Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

I. La naissance d’une figure technique moderne au Maghreb : de l’ingénieur réformateur à l’ingénieur colonial

Les ingénieurs des beys de Tunis experts des réformes du xixe siècle ?

Anne-Marie Planel

Texte intégral

  • 1 A. Grelon précise : « L’ingénieur, par sa formation, par ses fonctions et par sa position sociale, (...)

1Au cours du XIXe siècle, trois figures méconnues ont assumé, avec ou sans le titre, les fonctions d’ingénieur en chef du Gouvernement tunisien : le polytechnicien Bineau (1822-1833), l’ingénieur civil Benoit (1837-1854), puis l’ingénieur des Mines Dubois (1855-1860). Cette succession d’immigrants français – dont la formation est certifiée par un diplôme – incite à revisiter les modalités et l’impact de l’expertise étrangère dans sa relation au politique. Au regard de l’expérience menée en Égypte entre 1815 et 1855 (Alleaume, 1990), les contrats de ces trois ingénieurs, embauchés à titre privé, semblent bien aussi découler d’une action administrative concertée. En retraçant chaque itinéraire professionnel, nous montrerons qu’une concordance a existé entre leurs qualifications spécifiques et les objectifs économiques qui leur ont été assignés, à la date de leurs recrutements respectifs. En outre, nous verrons que cette concordance met au jour la construction, par étapes, d’un rouage institutionnel rendant effective la « modernisation » de l’État beylical1.

  • 2 En France, les ingénieurs d’État sont voués à des tâches de direction, mais aussi de gestion de ce (...)
  • 3 La charge d’ingénieur principal de la Ville de Tunis existait dès 1638 au moins : l’acte de rachat (...)

2Tels des prototypes de fonctionnaires contemporains, deux sur trois sont déjà des ingénieurs de l’État français lorsqu’ils s’engagent au service des beys de Tunis2. Trente-cinq ans séparent l’arrivée de ces experts appartenant aux plus prestigieux corps techniques. Entre temps, il est fait appel à un indépendant dont le profil de centralien préfigure celui de l’ingénieur-conseil du XXe siècle. Attentive aux transformations de la profession en Europe, l’option technicienne du Gouvernement tunisien aura donc permis de reformuler un ancien cadre statutaire3, avant la deuxième vague de réformes inaugurées par le Pacte fondamental (1857), la création d’une municipalité (1858) et la proclamation de la première Constitution (1861). En ce sens, cette succession d’ingénieurs en chef peut être interprétée, dans le sillage d’André Grelon, comme un « phénomène radicalement nouveau », tel que Saint-Simon l’analysait pour l’Europe, dès le début du XIXe siècle (Grelon, 1984).

  • 4 Sur le muhandis égyptien, son rôle et sa formation, voir Alleaume (1990 ; 1993).
  • 5 Nous renvoyons aux approches socio-économistes de Magnin (1962), Ben Salem (1984), Dimassi et Zaie (...)

3Toutefois, on reste en droit de s’interroger sur la manière dont les attributions technico-politiques de l’ingénieur beylical se sont imposées à partir de trajectoires sociales étrangères, aussi différentes par la formation, par l’expérience antérieure et par la nature du projet d’expatriation. Partant, il reste à comprendre comment une culture scientifique importée a pu redéfinir la relation qu’entretenait l’État hussaynite avec ses cadres techniques, durant la première industrialisation. Pour l’Égypte, les travaux de Ghislaine Alleaume4 ont montré que la profession d’ingénieur, dans sa définition moderne, s’est mise en place grâce à la création d’écoles professionnelles et, surtout, d’un cadre endogène d’ingénieurs fonctionnaires. Or, il n’en aurait pas été de même pour le « royaume de Tunis »5.

1822 : un polytechnicien en rupture de ban

  • 6 Sur l’histoire des polytechniciens, voir Shinn (1980), Balibar (1997) et Karvar (1997).
  • 7 Créée en 1794, l’École polytechnique de Paris a été qualifiée de séminaire saint-simonien : Comte, (...)
  • 8 Deux membres de sa famille, parmi ses contemporains, devaient s’illustrer dans des fonctions minis (...)

4Dès 1822, on a affaire à un polytechnicien de la promotion 1808, l’un des premiers à s’expatrier6. Âgé de 35 ans, l’ingénieur militaire est en rupture de ban, rayé des cadres depuis 1813 à cause d’opinions bonapartistes, voire d’idéaux saint-simoniens7. Fils de géomètre, issu d’une famille provinciale de confession protestante8, Amand Bineau (Tours 1788-Tunis 1833) avait intégré, à 17 ans, la seule école d’État qui dispensait une formation théorique à de futurs ingénieurs, sans discrimination de fortune ou de naissance. Ayant choisi le corps marginal des Poudres et Salpêtres, il était devenu l’un des rares commissaires français spécialistes en ce domaine.

  • 9 Au XVIIIe siècle, seules quelques missions de spécialistes des arts mécaniques furent autorisées p (...)

5Son installation inopinée à Tunis, en juin 1822, surprend l’autorité consulaire, car le nouvel immigrant vient d’être recruté en secret, à Toulon, par le ministre Hassûna Mûrali : l’urgence d’un réarmement maritime permet au bey d’engager un expert en artillerie pour six ans, et de renouveler son contrat pour dix ans. Cette démarche privée et solitaire, au service d’une puissance ottomane, s’effectue donc sans l’accord préalable du Gouvernement français. Néanmoins le dispositif précaire d’expertise, soumis aux aléas de la diplomatie, est modifié avec l’arrivée d’un « serviteur de l’État », engagé à long terme par le Gouvernement tunisien9.

  • 10 Depuis les règnes des sultans Abdül Hamîd 1er (1774-1789) et Selim III (1789-1807), les ingénieurs (...)

6Avec Bineau, l’ingénieur ne s’impose pas seulement comme un intermédiaire permanent du transfert industriel. Il se dote aussi d’une forte marge d’initiative dans la mesure où il peut s’insérer, localement, dans un réseau de clientèle d’État. Deux séries de phénomènes, d’ordre social et institutionnel, ont permis cette mutation du statut de l’expert européen au Maghreb. D’une part, la libéralisation de la société française se répercute sur les pratiques migratoires avant même l’abolition, en 1835, du contrôle de l’expatriation en Méditerranée. D’autre part, la militarisation de la régence de Tunis s’accroît, à des fins défensives. Contemporaine de la réorganisation de l’armée égyptienne par Mohammed Alî (1823), la politique volontariste de Mahmûd Bey (1814-1824) et de ses successeurs va de pair avec la rénovation d’établissements industriels rattachés au secteur militaire (fonderie de canons, poudrière)10.

7À l’instar d’autres officiers européens vivant en Égypte dans les années 1820, le nouveau « directeur des Poudres et Salpêtres du Bey » travaille d’abord à assurer l’indépendance de Tunis dans le domaine stratégique des fournitures et matériels de guerre. Plus tard, en août 1828, une initiative dans le secteur minier l’érige en un véritable entrepreneur d’industrie. Ayant reçu en concession la mine de plomb argentifère du jebel Rassâs, à 25 km au sud de la capitale, Bineau crée le premier haut fourneau du pays. Il mécanise l’extraction du minerai d’argent l’année où le prix des métaux précieux sur le marché international est à la hausse, à la suite d’une baisse de production.

  • 11 La mine du Jebel Rassâs occupera 600 ouvriers en 1905, 875 en 1922. Cf. les 17 articles du contrat (...)
  • 12 Dès 1829, Amand Bineau fait venir son neveu pour exercer, en son nom, l’activité de négociant : Ju (...)

8Son entreprise minière s’inscrit encore dans la tradition ottomane d’une délégation de pouvoir à un officier titulaire de charges (Yerasimos, 1990). Mais elle revêt déjà l’aspect d’un projet administratif délégué à un opérateur économique de confiance, libre de nommer un remplaçant, « qu’il soit musulman, chrétien ou de toute autre religion ». On retiendra du privilège d’exploitation de 1828, concédé pour dix ans non renouvelables, qu’il s’apparente au régime de la concession européenne, le principe de la domanialité en matière de législation minière étant acquis à cette date. En outre, son « cahier des charges », inspiré par le saint-simonisme, prévoit l’organisation de la vie ouvrière par contrat11. Une allégeance exclusive à l’instance gouvernementale explique qu’un « chrétien » ait pu ainsi cumuler des activités publiques et privées. Afin d’exporter le minerai, Amand Bineau doit aussi contourner l’opposition corporatiste des marchands français de Tunis, ses compatriotes. En 1829, il obtient, de la chambre de commerce de Marseille, l’autorisation d’exercer la profession de « négociant »12. Un an plus tard, c’est en qualité de membre influent du Makhzen qu’il participe, comme actionnaire, à l’affermage (iltizam) de la thonaire du cap Zebib, près de Metline. En somme, un ingénieur d’État inaugure l’ère des entrepreneurs dont les activités n’ont pas directement trait au commerce international : sa carrière dans la régence préfigure la fin de l’économie de comptoir.

  • 13 En 1833, une maladie emporte Bineau et sa femme. Le polytechnicien avait épousé à Tunis, en 1825, (...)

9Pour être atypique, ce premier parcours, interrompu en 1833 après onze ans d’exercice13, n’en est pas moins caractéristique de la migration de compétences telle qu’elle apparaît en France dans la décennie 1820 (Charles, 1991). En période de tension internationale provoquée par le blocus puis la prise d’Alger, les visées industrialisantes d’un polytechnicien français posent le jalon initial d’une politique productiviste qui ancre la souveraineté hussaynite sur une base territoriale.

  • 14 En 1831, pour instruire un millier d’hommes, Hussayn Bey négocie avec l’État français la « mise en (...)
  • 15 Sur l’histoire des saint-simoniens en Égypte et en Algérie, voir Émerit (1941) ; Ilbert et Joutard (...)

10Ne serait-ce pas aussi cet ingénieur militaire – plus compétent en ce domaine que le consul Mathieu de Lesseps (1827-1832) – qui aurait suggéré de créer un corps d’artilleurs beylicaux (Chater, 1984)14 ? Cette décision d’Hussayn Bey (1824-1835) qui privilégie l’instruction d’officiers à l’Européenne, devait avoir une conséquence décisive sur la reproduction de cadres techniques. Derrière la dénomination d’École polytechnique donnée à l’Académie du Bardo – projetée dès 1834 sur le modèle de l’Académie d’Eski Seraï à Istanbul – se profile une reconnaissance posthume envers l’exofficier de la « Grande Armée » impériale et nationale (Serman, 1982). Au Caire, la même année 1834, l’ancienne école liée à la réforme de l’institution militaire (1815) est restructurée sous le nom d’École polytechnique de Bûlâq : de 1838 à 1850, elle devait être dirigée par Charles Lambert, polytechnicien et saint-simonien comme Amand Bineau15.

  • 16 En 1847, Ahmed Bey souhaite que l’Académie du Bardo soit dirigée par un polytechnicien, assisté d’ (...)

11L’École polytechnique du Bardo, quant à elle, est ouverte en 1838. Durant trois décennies, la première instance d’enseignement étatique dispensera une double formation militaire et civile, arabe et européenne, instruisant un corps d’officiers-fonctionnaires qui ne soient plus mamelouks, mais tunisiens16. Ce modèle d’institution prénationale, à vocation militaire, jette aussi les fondements d’une culture technique, à des fins d’administration civile.

1837 : un ingénieur civil concepteur d’industries

12Pour succéder à un ingénieur militaire, Ahmed Bey (1837-1855) choisit un « ingénieur civil » de 24 ans, spécialisé dans l’hydraulique appliquée à l’industrie. Cette étiquette professionnelle est en train de s’imposer en France en 1837, lors du recrutement de Charles Benoit (Saint-Pons 1814-La Muhammadiya 1854). Elle s’inspire de la conception anglaise des engineers qui privilégient, au statut, la formation acquise par expérience. Ainsi, un concepteur de projets industriels, indépendant, répercute à Tunis une nouvelle tendance de la profession. Mais, après sept ans, Benoit devait être aussi le seul des trois ingénieurs à rendre officielles ses responsabilités gouvernementales : on retrouve, ici, l’insistance des premiers ingénieurs civils « à concourir aux postes d’ingénieurs d’État, concurremment avec les polytechniciens » (Grelon, 1990 : 33).

  • 17 L’ingénieur géographe Philippe-Martin-Narcisse Benoit (1791-1867) est affecté au dépôt de la Guerr (...)
  • 18 Benoit épouse en1846 la fille du négociant Jean Monge : lié au clan Lesseps, le petit-neveu de Gas (...)

13Ce deuxième parcours migratoire relève pourtant d’un courant professionnel, individualiste et anti-corporatiste, plus que de l’aspiration à une notabilité sociale, acquise dans un cadre familial. Fils d’un notaire et d’une propriétaire de l’Hérault, Charles Benoit est surtout le frère cadet d’un polytechnicien que l’on compte parmi les fondateurs de l’École centrale des arts et manufactures, créée à Paris en 182917. Le futur ingénieur en chef d’Ahmed Bey a effectivement le profil d’un « centralien », et non celui d’un « gadzart » issu d’une école d’arts et métiers, destinée à former des contremaîtres d’industrie. Mais, pour être recruté par le Gouvernement tunisien, il a dû bénéficier également de fortes solidarités régionales (languedociennes) et professionnelles (marchands-drapiers)18.

  • 19 Le projet d’usine à vapeur est suggéré au bey par Louis Guiraud, un marchand drapier vivant à Tuni (...)
  • 20 Nous avons montré que l’échec de cette première expérience industrielle, en 1873, renvoie à la que (...)

14Engagé pour effectuer des forages artésiens en vue d’alimenter en eau la capitale, une opportunité lui est donnée de concevoir un projet inédit d’usine à vapeur, livrée « clef en main » à 60 km de Tunis. Ici comme ailleurs, l’initiative industrielle a bien une origine commerciale19. Mais des liens sociaux et des affinités idéologiques entre les différents opérateurs français permettent aussi de rattacher à l’idéal saint-simonien la création de la manufacture du Batan, sur les bords de l’oued Mejerda. Construite en trois ans (1839-1841), près d’un ancien centre de foulonnage, l’usine de draps militaires est conçue selon les normes de la grande industrie. L’ingénieur civil monte lui-même les roues hydrauliques sur le seul cours d’eau 65 permanent, apte à les actionner. Par ailleurs, il choisit, commande, expédie par mer et remonte une centaine de machines parmi les plus perfectionnées du temps : un nouveau domaine d’État se bâtit dans la campagne du Nord-Est, alors érigée en caïdat. De 1844 à 1855, 10 contremaîtres et 28 manufacturiers languedociens y encadrent – et forment – près de 400 filateurs, tisserands et mécaniciens. Les métiers que ces ouvriers et contremaîtres tunisiens devaient exercer seuls, de 1855 à 1868, se caractérisent par une hiérarchie de type corporatiste et par une forte spécialisation de la production (Planel, 1997)20.

15Benoit ne devient ni le directeur de la manufacture du Batan ni celui de la minoterie à vapeur qu’il conçoit à Jedeida, dès 1843, pour l’intendance militaire. Après l’inauguration officielle de l’usine textile, en janvier 1844, il est promu ingénieur en chef du Gouvernement (bach muhandis). À la lecture du certificat que lui délivre Ahmed Bey en 1851, on comprend comment un ingénieur indépendant a su s’imposer dans une charge de haut fonctionnaire beylical : son savoir scientifique et son savoir-faire industriel, une fois reconnus, ont suscité l’estime et la confiance de l’employeur gouvernemental. Entre temps, ses attributions ont été élargies.

16Le bey lui a confié des travaux édilitaires urbains : la mosquée du Gorjâni à Tunis et, surtout, le palais de La Muhammadiyya qu’il aménage de 1843 à 1854, en qualité d’architecte. Moins classique, une autre de ses attributions s’apparente à de la « veille » scientifique et technique. Le perfectionnement accéléré de l’outillage, comme les découvertes optiques et électriques, justifient en effet de fréquentes missions en Europe pour le compte du Gouvernement tunisien. En 1847 notamment, Benoit fait installer le premier télégraphe optique entre Le Bardo et la capitale, afin de relier entre eux les deux centres du pouvoir politique.

  • 21 Entre 1850 et 1852, Benoit sollicite l’expertise du polytechnicien Jean Letellier, ingénieur au co (...)

17Cependant, sa fonction permanente consiste à surveiller, par des rapports d’inspection, la marche des établissements industriels clairsemés dans la région de Tunis21 : il se rend au Batan, à Jedeida, mais aussi à La Muhammadiyya où sont rassemblés huilerie à vapeur, fabrique de cuir et autres ateliers mécaniques (dont une nouvelle usine pour réparer les machines à vapeur), ainsi que la Monnaie.

  • 22 La hausse des prix de l’alliage sur le marché international incite l’ingénieur à ne pas assurer se (...)
  • 23 Parce qu’elle bouleverse les règles financières, la réforme de 1847-1852 génère des conflits d’int (...)

18Au cours de sa carrière exclusivement tunisienne, Benoit n’a investi dans aucune entreprise privée, à l’exception du sous-affermage de la monnaie de cuivre, décrété en septembre 185222. Abdelhamid Fenina a mis en évidence son rôle dans la réforme monétaire de 1847-1852, et les orientations qu’il lui a données : créer des liquidités pour approvisionner les usines d’État, tout en enrayant le déficit de la balance commerciale. Mais la fabrication d’une petite monnaie, visant la monétarisation des activités intérieures, est dénoncée par les négociants parce qu’elle ne prend pas en compte les exigences des échanges internationaux (Fenina, 1993)23. Outre son financement, l’augmentation de la production industrielle exige une consommation croissante d’énergie hydraulique. Or, le domaine de La Muhammadiyya, situé sur la route du jebel Zaghouan, manque d’une alimentation en eau suffisante. L’ingénieur du Bey pensait pallier cette carence quand il est assassiné « par des bandits » en avril 1854.

19Ainsi, lors de l’expansion du machinisme à vapeur, il n’est pas paradoxal qu’un ingénieur civil ait assumé, le premier en Tunisie, la polyvalence des attributions techniques d’un ingénieur d’État. Il n’est pas plus surprenant qu’un hydraulicien ait pu revendiquer ce titre, dans une conjoncture de prospérité agricole et commerciale. Pourtant, neuf mois après le décès de Charles Benoit, c’est un ingénieur au corps impérial des Mines que Khayr ad-Dîn recrute à Paris, avec l’impératif d’augmenter les ressources monétaires et énergétiques du royaume.

1855 : un ingénieur des Mines en congé régulier

  • 24 Le corps des Mines, créé en France en 1783 et organisé en 1810, avait à l’origine pour fonction de (...)
  • 25 En novembre 1854, F. de Lesseps a obtenu de Mohamed Saïd Pacha (1849-1854) cette concession que Mo (...)

20Avec ce haut fonctionnaire assermenté, marqué par un esprit de service et par un idéal technocrate, la fonction politique de l’ingénieur en chef tend à se formaliser en Tunisie24. Un nouveau style de gouvernement s’affirme durant la guerre d’Orient, en même temps que se noue une alliance diplomatique entre Istanbul, Londres et Paris. C’est aussi en 1855 que débutent, en Égypte, les négociations entre Ibrahim Pacha et Ferdinand de Lesseps sur le percement du canal de Suez, inauguré en 1869 (Asfahany, 1984 : 126-127)25.

  • 26 Ancien secrétaire particulier de l’émir Abdelkader, Léon Roches, surnommé Hadj Amor, est nommé con (...)

21En France, Édouard Dubois avait en charge la surveillance administrative du sous-arrondissement minéralogique de Saint-Étienne. On sait aussi qu’il professait à l’école des mineurs créée dans la capitale du bassin houiller de la Loire. Seule une perspective de promotion dans la carrière justifie ce troisième parcours migratoire, temporaire et « régulier ». En effet, la convention sous seing privé qu’il signe en janvier 1855, stipule que l’acte ne sera valable qu’après l’obtention d’un congé administratif délivré par les autorités françaises, et non d’un détachement. D’abord envisagé comme une mission ponctuelle, son contrat est reconduit pour quatre ans (mars 1856-mars 1860) : s’il s’agit toujours d’une trajectoire individuelle, elle est soutenue, cette fois, par le consul arabophile Léon Roches (juin 1855-octobre 1863)26.

  • 27 En ce sens, la réflexion d’Hélène Vérin (1993, p. 201) sur le projet centralisateur de la royauté (...)

22L’enquête minéralogique que Dubois effectue dans les « pays de l’intérieur » dès mars 1855, constitue une étape décisive de la lente mutation d’un État patrimonial en un État territorial. Véritable reconnaissance scientifique, son périple de cinq mois dans des régions encore inexplorées (montagneuses, steppiques et sahariennes) est programmé selon l’itinéraire de la mehalla (camp fiscal), mais à contretemps. Elle mobilise aussi bien les membres du gouvernement (ministres, directeur de la Monnaie) que l’ensemble du réseau administratif régional (caïds, khalifas, kahias, cheikhs). Cette concertation autour d’un projet territorial met en relief une tendance propre au pouvoir centralisateur qui domine la société tunisienne au XIXe siècle. L’instance réformatrice – en quête notamment de « charbon de terre », la nouvelle source d’énergie – ne cherche plus seulement à légitimer par la science et les techniques le contrôle de ses réalisations à intérêts économiques. Elle veut aussi rationaliser et optimiser les ressources du pays27.

  • 28 L’objectif prioritaire de l’enquête minéralogique est de découvrir des mines de plomb argentifère, (...)

23La correspondance de Dubois au « ministre de l’Intérieur » permet, dès 1855, d’appréhender les représentations professionnelles et statutaires d’un ingénieur des Mines, au service de l’intérêt d’État28 : il veut ouvertement faciliter les décisions du Gouvernement tunisien en lui assurant un contrôle sur les travaux à entreprendre. Toutefois, sa démarche prospective, fondée sur la précision scientifique du temps, demeure prudente lorsqu’il aborde le domaine de l’exploitation : son rôle de conseil implique qu’il n’engage pas de dépenses inconsidérées, dans une logique productiviste.

  • 29 Selon le contrat du 1er mars 1856, Dubois doit « s’occuper de l’exploration et de l’exploitation d (...)

24Dans son deuxième contrat, la pluralité des fonctions techniques – qui caractérise les ingénieurs des Mines français sous le Second Empire – est clairement énoncée29. Le rôle économique de l’ingénieur en chef devient alors central. Ses réalisations le confirment qui tendent à régulariser et à normaliser l’ensemble des pratiques productives tunisiennes, notamment en milieu urbain. Sa marge d’initiative se déploie, de 1856 à 1860, dans quatre grands domaines d’intervention.

  • 30 Le décret du 19 avril 1858 substitue aux subdivisions de la pièce de 100 piastres (80, 40, 20, et (...)

25Bien sûr, dans le secteur de la prospection minière, sa compétence est incontournable, en raison du caractère encore incomplet des premiers levers topographiques et, surtout, en l’absence de carte géologique. S’il n’a pas autorité pour délivrer des autorisations à des entrepreneurs privés (comme le font ses homologues en France), il s’impose comme l’expert qui prélève des échantillons de minerais et les fait analyser dans des laboratoires marseillais. Parallèlement, il a en charge la poursuite des réformes monétaire et fiscale (1855-1858) : elles sont alors justifiées par l’épuisement financier du pays, lui-même provoqué par la participation tunisienne à la guerre d’Orient et par le choléra de 1856. Dubois opte pour un alignement de la piastre sur les monnaies fortes européennes. Après soixante-treize ans de monométallisme argent, il réintroduit le bimétallisme or et argent, afin de restaurer le crédit en une monnaie forte. Enfin, il fait adopter le système décimal pour exprimer la valeur nominale de la monnaie d’or. Par rapport à la réforme mise en œuvre par Benoit, son intervention innove donc, tant du point de vue du monnayage que du système monétaire tunisien (Fenina, 1993)30.

  • 31 L’organisation à forfait de ce grand chantier de travaux publics et ses conséquences sur la mobili (...)
  • 32 En mission à Paris, l’ingénieur a pris connaissance du projet de lotissement, par le bey, de cet « (...)
  • 33 Après la fin du contrat de Dubois, le gouvernement français autorisa un « ingénieur chef des Ponts (...)
  • 34 Le décret du 30 août 1858 restera en vigueur jusqu’au décret du 5 septembre 1905. Il contient des (...)

26Aussi novatrice est son intervention juridico-technique en milieu urbain. La mort d’Ahmed Bey ayant entraîné l’abandon de La Muhammadiyya, toutes les usines d’État qui y étaient regroupées sont déménagées à Tunis, et cela jusqu’en 1860, en attendant l’adduction des eaux du Zaghouan vers la capitale31. Dès septembre 1856, soit un an avant le Pacte fondamental, l’ingénieur en chef propose au bey de cadastrer la future « avenue » de la Marine, l’aménagement du quartier européen de Tunis répondant aux velléités beylicales de spéculer sur la rente foncière32. Par la suite, le rôle exact de l’ingénieur en chef dans la mise en place des structures juridiques de la municipalité de Tunis reste méconnu33. Indépendamment des influences consulaires française et anglaise, il conviendrait de s’interroger sur l’identité des rédacteurs du premier décret portant organisation municipale qui proposent, en août 1858, une réglementation d’ensemble en matière de construction d’immeubles et d’édilité publique34.

  • 35 Cf. Vacher (1999) et Vedel (1983).
  • 36 L’École des Ponts et Chaussées est fondée en France en 1747. Mais la technique du revêtement des r (...)
  • 37 Ministre de la Marine entre janvier 1857 et novembre 1862, Khayr ad-Dîn utilise le port de La Goul (...)
  • 38 Un ingénieur des Arts et Métiers est recruté en 1855 pour seconder Dubois dans l’aménagement du po (...)

27En tant qu’agent du contrôle du territoire, l’ingénieur des Mines propose, également en 1858, de doter le pays d’un système performant de communications intérieures (routes et ponts) et, en 1859, d’un télégraphe électrique35. Il entreprend ainsi de relier les différents centres beylicaux, dispersés dans des banlieues horticoles ou balnéaires. En dépit de la question récurrente de la dégradation des chemins de terre, une route empierrée de 4 km, allant du Bardo à Tunis, est inaugurée en 1860 (Daumas, 1996, t. 3 : 255 et suiv.)36. Elle devait être dédoublée du Bardo vers deux portes de la capitale (Bâb al-Khadra et Bâb Sidi-Abdallah). Dubois entame également la réfection de la route Tunis-Hammam-Lif, desservant le Sud. Si son empierrement reste inachevé par manque de moyens et de matériaux, la circulation urbaine et périurbaine sera améliorée sous le ministère Khayr ad-Dîn37. Mais, dans les années 1850, la priorité est donnée à l’aménagement du port de La Goulette et à la circulation par mer (création des premières lignes régulières de paquebots « poste »)38.

  • 39 La fermeture de l’école d’arts et métiers de Tunis, en avril 1861, s’explique par une divergence d (...)

28Enfin, l’ancien professeur à l’École des mineurs de Saint-Étienne, soucieux de la formation d’ouvriers qualifiés, donne son accord à une expérience originale d’enseignement technique à Tunis. Une École des arts et métiers est créée, en janvier 1857, sur le modèle le plus contemporain qui allie la théorie à la pratique, son orientation socialisante se conjuguant avec la création d’une imprimerie officielle. Novateur, bien qu’inachevé, ce projet d’école professionnelle – implantée dans la fonderie d’État et contrôlée par un notaire et un oukil – précède de dix ans l’expérience algérienne en la matière (1866). Son originalité réside moins dans l’officialisation du caractère éducatif d’un établissement industriel – l’Académie militaire du Bardo ayant inauguré cette politique – que dans sa vocation exclusive à former une élite ouvrière : au XIXe siècle, comme au temps de son invention, l’imprimerie est un art exercé par des hommes dotés d’une solide instruction. Ainsi, la reproduction d’une culture technique a bien été assurée durant trois ans et neuf mois, au sein de cette école : en mai 1860, son directeur Auguste Garbeiron fait état de 40 000 impressions lithographiées par les élèves, y compris 700 volumes dont le Pacte fondamental et les codes, tirés, reliés, brochés. En dépit de la fermeture de l’établissement39, on ne peut douter que les réformateurs tunisiens aient été convaincus de la nécessité d’instruire et de perfectionner des ouvriers d’industrie afin de développer, à la fois, le secteur manufacturier et les rouages institutionnels. Énoncée dans les écrits de Khayr ad-Dîn dès 1862, l’idée d’un enseignement professionnel – maîtrise d’une mécanique de précision et d’instruments de mesure, arpentage, opérations de triangulation, levers de plans, dessin, calcul... – devait être reprise lors de la création du collège Sadiki en juin 1874. La nouvelle institution d’enseignement secondaire qui relève directement du gouvernement, repose sur le principe d’une instruction publique, destinée à reproduire une élite dans les sciences profanes autant que religieuses.

Conclusion

  • 40 Michaud (février 1887-septembre 1893) ; Pavillier (1893-1903) ; Eugène de Fages de Latour (novembr (...)

29En retraçant les parcours de trois ingénieurs d’État au XIXe siècle, on s’est attaché à montrer que l’histoire de leur profession, en Tunisie, s’explique autant par l’institutionnalisation progressive de l’expertise technique que par le caractère individuel, plus informel, des modalités du transfert industriel. Près de quinze ans après le départ de l’ingénieur Dubois, en novembre 1874, un « département des Travaux publics et des études » est créé par Khayr ad-Dîn, alors ministre dirigeant, au sein du ministère de l’Intérieur relevant du général Hussein. C’est dans ce nouveau cadre institutionnel que se justifiera le détachement officiel d’un ingénieur des Mines : Philippe Genreau, né en 1840 à Pau, sera mis à la disposition du Gouvernement tunisien par les autorités françaises d’octobre 1875 à 1879. Son successeur, l’ingénieur des Mines Grand, devait être désigné pour être le premier directeur général des Travaux publics (septembre 1882-1887). Ces processus croisés d’expertise technico-politique entre les deux pays permettent de comprendre pourquoi cette direction générale a été créée un an avant l’instauration du protectorat politique, et avant d’autres départements ministériels (enseignement, finances, agriculture et colonisation). Toutefois, jusqu’à la première guerre mondiale, les successeurs de Grand aux Travaux publics, ne seront plus issus du corps des Mines : en charge des nouvelles structures de la colonisation économique de la Tunisie, ils seront choisis parmi les ingénieurs du corps des Ponts et Chaussées40.

  • 41 Les entraves apportées à la reproduction de la profession d’ingénieur en Tunisie, dans les années (...)

30Vingt ans auparavant, l’abandon de la formule du contrat direct sous seing privé, en faveur de celle des concessions faites à des entrepreneurs privés, puis à des sociétés capitalistes, avait eu une forte implication sur la migration d’ingénieurs, architectes ou conducteurs de travaux : l’appel plus systématique à ces intermédiaires étrangers, véhiculant une culture migrante, urbaine et ségréguée, se fera au détriment de la reproduction endogène de cadres techniques41. Toutefois, en même temps que se modifient les caractéristiques de l’intervention de l’État dans le domaine industriel, différents modèles de culture technique se diffusent dans la Tunisie des années 1860-1870. On ne saurait assez insister sur la relation entre l’essor urbain qui accompagne l’émergence d’un nouvel ordre territorial, et l’accélération de la mobilité des groupes de populations techniciennes.

31Par les représentations qu’ils se faisaient de leur profession et de leurs fonctions au service de l’État beylical, les trois premiers ingénieurs en chef ont, sans nul doute, participé à la reformulation d’un contrôle étatique du territoire tunisien. La polyvalence de leurs attributions gouvernementales ne leur a pas toujours permis de gérer avec succès la modernisation des structures productives du pays. Mais il n’en reste pas moins vrai que la marge d’initiative qui leur a été concédée a conditionné la mise en œuvre de leurs idéaux productivistes, au service d’un nouvel intérêt collectif.

Bibliographie

Bibliographie

ALLEAUME Ghislaine, L’École polytechnique du Caire et ses élèves : la formation d’une élite technique dans l’Égypte du XIXesiècle, Thèse de doctorat d’État, Lyon, Université de Lyon II, 1993, vol. 3.

– « Les ingénieurs en Égypte au XIXe siècle, 1820-1920 : éléments pour un débat », in LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990, pp. 65-79.

– « La naissance du fonctionnaire », in Égypte, recompositions, Peuples méditerranéens, n° 41-42, octobre 1987-mars 1988, pp. 67-86.

ASFAHANY Nabya, « Le canal de Suez : une vision égyptienne », in ILBERT Robert, JOUTARD Philippe (dir.), Le miroir égyptien, rencontres méditerranéennes de Provence (Aix, janvier 1983) « L’imaginaire créateur d’histoire : l’Égypte de Pharaon au saint-simonisme », Marseille, éd. du Quai Jeanne Lafitte, 1984, pp. 125-132.

BALIBAR F., « Ingénieurs (Formation polytechnicienne) », in AMBRIÈRE Madelaine (dir.), Dictionnaire du XIXesiècle européen, Paris, PUF, 1997, pp. 590-591.

BEN SALEM Lilia, « La profession d’ingénieur en Tunisie : approche historique », in LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990, pp. 81-93.

CHARLES Christophe, Histoire sociale de la France au XIXesiècle, Paris, Le Seuil, 1991.

CHATER Khalifa, Dépendances et mutations précoloniales : la régence de Tunis de 1815 à 1857, Tunis, Université de Tunis, 1984.

DAUMAS Maurice (dir.), Histoire générale des techniques (5 vol.) : vol. 3, « L’expansion du machinisme, 1725-1860 », Paris, PUF (rééd. 1 er éd. 1968), 1996.

DIMASSI Hassine, ZAIEM Hédi, « L’industrie, mythe et stratégies », in CAMAU Michel (dir.), Tunisie au présent. Une modernité au-dessus de tout soupçon ?, Paris, Éditions du CNRS, 1987.

ÉMERIT Marcel, Les saint-simoniens en Algérie, Paris, Les Belles Lettres, 1941.

FENINA Abdelhamid, Les monnaies de la régence de Tunis sous les Hussaynides : études de numismatique et d’histoire monétaire (1705-1891), Thèse en histoire, Paris, Université Paris IV, 3 vol, 1993.

GRELON André, « Les ingénieurs, encore », Culture technique, n° 12, 1984, pp. 11-17.

– (dir.), Les ingénieurs de la crise : titre et profession entre les deux guerres, Paris, EHESS, 1986.

– « Les ingénieurs du Maghreb et du Moyen-Orient : vue d’Europe », in LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990, pp. 29-44.

HANAFI Sari, La Syrie des ingénieurs : une perspective comparée avec l’Égypte, Paris, Karthala, 1997.

ILBERT Robert, JOUTARD Philippe (dir.), Le miroir égyptien, rencontres méditerranéennes de Provence (Aix, janvier 1983) « L’imaginaire créateur d’histoire : l’Égypte de Pharaon au saint-simonisme », Marseille, éd. du Quai Jeanne Lafitte, 1984.

KARVAR Anousheh, La formation des élites scientifiques et techniques étrangères à l’École polytechnique aux 19eet 20esiècles, Thèse en histoire, Paris, Université de Paris 7, 1997.

LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990.

MAGNIN J.-G., « La profession d’ingénieur en Tunisie », IBLA, n° 98, 1962, pp. 185-191.

MORSY Magali (dir.), Les Saints-Simoniens et l’Orient : vers la modernité, Aix-en-Provence, Édisud, 1990.

PLANEL Anne-Marie, « État réformateur et industrialisation : les avatars d’une manufacture (1837-1884) », Monde arabe Maghreb-Machrek, n° 157, juillet-septembre 1997, pp. 101-114.

De la nation à la colonie : la communauté française de Tunisie au XIXesiècle, Thèse en histoire, Paris, EHESS, 3 vol, 2000.

RIBEILL Georges, « Entreprendre hier et aujourd’hui : la contribution des ingénieurs », Culture technique, n° 12, 1984, pp. 77-90.

RIFAÏ Fayçal, « Éléments pour une histoire des ingénieurs à Alep », in LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990, pp. 95-107.

ROUSSILLON Alain (dir.), Entre réforme sociale et mouvement national. Identité et modernisation en Égypte (1882-1962), Le Caire, CEDEJ, 1995.

SERMAN William, Les Officiers français dans la Nation, 1848-1914, Paris, Aubier, 1982.

SHAW Stanford, Histoire de l’Empire ottoman et de la Turquie, traduit de l’Anglais par E. Reye, Roane, Ed. Horvath, 2 vol. (vol. 1 trad. en français), 1983.

SHINN Terry, « Des corps d’État au secteur industriel : genèse de la profession d’ingénieur, 1750-1920 », Revue française de sociologie, vol. XIX, n° 1, 1978, pp. 39-72.

Savoir scientifique et pouvoir social : 1794-1914 : l’École polytechnique, Paris, Presses de la FNSP, 1980.

STOIANOVICH T., « Commerce et industrie : Ottomans et Maghrébins : pôle de diffusion, aires d’expansion », in BACQUÉ-GRAMMONT Jean-Louis, DUMONT Paul. (dir.), Économie et sociétés dans l’Empire ottoman (fin XVIIIesiècle-début XXesiècle), Paris, Éditions du CNRS, 1983, pp. 329-352.

THÉPOT André, « Les ingénieurs du corps des Mines : évolution des fonctions des ingénieurs d’un corps d’État au XIXe siècle », Culture technique, n° 12, 1984, pp. 55-62.

Les ingénieurs des mines du XIXesiècle : histoire d’un corps technique d’État, t. 1 : 1810-1914, Paris, Eska : Institut d’histoire de l’industrie, 1998.

VACHER Hélène, Rationaliser la ville : l’École spéciale des travaux publics de Léon Eyrolles et la formation aux techniques et disciplines de l’aménagement (1898-1939), Mémoire de recherche (ministère de l’Équipement), 1999.

VEDEL Thierry, « Les ingénieurs des télécommunications : formation d’un grand corps », Culture technique, n° 12, pp. 63-75, 1984.

VÉRIN Hélène, « Le mot : ingénieur », Culture technique, n° 12, 1984, pp. 19-27. – La gloire des ingénieurs : l’intelligence technique du XVIeau XVIIIesiècle, Paris, Albin Michel, 1993.

YERASIMOS Stéphane, « Les ingénieurs ottomans », in LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990, pp. 47-63.

Notes

1 A. Grelon précise : « L’ingénieur, par sa formation, par ses fonctions et par sa position sociale, est le vecteur de la modernité, si l’on entend celle-ci comme un projet visant à mettre en œuvre la science et les techniques, et la raison par la science, aux postes de commande dans les activités humaines » (1990 : 30-31).

2 En France, les ingénieurs d’État sont voués à des tâches de direction, mais aussi de gestion de certains services publics ou de certaines activités privées sous tutelle étatique, en particulier les concessions minières, plus tard ferroviaires (Ribeill, 1984).

3 La charge d’ingénieur principal de la Ville de Tunis existait dès 1638 au moins : l’acte de rachat d’un janissaire, originaire de Messine, atteste, comme en Europe, de la transformation de la profession à partir du XVIIe siècle (P. Grandchamp, La France en Tunisie au XVIIesiècle, t. 4, Tunis, 15 février 1638). De façon générale, le mot muhandis (ingénieur) aurait été adopté en turc depuis le XVIe siècle, tout en prenant une acception plus large qui embrasse tous les champs du génie sauf l’architecture. Au XIXe siècle, il recouvre à la fois ingénieur et architecte, puis se diffuse pour désigner indifféremment ingénieurs et techniciens (Rifaï, 1990 : 96-97).

4 Sur le muhandis égyptien, son rôle et sa formation, voir Alleaume (1990 ; 1993).

5 Nous renvoyons aux approches socio-économistes de Magnin (1962), Ben Salem (1984), Dimassi et Zaiem, (1987).

6 Sur l’histoire des polytechniciens, voir Shinn (1980), Balibar (1997) et Karvar (1997).

7 Créée en 1794, l’École polytechnique de Paris a été qualifiée de séminaire saint-simonien : Comte, Enfantin, Chevalier, Considérant ou Le Play sont tous des polytechniciens qui veulent « allier les intérêts moraux et matériels de la nation et réunifier la science, la technique et le travail dans la classe des producteurs ».

8 Deux membres de sa famille, parmi ses contemporains, devaient s’illustrer dans des fonctions ministérielles et universitaires. Polytechnicien, Jean-Martial Bineau (1805-1855) intègre l’École des Mines en 1826 ; ministre des Travaux publics sous la IIe République (1849-1850), ministre des Finances (1852-1854), puis sénateur. Quant à Amand Bineau d’Aligny (1812-1861), entré à l’École centrale des arts et des manufactures en 1832, il devient chimiste et professeur à la Faculté des sciences de Lyon.

9 Au XVIIIe siècle, seules quelques missions de spécialistes des arts mécaniques furent autorisées par le gouvernement français, à titre exceptionnel et temporaire, au gré d’alliances conjoncturelles.

10 Depuis les règnes des sultans Abdül Hamîd 1er (1774-1789) et Selim III (1789-1807), les ingénieurs européens ont été placés au centre des enjeux défensifs de l’Empire ottoman, en tant qu’agents de la modernisation de l’armement et de l’instruction militaire (Shaw, 1983).

11 La mine du Jebel Rassâs occupera 600 ouvriers en 1905, 875 en 1922. Cf. les 17 articles du contrat d’août 1828 (Planel, 2000).

12 Dès 1829, Amand Bineau fait venir son neveu pour exercer, en son nom, l’activité de négociant : Jules-René Bineau d’Aligny (Tours 1800-Tunis 1879) n’est pas polytechnicien comme son oncle, mais il devait lui succéder dans la charge beylicale de « directeur des poudres et salpêtres ».

13 En 1833, une maladie emporte Bineau et sa femme. Le polytechnicien avait épousé à Tunis, en 1825, la nièce du consul danois Christian Tuxen Falbe (1791-1849). Ce dernier serait l’auteur de travaux de triangulation et de reconnaissance topographique, notamment du premier plan archéologique de Carthage, publié en 1833.

14 En 1831, pour instruire un millier d’hommes, Hussayn Bey négocie avec l’État français la « mise en position hors cadre » de trois officiers dont le polytechnicien Lugan, lieutenant d’artillerie. Cette ébauche de coopération militaire reste sans suite jusqu’à la création d’une Mission militaire française en Tunisie (juin 1843-novembre 1855) qui, elle-même, prend fin avec la guerre d’Orient. Cependant, le Gouvernement beylical n’en continue pas moins à recruter, sous seing privé, d’autres instructeurs et techniciens européens.

15 Sur l’histoire des saint-simoniens en Égypte et en Algérie, voir Émerit (1941) ; Ilbert et Joutard (1984) ; Morsy (1990).

16 En 1847, Ahmed Bey souhaite que l’Académie du Bardo soit dirigée par un polytechnicien, assisté d’un officier des Mines. Mais le ministère français de la Guerre choisit le saint-cyrien Campenon (1852-1854) pour ce poste alors intégré à la Mission militaire française (1843-1855). En 1861, cette école d’officiers-ingénieurs rassemblait une centaine d’étudiants musulmans.

17 L’ingénieur géographe Philippe-Martin-Narcisse Benoit (1791-1867) est affecté au dépôt de la Guerre, à sa sortie de Polytechnique. Professeur de topographie et de géodésie à l’École d’application d’État-Major, il prend sa retraite en 1841. Nommé agent voyer en chef de la ville de Montpellier, il s’occupe en 1851 de l’adduction d’eau de cette ville, et de sa distribution (Dictionnaire de biographie française, t. 5, p. 1440). Les deux frères Benoit restent en relation étroite : l’aîné crée un atelier de construction d’instruments de précision où il fait réaliser diverses de ses inventions ; le cadet lui commande certaines pièces pour la manufacture tunisienne.

18 Benoit épouse en1846 la fille du négociant Jean Monge : lié au clan Lesseps, le petit-neveu de Gaspard Monge (l’un des fondateurs de l’École polytechnique et membre de l’expédition d’Égypte) s’était imposé, dès 1829, comme chef du réseau bonapartiste de Tunis.

19 Le projet d’usine à vapeur est suggéré au bey par Louis Guiraud, un marchand drapier vivant à Tunis depuis 1832 : cet entrepreneur d’industrie, compatriote de Benoit, prend le titre de directeur en chef de l’établissement dans la phase de mise en œuvre de l’usine. Cette fonction de « cadre » technique (avant la lettre) sera confiée durant près d’un quart de siècle (1847-1873) à Étienne Faussié, un contremaître expérimenté. Guiraud, quant à lui, repart en France dès 1846, après la mise en affermage de la manufacture d’État.

20 Nous avons montré que l’échec de cette première expérience industrielle, en 1873, renvoie à la question de l’assise territoriale de l’État, et à ses mutations sous l’action concertée d’acteurs économiques et d’acteurs institutionnels. Dans les années 1850-1860, l’idéal productiviste a été battu en brèche par de nouvelles logiques capitalistes, au sein d’un système alterné d’administration directe et d’affermage. Cette gestion hybride introduit une différence majeure d’avec l’expérience industrielle égytienne qui, depuis 1811-1815, visait à supprimer tout intermédiaire dans la capitalisation de revenus par l’État. Voir aussi Stoianovich (1983).

21 Entre 1850 et 1852, Benoit sollicite l’expertise du polytechnicien Jean Letellier, ingénieur au corps impérial des Mines, et celle de l’ingénieur civil Laurent Courtépée pour inspecter la mine de plomb sulfuré de Jebba. Située sur la rive droite de la Mejerda (à 16 km de Teboursouk), elle emploie 211 ouvriers entre 1840 et 1844. Mais en l’absence d’un réseau performant de communications, ces hauts fourneaux sont abandonnés.

22 La hausse des prix de l’alliage sur le marché international incite l’ingénieur à ne pas assurer seul l’importation du cuivre et sa transformation en monnaie. Il s’associe donc, de compte à demi, avec un propriétaire parisien. Depuis Paris, le capitaliste organise les envois de cuivre. Depuis Tunis, l’ingénieur surveille le travail de fabrication des pièces. Leur société n’est dissoute qu’après la mort de Benoit (Planel, 2000).

23 Parce qu’elle bouleverse les règles financières, la réforme de 1847-1852 génère des conflits d’intérêts. En tant qu’artisan de cette réforme, l’ingénieur détermine le titre des monnaies et introduit des procédés mécaniques qui accélèrent la mise en circulation des espèces. Pour les négociants, la réforme autorise des dévaluations, dépréciations du change et augmentation du taux de l’escompte, à une époque où les monnaies européennes rivalisent en stabilité.

24 Le corps des Mines, créé en France en 1783 et organisé en 1810, avait à l’origine pour fonction de faire respecter les droits éminents de l’État sur le sous-sol et exercer un simple contrôle fiscal. Au XIXe siècle, ce groupe restreint d’ingénieur d’État élargit progressivement son champ d’activité (Thépot, 1984).

25 En novembre 1854, F. de Lesseps a obtenu de Mohamed Saïd Pacha (1849-1854) cette concession que Mohammed Alî (1804-1848) avait refusée au saint-simonien Linant de Bellefond depuis 1841. Le vice-roi avait préféré créer une ligne ferroviaire en Alexandrie et Suez.

26 Ancien secrétaire particulier de l’émir Abdelkader, Léon Roches, surnommé Hadj Amor, est nommé consul général à Tunis six mois après la signature du contrat entre Mohammed Bey (1855-1859) et Édouard Dubois. Il appartient au clan des diplomates arabophiles comme Jules de Lesseps qui, depuis 1846, gère les intérêts du bey de Tunis à Paris. Sans sous-estimer l’impact de la présence d’ingénieurs sur l’accroissement de l’influence politique française en Tunisie, celle-ci n’implique une démarche concertée que de la part du gouvernement qui y fait appel et le rémunère. Néanmoins, le consulat de Léon Roches inaugure une politique de coopération technique sur projets, avant la politique du royaume arabe de Napoléon III en Algérie (1860-1865). Dès 1859, le consul de France à Tunis signe deux conventions pour restaurer l’aqueduc de Zaghouan qui alimentait en eau la capitale, et pour installer, depuis l’Algérie, un télégraphe électrique sur l’ensemble du territoire tunisien.

27 En ce sens, la réflexion d’Hélène Vérin (1993, p. 201) sur le projet centralisateur de la royauté française au XVIIIe siècle aide à comprendre l’option beylicale. Là s’arrête la comparaison avec la France d’Ancien Régime ; car, dans cette phase initiale de prospection des richesses potentielles du sous-sol, le Gouvernement tunisien vise davantage à rationaliser la prospection des minerais que d’en régler l’extraction et d’en favoriser la circulation.

28 L’objectif prioritaire de l’enquête minéralogique est de découvrir des mines de plomb argentifère, d’or et de fer. Dubois rejette la possibilité d’extraire du charbon. Mais il signale l’existence de gisements de pierre à chaux, utiles pour la construction. Par ailleurs, il suggère de créer, par forages artésiens, une oasis sur le versant méridional de la Dorsale tunisienne (cette nouvelle étape du Camp pouvant être utile à la collecte fiscale). Dès septembre 1856, Mustafâ Khaznadar l’envoie en mission à Paris afin d’y recruter « un excellent ouvrier pour diriger les travaux de sondage ».

29 Selon le contrat du 1er mars 1856, Dubois doit « s’occuper de l’exploration et de l’exploitation des mines de la Régence, de la construction et de l’exploitation des usines métallurgiques, et en général de tout ce qui regarde la construction et les machines ». Or, il se consacrera plus à la surveillance des usines encore en fonctionnement qu’à de nouveaux projets, à l’exception d’une capsulerie en 1860 : des entreprises d’armement de même nature sont initiées après 1860, en France et en Algérie.

30 Le décret du 19 avril 1858 substitue aux subdivisions de la pièce de 100 piastres (80, 40, 20, et 10 ryals) les sous-multiples de 50, 25 et 5 piastres. Ce décret devait rester en vigueur jusqu’en 1891, date à laquelle le franc français est adopté en Tunisie.

31 L’organisation à forfait de ce grand chantier de travaux publics et ses conséquences sur la mobilisation d’ingénieurs qui devaient diriger d’autres chantiers urbains, ont été analysées dans le cadre de ma thèse (Planel, 2000 : 207-219).

32 En mission à Paris, l’ingénieur a pris connaissance du projet de lotissement, par le bey, de cet « espace vierge et marécageux », afin de « permettre aux Européens d’acquérir et de construire ». Or, « ... avant de faire aucune vente », il lui semble « qu’il serait très important d’avoir un plan exact des lieux, afin de diviser le terrain en portions les plus avantageuses pour la vente » (Lettre de Dubois à Mohammed Bey, Paris, 30 septembre 1856). À Paris, le baron Haussman (1809-1891), préfet de la Seine du 1er juillet 1853 à 1870, est en train d’engager une politique concertée de grands travaux.

33 Après la fin du contrat de Dubois, le gouvernement français autorisa un « ingénieur chef des Ponts et Chaussées » à effectuer une mission de courte durée (juin 1861-janvier 1862) : le fonctionnaire Charles Lacroix appartenait au clan actif des arabophiles français, anticolonistes. Ce détachement ponctuel était justifié par la volonté politique de soutenir les réformes institutionnelles tunisiennes, après la proclamation de la Constitution.

34 Le décret du 30 août 1858 restera en vigueur jusqu’au décret du 5 septembre 1905. Il contient des dispositions relatives à l’expropriation pour cause « d’utilité publique » pour procéder à des élargissements de rues. De plus, il énumère les établissements pouvant être considérés d’utilité publique (G. Loth, La Tunisie et l’œuvre du Protectorat français, 1907, p. 119-121).

35 Cf. Vacher (1999) et Vedel (1983).

36 L’École des Ponts et Chaussées est fondée en France en 1747. Mais la technique du revêtement des routes reste précaire et les transports difficiles au XVIIIe siècle. Les travaux les plus importants sur la traction datent de 1832 et le problème du tracé des routes fait des progrès vers 1840. Le réseau des grandes routes de communication à longues distances fut étendu et perfectionné dans presque tous les pays à peu près en même temps, entre 1830 et 1880 (1867 en France pour les routes nationales).

37 Ministre de la Marine entre janvier 1857 et novembre 1862, Khayr ad-Dîn utilise le port de La Goulette comme un véritable laboratoire des réformes où sont entrepris divers travaux d’utilité publique : aménagement des routes, restauration de ponts et de bâtiments (dont la rénovation de l’arsenal et du fort de Charles Quint), installation d’un phare à Sidi-Bou-Saïd.

38 Un ingénieur des Arts et Métiers est recruté en 1855 pour seconder Dubois dans l’aménagement du port de La Goulette (accroissement de fréquentation, augmentation des dimensions des navires à vapeur : roues à aubes, puis à hélice et de leurs capacités de chargement). Auparavant, l’ingénieur Beausamis enseignait à l’École des arts et métiers d’Aix-en-Provence, créée en 1843.

39 La fermeture de l’école d’arts et métiers de Tunis, en avril 1861, s’explique par une divergence d’objectifs entre ses promoteurs et l’administration : cette dernière remet en cause la dimension intellectuelle du projet, face à l’urgence politique d’assurer, sur l’ensemble du territoire, la publicité des réformes juridiques qui se précitent après la proclamation du Pacte fondamental en septembre 1857 (Planel, 2000, t. 1 : 159-166).

40 Michaud (février 1887-septembre 1893) ; Pavillier (1893-1903) ; Eugène de Fages de Latour (novembre 1903-mars 1913). Ce dernier, polytechnicien et inspecteur général des Ponts et Chaussées, a débuté sa carrière coloniale à Sousse (septembre 1891), puis à Tunis (septembre 1893) d’où il collabora, pendant dix ans, aux études et travaux de l’arsenal de Sidi Abdallah à Bizerte. En 1913, il choisit d’intégrer le secteur privé, en qualité de directeur-ingénieur en chef de la Compagnie Thomson-Houston.

41 Les entraves apportées à la reproduction de la profession d’ingénieur en Tunisie, dans les années 1870 seraient une piste de recherche à explorer, notamment à partir des histoires de vie des Européens nés ou vivant à Tunis.

Auteur

Historienne, chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable