Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation

 | 
Éric Gobe

Chapitre 3. Professionnalités contemporaines

La Grande Hydraulique dans le Haouz de Marrakech : fascination technologique et émergence du pouvoir des ingénieurs

Mohamed El Faïz

Texte intégral

1L’eau a eu dans le passé, et continue à avoir de nos jours, une importance telle que son histoire offre une grille de lecture nous permettant de comprendre les processus qui commandent la naissance et le devenir des sociétés locales. Dans le cas du Haouz de Marrakech, le lien entre la question hydraulique et l’histoire se vérifie beaucoup plus que dans les autres régions du Maroc. A partir, d’une part, de l’ancienneté de l’irrigation et d’autre part, de la coexistence dans un même espace de deux, voire trois générations d’appareillages hydrauliques, on a cherché à suivre l’évolution du projet d’aménagement hydro-agricole. Retracer cette histoire des techniques, dans la longue durée, suppose de s’intéresser au rôle des ingénieurs.

  • 1 Etude de l’aménagement du Haouz central et de la Tessaout-aval, rapport vol. II, Grontmij, Pays-Ba (...)

2De fait, le projet d’aménagement hydro-agricole du Haouz a une histoire qu’il est possible de reconstituer à travers les rapports et les écrits des ingénieurs depuis le début des années 1960. Mais, dans l’ensemble, on estime que le pas décisif en matière d’aménagement n’a été franchi que durant les cinq premières années de la décennie 1980, où la succession des sécheresses devait hâter le processus de mise en place et de construction des « grands appareillages hydrauliques » de la région1.

  • 2 PASCON P., Le Haouz de Marrakech, I, Rabat, 1983, p. 24.
  • 3 La superficie du Grand Haouz qui coïncide avec la zone d’action actuelle de l’ORMVAH, s’étend sur (...)

3Les limites de la région du Haouz de Marrakech ont varié au cours des siècles, selon les documents et les auteurs. Sa surface a oscillé entre 350 000 ha et 900 000 ha rien qu’entre 1961 et 1966. Le sociologue Paul Pascon a retenu pour son objet d’étude un espace plus restrictif, excluant le bassin de la Tessaout et se limitant à la zone comprise entre l’Atlas au sud, les Jbilet au nord, l’oued N’Fis à l’Ouest et la zone d’épandage de l’oued R’Dat à l’Est2. Cette restriction se justifiait, il y a vingt ans, quand le projet de transfert des eaux de l’Est était encore à l’étape des études préliminaires. Mais, aujourd’hui, l’extension des équipements hydrauliques (canal de la Rocade, canal T2) nous oblige à retenir comme définition un Grand Haouz qui couvrirait une partie du bassin de l’Oum er-Rbia et s’étendrait sur la plaine de la Bahira. D’ailleurs, cet élargissement fut consacré tardivement par le décret royal du 21 novembre 1985 qui a étendu la zone d’action de l’Office régional de mise en valeur agricole du Haouz (ORMVAH) aux provinces de Marrakech et d’El Kelâa des Sraghna3. Du point de vue des conditions de la géographie et du climat, le Haouz appartient à un écosystème aride et semi-aride. Ce sont surtout les réserves en eau du Haut-Atlas qui ont permis, au cours des siècles, des politiques d’aménagement hydro-agricole plus ou moins audacieuses, visant à contrebalancer la rigueur du climat et à accroître les disponibilités alimentaires.

Carte : périmètre d’irrigation du Haouz

Carte : périmètre d’irrigation du Haouz

Source : P. PASCON, Le Haouz de Marrakech, t. 1, Rabat, 1983.

DE L’ÉMERGENCE DU POUVOIR DES INGÉNIEURS COLONIAUX AU TRIOMPHE DE L’OPTION TECHNOCRATIQUE

  • 4 EL FAÏZ M., « Pour une histoire de longue durée des aménagements hydro-agricoles dans le Haouz de (...)
  • 5 PASCON P., Le Haouz de Marrakech, II, Rabat, 1983, p. 526.

4Beaucoup d’aménageurs pensent que le transfert des eaux d’une région à une autre a été un projet exclusivement colonial. Un premier travail de recherche nous a montré que ce projet est antérieur et participe de la culture hydraulique du « Grand Haouz ». Les « ingénieurs » de la dynastie almohade au xiie siècle avaient réussi à transporter l’eau le plus loin possible, là où pouvaient le permettre les conditions financières et technologiques de l’époque médiévale et le génie de leur culture4. En revanche, l’idée de transférer les eaux de l’Est (oued Lakhdar) vers le Haouz central et occidental remonte bien à l’époque coloniale. Si l’on en croit Paul Pascon5, cette idée se trouve exprimée pour la première fois dans l’article de M. Martin sur « la question hydraulique dans la région du Haouz », publié dans la Revue de géographie du Maroc, le 4 avril 1927. En réalité, cet ingénieur du corps des Ponts et Chaussées ne parle pas encore explicitement du futur canal de la Rocade, mais il recommande de tirer profit, à la fois, des affluents hydrologiques du bassin de Tensift et du bassin de l’Oum Er-Rabia (Oued Lakhdar et Tessaout). Ce faisant, il oriente les responsables de la politique hydraulique coloniale sur la possibilité de tirer profit des eaux de l’Est, afin d’accélérer la mise en valeur agricole de la région du Haouz.

5Ce projet devait servir de prétexte au géographe Jean Brunhes pour attaquer le « lobby » qui fut à l’origine du triomphe de la Grande Hydraulique au Maghreb au tournant des années 1920. La controverse qui va opposer jean Brunnes et M. Martin dépasse donc le cadre étroit du Haouz. Elle suscite un véritable débat entre sciences humaines et sciences dures.

  • 6 PERENNES J-J., L’eau et les hommes au Maghreb, Ed. Karthala, Paris, 1993, p. 127.

6Jean-Jacques Pérennès situe dans les années 1920 l’option pour les barrages réservoirs et la Grande Hydraulique6. Il a montré à quel point cette question partageait les spécialistes et opposait surtout les ingénieurs des travaux publics, favorables aux grands appareillages, et les géographes, plus sensibles aux implications d’un tel choix sur le milieu naturel et humain. Il revient à Jean Brunhes d’avoir ouvert le débat au-delà des cercles technicistes en le portant sur la place publique. Les travaux de cet érudit ont réussi à retarder, en Algérie, pendant deux décennies la relance de l’action en faveur des grands barrages.

  • 7 BRUNHES J., « Le problème technique et économique des grands barrages-réservoirs en Algérie, in Ce (...)

7La rencontre entre Jean Brunhes et M. Martin a eu lieu en 1928, lors du congrès de l’Eau qui se tint en Algérie au moment de la célébration du centenaire de la colonisation de ce pays. L’ingénieur M. Martin y présente un rapport sur « la technique de construction des grands barrages » dans lequel il considère que pour une mise en valeur intégrale des terres disponibles, il convient d’« empêcher la totalité des eaux de ruissellement d’aller à la mer avant d’avoir servi à l’irrigation »7. Ce programme n’est pas sans rappeler une formule célèbre et plus ancienne prononcée par Bonaparte devant le Nil : « Pas une seule goutte d’eau à la mer ! ». On comprend, que le géographe Jean Brunhes critique ce « rêve de l’ingénieur Martin ». Il reproche, en fait, à tout un corps d’ingénieurs français d’être hanté par la volonté de réaliser une régularisation intégrale des cours d’eau. Jean Brunhes se demande s’il y a intérêt « à tendre les muscles d’un homme jusqu’à la limite extrême de ses forces » :

  • 8 Ibid., p. 13.

« La nature, dit-il, doit être traitée comme une chose vivante. Ne soyons pas excessifs vis-à-vis d’elle. D’abord, parce qu’il faut être vis-à-vis d’elle– sol ou climat – d’une véritable et sage bonté ; et puis aussi, si cette bonté par hasard vous semblait paradoxale, parce que la nature sait, lorsqu’on lui demande trop, se révolter et prendre sa revanche… Observe- là, ici même, en Algérie et en Espagne ; vous lui imposez une camisole de force sous la forme d’un barrage réservoir. “Ah ! vous répond-elle, c’est parfait ; mais je me rendrai maîtresse de votre tyrannie.” Elle envase, ou elle emporte les pauvres maçonneries humaines ! (…) Ne renonçons point à tout projet de barrage réservoir, conclut-il, mais ne mettons pas sans mesure tous nos espoirs en une telle formule périlleuse. »8

  • 9 ARRUS R., L’eau en Algérie, Ed. PUG, Grenoble, 1985, p. 154.
  • 10 T. Steeg est nommé résident général du Maroc en 1926. On l’appela le « gouverneur de l’eau » en Al (...)

8C’est finalement cette « formule périlleuse » qui sera retenue dans les colonies. La thèse de René Arrus a montré que le choix de la Grande Hydraulique s’est effectué non seulement sous la pression des ingénieurs, mais aussi avec l’appui des entreprises métropolitaines des travaux publics et des groupes financiers et bancaires qui les soutiennent. Ce « lobby » trouvait dans les chantiers ouverts des colonies un vaste marché pour la vente du matériel et une zone d’expérimentation pour de nouvelles techniques9. D’autres facteurs ont favorisé l’option pour la Grande Hydraulique au Maroc : l’apparition de surplus céréaliers sur le marché métropolitain et la recherche de cultures plus rentables ; la nomination du résident général Steeg plus favorable aux barrages et dont l’ingénieur Martin fut longtemps le disciple10 ; l’envoi de plusieurs missions en Californie, dont la mission Martin, pour s’inspirer du modèle américain. Tous ces éléments vont jouer en faveur de l’adoption de l’agrumiculture et du maraîchage-primeur comme cultures valorisant le mieux l’eau des barrages projetés. Le « mythe californien » fonctionnant à plein, le transfert des eaux de l’Est paraissait aux ingénieurs et aux milieux professionnels du début des années 1930 comme une entreprise réalisable à moyen-terme.

  • 11 Archives de l’ORMVAH, dossier Agdal.

9Dans un rapport rédigé le 9 décembre 1938, à Marrakech, l’ingénieur des Ponts et Chaussées, Naissant propose une solution à la pénurie d’eau estivale de la ville : il s’agit d’attribuer « un débit prélevé sur l’amenée de l’oued Lakhdar quand elle sera réalisée (8 à 10 ans) »11. On peut relever que l’amenée (ou canalisation) en question n’est pas encore désignée, dans cette note, sous le nom de « canal de la Rocade », et que la mise à eau est prévue au plus tard pour l’année 1948. La Seconde Guerre mondiale est venue contrarier les prévisions de l’ingénieur. Il faut attendre la fin du conflit pour que l’augmentation des ressources hydrauliques devienne à nouveau un objectif prioritaire de la colonisation agricole. C’est alors que se multiplient les pressions pour engager l’action de l’administration sur l’oued Lakhdar. Le transfert des eaux de l’Est est présenté comme pouvant doubler la dotation en eau des terres des colons (de 4 000 à 8 000 m3/ha/an), et tripler le produit brut de l’arboriculture. Dès 1949, avant même la réalisation des études d’avant-projet du barrage, on met en chantier l’ouvrage de transfert, appelé « canal de la Rocade ». Les travaux commencent par la partie avale et permettent le terrassement de quelques 80 km. Mais le détournement des investissements vers la région de Tadla (Beni Mellal), la montée des luttes nationalistes, et la crise économique et financière du début de l’indépendance, sont autant de raisons qui déterminent l’arrêt des travaux et leur report à une date ultérieure.

10Au moment du Protectorat, les discussions furent souvent vives entre ingénieurs du Génie rural, ingénieurs des Travaux publics, administrateurs et colons. La voix des sciences humaines s’est fait entendre en son temps pour montrer les limites d’une option qui fonde tous les espoirs de la population sur la « formule périlleuse » de la Grande Hydraulique. Durant la première décennie de l’indépendance, la controverse fut encore plus animée entre les partisans et les opposants au transfert des eaux.

ASCENSION ET DÉCLIN DES INGÉNIEURS À « SENSIBILITÉ SOCIALE » (1956-1966)

  • 12 EL FAÏZ M. et SEDDIKI A., Essai sur le capitalisme agraire périphérique : cas de l’irrigation au M (...)

11Le Maroc indépendant a hérite du Protectorat (1912-1956) un engagement en faveur des barrages réservoirs, l’orientation du système de production vers les cultures d’exportation (agrumes, maraîchage primeur) et le rôle prédominant des ingénieurs dans les choix technologiques. La question de l’aménagement du Grand Haouz est remise en débat dès 1958 dans le cadre de la commission spécialisée appelée « Groupe de l’Hydraulique » qui participe à la préparation du plan quinquennal 1960-1964. Cette sorte de brain trust regroupe en majorité des ingénieurs, mais aussi quelques intervenants en sciences humaines et sociales. Les réflexions du groupe débouchent sur la riche expérience de l’Office national de l’irrigation (ONI) (1960-1966). Nous en rappelons ici les principales réalisations afin de comprendre les choix et les options retenues pour l’aménagement du Haouz12.

  • 13 L’irrigation gravitaire, la plus ancienne dans le Haouz, consiste à apporter l’eau aux champs en p (...)

12Créé en septembre 1960, l’ONI a en charge d’administrer cinq périmètres hérités du Protectorat, dont le Haouz. S’ouvre alors une intense période d’études, de projets et d’actions. Le programme d’investigation touche différents domaines : les potentialités hydrauliques des régions, les cultures industrielles, les méthodes culturales, les réformes de structures, etc. Ce qui distingue l’ONI d’un bureau d’études ordinaire, c’est sa capacité d’envisager les aménagements hydro-agricoles en liaison avec le changement social dans les campagnes. Les aménageurs de cette époque ne s’occupent pas que de barrages, de tuyauteries et de bornes. Ils cherchent à promouvoir des projets qui économiseraient des devises et qui limiteraient la dépendance économique et financière (choix du gravitaire)13 ; ils veulent engager des actions en faveur des populations rurales les plus défavorisées (petits paysans et paysans sans terre) et des réformes destinées à limiter les effets négatifs de la propriété « latifundiaire ».

13Néanmoins, le groupe de réflexion de l’ONI ne constitue pas une structure homogène. On y trouve des ingénieurs marocains, des coopérants techniques, des administrateurs et des techniciens formés à différentes écoles (Ponts et Chaussées et Génie rural principalement). C’est cette diversité qui explique la vivacité du débat entre les partisans du transfert des eaux de l’Est vers le Haouz central et les adeptes d’un aménagement prioritaire du périmètre de la Tessaout-amont.

  • 14 PASCON P. et DUCROCQ M., « La mise en valeur du périmètre de la Tessaout », in Hommes, Terres et F (...)

14A l’appui de la première thèse, plusieurs études sur les potentialités hydrologiques et pédologiques de la région du Grand Haouz ont révélé l’existence d’une discordance entre l’est et l’ouest de la région. L’Est est caractérisé par des ressources hydrauliques abondantes et des terres médiocres. L’Ouest, en revanche, est doté de terres de meilleure qualité, mais connaissant d’importants déficits hydriques. D’où l’intérêt d’effectuer le transfert vers le Haouz central où les terres peuvent mieux valoriser l’eau d’irrigation. A cet argument « naturel » viennent s’ajouter d’autres considérations : la concentration des meilleures fermes dans la région de Marrakech ; l’envasement du barrage Lalla Takerkoust sur le N’Fis (passant de 52 millions m3 en 1935 à 40 millions de m3 en 1960 ) ; la surexploitation de la nappe phréatique dont la profondeur est passée de 15 m en 1945 à 40 m en 1960 ; le rôle de Marrakech en tant que pôle de développement régional ; enfin, la nécessité de rentabiliser un investissement existant depuis plusieurs années représenté par le canal de la Rocade14.

15Les opposants au projet du transfert avancent, quant à eux, trois principaux arguments : en premier lieu, l’aménagement de l’ensemble du Grand Haouz suppose la réalisation d’études préalables qui peuvent demander beaucoup de temps. Par conséquent, les aménageurs doivent restreindre leur ambition à un projet plus modeste visant l’équipement du périmètre de la Tessaout-amont. En deuxième lieu, l’oued Lakhdar contribue déjà à l’irrigation traditionnelle de quelques 50 000 ha dans la plaine des Sraghna. Sa régularisation nécessite non seulement d’imaginer des mécanismes de compensation pour les ayants droit, mais aussi la réalisation d’un plan d’aménagement à l’échelle du bassin de l’Oum ar-Rbia. Enfin, le transfert de l’eau sur une centaine de kilomètres risquerait de susciter des conflits avec les communautés rurales limitrophes, constituées d’irriguants traditionnels se trouvant la plupart du temps frappés par des pénurie d’eau.

  • 15 Ibid., p. 25.

16Au-delà de l’opposition entre techniciens, le débat recouvre des divergences d’intérêts. Paul Pascon voit, dans les partisans du transfert, les porte-parole des propriétaires fonciers établis dans la banlieue de Marrakech15. Mais rien n’empêche de considérer que les opposants au transfert peuvent aussi être les représentants de la fraction d’ingénieurs la plus ouverte au changement social et la plus favorable aux intérêts des couches les plus pauvres de la paysannerie.

  • 16 Ibid., p. 25.

17Les intérêts locaux des colons en voie d’expropriation ou ceux des grands propriétaires marocains dont les biens ont été séquestrés ne semblent pas avoir joué un rôle important dans le choix des options d’aménagement : « C’est un moment historique en fait, écrit Paul Pascon, où les puissants intérêts fonciers du centre du Haouz se taisent et se terrent, la parole semblant aux seuls techniciens et financiers qui raisonnent sur l’aménagement régional au niveau national16 ».

  • 17 Etude de l’aménagement et de la mise en valeur du Haouz central et de la Tessaout-aval -Plan direc (...)
  • 18 MARIÉ M., « Aménager ou ménager le territoire », in Annales des Ponts et Chaussées, n° 77, 1996.

18Il faut l’arbitrage du roi, en visite à Marrakech en janvier 1962, pour que soit finalement décidé de donner la priorité à l’équipement de la Tessaout-amont et à la poursuite des études relatives au transfert des eaux de l’Est vers le Haouz : « Il était donc dit, ajoute Paul Pascon, que le premier barrage du Maroc indépendant dans la région du Haouz serait au profit de la petite et moyenne paysannerie. La plupart des terres sont de statut collectif et le melk marocain ne comporte que quelques propriétés de plus de 50 ha »17. Le projet de transfert est donc à nouveau reporté, non pour des raisons financières, mais parce que les arguments de l’époque coloniale n’étaient plus valables. La dissolution de l’ONI et son remplacement par des Offices régionaux de mise en valeur agricole (ORMVA) a sinon écarté, du moins marginalisé, la fraction des ingénieurs et des professionnels des sciences humaines et sociales la plus ouverte au « ménagement »18 du territoire agricole qu’à l’aménagement. La voie technocratique est désormais ouverte.

19Pour suivre l’évolution de l’idée d’aménagement hydro-agricole du Haouz, il faut maintenant se tourner vers la masse de documents produits par les bureaux d’études et les consultants étrangers.

L’AFFIRMATION DU POUVOIR DE LA « TECHNOSTRUCTURE » DES BUREAUX D’ÉTUDES ET DES MINISTÈRES CONCERNÉS PAR L’AMÉNAGEMENT HYDRO-AGRICOLE

20Formulée depuis 70 ans, l’idée d’aménager le Grand Haouz reste une question largement controversée jusqu’à la fin de la décennie 1970. Mais le débat entre les « sciences humaines » et les « sciences dures » prend fin quand les grandes orientations en matière d’aménagement hydro-agricole deviennent du ressort exclusif des bureaux d’études, des ministère des Travaux publics et de l’agriculture et des Offices régionaux de mise en valeur agricole (ORMVA). Certes, la veine critique n’est pas totalement épuisée. Mais elle n’est plus que l’expression de milieux universitaires et académiques qui n’ont pas d’influence sur les décisions des nouveaux aménageurs.

  • 19 Etude de l’aménagement et de la mise en valeur du Haouz central, op. cit., p. 40.

21L’analyse du « Plan directeur d’aménagement du Haouz central et de la Tessaoutaval » élaboré par le bureau d’études hollandais Grontmij en 1976 peut permettre de saisir le développement de l’idée d’aménagement du Grand Haouz. Ce document de plusieurs centaines de pages offre un double intérêt : il envisage l’équipement hydro-agricole sur le long terme, sur 20 ans et propose des options d’aménagement qui ont fait l’objet d’une concertation étroite avec des responsables placés à différents échelons de l’administration centrale et régionale de l’agriculture et de l’hydraulique. Sans entrer dans les détails techniques, économiques et financiers du projet, on tentera de dégager la vision d’ensemble d’un aménagement conçu à l’échelle des deux grands bassins hydrographiques : Le Tensift et l’Oum er-Rbia. Si l’origine de l’idée de « compensation » est encore obscure, elle apparaît plus clairement dans le « Plan directeur ». Les aménageurs affirment même que l’année de la mise en eau du canal de la Rocade (ouvrage de transfert et de transport de l’eau) doit coïncider avec l’entrée en fonction du canal T2 pour ne pas léser les irriguants de la plaine des Sraghna. Une autre décision importante est prise en avril 1976 : il s’agit d’alimenter la ville de Marrakech à partir de l’eau du canal (40 millions de m3), alors qu’une solution précédente envisageait la réalisation d’une conduite prise sur un barrage plus proche (Ait Adel)19.

  • 20 Ibid., p. 37.

22Le « Plan directeur » retient donc 57 secteurs hydrauliques et 117 410 ha à irriguer. Sur la plus grande partie de ces espaces à aménager, les responsables optent pour la formule de l’irrigation par aspersion. Ce choix nous paraît aujourd’hui étonnant. Car il intervient dans une région connue historiquement par la performance de son système gravitaire, sans souci d’économiser des devises rares et sans considérer les coûts supplémentaires en énergie qu’occasionne l’édification des installations de pompage. En ce qui concerne le choix du système de régulation des débits des canaux projetés, les rédacteurs du Plan recommandent d’étudier « les possibilités d’application au Maroc du système de régulation dynamique par télétransmission »20.

  • 21 Ibid., p. 28. Les ingénieurs pensaient qu’en utilisant ce système de chasse, ils pouvaient évacuer (...)

23Un examen des aspects techniques montre que les risques d’envasement ont été prévus, mais quelque peu sous-estimés. « Il faut compter, écrit-on, sur une certaine turbidité de l’eau d’irrigation qui peut poser un problème d’envasement au niveau de la tête morte du canal de la Rocade ». Les ingénieurs hydrauliciens pensent résoudre ce problème en optant pour la construction d’un barrage de compensation du type poids à masque avec un système de chasse en période de crue afin d’évacuer les dépôts21.

  • 22 EL FAÏZ M., « Modèle de la Grande Hydraulique dans le Haouz de Marrakech : bilans d’un aménagement (...)

24Le vaste programme d’équipement hydro-agricole du Grand Haouz est aujourd’hui quasiment achevé. Reste à se demander comment et à quel prix ? A-t-on travaillé suffisamment, comme nous y invitait Jean Brunhes depuis près d’un siècle, la fondamentale « liaison entre l’œuvre technique et l’organisation socio-économique » ? Nous avons essayé de répondre à ces questions dans une étude récente22. En partant des projets des aménageurs, nous avons souligné l’importance des contraintes du financement, analysé la signification et la portée des aménagements. Nous avons montré aussi que face à l’incertitude des bilans de la Grande Hydraulique, la situation d’aujourd’hui est conditionnée par la rigueur des ajustements structurels.

  • 23 PERENNES J-J., op. cit., p. 378.

25Les bureaux d’études étrangers ont été sollicités au niveau de la conception générale des aménagements hydro-agricoles. La réalisation des barrages et de l’infrastructure hydraulique constitue un enjeu commercial important et reste, de ce fait, le domaine privilégié de quelques firmes multinationales spécialisées dans le bâtiment et les travaux publics. Citons, à titre d’exemple, Campenon-Bernard, Chaufour-Dumez et Fougerolle qui font partie des entreprises françaises les plus réputées en matière de construction des barrages et qui interviennent depuis longtemps au Maghreb. On découvre, sans surprise, que ces mêmes entreprises françaises ou leurs filiales travaillent dans le Haouz de Marrakech, agissant seules ou en collaboration avec d’autres firmes européennes. Certes, la taille des projets hydro-agricoles et leur complexité justifient le recours à des sociétés compétentes et expérimentées. Mais, comme l’a montré Jean-Jacques Pérennès, la notoriété n’est pas le seul critère de sélection. Le financement joue aussi un rôle de plus en plus déterminant. Souvent, le choix de telle ou telle société tient à sa capacité à apporter un financement par le biais des institutions financières de son pays d’origine23.

  • 24 SOUCHON M-F., La Compagnie nationale d’aménagement de la région du Bas-Rhône Languedoc, Ed. Cujas, (...)
  • 25 Cf. les travaux de Michel Marié, « Pour une anthropologie des grands ouvrages, le canal de Provenc (...)

26En comptant toutes ces interventions, l’achat de matériel, les honoraires versés aux ingénieurs, le coût des importations de savoir-faire, on comprend pourquoi la Grande Hydraulique représente un enjeu commercial des plus importants. La facture du transfert de technologie risque d’être lourde, si le pays n’arrive pas à valoriser son potentiel national de recherche et d’études et à développer ses capacités internes d’engineering hydraulique et de maîtrise des métiers de l’eau. Il est intéressant, à cet égard, de noter la contribution des Sociétés d’aménagement régional (SAR) du Midi de la France. L’expérience marocaine dans le domaine de l’équipement et la mise en valeur hydro-agricole est marquée, dans son ensemble, par le transfert du savoir-faire de ce qu’on a appelé « l’école française de l’eau », et plus précisément de l’action de deux grandes sociétés d’aménagement, la Compagnie nationale d’aménagement de la région du Bas-Rhône Languedoc (CNARBRL)24 et la Société du canal de Provence (SCP)25.

  • 26 LAMBERT D-Cl., Le mimétisme technologique des Tiers-Mondes, Ed. Economica, 1983.

27Le bilan de cette coopération n’a pas encore été fait. Et il faudra un jour l’établir, ne serait ce que pour comprendre la nature des échanges entre les ingénieurs hydrauliciens des deux rives de la Méditerranée et organiser au mieux les circuits du transfert technologique. Mais il reste à savoir si ces sociétés ont œuvré dans le sens du « raccourci technologique » qui est le but présumé de toute action de transfert des techniques, ou bien s’il s’agit plutôt de la volonté d’exporter un modèle « clef en main ». Dans ce cas, la région du Haouz serait une zone de plus dans le vaste territoire du « mimétisme technologique »26.

28Aujourd’hui, le processus des réformes de la Grande Hydraulique, tel que le conçoit la Banque mondiale, paraît engagé. Les Offices marocains ont entamé une phase complexe d’ajustements qui touchent aussi bien leur vision techniciste des problèmes de l’irrigation que leur rôle dans l’agriculture, leurs rapports avec le monde paysan, leur organisation et leur mode de fonctionnement. Sans remettre en cause le bien fondé de ces réformes, il nous semble que là aussi la « greffe des modèles » comporte un gros risque de désenchantement. Car le problème de l’aménagement hydro-agricole du Haouz ne réside pas dans le passage d’une comptabilité publique à une comptabilité privée, ni dans la mise en place des SIG (Systèmes d’information et de gestion) et des instruments de télédétection et de contrôle de l’irrigation. Ce ne sont là que des outils de gestion dont le développement doit être maîtrisé et réalisé en fonction des besoins réels de l’entreprise. L’expérience a d’ailleurs montré que lorsque les conditions méthodologiques et sociologiques de la mise en œuvre de tels outils ne sont pas étudiées, le transfert risque d’échouer, aboutissant, dans le meilleur des cas, à des systèmes peu opérationnels. En tout cas, quel que soit l’angle où l’on se place pour examiner la réforme du modèle de la Grande Hydraulique dans le Haouz, il n’est pas possible de continuer à ignorer la dimension socio-structurelle dans les changements à venir.

  • 27 MARIÉ M., op. cit., pp. 67-68.

29Après une longue expérience parmi les ingénieurs hydrauliciens de la Société du canal de Provence, ceux-là même qui furent impliqués dans le Haouz et dans d’autres régions du Tiers Monde, Michel Marié nous donne sa conviction « qu’un dispositif technique n’a de chance d’être rentable et de bien fonctionner que si, paradoxalement, il a su affronter des sociétés locales assez fortes pour lui résister et donc composer avec de l’épaisseur sociale ». L’aménagement ne réussit, en définitive, que lorsqu’il s’accompagne d’une certaine dose de « ménagement du territoire », lequel se définit comme étant « la capacité des institutions de l’aménagement à autoréguler, c’est-à-dire à réévaluer en permanence les termes de leur action en fonction des forces en présence »27. Dans le cas du Haouz, la société locale fut pratiquement absente au moment des grandes décisions d’aménagement. La place fut longtemps occupée par les techniciens qui intervenaient à tous les échelons de l’administration hydro-agricole, laissant peu d’initiative aux paysans. L’énorme potentiel d’engineering, de savoir-faire et de « savoir-gérer » que recèle l’hydraulique dite traditionnelle fut partiellement détruit et considéré comme condamné.

30Rien n’exprime mieux la volonté d’instaurer une agriculture industrielle, une « agriculture sans paysans », que la disparition des documents des bureaux d’études et des milieux techniques, de toute référence aux besoins réels des fellahs et à leurs aspirations. Le concept de « participation paysanne », cher à la sociologie de Paul Pascon, a longtemps été occulté. Il réapparaît aujourd’hui dans la littérature technique des Offices, après quarante ans d’absence. Les difficultés de recouvrement des charges de l’irrigation ne sont pas étrangères à ce regain d’intérêt pour l’organisation des communautés rurales. Tout le pari de la situation actuelle réside dans la capacité à repenser la machinerie lourde de la Grande Hydraulique et à lubrifier ses mécanismes en y introduisant de fortes doses de « ménagement ». On a vu que la question de l’eau ne se réduit pas à un simple transfert de techniques. Elle constitue, en tout cas, une affaire trop sérieuse pour rester du domaine exclusif des ingénieurs, des techniciens et des bureaux d’étude.

Notes

1 Etude de l’aménagement du Haouz central et de la Tessaout-aval, rapport vol. II, Grontmij, Pays-Bas, 1976.

2 PASCON P., Le Haouz de Marrakech, I, Rabat, 1983, p. 24.

3 La superficie du Grand Haouz qui coïncide avec la zone d’action actuelle de l’ORMVAH, s’étend sur une superficie totale de 7 000 km². Les terres agricoles représentent les deux tiers de cette superficie (soit 470 000 hectares). Le canal Rocade, achevé en 1985, amène l’eau de l’oued Lakhdar (à l’est) et la transporte sur 120 km pour arroser le Haouz central et le périmètre du N’Fis, situé à l’ouest de Marrakech. Le canal T2 (Tadla-Tassaout), moins étendu, a pour fonction d’irriguer le périmètre de la ville d’El Kelaa des Sraghna et compenser ainsi les prélèvements effectués par le canal Rocade sur les ressources hydrauliques de cette région.

4 EL FAÏZ M., « Pour une histoire de longue durée des aménagements hydro-agricoles dans le Haouz de Marrakech », in Grands appareillages hydrauliques et sociétés locales en Méditerranée, Michel Marié et Ahmed Bencheikh (dir.), Ed. Ecole des ponts et chaussées, Paris, 1994 ; « Les aménagements hydro-agricoles dans le Haouz : histoire d’une idée », in Séminaire international « Cultures techniques de l’eau et régulation à l’échelle régionale », 4-5 novembre 1996 (Avignon, France), publié in Cultures, usages et stratégies de l’eau en Méditerranée occidentale, MARIÉ M. et alii (dir.), Ed. L’Harmattan, Paris, 1999.

5 PASCON P., Le Haouz de Marrakech, II, Rabat, 1983, p. 526.

6 PERENNES J-J., L’eau et les hommes au Maghreb, Ed. Karthala, Paris, 1993, p. 127.

7 BRUNHES J., « Le problème technique et économique des grands barrages-réservoirs en Algérie, in Centenaire de l’Algérie, congrès de la Colonisation, Alger, 1930, p. 11.

8 Ibid., p. 13.

9 ARRUS R., L’eau en Algérie, Ed. PUG, Grenoble, 1985, p. 154.

10 T. Steeg est nommé résident général du Maroc en 1926. On l’appela le « gouverneur de l’eau » en Algérie, dans les années vingt. Cf. STEEG T., La paix française en Afrique du Nord, Paris, Ed. Félix Alcan, 1926 et plus particulièrement la conférence intitulée « Une politique africaine de l’eau », pp. 121-137.

11 Archives de l’ORMVAH, dossier Agdal.

12 EL FAÏZ M. et SEDDIKI A., Essai sur le capitalisme agraire périphérique : cas de l’irrigation au Maroc, thèse de 3e cycle, Grenoble, 1979.

13 L’irrigation gravitaire, la plus ancienne dans le Haouz, consiste à apporter l’eau aux champs en profitant de la pente du terrain. Le système de l’aspersion ou de l’irrigation localisée utilise, quant à lui, l’eau mise sous pression.

14 PASCON P. et DUCROCQ M., « La mise en valeur du périmètre de la Tessaout », in Hommes, Terres et Faux, 1973, pp. 24-25.

15 Ibid., p. 25.

16 Ibid., p. 25.

17 Etude de l’aménagement et de la mise en valeur du Haouz central et de la Tessaout-aval -Plan directeur, vol. VII, rapport de synthèse, Grontmij, Pays-Bas, décembre 1976, p. 40.

18 MARIÉ M., « Aménager ou ménager le territoire », in Annales des Ponts et Chaussées, n° 77, 1996.

19 Etude de l’aménagement et de la mise en valeur du Haouz central, op. cit., p. 40.

20 Ibid., p. 37.

21 Ibid., p. 28. Les ingénieurs pensaient qu’en utilisant ce système de chasse, ils pouvaient évacuer, par en bas, les dépôts s’accumulant au fond du barrage.

22 EL FAÏZ M., « Modèle de la Grande Hydraulique dans le Haouz de Marrakech : bilans d’un aménagement frontal », in Séminaire international « Echelles et modèles de gestion de l’eau », Marrakech, 79 octobre, 1998. Publié in « Les usages de l’eau : échelles et modèles en Méditerranée », René ARRUS et alii (dir.), Economies et Sociétés, Hors-série, Presses de l’ISMEA, Paris, 2000.

23 PERENNES J-J., op. cit., p. 378.

24 SOUCHON M-F., La Compagnie nationale d’aménagement de la région du Bas-Rhône Languedoc, Ed. Cujas, Paris, 1968 et LAMOUR P., Le Cadran Solaire, Ed. R. Laffont, Paris, 1980.

25 Cf. les travaux de Michel Marié, « Pour une anthropologie des grands ouvrages, le canal de Provence », in Les Annales de la recherche urbaine, XXI, 1984 ; Territoires hydrauliques : la Société du canal de Provence dix ans après, LATTS, ENPC, Paris, 1993.

26 LAMBERT D-Cl., Le mimétisme technologique des Tiers-Mondes, Ed. Economica, 1983.

27 MARIÉ M., op. cit., pp. 67-68.

Table des illustrations

Titre Carte : périmètre d’irrigation du Haouz
Légende Source : P. PASCON, Le Haouz de Marrakech, t. 1, Rabat, 1983.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/149/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable