Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

I. La naissance d’une figure technique moderne au Maghreb : de l’ingénieur réformateur à l’ingénieur colonial

Les ingénieurs et la politique de l’eau au Maghreb : le passé peut-il éclairer le présent ?

Mohammed El Faïz

Texte intégral

1La volonté de jeter des passerelles entre les problématiques des différents chercheurs travaillant sur les figures de l’ingénieur au Maghreb m’encourage à proposer l’examen des possibilités offertes par l’exploration du champ de ce que le regretté Jacques Berque appelait le Maghreb « d’avant-hier ». En se limitant à la question spécifique des rapports entre les ingénieurs et la politique de l’eau, il paraît important de pouvoir les situer dans le cadre socio-historique plus large de la formation et du développement des cultures de l’eau dans la civilisation arabo-musulmane.

2L’émergence de l’école hydraulique arabe, avec ses ramifications orientales et maghrébines, a constitué un fait capital de l’histoire des sciences et des techniques arabes au Moyen Âge. Outre l’accumulation de connaissances nouvelles et d’un savoir-faire élaboré dans les domaines de l’ingénierie de l’eau, cette école a pu, très tôt, imaginer et mettre en place des institutions efficaces, capables de gérer le réseau hydraulique et d’assurer sa pérennité, en se basant sur des principes à la fois efficaces et équitables.

3En héritant de ce modèle arabe de gestion de l’eau, l’Espagne a su le conserver, l’entretenir et le perfectionner. Et lorsque les puissances industrielles du XIXe siècle étaient à la recherche de moyens susceptibles d’améliorer leurs systèmes d’irrigation, elles ont eu l’intelligence de le valoriser et de le défendre en tant que modèle de gestion locale et participative de l’eau.

4L’analyse de l’évolution de l’héritage hydraulique arabe permet de comprendre l’attrait exercé par l’approche hispano-arabe de l’irrigation sur certains ingénieurs coloniaux tout au long du XIXe siècle. En somme, il convient de s’interroger sur les enseignements que l’on peut tirer de cette histoire de longue durée. Cette réflexion est d’autant plus nécessaire que nous nous situons au Maghreb à un moment marqué aussi bien par les résultats mitigés de l’option de la grande hydraulique, que par l’amnésie et le repli identitaire d’une fraction des ingénieurs.

Naissance et rayonnement de « l’école arabe de l’eau »

5La formation de l’empire arabo-musulman s’est traduite par l’intégration de régions géographiques aux reliefs et aux ressources variés. On y trouve des montagnes, des plaines, des oasis, des deltas, des zones d’agriculture pluviale et fluviale. Mais, un climat aride et semi-aride domine l’ensemble des territoires de cette civilisation : d’où l’importance de l’eau, sans laquelle il est difficile d’envisager le progrès de l’agriculture. Toutefois, si la plupart des régions souffrent d’une rareté de l’eau, dans d’autres lieux, c’est l’abondance des ressources hydrauliques qui pose problème, forçant l’homme à entreprendre de grands travaux d’assèchement et de drainage ; et cela dès les premiers siècles de la conquête arabe et l’islamisation des territoires des grandes civilisations hydrauliques (Mésopotamie, Égypte, Iran, Syrie). Au contact de ces foyers d’innovation, les califes ont élaboré leur politique de l’eau. Un exemple spectaculaire a été donné par les opérations de défrichement qui ont consisté en un assèchement des marécages et la conquête de nouvelles terres arables. Les époques de la domination omeyyade et abbasside ont été d’une fécondité exceptionnelle. Les califes ont ouvert plusieurs chantiers, aboutissant, ici et là, à la dérivation des fleuves, à la construction d’aqueducs et de grands canaux d’irrigation, à l’édification de ponts et de barrages et à la régularisation des cours d’eau. Rien que dans les environs de la ville de Bassora, on comptait plus de 1 200 canaux portant les noms de leurs constructeurs et les toponymes des lieux où ils ont été réalisés. La Mésopotamie fut le théâtre de la renaissance de la civilisation de l’eau.

6Dans cette entreprise, tant les aspects techniques que les aspects juridiques et institutionnels nécessaires à toute exploitation rationnelle des équipements hydrauliques, ont été maîtrisés. Dès le IXe siècle, le gouverneur de la province musulmane du Khorasân, Ibn Tâhir (828-844), avait confié à des experts la rédaction d’un code des galeries drainantes souterraines (kitâb al-qinâ) comportant toutes les règles régissant la répartition et la gestion des eaux. Ce code était censé mettre fin aux conflits entre paysans.

7Bien que le modèle d’aménagement hydraulique ait été, au départ, un projet d’État, sa conception et sa réalisation relevaient d’un corps constitué d’ingénieurs et de praticiens. Ceux-ci formaient le groupe auquel a été confiée la mise en œuvre de la politique de l’eau et un milieu socioprofessionnel spécifique.

8Comment se définit le champ de l’hydraulique ? Qui sont ces premiers ingénieurs ? Peut-on cerner leur profil ? Autant de questions qui méritent une réponse avant de s’intéresser aux traits de l’évolution hydraulique.

9Les premiers ouvrages arabes de classification des sciences n’avaient pas une perception claire du champ de l’hydraulique et de sa place parmi l’éventail des savoirs humains. Al-Farabî (m. 950) lie la fabrication des mécanismes hydrauliques à la « science des techniques industrieuses » (‘ilm al-hiyal), laquelle constitue la septième partie de la science mathématique. Ibn Sînâ (980-1037), tout en gardant cette filiation mathématique, a réussi à faire de l’hydraulique une discipline à part entière, au même titre que la géométrie, l’astronomie, la science des techniques industrieuses, la science des miroirs, etc.

10Pour trouver une approche plus précise du champ de l’hydraulique, on doit se tourner vers l’œuvre des lexicographes arabes. Al-Khawârizmî al-Kâtib (vivant vers 960), dans son ouvrage Mafâtîh al-cUlûm (Les clefs des sciences), a tenté de cerner les contours de cette connaissance nouvelle en se basant sur l’apport des érudits l’ayant précédé, notamment al-Khalîl (vers 787).

11L’hydraulique apparaît ainsi comme une branche de l’art de l’ingénieur (al-handasa). Ce dernier terme constitue la forme arabisée du mot persan andâzah, qui signifie proportions (al-maqâdîr). D’après al-Khalîl, l’ingénieur (al-muhandis) est celui qui estime le débit des galeries drainantes souterraines et s’occupe du choix de leur emplacement. Handasa se dit aussi de la « mesure des eaux » qui relève de cet art et en fait partie.

12L’auteur décrit toute une gamme d’appareils hydrauliques, de « vases merveilleux » et d’automates qui constituent le domaine spécifique de la « science des techniques industrieuses » (al-Khawârizmî al-Kâtib, s.d.).

13Jusqu’au XVIIIe siècle l’hydraulique a été considérée comme une partie intégrante de l’art de l’ingénieur. Hajjî Khlîfa (1607-1657), fidèle à cette tradition, opte pour le rattachement de la « science du transfert des eaux » (‘ilm naql al-miyyâh) à la même discipline.

14Une fois l’hydraulique située sur l’éventail des savoirs humains, on s’est intéressé à son contenu. Tâshkoprözâda (m. 1554) donne la définition suivante de ce qu’il appelle « la science de l’exploitation des eaux » (‘ilm inbât al-miyyâh) : « Il s’agit, dit-il, d’une science qui a pour objet la connaissance des moyens destinés à extraire les eaux des couches souterraines et à les faire couler à ciel ouvert ». L’utilité de cette science est évidente, notamment lorsqu’il est question de vivifier les terres et de les cultiver (Tâshkoprözâda, s.d. : 354).

15Bien que cette définition paraisse incomplète, elle dit l’essentiel d’une discipline qui ne se limite pas à l’exploitation des eaux souterraines. En fait, elle cherche à élaborer une théorie scientifique des phénomènes hydrauliques, et ouvre la voie à la conception et à la réalisation de systèmes et dispositifs de plus en plus ingénieux destinés au captage et au transport des eaux.

Les ingénieurs hydrauliciens : un groupement dynamique, mais hétérogène

16Le lexicographe arabe al-Khalîl limite le domaine d’intervention du muhandis à l’estimation du débit des galeries drainantes souterraines et au choix de l’emplacement adéquat pour leur construction. En réalité, le mot muhandis englobe d’autres spécialités qui relèvent du génie civil (irrigation, adduction d’eau, barrages, ponts, topographie, etc.) et du génie mécanique (fabrication des machines élévatoires). Par extension, il peut également désigner les fonctions d’architecte et d’agronome.

17Pour mieux comprendre la signification de ce concept, il convient de comparer « l’ingénieur » de l’époque médiévale à celui de la Renaissance.

18L’engignour ou ingeniator est avant tout le constructeur de machines de siège et d’autres « engins » de guerre. Mais pour construire ces machines, il doit mettre en œuvre son « engin », c’est-à-dire son esprit d’invention (il est ingénieux) (Jacomy, 1990). Cette définition recouvre le double sens qu’on attribue au muhandis dans la civilisation arabe, qui est à la fois constructeur de machines et homme doué d’une intelligence rusée. On comprend de la sorte le classement de l’hydraulique tantôt parmi l’art de l’ingénieur, tantôt parmi la science des techniques industrieuses, littéralement « science des ruses », ‘ilm al-hiyal.

19Les ingénieurs ainsi définis apparaissent comme le produit de la mise en œuvre d’une ambitieuse politique de l’eau conçue à l’échelle de l’empire musulman. Leur ascension correspond à une période de développement où les grands projets d’aménagement hydro-agricole avaient besoin de compétences opérationnelles, certes, mais aussi de bâtisseurs capables d’imaginer et de réaliser les ouvrages de travaux publics. On peut aussi se représenter ces ingénieurs comme les acteurs conscients d’une mutation économique plus ou moins profonde selon les régions. En effet, c’est bien grâce à l’irrigation et à la maîtrise de l’eau que la « révolution agricole » arabe médiévale a été possible.

20Pour cerner le profil des hydrauliciens arabes, on doit disposer du maximum d’informations concernant leurs origines sociales, leurs cursus, leurs liens avec le pouvoir, leurs œuvres, etc. On sait combien une investigation de ce genre est difficile même aujourd’hui, alors que l’outil statistique est particulièrement développé et les sondages d’opinion élaborés.

21Afin de surmonter ce handicap, nous avons limité notre enquête à quelques figures qui paraissent les plus représentatives de « l’école arabe de l’eau ». Grâce aux ouvrages bio-bibliographiques, nous pouvons mieux les connaître et élaborer pour chacun d’entre eux une notice plus ou moins détaillée en fonction de la valeur de l’information disponible. On s’intéressera plus particulièrement aux « frères mécaniciens » Banû Mûsâ, à l’auteur anonyme du Livre Compendium (Kitâb al-Hâwî), à al-Karajî et à al-Jazarî (al-Hassan & Hill, 1991). Le tableau qui se dessine n’est représentatif que des cas de figure cités. Cependant, il permet de découvrir un milieu intellectuel prolifique et des hydrauliciens de talent qui ont réussi à faire de leurs domaines respectifs de hauts lieux de recherche et de créativité technologique.

22Les hydrauliciens n’apparaissent pas comme un groupe autonome. Ils sont souvent intégrés dans la hiérarchie administrative et bénéficient des liens traditionnels qui se sont tissés entre les califes et le milieu des scientifiques et des « mécaniciens ». Si la plupart se plaisent dans leur rôle d’ingénieurs d’État, certains cherchent à se ménager un espace de liberté où ils peuvent s’adonner à la réflexion scientifique, loin des servitudes de la cour.

23Les hydrauliciens ne forment pas non plus une catégorie homogène. Plusieurs idéaux-types peuvent être construits :

  • en premier lieu, les agents de l’État attachés au dîwân al-mâ’(service des eaux). Ils engagent toutes leurs compétences opérationnelles dans le creusement des canaux et l’élargissement de l’infrastructure hydraulique. Ces praticiens semblent les plus nombreux. Rien que dans la ville de Marw (Iran), l’ingénieur responsable de l’administration de l’hydraulique commandait dix mille agents chargés de l’irrigation et de la construction des barrages ;
  • les « savants » se distinguent par la composition de traités dans le domaine de l’hydraulique, après avoir eu une carrière en mathématique ou en mécanique ;
  • les « experts », quant à eux, louent leurs services aux États et réalisent des actions ponctuelles dans tel ou tel domaine de l’ingénierie hydraulique ;
  • enfin, les « mécaniciens » apparaissent comme des « rêveurs » et des bâtisseurs d’utopies hydrauliques.

24Ces idéaux-types n’épuisent pas la richesse du corps des hydrauliciens. Ils donnent des clés pour rendre compte de la complexité de la culture technique arabe et de sa diversité. Car, on n’a pas pris ici en considération les œuvres anonymes qui font partie du domaine de l’archéologie hydraulique. On s’est limité aux témoignages écrits qui paraissent les plus sûrs, mais qui ne reflètent pas nécessairement l’ensemble de l’évolution de la pensée et des faits hydrauliques.

25Par ailleurs, il nous semble que la constitution d’un vaste empire musulman a représenté pour « l’école arabe de l’eau » une importante source d’enrichissement. Les hydrauliciens, infatigables voyageurs, circulent entre l’Orient et l’Occident musulmans. Il leur faut à chaque fois vaincre les difficultés du terrain, s’adapter aux données du climat et du relief et faire preuve d’imagination pour associer les communautés et les usagers de l’eau à la réalisation des projets d’aménagement hydro-agricole. Toutefois, malgré les variations qui peuvent se produire d’une région à l’autre, on rencontre partout, dans les ouvrages, le style et les préoccupations d’une véritable école de pensée.

26Ainsi, pris dans leur ensemble, les hydrauliciens arabes ont constitué une communauté scientifique dont la pensée a été structurée par un même paradigme. On entend généralement par paradigme, l’ensemble des règles, nécessaires à toute discipline scientifique, qui déterminent une façon d’envisager la réalité et d’intervenir pour la changer. Rien n’exprime mieux l’esprit de cette école que les ouvrages d’art et les paysages irrigués se succédant du Yémen à l’Andalousie (al-Andalus). Ils nous permettent d’apprécier les réalisations de l’hydraulique arabe.

27La formation de l’empire musulman a abouti à la création d’un vaste espace économique et culturel marqué par la circulation des hommes, des idées, des techniques et des marchandises les plus diverses. Toutefois, force est de constater que la rédaction des traités hydrauliques en Orient, étalée sur la période allant du IXe au début du XIIe siècle, n’est intervenue qu’un siècle et demi après le lancement de la politique des grands travaux par les premiers califes et ceux de la dynastie omeyyade. Durant cette première phase, l’édification de l’infrastructure hydraulique a essentiellement été le fait des populations locales, notamment les Nabatéens (anbât) d’Irak et les habitants des provinces perses (plus particulièrement ceux d’Ispahan et du Khorâsân), syriennes, égyptiennes, yéménites, etc.

28Les « mécaniciens » et ingénieurs qui ont été à l’origine de la science arabe des eaux, se sont donc inspirés des pratiques de la première génération d’hydrauliciens empiriques. Mais ils ont également été capables de comprendre les limites de l’empirisme en matière d’aménagement hydraulique. Le rédacteur anonyme du Kitâb al-Hâwî (Cahen, 1949-1951), certainement l’auteur le plus proche des milieux des artisans et des fontainiers, montrait déjà la supériorité de l’hydraulicien alliant formation théorique et pratique. Le même discours est défendu par al-Karajî (Karaji, 1973) qui dénonce l’irrégularité du tracé des galeries drainantes souterraines (qanât) d’Ispahan et attribue leurs défauts de construction à l’intervention de puisatiers empiriques, maîtrisant mal les instruments de nivellement.

29La formation de « l’école arabe de l’eau » intervient ainsi dans le prolongement d’un long processus d’évolution et de maturation des connaissances hydrauliques qu’elle amplifie. Le modèle d’aménagement issu du programme de recherche des hydrauliciens est presque achevé aux Xe-XIIe siècles. Il intègre la réflexion théorique la plus avancée à l’époque médiévale sur les phénomènes concernant l’eau (cycle de l’eau, origine des fleuves, classification, indice de l’eau, etc.). En outre, il indique les moyens les plus sophistiqués pour assurer l’exploitation des eaux de surface et des eaux souterraines.

30Ce modèle, élaboré à partir de la réalité des régions orientales qui ont constitué le cœur de l’empire arabo-musulman, ne tarde pas à être confronté aux conditions écologiques et humaines propres aux parties les plus occidentales. C’est de cette confrontation que naît la branche la plus pragmatique de « l’école arabe de l’eau », nourrie par les développements de l’hydraulique dans les territoires de l’Ifrîqiya (Tunisie), d’al-Andalus (l’Espagne musulmane) et du Maroc. On se limitera ici à examiner le modèle de l’Andalousie musulmane qui a exercé une fascination durable sur les ingénieurs et les aménageurs coloniaux.

L’école hydraulique hispano-marocaine : le pragmatisme au service des politiques de l’eau

31Si les références à l’hydraulique théorique sont rares, les témoignages des textes géographiques et historiques sont nombreux. Les apports de l’archéologie ont permis également une meilleure connaissance de l’hydraulique agraire, surtout en Andalousie. Ces deux dernières décennies, l’histoire de cette région a fait l’objet de travaux conséquents.

32Au centre des préoccupations des chercheurs on trouve les origines du réseau et des techniques hydrauliques dans l’Espagne musulmane. La position est aujourd’hui tranchée entre ceux qui, en raison d’un parti pris qui remonte aux guerres coloniales, persistent à nier tout apport de la civilisation arabo-musulmane et ceux qui ont établi de manière irréfutable la réalité des emprunts à l’Orient musulman. La médiation ifrîqiyenne a constitué une étape nécessaire à l’émergence de l’hydraulique en Andalousie et au Maroc. Le flux des échanges a également été favorisé par la constitution de « l’école arabe de l’eau » : école caractérisée par des productions scientifiques et techniques propres et par la volonté de s’impliquer dans la solution des problèmes de l’eau des différentes régions de l’empire.

33On a souvent privilégié, dans l’étude de l’histoire de l’hydraulique en Andalousie, la période somme toute relativement courte, de la domination des souverains tayfas (Xe-XIe siècle). Aussi, pouvait-on lier tous les progrès accomplis aux vertus de la décentralisation politique. Cette prise de position a contribué non seulement à isoler l’Andalousie du reste du monde arabo-musulman, mais aussi à orienter le débat vers la recherche des racines romaines et par conséquent à sous-estimer l’apport des périodes où la région était unifiée politiquement.

34Notre approche envisage l’hydraulique dans la péninsule Ibérique comme un moment du développement de l’hydraulique arabe de manière générale. Moment certes privilégié, mais on ne peut le comprendre et l’interpréter correctement qu’en liaison avec la formation de « l’école arabe de l’eau » et la constitution des empires almoravide et almohade.

L’Andalousie : du progrès technologique à la sophistication de la gestion sociale de l’eau

35Il est probable qu’au départ l’hydraulique en Andalousie, comme dans le territoire de l’Ifrîqiya auparavant, fut essentiellement le fait du corps du Génie qui accompagnait les armées arabes et les suivait dans leurs déplacements. Cette hypothèse n’exclut évidemment ni la participation des populations d’origine orientale (Syriens, Irakiens, Iraniens, Yéménites, etc.) ni celle d’éléments ibères et berbères.

36Après cette première phase qui semble avoir duré jusqu’à la fin du califat omeyyade de Cordoue (du VIIIe siècle au début du XIe siècle), les témoignages indiquant la constitution d’une administration hydraulique bien structurée ont commencé à se multiplier. On peut même parler, à partir de la fin du XIe siècle, de la formation d’une école « andalousienne » de l’eau, capable non seulement de poursuivre l’effort de développement de l’infrastructure hydraulique édifiée durant les siècles antérieurs, mais aussi d’envoyer ses experts pour intervenir dans d’autres régions de l’empire.

37On dispose aujourd’hui d’un grand nombre de travaux consacrés à la question hydraulique dans l’Espagne musulmane. Ces recherches montrent que la maîtrise de l’eau a concerné aussi bien l’exploitation des eaux de surface que celle des eaux souterraines. En effet les Arabes, dès leur installation dans la péninsule Ibérique, ont réussi à mobiliser les eaux des fleuves et à les utiliser au bénéfice de l’irrigation, des installations industrielles et de l’alimentation de la population des villes nouvelles en eau potable. Dans ce cadre, la politique des barrages a constitué un des instruments privilégiés de l’aménagement du territoire.

38Depuis l’étude déjà ancienne de N. Smith, on connaît relativement bien les apports du monde musulman en général et de l’Andalousie en particulier à l’histoire des barrages (Smith, 1971). Dans ce domaine particulier, les ingénieurs avaient la possibilité d’accéder plus facilement, grâce à la langue arabe, aux connaissances accumulées dans les régions qui ont été, depuis la plus haute antiquité, des foyers d’innovation et d’ingénierie hydraulique. En dépit du peu d’informations à caractère scientifique et technique dont nous disposions, on a vu à quel point les idées élaborées sur les bords du Tigre et de l’Euphrate pouvaient atteindre rapidement l’extrême Occident musulman. En réexaminant à nouveau la question des barrages en Andalousie, P. Cressier a pu évaluer le poids des apports orientaux, comme la diversité des legs locaux.

39Les barrages les plus anciens se trouvent sur le Guadalquivir. Les ingénieurs arabes ont développé la technique des barrages de dérivation et celle des barrages réservoirs. N. Smith cite les exemples des barrages de Cordoue aux multiples fonctions : actionner les moulins à eau, protéger la cité contre les crues, alimenter la ville en eau potable, etc. D’autres barrages moins spectaculaires sont construits à Valence, à Murcia et à Grenade. L’archéologie a permis également de nous documenter sur quelques barrages réservoirs dans les provinces de Jaen et d’Almeria (Cressier, 1996 : 153). Tous ces barrages fonctionnaient en liaison avec un réseau étendu et complexe de seguias qui constituait le principal système de transport et de distribution des eaux d’irrigation. Ces seguias, pourvus de répartiteurs plus ou moins élaborés, assuraient également le fonctionnement des moulins à eau. En plus de ces équipements, on note aussi l’usage d’importants ouvrages de franchissement, tels des aqueducs et des siphons.

40Dans la péninsule Ibérique, quelques aqueducs de tradition romaine comme ceux de Mérida, Ségovie et Tarragona, représentent l’essentiel de l’héritage préislamique. Il existe aussi des aqueducs d’époque andalouse qui ont servi à l’alimentation de Madinat al-Zahra à Cordoue. La prospection hydraulique a montré l’usage, bien que limité, du siphon dans la conduite des eaux. On cite également, à différents endroits, l’emploi de la technique des grands bassins (sahrîj).

41En plus des ouvrages de mobilisation, de transport et de distribution de l’eau, l’Andalousie se distingue par la place accordée au machinisme hydraulique. Les témoignages textuels et archéologiques indiquent l’usage répandu des roues hydrauliques (norias), des machines à godets (saniya), des moulins à eau et d’autres appareillages hydrauliques, tels les balanciers. Mais l’exploitation des eaux souterraines n’atteint son meilleur rendement qu’avec l’adoption de la technologie révolutionnaire des qanât (galeries drainantes souterraines). L’étude de ce système – qui a donné de Madrid, depuis sa fondation au IXe siècle, l’image d’une cité construite sur une mer d’eau douce – est aujourd’hui suffisamment connue. M. Barcelo et son équipe ont mis dernièrement en valeur les grandes réalisations accomplies à Majorque, où le tissu des « galeries captantes » a atteint sa plus haute densité.

42Les bouleversements introduits par les nouvelles technologies de l’eau ne se sont pas limités aux plaines et aux huertas. Ils ont également touché les zones de montagne où le peuplement arabo-berbère fut à l’origine du développement du système des cultures en terrasses.

43Telles sont, brossées à grand traits, les lignes de progrès de l’hydraulique « andalousienne ». Toutefois, ce qui a le plus suscité la curiosité des chercheurs européens, c’est moins les aspects techniques de cette hydraulique nouvelle que sa sophistication sociale. En effet, la législation des eaux a constitué un autre apport, souvent négligé, de la civilisation arabe. Tout le secret de la réussite du modèle d’aménagement hydro-agricole en Andalousie réside dans la production de modes de répartition, de réglementation et de gestion des eaux, adaptés au niveau technique atteint. L’« agence du canal » (wakâlat al-sâqiya), constituait l’institution par excellence chargée de la gestion du réseau. C’est cette sophistication de la gestion sociale qui a fait de l’Espagne méridionale, une héritière de « l’école arabe de l’eau » et un exemple à imiter. Les Espagnols ont su non seulement sauvegarder cet héritage immatériel, mais ils ont pu aussi l’adapter et l’améliorer en fonction de leur diversité régionale.

44« Peu de grands travaux, une ingénieuse distribution et une forte organisation collective… ». Par ces mots le géographe J. Brunhes résumait, il y a un siècle, les caractéristiques de l’hydraulique agraire dans le midi de l’Espagne (Brunhes, 1902). Ce jugement a probablement contribué à accréditer l’idée selon laquelle l’Andalousie musulmane aurait été essentiellement un pays de « petite et moyenne hydraulique ». Pour combattre la thèse erronée de K. Wittfogel qui voyait dans l’Espagne musulmane une variante du despotisme oriental, des auteurs comme Thomas Glick (Glick, 1996) ont été amenés à mettre en valeur le rôle, jusqu’ici négligé, des communautés rurales dans le développement de l’irrigation. Moins prudents, d’autres chercheurs ont exagéré ce rôle, aboutissant tantôt à nier, tantôt à minimiser l’intervention de l’État central.

45Pourtant, depuis longtemps déjà, D. Bonneau a montré que le postulat wittfogelien ne se vérifie nullement dans le cas classique de l’Égypte ancienne et hellénistique, où l’administration de l’eau n’était ni rigide (possibilité de ne pas suivre la voie hiérarchique) ni improductive ni étouffante (l’initiative étant largement laissée aux communautés paysannes à l’échelon local). Curieusement, c’est au cours des temps modernes, quand l’aménagement hydro-agricole s’accompagne de la bureaucratisation de l’agriculture et de la confiscation de l’initiative paysanne, qu’on peut chercher une éventuelle vérification de la thèse de Wittfogel.

  • 1 Cf. El Faïz M., Histoire de l’hydraulique arabe (ouvrage à paraître aux éditions Actes Sud).

46Sans entrer dans les détails d’une évolution qui a duré plusieurs siècles1, le grand tournant dans l’histoire de l’hydraulique arabe, celui qui la conduit au déclin et au dépérissement, se situe très probablement vers la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle. Bien que le rythme de la production scientifique sur cette question ait commencé à ralentir dès le XIIIe -XIVe siècle, il serait injuste de ne pas tenir compte des réalisations, quelquefois impressionnantes, qui ont eu lieu un peu partout dans le monde arabo-musulman et qui témoignent du développement de l’hydraulique pratique et opérationnelle.

47Les recherches de Taqî al-Dîn (m. 1585) en mécanique hydraulique et d’al-Fachtâlî (m. 1649) dans le domaine de la modélisation de la gestion des réseaux hydrauliques urbains, montrent que la fin de la suprématie économique arabe en Méditerranée, ne coïncide pas avec le recul des connaissances scientifiques et techniques. Des foyers ont survécu, au moins jusqu’au début du XVIIe siècle, alimentant la curiosité des ingénieurs et des savants arabo-musulmans. Après cette période, des installations hydrauliques ont continué probablement à être entretenues pour subvenir aux besoins des villes et des campagnes. Mais rien n’indique un perfectionnement, encore moins des progrès, par rapport aux âges précédents. Le corpus bien structuré des siècles précédents n’est plus représenté que par des ouvrages mineurs et des œuvres de compilation. Si l’on excepte quelques réalisations, on peut alors affirmer que « l’âge d’or » de l’hydraulique arabe est alors révolu.

48Au XIXe siècle, le monde arabo-musulman se tourne vers l’Europe industrielle pour les besoins de sa modernisation. Or, c’est à la même période que les ingénieurs coloniaux organisent des missions d’étude dans le midi de l’Espagne, à la recherche du modèle hispano-arabe de gestion des eaux d’irrigation.

L’héritage de l’hydraulique arabe transmis par les ingénieurs coloniaux

49Le contact des intellectuels occidentaux avec la culture scientifique et technique de l’Islam remonte à l’époque médiévale. Les traducteurs de Tolède et de Sicile ont réussi, dès les XIe-XIIe siècles, à rendre accessible en latin une grande partie des connaissances arabes en médecine, physique, mathématiques, astronomie, etc. L’héritage des mécaniciens et des hydrauliciens de Bagdad et de l’Andalousie musulmane était également connu à la même époque.

50Cependant, à partir du XVIe siècle, l’hydraulique européenne commence à s’affranchir des modèles du passé : elle réalise de nouvelles conquêtes scientifiques grâce aux apports de l’école italienne de l’eau. Ces changements ont contribué à accentuer la différence avec le monde arabo-musulman qui entrait dans une longue phase de repli et de stagnation. La révolution industrielle devait renforcer la suprématie économique occidentale et étendre l’hégémonie culturelle de la France et de la Grande-Bretagne sur le reste du monde.

51En partant de l’exemple des deux puissances dominantes du XIXe siècle, je me propose d’examiner l’attitude des ingénieurs coloniaux vis-à-vis de l’héritage hydraulique arabe. Ce sont les performances d’un modèle de gestion participatif de l’eau qui attire le plus l’attention de ces ingénieurs. Ce modèle est fondé sur l’implication de la communauté des usagers dans les prises de décision, à l’échelon local, et sur l’élaboration d’un mécanisme d’arbitrage et de règlement des conflits d’irrigation.

52De fait, il leur est possible d’observer les restes de ce modèle participatif dans les provinces méridionales de l’Espagne, plus particulièrement à Valence où le Tribunal des eaux maintient les traditions de l’irrigation remontant à l’époque islamique. Cet héritage institutionnel hispano-arabe devient, dès le début du XIXe siècle, un objet d’étude et de réflexion.

Les missions françaises en Espagne

53Plusieurs grands projets en matière d’aménagement hydraulique ont pris pour terrain le Midi de la France dès le XVIe siècle. Celui d’Adam de Craponne (1527-1576), le plus spectaculaire, visait à dériver les eaux de la Durance pour alimenter la ville d’Aix-en-Provence. Le canal était destiné à de multiples usages : alimentation en eau potable, irrigation, navigation, transport de bois, etc.

  • 2 Encyclopédie des Bouches-du Rhône, Paris, éd. Champion, 1928, p. 193.

54Cependant, cette entreprise audacieuse sur le plan technique s’est heurtée à deux écueils : le problème du financement et surtout l’insuffisance des méthodes de gestion du réseau hydraulique. J. A. Barral considère que l’histoire même de l’œuvre de Craponne n’est qu’un exemple des difficultés que soulevait le fonctionnement des associations des usagers de l’eau2.

55La question qui se pose, encore au XIXe siècle, aux aménageurs hydrauliciens français est bien celle de la meilleure utilisation possible des eaux d’irrigation. Pour trouver la solution adéquate à ce problème, la Société royale et centrale d’agriculture de France envoie Jaubert de Passa en voyage d’étude en Espagne et ouvre des concours réguliers pour « le meilleur emploi des eaux d’irrigation ».

56Le titre de l’ouvrage publié par Jaubert de Passa à la fin de sa mission – « Voyage en Espagne en 1816, 1817, 1818, 1819, ou recherches sur les arrosages, sur les lois et coutumes qui les régissent, sur les lois domaniales et municipales, considérées comme un puissant moyen de perfectionner l’agriculture française » (Jaubert de Passa, 1823) – exprime clairement la quête de juridictions nouvelles et d’un modèle de gestion capable de limiter les conflits consécutifs à l’extension des irrigations dans le Midi de la France. Il était alors naturel de se tourner vers l’Espagne « où les associations ont connu un développement et une perfection d’organisation inconnus en Provence » (Barral, 1876).

57Jaubert de Passa a été impressionné par le fonctionnement du Tribunal des eaux de Valence où les jugements étaient rendus « sans appareil, sans écritures, sans frais et avec impartialité » : « Le tribunal, écrit-il, quoique d’origine mauresque fut maintenu ; son pouvoir resta souverain, et après six siècles de durée, nul encore n’est assez puissant pour attaquer ses décisions » (Jaubert de Passa, 1846).

58Plus tard, dans un contexte marqué par la colonisation de l’Algérie, une seconde mission est confiée à Maurice Aymard. Cet ingénieur des Ponts et Chaussées a été chargé par le gouverneur d’Algérie, le maréchal duc de Malakoff, de visiter les grands travaux hydrauliques de l’Espagne méridionale et d’étudier le régime administratif des arrosages de ce pays. Cette mission, qui a duré de juillet à septembre 1862, couvre un territoire assez vaste, allant de la côte orientale (de Valence jusqu’à Almeria) au sud de l’Espagne (depuis Grenade jusqu’à Séville) ; territoire qui se confond pour l’essentiel avec les régions qui furent autrefois à l’origine de la prospérité agricole et horticole de l’Andalousie musulmane.

59« Quels sont, s’interroge Maurice Aymard, les systèmes d’administration qui, tout en laissant aux usagers la plus grande autonomie, ont produit cet étonnant résultat de supprimer en quelque sorte les procès dans une branche de l’administration publique qui d’habitude en est si féconde » (Aymard, 1864 : 2) ? Comment lutter contre le phénomène de l’envasement des barrages ? Tout en soulignant la nouveauté de ces questions, l’auteur constate qu’il n’est pas possible de leur trouver de réponses, ni en Lombardie, où les irrigations se font à partir de fleuves qui ne tarissent jamais, ni en France, où les nombreux barrages réservoirs sont alimentés soit par des sources limpides, soit par des fleuves non torrentiels.

60L’absence d’un modèle susceptible d’éclairer les ingénieurs français sur « ce qu’il faut faire en Algérie », les force à s’intéresser, à nouveau, à l’expérience hydraulique espagnole : celle-ci leur paraît exemplaire, à la fois par l’étendue des irrigations à partir des grands canaux et par les perfectionnements de la législation des eaux.

61Maurice Aymard est frappé par la modernité de la législation espagnole et par l’originalité des institutions locales héritées de l’époque arabe : « L’idée première d’arracher chaque individu à son isolement, explique-t-il, en groupant tous les intérêts en un faisceau solidaire, de créer des commissions nommées par le suffrage universel de tous les usagers, et de donner à ces commissions l’administration et la police des eaux ; l’idée de confier à des tribunaux spéciaux composés de juges choisis par les usagers eux-mêmes, la répression immédiate et sans appel des contraventions ; toutes ces idées qui semblent enfantées par l’esprit moderne, étaient pratiquées il y a six cents ans par les Maures, et elles suffisent à la gloire de ce peuple » (Aymard, 1864 : 10).

62Après avoir décrit les travaux d’irrigation, les règlements administratifs destinés à conserver et à étendre l’infrastructure hydraulique et les mécanismes de la répartition des eaux, l’auteur réussit à dégager les aspects qui constituent l’originalité de l’expérience espagnole : à savoir l’importance de la gestion locale de l’eau et le rôle des syndicats d’irriguants constitués par le suffrage universel et ayant des attributions plus étendues qu’en France.

63Quatre décennies après Maurice Aymard (en 1902), le géographe Jean Brunhes devait, à son tour, étudier les irrigations en Espagne, en Afrique du Nord et en Égypte. Mais il le fait dans un but comparatiste et avec l’intention de faire prévaloir le point de vue des sciences humaines et sociales.

Les missions anglaises en Espagne

64Au cours du XIXe siècle, l’Angleterre a également envoyé ses experts et ingénieurs pour étudier les institutions chargées du contrôle et de la gestion des irrigations en Espagne méridionale. Dans ce cas de figure, c’est la nécessité de rentabiliser les équipements hydrauliques réalisés dans l’Inde coloniale qui justifie ces missions, et celle de trouver des solutions au problème de la distribution de l’eau à l’échelon des communautés villageoises.

65Thomas Glick, dans un article consacré à ces premières missions, cite l’exemple de J. P. Roberts qui a effectué un long séjour en Espagne vers 1860 (Glick, 1971). Il a été suivi par Colin Scott Moncrieff (1836-1916), un autre ingénieur qui se trouvait en service dans la région du Bengale. Après un voyage qui l’a conduit en France et en Italie, cet expert arrive à Valence dans les années 1868. Il étudie en technicien les canaux de différentes régions de l’Espagne méridionale (Alicante, Murcia, Grenade, etc.) et propose de s’inspirer des institutions en place pour organiser des associations d’irriguants en Inde (Moncrieff, 1868).

66Une troisième mission a été confiée à Clements R. Markham (1830-1916). Ce géographe de renom, particulièrement intéressé par l’histoire de la transmission des techniques hydrauliques arabes, était, lui aussi, à la recherche d’expériences et de modèles de juridiction à imiter pour promouvoir le développement agricole en Inde (Markham, 1867).

67Ainsi, tout au long du XIXe siècle, des ingénieurs anglais ont partagé avec leurs homologues français, une même fascination pour le modèle de gouvernance locale des irrigations. On ne peut qu’admirer l’ouverture d’esprit de ces ingénieurs, issus de la branche des « sciences dures », à des solutions de type participatif, impliquant la gestion du réseau hydraulique par les usagers.

68Cette orientation aurait pu être féconde pour l’avenir des irrigations dans le monde. Mais au début du XXe siècle, sous la pression d’intérêts divers, les puissances industrielles optent pour le lancement de la politique des grands barrages réservoirs. Dans les colonies anglaises et françaises, la préférence est accordée aux équipements lourds, accompagnés de formes de gestion centralisées et bureaucratiques. L’heure n’est plus à la recherche d’institutions de proximité fonctionnant sur les principes d’efficience et d’équité. L’irrigation devient l’instrument privilégié pour assurer un contrôle politique des populations dans les zones aménagées.

69Cette tendance se vérifie en France où la tutelle administrative est devenue plus étroite depuis le Second Empire : Le préfet intervient dans la nomination des syndics et dans l’approbation des délibérations des assemblées des associations d’irriguants (Barral, 1876 : 200).

70En Grande-Bretagne également, la préférence est donnée à un système moderne de canaux dirigé par une bureaucratie centralisée et supervisé par des ingénieurs militaires (Glick, 1971 : 18).

71Curieusement, c’est avec la colonisation que les pratiques du « despotisme oriental », chères à K. Wittfogel, ont été appliquées dans les pays conquis (Wittfogel, 1974). L’extension de l’infrastructure hydraulique s’est accompagnée, un peu partout dans le monde, d’une centralisation des décisions et d’une marginalisation des institutions chargées du contrôle et de la gouvernance locale des irrigations.

Conclusion

72L’observateur de l’évolution des politiques de l’eau au Maghreb, depuis le début du XXe siècle jusqu’à nos jours, ne manque pas de relever la « coupure » qui s’est produite entre les ingénieurs et les expériences hydrauliques du passé d’hier (colonial) et d’avant-hier (précolonial). Très tôt, Maurice Aymard et Jean Brunhes, bien qu’ils soient d’horizons différents, ont su attirer l’attention sur les limites de la grande hydraulique en Afrique du Nord et sur les dangers potentiels de l’envasement. Malgré leurs avertissements, les administrateurs coloniaux ont préféré s’engager dans le financement d’ouvrages coûteux et sans défenses anti-érosives. Ils ont également abandonné le modèle de la gouvernance locale au profit de la gestion administrative et technocratique.

73Quant aux ingénieurs du Maghreb indépendant, loin de discuter ces choix ou de chercher à évaluer leurs implications économiques, écologiques et humaines, ils n’ont fait globalement que les perpétuer par des actions plus amples, parfois même spectaculaires. Le champ a été ainsi laissé libre à l’intervention des administrations centrales, des bureaux d’études étrangers et des firmes de bâtiments et de travaux publics pour décider de tout ce qui concerne la conception et la réalisation des projets hydro-agricoles.

74Le bilan de la politique des barrages ne force pas à l’optimisme. Les hydrauliciens et les aménageurs maghrébins se débattent depuis plus de deux décennies dans des problèmes liés à l’envasement et à la gestion inefficace et dispendieuse des réseaux hydrauliques. Or, ces questions étaient déjà à l’ordre du jour un siècle auparavant, et l’on étudiait les réponses à leur donner. Mais la marginalisation de la voix des tenants des sciences humaines et sociales a provoqué l’avortement de ce processus qui aurait pu être fécond. Les défenseurs du « tout technique » ont occupé le devant de la scène faisant de l’eau et de ses métiers leur domaine privilégié d’expertise et d’action.

75Avec le recul qu’autorise une approche des phénomènes dans la longue durée, on voit aujourd’hui les effets de l’amnésie de ces débats chez les ingénieurs. Il est possible d’en évaluer le coût économique, technique, politique et socioculturel en calculant le manque à gagner dû à l’endettement, à l’envasement, à la destruction du patrimoine hydraulique et au gaspillage de l’eau du fait de la gestion étatique des réseaux.

76Le problème des ingénieurs contemporains est bien celui de leur rapport à l’histoire et à l’héritage hydraulique de la civilisation arabo-andalouse. L’absence de références à l’histoire des sciences et des techniques dans les programmes des écoles d’ingénieurs au Maghreb tend à créer un « vide culturel » en partie comblé, un temps, par l’idéologie islamiste.

77Il convient désormais de réconcilier les Maghrébins avec l’héritage de « l’École arabe de l’eau » qui, jusqu’au XIXe siècle, a nourri l’imaginaire hydraulique des ingénieurs européens. Inciter les jeunes ingénieurs à méditer sur ce savoir, à l’examiner de manière critique et à rechercher les moyens de l’utiliser permettrait d’améliorer le rendement et l’efficacité de l’hydraulique paysanne.

Bibliographie

Bibliographie

AL-HASSAN A. & HILL D., Sciences et techniques en Islam, Paris, éd. UNESCO, 1991.

AL-KHAWÂRIZMÎ AL-KÂTIB, Mafâtih al-‘Ulûm, Le Caire, s. d.

AYMARD M., Irrigations du Midi de l’Espagne, Paris, éd. E. Lacroix, 1864.

BARRAL J. A., Les irrigations dans le département des Bouches-du-Rhône, rapport sur le concours ouvert en 1875, Paris, Imprimerie nationale, 1876.

BRUNHES J., L’irrigation, ses conditions géographiques, ses modes et son organisation dans la péninsule Ibérique et en Afrique du Nord, Paris, 1902.

CAHEN Cl., « Le service des eaux en Irak au début du XIe siècle », Bulletin d’Études Orientales, 1949-1951.

CRESSIER P., « À propos des apports orientaux dans l’hydraulique agraire d’al-Andalus : observations sur les barrages », Madrider Beiträge, 24, Mayence, 1996.

GLICK Th., Irrigation and Hydraulic Technology, Londres, Variorum, 1996.

JACOMY B., Une histoire des techniques, Paris, Seuil, 1990.

JAUBERT DE PASSA, Recherches sur les arrosages chez les peuples anciens, Paris, éd. Bouchard, 1846 (rééd. 1981).

Voyage en Espagne, Paris, 1823.

KARAJI M., La civilisation des eaux cachées : traité d’exploitation des eaux souterraines, trad. en français par A. Mazaheri, Nice, Université de Nice, 1973.

MARKHAM C. R., Report on the Irrigation of Eastern Spain, Londres, 1867.

MONCRIEFF C. S., Irrigation in Southern Europe, Londres, Spon, 1868.

SMITH N., AHistory of Dams, Londres, The Chaucer Press, Peter Davis, 1971.

TÂSHKOPRÖZÂDA, Miftâh al-Sa’âda (La clé du bonheur), Le Caire, s. d.

WITTFOGEL K., Le despotisme oriental, Paris, Minuit, 1974.

Notes

1 Cf. El Faïz M., Histoire de l’hydraulique arabe (ouvrage à paraître aux éditions Actes Sud).

2 Encyclopédie des Bouches-du Rhône, Paris, éd. Champion, 1928, p. 193.

Auteur

Économiste, professeur à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales, Université Cadi Ayyad, Marrakech

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable