Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

VIII. La langue de l’État moderne

Histoire et emprunt linguistique

Zakia Iraqui Sinaceur

Texte intégral

1S’il est une richesse ou une diversité qui interpelle plus que tout autre l’étranger qui découvre le Maroc, c’est bien la richesse linguistique. Arabe classique, arabe médian, arabe dialectal, tamazight, tachelhit, tarifit, français, espagnol, anglais cohabitent ; ils détiennent des statuts différents, revêtent des symboliques divergentes, assument des rôles distincts. Le paysage linguistique marocain peut être abordé sous divers angles. On traitera ici de l’aspect qui découle naturellement de toute coexistence de langues et de dialectes, du phénomène de contact, c’est-à-dire de l’emprunt. En effet, l’emprunt est défini par les dictionnaires comme « le phénomène sociolinguistique le plus important dans tous les contacts de langues ». Les contacts de langues accompagnent généralement des contacts de groupes humains que l’histoire a rapprochés, pour une raison ou pour une autre.

Comment définit-on l’emprunt en général ? Quel est son historique au Maroc ?

2Beaucoup de travaux ont été consacrés au processus de l’emprunt et aux conditions dans lesquelles on emprunte. Un terme emprunté peut répondre à un besoin, combler un vide dans la langue qui l’adopte. Il constitue alors un emprunt nécessaire ou dénotatif, équivalent d’un néologisme ou d’une création de mot. Dans d’autres cas, l’emprunt est considéré comme superflu, c’est-à-dire qu’il a un équivalent dans la langue emprunteuse. C’est ce qu’on appelle l’emprunt « de luxe ». Les médiateurs ou individus qui véhiculent l’emprunt sont-ils nécessairement bilingues ? Doit-on considérer l’emprunt comme une conséquence du bilinguisme, à placer dans le cadre des interférences ? Ce sont autant de questions intéressantes mais qui s’éloignent de notre préoccupation, axée sur le rapport entre l’histoire et les emprunts avec les conséquences linguistiques qui en découlent.

3Lors de relations entre communautés, tous les termes étrangers lancés par des individus ou des groupes ne sont pas automatiquement intégrés. L’acceptabilité, l’insertion des emprunts dans leur famille adoptive est très aléatoire. Certains, notamment les emprunts nécessaires, s’intègrent parfaitement ; d’autres conservent leur caractère étranger et, à la longue, se voient rejetés. De plus, les mots ne sont pas reçus partout de la même façon. Leur pénétration varie en fonction de l’âge, du sexe, du milieu social, des opinions politiques, des traditions familiales...

4Nous essaierons de voir quand, comment, pourquoi l’arabe marocain a fait des emprunts aux langues étrangères et ce que ces mots sont devenus après plus de trente années d’arabisation et de chasse à l’emprunt. Les mots empruntés ont-ils obéi aux normes de la langue d’accueil ? Ont-ils perturbé le système phonétique, morphologique ou sémantique de l’arabe dialectal ?

5Les données ici exposées se fondent sur de longues enquêtes orales effectuées dans les années 1970. Je n’ai cessé, depuis cette date, de m’intéresser à ce sujet en relevant les évolutions. Les emprunts retenus au départ sont ceux que l’arabe dialectal a fait au français au cours du Protectorat. L’étude a révélé que cet arabe dialectal était lui-même abondamment fourni en termes d’origines étrangères.

6On y trouve ainsi des termes de civilisation, habillement, cuisine, armes... provenant du persan (ex. bərnamaj : programme ; hendasa : géométrie ; səhrij : bassin). On y reconnaît aussi des vocables d’origine grecque (qrənfel : clou de girofle ; dərbuz : balustrade), ou romane (məndil : serviette ; kərkur : tas de pierres) ou turque (brəntək : tulle). Le berbère a fourni à l’arabe un abondant lexique relatif au domaine de l’agriculture : noms de plantes, d’animaux, d’instruments et d’ustensiles ruraux. A l’espagnol, l’arabe dialectal a emprunté de nombreux termes maritimes ainsi que des vocables ayant trait aux relations diplomatiques tels bogado (esp. abogado : avocat), bašador (esp. ambajador : ambassadeur). Mais la plus forte proportion d’emprunts se rapporte à l’introduction de la langue française au début du siècle. Certains emprunts français ont doublé les mots espagnols (ex : kuzina et kəššina) d’autres les ont remplacés (ex : laplaj pour blaya). Cependant, l’apport le plus massif concerne les notions étrangères jusque-là inconnues qui, peu à peu, se sont implantées dans le cours de la vie ; désormais on doit s’y référer, ce qui suppose qu’il faut les dénommer.

7La tendance naturelle d’une langue dans de telles circonstances est la création de mots par dérivation, composition ou formation de néologismes surtout lorsque le mot français est trop long, trop court, trop difficile à prononcer ou phonétiquement inassimilable ; ainsi sont apparus des termes comme təllaja, ḥəṣṣada, mizan d-əl-harara. On s’est également tourné vers l’arabe classique pour la terminologie abstraite de l’administration, des sciences, du droit, etc Toutefois, les créations en arabe dialectal et en arabe classique n’ont pu suffire à exprimer toutes les notions introduites avec le protectorat. Le flux devenant trop puissant, on adopta purement et simplement les mots français.

8La liste d’emprunts que j’ai relevés en milieu citadin comporte plus de 300 unités ; elle couvre plusieurs domaines aussi bien dans le secteur public que dans la vie privée des utilisateurs : réseau routier, réseau ferré, postes et télécommunications, administration, enseignement, vie familiale dans toutes ses composantes (habitation, alimentation, vêtements, coiffure, etc.). Ces emprunts apparaissent dans divers groupes sociaux et à travers différentes tranches d’âge.

9L’enquête a visé, dans la mesure du possible, des locuteurs monolingues, afin que l’emprunt ne soit pas confondu avec l’interférence, manifestation qui apparaît chez le locuteur bilingue. Parfois, le locuteur monolingue a plus ou moins conscience du caractère étranger de l’emprunt et cherche à manifester un souci de fidélité à la prononciation d’origine ; cette attitude concerne généralement les emprunts de luxe, ceux que le locuteur utilise dans le but d’exprimer sciemment ou inconsciemment une certaine marque distinctive. L’accent a été mis sur les unités qui répondent aux normes de la langue arabe, les mots qui pour une oreille francophone se confondent avec des unités arabes ; leur emploi, de la part du locuteur arabophone est à la limite inconscient, car il répond à un vide lexical dans la langue-source. Avant d’entreprendre quelques développements techniques, sachons que l’adoption du mot étranger n’est ni arbitraire ni fantaisiste ; elle se fait selon les lois de fonctionnement de l’arabe dialectal.

Procédés d’intégration des emprunts

10Prenons des mots de forme assez particulière comme trisinti, šmandifir, s£rbis manisibbo qui, morphologiquement, n’évoquent aucune forme consignée dans les grammaires arabes et qui ont pourtant largement circulé. En examinant les choses de près, on s’aperçoit que la liberté prise pour les exprimer n’est pas totale ; les termes français « électricité », « chemin de fer », « services municipaux », correspondants à ces emprunts, ont subi des transformations dictées par les normes de la langue arabe, aussi bien sur le plan phonétique et phonologique que sur le plan morphosyntaxique.

Phonétique et phonologie

Structure syllabique

11En arabe dialectal, les mots sont généralement composés de deux, parfois trois syllabes. Nous remarquons que les mots français de plus de deux syllabes ont subi différents traitements phonologiques qui les ont ramenés au modèle du substantif arabe. Parmi les traitements les plus courants nous signalerons l’aphérèse qui consiste à éliminer la première syllabe (ex. électricité :trisinti ; autobus : tobis).

12Avec la syncope, une syllabe à l’intérieur du mot n’est pas prononcée (ex. travaux publics : traboblik ; bicyclette : bisklit).

13Au contraire, quand le mot est trop court, les locuteurs recourent à des procédés d’allongement soit en ajoutant une finale /a/ (ex. blasa : place), soit en agglutinant l’article (ex. liga : gant), soit en dénasalisant (ex. bon : bon).

Voyelles

14À l’intérieur de cette reconstruction syllabique des emprunts, d’autre ; modifications affectent la réalisation des voyelles et des consonnes.

15Nous savons que les voyelles orales /eu/ et /u/ sont absentes du vocalisme arabe.

16/eu/ se transforme généralement en /ou/, /o/ : ex. šiflor ; chou-fleur.

17Quant à /u/, il peut être réalisé différemment selon les lois d’assimilation ou de dissimilation :

  • /ou/ danskuri : écurie

  • /i/ dansbit : but

  • /a/ dansmanisibbu : municipaux

18Le son /e/ est traité par les locuteurs arabophones selon le contexte phonétique dans lequel il se trouve. Distinctif en français, /e/ en arabe n’est qu’une réalisation de /i/ au contact d’une emphatique ou d’une consonne d’arrière (ex.sif : épée ; ṣef : été). Ceci explique le fait que selon le contexte, les locuteurs marocains conservent le /e/ français ou le ramènent à /i/ : on dira sinima, firma, kumisir, mais efande.

19Il en est de même pour les allophones /ou/ et /o/ :

20On dira biru (bureau) mais ḍoṣe (dossier).

21Traitement des voyelles nasales : en ce qui concerne les nasales /an/, /on/ /in/ du français, on observe une dénasalisation ou la réduction à une voyelle orale simple :

  • /an/ peut se retrouver sous la forme /a + n/ dans šanṭi (chantier) et /a/ dans bǝrtma (appartement) ;

  • /on/ peut se retrouver sous la forme /u + n/ dans bušun (bouchon) et/ou/dans kamiyu (camion) ;

  • /in/ peut se retrouver sous la forme /a + n/ dans farmasyan (pharmacien) et /a/ dans jǝrḍa (jardin).

Consonnes

22Si le système vocalique du français est plus riche que celui de l’arabe, opposant /i/ à /e/, /ou/ à /o/ et offrant également une série de voyelles nasales, au niveau des consonnes, c’est le système arabe qui est le plus varié. En plus des consonnes emphatiques, il comprend plusieurs phonèmes d’arrière comme les vélaires, les laryngales ou les pharyngales. Cependant, il présente deux cases vides dans les séries sourdes-sonores : l’occlusive bilabiale sonore /b/ n’a pas sa correspondante sourde /p/ ; inversement la fricative labio-dentale sourde /f/, n’a pas sa correspondante sonore /v/. Comment réagira-t-on devant des sons qui ne font pas partie de notre système linguistique ? Dans la plupart des cas, le locuteur assimile le phonème étranger au phonème qui se situe au même point d’articulation. Ainsi, /p/ devient /b/ dans ṭraboblik, blasa et /v/ donne /f/ dans fagu, fisṭa ou /b/ dans sərbis (/v/peut également se maintenir comme dans « villa »).

Morphosyntaxe

23Nous avons vu que, lorsque le mot français est adopté par la langue d’accueil, il perd les manifestations extérieures, autrement dit phonétiques de la langue d’origine ; à ce niveau-là, rien n’en révèle le caractère étranger. Essayons de voir, à présent, si l’intégration se fait aussi en conformité avec les schèmes de la langue réceptrice. A cet autre niveau, l’élément emprunté reçoit-il les marques de la langue qui emprunte ?

Le genre

24Nous savons que le français et l’arabe comportent tous deux les genres masculin et féminin. En arabe, de manière générale, la formation du féminin se fait par l’adjonction d’un suffixe /a/ à un substantif, un participe ou un adjectif masculin singulier dont l’indice est généralement zéro : ex. ṭbib, fém.ṭbiba ; galəs, fém.galsa ; kbir, fém. kbira. Selon cette influence il se produit un changement de genre pour les mots français masculins à terminaison /a/ ; ainsi cinéma et mandat sont féminins en arabe : ex. s-sinima b3ida : le cinéma est loin ; l-manḍa qlila : le mandat est insuffisant.

25Nous avons vu que pour des contraintes phonétiques, les nasales /an/ et /in/ peuvent donner /a/ ou /a + n/. Cette transformation est révélatrice en ce qui concerne l’attribution du genre. C’est le fonctionnement morphosyntaxique arabe qui prime ; même si un terme est du genre masculin en français, il devient féminin en arabe à partir du moment où sa terminaison dénasalisée devient /a/ : ex. jardin devenant jərda prend le genre féminin, comme sima (ciment), bərṭma (appartement), liga (gant) ; alors que jwan (joint) ou fran (frein) restent masculins.

26À l’instar du modèle arabe, c’est l’indice /a/ ou /ya/ (intercalation du yod pour les unités qui se terminent par /i/) qui marque le féminin des noms de métiers empruntés :fərmasyana : pharmacienne,fərmliya : infirmière, bulisiyat : femmes policiers.

Le nombre

27Le foisonnement de schèmes du pluriel qu’offre le dialectal marocain est déroutant au premier abord. Cependant, si nous procédons à un relevé détaillé des formes du pluriel et si nous les classons et les hiérarchisons, nous voyons apparaître deux faits importants :

  • les pluriels ne prennent pas n’importe quelle forme, les schèmes de pluriel étant en nombre limité ;

  • les relations entre les noms singuliers et les noms pluriels obéissent à des règles qui ne sont pas nombreuses. Des facteurs déterminés, d’ordre sémantique ou morphologique régissent, dans la plupart des cas, la distribution des formes. En arabe, les schèmes de pluriel relèvent de quatre grands types morphologiques :

    1. les pluriels à éléments préfixés ;

    2. les pluriels internes ou brisés (à éléments infixés) ;

    3. les pluriels externes ou pluriels à suffixes ;

    4. les pluriels cumulatifs présentant les types b et c.

28La formation des pluriels des mots empruntés se fait selon les deux modes les plus courants, à savoir les pluriels internes et les pluriels externes.

* Les pluriels internes

29Nous retiendrons trois emplois caractéristiques qui démontrent qu’à ce niveau, les règles morphologiques arabes sont respectées. La formation du pluriel interne en arabe marocain se produit surtout par infixation d’une voyelle longue ou d’une semi-voyelle après la 1re ou la 2e radicale :

  1. en arabe, comme dans l’emprunt français, si la voyelle qui suit R1 est /a/ ou /ou/ le pluriel est de schème fwa3əl ; si la voyelle est /i/ le pluriel est de schème fya3əl : Exemples :

    • bakit (paquet), plur. bwakət comme hatəm (bague), plur. hwatəm,

    • bidun (bidon), plur. byadən comme bidəq (pion), plur. byadəq.

      De même, comme en arabe, si la voyelle qui suit R2 est /a/, /ou/, /i/ le pluriel est de schème f3ayel. Ex. :

    • blaka (plaque), plur. blayək comme hzana (tente), plur. hzayən

    • briz (prise), plur. brayəz comme bzim (boucle), plur.bzayəm ;

  2. il en va de même pour les emprunts relevant de racines quadrilitères ; ils ont un pluriel en parfaite conformité avec leurs correspondants arabes. Exemples :

    • sərbis (service), plur. srabəs comme barmil (tonneau), plur. bramai

    • tənbər (timbre), plur. tnabər comme dirham (dirham), plur. drahəm

  3. quant aux emprunts qui se sont alignés sur des mots arabes dérivés de racines concaves, on constate, sans défaillance aucune, que la formation du pluriel est la même pour les unités de L1 et de L2.

30Comment distinguer sur le plan morphologique bab (class. bab), plur. biban de sak (franç. sac), plur. sikan ? Pour citer un autre exemple en /i/, seul le contexte nous permet de faire la distinction entre bit (class.bayt : chambre) et bit (franç. but) tous deux ayant un pluriel en byut.

31Nous constatons, après ce rapide survol de la formation du pluriel interne des emprunts, qu’aucune règle morphologique arabe n’a été enfreinte.

* Les pluriels externes

32Ce procédé consiste à ajouter les suffixes /a/, /at/, /in/ à des noms au singulier.

33Pluriels à suffixe /a/ : comme en arabe marocain, le suffixe /a/ sert à former le pluriel des emprunts qui désignent des activités professionnelles :sərbaya : serveurs, jadarmiya : gendarmes sur le modèle denəjjara : menuisiers,flaykiya : bateliers.

34Pluriels à suffixe /at/ : en arabe, la formation du pluriel externe par adjonction du suffixe /at/ est assez fréquente. Il s’agit très souvent d’unités à terminaison en syllabe ouverte /a/ : tous les noms unitaires, tous les noms de métiers féminins, quelques schèmes à finale /a/ (ex : gda, zərbiya). Par ailleurs, tous les diminutifs, qu’ils soient féminins à finale /a/, ou masculins, forment leurs pluriels en /at/ : kwiyyəs (petit verre), plur. /at/ ; bnita (petite fille), plur. /at/.

35En ce qui concerne les emprunts, tous les cas cités pour l’arabe se retrouvent. En outre, les emprunts qui forment leur pluriel par suffixation de /at/ suscitent deux remarques :

  1. cette marque de pluriel est beaucoup plus fréquente qu’en arabe pour des unités à syllabe fermée : tobis (autobus), plur.tobisat ; blan (plan), plur.blanat ;

  2. on admet généralement en arabe que le pluriel en /at/ est un pluriel de petit nombre ou pluriel de paucité, par opposition au pluriel brisé qui désigne de grands nombres. Dans la catégorie des mots empruntés, cette opposition renseigne aussi sur le degré d’intégration du lexème. Beaucoup d’unités commencent par avoir un pluriel externe en /at/ auquel se substitue peu à peu un pluriel brisé. Dans un corpus ancien, bakit avait un pluriel bakitat, devenu aujourd’hui bwakət. Nous avons récemment entendu mwatər (motos) pour muturat et jwaga (gigots) pour jigowat ou jigoyat.

36Pluriels à suffixe /in/ : en arabe, le suffixe /in/sert surtout à former le pluriel des participes et des adjectifs ; de même, les participes empruntés au français formeront leur pluriel conformément à cette règle : mglasi (glacé), plur.mglasyin ; mgaji (engagé), plur. mgajyin.

Dérivation

37Dans le domaine de la dérivation morphologique, les emprunts se soumettent judicieusement au fonctionnement du croisement schème-racine. Ainsi, en empruntant le mot douche, on peut utiliser le verbe duwwəs, le masdar tədwisa, le participe mduwwəs. De même, le verbe se conjuguera selon le paradigme de l’arabe. Ex. : kala (caler) comme sala (finir).

38Il va de soi que si un emprunt isolé s’insère dans une racine ayant déjà une valeur sémantique déterminée, il ne répondra pas au critère sémantique de cette racine d’accueil. Selon la loi de fonctionnement des langues sémitiques, chaque dérivé, en principe, est à rattacher à une racine avec laquelle il entretient des rapports de sens. Il n’est donc pas étonnant qu’un mot emprunté pour répondre à un manque ne trouve pas sa place à l’intérieur d’une racine qui fonctionne déjà selon un certain sémantisme (ex. briz, jərda). Si une racine parvient à se créer avec ses propres dérivés, la forme du mot est relativement motivée ; c’est le cas de tədwisa et de mduwwəs. Par contre, le mot isolé est souvent adopté du point de vue formel sans que la référence sémantique traditionnellement affectée au schème se retrouve. En réalité le sens est secondaire, l’important est la forme du schème, car c’est à partir de cette forme que nous pouvons déterminer la morphologie du mot, c’est-à-dire la manière dont on peut former un pluriel, un nom unitaire, un diminutif, etc. Il faut qu’un mot entre dans une case de la langue pour qu’il puisse vivre et se développer dans cette langue. Par la suite, selon un procédé de morphogenèse naturel, le mot emprunté engendre souvent une série de dérivés.

Réactions face à l’emprunt

39Avec un recul de plus de trente ans par rapport à la période où un relevé d’emprunts français bien intégrés en arabe marocain a été effectué, trente années au cours desquelles les emprunts ont été combattus en raison de la politique d’arabisation, nous pouvons affirmer que le rejet se fait selon les mêmes critères que l’acceptation : là aussi selon l’âge, le sexe, le milieu social, les opinions politiques, les traditions familiales, etc.

40On remarque cependant que certains mots ont été plus facilement abandonnés que d’autres et que leurs substituts arabes se sont plus rapidement implantés. Les facteurs qui accélèrent ou freinent le processus d’arabisation sont peut-être à mettre en relation avec la situation de multilinguisme et de multiglossie que nous évoquions de manière liminaire. Certes, plusieurs variétés linguistiques se côtoient, mais elles n’ont ni le même statut ni la même symbolique d’où des réactions différentes face à l’emprunt. On constate aujourd’hui que les règles et les lois qui nous dictent le recours à l’emprunt français ou à l’équivalent arabe sont en corrélation avec la fonction dévolue au français et à l’arabe. De la même manière que le locuteur bilingue recourt à l’emploi de l’une ou de l’autre langue dans telle ou telle situation de communication, le locuteur monolingue recourt à l’emprunt français ou à son équivalent arabe.

41Ce recours reflète les lois et les règles de l’usage approprié des langues tel qu’il a été intériorisé par la compétence sociolinguistique des locuteurs. Si, dans le programme qui a suivi l’indépendance, l’objectif de la politique d’arabisation visait à rendre à la langue arabe la place qu’elle avait perdue durant la période coloniale, afin qu’elle puisse assurer les fonctions de communication, de formation et de gestion à tous les niveaux et dans tous les secteurs de la vie collective, aujourd’hui force est de constater que le processus est toujours en cours. L’emprunt serait le témoin approximatif de cette situation ; approximatif parce qu’en raison de la situation diglossique, sa fréquence d’emploi varie en fonction du niveau de langue et parfois, chez le même locuteur, selon qu’il s’agit du code écrit ou du code oral.

42L’observation directe nous a révélé que, non seulement l’utilisateur analphabète ou le locuteur moyen continue d’utiliser naturellement l’emprunt français dans les domaines techniques, mais que le lettré aussi change son code lexical dès qu’il quitte le registre de l’écrit. S’il arrive qu’un Marocain emploie assez naturellement à l’écrit qeṭar, mahəṭṭa, hafila, quelques instants plus tard, on peut remarquer que ce même locuteur, à l’oral, emploiera mašina, lagar, ṭobis. Les occurrences de dərraja (bicyclette), dərraja nariya ou təftafa(mobylette) face à bisklit ou motor sont quasiment nulles. Et l’on serait incompris ou tourné en ridicule si l’on demandait à son mécanicien la réparation des faramil (freins) ou nawabid (amortisseurs), termes pourtant largement diffusés aussi bien à l’écrit que par les médias.

43Actuellement, qu’il s’agisse de l’usage courant ou de l’arabe des médias, on relève trois niveaux différents du traitement des emprunts.

44En ce qui concerne l’administration générale, l’enseignement (primaire et secondaire), les sciences humaines et le droit, le processus d’arabisation de la terminologie spécialisée est bien déclenché, et l’arabe assume la frange de vocabulaire courant dans toutes ces rubriques. Ainsi, des emprunts français largement répandus il y a une vingtaine d’années tels biru, dosi, sərbis manisibbu, lantrit ont été remplacés par des équivalents arabes et aujourd’hui les mots moktəb, miləf,, baladiya, taqa3ud connaissent un emploi fréquent dans la langue courante. De même, dans le domaine de l’enseignement, les emprunts français tablu, lakri, rigla sont largement supplantés par les substituts arabes ṣəbbora, ṭabašir, misṭara. Similairement, pour le droit, la justice, les sciences humaines, la terminologie arabe est bien intégrée.

45Plusieurs facteurs d’ordre historique, politique, technique, linguistique, ont contribué à cette évolution. Dès les premières années de l’indépendance, c’est l’arabisation de la fonction publique et de la justice qui a été revendiquée avec le plus d’urgence et de ferveur. Les spécialistes de la terminologie ont concentré leurs efforts sur l’élaboration d’un énorme lexique administratif, mis à la disposition des utilisateurs. De même, l’arabisation de l’enseignement primaire et des sciences humaines à l’université (histoire, géographie, philosophie) a été préconisée assez tôt. Dans ces domaines, l’action répétitive des enseignants et des enseignés, les émissions de la radio-télévision scolaire, la scolarisation massive des enfants qui sont des agents de transmission du vocabulaire, ont permis l’implantation de la terminologie.

46Un facteur important est également à prendre en considération, inhérent à la langue classique et au rôle qu’elle a déjà joué dans l’histoire du monde arabe. Cette langue est dotée de possibilités intrinsèques pour avoir assumé dans le passé des champs comme le droit, la philosophie, l’administration. Il est certain que le vocabulaire ancien est loin de répondre à toutes les innovations et de couvrir tous les aspects de la modernité, mais il s’agit plus d’une adaptation et d’un enrichissement que d’une création de toutes pièces, la langue offrant déjà un certain potentiel.

47En ce qui concerne les matières scientifiques et la technologie, là aussi des lexiques ont été élaborés (banques, postes et télécommunications, équipement, routes, gendarmerie). Reste la phase d’application qui concerne aussi bien les utilisateurs que les instances officielles. De brèves enquêtes dans le domaine de la mécanique nous ont démontré que l’utilisateur analphabète ignore le lexique arabe académique et que l’emprunt français reste le seul moyen pour lui d’exprimer les connaissances techniques. Dans ce domaine, l’emprunt est tellement bien assimilé qu’on ne reconnaît plus le mot français. Ex. : coupelles : kubilat, écrit coubeilates par un marchand de pièces auto).

48Nous nous interrogerons, en troisième lieu, sur le sort de la catégorie d’emprunts relatifs à la vie familiale, au quotidien, à des usages et des pratiques domestiques comme la cuisine, le vêtement, la coiffure. Ils relèvent d’un domaine que l’arabe dialectal assume aisément ; ils s’inscrivent dans le code de l’informel, du personnel, code où les idiolectes et les sociolectes abondent en emprunts significatifs. Ces emprunts sont bien enracinés et il en apparaît même de nouveaux avec chaque mode culinaire ou vestimentaire (personnellement, je serais bien ennuyée si, au quotidien, on m’interdisait d’utiliser des mots comme salon, sak, omlet, frit).

État des lieux

49Lorsque j’ai abordé l’étude du phénomène de contact dans les années 1970, alors que le processus d’arabisation démarrait avec toute la passion nationaliste et idéologique qu’imposait la conjoncture, beaucoup d’informateurs m’avaient conseillé d’activer le travail de collecte du corpus, car les emprunts que je recherchais étaient menacés de disparition rapide. À l’occasion de ce texte de réflexion sur l’emprunt, j’ai essayé de procéder à un état des lieux basé sur l’expérience personnelle et l’observation plus que sur l’enquête et les questionnaires. Quelques publications et travaux de thèse m’ont permis d’étayer les constatations faites sur le terrain :

  1. un important vocabulaire arabe relatif aux sciences humaines et sociales est aujourd’hui compris et même correctement utilisé par le locuteur moyen, venant remplacer les emprunts au français. Parallèlement, on relève une vague d’emprunts à l’arabe classique qui ne remplacent pas nécessairement des emprunts au français. C’est le cas des noms d’action ou masdars des formes dérivées qui sont presque systématiquement motivés et où le croisement racine/schème reste très évident :

    • mufa :3ala, fi3a :l : action réalisée dans une direction, dans un but. Ex :muna :qaša : discussion,hiwa :r : dialogue ;

    • ij3a :l : sens factitif ou causatif. Ex :irha :b : terrorisme ;

    • tafa3ul : notion de concurrence ou de réciprocité. Ex :tanawub : alternance,tarade : consensus ;

    • infi3al ou ifti3al qui expriment le réfléchi-passif des formes nues. Ex. :intihar : suicide,ihtifal : festivités ;

    • istij3al : istirja3 : récupération, istifta’ : référendum.

      La plupart de ces termes sont en rapport avec l’actualité sociale ou politique, d’où une implantation facilitée par la fréquence d’emploi.

  2. une deuxième observation porte sur la structure de la langue. Suite à cette nouvelle catégorie d’emprunts et à l’utilisation des termes arabes qui se sont substitués aux emprunts français, le discours du locuteur moyen est aujourd’hui largement alimenté d’emprunts à l’arabe classique, souvent prononcés avec un souci de fidélité à la forme d’origine. Les termes nouveaux font apparaître de nouvelles oppositions qui ne sont pas sans conséquences sur le système phonologique du parler. Le phénomène le plus notoire est l’apparition de voyelles brèves en syllabe ouverte. La règle selon laquelle les voyelles ne se maintiennent qu’en syllabe fermée et tombent en syllabe ouverte n’est plus opératoire. Aujourd’hui les voyelles brèves apparaissent dans les deux positions :

    • syllabe ouverte : miləf : dossier ; 3ima :ra : immeuble ;šari :t : film ;

    • syllabe fermée :šorta : police.

      Il ne suffit pas de constater l’apparition de deux voyelles, il faut également démontrer leur pertinence dans des paires minimales, avant de les considérer comme des réalisations de deux phonèmes différents. Nous avons essayé, en opposant les voyelles deux à deux, dans des contextes identiques, de trouver des mots où ces oppositions sont différenciatives :

    • /i/-/zéro/

    • 3ima :ra : immeuble

    • 3ma :ra : charge d’un fusil

    • /a/-/zéro/

    • šari :t : film

    • šri :t : cordon de doum

      /a/ et /i/ s’opposent à zéro ; cela suffit pour prouver leur existence en tant que phonèmes de plein statut. Considéré depuis Cantine au comme un système vocalique binaire/u/, /e/le nouveau système de l’arabe marocain est devenu un système à quatre voyelles brèves : /a/, /u/, /i/, /e/.

  3. La troisième observation porte sur un procédé utilisé quelquefois par l’arabe dialectal des médias. Dans des spots publicitaires on recourt aux doublets français/arabe classique ou arabe dialectal/arabe classique pour familiariser les utilisateurs avec les substituts préconisés : darraja nariya / motor(moto) ; nawabid / lezamortisur (amortisseurs) ; hoqna / šuka, ibra (piqûre, injection).

Conclusion

50Dans une langue en pleine évolution, nous ne pouvons que signaler les tendances d’une forte dynamique. L’arabe dialectal n’hésite pas à emprunter à des langues diverses pour assurer sa survie et maintenir sa vitalité ; s’il renouvèle ses emprunts, préférant l’arabe classique aux langues européennes pour tout ce qui relève du droit, de la justice, des sciences humaines, nous relevons parallèlement une certaine résistance vis-à-vis de l’équivalent classique dans tous les champs où le locuteur marocain marque une prédilection pour la langue maternelle.

51Le constat, aujourd’hui, est que cet arabe dialectal continue de puiser, sans retenue, à la fois au français et à l’arabe classique. Non seulement les emprunts anciens au français n’ont pas complètement disparu, mais il en apparaît chaque jour de nouveaux, notamment dans le domaine scientifique et technique.

52À l’heure où ha :tif ha :su :b, msdya :3 n’ont pas encore complètement évincé tilijun, komputer, radyo, il faut arabiser et diffuser cassette, vidéo, photocopie, congélateur, parabole, portable et tant d’autres produits de la modernité largement adoptés par toutes les couches de la société marocaine.

53Je ne saurais terminer cette étude sur l’emprunt et sa relation à l’histoire sans quelques observations sur le rôle et l’impact de l’emprunt pour le développement du Maroc. Les idées que j’expose découlent de l’observation d’un écart entre ce que préconise la politique d’arabisation et le réel tel qu’il est vécu par les utilisateurs marocains. L’étude de travaux de recherche effectués très récemment a permis de vérifier quelques hypothèses, grâce à des enquêtes dans l’administration, secteur vital pour le développement du pays. En effet, l’administration marocaine offre un exemple intéressant de domaine d’usage plurilingue, où le français continue à fonctionner parallèlement à la langue officielle qu’est l’arabe littéraire, et aux langues nationales que sont le berbère et l’arabe dialectal. La forme médiane de l’arabe y apparaît aussi dans certains contextes, surtout au niveau de l’oral, quand on veut éviter d’utiliser le français ou l’arabe dialectal. Mais généralement, c’est l’arabe dialectal parsemé de termes français, intégrés ou non, qui prédomine dans le code oral dans tous les types de relations.

54Ce problème de vocabulaire engendre un problème plus sérieux de communication avec les administrés, surtout quand ils sont analphabètes : ce sont surtout les banquiers, les médecins et les architectes qui insistent sur ce point car ils se retrouvent souvent obligés d’expliquer à leurs clients des opérations ou des notions en arabe dialectal, alors qu’ils les ont eux-mêmes apprises en français et ne disposent pas de l’équivalent des termes en arabe.

55Voici quelques témoignages recueillis par Khadija Bnoussina dans le cadre d’une thèse d’état effectuée sur ce sujet : « Ce problème revient le plus dans les réponses des témoins et est formulé de différentes manières ; d’aucuns lui donnent une dimension importante et considèrent que c’est un vrai problème : “je me heurte quotidiennement au problème de la communication avec les clients, car les termes techniques n’existent pas en arabe dialectal” confie un employé de banque ; “la difficulté de communication avec les clients constitue parfois un obstacle au bon déroulement du travail”, ajoute un médecin, qui n’arrive pas toujours à se faire comprendre de ses malades.

56D’autres parlent plutôt de gêne et regrettent de ne pas se faire comprendre facilement par les clients et administrés : « c’est dommage qu’il n’y ait pas une terminologie en arabe dialectal ou que tout le monde ne parle pas la langue française », « il m’arrive souvent de chercher des termes techniques en arabe sans pouvoir les trouver et ceci porte atteinte à la communication et retarde le travail à réaliser » ou encore la réponse de ce directeur de banque gêné par « l’absence de termes adéquats dans le domaine financier ». La plupart des enquêtés disent se trouver obligés de traduire les termes techniques quand cela est possible ou d’en expliquer le contenu, ce qui n’est pas toujours chose aisée. Et c’est ce passage du français, notamment d’une terminologie française à l’arabe dialectal qui pose problème et déforme le message dans certains cas : « on n’est pas toujours sûr que le client a compris ce qu’on lui expose en arabe dialectal », « le passage du français à l’arabe dialectal déforme parfois le message et le but du fonctionnaire n’est pas toujours atteint ». Certains enquêtés ont même exprimé leur désolation devant ce problème de contact avec le public, car « les efforts de traduction ne servent pas à grand-chose dans certains cas et le message ne passe pas forcément » ou encore « il y a parfois des problèmes dus à la mauvaise compréhension parce que la terminologie n’est pas toujours bien traduite » ».

  • 1 Kh. Bnoussina, 1999, p. 585.

57En résumé, « c’est le vocabulaire qui pose le plus de problèmes. Certains enquêtés expliquent qu’ils ne sont pas contre l’arabisation, mais qu’il serait difficile de trouver des termes équivalents aux termes scientifiques et techniques français et il serait encore plus difficile de s’habituer à leur usage »1.

  • 2 Ibid, p. 624.

58Ce phénomène inhérent à la diglossie qui existe en arabe est d’une importance capitale. En effet, arabiser une administration ou tout autre secteur ne consiste pas uniquement à forger des lexèmes arabes correspondant aux mots français jusque-là utilisés. Il s’agit surtout de réussir l’implémentation des nouvelles unités et de garantir la communication par leur intermédiaire. Cette dernière étape est rarement assurée pour le locuteur moyen. Nous en avons la preuve dans tous les secteurs où des vocabulaires spécialisés en arabe littéraire ont été mis au point au niveau des écrits. Même quand il arrive à déchiffrer le texte écrit, l’utilisateur n’en décode pas le message : « dans certains cas, des mots relevant plutôt du registre classique sont utilisés, ce qui n’est pas toujours utile pour le client de la poste, car l’expression (‘irsa. l l-hawa :la :t l-bari :diya) “émission des mandats cartes” ne sera pas toujours décodée par les clients, dont la plupart utilisent l’emprunt “mandat”... ; il en est de même de l’enseigne indiquant le guichet des colis postaux par (t-turud l-bari :diya) alors que le mot “kuliya”, forme intégrée du mot “colis” est d’usage courant dans le milieu marocain »2

  • 3 F. Lamrani, 2002, p. 299.

59D’ailleurs, les emprunts a l’arabe classique restent étrangers au locuteur moyen même dans des domaines ou l’arabisation a été assurée depuis longtemps. A cet égard, des enquêtes ont démontré que des problèmes de communication surgissaient dans le domaine juridique : « Communicative problems arise when certain MSA expressions or words are addressed to litigants in questions that they are supposed to answer... In an interview that I carried out with experienced magistrates and judges trainees at the National Institute of Judicial Studies, there was a unanimous agreement on the fact that MSA is not the appropriate language to be used in court verbal interaction because it does not ensure effective communication and mutual intelligibility and understanding, especially that most of defendants and witnesses are illiterate »3

60Nous voyons donc, au moyen de cette étude récapitulative de l’emprunt linguistique, que si quelques mots étrangers ont disparu, beaucoup d’autres résistent parce qu’ils garantissent une communication sans équivoque entre les membres de la communauté. En outre, l’introduction de l’informatique, avec une terminologie spécialisée en français sera certainement une nouvelle source d’emprunts dictés par les besoins de la mondialisation.

Bibliographie

Barbot M., 1961, « Emprunt et phonologie dans les dialectes citadins syro-libanais » Arabica, Vin, p. 174-188.

Blachère R., Gaudefroy-Demombynes M., 1952, Grammaire de l’arabe classique Paris, Maisonneuve.

Bnoussina Kh., 1999, La diglossie au Maroc : analyse sociolinguistique du rapport entre les différentes varétés de l’arabe. Thèse de doctorat d’état, Faculté des lettres et des sciences humaines, Rabat.

Brunot L., 1949, « Emprunts dialectaux arabes à la langue française », Hespéris, 36 p. 347-430.

Cohen D., 1970, Etudes de linguistique sémitique et arabe, Paris, Mouton.

Deroy L., 1956, L’emprunt linguistique, Paris, Les Belles Lettres.

Ferguson C. A., 1959, « Diglossia », Word, 15, p. 325-340.

Fishman J., 1971, Sociolinguistique, Paris, Fernand Nathan.

Fleish H., 1961, Traité de philologie arabe, Beyrouth, Imprimerie catholique

Grandguillaume G., 1982, « Langue et communauté au Maghreb », Peuples méditerranéens, 18, p. 49-58.

Haugen E., 1950, « The analysis of linguistic borrowing », Language, 26, p. 210-231

Humbley J., 1975, « Vers une typologie de l’emprunt linguistique », Cahiers de lexicologie, p. 46-70.

Iraqui Sinaceur Z., 1986a, « Emprunt et contact de langue », in Dialogue entre le langue arabe et la langue française, Colloque CILF-IERA, Paris, Conseil international de la langue française, p. 83-96.

Iraqui Sinaceur Z., 1986b, Etude lexicale des parlers arabes marocains. Thèse pour le doctorat d’état, Paris III-Sorbonne Nouvelle.

Labov W., 1976, Sociolinguistique, Paris, Éditions de Minuit.

Lacroix P. F., 1973, « Cultures et langues africaines : les emprunts linguistiques », Langages, 19, p. 34-45.

Lamrani F., 2002, « Arabic triglossia in the Moroccan courtroom », in A. Youssi, F. Benjelloun, M. Dahbi, Z. Iraqui Sinaceur (ed.), Aspects of the Dialects of Arabic today, Proceedings of the 4th Conference on the International Arabic Dialectology Association (Aida), Rabat, Amapatril.

Loubier Ch., 1994, « L’implantation du fançais : du microcosme au macrocosme », Terminologies nouvelles, Rint, 12, Bruxelles, Agence de coopération culturelle et technique/communauté française de Belgique, p. 20-37.

Mahi Z., 2002, « Dialects within medical discourse, in A. Youssi, F. Benjelloun, M. Dahbi, Z. Iraqui Sinaceur (éd.), Aspects of the Dialects of Arabic today, Proceedings of the 4th Conference o the International Arabic Dialectology Association (Aida), Rabat, Amapatril.

Marcellesi J. B., Gardin B., 1974, Introduction à la sociolinguistique, Paris, Larousse.

Monteil. V., 1960, L’arabe moderne, Paris, Klincksieck.

Pellat Ch., 1974, Introduction à l’arabe moderne, Paris, Maisonneuve.

Sapir E., 1970, Le Langage, Paris, Payot.

Vidos B., 1960, « Le bilinguisme et le mécanisme de l’emprunt », Revue de linguistique romane, 24, p. 1-19.

Wright W., 1974, A Grammar of the Arabic Language, Beyrouth, Librairie du Liban.

Youssi A., 1989, « Changements socioculturels et dynamique linguistique », in Langue et société au Maghreb, Rabat, Faculté des lettres, p. 101-116.

Zaïdane K., 1979-1980, « Le statut des langues en contact au Maroc », Revue de la faculté des lettres et des sciences humaines de Fès, p. 538-558.

Notes

1 Kh. Bnoussina, 1999, p. 585.

2 Ibid, p. 624.

3 F. Lamrani, 2002, p. 299.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable