Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

I. La naissance d’une figure technique moderne au Maghreb : de l’ingénieur réformateur à l’ingénieur colonial

Les ingénieurs de la Poste et des Travaux publics en Tunisie à l’époque coloniale : rôle stratégique et profils

Habib Belaïd

Texte intégral

1La question de la formation d’une élite économique ou technique dans la Tunisie coloniale est toujours à l’ordre du jour. En effet, l’élite tunisienne moderne est essentiellement composée d’avocats et de médecins qui ont joué, durant le protectorat, un rôle social et politique de premier plan. En revanche, l’élite technique (Guillaume, 1992) est quasiment absente. L’historiographie tunisienne a négligé jusque-là l’histoire des techniques et de leurs applications, dans la mesure où elle n’aurait relevé que du « domaine colonial ». Or, la figure de l’ingénieur colonial durant cette période ne ferait-elle pas partie de ce champ d’investigation ? (Vacher, 1999)

2Dans le cadre d’un débat plus large, on peut se poser la question de savoir pourquoi la société tunisienne a été longtemps réfractaire à l’introduction d’une culture technique moderne issue de l’industrialisation. La domination coloniale est-elle seule en cause ? La formation d’ingénieurs suffit-elle pour accéder à cette culture technique ? (Karvar, 1997)

  • 1 Direction générale des Travaux publics, Les Travaux publics du Protectorat français en Tunisie, Tu (...)

3Nous ne pouvons que constater la quasi-inexistence des ingénieurs et techniciens tunisiens dans le corps des ingénieurs de Tunisie jusqu’en 1956. Vers 1900, époque des grands travaux effectués par les autorités du protectorat, le personnel tunisien des Travaux publics ne représentait que 5 % du total du personnel permanent et temporaire1 ; plus tard, en 1945, la section tunisienne de l’Union des ingénieurs et techniciens (UNITEC) déplore, dans son bulletin, la très faible présence de techniciens tunisiens dans cet organisme.

4Les travaux de Lilia Ben Salem (1990 et 1994) expliquent en partie les raisons de la non-émergence d’un corps d’ingénieurs tunisiens, en situation coloniale. Les principales sont à rechercher dans la nature de l’enseignement dispensé sous le protectorat et dans la politique coloniale elle-même qui s’opposait à un enseignement technique de haut niveau. Partant du fait que « les fonctions techniques sont des fonctions d’encadrement professionnel, et donc social », Hocine Khelfaoui constate que le « colonialisme voulait éviter à tout prix d’avoir à assurer l’encadrement des indigènes par des indigènes » (Khelfaoui, 2000 : 20). Des raisons sociales expliquent aussi cette carence : les ingénieurs naissent ou accompagnent l’industrialisation d’un pays. Or la société tunisienne n’a pas accédé à ce type de développement.

  • 2 L’Office postal est créé par une convention signée le 29 mars 1888 entre le ministre des Affaires (...)

5Afin de vérifier ces assertions, nous nous proposons d’étudier deux institutions relativement anciennes et stratégiques, la Poste et les Travaux publics, tout en faisant quelques allusions au domaine agricole. La première remonte à une époque antérieure à l’établissement du protectorat en Tunisie. Dès 1847, est installé un système de communication à distance (télégraphe Chappe), suivi, à partir de 1860-1861, de l’installation de la télégraphie électrique, en application d’une convention tuniso-française (1859). Or celle-ci prévoyait, entre autres stipulations, la formation de techniciens tunisiens. L’Office postal tunisien, créé en 1888, devait par la suite prendre en charge l’installation et la gestion des services postaux, du télégraphe et du téléphone (1895). Pour des raisons politiques et militaires, cet Office postal est alors conçu « en dehors » de l’administration tunisienne2. Quant à la direction des Travaux publics, elle est instituée quelques mois seulement après l’établissement du protectorat en Tunisie par décret le 3 septembre 1882. Cette institution mérite qu’on s’y intéresse aussi bien par la dimension de son champ d’intervention que par le personnel affecté à ses travaux.

6Sans prétendre à l’exhaustivité, nous privilégierons trois points qui nous paraissent essentiels : l’évolution comparée des deux institutions (à travers le rôle imparti à leurs membres les plus actifs) ; la vie associative des ingénieurs telle qu’elle a pu être reconstituée grâce à l’établissement d’un corpus, enfin les itinéraires individuels, indicateurs de changement ou de rupture.

À la recherche d’un corpus d’ingénieur

  • 3 Un premier repérage dans les archives du ministère français des Affaires étrangères (MAE) à Paris (...)

7L’enquête rétrospective sur les ingénieurs en Tunisie se fonde sur des sources officielles3, complétées par les annuaires, bulletins, livres d’or, presse, etc., et par quelques témoignages oraux. Il s’est agi d’abord d’identifier le ou les groupe (s) et de constituer un corpus pour tenter une sociologie d’un corps nécessairement hétérogène. Cette démarche devait permettre de déceler, dans les rapports entre des groupes de statuts différents, les conflits ou frictions qui surgissent entre ingénieurs français métropolitains et locaux d’une part, et entre ingénieurs français et ingénieurs et techniciens tunisiens d’autre part.

8Peut-on identifier des générations d’ingénieurs dans le cas des ingénieurs français ? On sait que les bâtisseurs des premiers temps de la colonisation, surestimés par le mythe des « pionniers », tels que Paul Michaud et Georges Paviller pour les Travaux publics, ont disposé de pouvoirs étendus. Ils sont suivis par les gestionnaires dans l’entre-deux-guerres, puis par les techniciens dans l’après-guerre et au cours des années 1950. Mais dans quelle mesure ce schéma est-il valable ?

  • 4 L’apport des ingénieurs français (notamment Charles Benoit) dans la création et le fonctionnement (...)

9On fait remonter le projet de formation des techniciens et des ingénieurs en Tunisie au milieu du XIXe siècle, lorsque le réformateur Ahmed Bey a créé l’École militaire du Bardo (1838) ; mais il s’agit, comme dans le reste de l’Empire ottoman, d’ingénieurs militaires. L’absence de croissance industrielle, à la différence de l’Europe, serait l’une des principales causes de l’échec de ce projet. Mais certains grands travaux engagés par les beys ont nécessité l’appel à des ingénieurs d’État (français en général) opérant au service du pouvoir beylical4. Cependant, la colonisation, en instaurant le « pacte colonial » coupe court à tout projet d’industrialisation du pays, et la nouvelle « métropole » exporte des ingénieurs coloniaux, affirmant ainsi sa domination technique.

  • 5 Paul Michaud, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, directeur général des Travaux publics sous (...)

10Le développement des Travaux publics et de la Poste a nécessité des effectifs importants : dans les deux cas, le détachement, pour cinq ans, d’ingénieurs et techniciens français est fréquent jusqu’aux années 1920 ; par ailleurs, le recrutement de Français en contrat local entraîne une réforme des statuts et leur alignement sur ceux de la métropole. Quel que soit leur mode de recrutement (détachement à partir de la métropole ou recrutement local), le mouvement (ou rotation) des ingénieurs entre la France et la Tunisie (et inversement) relèverait des stratégies de carrières pour les ingénieurs français sans pour autant que cela ne devienne la règle5.

Le secteur des postes

  • 6 Extrait de La Dépêche tunisienne du 1er avril 1891. Voir aussi Bulletin de l’Office des postes et (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.

11À l’origine, l’infrastructure des postes nécessite un personnel qualifié : en 1891, l’ingénieur des Ponts et Chaussées, Résal, est chargé de la construction de l’hôtel des Postes à Tunis ; et Sins, ingénieur de l’Office postal dirige les travaux du réseau téléphonique6. Par ailleurs, les effectifs des postiers – français essentiellement – sont en progression constante jusqu’en 1933. Si un fléchissement relatif se dessine à partir de 1934, la crise n’aurait pas affecté cette croissance. En fait, le nivellement s’est fait à l’échelon inférieur : les fonctions de directeur des services postaux et financiers et celles des chefs de service sont supprimés ; l’emploi de directeur général7 est remplacé par un fonctionnaire ayant grade de directeur départemental ou régional de moindre importance. Quant au poste d’ingénieur ou d’inspecteur breveté, créé lors des travaux de la commission Tirmann (1924-1925), il ne sera jamais pourvu. Dans l’entre-deux-guerres, l’ingénieur se fait encore rare : en 1923, l’organigramme de l’Office postal n’en comporte qu’un seul, le chef du service technique ; poste qui sera pourvu en 1937 par le sous-ingénieur Clément. L’installation en 1938 d’une radio de diffusion d’État (Radio-PTT devenue Radio-Tunis) s’effectue sous la conduite de deux ingénieurs des PTT : l’un venant de France en mission (Godfin) ; l’autre, Jean Cabantous, est recruté en qualité de chef de service technique de l’Office postal tunisien8. En 1949, la gestion technique des différentes installations de l’Office aurait nécessité un supplément de personnels qualifiés. Quatre ingénieurs sont alors employés par l’Office : un chef de service (René Le Gourrierec), un responsable des câbles souterrains (Bergeron), un responsable du service Radio (Courvoisier) et un responsable des transports, Mohamed El Mili. Ce dernier est le seul ingénieur tunisien du secteur. L’augmentation du nombre d’inspecteurs est également significative de cette évolution : en 1936, on ne comptait que 2 inspecteurs et 12 rédacteurs (dont certains « font fonction » d’inspecteurs), contre 25 inspecteurs en activité en 1950.

  • 9 Voir à ce propos, Vedel (1984 : 63-75).

12La seconde guerre mondiale avait, en partie, favorisé l’entrée des agents tunisiens à l’Office postal, en remplacement des Français mobilisés. Secteur névralgique par excellence, les communications faisant partie de la stratégie militaire, l’Office postal avait été affecté par la guerre selon plusieurs modalités. Outre les bâtiments endommagés, le personnel avait été concerné en 1944, par la mobilisation de 284 fonctionnaires (agents permanents ou temporaires) en particulier celle des contrôleurs des installations, électromécaniciens, surveillants des dérangements, agents de lignes. Or pour des raisons « stratégiques », aucune formation d’ingénieurs tunisiens n’avait été envisagée à court ou long terme. Alors qu’en France, comme dans d’autres colonies, la conception de l’ingénieur-gestionnaire tend à s’imposer9 ; dans la Tunisie d’après-guerre, on n’assiste pas à la formation d’un corps d’ingénieurs des télécommunications.

Les ingénieurs des Travaux publics : physionomie d’un corps

13La direction générale des Travaux publics détenait des compétences très larges, aussi importantes que les Finances. En effet, cette administration centrale avait en charge la quasi-totalité des services techniques du pays. Son directeur avait rang de ministre du bey, sans autre tutelle ministérielle. Cette position exceptionnelle permet de mesurer l’importance des ingénieurs sur le plan technique et politique. Mais l’absence d’études économiques et techniques portant sur les travaux publics ne nous permet pas d’avoir une vue globale de l’évolution du corps des ingénieurs. Quelques données éparses offrent toutefois des éléments pour reconstituer ce corps.

  • 10 Créé pour assurer l’application de la loi foncière de 1885, le service topographique est chargé de (...)
  • 11 Cette concession remonte à une convention de 1872 renouvelée en 1884. Notice sur la direction des (...)

14En 1936, l’organigramme de la direction des Travaux publics fait état de 59 ingénieurs français de différents services et grades. Leur répartition par secteur est la suivante : outre l’ingénieur chef du cabinet du directeur des TP, 11 ingénieurs sont responsables des mines, 4 du service central des routes, phares et balises (incluant les ports maritimes et aériens, et la distribution de l’énergie électrique), 3 du contrôle des chemins de fer et des transports automobiles ; 17 ingénieurs sont affectés à la Compagnie fermière des chemins de fer tunisiens, 13 au service topographique10, 5 au service hydraulique, travaux communaux etc., et enfin 5 au service électrique de la Compagnie du gaz et des eaux de Tunis11.

  • 12 Construction de barrages : 7 étaient prévus à la fin des années 1940, 3 étaient en cours en 1948 : (...)
  • 13 On a recruté, dans l’immédiat après-guerre, des ingénieurs suisses (2 ou 3), mais on n’a jamais év (...)

15Dans l’immédiat après-guerre, les problèmes de la reconstruction, la recherche de nouvelles formes d’énergie12, entre autres, ont provoqué l’augmentation des effectifs d’ingénieurs et de techniciens. La majeure partie d’entre eux vient de la métropole, avec parfois un passage par l’Algérie. Leur statut prend la forme d’un détachement de cinq ans renouvelables. La part des personnels locaux français est infime et plus encore celle des Tunisiens13. Le recrutement des ingénieurs évolue presque en cercle fermé parmi les diplômés des grandes écoles françaises, mais les directeurs des Travaux publics sont en général choisis parmi ceux qui ont exercé longtemps en Tunisie (par exemple, Gosselin dans l’hydraulique agricole depuis 1922, ou J.-L. Bonnenfant depuis 1932). Compte tenu de la situation économique du pays, l’expérience et l’initiative personnelles comptent beaucoup plus qu’en France, notamment pour accéder à des postes de responsabilité régionaux ou nationaux. L’expérience « tunisienne » est vivement souhaitée pour ces responsabilités.

  • 14 La répartition des personnels entre 1939 et 1950 est la suivante : Les cadres (ingénieurs en chef, (...)

16Les effectifs dans le secteur des Travaux publics (français et tunisiens) sont passés de 967 en 1939 à 1 159 en janvier 1950, avec un noyau de personnels stables (moyenne hiérarchie) formé essentiellement de Français, et une forte proportion de personnels subalternes14. Si les Tunisiens sont relativement nombreux au sein des personnels d’encadrement ou des personnels auxiliaires : chefs de brigade, adjoints administratifs, etc., on ne les trouve que dans des secteurs qui ne demandent pas de technicité particulière. Une étude sociale plus approfondie permettrait d’apprécier, outre la structuration du secteur, les logiques qui sous-tendent son fonctionnement.

  • 15 Ce corps d’État, comme les autres (constitués en France aux XVIIe et XVIIIe siècles), « sont créés (...)

17La prédominance des ingénieurs des Ponts et Chaussées au sein des Travaux publics s’explique par la volonté de l’État d’entretenir et de contrôler l’infrastructure15 et de dominer l’espace territorial par divers moyens techniques (les TP et les PTT). Les trois premiers directeurs des Travaux publics sont eux-mêmes issus des Ponts et Chaussées. En outre, après la seconde guerre mondiale et la campagne de Tunisie, la reconstruction est urgente dans les domaines de l’infrastructure ou de l’outillage économique, ce qui augmente encore le champ d’intervention des ingénieurs des Ponts et Chaussées.

18Sur les treize ingénieurs des Travaux publics de l’État (TPE) proposés pour le renouvellement de leur détachement en Tunisie en 1946, douze appartiennent au corps des Ponts et Chaussées, un seul des Mines. Les ingénieurs des Ponts et Chaussées, toutes catégories confondues (quatre classes) prédominent donc dans cette direction, alors que dans l’administration des Postes, on trouve des polytechniciens, tels que Jean Dezès, directeur de l’Office postal de Tunisie, après des études à l’École nationale supérieure de télécommunications.

  • 16 « Rémunération des fonctionnaires de la direction des Travaux publics de Tunisie », Rapport de mis (...)
  • 17 « Rémunération des fonctionnaires… », Rapport de mission de M. Vincent, inspecteur général des Pon (...)

19Une liste de 1949, confirme cette prédominance du corps des Ponts et Chaussées au détriment de celui des Mines : Sur les six ingénieurs en chef en fonction, trois appartiennent au corps des Ponts et Chaussées et un au corps des Mines. L’ingénieur en chef des transports est un polytechnicien provenant de la SNCF. L’ingénieur en chef du service des Aménagements urbains et du service topographique est Tunisien, mais ancien élève de l’École polytechnique à titre étranger. Sur les 7 ingénieurs principaux, 6 appartiennent au corps des Ponts et Chaussées et un aux Mines16. Les ingénieurs des Travaux publics du service des Ponts et Chaussées se recrutent, en majorité, parmi les ingénieurs d’État du cadre métropolitain. Pour le cadre français local, les possibilités de recrutement sont soit le concours public (avec le même programme que celui d’ingénieur TPE dans la métropole), soit l’examen professionnel ouvert aux adjoints techniques17.

20Dans le secteur privé, comme à la Compagnie des phosphates et du chemin de fer de Gafsa, du moins pendant les premiers temps de sa constitution, la plupart des ingénieurs sont des polytechniciens, militaires reconvertis au secteur privé. Les directeurs de la Compagnie en Tunisie sont aussi des ingénieurs. On peut citer, entre autres, Paul Burseaux (1887), ancien capitaine de l’armée française en Tunisie, qui a joué dès son arrivée en Tunisie en 1893 un rôle éminent dans l’exploitation et l’organisation de la mine de Métlaoui ; Alfred Beaugé, autre polytechnicien (1901), est un officier du génie et le beau-frère de Paul Burseaux ; Henri Boissé quant à lui est ingénieur des Arts et Métiers, etc. (Dougui, 1995 : 113-119). Société anonyme, la Compagnie des phosphates ne semble pas avoir employé d’ingénieurs tunisiens jusqu’à la fin des années 1950 ; il en est de même pour le réseau ferroviaire (Gharbi, 1994).

  • 18 En 1954, la Compagnie fermière des chemins de fer compte 4 000 agents d’exécution, dont 2 100 Fran (...)
  • 19 Ces ingénieurs sont répartis comme suit : 4 diplômés de l’École polytechnique, 10 de l’École des M (...)

21Si l’État colonial reste le principal employeur des ingénieurs tunisiens, on ne les trouve pas dans les secteurs stratégiques. En 1954, on a pu recenser, en effet, 22 ingénieurs diplômés et 16 sous-ingénieurs tunisiens. Toutefois, dans les secteurs des Mines, de l’Industrie et de l’Énergie qui regroupent 26 ingénieurs et géologues, les ingénieurs tunisiens représentent une infime minorité, soit un ingénieur et 2 géologues. Aucun Tunisien n’exerce dans la Compagnie fermière des chemins de fer (50 ingénieurs et dirigeants subalternes18 en 1954), à la Compagnie de phosphate Sfax-Gafsa (20), et à la Compagnie d’électricité et transports. Anousheh Karvar évalue à 36, les diplômés tunisiens des grandes écoles françaises, l’année de l’indépendance du pays (Karvar, 1997 : 266)19.

22Par ailleurs, les compétences techniques de ces ingénieurs diplômés tunisiens ne sont pas toujours utilisées d’une manière rationnelle. L’ingénieur des télécommunications, Mohamed Mili, a été chargé en 1947 des Transports (parc automobiles). Tahar Amira, ingénieur des Mines, dénonce, au nom de l’Association des ingénieurs et techniciens tunisiens, sa marginalisation par l’Administration. Par obligation ou par choix personnel, la plupart d’entre eux se retrouvent au début des années 1950 dans la fonction publique, c’est-à-dire aux postes de commande politique. Ceci déplaît à quelques administrateurs coloniaux qui voient, à la veille de l’indépendance, une inversion des rôles et une menace éventuelle pour les intérêts français :

  • 20 Ministère de l’Industrie à Tunis, Note sur Service des industries diverses, Intérêts français, Arc (...)

23« Les ingénieurs tunisiens marquent une prédilection pour l’Administration, et une répugnance complète pour l’industrie. Sur 22 ingénieurs, 13 sont fonctionnaires, 3 en chômage ou en fuite, 6 seulement sont placés dans l’industrie ou à leur propre compte. Cette situation est d’autant plus grave pour les intérêts français que les ingénieurs tunisiens s’efforçant tous de se placer dans les services administratifs contrôlant les entreprises industrielles ou de travaux publics françaises et à cadre français, c’est un véritable contrôle des Français par les Tunisiens qui tend à s’instaurer »20.

24Cette situation découle-t-elle d’une véritable « stratégie d’occupation » de l’Administration par les cadres techniques tunisiens, prônée par les nationalistes tunisiens ? Ou est-elle la conséquence de l’exclusion des ingénieurs tunisiens des secteurs industriels ou stratégiques ?

25De son côté, le directeur des Travaux publics de la Tunisie constate que « le Tunisien n’est pas porté vers les carrières techniques, mais plutôt vers les carrières libérales ». « Certes, écrit-il, il est plus difficile, pour un bachelier de mathématiques élémentaires de préparer les concours des grandes écoles que de se faire inscrire dans une faculté de droit, de médecine ou de pharmacie. D’autre part, ce n’est un secret pour personne en Tunisie que les carrières administratives spécifiquement tunisiennes sont plus lucratives que les carrières techniques ».

  • 21 À l’Institut des hautes études de Tunis, créé en 1945, la section des études scientifiques ne donn (...)
  • 22 L’École aurait pour but « de donner aux jeunes gens un enseignement professionnel susceptible d’en (...)

26Les voies d’accès aux grandes écoles françaises sont étroites : à Tunis jusqu’en 1947, il n’existait qu’une seule classe de mathématiques supérieures au Lycée Carnot, établissement français21. Les chances sont très réduites de passer le concours d’entrée par le niveau des mathématiques supérieures à l’École des ingénieurs des travaux publics de l’État, créée au début des années 1950 ; ils doivent chercher d’autres filières. L’École professionnelle Émile Loubet à Tunis dispense un enseignement technique et ne forme que des cadres moyens de maîtrise22. Elle comprend des sections d’électricité, de mécanique et de travaux publics (améliorations des connaissances acquises). Elle permet, en outre, de « préparer les élèves qui le désirent au concours d’entrée dans les écoles techniques du degré secondaire (Arts et Métiers, Écoles des apprentis mécaniciens de la Flotte, Écoles industrielles diverses). Nous ne disposons pas d’étude de la population scolaire de cette école, mais elle semble avoir été peu fréquentée par les Tunisiens jusqu’à la fin des années 1940 et le début des années 1950 (Belaïd, 1997a : 86).

  • 23 Pierre Vermeren (2000 : 378-384, 388), dont la partie traitant de la Tunisie est un peu générale, (...)
  • 24 Elles se répartissent comme suit : 86 dans les industries alimentaires et 321 dans les « autres in (...)

27Il convient aussi de tenir compte de l’environnement culturel et économique. Si le modèle de réussite sociale chez les Tunisiens n’est pas encore celui de l’ingénieur, – profession accaparée par les Français et dont les débouchés ne sont pas sûrs en dépit de longues études coûteuses (Ben Salem, 1976 : 36-38)23 – en revanche, les professions d’avocat et de médecin sont beaucoup plus accessibles. Surtout elles échappent en grande partie au contrôle de l’État colonial. Sur le plan économique, le secteur industriel tunisien utilisant des ressources locales reste embryonnaire, malgré le développement pendant la seconde guerre mondiale d’une industrie « de substitution » demeurée fragile : 1 590 sociétés sont pourtant constituées entre 1943 et 1948, françaises pour l’essentiel24.

La nationalité : un instrument du maintien des intérêts français en Tunisie ?

  • 25 « J’ai toujours prôné l’association franche et complète avec les Tunisiens sur le plan économique, (...)
  • 26 Ibid.

28La préparation des conventions franco-tunisiennes en 1954 a montré le rôle essentiel des ingénieurs français dans le maintien des intérêts économiques et stratégiques de la France en Tunisie, sous l’apparence d’un corps réputé apolitique. Amorcée dès la fin de la seconde guerre mondiale, la décolonisation se concrétise progressivement en associant de plus en plus de Tunisiens à la gestion de certaines sociétés25, grâce aux représentants des courants libéraux et éclairés au sein de l’administration française. Selon le directeur des Travaux publics, dès 1948, « le raidissement du nationalisme interdisait de plus en plus au Gouvernement tunisien de concéder une richesse nationale à une société capitaliste privée "étrangère" (même française) ». En outre, il n’existait pas de capitalistes tunisiens privés désireux d’investir dans une société par actions. La solution proposée par Jean Mathieu, fut donc de bâtir des compagnies d’économie mixte26 : le capital provenait de l’État tunisien, d’une part, et des sociétés nationales et privées françaises et de l’État français, d’autre part. Ces entreprises devaient constituer le noyau des futures entreprises « nationales » tunisiennes. On peut en citer quelques-unes : la Société des forces hydroélectriques de Tunisie (SFHET), en participation d’EDF ; la Société de recherche et d’exploitation des pétroles de Tunisie (SEREPT) dont une partie du capital est fourni par la Compagnie française des pétroles ; ou encore la Société de transports par avion Tunis-Air, avec une participation d’Air France.

29Le conseil d’administration de ces sociétés mixtes associait des fonctionnaires tunisiens à égalité avec les Français : à la SEREPT, Mohamed Ali El Annabi, ingénieur en chef à la direction des Travaux publics, faisait partie des quatre représentants de l’État tunisien avec Rachid Ben Osman, caïd honoraire, de Frondeville, ingénieur en chef des Mines à la direction des Travaux publics, et Boinard, sous-directeur des impôts. Cette situation de transition était-elle une étape préparant la tunisification complète de ces sociétés ou plutôt leur « étatisation » ?

  • 27 Ibid.
  • 28 Le syndicat de l’UGTT et le parti du Néo-Destour revendiquaient depuis plusieurs années la nationa (...)

30Pour le directeur des Travaux publics, l’intérêt stratégique de la France exigeait un contrôle des ports maritimes de Tunis, Bizerte, et Sfax ; des transports ; et, dans certains cas, de la production et du transport de l’électricité (interconnexion avec l’Algérie) ; enfin, un contrôle des recherches pétrolières et des exploitations minières27. Dans la conception de l’époque, la protection (ou le contrôle) de certains secteurs reste attachée à la notion de « défense de territoire » dont la France continue à avoir la charge. Pour la même raison, la direction des Travaux publics propose le maintien d’ingénieurs français en Tunisie, notamment dans les secteurs des transports, des mines28, des carburants et de l’électricité.

  • 29 Archives du MAE, série Tunisie 1950-1951, carton n° 397.

31L’enjeu est d’importance à la veille de l’indépendance : par le biais des ingénieurs, la France possède, entre autres, deux atouts majeurs : la technicité, et les plans relatifs à la défense du territoire. D’autant plus que les ingénieurs tunisiens ne sont pas légion dans ces secteurs : dans les services routiers, on compte un seul ingénieur (principal) tunisien sur 39 ingénieurs français de différents grades ; au service topographique, sur les 77 ingénieurs, 14 sont Tunisiens, dont un ingénieur principal, chef de service ; le service maritime ne compte aucun ingénieur tunisien parmi les 10 ingénieurs opérant dans ce service29. Il arrive néanmoins que des Tunisiens occupent la place de premier plan dans certains services (parmi les plus anciens ?), comme celui des bâtiments civils ou le service topographique.

32En dehors de leurs activités techniques ou administratives, les ingénieurs exercent des activités sociales et culturelles qui leur donnent une certaine légitimité institutionnelle tout en leur permettant en partie de diffuser une certaine culture technique.

La vie associative des ingénieurs

  • 30 En 1908, 13 ingénieurs français et un géomètre tunisien attaché à l’Administration des Habous (Cha (...)
  • 31 Voir à ce propos Lucas & Dubar (1994).

33Si la participation des rares ingénieurs tunisiens aux services techniques est restreinte dans le système colonial qui les néglige, en revanche, leur implication dans la vie sociale et culturelle est intense. Quelques figures émergent, telles celles de Mohamed Ali El Annabi, premier ingénieur polytechnicien tunisien (1929) qui a été pendant plusieurs années, président d’une association postscolaire et d’une association d’ingénieurs et techniciens tunisiens. Il donnait souvent des conférences, encourageait les étudiants à poursuivre des études en France à travers l’Association des étudiants nord-africains en France. Tahar Amira, Mahmoud Ben Ezzeddine et Abdallah Ben Saïd, entre autres, s’impliquèrent aussi dans des activités associatives, syndicales et politiques diverses. Mohamed El Mili, ingénieur des télécommunications, devient en 1951 le président d’une association de jeunes (voir leur biographie ci-dessous). Parmi les Français, un grand nombre d’ingénieurs ont animé diverses associations d’assistance mutuelle, associations régionales, culturelles30 ou de bienfaisance, mais aussi à caractère technique ou scientifique. Ces groupements amicalistes ou professionnels, nés dès le début du siècle, sont autant d’indicateurs de la constitution de groupes professionnels conscients de leur identité professionnelle, souvent confondue avec l’identité nationale31.

L’Amicale du personnel des travaux publics (15 juin 1905)

  • 32 Bulletin de la Société amicale et d’assistance mutuelle du personnel des travaux publics, n° 1, fév (...)
  • 33 Dont 14 agents métropolitains, ibid., p. 11.
  • 34 Voir aussi Shinn (1978 : 52-71).

34Constituée le 15 juin 1905 par arrêté du Premier ministre, la Société amicale et d’assistance mutuelle du personnel des travaux publics a l’originalité de défendre le personnel français local contre le personnel métropolitain. Elle demande que le recrutement se fasse sur un critère de compétence parmi la catégorie d’employés qu’elle représente. Elle se propose « d’apporter son appui pour la sauvegarde des intérêts moraux et matériels de ses membres »32 et traite en priorité des questions de statuts, de traitements, concernant le personnel des Travaux publics. En janvier 1906, la Société compte 226 membres actifs33 appartenant à tous les services, 126 membres adhérents et 3 membres associés. Ces derniers, classés parmi les membres bienfaiteurs, sont les ingénieurs Boulle, Jomier, Vincent et Alphonse Durel, outre Eugène de Fages, directeur général des Travaux publics. Cette association française est ouverte à toutes les catégories de personnel des Travaux publics. Nous avons perdu la trace de cette amicale. Il est possible qu’il y ait eu d’autres groupements d’ingénieurs français dans l’entre-deux-guerres, alors qu’un vaste mouvement de protection des titres et des professions se développait en France et dans les colonies (Grelon, 1986 : 7-31)34. Nous avons peu d’informations à ce sujet. Cependant, en 1937, une association tunisienne est constituée comme réplique à l’amicale française.

L’Association des ingénieurs et techniciens tunisiens (1937) : émergence d’une nouvelle profession ?

  • 35 Association des ingénieurs et techniciens tunisiens, Archives nationales de Tunisie à Tunis (ANT), (...)
  • 36 Cette liste comprend : Salah Ben Salah, des Mines de St Etienne, Ch. El Okby, topographe, M. Kaâk, (...)
  • 37 La physionomie de ces adhérents est la suivante : 6 ingénieurs diplômés des grandes écoles (3 des (...)

35L’Association des ingénieurs et techniciens tunisiens (AITT) a été créée par Mohamed Ali El Annabi, président de l’Association des anciens élèves du collège Sadiki (1905). Les deux groupements partagent le même local, au 13 rue Dar el Jeld à Tunis. Elle est reconnue par le gouvernement le 29 novembre 1937. Nous n’avons pas d’indications sur ses activités d’avant-guerre35. En revanche, dès décembre 1946, nous savons qu’elle multiplie les démarches auprès de l’administration pour défendre les intérêts des ingénieurs et techniciens tunisiens. Les archives en témoignent, l’AITT groupe alors plus d’une centaine d’adhérents : une liste adressée le 17 décembre 1947 au résident général fait état de 125 ingénieurs et techniciens tunisiens ; elle est suivie d’une liste nécrologique36. L’éventail de ces ingénieurs est assez large, avec une forte représentation des ingénieurs agronomes : une trentaine, contre 21 ingénieurs et 9 élèves ingénieurs de différentes écoles métropolitaines. Parmi cette deuxième catégorie, les ingénieurs sortis de l’École des ingénieurs de Marseille sont relativement les plus nombreux (7 ingénieurs). Mais le gros des effectifs de l’AITT est constitué par les anciens élèves de l’école professionnelle E. Loubet de Tunis, soit une cinquantaine de techniciens37.

  • 38 El Annabi, « Propositions… », op. cit., fol. 88.

36L’AITT présente des « propositions » pour 15 ingénieurs (dont un architecte) en vue de leur emploi dans des postes correspondant à leur formation38. La plupart occupent en effet, des emplois contractuels ou attendent d’être recrutés dans les différents services techniques de l’État.

37Dans cette nomenclature, deux « métiers » minoritaires nécessitent un développement ultérieur : les topographes, les plus anciens, et les architectes (10 en décembre 1948), une nouvelle catégorie professionnelle qui émerge timidement, notamment par le biais des filières de l’enseignement professionnel de l’école E. Loubet (dessinateurs, etc.).

  • 39 Le président de l’AITT (El Annabi) au délégué de la Résidence générale, le 23 janvier 1947, CADN, (...)
  • 40 La fédération demande notamment « qu’à l’occasion du départ prochain du chef du service topographi (...)
  • 41 La priorité de l’emploi étant réservée d’abord aux anciens combattants ; les Tunisiens sont exclus (...)
  • 42 Bouchrara, au nom de l’AITT au directeur des Travaux publics, non daté (fin mars 1948), CADN, séri (...)

38Dans le contexte de la revendication nationaliste de la tunisification de la fonction publique, les différentes doléances de l’AITT ne se limitent pas uniquement au problème de l’emploi mais aussi à la participation à la gestion des affaires du pays. Elles montrent l’émergence d’un corps de techniciens tunisiens conscients de leurs intérêts. L’AITT attire l’attention de la Résidence générale, par la voix de son président39, sur la situation des ingénieurs et techniciens tunisiens « encore sans travail ou occupant des situations précaires de temporaires ou de contractuels », et demande à ce que la priorité de l’emploi soit accordée aux Tunisiens, notamment dans les secteurs des PTT, des Travaux publics et de la Reconstruction. Ces revendications sont soutenues par le syndicat de l’UGTT par le biais de la Fédération générale des fonctionnaires tunisiens (FGFT), et dont fait partie Tahar Amira, secrétaire général de l’AITT. La FGFT « constate avec regret, que les cadres de la direction des Travaux publics ne comptent jusqu’à présent aucun ingénieur tunisien sur un effectif de plusieurs dizaines d’ingénieurs en chef, d’ingénieurs principaux et d’ingénieurs principaux-adjoints »40. L’ouverture des rares concours est une occasion de promotion pour les Tunisiens ; celui du 16 mars 1948 relatif au recrutement de 4 adjoints techniques est tellement assorti de conditions que les Tunisiens sont les plus lésés41. L’AITT propose même que ce concours soit réservé « uniquement aux Tunisiens », puisque sur les 102 adjoints techniques du cadre des Travaux publics, 2 seulement sont Tunisiens, ce qui constituera, selon l’association, un « léger amortissement du déséquilibre excessif des proportions entre Tunisiens et Français dans l’Administration tunisienne »42.

  • 43 L’ordre de la grève décrétée par la FGFT le 21 octobre 1948 a été suivi par les employés et foncti (...)
  • 44 Motion de l’Association des ingénieurs et techniciens tunisiens, adoptée lors de sa réunion du 24 (...)

39En décembre 1948, l’AITT hausse le ton, en prolongement de la grève des fonctionnaires tunisiens d’octobre43. Elle « dénonce l’ostracisme opposé par l’Administration tunisienne et par les sociétés privées qu’elle contrôle, à l’utilisation des ingénieurs et techniciens tunisiens dans des conditions dignes et équitables assurant l’avenir de leur carrière »44. Elle demande de mettre un terme au contrat des « techniciens d’importations » et leur remplacement par des Tunisiens dans les administrations étatiques et les services concédés ; elle proteste contre certaines dispositions de la loi des cadres qui font obstacle au recrutement des techniciens tunisiens et demande enfin à être représentée dans les organismes ayant à donner un avis sur l’équipement technique du pays et sur les projets économiques et sociaux.

40L’AITT révèle en tout cas l’émergence d’une nouvelle profession dans les secteurs modernes, celle des techniciens (au sens large). Mais nous ne disposons pas d’informations sur les autres activités de l’AITT pour apprécier son rôle dans la diffusion d’une culture technique parmi les jeunes Tunisiens.

L’Union des ingénieurs et techniciens français - groupe de Tunisie (janvier 1945)

  • 45 Bulletin de l’UNITEC n° 6 (mensuel), juin 1945.
  • 46 Dans son article « L’UNITEC au service de la France », Bouchard, secrétaire général de l’UNITEC, t (...)
  • 47 Ce groupe UNITEC-Algérie ou Union des ingénieurs et techniciens français (puis d’Algérie) est reco (...)
  • 48 Bulletin de l’UNITEC, Tunis, n° 5, mai 1945, p. 9.

41Au lendemain de la seconde guerre mondiale, des groupements français réunissant ingénieurs et techniciens vont se constituer en France et dans les colonies. En 1945 est créée l’Union des ingénieurs et techniciens en France et dans les colonies (UNITEC) qui se veut « un vaste rassemblement des ingénieurs et techniciens »45. Elle agit en liaison avec le mouvement de la Résistance française, insiste dans son bulletin sur le rôle social de l’ingénieur46. Un groupement semblable a été créé à Alger (1944)47 et un autre en Tunisie l’UNITEC – groupe de Tunisie (janvier 1945). L’UNITEC Tunisie publie un bulletin qui contient, outre des renseignements sur la vie du groupe, des études d’ingénieurs sur des thèmes d’actualité : le développement de l’électricité en Tunisie, l’agriculture, l’urbanisme, etc. Cette association regroupe 384 membres (dont 240 sont à Tunis) : parmi les ingénieurs, techniciens et contremaîtres. Lors de son assemblée générale du 12 mai 1945, elle émet le regret que les camarades tunisiens soient « encore trop peu nombreux » parmi eux48.

La Fédération des associations des ingénieurs de Tunisie (1950-1956) : les ingénieurs « sans les techniciens »

  • 49 Article 5 des statuts de la FAIT, Bulletin de la FAIT, n° 1, novembre 1950, p. 5.

42Créée en 1948 par le centralien Jean Tommy-Martin, comme un lieu de rassemblement de tous les ingénieurs, la Fédération des associations des ingénieurs de Tunisie (FAIT) est reconnue deux ans plus tard par arrêté du 13 octobre 1950. Elle a pour but : « d’étudier toutes les questions d’ordre technique, social et moral intéressant l’ensemble des ingénieurs et de mettre en œuvre des mesures propres à apporter des solutions à ces questions ; d’établir des liaisons amicales permanentes entre les ingénieurs et entre leurs corps (et) leurs groupements régionaux. Les membres actifs de droit sont les anciens élèves d’une école représentée en Tunisie par une association dont ils sont membres. » Cette organisation française groupe également des ingénieurs tunisiens sortis des écoles métropolitaines. Parmi ces derniers, Abdelaziz Zenaïdi a occupé pendant quelques mois la fonction de trésorier au sein du bureau exécutif de la Fédération (1952). La cotisation annuelle est assez élevée : 100 francs pour les membres actifs, inscrits à une association d’école et 200 francs pour les autres49.

43L’identification professionnelle (par école) est très forte chez les ingénieurs. À cette fin, la FAIT a publié à deux reprises, les listes nominatives des ingénieurs adhérents à la fédération ; ces listes nous livrent des informations précieuses, mais sans indication des filières ni des caractéristiques de chaque groupe. Ces données permettent en tout cas d’apprécier, à grands traits, la physionomie du corps des ingénieurs en Tunisie au début des années 1950.

  • 50 L’École coloniale d’agriculture de Tunis (ECAT) créée en 1898 prend le nom d’École supérieure d’ag (...)
  • 51 Magnin (1962 : 185-191) estime à 48 le nombre d’ingénieurs agricoles tunisiens en 1956.
  • 52 Notamment à l’école agricole de l’Ansarine (devenue école agricole de Sminja) qui dispense un ense (...)

44En 1952, la FAIT regroupe environ 800 ingénieurs provenant de 14 écoles différentes et répartis dans diverses professions et localités du pays. Nous constatons qu’un peu plus de la moitié (402) sont des ingénieurs agricoles ou agronomes (dont 22 Tunisiens) que nous évoquons ici à titre comparatif50. Un grand nombre parmi ces derniers a été formé à l’École coloniale d’agriculture de Tunis (ECAT), ouverte en 1898, mais le diplôme d’ingénieur agronome n’est reconnu qu’en décembre 1938, grâce à la persévérance de l’Association des anciens élèves de l’ECAT (Boüé, 1991 : 224-226), créée en 1904. On compte une cinquantaine d’ingénieurs agricoles tunisiens formés à l’ECAT jusqu’en 195651. Par ailleurs, les anciens élèves tunisiens de l’ECAT ont joué un rôle essentiel dans la diffusion et la vulgarisation de l’enseignement agricole moderne parmi les Tunisiens52.

  • 53 Association des ingénieurs agronomes de Tunisie, (maison des Agriculteurs, Avenue Roustan, Tunis), (...)

45Cependant, nombreux sont les gadz’Arts sortis des Arts et Métiers (112 tous Français), suivis des ingénieurs de Polytechnique (75, dont un Tunisien). Elle a été présidée successivement (1948-1951) par le centralien Jean Tommy-Martin, le polytechnicien Germain Abadie (1909), l’agronome Antonin Coupin (diplôme de l’Institut national agronomique), président en 1948 de l’Association des ingénieurs agronomes de Tunisie53, le centralien Georges Michel (1920) et Joseph Descotes-Genon, ingénieur diplômé de l’Institut électromécanique de Grenoble (1920).

  • 54 Descotes-Genon, président de la FAIT, voir Bulletin de la FAIT, n° 2, juillet 1952.

46Outre la solidarité qui unit les ingénieurs d’une même école, le Bulletin de la Fédération des associations d’ingénieurs de Tunisie (paru de novembre 1950 à 1956), cherche à rapprocher les ingénieurs des différentes écoles. Solidarité de corps et solidarité française doivent se confondre. Selon le président de la FAIT, la mission de la Fédération ne se limite pas à encourager la camaraderie « localisée pour le moment entre les ingénieurs d’une même école ». Elle doit déborder « sur un plan plus général, sur le plan ingénieur… surtout dans ce pays où nous représentons tous, à quelque titre que ce soit, la technique française »54.

  • 55 Voir circulaire n° 30 de la Société des ingénieurs pour la France d’outre-mer et les pays extérieu (...)

47Les principales activités de la Fédération des associations des ingénieurs de Tunisie sont l’organisation des conférences, des visites d’usines ou de barrages, de l’aérodrome de Tunis El-Aouina (en 1955 : usine SOTAL, sondage de la SEREPT à Protville, les silos de Ben Arous, etc.) ; et, parfois, des visites de sites archéologiques. Les thèmes traités par le bulletin concernent l’extraction du pétrole, l’organisation technique du pays, son équipement et la technique industrielle en général ; le béton fait aussi l’objet d’un article. On suppose que le traitement de ces thèmes constitue le prolongement des activités de la Société des ingénieurs pour la France d’outre-mer et les pays extérieurs (ancienne Société française des ingénieurs coloniaux). Cette organisation a tenté d’établir lors de son congrès du 20 avril 1949, un bilan des travaux effectués par des ingénieurs français dans le monde55. Des visites d’entreprises sont organisées périodiquement. Un « Bal des ingénieurs » a lieu tous les ans au Majestic Hôtel. D’autres corps tels que le Club Archi (architectes) sont invités. La FAIT a souhaité la construction de la Maison de l’ingénieur, à l’instar de certaines villes métropolitaines.

  • 56 « Il n’est pas douteux que la tournure d’esprit des Tunisiens, les porte aux arguties juridiques e (...)

48À la lecture de ses rapports d’activité, la Fédération, soucieuse avant tout de la solidarité du corps des ingénieurs, passe sous silence les tensions ou conflits qui surgissent entre ingénieurs français et ingénieurs tunisiens et de ces derniers avec l’administration du protectorat. La compétence de certains ingénieurs tunisiens est mise en cause56. De plus, un grand nombre d’entre eux ne sont pas affectés à des tâches techniques, mais occupent des emplois administratifs.

49Nous ignorons encore les raisons qui ont empêché certains ingénieurs tunisiens d’adhérer à la Fédération des associations d’ingénieurs de Tunisie. Des raisons politiques peuvent être avancées : à partir de 1952 et probablement à la suite des opérations de la résistance armée, Abdelaziz Zenaïdi, trésorier de la Fédération, n’assiste plus aux réunions des assemblées générales de cette organisation. Tahar Amira, ingénieur des Mines (1945), était engagé très tôt dans l’action nationaliste et, plus tard, en soutenant la résistance armée. Ezzeddine Abbassi, ingénieur des TP (1946), inspecteur, futur ministre des Travaux publics dans le ministère Tahar Ben Ammar (1955), est « très mal vu par le personnel français ».

Conclusion

50L’étude des ingénieurs en situation coloniale a révélé à la fois l’étendue et la complexité du champ d’investigation. Chez les ingénieurs français, la génération des « pionniers » (fin du XIXe -début XXe siècle) inaugure la marche du corps des Ponts et Chaussées, contribuant ainsi à la mise en place et à l’entretien de l’infrastructure coloniale de Tunisie. Ce corps devient prédominant au cours des années 1940 ; il va contribuer à l’extension par les moyens techniques (poste et Travaux publics notamment) du pouvoir de l’État colonial. Toutefois, l’œuvre de ces ingénieurs « bâtisseurs » doit être réévaluée dans le cadre d’une histoire globale de l’application des sciences et des techniques en pays colonial ; leur impact technique et culturel sur la société doit être examiné.

  • 57 Voir Annexes : la biographie de quelques figures d’ingénieurs tunisiens.

51Après l’installation du protectorat en Tunisie, l’ingénieur civil a remplacé progressivement l’ingénieur militaire. Le recrutement des ingénieurs va évoluer en cercle fermé parmi les diplômés de la métropole. Une professionnalisation se développe chez les ingénieurs et techniciens français dès le début du XXe siècle en écho à celle de la métropole, alors qu’elle est plus tardive chez les ingénieurs et techniciens tunisiens. Ceux-ci émergent en effet, au cours des années 1940, dans un cadre colonial qui favorise leur politisation. Des ingénieurs comme T. Amira, E. Abbassi, A. El Fekih, sont tentés par le syndicalisme des cadres (Fédération des fonctionnaires) ou par la lutte nationaliste. Les techniciens tunisiens qui ont poursuivi un enseignement professionnel, sont relativement peu nombreux, soit une cinquantaine à la fin des années 1940. Leur promotion par concours pour le grade d’adjoint technique puis d’ingénieur reste une exception (A. Ben Saïd pour la Poste). Cette génération de « pionniers » et héritiers de leurs prédécesseurs français, joue un rôle déterminant. D’abord ils demandent dès la fin des années 1940, notamment par le biais de leur amicale, la priorité de l’emploi des Tunisiens, puis la tunisification des secteurs techniques. Ensuite ils assurent la relève. La plupart d’entre eux vont occuper des postes dans la haute administration ministérielle tels Abbassi pour les Travaux publics, Ben Cheikh et Khouadja pour les PTT57.

52La promotion des ingénieurs et techniciens tunisiens a donc été possible, mais pour quelques personnalités. Le mérite individuel est souvent mis en relief par les acteurs eux-mêmes. On a insisté sur la « méritocratie scolaire » (Vermeren, 2000) de la première génération des pionniers, sans passé ou environnement industriels. La plupart d’entre eux sont venus par hasard à la profession d’ingénieur, bénéficiant des possibilités offertes du moment : les rares prêts d’honneur ou le soutien des familles et des associations d’étudiants. La voie d’accès demeure étroite. Les études poursuivies au collège Sadiki dispensant un enseignement moderne nécessitent le passage – obligé – par le lycée Carnot de Tunis (pour le bac math). L’enseignement professionnel forme des cadres de maîtrise sans possibilité réelle de promotion.

53En mal de « reconnaissance » coloniale, les premiers ingénieurs tunisiens (venus trop tôt ?) seront sacrifiés (Salah Ben Salah est mort en exil, Anouar Kort resté longtemps au chômage, etc.). Les seconds, sortis au cours des années 1940, du moins la plupart d’entre eux, occuperont des emplois temporaires ou ne correspondant pas toujours à leur formation. Cependant, des figures emblématiques émergent (El Annabi le polytechnicien, relayé par Latiri dans les TP, El Milli pour les PTT), perpétuent le culte de l’ingénieur maîtrisant la science et la technique. En diffusant un enseignement technique (notamment à l’école Émile Loubet), la première génération a contribué à la diffusion d’une certaine culture technique chez les jeunes dont les effets, encore peu connus, paraîtront au cours des années 1960.

54La décolonisation et ses péripéties ont révélé le rôle stratégique des ingénieurs, corps réputé apolitique, dans le maintien des intérêts économiques et stratégiques de l’ancienne métropole : sont-ils les instruments ou les acteurs de cette politique ?

Bibliographie

Bibliographie

BELAID Habib, « Aux origines des postes et des télécommunications dans la Régence de Tunis : postes et postiers en Tunisie aux XIXe et XXe siècles », Actes du Colloque international, Les relations franco-tunisiennes au miroir des élites, XIXeet XXesiècles, les 2-3 décembre 1994, Tunis, Faculté des lettres de la Manouba, 1997.

– « Les PTT dans la Régence de Tunis : enjeux politiques et militaires aux XIXe et XXe siècles », Rawafid, n° l, revue de l’Institut supérieur d’histoire du mouvement national (ISHMN), Tunis, 1995.

– « Les débuts de la radiodiffusion en Tunisie (1935-1946) », Revue tunisienne de communication, revue de l’Institut de presse et des sciences de l’information (IPSI), 1997.

– « Espace urbain et mouvements sociaux en Tunisie à la fin des années 1940 (1948-49) », Actes du VeColloque international sur l’histoire du mouvement national, La Tunisie de 1945 à 1950, (Tunis, 26-28 mai 1989), Tunis, ISHMN, 1991.

BEN SALEM Lilia, « Les ingénieurs tunisiens au XIXe et XXe siècles », Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, n° 72, 1994/2.

– « La profession d’ingénieur en Tunisie, approche historique », in LONGUENESSE Élisabeth, Bâtisseurs et bureaucrates. Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989) Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990.

Développement et problème de cadres. Le cas de la Tunisie. Un exemple : les cadres supérieurs de l’économie tunisienne, Tunis, Les Cahiers du CERES (série sociologique, n° 3), 1976.

BOÜÉ Georges, L’ECAT et ses anciens élèves, Toulouse, à compte d’auteur, 1991.

DOUGUI Noureddine, Histoire d’une grande entreprise coloniale : la Compagnie des phosphates et du chemin de fer de Gafsa 1897-1930, Tunis, Publication de la Faculté des lettres de la Manouba, 1995.

GHARBI Lazhar, Impérialisme et réformisme au Maghreb. Histoire d’un chemin de fer algéro-tunisien, Tunis, Cérès Éditions, 1994.

GRELON André, « L’évolution de la profession d’ingénieur en France dans les années trente », in GRELON André (dir.), Les ingénieurs de la crise. Titres et profession entre les deux guerres, Paris, EHESS, 1986.

GUILLAUME Sylvie (dir.), Les élites fins de siècles, XIXe-XXesiècles, Toulouse, Éditions de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 1992.

KARVAR Anousheh, La formation des élites scientifiques et techniques étrangères à l’École polytechnique aux 19eet 20esiècles, Thèse en histoire, Paris, Université de Paris 7, 1997.

KHELFAOUI Hocine, Les ingénieurs dans le système éducatif. L’aventure des instituts technologiques algériens, Paris, Publisud, 2000.

LUCAS Yvette & DUBAR Claude (dir.), Genèse et dynamique des groupes professionnels, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1994.

MAGNIN J. -G., « La profession d’ingénieur en Tunisie », IBLA, n° 98, 1er trim., 1962.

PLANEL Anne-Marie, De la Nation à la colonie : la communauté française de Tunisie au XIXesiècle, d’après les archives civiles et notariées du consulat général de France à Tunis, Thèse en histoire, Paris, EHESS, 2000.

SHINN Terry, « Des corps de l’État au secteur industriel : genèse de la profession d’ingénieur, 1750-1920 », Revue française de sociologie, vol. XIX, n° 1, janvier-mars 1978.

VACHER Hélène, « Les figures de l’ingénieur colonial à la fin du XIXe siècle : la formation de la Société française des ingénieurs coloniaux et de l’École spéciale des Travaux publics », Le Mouvement social, n° 189, octobre-décembre 1999.

VEDEL Thierry, « Les ingénieurs des télécommunications. Formation d’un grand corps », Culture technique, n° 12, 1984.

VERMEREN Pierre, La formation des élites par l’enseignement supérieur au Maroc et en Tunisie au XXe siècle, Thèse en histoire, université de Paris VIII-IME, 2000.

Annexes

Annexes

Quelques figures d’ingénieurs tunisiens

L’établissement de notices biographiques de certaines figures marquantes d’ingénieurs tunisiens contribue à une meilleure compréhension de certains faits sociaux, économiques et culturels de la Tunisie coloniale. Nous présentons ici quelques ingénieurs issus des PTT et des Travaux publics. Nous avons tenté de retracer leurs itinéraires, mais les informations recueillies sont inégales. Elles sont souvent insuffisantes pour évoquer le parcours individuel de chaque cas étudié et son insertion sociale et politique. Ces notices non exhaustives sont conçues comme des instruments provisoires de recherche.

Les ingénieurs des PTT

Ben Cheikh Habib. Né à Mahdia en 1928. Études primaires à Mahdia et études secondaires au collège Sadiki à Tunis. Il poursuit des études à l’École supérieure des télécommunications à Paris et obtient le titre d’ingénieur des Télécommunications. De retour à Tunis en 1952, il est recruté au titre d’ingénieur à l’Office des PTT. Nommé directeur général de la Radio et de la Télévision tunisienne (1968-1972), puis ministre des PTT.

Source : nous avons utilisé les notices biographiques d’ingénieurs tunisiens décorés en 2001 (certains à titre posthume), parues dans L’Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001 (n° spécial) ; ces notices seraient établies par les ingénieurs eux-mêmes (Pour H. Ben Cheikh, voir p. 26.)

Ben Saïd Abdallah. Né à Tataouine en 1917, a vécu dès l’âge de 4 ans à Sousse où il a fréquenté les Kouttâb ou école coranique jusqu’à l’âge de 14 ans. Il se considère comme « autodidacte ». Il a appris la langue française en prenant des cours particuliers à l’école franco-arabe de Bâb el-Qiblî à Sousse où il réussit à obtenir après une année, le certificat d’études primaires. Il entre directement en deuxième année au Collège professionnel Émile Loubet à Tunis avec une bourse d’étude et obtient en 1937 un diplôme d’électricité (Il fait partie des 3 Tunisiens qui ont participé au concours d’agent technique qui a réuni 210 candidats). En 1938, il obtient le diplôme technique de ce collège. En 1939, il réussit le concours de la Marine française à l’Arsenal de Sidi Abdallah. Après un an de stage, il refuse un contrat de dix ans en Indochine (Saïgon), étant l’aîné de ses frères. Il retourne à Sousse où il est engagé, le 17 mai 1941, comme agent technique des postes. Réquisitionné au moment de l’occupation allemande de la Tunisie, c’est le premier Tunisien qui entre au service des câbles. Il y reste cinq ans en tant qu’agent temporaire. Depuis le règne de Moncef Bey (1942-mai 1943), les Tunisiens pouvaient passer des concours administratifs. Ainsi, après la guerre, 40 Tunisiens ont été promus rédacteurs. C’est ce qu’A. Ben Saïd fait en 1946, année où il est reçu major au concours d’élèves venus de France et d’outre-mer. Il part alors en stage d’un an à l’École nationale des télécommunications à Paris. De retour à Tunis, il fera partie du projet de l’OTAN des câbles de longue distance. Entre temps, il donne des cours privés pour se préparer au concours d’ingénieur des Travaux, chef de secteur (math élém). Le 5 décembre 1952, il passe ce concours qui lui permet de devenir le premier responsable de l’entretien du réseau des câbles pour toute la Tunisie, réseaux de l’armée compris. Il soutient la résistance armée, notamment en couvrant les actions de sabotage des installations téléphoniques. Après l’indépendance, il déjoue les écoutes téléphoniques du GPRA algérien installé à Tunis, montées par les 20 ingénieurs français venus en Tunisie dans le cadre de la coopération franco-tunisienne. La découverte de ces écoutes a eu pour conséquence la rupture des relations diplomatiques tuniso-françaises et l’annulation du marché de 150 000 lignes téléphoniques au profit de la Suède58, et, par la même occasion, l’accélération de la tunisification des PTT. Technicien des télécommunications, il joue un rôle important lors des événements de Bizerte (1963) : liaison radiophonique entre Bizerte et Tunis, transport des armes et des messages en utilisant la couverture de la poste, etc. Abdallah Ben Saïd s’implique dans des activités associatives et sociales diverses : il est secrétaire adjoint de l’Union régionale de l’UGTT à Sousse (1946), en même temps président de la cellule destourienne des PTT à Sousse. En 1937 il adhère au mouvement scout Er-Raja’ (L’Espoir), proche du parti Vieux-Destour ; puis de 1945 à 1949, il participe à l’extension dans le Sahel des scouts du mouvement créé par Ezzeddine Azzouz en 1944 à Tunis : les Scouts musulmans tunisiens.

Source : témoignage enregistré par l’Unité d’histoire orale de l’ISHMN, Soliman Plage, le 16 février 2002.

Khouadja Ibrahim. Né à Mahdia en 1927. L’un des premiers élèves du collège Sadiki à avoir passé le baccalauréat Mathématiques (1947), après les réformes de l’enseignement dispensé dans ce collège. Il poursuit des études supérieures en télécommunications et obtient le titre d’ingénieur des Télécommunications (1954). Il a travaillé en France pendant un an. De retour à Tunis, il est recruté en tant qu’ingénieur adjoint. Il est directeur puis directeur général des Télécommunications (1966) ; secrétaire d’État aux PTT (1979), ministre du Transport et des Télécommunications puis ministre des Télécommunications jusqu’à sa retraite (1989).

Source : L’Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001, p. 25.

El Mili Mohamed. Né le 4 décembre 1917 à Djemmal (Sahel de Sousse), d’un père notaire (adl). Il obtient en 1930 le certificat d’études primaires à l’école franco-arabe. Hasard et persévérance résument l’itinéraire de Mohamed El Mili. Son père, qui a voulu faire de lui un instituteur, l’inscrit au collège de Sousse où il obtient en 1934 le brevet élémentaire. Il réussit le concours d’entrée à l’École normale de Tunis où il obtient le brevet supérieur. Admis au concours de l’École normale de Toulouse en 4e année (1938-1939), après avoir passé un premier examen de « vérification des connaissances » en mathématiques et en physique, une sorte de sélection préalable. Admis en 1939, à l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Pendant la guerre, il enseigne pendant deux ans au collège professionnel Émile Loubet à Tunis. En même temps, il prépare une licence de mathématiques par « correspondance » avec Alger. Il retourne en 1941 en pleine guerre à Paris à l’École nationale supérieure de Saint-Cloud, pour passer différents certificats. Titulaire en 1944 d’une licence de mathématique de la Sorbonne, il obtient la même année le diplôme de professeur. À cette époque, l’École nationale supérieure des télécommunications était encore peu connue et les filières qui y conduisaient aussi. El Mili un « matheux » qui voulait être ingénieur, est informé « par hasard » : le « doyen » Khereddine Haqqi, étudiant syrien d’Alep, l’a renseigné sur les conditions d’entrée (avoir cinq certificats de licence). Élève de l’École nationale des télécommunications de 1944 à 1946, il en sort ingénieur civil des Télécommunications et présente sa candidature pour être recruté au titre d’ingénieur à l’Office postal de Tunisie ; sa candidature est refusée par « manque de poste disponible » : en réalité, on refuse l’entrée d’un « Destourien » dans un secteur qui relève de la sécurité de l’État. En 1948, le département des Télécommunications, espérant rencontrer un refus du candidat, propose à Mohamed El Mili un poste d’ingénieur adjoint (équivalent à celui d’un technicien français) et le charge du parc des voitures jusqu’à 1952. Soutenu par le syndicat tunisien de l’UGTT qui, en accord avec les partis nationalistes, pousse les Tunisiens à entrer dans la fonction publique, El Mili accepte un poste inférieur à son grade à l’Office postal. Premier ingénieur en télécommunication, il est également le premier Tunisien à entrer à la direction de l’Office postal ; il insiste sur le rituel d’entrée à l’Office : il porte le fez, dit-il, pour « se distinguer » du personnel français. En 1952, à la suite à de fréquentes pannes, il est accusé de sabotage de voitures par le directeur de l’Office (El Mili venait en fait de recruter des chauffeurs tunisiens). Vu l’importance politique de son poste, et « ne cherchant pas l’éclat », El Mili se défend de toute action de sabotage. En revanche, étudiant à Paris, il a servi pendant la guerre après la fuite de Habib Thameur, de point de liaison pour les militants destouriens entre Tunis et Le Caire (diffusion des lettres). Ingénieur en chef des PTT depuis 1957, il est nommé en 1975, directeur général des Télécommunications et représentera la Tunisie à l’Union internationale des télécommunications dont il est actuellement secrétaire général honoraire. Il a enseigné dès 1948, les mathématiques en arabe à la Khaldounia ; a présidé l’association scoute L’Espoir et l’Association tunisienne des caravanes de jeunes (1951).

Source : entretien avec M. Mohamed El Mili le 7 octobre 2000, qu’il soit ici remercié ; L’Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001, p. 25 ; Archives Nationales de Tunisie, E 509, dossier 631.

Les ingénieurs des Travaux publics

Abbassi Ezzeddine. Né à Tunis le 19 janvier 1920. Poursuit ses études primaires et secondaires au collège Sadiki, puis au lycée Carnot. Il effectue à Alger des études préparatoires en « math-spé », et passe l’oral à Paris. Il part à Saint-Étienne en pleine guerre et poursuit ses études à l’École nationale supérieure des mines et obtient le diplôme de cette école avec le titre d’ingénieur civil des Mines de Saint-Étienne. Il a été membre de la Commission administrative du syndicat de l’UGTT (1951), mais il a été révoqué pour fait de grève, le 1er avril 1953, puis réintégré le 1er avril 1954. Nommé en 1955, ministre des Travaux publics au ministère Tahar Ben Ammar, en remplacement de Mathieu, directeur général des Travaux publics, il a participé aux négociations de l’autonomie interne de la Tunisie. Il avait pour mission de « tunisifier les Travaux publics ». Après l’indépendance, il est successivement ministre des Travaux publics, de l’Industrie et du Commerce, puis de l’Industrie et des Transports. Il exerce de nouveau sa profession d’ingénieur des Mines et préside aux destinées de deux sociétés publiques : Tunis-Air et la Compagnie des phosphates Sfax-Gafsa ; il a présidé pendant vingt-deux ans, le Conseil économique et social de la Tunisie et pendant cinq ans la municipalité de Tunis, avant de partir à la retraite en 1980.

Source : E. Abbassi, « Ma mission : tunisifier les Travaux publics », L’Action, du 20 février 1955, p. 5 ; Le Petit Matin, Tunis, 18 septembre 1955 ; L’Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001, p. 18.

Amira Tahar. Né à Tunis en 1920, originaire de Monastir. Il a poursuivi ses études secondaires au Collège Sadiki jusqu’à 1941. En 1942, il réussit le concours d’entrée à l’École supérieure des mines de Paris, obtient le titre d’ingénieur civil des Mines (1945). Il poursuit encore une année de spécialisation dans les recherches minières. En 1946, il est contractuel au service géologique, puis à partir du 1er janvier 1947, comme ingénieur principal adjoint de 2e classe, adjoint au chef du service des Mines à la direction des Travaux publics59. Il a travaillé dans plusieurs sociétés : à la SEREPT (recherche pétrolière), entre 1947 et 1956 ; à la SOFOMECA (1965-1972) ; à la SITEP (1972-1981). Il adhère très jeune au parti du Néo-Destour en participant aux manifestations de septembre 1934 à Monastir, milite dans les rangs de la Jeunesse scolaire, renvoyé pour quelques semaines du collège Sadiki à la suite des événements d’avril 1938. Étudiant, il est membre de la cellule du Néo-Destour à Paris et vice-président de l’Association des étudiants musulmans nord africains en France de 1942 à 1945. Après son retour à Tunis, il mène une double action : politique au sein du Néo-Destour et syndicale au syndicat tunisien des employés des Travaux publics et de la Fédération générale des fonctionnaires tunisiens affiliés à l’UGTT ; en décembre 1947, il est même élu membre de la Commission administrative de la centrale syndicale tunisienne jusqu’à 1952. À la suite des événements du 18 janvier de cette année, il s’engage dans la lutte armée en formant et en encadrant les résistants. Condamné en avril 1952 à vingt ans de travaux forcés, s’enfuit en Libye et participe avec d’autres résistants, à l’organisation des camps d’entraînement militaire pour les résistants tunisiens. Désigné en 1954 pour diriger le bureau du Néo-Destour à Djakarta puis pour représenter la Tunisie à la conférence de Bandung en avril 1955, avec Salah Ben Youssef et Mongi Slim. S’oppose en octobre 1955, aux conventions franco-tunisiennes sur l’autonomie interne, mais participe au congrès du Néo-Destour à Sfax qui fut boycotté par S. Ben Youssef, secrétaire général de ce parti. Écarté du parti pour ses positions « youssefistes », il est arrêté en 1956 et condamné en décembre 1958 par Bourguiba, à vingt ans de travaux forcés. Libéré au début des années 1960, il dirige jusqu’aux années 1980, plusieurs entreprises publiques, telles que la Compagnie des phosphates de Gafsa, l’Office des ports, etc.

Dès février 1947, il est secrétaire général de l’Association des ingénieurs et techniciens tunisiens dont il assure probablement la liaison avec le syndicat tunisien de l’UGTT (autres membres : Larbi Ghezaïel et Hassine Tobbal). En novembre 1947, il crée « Le Club touristique » (En Nâdî Es-siyâhî) à Tunis, au local de l’Association des anciens élèves du collège Sadiki, une sorte de club de voyage pour jeunes ; il a effectué notamment des excursions pour des élèves dans le Sud tunisien.

Source : Hamza Hassine Raouf, Notice sur Tahar Amira, note manuscrite non publiée, in Projet du Dictionnaire du Mouvement ouvrier (section Maghreb). Al Ousbouh (hebdomadaire, Tunis), 16 novembre 1947.

Bel Hadj Kacem Jabeur. Né le 23 juillet 1920 à Dar Chaâbane près de Nabeul. Il a poursuivi ses études secondaires au collège Sadiki et a obtenu le bac français en 1940 (au lycée Carnot ?), ce qui lui a permis de rejoindre l’Institut polytechnique de Grenoble et de réussir le diplôme d’ingénieur de cette école. Il a créé dans cette ville le Comité d’aide et de défense des travailleurs nord-africains. De retour à Tunis en 1953, il est recruté au ministère de l’Agriculture et, en 1957, au ministère des Travaux publics. Après un passage au domaine de la mise en valeur de la vallée de la Medjerda, il s’oriente vers le secteur privé en créant en 1960, une société de Travaux publics. Il a écrit cette même année Le contre défi arabe. Il a présidé l’Association des ingénieurs et techniciens tunisiens.

Source : notice biographique parue dans L’Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001 (N. S.), p. 20, à l’occasion de sa décoration.

Bel Hadj Tahar. Ingénieur de l’École des ingénieurs de Marseille (signalé en 1946).

Source : El Annabi, « Propositions pour des ingénieurs tunisiens », note à la Résidence générale, le 17 décembre 1946, CADN, série Cabinet technique, carton n° 405, fol. 88.

Ben Osman Lasaâd. Né le 16 février 1926, il est ingénieur civil de l’École nationale supérieure des mines de Paris (1949). De 1949 à 1952, il est ingénieur à la direction des Travaux publics (service de la prospection) ; il a présidé, de 1952 à 1955, le district (service) de la recherche pétrolière. À partir de 1955, il occupe plusieurs hautes fonctions dans les secteurs des Travaux publics et de l’Agriculture. Il a été plusieurs fois ministre. Directeur-adjoint des eaux et des équipements ruraux (1955-1959), il a été nommé directeur dans le même domaine au ministère de l’Industrie (1959-1967). Ensuite, il a été successivement secrétaire d’État adjoint, puis secrétaire d’État à l’Agriculture (1967-1970) ; ministre des Travaux publics et de l’Habitat ; ingénieur (principal) au ministère de l’Agriculture (1971-73) ; PDG pendant quelques mois de Tunis-Air (janvier-octobre 1973) ; ministre des Transports et des Communications (1973-74), ministre de l’Équipement et de l’Habitat (1974-1979), ministre de l’Agriculture (1979-1988). Ayant également occupé plusieurs postes honorifiques à l’étranger, il préside, de 1993 à 2002, l’Union tunisienne de solidarité sociale.

Source : L’Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001 (N. S.), p. 24.

Ben Salah Salah. Né en 1888 à Moknine dans le Sahel ; il est le premier ingénieur tunisien des Mines de Saint-Étienne (1920). Il fait des études secondaires au collège Sadiki (1901-1902), puis au lycée Carnot de Tunis où il obtient le baccalauréat (section Mathématiques). En 1911, il s’inscrit à l’École des mines de Saint-Étienne et obtient le diplôme d’ingénieur des Mines. Les renseignements sur Salah Ben Salah sont vagues : nous savons qu’il est recruté en France pendant la première guerre mondiale, par une compagnie française dont nous ignorons le nom. Il retourne en Tunisie à la fin de la guerre, mais il ne peut être embauché par la direction des Travaux publics. Il s’oriente alors vers le commerce (société de boissons, puis vente de matériaux de construction à Sousse). Rappelé par la compagnie française qui l’avait embauché en France pour un emploi au Congo, il est décédé de fièvre jaune à Brazzaville dans des conditions non élucidées.

Source : Achour Abdelwahab, « Salah Ben Salah », Revue de Sadiki, Tunis, n° 17, janvier 2000 (en arabe). Une controverse concerne le lieu de sa mort. Selon Ben Salem L., Développement…, op. cit, il serait décédé au Congo. D’après Mokhtar Latiri, Ben Salah (1923) a été « interdit de travail dans son pays », il est décédé en 1936 au Gabon où il fut exilé, in Rôle d’une école d’ingénieurs dans les pays du Tiers Monde, Bicentenaire ENSAM, Paris, 14 mai 1980, dactyl., p. 6.

Ben Zarkouna Hédi. Ingénieur de l’Institut de chimie de Toulouse ; en décembre 1946, il est agent de bureau à l’armée tunisienne (emploi temporaire). Nous n’avons pas d’autres éléments concernant son itinéraire.

Source : El Annabi, « Propositions pour des ingénieurs tunisiens », note à la Résidence générale, le 17 décembre 1946, CADN, série Cabinet technique, carton n° 405, fol. 88.

Bousoffara Hassen. Né le 8 juin 1921 à Mahdia. Il a fait ses études secondaires au collège Sadiki. Licencié en sciences, il entre à l’École nationale supérieure d’électronique et de radio-électricité de Grenoble ; il devient ingénieur en 1947. Professeur au collège professionnel Émile Loubet à Tunis, il a agi pour l’arabisation des sciences. Il a aussi reçu une formation à l’Institut du développement économique de la Banque mondiale. Responsable du secteur de l’hydraulique et des forces motrices, il a participé à la tunisification du secteur de l’électricité et du gaz et à la constitution de la STEG. Responsable de l’industrie, des mines et énergie au ministère de l’Économie (1964-1967) ; directeur général du secteur des mines et de l’énergie (1967-1973) au même ministère ; conseiller à la coopération internationale (1973-1978), puis chef du cabinet du ministre de l’Économie ; expert dans le domaine de l’énergie auprès de la Ligue des États arabes. Il a participé à la préparation de la convention de partenariat avec l’Union européenne et la préparation d’une stratégie pour la protection de l’environnement. Il est membre du Groupe de Tunisie des ingénieurs IEG (Institut électro-technique de Grenoble) en 1952.

Source : L’Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001 (N. S.), p. 14 ; Bulletin de la Fédération des associations d’ingénieurs de Tunisie, n° 2, juillet 1952, p. 38.

Chelli Tijani. Élève au collège Sadiki, puis au lycée Henri IV. Ancien élève de l’École polytechnique (1955).

Source : Vermeren (2000 : 389).

Dallagi Mustapha. Né en 1920, il a fait ses études secondaires au lycée Carnot de Tunis. Il rejoint l’École nationale supérieure des Mines de Saint-Étienne où il obtient le diplôme d’ingénieur en 1945. Il a créé un bureau d’étude sur les activités pétrolières et a travaillé dans des centres pétroliers en France, avant d’être recruté en Tunisie à la société pétrolière SEREPT de 1947 à 1956, puis à la compagnie des chemins de fer de 1956 à 1965. Il a dirigé d’autres sociétés comme la SOFOMECA et la SITEP jusqu’à la retraite en 1981.

Source : L’Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001 (N. S.), p. 19.

El Annabi Mohamed Ali. Né le 15 février 1906 à Bizerte, mort en avril 1962. Il a fait ses études au collège Sadiki puis au lycée Carnot. Diplômé de l’École supérieure de langue et littérature arabes, Maths spéciales au Lycée Saint-Louis à Paris ; il est le premier Tunisien reçu à Centrale et à Polytechnique. L’incertitude quant au débouché au sein de l’administration française, doublée de la volonté d’acquérir un savoir « encyclopédique » qu’offrent les universités françaises de la capitale, l’a poussé à multiplier les diplômes : diplôme de l’École nationale supérieure des Mines, licence es-Lettres à la Sorbonne et diplôme des sciences politiques (École libre). Il a refusé une proposition d’enseigner les sciences à la Sorbonne, car en contrepartie, il devait renoncer à la nationalité tunisienne. Il est nommé en 1934, ingénieur adjoint au chef du service des Mines à la direction des Travaux publics. Muté en 1937 au Secrétariat général du gouvernement tunisien pour s’occuper des problèmes du paysannat indigène et d’artisanat. Ingénieur en chef à la direction des Travaux publics (service topographique). Il a écrit en 1941 un article intitulé « Science et religion » où il démontre que ces deux notions ne sont pas contradictoires. En 1943, il est chef du service de l’Urbanisme (conseiller technique) au secrétariat général du gouvernement tunisien, puis commissaire adjoint à la reconstruction. En 1956, il est ingénieur en chef des TP, directeur du Plan. Responsable du service de Recherche scientifique et de l’Énergie atomique en Tunisie ; il a été, à ce titre, membre-conseiller de la délégation tunisienne qui a participé à la session de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (20 septembre-20 octobre 1956). En défendant les avantages liés à l’utilisation pacifique de l’énergie atomique, notamment dans le domaine de l’hydraulique et de l’agriculture, il a convaincu Bourguiba de faire adhérer la Tunisie à l’Agence internationale pour l’énergie atomique. Il a lui-même effectué des recherches dans les domaines de la physique de la terre, de la physiologie végétale, de l’énergie, etc.

M. A. El Annabi a participé activement à la vie associative en Tunisie. Il est l’un des fondateurs, en 1928, de l’Association des étudiants musulmans nord-africains en France (AEMNAF). En 1934, il est élu président de l’Association des anciens élèves du collège Sadiki (AAECS) jusqu’à 1954. Suite aux difficultés rencontrées par l’AEMNAF dans l’après-guerre, il utilise l’AAECS pour organiser la « Quinzaine de l’étudiant » pour recueillir des fonds destinés aux étudiants tunisiens en France. A fondé en 1937, l’Association des ingénieurs et techniciens dont il est le président. En juin 1942, il est élu vice-président du Club africain, l’un des grands clubs de football de la capitale ; membre du Groupement de Tunisie des ingénieurs de l’École polytechnique (1950-1956). Sur le plan politique, El Annabi est considéré comme proche du Vieux Destour, mais il a joué un rôle d’arbitre au milieu des années 1940 en rapprochant les points de vue des partis nationalistes tunisiens. En effet, c’est dans sa demeure du Bardo qu’a eu lieu la réunion des représentants des trois partis nationalistes : Néo-Destour, Vieux Destour et parti réformiste (80 personnes environ), pour réaliser le « Cartel des partis nationalistes ».

Source : Leila, hebdomadaire tunisien indépendant (féministe), 5e Aée, NS, n° 5, 1er janvier 1941. Arrouas, Livre d’or, 2e édition, Tunis, 1942, p. 11 ; L’ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001 (N. S.), p. 13 : biographie de M. A. El Annabi à l’occasion de sa décoration à titre posthume. Bulletin mensuel d’informations et de documentation de la Résidence générale, juin 1942, Archives diplomatiques de Nantes, carton n° 1843 bis, folio 285 ; Coup d’Envoi, organe des sports, Tunis, N. S., n° 6, le 17 décembre 1945. « L’énergie atomique au service du centre et du sud », L’Action, Tunis, 10 septembre 1956. Notes d’information de la Résidence générale (section d’études), en date du 22 février 1944, CADN, c. n° 1875 (1), fol. 3.

El Fekih Abdelhamid. Né en 1925 ; a poursuivi ses études secondaires au collège Sadiki, puis ses études supérieurs à Toulouse et à Paris où il a obtenu le diplôme d’ingénieur des Travaux publics (1950). Rentre à Tunis en 1952, adhère au parti Néo-destourien, employé en tant qu’agent temporaire à la direction des Travaux publics, renvoyé après quatre mois à la suite d’une grève générale. Arrêté à la suite de manifestations et détenu au Camp de Téboursouk et de Zaârour en compagnie de son frère. Participe à un concours au ministère du Commerce où il est recruté en 1954, inspecteur au service des poids et mesures. Après l’arrivée de Pierre Mendès-France à Tunis en juillet 1954, et la signature de l’accord sur l’autonomie interne de la Tunisie, il a pu rejoindre les Travaux publics, en tant que détaché au ministère de l’Intérieur auprès de la municipalité de Tunis où il sera le premier ingénieur tunisien dans cette institution, puis premier directeur général jusqu’à 1958, date à laquelle il rejoint les Travaux publics jusqu’à la retraite en 1985. Désigné entre-temps, à la tête de l’École des beaux-arts (1970-1974) qui devient une institution d’enseignement supérieur.

Il a participé à la vie associative en assumant notamment le poste de secrétaire général de l’Association des ingénieurs et techniciens tunisiens (1952 à 1972) ; a créé en 1959, l’association Jeunes et Sciences animée jusqu’en 1974, par des ingénieurs.

Source : L’Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001 (N. S.), p. 23.

El Mellouli Mohamed. Ingénieur de l’École Violet.

Ghedamsi Mohamed. Ingénieur de l’École centrale des arts et manufactures (1946) ; attaché à la Compagnie fermière des chemins de fer tunisiens, Tunis-Grombalia (1952) ; membre du Groupe de Tunisie des ingénieurs IEG (Institut électro-technique de Grenoble) en 1952.

Source : L’Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001 (N. S.), p. 14 ; Bulletin de la Fédération des associations d’ingénieurs de Tunisie, n° 2, juillet 1952, p. 38.

Ghezaïel Larbi. Ingénieur de l’École supérieure des ingénieurs de Marseille ; en 1946, il est ingénieur-expert à Sousse (construction, béton).

Source : El Annabi, « Propositions pour des ingénieurs tunisiens », note à la Résidence générale, le 17 décembre 1946, CADN, série Cabinet technique, carton n° 405, fol. 88.

Houki Ahmed. Ingénieur des Arts et Métiers (signalé en 1954).

Khenissi Rachid. Ingénieur de l’École française de papeterie de Grenoble (signalé en 1946).

Source : El Annabi, « Propositions pour des ingénieurs tunisiens », note à la Résidence générale, le 17 décembre 1946, CADN, série Cabinet technique, carton n° 405, fol. 88.

Kort Anouar. Ingénieur de l’école de Grenoble. Reste longtemps au chômage après sa sortie.

Il finit par être « cireur de chaussures ». Il a dirigé le journal at-Télégrâf (le Télégraphe), quotidien nationaliste, paru à Tunis en octobre-novembre 1948.

Source : Vermeren (2000 : 240) qui reprend Ben Youssef Adel sur les étudiants tunisiens entre les deux guerres ; Hamdane Mohamed, Guide des périodiques parus en Tunisie de 1830 au 20 mars 1956, fascicule 1, Tunis (Carthage), Beit al-Hikma, 1989.

Latiri Mokhtar. Né à Hammam-Sousse, le 18 mars 1925, y poursuit ses études primaires à l’école franco-arabe ; ses résultats lui ont permis d’obtenir une bourse et d’entrer à l’internat du collège de Sousse. Ses origines modestes (il est le fils d’un ouvrier maçon), ne l’ont pas empêché de poursuivre de brillantes études60. Avec l’aide de son frère aîné Youssef, étudiant à l’université de la Zeitouna, il entre au lycée Carnot. Il sera reçu premier au baccalauréat français. Il surmonte les difficultés matérielles en rassemblant des dons privés pour payer les frais du voyage à Paris. Il s’inscrit au Lycée Louis-Le-Grand puis à l’École polytechnique d’où il sort diplômé en 1947, et de l’École nationale des Ponts et Chaussées en 1951. Au début des années 1950, les emplois d’ingénieurs chefs de service étaient selon M. Latiri « expressément réservés ». Lui-même a été victime de cette brimade, puisqu’il a été interdit de travail en Tunisie, et n’a pu rentrer dans son pays que « grâce à la solidarité du corps des Ponts », après un passage au service central des études de l’École des ponts et chaussées à Paris, puis à Marseille où il effectue son premier chantier. Mais l’administration coloniale refuse, en 1951, de l’engager au poste d’adjoint à l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées.

Ingénieur principal à la direction puis au ministère des Travaux publics, chef de l’arrondissement de Sousse (1956). En 1954, il est désigné membre de la délégation qui doit négocier les conventions de l’autonomie interne, chargé des affaires militaires face au général Juin. De 1958 à 1966, il est à la tête de la direction générale de l’Équipement au ministère des Travaux publics et de l’Habitat. PDG de la société « Les Industries chimiques maghrébines » (ICM, 1966-1968). Premier directeur de l’École nationale d’ingénieurs de Tunis (ENIT) de 1968 à 1975, dont il a mis en place les premiers éléments de base. PDG de la société touristique El Kantaoui, plusieurs fois conseiller auprès de différents ministères, il est depuis le 2 février 1989, conseiller auprès de la présidence de la République. Il a été membre du Groupement de Tunisie des ingénieurs de l’École polytechnique (1952).

Source : Karvar (1997), Vermeren (2000), Latiri Mokhtar, Rôle d’une école d’ingénieurs dans les pays du Tiers Monde, Bicentenaire ENSAM, Paris, 14 mais 1980, dactyl., p. 6., L’Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001, p. 22.

Zenaïdi Abdelaziz. Né à Tunis en 1914, a obtenu le baccalauréat en mathématiques au lycée Carnot de Tunis en 193561, il entre à l’École Saint-Louis à Paris jusqu’à 1937, réussit le concours d’entrée à l’École centrale des arts et manufactures de Paris (jusqu’à l’année 1940). Reprend ses études supérieures en 1941-1942 malgré les difficultés liées à la guerre et sort ingénieur de l’École centrale des arts et manufactures (1942). Employé pendant deux ans aux usines Renault en France, il rentre à Tunis à la fin de l’année 1944. Il est employé au commissariat à la Reconstruction à Tunis et devient en 1947, ingénieur en chef. Il est responsable de la reconstruction, de l’habitat et de l’aménagement du territoire jusqu’en 1969, date à laquelle il est nommé PDG de la société Al Boniane (société de bâtiment qui comprend 22 filiales en Tunisie) ; de 1973 à 1978, PDG de Tunis-Air. Il a adhéré au Groupe de Tunisie des ingénieurs de l’École centrale des arts et manufactures ; trésorier, en 1952, de la Fédération des associations d’ingénieurs de Tunisie. N’assiste plus aux réunions de cette fédération, il est remplacé par Justin Blanc.

Membre du Cercle d’échecs d’Hammam-Lif et vice-président de l’Union tunisienne des Cercles d’échecs (février 1947).

Source : Al Ousbouh, hebdomadaire, Tunis, n° 50, le 16 mars 1947 ; biographie de Abdelaziz Zenaïdi parue à l’occasion de sa décoration, in L’Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001 (N. S.), p. 14 ; Bulletin de la Fédération des associations d’ingénieurs de Tunisie, n° 2, juillet 1952, p. 36.

Zidi Mekki. Élève au collège Sadiki, puis au lycée Henri IV. Ingénieur diplômé de l’École polytechnique (1954).

Notes

1 Direction générale des Travaux publics, Les Travaux publics du Protectorat français en Tunisie, Tunis, imprimerie générale J. Picard et Cie, 1900, t. 1, p. 7. Entre 1883 et 1889, le plus grand nombre des agents du service des Ponts et Chaussées appartient « soit au corps des Ponts et Chaussées soit à l’ancien personnel du cadre auxiliaire des travaux de l’État », in Direction générale des Travaux publics, Compte rendu de la marche des services de 1883 à 1889, Tunis, La Rapide, 1889, p. 7.

2 L’Office postal est créé par une convention signée le 29 mars 1888 entre le ministre des Affaires étrangères, le ministre des Finances, pour les Postes et les Télégraphes et le résident général, comme représentant du bey. L’Office postal entre en activité le 1er juillet 1888 ; il est justiciable de la Justice française : « L’objet de ses services, qui assurent l’échange des correspondances de l’État en même temps que celles de particuliers, et aussi le caractère politique, administratif, militaire même de ses opérations, réclament ces conditions exceptionnelles », voir Annuaire tunisien, 11e édition, 1936, Tunis, SAPI, 1936, p. 199.

3 Un premier repérage dans les archives du ministère français des Affaires étrangères (MAE) à Paris et à Nantes, au CADN (Centre des archives diplomatiques de Nantes), déposées sous forme de microfilms à l’Institut supérieur d’histoire du mouvement national (ISHMN), nous a permis de recenser un peu plus d’une vingtaine de cartons sur les Travaux publics et la Poste en Tunisie.

4 L’apport des ingénieurs français (notamment Charles Benoit) dans la création et le fonctionnement des entreprises d’État et leur rôle en tant qu’« experts pour les réformes », ainsi que l’échec de l’industrialisation de la régence de Tunis au milieu du XIXe siècle, sont développés par Planel (2000 : 159-194). Voir aussi dans cet ouvrage l’article d’Anne-Marie Planel.

5 Paul Michaud, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, directeur général des Travaux publics sous le résident général Massicault, a accepté, à la mort de ce dernier, un poste inférieur à son grade en Corse. Bonneau, ingénieur des Ponts et Chaussées à la direction des Travaux publics de Tunisie, a demandé à être mis à la disposition du gouvernement ottoman, mais il n’a pu être libéré, « il remplit à la direction des TP des fonctions importantes, comprenant notamment la construction d’une ligne ferrée de première urgence », Le résident général S. Pichon au ministre des Affaires étrangères, le 2 octobre 1908, Archives du MAE, Nouvelle série Tunisie, carton n° 579.

6 Extrait de La Dépêche tunisienne du 1er avril 1891. Voir aussi Bulletin de l’Office des postes et télégraphe, n° 6, 1er sem. 1891, p. 389 : « Inauguration du réseau téléphonique de Tunis ».

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Voir à ce propos, Vedel (1984 : 63-75).

10 Créé pour assurer l’application de la loi foncière de 1885, le service topographique est chargé de procéder aux travaux de reconnaissance, de bornage, de triangulation, d’arpentage et de lotissement et l’établissement des plans cadastraux. En 1946, il compte dix-huit ingénieurs topographes (tous français) qui dirigent une centaine de topographes ou aspirants topographes (agents commissionnés), en plus des agents techniques, Note sur la création du diplôme de géomètre-expert, en date du 2 avril 1946, le résident général Mast au MAE, Archives du MAE, série Tunisie 1944-1950, carton n° 161, fol. 153-154.

11 Cette concession remonte à une convention de 1872 renouvelée en 1884. Notice sur la direction des Travaux publics, avec une liste nominative du personnel, Annuaire tunisien, Tunis, SAPI, 1936.

12 Construction de barrages : 7 étaient prévus à la fin des années 1940, 3 étaient en cours en 1948 : Sidi Salem, Oued Ellil, Oued Mellègue.

13 On a recruté, dans l’immédiat après-guerre, des ingénieurs suisses (2 ou 3), mais on n’a jamais évoqué la formation d’ingénieurs tunisiens.

14 La répartition des personnels entre 1939 et 1950 est la suivante : Les cadres (ingénieurs en chef, ingénieurs principaux, chefs de service, ingénieurs principaux adjoints, etc.) en 1939 et en 1950 étaient respectivement, 17 et 25 ; la moyenne hiérarchie (ingénieurs des Travaux publics, inspecteurs des transports, ingénieurs-topographes, topographes, adjoints techniques, agents techniques, etc.) : 317 et 422 (dont 87 agents contractuels payés sur les fonds du personnel des cadres) ; les personnels subalternes : 633 et 479 (dont 21 agents contractuels) en plus des 233 constituant le personnel contractuel (payés sur les crédits des travaux). Voir Personnel (des TP), « Situation des effectifs au 15 janvier 1950 », Archives du CADN, série Cabinet technique (CT), carton n° 401, fol. 3.

15 Ce corps d’État, comme les autres (constitués en France aux XVIIe et XVIIIe siècles), « sont créés pour répondre aux besoins économiques, administratifs et militaires de cette époque, les considérations politiques jouant en même temps un rôle primordial dans leur création ». Voir Shinn (1978 : 41). Le corps des Ponts et Chaussées est créé en France en 1716, celui des Mines en 1783.

16 « Rémunération des fonctionnaires de la direction des Travaux publics de Tunisie », Rapport de mission de M. Vincent, inspecteur général des Ponts et Chaussées, Paris, le 12 décembre 1949, Archives du MAE, série Tunisie 1944-1950, carton n° 162, f° 168.

17 « Rémunération des fonctionnaires… », Rapport de mission de M. Vincent, inspecteur général des Ponts et Chaussées, Paris, le 12 décembre 1949, Archives du MAE, série Tunisie 1944-50, carton n° 162, f° 168.

18 En 1954, la Compagnie fermière des chemins de fer compte 4 000 agents d’exécution, dont 2 100 Français, 1 950 Tunisiens et 150 Algériens ; au chemin de fer de Gafsa, le nombre d’agents d’exécution est de 860 sur un effectif total de 2 000 agents ; sur le réseau de la Compagnie tunisienne d’électricité et des transports, l’effectif du personnel est de 950 Tunisiens pour seulement 320 Français. Voir ministère du Commerce, Intérêts français, Industries diverses, le 26 juillet 1954, Archives du MAE, série Tunisie 1950-55, carton n° 397, f° 88.

19 Ces ingénieurs sont répartis comme suit : 4 diplômés de l’École polytechnique, 10 de l’École des Mines de Paris et de Saint-Étienne, 4 de l’École d’Hydraulique de Grenoble, 3 de l’École des Télécommunications, 2 de l’École des Travaux publics et 1 de l’École centrale des arts et manufactures de Paris.

20 Ministère de l’Industrie à Tunis, Note sur Service des industries diverses, Intérêts français, Archives du MAE, série Tunisie 1950-55, carton n° 397, f° 96.

21 À l’Institut des hautes études de Tunis, créé en 1945, la section des études scientifiques ne donne qu’une formation scientifique générale, voir IBLA, n° 74, 2e trim., 1956.

22 L’École aurait pour but « de donner aux jeunes gens un enseignement professionnel susceptible d’en faire des ouvriers habiles, des contre-maîtres instruits et éclairés, des dessinateurs des auxiliaires… », selon une notice parue dans l’Annuaire tunisien, 11e édition, 1936, Tunis, SAPI, p. 138.

23 Pierre Vermeren (2000 : 378-384, 388), dont la partie traitant de la Tunisie est un peu générale, constate une tendance des étudiants tunisiens au cours des années 1940, à s’orienter vers les disciplines scientifiques, alors que les disciplines habituelles (juridiques et médicales) sont sujettes à une certaine « érosion ».

24 Elles se répartissent comme suit : 86 dans les industries alimentaires et 321 dans les « autres industries » utilisant un capital relativement élevé ; 137 dans les Travaux publics et les transports, mais le commerce demeure le secteur plus important avec 735 unités, cf. Lepidi Jules, « Les constitutions des sociétés en Tunisie depuis 1943 », Bulletin économique de la Tunisie (BEST), décembre 1948, p. 14.

25 « J’ai toujours prôné l’association franche et complète avec les Tunisiens sur le plan économique, écrit Jean Mathieu, ingénieur en chef, directeur des Travaux publics. N’ayant pas réussi et je le déplore à convaincre beaucoup des industriels français en Tunisie, j’ai essayé au moins dans mon domaine, c’est-à-dire dans le secteur public ou para-étatique, de créer des associations », in « Étude pour servir à l’élaboration des conventions franco-tunisiennes » en date du 11 août 1954, MAE, série Tunisie 1950-1951, carton n° 397, bobine 693, f° 9.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Le syndicat de l’UGTT et le parti du Néo-Destour revendiquaient depuis plusieurs années la nationalisation des mines.

29 Archives du MAE, série Tunisie 1950-1951, carton n° 397.

30 En 1908, 13 ingénieurs français et un géomètre tunisien attaché à l’Administration des Habous (Chadly El Okby, 1902) étaient membres de la Société institut de Carthage, abonnés à la Revue tunisienne, voir Revue tunisienne, 15e année, n° 67, janvier 1908, p. 92.

31 Voir à ce propos Lucas & Dubar (1994).

32 Bulletin de la Société amicale et d’assistance mutuelle du personnel des travaux publics, n° 1, février 1906, p. 8.

33 Dont 14 agents métropolitains, ibid., p. 11.

34 Voir aussi Shinn (1978 : 52-71).

35 Association des ingénieurs et techniciens tunisiens, Archives nationales de Tunisie à Tunis (ANT), carton E 509, dossier 210. Ce dossier est peu fourni (3 p.), ne contient pas les statuts de l’association.

36 Cette liste comprend : Salah Ben Salah, des Mines de St Etienne, Ch. El Okby, topographe, M. Kaâk, géomètre, M. Latrous, voir El Annabi Mohamed Ali, président de l’Association des ingénieurs et techniciens tunisiens, « Propositions pour des ingénieurs tunisiens », Note à l’attention de la Résidence générale, le 17 décembre 1946, CADN, série Cabinet technique, carton n° 405, fol. 92-93.

37 La physionomie de ces adhérents est la suivante : 6 ingénieurs diplômés des grandes écoles (3 des Mines de Paris et de Saint-Étienne, 1 de l’École polytechnique, 1 des Arts et manufactures, 1 des Télécommunications) ; 15 diplômés des écoles d’ingénieurs (7 de l’École de Marseille, 2 de l’Institut polytechnique de Grenoble, 1 des Arts et métiers, 1 de l’École de papeterie de Grenoble, 1 de l’Institut de Toulouse, 1 de l’école des TP, 1 de l’école Violet et un de l’école Bregnet) ; 34 ingénieurs agronomes (3 de l’école de Nogent, 1 de l’École nationale agronomique et 30 ingénieurs de l’École coloniale d’agriculture de Tunis) ; 9 élèves-ingénieurs (6 des grandes écoles et 3 des écoles d’ingénieurs) ; 6 architectes (dont 3 d’Émile Loubet) et 50 techniciens environ, Liste d’ingénieurs et techniciens tunisiens adressée par M. A. El Annabi à la Résidence générale, le 18 décembre 1946, Carton n° 405 cité, fol. 92-93.

38 El Annabi, « Propositions… », op. cit., fol. 88.

39 Le président de l’AITT (El Annabi) au délégué de la Résidence générale, le 23 janvier 1947, CADN, Cabinet technique, carton n° 405, fol. 109.

40 La fédération demande notamment « qu’à l’occasion du départ prochain du chef du service topographique, ce poste soit réservé à un ingénieur tunisien diplômé d’une grande école », voir Sadok Chaïbi, secrétaire général de la Fédération générale des fonctionnaires tunisiens à la Résidence générale, le 10 avril 1947, CADN, C. T., carton n° 405, fol. 110.

41 La priorité de l’emploi étant réservée d’abord aux anciens combattants ; les Tunisiens sont exclus pour la simple raison que ceux qui avaient obtenu le certificat d’études primaires étaient exemptés du service militaire.

42 Bouchrara, au nom de l’AITT au directeur des Travaux publics, non daté (fin mars 1948), CADN, série C. T., carton n° 405, fol. 129.

43 L’ordre de la grève décrétée par la FGFT le 21 octobre 1948 a été suivi par les employés et fonctionnaires tunisiens : 98% dans les services du commissariat de la Reconstruction, 50% dans l’enseignement… ; proportion moins importante, mais significative, dans les services où les Tunisiens sont minoritaires : environ 10% dans les PTT et les TP, cf. Belaïd (1991 : 60-61).

44 Motion de l’Association des ingénieurs et techniciens tunisiens, adoptée lors de sa réunion du 24 novembre 1948, adressée au résident général le 6 décembre, CADN, C. T., carton n° 405, fol. 85.

45 Bulletin de l’UNITEC n° 6 (mensuel), juin 1945.

46 Dans son article « L’UNITEC au service de la France », Bouchard, secrétaire général de l’UNITEC, trace le programme de cette association : « Nous ingénieurs et techniciens, qui avons pu acquérir des connaissances générales et techniques, avons le devoir national et social d’en faire bénéficier nos subordonnés (…) Nous avons un rôle éducateur à remplir auprès du personnel sous nos ordres (…) Créons des centres d’orientation et de formation professionnelles. Faisons de l’apprentissage une réalité et non une caricature », Bulletin de l’UNITEC n° 6, juin 1945, pp. 14-15.

47 Ce groupe UNITEC-Algérie ou Union des ingénieurs et techniciens français (puis d’Algérie) est reconnu d'utilité publique par décret du 22 octobre 1947 ; il publie un bulletin trimestriel (puis bimestriel à partir de mai 1958), le Bulletin d'information, de documentation et d'études. En janvier 1956, ce groupement compte 364 adhérents et 328 « amis de l'UNITEC », présidé par Mabillot puis Richard, d'après son bulletin n° 33, Nouvelle série (10e année), février 1956.

48 Bulletin de l’UNITEC, Tunis, n° 5, mai 1945, p. 9.

49 Article 5 des statuts de la FAIT, Bulletin de la FAIT, n° 1, novembre 1950, p. 5.

50 L’École coloniale d’agriculture de Tunis (ECAT) créée en 1898 prend le nom d’École supérieure d’agriculture de Tunis (ESAT) en novembre 1955, d’École nationale supérieure d’agriculture de Tunis en octobre 1963, Faculté d’agronomie (1968-1970), enfin Institut national agronomique de Tunisie (INAT) l’appellation actuelle, voir Boüé (1991). Cet ouvrage rédigé par un ancien élève de l’ECAT pour ses condisciples contient, en dehors de son caractère nostalgique, des renseignements précieux sur le fonctionnement de l’institution ; 1836 notices d’anciens élèves des 50 promotions de l’ECAT (1898-1956) y sont développées.

51 Magnin (1962 : 185-191) estime à 48 le nombre d’ingénieurs agricoles tunisiens en 1956.

52 Notamment à l’école agricole de l’Ansarine (devenue école agricole de Sminja) qui dispense un enseignement agricole de « seconde zone » pour les Tunisiens ; certains ingénieurs tunisiens, comme Hassouna Mezghani, ont contribué à l’amélioration des techniques de plantation de l’olivier. Ce domaine nécessite une étude plus approfondie.

53 Association des ingénieurs agronomes de Tunisie, (maison des Agriculteurs, Avenue Roustan, Tunis), Demande de subvention, le 6 juin 1948, ANT, série SG, sous-série SG2, carton 192, D. 15.

54 Descotes-Genon, président de la FAIT, voir Bulletin de la FAIT, n° 2, juillet 1952.

55 Voir circulaire n° 30 de la Société des ingénieurs pour la France d’outre-mer et les pays extérieurs relatif à son congrès du 20 avril 1949 à Paris, CADN, série C. T., carton n° 404, fol. 113.

56 « Il n’est pas douteux que la tournure d’esprit des Tunisiens, les porte aux arguties juridiques et aux discussions byzantines dans lesquelles les intérêts personnels jouent toujours un rôle primordial. À notre connaissance, seuls deux ingénieurs de l’Administration font vraiment preuve du souci de l’intérêt public », ministère de l’Industrie à Tunis, service des Industries diverses, Intérêts de la France, 28 juillet 1954, Archives du MAE, série Tunisie 1950-1951, carton n° 397, bobine 693, f° 96.

57 Voir Annexes : la biographie de quelques figures d’ingénieurs tunisiens.

58 Les écoutes ont duré plusieurs mois, ce qui a causé des dégâts importants dans le maquis algérien avant que n’éclate l’affaire du condensateur (opération « Magenta ») en 1958. Dans son rapport, le chef de la mission de la coopération Brisson, reconnaît selon Ben Saïd, que « la Tunisie a de bons cadres techniques, mais des ingénieurs de salon », témoignage cité. Raconté sur un ton héroïque, ce récit doit être confronté à d’autres témoignages.

59 M. A. El Annabi, président de l’Association des ingénieurs et techniciens tunisiens, « Propositions pour des ingénieurs tunisiens », Note à la résidence générale, en date du 17 décembre 1946, CADN, série Cabinet technique, carton n° 405, fol. 88.

60 Pierre Vermeren (2000 : 632-633) a insisté sur cet aspect et évoque rapidement la filiation spirituelle et familiale avec le premier polytechnicien tunisien M. A. El Annabi, originaire de la région de Bizerte et non pas d’une « famille beldie tunisoise » comme l’affirme l’auteur. 61. Ath-Thouraya, Tunis, n° 5, 2e Année, 2 mai 1945.

61 Ath-Thouraya, Tunis, n° 5, 2e Année, 2 mai 1945.

Auteur

Historien, chercheur à l’Institut supérieur d’histoire du mouvement national (ISHMN), Université de Tunis I

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable