Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

VII. L’air du temps

Lecture / transverse VII. Le métissage linguistique au Maghreb : trois chantiers pour une collaboration entre historiens et linguistes

Sonia Branca-Rosoff

Texte intégral

1La question du « métissage linguistique » ouvre un vaste espace d’interrogations philosophiques, historiques, politiques... Cette synthèse n’a pas l’ambition d’aborder l’ensemble de ces questions. Elle voudrait seulement, dans la perspective linguistique qui est la sienne, réagir à la façon dont les études rassemblées dans ce volume nous parlent du langage et de la société, au-delà même de l’exemple arabe.

  • 1 Voir la contribution de H. Jaïdi.
  • 2 Voir les contributions de H. Miliani et de K. Taleb-Ibrahimi.

2Il faut tout d’abord dire que ces échanges entre chercheurs de tout le pourtour méditerranéen n’auraient sans doute pas été possibles au temps de la francophonie triomphante, que J. Dakhlia situe à juste titre comme relevant en partie de l’empire et qui apparaît comme une situation déjà dépassée : « Ce qui reste à la France [...] de son empire, c’est la francophonie. » Or, actuellement, la situation du français, devenu une langue de moyenne importance parmi les autres, permet peut-être symétriquement aux chercheurs d’accepter avec sérénité de sortir du face à face de l’époque coloniale, pour envisager une histoire plus complexe. La présence des langues romanes au Maghreb dure depuis l’occupation romaine, qui a entraîné la diffusion du latin dans certaines couches de la population1, et elle ne peut s’analyser seulement comme une guerre de langues (ainsi, les rapports avec le français sont aussi faits d’échanges intellectuels fructueux, et d’occasions ludiques de créativité2) ; le conflit de l’arabe avec le berbère n’est pas moins âpre que la guerre de l’arabe contre les langues romanes, ou que le combat qu’on mène contre les arabes dialectaux au nom de l’arabe classique. Enfin, l’arabe, tel qu’il est effectivement pratiqué est constitué de strates successives : au Maghreb comme ailleurs, la diversité apparaît comme constitutive des communautés et des langues.

3Un des intérêts majeurs de la rencontre organisée par l’IRMC et l’EHESS tient à la présence simultanée d’analystes appartenant à des disciplines différentes : historiens, anthropologues et linguistes (ou plutôt, ce qui a sans doute facilité le dialogue, sociolinguistes, dialectologues, terminologues...). Cette initiative renoue avec le colloque de Langage et Société, paru en 1984 sous le titre Histoire et Linguistique. Deux des initiateurs, Max Gruenais et Pierre Achard, ont aujourd’hui disparu. Il n’y a pas de meilleur hommage à leur rendre que d’emprunter la voie qu’ils avaient ouverte et de se demander si un travail commun peut se poursuivre après la rencontre de Tunis. Il faut alors chercher - au-delà du mot d’ordre volontariste et global d’interdisciplinarité ou de la résignation à une complémentarité minimum entre ceux qui travaillent sur le temps long et ceux qui travaillent en synchronie - quels sont les secteurs où les problématiques sont suffisamment proches pour qu’un échange réel soit profitable. Trois thématiques semblent correspondre à cette exigence : l’enjeu des dénominations dans la délimitation des langues, la question du nom propre, les emprunts lexicaux.

4Le premier centre d’intérêt concerne le niveau macro-linguistique, l’objet même de la linguistique : il s’agit d’interroger les représentations qu’on en a, plutôt que de s’attacher à la description « objective » des formes qui servent de support à ces représentations. L’opposition des disciplines laisse alors place à une analyse du discours dont il faudra, il est vrai, se demander si elle peut être commune à l’histoire et à la linguistique. Les deux autres sujets concernent des micro-objets (des unités lexicales) mais, là aussi, au lieu de décrire seulement des formes, les chercheurs se sont penchés sur des pratiques sociales et sur les agents impliqués dans ces pratiques, de telle sorte que des préoccupations communes peuvent nourrir le dialogue interdisciplinaire.

L’enjeu des dénominations

  • 3 Voir aussi S. Branca-Rosoff, 1996.
  • 4 Il ne s’agit pas de suggérer que le nom a une efficacité directe et magique mais qu’il est intéress (...)

5Une partie des participants du séminaire s’est interrogée sur ce qui est considéré comme une langue. Plutôt que d’énumérer tous les arguments échangés, on peut, de façon circonscrite, s’en tenir au vocabulaire employé pour rendre compte des variétés en présence3. L’étude des noms des langues constitue un moyen important pour aborder les opérations d’identification et les enjeux identitaires complexes qu’elles manifestent. En effet, l’existence d’une dénomination crée un effet d’évidence qui peut se révéler décisif dans la construction d’une catégorie sociale. Ainsi, alors qu’à un niveau purement linguistique, la description montre que dans la pratique quotidienne les limites entre berbère et arabe, arabe et français, arabe classique et arabe dialectal, variantes régionales de l’arabe dialectal, etc., peuvent être extrêmement fluides, le regroupement de certaines de ces variantes sous la bannière d’un terme a un effet d’institution du réel : le nom constitue ces réalités mouvantes en ensembles homogènes4. À leur tour, les appellations qui viennent s’inscrire dans la conscience collective accompagnent la reconnaissance de nouvelles parlures que les locuteurs vont tenter de standardiser et de stabilise] comme des langues de culture.

6Prendre aussi pour objet le vocabulaire des chercheurs - et pas seulement le vocabulaire de sens commun qui circule dans la société - c’est questionner les représentations que ce vocabulaire transporte et substituer au rêve d’un universalisme des concepts scientifiques, la réflexion sur un métalangage qui fonctionne de façon toujours contextualisée (dans le travail théorique propre à chaque discipline comme dans les pratiques sociales ordinaires).

7Un premier relevé rapide à travers les communications montre que les représentations varient notamment selon que la position discursive adoptée par le chercheur est « surplombante » (il s’agit le plus souvent d’un point de vue d’historien) ou selon qu’on se situe de l’intérieur des sociétés.

8La notion de surplomb transpose des notions déjà travaillées, d’une par dans le champ de l’analyse de discours où la notion de position des énonciateur ; est centrale, d’autre part dans l’histoire des langues, avec notamment le travail de Cyril Aslanov. Dans un article de Langage et Société paru en 2002, « quand les langues romanes se confondent. La Romania vue d’ailleurs », Cyril Aslanov constate que les états croisés employaient sans doute un moyen terme entre le picard, le wallon et le français, combiné avec des parlers italiens. Plus tard, la part des dialectes italiens s’accroît dans le contexte bilingue de Saint-Jean-d’Acre. Pour expliquer cette incroyable bigarrure entre parlers romans, Cyril Aslanov développe l’idée du « double regard intérieur et extérieur » sur les langues : d’un point de vue extérieur, et avant leur standardisation, les langues romanes apparaissaient comme un bloc, ce que montrent les dénominations de la’az en hébreu, welsch en allemand, ou langue franque dans le Levant L’ensemble du domaine linguistique roman apparaissait dès lors comme un continuum au sein duquel tous les parlers pouvaient être considérés à la même aune, ce qui facilitait les interférences entre ces langues en contact. Inversement d’un point de vue interne, chaque parler local avait ses marqueurs spécifiques, indissociables de son identité.

9Il me semble que cette double perspective existe chez les chercheurs - et qu’elle peut d’ailleurs coexister chez un même chercheur, selon qu’il considère de vastes ensembles ou qu’il se situe dans un espace clos et explore les variations internes des parlers d’un même domaine. Ces deux points de vue légitimes sont complémentaires. Il va sans dire que ce relevé qui s’en tient aux dénominations françaises utilisées dans le colloque devrait être confronté au vocabulaire arabe.

Le point de vue surplombant

10Dans la vision surplombante, la langue arabe existe au singulier, comme un bloc face à d’autres blocs.

L’arabe par opposition aux langues d’en face

11« L’ » arabe apparaît en effet comme homogène lorsqu’on le considère par rapport à la langue d’en face, langue du pouvoir ou de l’autre religion... Je me bornerai à quelques mentions. Par exemple, selon Ximenez, religieux qui séjourne dans la régence de Tunis entre 1720 et 1735 - dont le témoignage est cité par B. Vincent - la prononciation des morisques n’empêche pas la catégorisation de leur parler en castillan : « [Les Maures] ont gardé jusqu’à aujourd’hui la langue espagnole, mais les vieux ont une meilleure prononciation que les jeunes ». De même, on peut parler de l’arabe et du castillan, comme le fait L. Maziane qui se penche sur le vocabulaire maritime de Salé aux xviie et xviiie siècles : « La plupart des nouveaux venus, ayant conservé leur langue d’origine, le castillan, durent même apprendre l’arabe. » On peut considérer qu’il y a deux blocs ainsi constitués, l’un en regard de l’autre.

Le filtre de l’écrit

12Les historiens ont d’autant plus tendance à envisager les langues comme des « touts » que leur vision « de l’extérieur » s’appuie nécessairement presque exclusivement sur l’écrit qui fige les parlers dans une version stabilisée par les modèles reproduits ou par les normes inculquées. Ce sont les traces du punique dont H. Jaïdi relève la présence dans les inscriptions ou le grec, le latin et l’arabe dont A. Nef étudie l’usage dans les actes juridiques de la Sicile du xiie siècle. Quand il ne s’agit pas des documents du pouvoir, il s’agit du moins nécessairement de variétés « inscrites » qui construisent une image de la langue comme monument. D. Yayouche énumère dans les œuvres d’Ibn Zohr : « La langue perse, la langue grecque, la langue syriaque, la langue araméenne, la langue latine, la langue hébraïque, la langue sanscrite, la langue indienne, la langue berbère, la langue ancienne égyptienne. »

13À l’inverse, M. Tilmatine, désireux d’étudier les traces de la présence berbère dans la péninsule Ibérique, est réduit à une maigre documentation : les traités scientifiques rédigés en arabe, mais qui contiennent quelques termes d’origine berbère. De fait, et malgré la publication récente de manuscrits où le berbère est écrit en caractères arabes, cette langue restée essentiellement orale paraît échapper à l’histoire : « ni les historiens ni les linguistes n’ont été intéressés par cette histoire », estime A. Bounfour.

La définition par l’origine

14C’est là qu’interviennent la toponymie, l’anthroponymie, l’oronymie... qui constituent d’autres objets d’histoire permettant de mener des recherches historiques, même en l’absence de traces écrites. La recherche des motivations étymologiques des noms propres a constitué un axe de travail important pour les spécialistes du berbère, langue des premiers habitants du Maghreb.

15Plus généralement, les linguistes qui développent une vision englobante de la langue mobilisent l’étymologie. M. A. Haddadou peut ainsi dégager « une » langue berbère sous-jacente à un ensemble de parlers entre lesquels il n’y a pas d’intercompréhension. L’identité de la langue est garantie par l’origine qui permet de recomposer le berbère qui a été dispersé dans l’espace et abîmé par le temps. C’est alors - par-delà le structuralisme - l’histoire qui est la vérité de « la » langue et la philologie qui est la discipline permettant de reconstituer cette dernière.

16On peut même imaginer une re-lexicalisation en poussant peut-être jusqu’à leur conclusion les remarques de M. Tilmatine à propos des phytonymes « enfouis sous les sédiments de l’histoire et que l’on croyait perdus pour la plupart des parlers actuels ».

17Les langues au singulier sont donc appréhendées à partir de leur confrontation avec d’autres langues rivales ce qui entraîne une sorte d’évidence de délimitation ; elles sont inscrites dans des « monuments » écrits ; elles sont identifiées par leur origine.

Les mélanges entre langues comme catégories problématiques

18Comment dans ce cadre penser les mélanges qui résultent des contacts entre populations parlant des langues différentes ?

19Venture de Paradis - un diplomate en poste à Alger de la seconde moitié du xviiie siècle, évoqué par M. Meouak - estimait, semble-t-il, que les créations intersubjectives et variables qui se produisaient dans cette société multilingue ne produisaient aucune entité nouvelle, qu’il s’agissait de codages de compromis individuels, par définition imprévisibles et instables : « Les mélanges de langues arabe et berbère, l’arabisation de mots et la présence des lexiques espagnol et italien se côtoient, ou alors sont utilisés de manière indifférente, sans problème apparent. »

  • 5 Faut-il identifier ce véhiculaire moderne de l’ouest de la Méditerranée et la lingua franca pratiqu (...)
  • 6 Voir par exemple S. Branca-Rosof et N. Schneider, 1994.

20Certains de ces mélanges ont pourtant donné lieu à désignation. Tel est le cas de la célèbre lingua franca à base romane étudiée par J. Dakhlia et par N. Lafi. J. Dakhlia considère que la lingua franca est une langue véhiculaire de plein droit5, « une langue de commerce, côtière et portuaire ». N. Lafi refuse ce statut : « qu’est-ce que cette éventuelle langue ? » Elle privilégie l’écrit pour définir le concept de langue et considère de ce fait que l’absence de document écrit en lingua franca dans le Tripoli du xixe siècle est un aigument décisif. On en dirait en tout cas autant de la plupart des situations diglossiques. Ainsi dans la région provençale, sous la Révolution française, tout ce qui s’écrivait, s’écrivait en français6. Il ne faudrait pas en conclure que la région est entièrement francisée : de multiples témoignages affirment le contraire. On le voit, l’argument de l’écrit repose sur une définition culturelle de la langue - ce qui ne clôt d’ailleurs en aucune façon la question du statut de la lingua franca.

21Se plaçant sur le terrain de l’emploi des langues, N. Lafï semble aussi considérer qu’il y a langue lorsque « tous les usages » en sont remplis. Ne faudrait-il pas aussi dans une démarche inverse visant à rendre compte de l’existence de cette catégorie lingua franca, se demander dans quels contextes elle a émergé et ce que signifie le fait qu’une fusion de parlers a été démarquée comme une variété ?

22Qu’on l’appréhende comme une langue ou comme un matériau mouvant, hétérogène, pluriel, la lingua franca devrait selon J. Dakhlia réconcilier le Maghreb avec sa part de romanité, empêcher de voir dans le « métissage linguistique » le résultat maudit du colonialisme, conduire à renoncer au rêve stérile d’une identité monolithique et permettre une ouverture sur la multi-culturalité. On passe alors à la question autre des emprunts.

La vision de l’intérieur

23Le point de vue dominant dans les contributions qui portent sur la période contemporaine est bien différent des points de vue « distants » de l’historien et du philologue. Un peu à la façon dont un zoom rapproche l’image, le linguiste procède à un cadrage rapproché et prend en charge la façon dont les sociétés maghrébines contemporaines vivent de l’intérieur la variation. Cette perspective interne se traduit dans des appellations qui renvoient aux pratiques langagières bien réelles des populations (multilingues, diglossiques, recourant au code switching et au code mixing...) mais qui doivent pourtant être analysées parce qu’elles transportent aussi un point de vue sur ces pratiques qu’il convient d’expliciter. Voici quelques exemples où l’on voit l’arabe se ramifier en une multiplicité de catégories exprimées par les adjectifs maternel, littéraire, moderne, etc. Ces remarques ne constituent en aucune façon un relevé exhaustif et n’ont d’autre ambition que d’inviter à une description systématique.

L’état des lieux

24- Langue nationale, officielle, moderne, maternelle, littéraire...

  • 7 Pour poursuivre de façon pertinente, il faudrait évidemment réintroduire systématiquement les catég (...)

25N. Jerad déconstruit le vocabulaire officiel de la Tunisie. Reposant sur les catégories discursives fallacieuses de l’authenticité et de la modernité, la politique tunisienne nourrit la « haine de soi » et marginalise la « langue maternelle » du pays, au profit de « la langue nationale et officielle (al-arabiyya7) » identifiée à « l’arabe classique » et de la langue coloniale rebaptisée « langue étrangère privilégiée » ou « langue véhiculaire des sciences et des techniques ».

26F. Bouhadiba oppose lui aussi le singulier officiel (« la langue arabe » des constitutions algériennes) et les variétés pratiquées dans le pays réel. Il ne voit pour sa part aucune honte de la parole populaire chez l’Algérien. C’est seulement l’absence de démocratie qui est responsable d’un tel déni.

27La hiérarchie est un peu différente dans le système évoqué par Z. Iraqui Sinaceur qui travaille à l’aménagement linguistique du marocain. La langue officielle, dite aussi littéraire, est cette fois bien distinguée de l’arabe classique. Le dialectal et le berbère ne sont plus seulement des langues maternelles et accèdent au statut de langues nationales. On peut se demander jusqu’où les institutions marocaines soutiennent actuellement ce point de vue d’expert ou si plusieurs catégorisations cohabitent.

  • 8 T. Baccouche et S. Mejri le pensent, qui notent que les emprunts à l’anglais passent dans le tunisi (...)

28À l’exception de la contribution de F. Bouhadiba sur l’Algérie, il n’est guère fait mention de la présence de l’anglo-américain. Que penser de ce quasi-silence ? Est-il le fait de linguistes francophones, l’anglais étant présent dans d’autres discours ? L’anglo-américain n’est-il pas encore reconnu comme une des langues partenaires dans les sociétés maghrébines ou bien n’exerce-t-il pas encore de pression sur les systèmes locaux8 ?

29- Parlers citadins, bédouins, nomades, kairouan...

30D’autres intervenants utilisent des catégories qui élargissent le champ de la diversité. Au-delà de la confrontation avec une langue étrangère contre-modèle et à une langue du passé, dépassée bien qu’elle soit fondatrice, la diversité renvoie à la diversité même de la nation.

  • 9 Cette distinction scientifique renvoie aussi aux représentations populaires, beaucoup de Maghrébins (...)

31H. Miliani mentionne « les parlers citadins, les parlers sédentaires, les parlers villageois ». Ce deuxième classifieur appartient au vocabulaire des chercheurs et D. Caubet, dans sa contribution, signale sa dette envers William Marçais (1902). Ce dernier qui cherchait à éclairer les conditions de formation du dialectal distinguait les parlers citadins opposés aux parlers bédouins des nomades arrivés au Maghreb entre le xie et le xvie siècle et les parlers villageois fortement marqués par le substrat berbère9. Parmi les parlers citadins, D. Caubet mentionne le parler kairouanais qui n’est plus pratiqué à Kairouan, mais qui se maintient chez les Juifs du Maroc, dans quelques villes comme Fès et... à Malte. Ainsi le terme de parler est très couvrant : il s’applique à des groupes immédiatement identifiables (parlers bédouins) ; il est aussi disponible pour décrire un ensemble de traits dialectaux dont on peut tout au plus rechercher l’éventuel corrélat sociologique bien qu’il n’y ait pas de population qui de Fès à Malte corresponde au parler kairouanais.

32- Les mélanges entre français et arabe

  • 10 Selon la terminologie de G. Lüdi (1987), les interactions exolingues concernent les locuteurs de la (...)

33La catégorisation des mélanges entre des langues fortement normées concerne aussi les interactions endolingues10 du Maghreb contemporain. Les sujets parlants mixtent plusieurs langues produisant ainsi des effets stylistiques ou identitaires.

34K. Taleb-Ibrahimi s’intéresse aux alternances pratiquées par les jeunes de Bab-el-Oued. Ces alternances n’ont semble-t-il pas eu droit à un nom (peut-être la fluidité des choix opérés rend difficile une catégorisation). Au contraire, les inventions des chansonniers du milieu du xixe siècle, qu’étudie H. Miliani, sont identifiées par des noms : le « francarabe » (mélange « arabe-français » où prédomine le dialectal algérien) et le sabir (où le français domine) pratiqué plutôt dans les milieux populaires coloniaux. Ces alternances employées pour leur effet comique sont restées des façons singulières et éphémères d’utiliser la diglossie à des fins comiques, cependant l’activité artistique les fait accéder à une visibilité qui conduit à leur donner des noms.

Les bâtisseurs de langues

35Que l’on considère le berbère ou les variétés dialectales de l’arabe, l’enjeu nationaliste intense est l’élaboration d’un système standardisé et sa reconnaissance comme langue à parité avec l’arabe classique.

36Certains spécialistes du berbère s’en tiennent au constat que les pratiques quotidiennes contemporaines ne sont pas stabilisées. Pour L. El Moujahid (dans « la perspective scientifique » de la sociolinguistique), le linguiste a affaire à de simples « variantes dialectales, produites par l’interaction entre l’arabe classique et l’amazighe ». M. Benabbou et P. Behnstedht qui étudient la région de Taza au nord du Maroc estiment pour leur part que « les limites entre l’arabe et le berbère, ne sont pas aussi rigides qu’avec les autres idiomes » dans cette zone et mentionnent des spécialistes qui parlent même « d’union linguistique entre les deux langues ».

  • 11 T. Baccouche, S. Mejri, Atlas linguistique de Tunisie, à paraître.

37Pour aborder la promotion du dialectal, langue en puissance plutôt que langue, on peut partir de l’important travail de T. Baccouche et S. Mejri sur l’Atlas linguistique de Tunisie11 : le dialectal tunisien est-il « une variante ou un registre de l’arabe ou un système linguistique autonome bien qu’apparenté ? ». Les auteurs soulignent l’impact du travail du linguiste dans l’émergence d’une variété : « La tâche du linguiste consiste à dégager une homogénéité construite à partir des faits collectés. »

38Une telle opération de mise en équivalence est intéressante à plus d’un titre : elle suppose un travail interprétatif qui dépend non seulement des rapports de force des variétés en présence, mais aussi du rôle que s’attribue le linguiste dans la promotion des vernaculaires. À partir d’un relevé systématique de toutes les variantes existantes, T. Baccouche et S. Mejri dégagent donc des tendances générales dans le système qui sont en rupture phonologique, morphologique et lexicale par rapport à l’arabe littéral : « S’agit-il d’un système partagé par les variétés dialectales ? Non, il est plutôt question d’une synthèse dégagée à partir des diverses réalisations régionales. »

39Les sociolinguistes trient dans le donné les faits qui leur paraissent généralisables et qui vont donc permettre l’émergence d’un niveau homogène. Toutefois ils se défendent de construire une langue imaginaire. D’une part, ils postulent qu’il y a nécessairement une unité linguistique sans quoi la communication serait impossible. D’autre part, actuellement, les traits dialectaux ne s’organisent pas selon des limites territoriales (les locuteurs marocains actuels se déplacent beaucoup produisant un mixage des sous-systèmes).

40On est alors ramené à la dialectique du proche et du lointain. Vu de l’intérieur d’une communauté, chaque différence linguistique est interprétable comme marque d’identité. Au niveau du pays tout entier, dans une autre dimension spatiale, les locuteurs sont invités à « voir » des formes proches comme relevant de la même langue.

41L’ « inscription » des pratiques langagières est centrale pour leur institution en langue. Qu’il s’agisse des écrits socialisés qui changent de statut lorsqu’ils sont mis en écriture ou de l’écriture scientifique du dialectologue et du terminologue, l’écrit rend visible et sert d’accélérateur à la reconnaissance de l’arabe dialectal tunisien, en même temps qu’il le fixe et en supprime l’instabilité.

Les traces d’un passé révolu

42Avec le nom propre et l’emprunt, on passe d’un problème macro-linguistique, celui de la langue, à des micro-phénomènes concernant seulement une partie du lexique. Mais il s’agit de bons terrains pour observer les effets des déplacements théoriques sur les collaborations entre historiens et linguistes.

43Certes, les historiens ont toujours fait appel à la philologie comme science auxiliaire lorsqu’ils abordaient les noms des lignages ou les toponymes, pour renforcer leur documentation et pour mieux dater les migrations des populations. Cette source peut se révéler essentielle dans des sociétés à tradition orale, comme les sociétés maghrébines. Mais, au-delà de cette collaboration, le développement de la pragmatique ouvre d’autres perspectives.

Identité et noms propres

  • 12 J. Rancière, 1992, p. 43.

44Longtemps, la philosophie du langage a mis au centre de sa réflexion, la question des propriétés du nom propre qui expliquaient ses possibilités de référence : étiquette vide de sens pour S. Mill (1843) ou catégorie particularisante, puisque désignant des individus pour M. Bréal (1897). En revanche le nom propre semblait n’avoir aucun intérêt pour ceux qui se préoccupent du fonctionnement de la langue. Comme l’écrit Jacques Rancière, « un nom identifie, il ne classifie pas »12. Par ailleurs, les études menées en anthroponymie et en toponymie étaient marginalisées car ces disciplines au statut théorique incertain n’étudient pas le fonctionnement systématique d’unités et se consacrent à une accumulation empirique de remarques sur tel ou tel nom.

  • 13 En France, on peut dater le changement de paradigme du numéro 66 de Langages, paru en 1982, « Le no (...)

45Or, depuis une vingtaine d’années en France13, le développement de la pragmatique et de la linguistique de l’énonciation a conduit à envisager le sens produit en discours par les noms propres, à les étudier comme des actes qui assignent une position sociale à un individu ou à un collectif. On touche ainsi à des éléments fondateurs de la définition symbolique des individus et des communautés. Les noms propres, écrit F. Benramdane, n’assurent pas simplement l’identification d’un lieu unique, ils « organisent l’univers symbolique premier de l’être et de sa vision du monde ».

46Même s’il y a quelque arbitraire à regrouper comme un ensemble homogène la résistance des morisques, la francisation des anthroponymes sous la colonisation française et la lutte contre les toponymes berbères, la valeur pragmatique apparaît comme centrale dans les trois cas. Les trois contributions traitent en fait du remplacement des noms propres ou de leurs modifications (que ces changements soient volontaires ou imposés). Elles ont l’intérêt de rappeler que des identités qui paraissaient stables et mêmes rigides sont en fait l’occasion de re-constructions permanentes.

47L’article de H. Bouzineb concerne les morisques, ces derniers musulmans espagnols, qui avaient déjà abandonné la langue arabe et qui ont dû recourir à la traduction du Coran pour transmettre leur croyance religieuse. Or, leur résistance passe notamment par l’usage des noms propres arabes pour désigner Dieu et les prophètes. Ainsi, la divinité islamique sera toujours Allah et jamais Dios. De plus, la symbolique des écritures redouble l’opération, en lui donnant une visibilité supplémentaire puisque Allah apparaît en caractères arabes même au milieu de textes écrits en caractères latins. La ré-arabisation passe aussi par l’adoption de formes étrangères aux usages espagnols. Les morisques prononçaient l’arabe à l’espagnole et ils éprouvaient des difficultés pour reproduire des traits phonétiques comme l’allongement vocalique et la gémination de certaines consonnes. Pourtant, ils ont évité les formes chrétiennes - Mahoma, Abraham, Jésus, Moisés, Jacobo - et ont employé les formes Muhammad, Ibrâhim, ‘Isâ, Musâ, Ya‘qûb, etc. La ré-arabisation des noms propres permet au scripteur de signifier une appartenance et une fidélité alors même que la langue est perdue.

48O. Yermèche envisage la déformation inverse du système anthroponymique algérien par l’administration coloniale française. L’instauration de l’état civil en 1882, qui était déjà, en soi, un contrôle accru des populations par l’écriture, a donné lieu à une rupture brutale avec les modes de désignation traditionnels.

  • 14 Ce qui n’exclut pas le racisme ordinaire, toujours possible.
  • 15 Les travaux les plus suggestifs sur cette morale de l’état civil ont été conduits par Michel Foucau (...)

49Il arrive en effet - l’étude ne permet pas de savoir si c’est une opération fréquente - que le fonctionnaire occulte le lien de filiation, substituant au système de désignation patrilinéaire au moyen du morphème ben, des noms arbitraires, et parfois même insultants. Il serait peut-être intéressant d’envisager les motifs de ces transformations : une hypothèse pourrait être que les formes retenues par les fonctionnaires de l’état civil14 visaient à éviter les séquences longues comme Ali Ben Omar Ben Mohammed, jugées mal commodes pour les usages pragmatiques attribués au nom propre dans les sociétés juridiques modernes. Les responsabilités et les droits nouveaux de l’individu ont partout entraîné l’institution de l’état civil qui donne à chacun UNE identité, fondée sur le couple prénom/nom de famille15. Ce nom administratif remplace le nom traditionnel dont la fonction première était d’attester d’une filiation et d’une appartenance ethnique, ce qui ne va pas sans causer le sentiment d’un bouleversement social, d’une perte de sens.

  • 16 On peut se référer aussi à l’excellent article de G. Tuaillon (1997) qui porte sur les toponymes : (...)

50O. Yermèche souligne que la déstructuration du lien familial a été aggravée par les variations graphiques des noms : on trouve par exemple huit formes pour les membres d’une même descendance, Othmane, Otsmane, Ostmane, Otmane, Atmane, Latmane, etc. Les fonctionnaires métropolitains entendaient mal des phonèmes qui ne correspondent pas aux sons français et ils ont procédé de façon empirique sans tableaux d’équivalence permettant d’établir des correspondances régulières. Des bévues semblables ont été commises en France lorsqu’il a fallu noter des noms patois qui n’étaient pas compris, et les torsions autour de la translittération des noms sont banales. Il en est résulté de nombreux doublets comme Laforêt, Laforest, Forest, etc. ; ou, avec des alternances portant sur “y”, “i”, comme Levi, Levy16. Les effets des opérations de transcription de systèmes d’identification traditionnels - et donc oraux - ne sont pas seulement propres à la situation coloniale.

  • 17 Les identités sociales sont complexes et fluides et elles peuvent privilégier des aspects divers qu (...)

51La perte d’un signifiant unique matérialisant le lien familial a entraîné des blessures symboliques profondes, surtout dans cette période de l’histoire où les identités sociales semblent revenir à des traits ethniques ou aux liens que l’individu entretient avec de grandes familles communautaires17.

52C’est également du fonctionnement du nom dans son rapport avec les luttes de pouvoir, que traite la contribution sur la région de Tiaret. L’échelle d’observation change : F. Benramdane observe, sur le long terme, les changements des toponymes de peuplements (noms de territoire, noms de lieux de peuplement) de la région du premier royaume musulman du Maghreb central comprenant « Tiaret ou Tiyaret la moderne, Tihart ou Tahart la médiévale, Tingartia ou Tingartensis l’antique ». L’enjeu est à nouveau de penser les effets du changement de nom sur une identité (l’identité berbère) et de montrer que cette déstructuration s’inscrit dans le politique. Une première période, très stable, va de l’Antiquité à la période médiévale. Même quand les noms de tribus berbères disparaissent, des dénominations toponymiques se développent, de moindre ampleur certes que les noms ethniques, « mais d’une ténacité à affronter plusieurs siècles d’histoire ». Une deuxième période voit les progrès de l’arabisation avec des processus d’hybridation et l’apparition de bases ethniques arabes. Au xixe siècle, la France coloniale met en place une nouvelle toponymie dont les contenus sémantiques paraissent « étranges et étrangers » aux populations autochtones. Après l’indépendance, loin de revenir aux noms traditionnels, l’État algérien continue la stratégie d’élimination des noms berbères. Actuellement, on trouve, dans l’espace, différentes matérialités linguistiques qui renvoient à des temps d’énonciation pluriels.

53Tandis que les linguistes sont devenus attentifs au nom propre comme à une sorte d’institution (qui vous situe, qui vous rattache à un groupe...) les historiens s’intéressent de plus en plus à la façon dont des luttes politiques passent (aussi) par des luttes autour des signes et en particulier des désignants. Sur ce terrain, l’interdisciplinarité semble prometteuse.

54Notons que cette volonté d’histoire intervient alors même que le passé se coupe du présent (arabe perdu des morisques, berbère peu à peu recouvert par l’arabe, montée des générations qui n’ont pas connu la situation coloniale). La mémoire paraît mobilisée pour transmettre une identité et produire du sens. On aimerait savoir comment agit cette histoire, quelles émotions elle suscite et dans quelles couches de la société maghrébine.

Emprunts lexicaux et place sociale

55Plus largement que les seuls noms propres, les emprunts sont une manifestation universelle des effets du multilinguisme. Ils en sont pourtant une manifestation paradoxale car quasi invisible : une fois achevé le processus de leur intégration, la plupart viennent en effet se fondre dans la langue d’accueil.

L’emprunt comme phénomène social

56En mettant l’accent sur les déterminations culturelles et politiques de l’emprunt, en cherchant comment ils s’imposent à une langue commune où puisse se reconnaître la nation, on observe le langage à un autre niveau que la linguistique attachée à ses lois de fonctionnement abstraites et générales.

57On l’envisage comme un acte social qu’il faut articuler à des sphères d’activité non langagières et qui impliquent toujours des groupes sociaux précis. Ces relevés permettent de nuancer des idées trop rapides ; l’idée que le turc a fourni un vocabulaire administratif et militaire n’est pas fausse mais on trouve davantage d’emprunts concernant la vie quotidienne aussi bien en Tunisie (T. Baccouche et S. Mejri) qu’au Maroc, où A. El Moudden remarque qu’en face des 20 mots du domaine militaire, on trouve 21 termes concernant l’habitation, 14 pour les légumes et les fruits, 17 pour les vêtements, etc.

58Les études insistent toutes sur l’importance des agents de diffusion qui ont acclimaté ces emprunts. On voit apparaître bien sûr des figures de lettrés comme Ibn Zohr à qui D. Yayouche consacre son étude, et aujourd’hui des professions (banquiers, médecins, techniciens...) qui emploient le vocabulaire scientifique et technique venu d’Europe. On s’aperçoit aussi du rôle important joué par d’autres groupes sociaux, alors même qu’on aurait pu penser que la construction de l’arabe leur échappait. L. Blili montre que les femmes sont des initiatrices non négligeables du vocabulaire du vêtement. À la cour de Tunis, au xixe siècle, la propre veuve de Mustafa Bey rapporte un peignoir après un voyage en France. Les nouvelles générations adoptent l’idée du vêtement qui leur sert de robe du matin pour les travaux ménagers et le mot banwar qui va avec la mode occidentale. T. Baccouche et S. Mejri rappellent le rôle des maçons italiens dans la formation du vocabulaire tunisien de la maçonnerie et de la mécanique. L. Maziane et Z. Iraqui Sinaceur celui des marins espagnols qui ont fourni de nombreux termes maritimes au Maroc.

59On peut s’interroger aussi sur le rôle que jouent, dans la stabilisation ou dans l’élimination des emprunts, l’écriture et les représentations de la langue qu’elle transporte. En arabe, où la valorisation énorme du texte coranique soutient l’image d’une langue sacrée immuable, les changements sont vus comme des altérations catastrophiques ce qui ne va pas sans entraîner des tensions quand d’autres zones de la sphère culturelle sont impliquées. A. El Moudden (Maroc) a notamment revisité les écrits d’al-Fishtâlî, principal secrétaire d’Ahmad al-Mansûr. Cet auteur du xvie siècle, pourtant très soucieux de la pureté de la langue, ne peut s’empêcher d’utiliser la terminologie turque lorsqu’il s’agit de décrire l’organisation militaire ou les institutions politiques inspirées ou copiées sur un modèle ottoman prestigieux.

60Il ne s’agit plus de typologie d’emprunts complètement intégrés à l’arabe mais de fonctionnement en discours dans une deuxième série d’articles. K. Taleb-Ibrahimi s’interroge sur la signification sociale et l’usage discursif des expressions françaises émaillant le parler des jeunes de Bab-El-Oued qui vivent dans l’urgence et le désespoir. L. Messaoudi observe le fonctionnement de certains technolectes dans les usages discursifs des Marocains et les tensions entre registres qui s’y manifestent : à l’oral, les techniciens-agricoles, les moniteurs d’auto-école et leurs clients privilégient l’emprunt d’unités simples du français ordinaire (klaxon). À l’écrit, les dictionnaires, les manuels officiels, rédigés en arabe standard, ont largement recours à des calques dont la syntaxe copie les syntagmes complexes du français technique (avertisseur sonore) tandis que la morphologie s’appuie sur les schèmes de l’arabe classique. Z. Iraqui Sinaceur, spécialiste de l’aménagement linguistique, relève les succès de l’arabisation de la terminologie dans l’enseignement primaire, en sciences humaines, droit et administration... tandis que la langue parlée quotidienne continue à utiliser les créations « métissées » issues du mélange du français et du dialectal. Ces emprunts vont-ils s’imposer - au terme d’un mouvement historique de longue durée - sont-ils seulement un moment dans une évolution ?

61Dans son livre de 1993, intitulé justement Le colinguisme, Renée Balibar avait forgé le terme « colinguisme » pour désigner les formes d’association entre langues internationales. Elle pouvait opposer par ce moyen les emprunts sauvages, la bigarrure des mots liés aux activités quotidiennes, où seule a cours la parole ordinaire et les emprunts résultant d’une intention volontaire, pratiqués par les lettrés qui sont situés au carrefour des langues et qui font circuler des mots-notions chargés d’idées. Seuls participent au colinguisme les emprunts lettrés qui ouvrent des brèches dans la totalité insécable des langues nationales et favorisent l’ouverture des nations sur le patrimoine culturel de l’humanité. On peut discuter ce partage radical entre le monde de la culture lettrée et le monde de l’oralité spontanée (et d’ailleurs le colloque a mis en valeur le cas des intermédiaires qui font le va-et-vient entre les deux cultures, comme les moniteurs des auto-écoles décrits par L. Messaoudi...). Mais on peut retenir le plaidoyer de Renée Balibar en faveur de la communication des langues avec l’espace du dehors. Aujourd’hui, dans toute l’Europe et en Amérique, l’élaboration des langues se fait en réseau par la circulation de la terminologie à base gréco-latine, et elle connaît une accélération formidable, atténuant les contrastes et l’idée que les identités culturelles sont indépassables. Il serait intéressant de voir si les mutations rapides des sciences conduisent les langues du Maghreb à se connecter à ce réseau qui paraît ouvrir sur l’universel où si elles parviennent à imposer des substituts fondés sur l’arabe classique.

Et la structure linguistique... ?

62L’histoire ne s’intéresse guère - sinon à titre auxiliaire - aux emprunts sous leur aspect formel. Au contraire, le premier objet du linguiste reste la description des transformations phonétiques et morphologiques qui permettent à ces emprunts de s’intégrer dans la langue d’accueil. Ce relevé systématique est proposé dans l’article de Z. Iraqui Sinaceur sur les emprunts techniques en arabe marocain : coupure des mots de plus de deux syllabes, transformation des voyelles françaises absentes de l’arabe, alignement sur les marques arabes de genre et de nombre, etc.

63Il arrive aussi que les emprunts passent tels quels dans la langue emprunteuse et en modifient la structure. Voici deux exemples. Le premier, donné par T. Baccouche et S. Mejri concerne la Tunisie, où le turc, éliminé, a laissé derrière lui un suffixe formant des noms de ji, qui est toujours productif (qahwa :ji, « cafetier » est un néologisme récent). Le second est proposé par Z. Iraqui Sinaceur. Au Maroc, les effets de la pratique simultanée du dialectal et du classique - et la volonté d’arabisation des pouvoirs politiques - ont entraîné des transformations du dialectal, en élargissant par exemple l’inventaire des voyelles brèves.

  • 18 W. Labov, 2001.

64La conception de ce qu’est un « système linguistique » en sort précisée : ces systèmes apparaissent constitués de strates morphologiques et phonologiques hétérogènes. L’opposition de la synchronie et de la diachronie est aussi complexifiée : le linguiste intègre en quelque sorte la dimension temporelle dans le système, dont les couches sédimentaires viennent non pas s’étager verticalement mais se juxtaposer à la surface de la langue. Historiens et linguistes auront-ils des méthodes à échanger sur ce terrain ? Sur un plan théorique, on peut le penser : la genèse d’un ensemble complexe de formes et de leurs transformations est évidemment liée au prestige des groupes sociaux, à l’influence de l’école, bref, à des pratiques sociales18. Mais cela suppose que les linguistes disposent du répertoire des pratiques réelles des sujets parlants, c’est-à-dire de bases de données étendues.

65Sans épuiser l’intérêt de l’ensemble des travaux présentés dans ce volume, ce parcours a donc privilégié les thématiques qui se prêtent à des analyses discursives et sociolinguistiques.

66Un travail plus systématique d’analyse de discours pourrait être poursuivi sur la façon dont les locuteurs parlent de leur rapport au plurilinguisme, que ce soit à partir de la catégorie du nom des langues, à partir de leurs réflexions sur les anthroponymes et sur les toponymes ou à partir des emprunts qui permettent de donner toute leur place aux différents acteurs sociaux qui les exploitent mais qui constituent aussi un enjeu majeur de l’autoreprésentation des langues qu’on les considère comme des signes de bâtardise qui troublent la pureté du système originel ou qu’on y voit les traces d’une altérité partie intégrante de son unité.

Bibliographie

Achard P., Gruenais M.-P.., Jaulin D., 1984, Histoire et linguistique, Actes de la table ronde Langage et Société, ENS-Paris, 28, 29, 30 avril 1983, Paris, EHESS.

Aslanov C., 2002, « Quand les langues romanes se confondent. La Romania vue d’ailleurs », Langage et Société, 99, p. 9-52..

Aslanov C. (à paraître), Le français levantin jadis et naguère. À la recherche d’une langue perdue. Mémoire inédit en vue de l’habilitation à diriger des recherches, juillet 2001, Université de Paris VII.

Baccouche T., Mejri S., à paraître, Atlas linguistique de Tunisie, Paris, Maisonneuve & Larose (coll. Lettres du Sud).

Balibar R., 1993, Le colinguisme, Paris, PUF (Que sais-je ?).

Balibarr., 1998, « La communication en langue française », Langage et Société, 83-84, p. 15-37.

Branca-Rosoff S., 1996, « Les imaginaires des langues », in H. Boyer (éd.), Sociolinguistique, Territoire et objets, Lausanne, Delachaux et Niestlé, p. 77-114.

Branca-Rosoff S., Schneider N., 1994, L’Écriture des citoyens, une analyse linguistique de l’écriture des peu lettrés pendant la Révolution française, Paris, Klincksieck.

Foucault M., 1969, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

Grandguillaume G., 1983, Arabisation et politique linguistique au Maghreb, Paris, Maisonneuve & Larose.

Labov W., 2001, « Principles of Linguistic Change. Social factors », Language in Society, 29, Blackwell Publishers.

Molino J., 1982, « Pragmatique : le nom propre dans la langue », Langages, 66, p. 5-20.

Rancière J., 1992, Les mots de l’histoire, Paris, Éditions du Seuil.

Tuaillon G., 1997, « Les calembours en toponymie dans le domaine franco-provençal », Recherches sur le français parlé, 14, p. 43-56.

Notes

1 Voir la contribution de H. Jaïdi.

2 Voir les contributions de H. Miliani et de K. Taleb-Ibrahimi.

3 Voir aussi S. Branca-Rosoff, 1996.

4 Il ne s’agit pas de suggérer que le nom a une efficacité directe et magique mais qu’il est intéressant de faire se croiser une histoire des pratiques langagières, et une histoire des représentations dans laquelle intervient ce moment où un nom vient labelliser les nouveaux usages et proposer une nouvelle identité aux locuteurs.

5 Faut-il identifier ce véhiculaire moderne de l’ouest de la Méditerranée et la lingua franca pratiquée par les croisés au Levant ? J. Dakhlia s’interroge sans s’attarder. N. Lafi n’en parle pas. C. Aslanov (2001) oppose ce qu’il considère comme des pidgins à l’ouest et la lingua franca médiévale du Levant, vraie langue d’usage.

6 Voir par exemple S. Branca-Rosof et N. Schneider, 1994.

7 Pour poursuivre de façon pertinente, il faudrait évidemment réintroduire systématiquement les catégories arabes, par exemple la langue fusha (élevée) et derija (courante) ne coïncident pas tout à fait avec les dénominations françaises.

8 T. Baccouche et S. Mejri le pensent, qui notent que les emprunts à l’anglais passent dans le tunisien par l’intermédiaire du français (on notera cependant qu’en France des termes comme computer sont à présent supplantés par des termes propres au français).

9 Cette distinction scientifique renvoie aussi aux représentations populaires, beaucoup de Maghrébins aimant à rappeler leur filiation bédouine. Sur la geste hilalienne, et le déplacement des Banû Hilal vers l’Égypte et le Maghreb à partir des viie-viiie siècles, voir Peuples méditerranéens, 33, 1985 et G. Grandguillaume, 1983.

10 Selon la terminologie de G. Lüdi (1987), les interactions exolingues concernent les locuteurs de langues différentes ; les interactions endolingues impliquent les locuteurs qui ont le même arrière-plan linguistique.

11 T. Baccouche, S. Mejri, Atlas linguistique de Tunisie, à paraître.

12 J. Rancière, 1992, p. 43.

13 En France, on peut dater le changement de paradigme du numéro 66 de Langages, paru en 1982, « Le nom propre ». L’article de J. Molino (1982) souligne cette nouvelle orientation.

14 Ce qui n’exclut pas le racisme ordinaire, toujours possible.

15 Les travaux les plus suggestifs sur cette morale de l’état civil ont été conduits par Michel Foucault, notamment dans L’archéologie du savoir.

16 On peut se référer aussi à l’excellent article de G. Tuaillon (1997) qui porte sur les toponymes : il n’y a par exemple pas d’écluse et il n’y en a jamais eu au Fort de l’écluse mais seulement un employé du cadastre qui ignorait tout du terme cluze, lequel désigne en franco-provençal un passage plus ou moins large dominé de chaque côté par des rochers abrupts. Et s’il se trouve un lieu dit Araignée en Savoie, c’est que le géomètre n’a pas reconnu une sablonnière ou arénier.

17 Les identités sociales sont complexes et fluides et elles peuvent privilégier des aspects divers qui varient à travers l’histoire. Les individus et les groupes humains peuvent ainsi se constituer autour d’une même appartenance sociale (être prolétaire), d’une loyauté linguistique (parler l’albanais) politique (être socialiste), religieuse (être musulman) d’une adhésion « ethnique » (appartenir au peuple kosovar), etc.

18 W. Labov, 2001.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable