

1La question de la formation d’une élite économique ou technique dans la Tunisie coloniale est toujours à l’ordre du jour. En effet, l’élite tunisienne moderne est essentiellement composée d’avocats et de médecins qui ont joué, durant le protectorat, un rôle social et politique de premier plan. En revanche, l’élite technique (Guillaume, 1992) est quasiment absente. L’historiographie tunisienne a négligé jusque-là l’histoire des techniques et de leurs applications, dans la mesure où elle n’aurait relevé que du « domaine colonial ». Or, la figure de l’ingénieur colonial durant cette période ne ferait-elle pas partie de ce champ d’investigation ? (Vacher, 1999)

2Dans le cadre d’un débat plus large, on peut se poser la question de savoir pourquoi la société tunisienne a été longtemps réfractaire à l’introduction d’une culture technique moderne issue de l’industrialisation. La domination coloniale est-elle seule en cause ? La formation d’ingénieurs suffit-elle pour accéder à cette culture technique ? (Karvar, 1997)

  • 1 Direction générale des Travaux publics, Les Travaux publics du Protectorat français en Tunisie, Tu (...)

3Nous ne pouvons que constater la quasi-inexistence des ingénieurs et techniciens tunisiens dans le corps des ingénieurs de Tunisie jusqu’en 1956. Vers 1900, époque des grands travaux effectués par les autorités du protectorat, le personnel tunisien des Travaux publics ne représentait que 5 % du total du personnel permanent et temporaire1 ; plus tard, en 1945, la section tunisienne de l’Union des ingénieurs et techniciens (UNITEC) déplore, dans son bulletin, la très faible présence de techniciens tunisiens dans cet organisme.

4Les travaux de Lilia Ben Salem (1990 et 1994) expliquent en partie les raisons de la non-émergence d’un corps d’ingénieurs tunisiens, en situation coloniale. Les principales sont à rechercher dans la nature de l’enseignement dispensé sous le protectorat et dans la politique coloniale elle-même qui s’opposait à un enseignement technique de haut niveau. Partant du fait que « les fonctions techniques sont des fonctions d’encadrement professionnel, et donc social », Hocine Khelfaoui constate que le « colonialisme voulait éviter à tout prix d’avoir à assurer l’encadrement des indigènes par des indigènes » (Khelfaoui, 2000 : 20). Des raisons sociales expliquent aussi cette carence : les ingénieurs naissent ou accompagnent l’industrialisation d’un pays. Or la société tunisienne n’a pas accédé à ce type de développement.

  • 2 L’Office postal est créé par une convention signée le 29 mars 1888 entre le ministre des Affaires (...)

5Afin de vérifier ces assertions, nous nous proposons d’étudier deux institutions relativement anciennes et stratégiques, la Poste et les Travaux publics, tout en faisant quelques allusions au domaine agricole. La première remonte à une époque antérieure à l’établissement du protectorat en Tunisie. Dès 1847, est installé un système de communication à distance (télégraphe Chappe), suivi, à partir de 1860-1861, de l’installation de la télégraphie électrique, en application d’une convention tuniso-française (1859). Or celle-ci prévoyait, entre autres stipulations, la formation de techniciens tunisiens. L’Office postal tunisien, créé en 1888, devait par la suite prendre en charge l’installation et la gestion des services postaux, du télégraphe et du téléphone (1895). Pour des raisons politiques et militaires, cet Office postal est alors conçu « en dehors » de l’administration tunisienne2. Quant à la direction des Travaux publics, elle est instituée quelques mois seulement après l’établissement du protectorat en Tunisie par décret le 3 septembre 1882. Cette institution mérite qu’on s’y intéresse aussi bien par la dimension de son champ d’intervention que par le personnel affecté à ses travaux.

6Sans prétendre à l’exhaustivité, nous privilégierons trois points qui nous paraissent essentiels : l’évolution comparée des deux institutions (à travers le rôle imparti à leurs membres les plus actifs) ; la vie associative des ingénieurs telle qu’elle a pu être reconstituée grâce à l’établissement d’un corpus, enfin les itinéraires individuels, indicateurs de changement ou de rupture.

À la recherche d’un corpus d’ingénieur

  • 3 Un premier repérage dans les archives du ministère français des Affaires étrangères (MAE) à Paris (...)

7L’enquête rétrospective sur les ingénieurs en Tunisie se fonde sur des sources officielles3, complétées par les annuaires, bulletins, livres d’or, presse, etc., et par quelques témoignages oraux. Il s’est agi d’abord d’identifier le ou les groupe (s) et de constituer un corpus pour tenter une sociologie d’un corps nécessairement hétérogène. Cette démarche devait permettre de déceler, dans les rapports entre des groupes de statuts différents, les conflits ou frictions qui surgissent entre ingénieurs français métropolitains et locaux d’une part, et entre ingénieurs français et ingénieurs et techniciens tunisiens d’autre part.

8Peut-on identifier des générations d’ingénieurs dans le cas des ingénieurs français ? On sait que les bâtisseurs des premiers temps de la colonisation, surestimés par le mythe des « pionniers », tels que Paul Michaud et Georges Paviller pour les Travaux publics, ont disposé de pouvoirs étendus. Ils sont suivis par les gestionnaires dans l’entre-deux-guerres, puis par les techniciens dans l’après-guerre et au cours des années 1950. Mais dans quelle mesure ce schéma est-il valable ?

  • 4 L’apport des ingénieurs français (notamment Charles Benoit) dans la création et le fonctionnement (...)

9On fait remonter le projet de formation des techniciens et des ingénieurs en Tunisie au milieu du XIXe siècle, lorsque le réformateur Ahmed Bey a créé l’École militaire du Bardo (1838) ; mais il s’agit, comme dans le reste de l’Empire ottoman, d’ingénieurs militaires. L’absence de croissance industrielle, à la différence de l’Europe, serait l’une des principales causes de l’échec de ce projet. Mais certains grands travaux engagés par les beys ont nécessité l’appel à des ingénieurs d’État (français en général) opérant au service du pouvoir beylical4. Cependant, la colonisation, en instaurant le « pacte colonial » coupe court à tout projet d’industrialisation du pays, et la nouvelle « métropole » exporte des ingénieurs coloniaux, affirmant ainsi sa domination technique.

  • 5 Paul Michaud, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, directeur général des Travaux publics sous (...)

10Le développement des Travaux publics et de la Poste a nécessité des effectifs importants : dans les deux cas, le détachement, pour cinq ans, d’ingénieurs et techniciens français est fréquent jusqu’aux années 1920 ; par ailleurs, le recrutement de Français en contrat local entraîne une réforme des statuts et leur alignement sur ceux de la métropole. Quel que soit leur mode de recrutement (détachement à partir de la métropole ou recrutement local), le mouvement (ou rotation) des ingénieurs entre la France et la Tunisie (et inversement) relèverait des stratégies de carrières pour les ingénieurs français sans pour autant que cela ne devienne la règle5.

Le secteur des postes

  • 6 Extrait de La Dépêche tunisienne du 1er avril 1891. Voir aussi Bulletin de l’Office des postes et (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.

11À l’origine, l’infrastructure des postes nécessite un personnel qualifié : en 1891, l’ingénieur des Ponts et Chaussées, Résal, est chargé de la construction de l’hôtel des Postes à Tunis ; et Sins, ingénieur de l’Office postal dirige les travaux du réseau téléphonique6. Par ailleurs, les effectifs des postiers – français essentiellement – sont en progression constante jusqu’en 1933. Si un fléchissement relatif se dessine à partir de 1934, la crise n’aurait pas affecté cette croissance. En fait, le nivellement s’est fait à l’échelon inférieur : les fonctions de directeur des services postaux et financiers et celles des chefs de service sont supprimés ; l’emploi de directeur général7 est remplacé par un fonctionnaire ayant grade de directeur départemental ou régional de moindre importance. Quant au poste d’ingénieur ou d’inspecteur breveté, créé lors des travaux de la commission Tirmann (1924-1925), il ne sera jamais pourvu. Dans l’entre-deux-guerres, l’ingénieur se fait encore rare : en 1923, l’organigramme de l’Office postal n’en comporte qu’un seul, le chef du service technique ; poste qui sera pourvu en 1937 par le sous-ingénieur Clément. L’installation en 1938 d’une radio de diffusion d’État (Radio-PTT devenue Radio-Tunis) s’effectue sous la conduite de deux ingénieurs des PTT : l’un venant de France en mission (Godfin) ; l’autre, Jean Cabantous, est recruté en qualité de chef de service technique de l’Office postal tunisien8. En 1949, la gestion technique des différentes installations de l’Office aurait nécessité un supplément de personnels qualifiés. Quatre ingénieurs sont alors employés par l’Office : un chef de service (René Le Gourrierec), un responsable des câbles souterrains (Bergeron), un responsable du service Radio (Courvoisier) et un responsable des transports, Mohamed El Mili. Ce dernier est le seul ingénieur tunisien du secteur. L’augmentation du nombre d’inspecteurs est également significative de cette évolution : en 1936, on ne comptait que 2 inspecteurs et 12 rédacteurs (dont certains « font fonction » d’inspecteurs), contre 25 inspecteurs en activité en 1950.

  • 9 Voir à ce propos, Vedel (1984 : 63-75).

12La seconde guerre mondiale avait, en partie, favorisé l’entrée des agents tunisiens à l’Office postal, en remplacement des Français mobilisés. Secteur névralgique par excellence, les communications faisant partie de la stratégie militaire, l’Office postal avait été affecté par la guerre selon plusieurs modalités. Outre les bâtiments endommagés, le personnel avait été concerné en 1944, par la mobilisation de 284 fonctionnaires (agents permanents ou temporaires) en particulier celle des contrôleurs des installations, électromécaniciens, surveillants des dérangements, agents de lignes. Or pour des raisons « stratégiques », aucune formation d’ingénieurs tunisiens n’avait été envisagée à court ou long terme. Alors qu’en France, comme dans d’autres colonies, la conception de l’ingénieur-gestionnaire tend à s’imposer9 ; dans la Tunisie d’après-guerre, on n’assiste pas à la formation d’un corps d’ingénieurs des télécommunications.

Les ingénieurs des Travaux publics : physionomie d’un corps

13La direction générale des Travaux publics détenait des compétences très larges, aussi importantes que les Finances. En effet, cette administration centrale avait en charge la quasi-totalité des services techniques du pays. Son directeur avait rang de ministre du bey, sans autre tutelle ministérielle. Cette position exceptionnelle permet de mesurer l’importance des ingénieurs sur le plan technique et politique. Mais l’absence d’études économiques et techniques portant sur les travaux publics ne nous permet pas d’avoir une vue globale de l’évolution du corps des ingénieurs. Quelques données éparses offrent toutefois des éléments pour reconstituer ce corps.

  • 10 Créé pour assurer l’application de la loi foncière de 1885, le service topographique est chargé de (...)
  • 11 Cette concession remonte à une convention de 1872 renouvelée en 1884. Notice sur la direction des (...)

14En 1936, l’organigramme de la direction des Travaux publics fait état de 59 ingénieurs français de différents services et grades. Leur répartition par secteur est la suivante : outre l’ingénieur chef du cabinet du directeur des TP, 11 ingénieurs sont responsables des mines, 4 du service central des routes, phares et balises (incluant les ports maritimes et aériens, et la distribution de l’énergie électrique), 3 du contrôle des chemins de fer et des transports automobiles ; 17 ingénieurs sont affectés à la Compagnie fermière des chemins de fer tunisiens, 13 au service topographique10, 5 au service hydraulique, travaux communaux etc., et enfin 5 au service électrique de la Compagnie du gaz et des eaux de Tunis11.

  • 12 Construction de barrages : 7 étaient prévus à la fin des années 1940, 3 étaient en cours en 1948 : (...)
  • 13 On a recruté, dans l’immédiat après-guerre, des ingénieurs suisses (2 ou 3), mais on n’a jamais év (...)

15Dans l’immédiat après-guerre, les problèmes de la reconstruction, la recherche de nouvelles formes d’énergie12, entre autres, ont provoqué l’augmentation des effectifs d’ingénieurs et de techniciens. La majeure partie d’entre eux vient de la métropole, avec parfois un passage par l’Algérie. Leur statut prend la forme d’un détachement de cinq ans renouvelables. La part des personnels locaux français est infime et plus encore celle des Tunisiens13. Le recrutement des ingénieurs évolue presque en cercle fermé parmi les diplômés des grandes écoles françaises, mais les directeurs des Travaux publics sont en général choisis parmi ceux qui ont exercé longtemps en Tunisie (par exemple, Gosselin dans l’hydraulique agricole depuis 1922, ou J.-L. Bonnenfant depuis 1932). Compte tenu de la situation économique du pays, l’expérience et l’initiative personnelles comptent beaucoup plus qu’en France, notamment pour accéder à des postes de responsabilité régionaux ou nationaux. L’expérience « tunisienne » est vivement souhaitée pour ces responsabilités.

  • 14 La répartition des personnels entre 1939 et 1950 est la suivante : Les cadres (ingénieurs en chef, (...)

16Les effectifs dans le secteur des Travaux publics (français et tunisiens) sont passés de 967 en 1939 à 1 159 en janvier 1950, avec un noyau de personnels stables (moyenne hiérarchie) formé essentiellement de Français, et une forte proportion de personnels subalternes14. Si les Tunisiens sont relativement nombreux au sein des personnels d’encadrement ou des personnels auxiliaires : chefs de brigade, adjoints administratifs, etc., on ne les trouve que dans des secteurs qui ne demandent pas de technicité particulière. Une étude sociale plus approfondie permettrait d’apprécier, outre la structuration du secteur, les logiques qui sous-tendent son fonctionnement.

  • 15 Ce corps d’État, comme les autres (constitués en France aux XVIIe et XVIIIe siècles), « sont créés (...)

17La prédominance des ingénieurs des Ponts et Chaussées au sein des Travaux publics s’explique par la volonté de l’État d’entretenir et de contrôler l’infrastructure15 et de dominer l’espace territorial par divers moyens techniques (les TP et les PTT). Les trois premiers directeurs des Travaux publics sont eux-mêmes issus des Ponts et Chaussées. En outre, après la seconde guerre mondiale et la campagne de Tunisie, la reconstruction est urgente dans les domaines de l’infrastructure ou de l’outillage économique, ce qui augmente encore le champ d’intervention des ingénieurs des Ponts et Chaussées.

18Sur les treize ingénieurs des Travaux publics de l’État (TPE) proposés pour le renouvellement de leur détachement en Tunisie en 1946, douze appartiennent au corps des Ponts et Chaussées, un seul des Mines. Les ingénieurs des Ponts et Chaussées, toutes catégories confondues (quatre classes) prédominent donc dans cette direction, alors que dans l’administration des Postes, on trouve des polytechniciens, tels que Jean Dezès, directeur de l’Office postal de Tunisie, après des études à l’École nationale supérieure de télécommunications.

  • 16 « Rémunération des fonctionnaires de la direction des Travaux publics de Tunisie », Rapport de mis (...)
  • 17 « Rémunération des fonctionnaires… », Rapport de mission de M. Vincent, inspecteur général des Pon (...)

19Une liste de 1949, confirme cette prédominance du corps des Ponts et Chaussées au détriment de celui des Mines : Sur les six ingénieurs en chef en fonction, trois appartiennent au corps des Ponts et Chaussées et un au corps des Mines. L’ingénieur en chef des transports est un polytechnicien provenant de la SNCF. L’ingénieur en chef du service des Aménagements urbains et du service topographique est Tunisien, mais ancien élève de l’École polytechnique à titre étranger. Sur les 7 ingénieurs principaux, 6 appartiennent au corps des Ponts et Chaussées et un aux Mines16. Les ingénieurs des Travaux publics du service des Ponts et Chaussées se recrutent, en majorité, parmi les ingénieurs d’État du cadre métropolitain. Pour le cadre français local, les possibilités de recrutement sont soit le concours public (avec le même programme que celui d’ingénieur TPE dans la métropole), soit l’examen professionnel ouvert aux adjoints techniques17.

20Dans le secteur privé, comme à la Compagnie des phosphates et du chemin de fer de Gafsa, du moins pendant les premiers temps de sa constitution, la plupart des ingénieurs sont des polytechniciens, militaires reconvertis au secteur privé. Les directeurs de la Compagnie en Tunisie sont aussi des ingénieurs. On peut citer, entre autres, Paul Burseaux (1887), ancien capitaine de l’armée française en Tunisie, qui a joué dès son arrivée en Tunisie en 1893 un rôle éminent dans l’exploitation et l’organisation de la mine de Métlaoui ; Alfred Beaugé, autre polytechnicien (1901), est un officier du génie et le beau-frère de Paul Burseaux ; Henri Boissé quant à lui est ingénieur des Arts et Métiers, etc. (Dougui, 1995 : 113-119). Société anonyme, la Compagnie des phosphates ne semble pas avoir employé d’ingénieurs tunisiens jusqu’à la fin des années 1950 ; il en est de même pour le réseau ferroviaire (Gharbi, 1994).

  • 18 En 1954, la Compagnie fermière des chemins de fer compte 4 000 agents d’exécution, dont 2 100 Fran (...)
  • 19 Ces ingénieurs sont répartis comme suit : 4 diplômés de l’École polytechnique, 10 de l’École des M (...)

21Si l’État colonial reste le principal employeur des ingénieurs tunisiens, on ne les trouve pas dans les secteurs stratégiques. En 1954, on a pu recenser, en effet, 22 ingénieurs diplômés et 16 sous-ingénieurs tunisiens. Toutefois, dans les secteurs des Mines, de l’Industrie et de l’Énergie qui regroupent 26 ingénieurs et géologues, les ingénieurs tunisiens représentent une infime minorité, soit un ingénieur et 2 géologues. Aucun Tunisien n’exerce dans la Compagnie fermière des chemins de fer (50 ingénieurs et dirigeants subalternes18 en 1954), à la Compagnie de phosphate Sfax-Gafsa (20), et à la Compagnie d’électricité et transports. Anousheh Karvar évalue à 36, les diplômés tunisiens des grandes écoles françaises, l’année de l’indépendance du pays (Karvar, 1997 : 266)19.

22Par ailleurs, les compétences techniques de ces ingénieurs diplômés tunisiens ne sont pas toujours utilisées d’une manière rationnelle. L’ingénieur des télécommunications, Mohamed Mili, a été chargé en 1947 des Transports (parc automobiles). Tahar Amira, ingénieur des Mines, dénonce, au nom de l’Association des ingénieurs et techniciens tunisiens, sa marginalisation par l’Administration. Par obligation ou par choix personnel, la plupart d’entre eux se retrouvent au début des années 1950 dans la fonction publique, c’est-à-dire aux postes de commande politique. Ceci déplaît à quelques administrateurs coloniaux qui voient, à la veille de l’indépendance, une inversion des rôles et une menace éventuelle pour les intérêts français :

  • 20 Ministère de l’Industrie à Tunis, Note sur Service des industries diverses, Intérêts français, Arc (...)

23« Les ingénieurs tunisiens marquent une prédilection pour l’Administration, et une répugnance complète pour l’industrie. Sur 22 ingénieurs, 13 sont fonctionnaires, 3 en chômage ou en fuite, 6 seulement sont placés dans l’industrie ou à leur propre compte. Cette situation est d’autant plus grave pour les intérêts français que les ingénieurs tunisiens s’efforçant tous de se placer dans les services administratifs contrôlant les entreprises industrielles ou de travaux publics françaises et à cadre français, c’est un véritable contrôle des Français par les Tunisiens qui tend à s’instaurer »20.

24Cette situation découle-t-elle d’une véritable « stratégie d’occupation » de l’Administration par les cadres techniques tunisiens, prônée par les nationalistes tunisiens ? Ou est-elle la conséquence de l’exclusion des ingénieurs tunisiens des secteurs industriels ou stratégiques ?

25De son côté, le directeur des Travaux publics de la Tunisie constate que « le Tunisien n’est pas porté vers les carrières techniques, mais plutôt vers les carrières libérales ». « Certes, écrit-il, il est plus difficile, pour un bachelier de mathématiques élémentaires de préparer les concours des grandes écoles que de se faire inscrire dans une faculté de droit, de médecine ou de pharmacie. D’autre part, ce n’est un secret pour personne en Tunisie que les carrières administratives spécifiquement tunisiennes sont plus lucratives que les carrières techniques ».

  • 21 À l’Institut des hautes études de Tunis, créé en 1945, la section des études scientifiques ne donn (...)
  • 22 L’École aurait pour but « de donner aux jeunes gens un enseignement professionnel susceptible d’en (...)

26Les voies d’accès aux grandes écoles françaises sont étroites : à Tunis jusqu’en 1947, il n’existait qu’une seule classe de mathématiques supérieures au Lycée Carnot, établissement français21. Les chances sont très réduites de passer le concours d’entrée par le niveau des mathématiques supérieures à l’École des ingénieurs des travaux publics de l’État, créée au début des années 1950 ; ils doivent chercher d’autres filières. L’École professionnelle Émile Loubet à Tunis dispense un enseignement technique et ne forme que des cadres moyens de maîtrise22. Elle comprend des sections d’électricité, de mécanique et de travaux publics (améliorations des connaissances acquises). Elle permet, en outre, de « préparer les élèves qui le désirent au concours d’entrée dans les écoles techniques du degré secondaire (Arts et Métiers, Écoles des apprentis mécaniciens de la Flotte, Écoles industrielles diverses). Nous ne disposons pas d’étude de la population scolaire de cette école, mais elle semble avoir été peu fréquentée par les Tunisiens jusqu’à la fin des années 1940 et le début des années 1950 (Belaïd, 1997a : 86).

  • 23 Pierre Vermeren (2000 : 378-384, 388), dont la partie traitant de la Tunisie est un peu générale, (...)
  • 24 Elles se répartissent comme suit : 86 dans les industries alimentaires et 321 dans les « autres in (...)

27Il convient aussi de tenir compte de l’environnement culturel et économique. Si le modèle de réussite sociale chez les Tunisiens n’est pas encore celui de l’ingénieur, – profession accaparée par les Français et dont les débouchés ne sont pas sûrs en dépit de longues études coûteuses (Ben Salem, 1976 : 36-38)23 – en revanche, les professions d’avocat et de médecin sont beaucoup plus accessibles. Surtout elles échappent en grande partie au contrôle de l’État colonial. Sur le plan économique, le secteur industriel tunisien utilisant des ressources locales reste embryonnaire, malgré le développement pendant la seconde guerre mondiale d’une industrie « de substitution » demeurée fragile : 1 590 sociétés sont pourtant constituées entre 1943 et 1948, françaises pour l’essentiel24.

La nationalité : un instrument du maintien des intérêts français en Tunisie ?

  • 25 « J’ai toujours prôné l’association franche et complète avec les Tunisiens sur le plan économique, (...)
  • 26 Ibid.

28La préparation des conventions franco-tunisiennes en 1954 a montré le rôle essentiel des ingénieurs français dans le maintien des intérêts économiques et stratégiques de la France en Tunisie, sous l’apparence d’un corps réputé apolitique. Amorcée dès la fin de la seconde guerre mondiale, la décolonisation se concrétise progressivement en associant de plus en plus de Tunisiens à la gestion de certaines sociétés25, grâce aux représentants des courants libéraux et éclairés au sein de l’administration française. Selon le directeur des Travaux publics, dès 1948, « le raidissement du nationalisme interdisait de plus en plus au Gouvernement tunisien de concéder une richesse nationale à une société capitaliste privée "étrangère" (même française) ». En outre, il n’existait pas de capitalistes tunisiens privés désireux d’investir dans une société par actions. La solution proposée par Jean Mathieu, fut donc de bâtir des compagnies d’économie mixte26 : le capital provenait de l’État tunisien, d’une part, et des sociétés nationales et privées françaises et de l’État français, d’autre part. Ces entreprises devaient constituer le noyau des futures entreprises « nationales » tunisiennes. On peut en citer quelques-unes : la Société des forces hydroélectriques de Tunisie (SFHET), en participation d’EDF ; la Société de recherche et d’exploitation des pétroles de Tunisie (SEREPT) dont une partie du capital est fourni par la Compagnie française des pétroles ; ou encore la Société de transports par avion Tunis-Air, avec une participation d’Air France.

29Le conseil d’administration de ces sociétés mixtes associait des fonctionnaires tunisiens à égalité avec les Français : à la SEREPT, Mohamed Ali El Annabi, ingénieur en chef à la direction des Travaux publics, faisait partie des quatre représentants de l’État tunisien avec Rachid Ben Osman, caïd honoraire, de Frondeville, ingénieur en chef des Mines à la direction des Travaux publics, et Boinard, sous-directeur des impôts. Cette situation de transition était-elle une étape préparant la tunisification complète de ces sociétés ou plutôt leur « étatisation » ?

  • 27 Ibid.
  • 28 Le syndicat de l’UGTT et le parti du Néo-Destour revendiquaient depuis plusieurs années la nationa (...)

30Pour le directeur des Travaux publics, l’intérêt stratégique de la France exigeait un contrôle des ports maritimes de Tunis, Bizerte, et Sfax ; des transports ; et, dans certains cas, de la production et du transport de l’électricité (interconnexion avec l’Algérie) ; enfin, un contrôle des recherches pétrolières et des exploitations minières27. Dans la conception de l’époque, la protection (ou le contrôle) de certains secteurs reste attachée à la notion de « défense de territoire » dont la France continue à avoir la charge. Pour la même raison, la direction des Travaux publics propose le maintien d’ingénieurs français en Tunisie, notamment dans les secteurs des transports, des mines28, des carburants et de l’électricité.

  • 29 Archives du MAE, série Tunisie 1950-1951, carton n° 397.

31L’enjeu est d’importance à la veille de l’indépendance : par le biais des ingénieurs, la France possède, entre autres, deux atouts majeurs : la technicité, et les plans relatifs à la défense du territoire. D’autant plus que les ingénieurs tunisiens ne sont pas légion dans ces secteurs : dans les services routiers, on compte un seul ingénieur (principal) tunisien sur 39 ingénieurs français de différents grades ; au service topographique, sur les 77 ingénieurs, 14 sont Tunisiens, dont un ingénieur principal, chef de service ; le service maritime ne compte aucun ingénieur tunisien parmi les 10 ingénieurs opérant dans ce service29. Il arrive néanmoins que des Tunisiens occupent la place de premier plan dans certains services (parmi les plus anciens ?), comme celui des bâtiments civils ou le service topographique.

32En dehors de leurs activités techniques ou administratives, les ingénieurs exercent des activités sociales et culturelles qui leur donnent une certaine légitimité institutionnelle tout en leur permettant en partie de diffuser une certaine culture technique.

La vie associative des ingénieurs

  • 30 En 1908, 13 ingénieurs français et un géomètre tunisien attaché à l’Administration des Habous (Cha (...)
  • 31 Voir à ce propos Lucas & Dubar (1994).

33Si la participation des rares ingénieurs tunisiens aux services techniques est restreinte dans le système colonial qui les néglige, en revanche, leur implication dans la vie sociale et culturelle est intense. Quelques figures émergent, telles celles de Mohamed Ali El Annabi, premier ingénieur polytechnicien tunisien (1929) qui a été pendant plusieurs années, président d’une association postscolaire et d’une association d’ingénieurs et techniciens tunisiens. Il donnait souvent des conférences, encourageait les étudiants à poursuivre des études en France à travers l’Association des étudiants nord-africains en France. Tahar Amira, Mahmoud Ben Ezzeddine et Abdallah Ben Saïd, entre autres, s’impliquèrent aussi dans des activités associatives, syndicales et politiques diverses. Mohamed El Mili, ingénieur des télécommunications, devient en 1951 le président d’une association de jeunes (voir leur biographie ci-dessous). Parmi les Français, un grand nombre d’ingénieurs ont animé diverses associations d’assistance mutuelle, associations régionales, culturelles30 ou de bienfaisance, mais aussi à caractère technique ou scientifique. Ces groupements amicalistes ou professionnels, nés dès le début du siècle, sont autant d’indicateurs de la constitution de groupes professionnels conscients de leur identité professionnelle, souvent confondue avec l’identité nationale31.

L’Amicale du personnel des travaux publics (15 juin 1905)

  • 32 Bulletin de la Société amicale et d’assistance mutuelle du personnel des travaux publics, n° 1, fév (...)
  • 33 Dont 14 agents métropolitains, ibid., p. 11.
  • 34 Voir aussi Shinn (1978 : 52-71).

34Constituée le 15 juin 1905 par arrêté du Premier ministre, la Société amicale et d’assistance mutuelle du personnel des travaux publics a l’originalité de défendre le personnel français local contre le personnel métropolitain. Elle demande que le recrutement se fasse sur un critère de compétence parmi la catégorie d’employés qu’elle représente. Elle se propose « d’apporter son appui pour la sauvegarde des intérêts moraux et matériels de ses membres »32 et traite en priorité des questions de statuts, de traitements, concernant le personnel des Travaux publics. En janvier 1906, la Société compte 226 membres actifs33 appartenant à tous les services, 126 membres adhérents et 3 membres associés. Ces derniers, classés parmi les membres bienfaiteurs, sont les ingénieurs Boulle, Jomier, Vincent et Alphonse Durel, outre Eugène de Fages, directeur général des Travaux publics. Cette association française est ouverte à toutes les catégories de personnel des Travaux publics. Nous avons perdu la trace de cette amicale. Il est possible qu’il y ait eu d’autres groupements d’ingénieurs français dans l’entre-deux-guerres, alors qu’un vaste mouvement de protection des titres et des professions se développait en France et dans les colonies (Grelon, 1986 : 7-31)34. Nous avons peu d’informations à ce sujet. Cependant, en 1937, une association tunisienne est constituée comme réplique à l’amicale française.

L’Association des ingénieurs et techniciens tunisiens (1937) : émergence d’une nouvelle profession ?

  • 35 Association des ingénieurs et techniciens tunisiens, Archives nationales de Tunisie à Tunis (ANT), (...)
  • 36 Cette liste comprend : Salah Ben Salah, des Mines de St Etienne, Ch. El Okby, topographe, M. Kaâk, (...)
  • 37 La physionomie de ces adhérents est la suivante : 6 ingénieurs diplômés des grandes écoles (3 des (...)

35L’Association des ingénieurs et techniciens tunisiens (AITT) a été créée par Mohamed Ali El Annabi, président de l’Association des anciens élèves du collège Sadiki (1905). Les deux groupements partagent le même local, au 13 rue Dar el Jeld à Tunis. Elle est reconnue par le gouvernement le 29 novembre 1937. Nous n’avons pas d’indications sur ses activités d’avant-guerre35. En revanche, dès décembre 1946, nous savons qu’elle multiplie les démarches auprès de l’administration pour défendre les intérêts des ingénieurs et techniciens tunisiens. Les archives en témoignent, l’AITT groupe alors plus d’une centaine d’adhérents : une liste adressée le 17 décembre 1947 au résident général fait état de 125 ingénieurs et techniciens tunisiens ; elle est suivie d’une liste nécrologique36. L’éventail de ces ingénieurs est assez large, avec une forte représentation des ingénieurs agronomes : une trentaine, contre 21 ingénieurs et 9 élèves ingénieurs de différentes écoles métropolitaines. Parmi cette deuxième catégorie, les ingénieurs sortis de l’École des ingénieurs de Marseille sont relativement les plus nombreux (7 ingénieurs). Mais le gros des effectifs de l’AITT est constitué par les anciens élèves de l’école professionnelle E. Loubet de Tunis, soit une cinquantaine de techniciens37.

  • 38 El Annabi, « Propositions… », op. cit., fol. 88.

36L’AITT présente des « propositions » pour 15 ingénieurs (dont un architecte) en vue de leur emploi dans des postes correspondant à leur formation38. La plupart occupent en effet, des emplois contractuels ou attendent d’être recrutés dans les différents services techniques de l’État.

37Dans cette nomenclature, deux « métiers » minoritaires nécessitent un développement ultérieur : les topographes, les plus anciens, et les architectes (10 en décembre 1948), une nouvelle catégorie professionnelle qui émerge timidement, notamment par le biais des filières de l’enseignement professionnel de l’école E. Loubet (dessinateurs, etc.).

  • 39 Le président de l’AITT (El Annabi) au délégué de la Résidence générale, le 23 janvier 1947, CADN, (...)
  • 40 La fédération demande notamment « qu’à l’occasion du départ prochain du chef du service topographi (...)
  • 41 La priorité de l’emploi étant réservée d’abord aux anciens combattants ; les Tunisiens sont exclus (...)
  • 42 Bouchrara, au nom de l’AITT au directeur des Travaux publics, non daté (fin mars 1948), CADN, séri (...)

38Dans le contexte de la revendication nationaliste de la tunisification de la fonction publique, les différentes doléances de l’AITT ne se limitent pas uniquement au problème de l’emploi mais aussi à la participation à la gestion des affaires du pays. Elles montrent l’émergence d’un corps de techniciens tunisiens conscients de leurs intérêts. L’AITT attire l’attention de la Résidence générale, par la voix de son président39, sur la situation des ingénieurs et techniciens tunisiens « encore sans travail ou occupant des situations précaires de temporaires ou de contractuels », et demande à ce que la priorité de l’emploi soit accordée aux Tunisiens, notamment dans les secteurs des PTT, des Travaux publics et de la Reconstruction. Ces revendications sont soutenues par le syndicat de l’UGTT par le biais de la Fédération générale des fonctionnaires tunisiens (FGFT), et dont fait partie Tahar Amira, secrétaire général de l’AITT. La FGFT « constate avec regret, que les cadres de la direction des Travaux publics ne comptent jusqu’à présent aucun ingénieur tunisien sur un effectif de plusieurs dizaines d’ingénieurs en chef, d’ingénieurs principaux et d’ingénieurs principaux-adjoints »40. L’ouverture des rares concours est une occasion de promotion pour les Tunisiens ; celui du 16 mars 1948 relatif au recrutement de 4 adjoints techniques est tellement assorti de conditions que les Tunisiens sont les plus lésés41. L’AITT propose même que ce concours soit réservé « uniquement aux Tunisiens », puisque sur les 102 adjoints techniques du cadre des Travaux publics, 2 seulement sont Tunisiens, ce qui constituera, selon l’association, un « léger amortissement du déséquilibre excessif des proportions entre Tunisiens et Français dans l’Administration tunisienne »42.

  • 43 L’ordre de la grève décrétée par la FGFT le 21 octobre 1948 a été suivi par les employés et foncti (...)
  • 44 Motion de l’Association des ingénieurs et techniciens tunisiens, adoptée lors de sa réunion du 24 (...)

39En décembre 1948, l’AITT hausse le ton, en prolongement de la grève des fonctionnaires tunisiens d’octobre43. Elle « dénonce l’ostracisme opposé par l’Administration tunisienne et par les sociétés privées qu’elle contrôle, à l’utilisation des ingénieurs et techniciens tunisiens dans des conditions dignes et équitables assurant l’avenir de leur carrière »44. Elle demande de mettre un terme au contrat des « techniciens d’importations » et leur remplacement par des Tunisiens dans les administrations étatiques et les services concédés ; elle proteste contre certaines dispositions de la loi des cadres qui font obstacle au recrutement des techniciens tunisiens et demande enfin à être représentée dans les organismes ayant à donner un avis sur l’équipement technique du pays et sur les projets économiques et sociaux.

40L’AITT révèle en tout cas l’émergence d’une nouvelle profession dans les secteurs modernes, celle des techniciens (au sens large). Mais nous ne disposons pas d’informations sur les autres activités de l’AITT pour apprécier son rôle dans la diffusion d’une culture technique parmi les jeunes Tunisiens.

L’Union des ingénieurs et techniciens français - groupe de Tunisie (janvier 1945)

  • 45 Bulletin de l’UNITEC n° 6 (mensuel), juin 1945.
  • 46 Dans son article « L’UNITEC au service de la France », Bouchard, secrétaire général de l’UNITEC, t (...)
  • 47 Ce groupe UNITEC-Algérie ou Union des ingénieurs et techniciens français (puis d’Algérie) est reco (...)
  • 48 Bulletin de l’UNITEC, Tunis, n° 5, mai 1945, p. 9.

41Au lendemain de la seconde guerre mondiale, des groupements français réunissant ingénieurs et techniciens vont se constituer en France et dans les colonies. En 1945 est créée l’Union des ingénieurs et techniciens en France et dans les colonies (UNITEC) qui se veut « un vaste rassemblement des ingénieurs et techniciens »3641.

Fa fédérationrses associatione des ingénieurs de Tunisiie 1950-6)eur : les ingénieule «t dans let techniciens 5)

  • 29 artic5ant dee statice de l’,an> Bulletin de l’EC,

4229.

43

  • (...)
  • 41
  • 42(...)

4446Par ailleurs, les anciens élèvrs tunisiens à lECA (do a jou93 un rôle essentiee dans la diffusie est vulgarnanisation de l’enseignemegrinécrs mode : parmi les Tunisi31)42.

  • (...)

45

  • 44 Bulletin de l’EC,Bul En 2. 9.

46 Bulletin de la fédérationrses associatione d’ingénieurs de Tuni3isars ou 29 novembre50res 50-6),ent cherres r’aoherchnt les ingénieuecoles différentes éco. Sa idarioritti de cores et idarioritie françaiss doivent se confraise. Selon Le président de l’,aur lisccasion de la fédératiTT ne se limons pes s, encourvoir lsmas grustrie ue lotoposén>Pour moivementcontre des ingénieues d’une mête écse) » celltrees drcédle «n sur er plnt plun géné,ens sur le ples ingéni…ens en tont dans du paoùqn tore représatioà t,ît à quel itropme que s droi: la tecme qie françaens »42.

  • 35 Vocirne étaion n0 m> de la Sociéton des ingénieuui pour en Frann L, ou-mituesont leu payx ultérk, (...)

47 ou darre Fagestire lonfodromturs de Tu El-Aouina (’en55mes srta SOTALurs, dômam> de la SERît Protndevillns leil groslah BAr t,s, etrts ; es="foincent dsuiduiteette e les aécrologiiens. Lehobloide trassés par lm>Bullets, concntrent l="trafonctisudes pétr,on L’organisatint technique du purs, ’équipemee est nt techniqes industrieent en généice ; bs patiot fais ausn Lbjre et dson artines. suppropode que de traitem il de cehobloise constilon Le prolongementtres activités d, la Sociéton des ingénieuui pour en Frann L, ou-mituesont leu payx ultértiiies ancta Sa Sociétie française des ingénieume coloux).s. Cet’organisatit ntniéto des étartle lors dot se gauprèu 20 avrilen 9ion, bir plae des travaun effuassés pse des ingénieurs français dans lseco»

48 a ueffur que des r’s pores dtactiviurs, la fédératlle, réusi ’av en todutl. La idarioritit au corps d’ingénie, de paie, soeilergenns letnfessiooe au flsianC) quurgartissentcont13 ingénieurs français es ingénieurs tunisieem il de ces dernibTe avec l’administratiou de protlioITT. co compétenil de cert des ingénieurs tunisie’emçaisspais o»29

40L’étude d’ingénieurs la situatime colonvaITT r dén’à lmplodn>L’enfonde est on coexioritit ahampeux d’invegnisatncCe chez les ingénietat françaide ln générationrses «essiétiers é (fit XIXe>40up> -au débXXe>40up> du siè)lesau figaur lémartit au corps dPorents CTT haannéete coibinqu ert ussi à mçaisspla plaemees à lntconaintien à lat construrcome colonvés de TuniviCe au corps devie repdédomnrent aunieuecoles années 1iceilvaete coibirsi t l="ttnfess et par lmoyiciens techniqu(es poaemees Travaux public, notamm)iou dous (voes de l’État coloniaTt sofoincede lœusuivre de ces ingénieues es bs enieons ltreà êtr crvaluentée dans du cadrs d’uhminotairlobacés de l’lindicatais dconsccetres et dts techniquenleu paat colonice ; leur afo nt techniqle et cultua>, sur la Sociétotreà êtexadocité.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable