Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles)

 | 
Éric Gobe

Préface

Jean-Philippe Bras

Texte intégral

1De 1998 à 2002, Éric Gobe a conduit au sein de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain un programme de recherche sur le thème « Ingénieurs et société au Maghreb ». Cette publication est le produit final du programme et marque bien l’esprit dans lequel se conçoit la démarche scientifique dans un institut à vocation régionale, tant par le type de connaissances qu’il est censé produire (le Maghreb, objet de connaissance), que par les modalités de production des connaissances (associant sur une période de trois à quatre ans chercheurs français et maghrébins relevant des différentes disciplines des sciences humaines et sociales, en suscitant parallèlement des partenariats institutionnels).

2A coup sûr, le Maghreb est a priori un objet incertain, dont on ne peut présumer la validité. On renverra sur ce point au propos final d’André Grelon. Et il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que les programmes de recherche de l’Institut soient atteints d’un fort tropisme historique, pistant sur la longue durée les itinéraires communs et les dissemblances. Ce programme n’échappe pas à la règle, et propose une mise en perspective convaincante sur un registre de l’identité peu exploré, sinon négligé, pour le Maghreb, celui de la profession. Et pourtant la lecture des ruptures et des continuités dans les représentations des professions, et des crises qui se nouent dans l’entrelacs des ruptures et des continuités, est un vrai gisement de l’analyse politique. Les travaux antérieurs d’Éric Gobe sur les hommes d’affaires égyptiens, ou ceux plus récents de Myriam Catusse sur les entrepreneurs marocains, relèvent de cette démarche, mais pour des professions dont la visibilité est présentement plus forte dans le champ politique. Les contributions réunies ici offrent en filigrane des points de repères particulièrement utiles sur les potentialités d’un passage au politique des ingénieurs, dans un contexte général de libéralisation économique, qui met en question leurs statuts, leurs emplois, leur formation, leur ethos professionnel, dans des économies marquées traditionnellement par la prépondérance de l’acteur étatique. Il est vrai que ce passage au politique s’inscrirait dans des paysages nationaux aux traits de plus en plus contrastés.

3L’autre lisière, dont on sent ici la présence est probablement celle de l’entreprise elle-même qui, dans et par ses modes de fonctionnement, ne se prête pas aisément à l’observation (a fortiori quand elle relève du secteur privé). Mais cette opacité d’une certaine manière renseigne sur les incertitudes qui affectent aujourd’hui le mode d’insertion des ingénieurs à l’intérieur des entreprises.

4Ce travail en profondeur sur la catégorie professionnelle des ingénieurs n’aurait pas été possible sans la collaboration scientifique active d’institutions d’enseignement et de recherche des pays du Maghreb. En Tunisie, un partenariat engagé avec l’Institut national du travail et des études sociales (INTES) lors d’un précédent programme sur Les diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs coordonné par Vincent Geisser, s’est poursuivi à travers une enquête nationale sur les ingénieurs tunisiens, avec le soutien de l’Ordre des ingénieurs tunisiens et de l’Institut français de coopération (cf. la contribution d’Eric Gobe et de Saïd Ben Sedrine). L’Université du Sud (Faculté des sciences économiques et de gestion), et plus particulièrement l’équipe de Mme Riadh Zghal, a également apporté une précieuse contribution à ce programme, dans ses orientations et pour l’organisation de la manifestation scientifique finale. En Algérie, le Centre de recherches en économie appliquée pour le développement (CREAD) avec lequel l’IRMC entretient d’étroites relations scientifiques depuis plusieurs années, s’est pleinement impliqué dans le programme, en mobilisant largement son équipe de recherche et en organisant une réunion intermédiaire du programme qui portait sur Les ingénieurs maghrébins et le marché du travail (27-28 octobre 2001). Du côté français, l’IRMC a pu compter sur le soutien constant de l’École des Hautes études en sciences sociales (EHESS), dans le cadre d’une convention scientifique entre les deux institutions.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable