Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

VIII. La langue de l’État moderne

L’état civil algérien : une politique de francisation du système anthroponymique algérien ?

Ouerdia Yermèche

Texte intégral

1Encore aujourd’hui, 120 ans après la réalisation de l’état civil en Algérie par les autorités françaises à la fin du xixe siècle, nombreuses sont les personnes qui assument difficilement ou pas du tout leur nom patronymique. Certaines ne s’expliquent pas l’origine de celui-ci ou son étymologie, d’autres, son orthographe, d’autres encore sa consonance étrangère, qui les empêche de le situer dans le contexte socioculturel qui est le leur. Que de personnes, durant nos enquêtes, ont renié leur patronyme, arguant que ce n’était pas leur nom véritable mais seulement leur nom administratif. Bref, l’Algérien ne s’identifie pas à son patronyme.

2À quoi est dû ce « malaise anthroponymique » ?

3Ne s’expliquerait-il pas par la rupture qu’opère le mode de désignation patronymique, imposé par le système colonial selon une logique coloniale d’avec les pratiques nominatives traditionnelles ? La manipulation opérée par l’administration coloniale sur le système anthroponymique ancestral, composantes berbère et arabe, n’a-t-elle pas donné naissance à un système de nomination nouveau, en totale inadéquation avec celui des autochtones ?

4Ne serait-il pas l’une des conséquences de la transcription graphique en caractères latins, laquelle a bouleversé les noms propres tant au niveau de leur signifiant que de leur signifié ?

  • 1 Mot utilisé à l’époque par l’administrateur Sabatier et cité par Ch. A. Ageron, 1968, p. 187.

5Notre intervention va consister à montrer à travers de nombreux exemples, les différents procédés mis en œuvre par l’administration française pour « dénationaliser »1 le système anthroponymique algérien en le francisant Nous tenterons de montrer que cette opération de francisation se situe aussi bien sur le plan symbolique par l’attribution arbitraire de noms patronymiques que sur le plan formel, par la transcription.

6L’état civil, dont les présupposés étaient de franciser le système anthroponymique algérien, a été instauré par une administration étrangère et transcrit dans une langue étrangère. Il est le résultat d’une manipulation du système anthroponymique traditionnel à un double niveau : au niveau symbolique par l’imposition d’un système de nomination calqué sur le modèle français ; au niveau formel, par la déformation des noms provoquée par une transcription francisée qui ne tient pas compte des particularités phonétiques et morpho-syntaxiques des langues autochtones, et qui se caractérise souvent par des orthographes fantaisistes souvent erronées.

Au niveau symbolique

  • 2 Cité par Ch. A. Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), t. 1, Paris, PUE 1968, p. (...)

7L’état civil, instauré en Algérie par la loi du 23 mars 1882, suite à celle de 1873 sur la propriété individuelle qui imposait l’adjonction d’un patronyme aux prénoms et surnoms parles quels était antérieurement connu chaque indigène déclaré propriétaire, est loin d’avoir été une simple « collation de noms » déjà existants. L’obligation et la généralisation d’un patronyme a opéré une rupture dans les modes traditionnels de nomination. L’état civil se présente donc comme une opération de dé-nomination/re-nomination de l’Algérien, dont les objectifs à terme étaient de faciliter l’intégration de ce dernier. Il « (était) et (devait) être une œuvre de dénationalisation. L’intérêt de celui-ci était de préparer la fusion et de franciser plus résolument les patronymes indigènes pour favoriser les mariages mixtes »2. C’est ainsi que le mode de désignation patrilinéaire s’est vu remanié et modifié profondément par l’attribution arbitraire d’un nom patronymique. Loin d’avoir été la continuité de cette tradition anthroponymique séculaire, fondée sur la filiation, l’état civil se présente au contraire comme la négation même de cette continuité du fait qu’aux anciens modes de désignation se sont substituées de nouvelles catégories sémantiques de renomination dans lesquelles ne se reconnaît pas l’Algérien. La même réalité référentielle est ainsi nommée de deux manières différentes : à la désignation traditionnelle toujours en vigueur dans les pratiques de l’oralité, se superpose la nomination patronymique utilisée essentiellement à l’écrit et dans les relations avec l’administration.

8Devant la résistance des populations, l’administration coloniale a attribué des patronymes qui, le plus souvent, occultent le lien de parenté.

9Exemples :

désignation patrilinéaire

désignation patronymique

Ali Ben Omar Ben Mohamed

« Ali fils de Omar, fils de Mohamed »,

Ali Ou Kaci Moh Ouali

« Ali fils de Kaci fils de Moh fils de Ali »

Ali N’Aït Kaci

« Ali du groupe des Kaci »

Ali Dib

« Ali le chacal »

Omar Begraa

« Omar la vache »

Mohamed Khamadj

« Mohamed le pourri »

10C’est ainsi que bien des personnes se sont trouvées affublées de noms souvent injurieux et mêmes obscènes, des noms d’animaux, de choses et autres. Exemples :

11Dib, « chacal », Kelb, « chien », Chady, « singe », Begraa, « vache », Raselkelb, « tête de chien », Demaalatrous, « tête de mouton », Dar, « maison », Guittoune, « tente », Khamadj, « pourri », Guignol/Guignoule, Tati.

12Cette violence symbolique s’est également caractérisée par l’attribution de noms différents aux membres d’une même descendance, ou encore par l’attribution d’un même nom écrit avec des orthographes différentes.

13Exemples :

  • Othmane / Otsmane / Ostmane / Otmane / Atmane / Osmane / Omane / Latmane (8 formes)

  • Ouaguenouni / Ouaguennouni / Ouagounouni / Ouagnouni / Ouaggini / Ouaguni / Ouaguenou / Ouaguenoune / Ouaghenon (9 formes)

Au niveau du signifiant

  • 3 L. Milliot, L’état civil en Algérie, Alger, 1937.
  • 4 Ch. A. Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit.
  • 5 M. A. De Slane, Ch. Gabeau, « Vocabulaire destiné à fixer la transcription en français des noms de (...)

14L’opération de déstructuration / restructuration du système anthroponymique algérien s’est poursuivie avec la transcription en caractères latins des noms propres. La transcription de l’état civil qui s’est faite en « 13 ans à peine » nous dit Louis Milliot3, par un personnel non spécialisé, qualifié de « médiocres bons à tout et propres à rien » par Ch. A. Ageron4, montre le peu d’intérêt accordé à une telle entreprise. La méconnaissance des systèmes linguistiques autochtones (arabe et berbère), de leurs spécificités phonétiques ou morpho-syntaxiques et l’incompréhension qui en a résulté entre les populations autochtones et l’administration française, n’expliquent qu’en partie les aberrations et incohérences que l’on constate dans l’orthographe des noms. Elles sont surtout le résultat de l’indifférence et du mépris envers les populations autochtones et du désir d’effacer, ou du moins d’atténuer, toute référence à l’ « indigène ». L’élaboration en 1868, d’un système de correspondances phonétiques par M. A. de Slane et Ch. Gabeau5 ainsi que les tentatives de « normalisation » graphiques (1946/1948) n’ont pu imposer une norme d’écriture à même de limiter les fantaisies orthographiques. La vraie motivation se trouvait ailleurs.

15Le traitement d’un corpus relativement important (10 000 patronymes environ) nous a permis de relever un certain nombre de récurrences dont la constante est l’adaptation au système français et la non-réalisation graphique de certaines particularités phonétiques du berbère et de l’arabe, tels que les phonèmes emphatiques et spirants, les labio-vélaires [kw, gw], l’apico-dentale [θ], la pharyngale sourde [ħ] et son équivalent sonore [h], la laryngale [ʕ]et la vélaire [q] par exemple.

16Cette opération de francisation se caractérise notamment par :

171) La représentation d’un même phonème par plusieurs lettres

18Le même phonème est transcrit différemment, ce qui entraîne des prononciations diverses et des altérations du sens.

19Exemples :

Phonèmes

Transcriptions relevées

A Anthroponymes

[h]

h, k, kh, gu, gh

Sahraoui / Sakhraoui, Saïah / Saïak, Saïhi / Saïki / Saïgui / Saïghi

[x]

k, r, kr, kh, gh, km

Kherfane / Kerfane, Mekhzoumi / Mekmzoumi, Khiat / Ghiat,

[ʕ]

a, ï, h

Chaabane, Zaïm, Mahoudj, Sebaa / Sebaï

[g]

g, gu, gh, gn qu, k

Guerroudj / Gerroudj, Guendouzi / Ghendouzi / Guendouz, Mezaguer / Mezagner, Lazreg / Lazreque / Lazregue

[ʃ]

ch, gh, qu, sh, t

Habbache / Habbash, Chériguen/ Gheriguen, Mezriche/ Mezrique / Mezrit

[R]

gh, gu, g, kh, k, r

Ighil / Iril, Seghir / Seguir / Sekher, Sebbagh / Sebbag / Sebbak

[q]

k, c, g, h

Mokadem / Mogadem / Moquadem, Rafic / Rafik, Zerrouk / Zerroug / Zerrouh

202) Cette transcription multiple du même phonème met en évidence une autre lacune de ce système, à savoir que plusieurs phonèmes se trouvent représentés par les mêmes lettres. Ces chevauchements ont pour effet de falsifier le nom et d’en compliquer la lecture.

21Exemples :

Transcriptions

Phonèmes représentés

Gh

[h, x, g, R, ʃ]

Qu

[g, ʃ]

qu, g, kn

[g, R]

Kh, r, k

[R, x]

h

[q, ħ, h]

k

[x, R, k, q]

c

[k, q]

Transcription des consonnes

Transcription Phonème

g

gu

gh

qu

gn

k

kh

d

dh

r

t

en

sh

km

s

ss

th

c

ç

h

formes

[g]

+

+

+

+

+

+

+

7

[R]

+

+

+

+

+

+

6

[S]

+

+

+

+

+

5

[x]

+

+

+

+

+

5

[kw]

+

+

2

[gw]

+

+

+

+

+

5

[ħ]

+

1

[h]

+

+

+

+

+

5

[θ]

+

+

+

+

4

[t]

+

+

2

[d]

+

+

2

[k]

+

+

2

[q]

+

+

+

+

4

22Cette représentation multiple se retrouve également au niveau des phonèmes vocaliques et semi-vocaliques. Les trois voyelles fondamentales de l’arabe et du berbère sont transcrites par différentes lettres.

23Exemples :

  • tərki s écrit tantôt Terki, tantôt Turki, Teurki, Torki ou encore Tourki

  • bilal s’écrit Billal ou Bellal

  • lħadj s’écrit lhadj ou lhodj

  • ħalou s’écrit Hallo

  • bәndjәdu s’écrit Bendjeddau

  • ħamu s’écrit Hammou ou Hammo

Transcription des voyelles

Transcription Phonème

a

1

e

u

y

o

ou

eu

au

ain

en

ol

formes

[a]

+

+

+

+

+

+

+

7

[i]

+

+

+

+

+

+

6

[u]

+

+

+

+

+

5

[ɔ]

+

+

+

+

4

[£]

+

+

+

+

+

+

+

+

8

Transcription des semi-voyelles

Transcription Phonème

i

ou (i,a)

w (i)

u (i)

oi

e

formes

[j]

+

+

2

[w(a)]

+

+

2

[w(i)]

+

+

+

+

4

24Exemples :

Grn/Grine, Tayeb/Teb, Touileb/Tuileb, Soulman/Souliman, Aïssaoui/Essawi, Kouidri/Quedri, Merouah/Meroih, Segher/Seghier

253) Le non-respect du découpage monématique

26La forme du nom composé est souvent altérée par un mauvais : découpage : les deux unités sont tantôt séparées par un trait d’union, tantôt accolées, tantôt agglutinées, cet amalgame entraînent la disparition des prépositions berbères et du défini arabe. Parfois elles sont découpées d’une manière tout à fait erronée, ce qui donne lieu à une forme aberrante san : référence avec le signifié d’origine.

27Exemples :

Ouled-Azzouz / Ouled Azzouz / Oulid Azzouz / Oulid Azzouz Oulidazzouz / Quli Dazzouz / Oulida Zouz

- Ou El Hadj

- Ou Amer Ali

- Hadj Ali

- Hadda El Aouel

- Ami Ali

- Ami Amar

- Baba Slimane

- Tala N’Ali

- Naït Seghi

Ouradj

Ouamerali

Hadjali

Hadaouel

Amali

Amimer

Baslimane / Bensil

Tarakli

Naïzghi

284) Omission de certains phonèmes et decertaines marques morphématiques ou lexicales

29L’omission de certains phonèmes a pour effet la perte de la consonance arabe ou berbère du nom et de son sens.

30Exemples :

Patronyme

Francisation

Patronyme

Francisation

Patronyme

Francisation

Ayoub

Youb

Hannoune

Hanou

‘Anick

Anick

Mourad

Moad

Haoua

Haou/Aou

Yasmine

Asmin

Smaïn

Smaï

Benaïssa

Benais

Ihadadène

Iadadaine

Othmani

Omani/Asman

Beggar

Begga / Bega

Ourezki

Oureki

Salah

Sala

Medelci

Madaci/Madci Mada

Ameyar/Amiar

Habib

Abib

Maïzi

Maïz

Senhadji

Senadji

Hamerlaïne

Hamerlin

Gasmi

Gas

Tellab

Tella

Farid

Fari,

Heddid

Heddi/Haïdi

Remmache

Remma

Haddi

Adi

Hanna

Anna

Mouldar

Moudar

Lhadj

Lodj,

Lwahch

Lwah/Luhache

Ahrib

Arib

Guitoune

Guitoun/Guiton

El oqbi

Lougbi/Logbi

Morcelli

Mosli/Morsi/Morsy

31Dans certains noms, c’est l’une des deux parties du morphème discontinu berbère du masculin/pluriel [i.....en] et du féminin/singulier [ta.....t]ou la marque arabe d’appartenance [i] qui ne sont pas transcrites ; dans d’autres noms, c’est le morphème tout entier qui disparaît.

32Exemples :

(i) Chériguen, (i) Abbassen, (i) Merabtène....(i)Merabet(en)

(i) Challalène / Ichallal (ène) / (i) Chaallal (en)

Taboudjemaa (t), Talhadji (t)

Fersy.....Fers, Zmirli..... Zmir

33Parfois, le nom composé est amputé de son deuxième élément, la partie restante constituant une forme aberrante dans la langue d’origine (arabe ou berbère) du fait qu’elle ne s’emploie jamais seule.

34Exemples :

Ben...., Si Ben..... Abdel...., Ould...., Aït...., Abdou....

355) Substitution de l’article défini français à son équivalent arabe, à l’initiale du nom.

36Un autre procédé de francisation consiste en l’apparentement phonique par l’amalgame entre la marque du pluriel arabe [t] et le diminutif français « ette », qui donne au nom une autre forme. Parfois, le glissement s’opère sur le déterminant français qui se substitue à celui de l’arabe et donne lieu à une forme hybride.

37Exemples :

Aouina, « un œil» et son pl. Aouinet, « les yeux » se réécrit Aouinette (forme définitive du français)

[1Rul] se réécrit Lghoul / Ghoul et même Leroul (« le » étant le défini français).

386) Adjonction d’une lettre

39Là encore, une lettre ajoutée suffit à déformer la prononciation du nom.

40Exemples :

  • Abdelli devient Abdelliche, Hocine se réécrit Hocinet, Mokhtar s’écrit aussi Mookhtari, Mebrouk se transcrit Membrouk, Ould s’écrit Oulds (ce/s/à la fin du mot ne serait-il pas la marque du pluriel français ?),

417) Traduction pure et simple de la forme arabe ou berbère en français

42La forme qui illustre le mieux ce contact de langues est la traduction en français d’une partie du nom (dans le cas des noms composés) et qui donne lieu, là encore à une forme hybride.

43Exemple :

  • Aït Ouazzou est formé sur la traduction de la deuxième partie du nom composé Aït Ouferroukh (ouazzou, « oiseau » est la traduction intégrale de afroukh en kabyle).

En guise de conclusion

44Comme nous venons de le montrer à travers ces exemples, la transcription graphique de l’état civil a abouti à une francisation, consciente ou involontaire, des noms, et à une fracture dans le système de nomination algérien. Le système anthroponymique algérien a été manipulé, déformé, voire intégralement transformé, par le biais de la transcription française. Celle-ci a donné naissance, à travers le nom patronymique, à de nouvelles formes de désignation qu’on qualifiera de formes « métissées » ou hybrides. Ces noms ne sont plus totalement arabes et/ou berbères, compte tenu des déformations et transformations, partielles ou entières, qu’ils ont subies. Ceux-ci ne sont pas pour autant français étant donné qu’ils n’ont pas été la plupart du temps construits sur des référents socioculturels français.

Notes

1 Mot utilisé à l’époque par l’administrateur Sabatier et cité par Ch. A. Ageron, 1968, p. 187.

2 Cité par Ch. A. Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), t. 1, Paris, PUE 1968, p. 187.

3 L. Milliot, L’état civil en Algérie, Alger, 1937.

4 Ch. A. Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit.

5 M. A. De Slane, Ch. Gabeau, « Vocabulaire destiné à fixer la transcription en français des noms de personnes et des lieux usités chez les indigènes d’Algérie » cité par Ch. A. Ageron, op. cit, p. 187.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable