Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

VIII. La langue de l’État moderne

La question linguistique en Algérie

Quelques éléments de réflexion pour un aménagement linguistique

Farouk Bouhadiba

Texte intégral

1La langue est une ressource sociale au service de celui qui l’utilise et l’entretient. Or, ce dernier - l’utilisateur/locuteur - n’a jamais été consulté sur la question de la ou des langue(s) en Algérie. Le succès d’un aménagement linguistique repose essentiellement sur un consensus entre le citoyen et l’État ou nation qui envisage une action sur la langue. Une telle action met en branle tout un encadrement humain, des ateliers de langue et une logistique appropriée qui assurent le succès de l’aménagement en question. C’est dans cette perspective que nous avons voulu présenter quelques éléments de réflexion lors de cette rencontre. Cela nous amènerait à parler de l’apport du linguiste dans une macrodécision d’une telle envergure quant à l’orientation future d’une société vis-à-vis de sa ou ses langue(s). Nous essaierons de situer, par des exemples vécus, la différence des résultats entre un aménagement linguistique souple et consensuel par rapport à des résultats négatifs d’une planification linguistique « coercitive » qui devient source de tensions langagières dans la société où elle a été implantée.

Projet politique ou projet linguistique ?

2En Algérie, comme dans l’ensemble du Maghreb, la question de la langue a toujours été plus aisément traitée en termes de décisions politico-historiques et nationalistes qu’en termes sociolinguistiques ou économiques. A notre connaissance, aucun sondage, aucune étude statistique n’ont été entrepris en Algérie quant à l’attitude de l’usager (le citoyen) vis-à-vis de telle ou telle décision concernant sa ou ses langues. Le même constat peut se faire quant au nombre d’usagers des langues en présence en contexte algérien. C’est là la conséquence directe d’une politique linguistique rigide qui s’efforce - à coup de décrets et autres décisions politiques - de soutenir l’insoutenable idée de l’homogénéité d’une langue.

3Cette idée relève surtout d’un discours politique qui renvoie au concept de Nation. Celle-ci est conçue comme entité politique unie par la langue, et par ce qu’elle véhicule comme poids historique, culturel, religieux... Les différences langagières internes, qui se manifestent dans les pratiques langagières quotidiennes, seront ainsi minimisées, dans le meilleur des cas, pour ne mettre en exergue que les différences susceptibles de démarquer une langue/nation par rapport à une autre. C’est l’une des raisons, sinon l’unique raison, qui nous permet de parler des langues du monde en se référant à une sphère géographique donnée et un état donné. Citons comme exemple, le français de France, l’anglais d’Angleterre, l’espagnol d’Espagne, etc. Linguistiquement parlant, on ne peut parler de langue/nation car une langue a des variétés régionales qui sont parfois très divergentes.

4Dans le cas qui nous concerne, ce n’est que récemment, et suite à des bouleversements économiques et sociaux (l’ouverture sur le monde extérieur avec l’économie de marché, les changements dans le paysage politique algérien...) que l’on a pu constater l’émergence d’une approche plus objective et pragmatique de la question linguistique en Algérie. Ceci n’empêche pas de relever chez le locuteur algérien des réactions qui sont conditionnées par le discours politique et qui sont inconscientes du fait d’un manque de sensibilisation à la question des langues en Algérie.

5En effet, à la question : « Combien de langues y a-t-il en Algérie ? », ce dernier répond généralement qu’il y en a trois : l’arabe, le français et le berbère. Il ajoute souvent : « mais la langue du pays ou la langue nationale c’est l’arabe classique ». À la question : « pouvez vous parler l’arabe classique ? », huit réponses sur dix sont négatives et à la question : « pouvez vous définir l’arabe classique ? », l’écrasante majorité répond : « c’est la langue du Coran ».

  • 1 Cf. le discours du président Ben Bella du 5 octobre 1962. Voir également l’article d’E. Rouleau Le (...)

6Cette idée, présente chez la majorité des Algériens, a été forgée depuis longtemps. L’arabe classique conçu comme langue nationale (bien que ce soit le terme « langue arabe » qui revienne dans les différentes constitutions algériennes) a été véhiculé par le mouvement des oulémas des années 1930. Cette conception s’était amplifiée dans la population algérienne durant la guerre de Libération nationale par le slogan salvateur : « un peuple uni par la religion et la langue pour combattre l’impie, le colonisateur ». Dès l’indépendance et après le départ massif des colons, la jeune Algérie avait sollicité l’ancienne métropole pour l’aider en personnel enseignant du français dès 19621. Le refus ou l’indifférence de l’ancienne métropole quant à cette requête avait eu pour effet que l’Égypte, d’abord, puis d’autres pays arabes, avaient saisi cette occasion pour « doter » l’Algérie en personnel enseignant d’arabe.

7On assista au débarquement d’une armada d’enseignants et de pseudo-enseignants d’arabe dont certains n’avaient jamais enseigné, mais qui parlaient « l’arabe ». Ces derniers furent affectés vers les quelques centres scolaires qui existaient alors dans le pays. Ces « maîtres d’arabe » venaient avec des visions et des convictions politiques différentes sinon contradictoires, des méthodes didactiques rudimentaires, et un manque flagrant de pédagogie dans certains cas. Le tout s’effectuait dans un cadre scolaire très limité en termes de structures pédagogiques et surtout en l’absence d’un programme national d’enseignement de l’arabe, du français comme langue seconde dans le pays, et des langues étrangères tels que l’anglais et l’espagnol.

  • 2 « Feeling linguistique » : sentiment linguistique d’appartenance à une langue et à la culture qu’el (...)

8Ceci représentait, pour ainsi dire, le premier faux-pas dans la planification linguistique en Algérie. La période postindépendance, et les années 1960-1970 ont servi à l’implantation de politiques dites d’arabisation et ont vu fleurir les discours autour de la place de l’Algérie dans le courant du panarabisme. On renforça un pseudo « feeling linguistique »2 d’arabité chez l’Algérien au détriment d’un feeling linguistique d’algérianité qui aurait dû être renforcé après l’indépendance. Ainsi, la situation linguistique en Algérie se présentait sous l’étendard d’une langue commune (sous-entendu l’arabe classique) qui serait propre aux Algériens, comme si ces derniers parlaient exactement de la même façon en utilisant une langue homogène. Cette conception idéaliste et utopique des centres décideurs ne pouvait résister à la réalité du terrain. La dynamique des usages langagiers en Algérie a démontré, à travers le temps et l’espace, le manque de fondement de cette politique linguistique, tout en mettant au grand jour le fait linguistique indéniable que l’arabe, comme tout autre langue vivante, était sujet à des changements et à une évolution en fonction du développement économique et social du pays.

  • 3 M. Ruhlen 1087

9En termes statistiques, et en l’absence de données nationales, nous nous référerons a des publications d’outre-mer qui, il est vrai, ne sont pas toujours tout a fait fiables. Ainsi, M. Ruhlen3 en parlant de l’arabe algérien, rapporte : « ... There are some 22 million speakers in Algeria, as well as speakers in France (500,000), in Niger (100,000), and in Belgium, Netherlands, and Germany combined (over 100,000). » Il ajoute : « About 83 percent of the population in Algeria speaks Arabic ; another 14 percent speaks Berber languages, such as Tamazight and Tuareg ... French is still an important and widely known and understood language in Algeria. About 20 percent of the population is literate in French and even more speak it. The majority of Berber-speaking peoples in the region are bilingual in Arabic and Berber, but in some communities there is resistance to Arabic », que nous traduisons par : « Il y a environ 22 millions de locuteurs en Algérie. En France, on en compte (500 000), au Niger (100 000), en Belgique, aux Pays-Bas, et en Allemagne (plus de 100 000). Il ajoute : « environ 83 % de la population en Algérie parlent l’arabe ; 14 % parlent des langues berbères, tels que le tamazight et le touareg. Le français reste toujours une langue importante, largement connue et comprise en Algérie. Environ 20 % de la population sont instruits en français et beaucoup plus le parlent. La majorité de ceux qui parlent le berbère dans la région sont bilingues (arabe et berbère), maïs il y a une résistance a l’arabe dans quelques communautés. »

La situation linguistique actuelle en Algérie

10Telle qu’elle se présente à l’observation, la situation linguistique actuelle en Algérie est caractérisée par un continuum de l’arabe, et il est parfois difficile de délimiter les frontières entre les variétés de cette langue : arabe classique, arabe littéraire, arabe moderne standard, arabe parlé éduqué,... sans compter les dialectes qui gravitent autour de ces variétés dites « hautes » et qui se caractérisent par :

  • un dosage d’arabe avec une forte présence lexicale d’emprunts au français (tilivision, tabla, trétoir, loto [calques et adaptation/adoption] ou, inversement, la disparition de termes scolaires français tels que « tableau » qui devient Sabora, « brosse », mimHa, et « craie » qui est remplacé par tabashir / tubshura et que l’on retrouve en milieu familial ;

  • un substrat berbère dans certaines régions du pays (Tlemcen, Mazouna, et le sud en particulier) ;

  • des vestiges du turc et de l’espagnol (turc : beylik, par extension « bien publique » ; qahwaji, « cafetier, serveur dans un café », buqraj, « cafetière », espagnol : colla, colle, queue comme dans « faire la queue »), cabasso (un genre de couffin), etc.

11Un phénomène de fusion des variétés en présence au sein de ce continuum, ainsi que le souci de communication panarabe ont donné naissance à une nouvelle variété d’arabe dite al-lugha al-wusta ou arabe intermédiaire (médian) qui est utilisée dans certains contextes officiels ou semi-officiels. De plus, on compte le berbère avec ses variétés régionales, et enfin le français, qui jouit du statut de langue majeure au sens fergusonien du terme.

  • 4 Ch. Ferguson. 1971. D. 157-18

12Par conséquent, des bilinguismes/plurilinguismes tantôt individuels, tantôt collectifs, franco-arabe, franco-berbère et arabo-berbère en particulier, sont à relever en contexte algérien. À cela, il faudrait ajouter une présence de plus en plus pénétrante de l’anglais. Pour résumer cette situation, nous emprunterons la formule de Ferguson4 en l’adaptant au profil sociolinguistique de l’Algérie tel que nous le concevons :

131. Algérie (3L = 2Lmaj. + 1Lmin), soit trois langues en présence dont deux langues majeures (arabe/français) et une langue mineure (berbère).

14En tenant compte de l’importance des usages de chaque idiome, et en distinguant leurs corrélants sociaux (usage domestique, usages sociaux, usage à l’école, usage officiel, etc.) nous aurons :

152. Algérie (3L = 2Lmaj. 1 (Ar.Cl, ALit, AMS, APE, LW, V) + 1(S)(V) + 1Lmin(V2) + (1Lspec(S)) soit trois langues dont deux langues majeures. La première (arabe) étant constituée d’Arabe Classique (Ar.Cl.), d’Arabe Littéraire (AL), d’Arabe Moderne Standard (AMS), d’Arabe Parlé Eduqué (APE), de Lugha al-Wusta (LW) et de dialectes (V). La seconde langue majeure, le français, est constituée d’une forme standard, standardisée ou norme écrite (S) et d’une forme parlée (V). La troisième langue en présence est le berbère dans ses différentes variétés (kabyle, tamazigh, chaoui, targui, etc.). À cela nous pourrons ajouter 1Lspec (S) (spécial status [statut spécial]) pour l’anglais dont le statut est celui de langue étrangère mais qui fait sa rapide apparition en Algérie, comme partout ailleurs, dans les domaines de la documentation scientifique, la communication, l’économie et la technologie, entre autres. La formule (2) qui en fait est plus complète que la formule (1), schématise la situation linguistique sur laquelle nous porterons notre attention.

16Il est certain que le locuteur algérien se débat dans une situation linguistique complexe qu’il ne maîtrise pas et où les langues en présence sont inégalement mises en valeur en fonction de paramètres socio-historiques et politiques. Le résultat d’une telle politique linguistique des centres décideurs n’a fait qu’aggraver les tensions où des remises en cause de chaque langue et de son statut ont engendré une instabilité linguistique lourde en conséquences culturelles.

Pour un aménagement linguistique en Algérie

17Notre propos n’est pas de présenter un modèle pour le cas maghrébin en général et algérien en particulier. Il s’agit beaucoup plus d’une contribution pour sensibiliser la recherche dans ce domaine où beaucoup reste à faire. Il faudrait noter également le vide flagrant de données statistiques et autres qui permettent de cerner le problème de l’aménagement linguistique en Algérie. Nous nous limiterons à relever certains aspects contradictoires ou obsolètes de la planification linguistique actuelle, en essayant de proposer quelques éléments de réponse. Tout d’abord, il s’agirait d’évacuer certains concepts qui nous paraissent non adéquats au contexte algérien tel que « la haine de soi » - à notre connaissance, l’Algérien n’a pas honte de sa langue maternelle, qu’elle soit l’arabe algérien, le kabyle, ou autres variétés locales - ou les idées préconçues telles que le refus de s’arabiser, ou bien le refus de la différence dans l’unité nationale.

18Sur la base des données actuelles, les questions qui se posent dès le départ sont les suivantes. Faut-il reconnaître et admettre l’existence de problèmes linguistiques en Algérie ? Ces problèmes pourraient-ils trouver solution grâce à une action combinée de la recherche scientifique et des organismes d’État (subventions, discussions publiques, évaluation et diffusion des résultats) ? Ces deux questions nous semblent être primordiales dans le cadre d’un aménagement linguistique.

19En premier lieu, une politique linguistique est avant tout un contrat social qui doit gérer des éléments sensibles tels que le système des croyances, les attitudes langagières, les mythes, etc. Il ne peut y avoir d’aménagement linguistique (par opposition à la planification linguistique), que si l’usager (ou le locuteur) accepte tacitement ou par l’usage les changements dans la langue qu’il utilise. Ces changements devraient refléter son identité et être ressentis par la communauté comme étant naturels et non artificiels.

20En Algérie, la planification linguistique se résume par des règles spécifiques de comportement langagiers codifiées dans des textes de lois explicites ou des lois constitutionnelles. La conséquence première de cet état de fait est que les Algériens mélangent un mot arabe sur trois et éprouvent une incompréhension grammaticale sur deux.

21En second lieu, la formulation des politiques de planification linguistique est souvent vague et mal définie. La planification linguistique semble écarter l’ensemble des données culturelles (l’algérianité au sens historique du terme) qui sont ancrées, non écrites et reflétées dans les pratiques de facto et qui constituent les fondements de la culture algérienne. Il est clair qu’un aménagement linguistique doit être spécifique à une culture. L’étude de la culture linguistique d’un peuple aide à mieux aborder une politique linguistique et à comprendre pourquoi l’une ou l’autre réussit, ou échoue, par la façon dont elle a été programmée et implantée, comment la vie des gens a été affectée par cette action sur la langue.

22En troisième lieu, un aménagement linguistique suppose un consensus interne (entre usagers) par rapport à un consensus externe (les usagers vis-à-vis des décisions étatiques). En Algérie, la planification linguistique a été menée tambour battant et selon l’humeur de celui qui détient le portefeuille du ministère de l’Éducation nationale ou celui du ministère de l’Enseignement supérieur. Plus récemment, la balle a été envoyée en haut lieu, dans le camp du Premier ministère, pour généraliser l’utilisation de l’arabe à tous les secteurs de l’administration algérienne, y compris les notes internes, circulaires, etc. Mais si l’on décrète l’utilisation d’une langue dans les services publics, il faudrait prévoir d’abord la formation des fonctionnaires à la maîtrise de cette langue, et sensibiliser la population à l’acceptation et l’utilisation de cette langue à des fins d’usages quotidiens. La nécessité d’assurer par des lois l’homogénéité linguistique dans la fonction publique ou ailleurs, reste encore à prouver.

23Pour résumer, trois éléments importants nous paraissent faire défaut dans la planification linguistique telle qu’elle est actuellement conçue et appliquée en Algérie : l’évaluation des ressources, la rentabilité, et la stabilité linguistique. Sur la question de l’évaluation des ressources, il s’agirait de savoir si la planification linguistique vise une connaissance de la langue en tant qu’outil de service ou outil de communication. Autrement dit, cette langue aménagée (c’est le cas de la langue arabe) sert-elle à des fins pragmatiques (transactions commerciales, terminologie, échange de biens et de services) ? Sert-elle à des fins affectives (pour établir l’identité du locuteur, révéler sa personnalité, préserver ses traditions culturelles) ou bien vise-t-elle les deux à la fois (fins pragmatiques et affectives) ?

24Il s’agirait également de savoir quelles sont les aptitudes linguistique : dans cette langue en Algérie, ce que sont les domaines d’utilisation les plu : productifs (la presse, la politique, la religion, la littérature) ? Ces aptitude : linguistiques sont généralement consolidées grâce à l’usage, mais est-ce bien le cas en Algérie ? La réponse est négative car ces « aptitudes linguistiques » dispensées à l’école, en premier lieu, tendent à disparaître du fait qu’elles ne son pas renforcées par l’usage immédiatement après l’apprentissage. Le contexte linguistique environnant favorise l’usage des variétés d’arabe dites « basses ». I serait donc utile de procéder à des sondages afin de voir s’il y a apprentissage progressif de l’arabe ou régression, éloignement chez l’enfant et chez l’adulte.

25L’impression générale qui se dégage auprès d’une bonne partie de la population est qu’il y a régression. Mais il s’agirait de voir au profit de quelle langue en présence elle se fait : le français, l’anglais, l’espagnol, le berbère ? Il faudrait également se pencher sur la question des compétences en langue : étrangères et procéder à la réglementation de l’utilisation des langues étrangère : pour s’adapter à des besoins ciblés : pétrole, commerce, échanges culturels tourisme, etc.

26Il faudrait enfin, dans le cadre de l’évaluation des ressources, mieux savoir ce qu’est le poids de l’histoire, le poids des représentations par rapport la langue arabe. Un Algérien se reconnaît-il dans un conte des Milles et Une Nuits ou dans un conte de Djeha ?

27L’étude de la rentabilité de cette langue dans les échanges économique : et culturels nous mènerait à savoir quels sont réellement les liens transversaux entre l’Algérie et la France, entre l’Algérie et le monde arabe. Quelle est la ou les langues utilisée(s) dans ces échanges ? Les changements socio-économiques étant très importants actuellement en Algérie, il serait préférable de voir quel : sont les phénomènes de mainmise, en termes linguistiques, sur l’économie locale ? Autrement dit, quelle est la langue la plus utilisée dans le cadre de ce : échanges ?

28D’autres facteurs d’analyse de la rentabilité porteraient sur 1 évolution des élites (dans quelles langues s’expriment-elles ?) ; l’évolution du système éducatif (l’université algérienne reste bloquée et cloisonnée). Enfin, quel est le stade de la recherche en Algérie concernant l’inter-traduisibilité à des fins de transferts technologique et scientifique.

29La stabilité linguistique portera sur le rôle de la langue arabe dans la consolidation des connaissances technologiques et scientifiques ainsi que dans les choix économiques du pays. Il faudrait évaluer et mesurer l’ensemble des facteurs en faveur de l’usage de la langue arabe dans le domaine des sciences, de la technologie et de l’économie du pays. Sinon, il s’agirait de réétudier la situation du français (voire de l’anglais). Le français sert-il de « langue de travail », et d’outil acceptable dans les communications d’affaires gouvernementales et autres ? L’anglais sert-il de langue du commerce, du pétrole, et des affaires, l’arabe étant souvent considéré comme la langue de la philosophie et de la rhétorique ? Il faudrait également savoir si l’apprentissage et la conservation de l’arabe ont eu des résultats bénéfiques à tous les niveaux du développement national en Algérie.

30L’utilisation des langues locales comme base de scolarisation dans l’éducation est inexistante, voire interdite. L’État contrôle l’éducation. Or, la transition d’une langue maternelle (les variétés de langues en Algérie) vers une autre (la langue arabe) est un processus onéreux. Il doit impliquer des individus aux horizons linguistiques différents et qui aspirent tous à jouer un rôle dans l’avenir de la langue. L’État n’ayant pas créé des postes de spécialistes de la langue, que ce soit dans l’administration publique ou dans les institutions scolaires, il nous est difficile de concevoir un aménagement linguistique pouvant déboucher sur une stabilité linguistique et sociale en contexte algérien.

31Pour conclure, on insistera sur le fait que l’aménagement linguistique représente un accord tacite ou réel de tous les membres de la communauté. Cette entreprise doit être soutenue financièrement par l’État, par des organismes publics ou privés, des associations culturelles et autres afin de mener à terme un projet social d’une telle envergure.

32L’aménagement et la régulation linguistiques doivent prendre en considération, bien comprendre et respecter toute la complexité des contextes politique, social et économique du pays. Une décision dans le domaine de l’aménagement linguistique doit refléter l’acceptation officielle qui propose de corriger l’insuffisance qui est à l’origine du problème, mais suite à cela, des campagnes de sensibilisation du public sont à prévoir afin que le citoyen à prenne conscience de l’importance que revêt pour l’avenir la connaissance de sa langue.

Bibliographie

Aracyl L. V., 1965, Conflit linguistique et normalisation linguistique dans l’Europe nouvelle, Perpignan, IRSCE, Centre universitaire de Perpignan.

Aracyl L. V., 1982, Papers de sociolingüistica, Barcelone, Ediciones de la Magrana.

Benrabah M., 1999a, « Algérie : les traumatismes de la langue et le raï », Esprit, mars-avril.

Benrabah M., 1999b, Langue et pouvoir en Algérie : histoire d’un traumatisme linguistique, Paris, Séguier..

Corbell J. C., 1980, L’aménagement linguistique du Québec, Montréal, Guérin (coll. Langue et Société).

Ferguson Ch., 1971, « National sociolinguistic profile formulas », in Ch. A. Ferguson, Language Structure and Language Use, Stanford, Stanford University.

Fishman J. A. et al. (éd.), 1968, Language Problems of Developing Nations, New York, Wiley & Sons.

Guespin L. et Marcellessi J. B., 1986, « Pour la glottopolitique », Language, 83, p. 5-34.

Hagège C., 1983, « Voies et destins de l’action humaine sur les langues », in I. Fodor et C. Hagège (éd.), Language Reform : History and Future, Hamburg, Buske, I, p. 10-67.

Haugen E., 1959, « Language planning in modern norway », Anthropological Linguistics, 1/3, p. 8-21 (repris dans J. Fishman (éd.), 1968, p. 673-687).

Haugen E., 1966, « Linguistics and language planning », in W. Bright (éd.), Sociolinguistics, La Haye, Mouton, p. 50-71.

Haugen E., 1983, The Implementation of Corpus Planning : the Case of Modern Norwegian, Cambridge (Mass.), Harvard Univ. Press.

Kloss H., 1969, Research Possibilities on Group Bilingualism, Québec, Centre international de recherches sur le bilinguisme (CIRB) Canada.

Lessing T., 1990, La haine de soi. Le refus d’être juif, Paris, Berg International Editors.

Maurais J. (dir.), 1987, Politique et aménagement linguistiques, Québec, Conseil de la langue française.

Myers-Scotton C., 1993, Duelling Languages. Grammatical Structure in Code-Switching, Oxford, Clarendon Press.

Neustupny J. V., 1968, « Some general aspects of language problems and language policy », in Developing Societies, in J. A. Fishman et al. (éd.), 1968, Language Problems of Developing Nations, New York, Wiley & Sons, p. 285-294.

Ninyoles R. Ll., 1969, « Conflicte lingüistico valenci », Valence, Très i Quatre.

Rubin J., Jernudd B. H., 1971, « Can language be planned ? ». Sociolinguistic Theory and Practice for Developing Nations, Honolulu, University Press of Hawaii.

Ruhlen M., 1987, A Guide to the World’s Languages. I : Classification, Londres, Edward Arnold.

Tollefson J. W., 1981, « Centralized and decentralized language planning », Language Problems and Language Planning, 5/2, p. 175-188

Weinreich U., 1954, « Is a structural dialectology possible ? », Word, 14, p. 388-400.

Notes

1 Cf. le discours du président Ben Bella du 5 octobre 1962. Voir également l’article d’E. Rouleau Le Monde, 20-21 juin 1965 : « Réaliste, Ben Bella s’attache à dissiper les séquelles du conflit avec la France, dont la coopération lui est indispensable pour jeter les bases d’un nouvel État »

2 « Feeling linguistique » : sentiment linguistique d’appartenance à une langue et à la culture qu’elle véhicule.

3 M. Ruhlen 1087

4 Ch. Ferguson. 1971. D. 157-18

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable