Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

VII. L’air du temps

Les technolectes au Maroc

Fonctionnement et tendances d’évolution

Leila Messaoudi

Texte intégral

1Cette réflexion sur les technolectes au Maroc émane d’un ensemble de travaux menés sur le terrain et conduit à une synthèse permettant de dégager le fonctionnement général et les tendances d’évolution. Nous commencerons par rappeler les traits définitoires du technolecte. Nous aborderons ensuite se : modes de réalisation, en illustrant par des échantillons de corpus recueillis au Maroc.

Définition de « technolecte »

  • 1 C. Agège, 1982.
  • 2 L. Messaoudi, 1990 ; Ead., 1995 ; Ead., 2000b.
  • 3 B. Pottier, 1974.
  • 4 E. Benveniste, 1966.

2Par « technolecte », nous entendons l’ensemble des usages lexicaux et discursifs, propres à une sphère de l’activité humaine. Claude Hagège a été l’un des premiers à utiliser ce terme1. Nous avons déjà eu l’occasion de donner quelques détails à ce sujet2. Rappelons que le technolecte n’est pas synonyme de terminologie ou de jargon. Il les contient mais ne peut être réduit au seul niveau lexical. Le technolecte n’est pas comme la terminologie essentiellement paradigmatique. Il renferme les unités complexes, appelées lexies complexes3 ou synapsies4 du type « aigle pêcheur à tête blanche » et qui sont évitées scrupuleusement par les terminologues. Il englobe aussi les usages discursifs, caractéristiques des textes spécialisés. Ainsi, les productions verbales, écrites ou orales, englobant la terminologie savante (mise au point et normalisée), les niveaux discursifs des textes de haute scientificité, le vocabulaire banalisé et la terminologie populaire (élaborée de façon spontanée) viendront se ranger dans la catégorie du technolecte.

  • 5 F Cusin-Berche, 1994, p. 42.

3Cet ensemble langagier ne constitue pas une langue à part, opposée à la langue ordinaire, comme le supposerait l’emploi critiqué de « langue de spécialité ». Fabienne Cusin-Berche soulignait à ce sujet : « il n’existe pas une langue technique opposable à une langue standard, mais des usages discursifs et lexicaux propres à chaque domaine d’activité »5. Il s’agit, en fait, d’un savoir dire verbalisant, par tout procédé linguistique adéquat, un savoir ou un savoir-faire. Le terme de technolecte présente l’avantage d’une grande transparence sémantique. Les éléments qui le composent ne sont pas opaques. Construit à partir de « lecte », qui est une structure rassemblant un faisceau de traits linguistiques différenciés, il vient logiquement prendre place dans le paradigme constitué par dialecte, interlecte, idiolecte, sociolecte, etc. L’élément « techno » réfère à un domaine de spécialité, en priorité technique mais pas forcément. Théoriquement, rien ne nous interdirait de parler du technolecte de la critique littéraire par exemple. Toutefois, il faut reconnaître que jusqu’à présent les différentes études ont plutôt porté sur les domaines techniques ou scientifiques, vu l’intérêt accordé à la langue fonctionnelle dans la perspective du développement régional, national et international. À cet effet, on peut noter que le technolecte peut appartenir à une seule variété linguistique ou à plusieurs.

Les technolectes et les variétés linguistiques

4Nous avons constaté un fonctionnement particulier au Maroc. Les technolectes sont produits par des acteurs divers, avec ou sans l’aide du terminologue. Les technolectes écrits ne sont pas forcément utilisés à l’oral, et vice versa. Les usages des médecins et des pharmaciens sont très différents de ceux des chauffeurs ou des menuisiers. Les technolectes du domaine agricole changent selon le type d’agriculture, mais aussi selon la région. Par exemple, le technolecte agricole de Taza et sa région présente peu de ressemblance avec celui recueilli dans la plaine de la Chaouia. De plus, les émissions de vulgarisation comme celles de la sécurité routière ou de la mise en valeur agricole, ou celles du magazine Santé, en arabe dialectal, contribuent à propager par les médias des termes techniques. Le technolecte du football, sport populaire au Maroc, forgé par les journalistes, en serait aussi une belle illustration.

  • 6 L. Messaoudi, 2000c.

5Les technolectes prolifèrent dans tous les domaines et sont en continuelle évolution. De plus, les variétés linguistiques qui y sont utilisées ne sont pas toujours les mêmes. Par exemple, on peut se demander dans quelles variétés linguistiques sont rédigés les documents ou instructions qui concernent le mode d’emploi d’un médicament ou d’une machine. Et l’on constatera que les variétés dans lesquelles sont diffusés les documents (notices des médicaments, prospectus des machines, etc.) qui accompagnent les produits sont soit monolingues (en français), soit bilingues (français-arabe officiel). Les pratiques orales sont tout autre. Par exemple, les épreuves orales de l’examen du code de la route, pour l’obtention du permis de conduire, se déroulent en arabe dialectal marocain ou en français arabisé, ce qui a donné naissance à un technolecte impressionnant par le taux de mélanges francarabes qu’il contient6. Les producteurs de ce technolecte sont généralement peu alphabétisés, et s’adressent à des apprenants qui sont très souvent analphabètes. Ces derniers semblent assimiler ce technolecte sans difficultés. Mais ce qui est surprenant, c’est que même les lettrés semblent s’en accommoder. Des versions sur cassettes audio ou même transcrites en caractères arabes pour les lettrés (sic  !) circulent dans les auto-écoles et sont parfois en vente dans les kiosques.

6Au Maroc, pays qui se caractérise par une grande variation langagière et de métissages entre les langues en contact, le technolecte semble prendre se ; sources dans :

  • l’arabe standard (désormais AS), arabe officiel ;

  • l’arabe dialectal marocain (désormais ADM), sorte de koinè dialectale en cours d’émergence, en particulier dans les grands centres urbains ;

  • le français standard (désormais FS), français conforme aux normes des dictionnaires usuels français ;

  • le français du Maroc (désormais FM), variété du français, caractérisée par des particularismes régionaux.

7En général, c’est l’ADM qui sert de médium oral dans les technolectes ; surtout ceux utilisés en milieu urbain et dans les activités modernes ou récentes. Pour les technolectes ruraux, relatifs aux métiers traditionnels, les données en amazighe (berbère) sont présentes, en provenance de l’un des trois dialectes (tamazight, tarifit, tachelhit). En fait trois types de technolectes semblent se profiler : l’un, en arabe standard, l’autre en arabe dialectal marocain et le troisième en français du Maroc. Nous présenterons des exemples puisés dans des échantillons extraits de corpus différents.

8Pour la transcription phonétique du corpus, nous avons adopté, par commodité, le système généralement utilisé par les arabisants. Nous avons, en outre, opté pour les signes suivants :

  • δ pour noter l’interdentale sonore ;

  • θ pour noter l’interdentale sourde :

  • ∫ pour noter la prépalatale chuintante sourde,

  • R pour la vélaire fricative sonore,

  • C pour noter la pharyngale fricative sonore (‘ayn),

  • ‘ pour noter la laryngale occlusive (coup de glotte),

  • h pour noter la pharyngale fricative sourde,

  • H pour noter la sourde laryngale fricative sonore,

  • les consonnes tendues (géminées) sont dupliquées,

Le technolecte en arabe standard

9Nous avons constitué des échantillons à partir de documents-sources variés, tels que les dictionnaires bilingues spécialisés (en agriculture) ou les notices pharmaceutiques (d’utilisation des médicaments).

Les documents lexicographiques agricoles

10Les données collectées dans cet échantillon ont été puisées dans deux dictionnaires bilingues français-arabe :

  • dictionnaire d’agriculture français-arabe, Paris, CILF-ACCT, 1985, XIX p + 525 p. + 61 p. Il contient 3 600 entrées environ (chiffre évalué de façon aléatoire) ;

  • dictionnaire français-arabe des termes agricoles de Mustapha Chihabi, Le Caire, impr. Misr, 1957, 694 p + 28 p. Il contient 10 000 entrées (chiffre mentionné dans la préface).

  • 7 L. Messaoudi, 1995 ; Ead., 2000a

11En général, un effort de néologie est fourni dans les deux ouvrages. Toutefois, quelques perturbations ont été repérées dans certains champs notionnels, et elles sont dues à un manque de précision dans la dénomination. Pour référer à un objet, seul le sème générique est retenu7. Ainsi les instruments différents qui ont une fonction commune, celle de couper par exemple, pourraient recevoir une même appellation. Par exemple, minjal désigne l’objet « faucille » qui sert à couper l’herbe et les céréales mais aussi la « serpe » qui sert à couper les branches et la « sape », variante du « faux ». De même miqdab qui désigne l’objet « faux » se trouve employé pour « serpe » et pour « émondoir ». Quant à mihsad, variante de miqdab qui désigne la « faux », sert à la dénomination de la « moissonneuse ».

12S’il est vrai que tous ces outils sont voisins, puisqu’ils appartiennent au même domaine (l’agriculture) et peuvent être regroupés sous le sème générique : « instruments qui servent à couper », il n’en demeure pas moins que la confusion règne, puisqu’on ne distingue plus entre « la faucille », « la serpe », la « sape » et la « faux » lorsqu’on utilise minjal ; de même, on n’opère plus de différence entre « la faux », « la serpe », « l’émondoir » et « la moissonneuse » lorsqu’on utilise le terme miqab. Ainsi, en ce qui concerne ces unités dans le technolecte arabe standard, tout se passe comme si le sème générique était seul pertinent, les sèmes spécifiques étant relégués à l’oubli. Pourtant, il s’agit là d’ouvrages lexicographiques mis au point et élaborés par des linguistes. En fait, sans l’aide de spécialistes du domaine agricole, les lexicographes ne peuvent saisir les différences et les nuances importantes entre différents instruments. Ils ont donc tendance à introduire une confusion chez l’utilisateur du dictionnaire. Pourtant, dans la pratique de leur métier, l’agriculteur et l’ingénieur distinguent bien les instruments les uns des autres et trouvent bien des mots pour les nommer ! Soit ils puisent dans le dialectal, soit ils ont recours à l’emprunt. Examinons un deuxième type d’exemple.

Les notices des médicaments

13Pour ce second échantillon, nous avons changé la nature des documents-sources. Il s’agit des notices qui accompagnent obligatoirement les produits pharmaceutiques, i.e. les médicaments et qui connaissent une large diffusion. Elles contiennent généralement des informations sur la composition chimique, les propriétés, les indications thérapeutiques, les contre-indications, les précautions d’emploi, la posologie (le dosage, les proportions, etc.), le mode d’administration et éventuellement les effets indésirables ou secondaires du médicament.

14Les notices en circulation au Maroc sont, en général, bilingues (français-arabe) et rarement multilingues. Sur les 91 retenues pour l’étude, 87 sont bilingues (français-arabe) et 4 sont multilingues : 2 trilingues (français, anglais, arabe), 1 quadrilingue (français, italien, espagnol, arabe) et 1 quinquilingue (français, anglais, allemand, espagnol, arabe).

15Les notices bilingues peuvent se prêter à des analyses lexicales et discursives. Par exemple, la rubrique consacrée aux propriétés et aux effets thérapeutiques, contient une profusion d’expressions du type : « exerce une action bienfaisante/fluidifiante/sédative/intense... » ou encore « stimule les réactions de... » et « permet des efforts prolongés et exceptionnels... ». En revanche, la présentation du médicament et les indications thérapeutiques sont plus concises au niveau discursif : les maux, les symptômes, les noms des maladies, etc., sont désignés par des termes, le plus souvent les uns à la suite des autres. Nous avons porté une attention particulière à ces dénominations et avons dépouillé systématiquement certaines rubriques. Nous avons constaté quelques perturbations. Le passage via la traduction de la langue-source (le français) à la langue-cible (l’arabe) ne se fait pas toujours de manière satisfaisante. Ainsi :

  • unbuba est employé pour « ampoule » mais aussi pour « tube » ;

  • qinnina désigne « ampoule », « étui » mais aussi « tube » ;

  • qàrura renvoie à « flacon » mais aussi à « ampoule ».

16Les termes « tube », « ampoule », « flacon » se trouvent présentés comme des synonymes, or ils sont loin de l’être. Il s’agit là d’une fausse synonymie. La synonymie absolue ou dénotative (du type « capsule » = « gélule ») ne pose pas de problème d’ambiguïté et les risques de confusion sont minimes à partir du moment où la langue-cible a repéré cette synonymie dans la langue-source. D’ailleurs, « gélule » est rendue en arabe par « kapsula, emprunté à « capsule ».

17En revanche, la fausse synonymie peut provoquer de graves préjudices, par exemple, de considérer comme synonymes des noms de maladie : la diphtérie, l’amygdalite et l’angine, traduites par iltihabu llawzatayn ou encore d’employer qawba’ aussi bien pour l’eczéma que pour l’herpès. Ces maladies sont pourtant distinctes.

18En outre, le recours, en arabe, à une même racine pour les termes appartenant à un même sous-domaine peut être une approche intéressante car de type analogique ; mais, non maîtrisée, elle peut être source d’ambiguïté. Par exemple, le fait d’employer les dérivés mulabbasa, « gélule », « comprimé dragéifié » et labbusa, « suppositoire » provenant de la même racine √lbs « notion d’habiller » ne fait que semer la confusion. Et le locuteur non averti pourra aisément confondre un suppositoire et un comprimé.

19Les schèmes à eux seuls ne suffisent pas toujours à maintenir distincts les termes car leur valeur sémantique n’est pas toujours stable. La traduction du technolecte exige la prise en compte d’un certain nombre de principes parmi lesquels :

  • éviter la fausse synonymie et ne pas se contenter de(s) sème(s) générique(s), veiller à bien distinguer les unités en s’appuyant sur les sèmes spécifiques ;

  • maîtriser pour une langue à schèmes comme l’arabe, l’emploi des schèmes les plus productifs afin de les utiliser de façon adéquate, sinon, ils deviennent source d’erreurs qui peuvent être fatales.

Les technolectes en arabe standard / arabe dialectal marocain

20La situation diglossique historique de la langue arabe, qui se manifeste sous les deux formes : AS et ADM, nous conduit à présenter les exemples dans les deux variantes. Nous avons retenu seulement deux domaines : l’agriculture et le code de la route ; desquels nous présenterons quelques échantillons. Les données de l’agriculture proviennent d’ouvrages lexicographiques spécialisés (cf. supra) pour ce qui concerne la variante AS et d’enregistrements oraux au cours des sorties de terrain dans la région de Settat, pour la variante ADM. Les données du code de la route ont été puisées dans les manuels d’apprentissage de la conduite automobile, disponibles dans les kiosques du Royaume et d’enregistrements dans les agences d’auto-écoles. Il s’agit de :

  • As siyyàqah tarbiyah wa tahdhib, Casablanca, Dar Annajah al Jadida, 1999

  • Al jadid fi ssiyaqah, Casablanca, Dar Ihyá’ al Ulùm, 1999.

Le domaine agricole

L’AS

21MizCaqah, « binette » ; jiHàzu hazmin wa rabt, « botteleuse » ; harràsa, mishaq, « broyeur » ; minqala, nàqila, « brouette » ; Jarràr, « tracteur » ; qa∫∫à∫a, « rateau » ; minjal, « faucille/sape » ; mib∂ar « semoir » ; miha∫∫a, « faucheuse » ; mi∂wad, « mangeoire » ; hassadatun darrasah, « moissonneuse batteuse » ; musawwiya, « niveleuse »

L’ADM

22Bala, « pelle » ; brayyur, « broyeur » ; barweta, « brouette » ; bressa, « presse » ; batruza, « botteleuse » ; traktur, « tracteur » ; rato, » rateau » ; sommar, « semoir » ; fossuz, « faucheuse » ; karraba, « binette » ; mejwàr, « mangeoire » ; makina d hsad u ddras, « moissonneuse batteuse » ; nibluz, « niveleuse » ; minjal, « faucille » ; sapa, « sape ».

23Remarques :

  1. on constate que l’ADM privilégie l’emprunt. Parfois, une perturbation terminologique en AS, est évitée en ADM par l’emprunt ; ex. : minjal pour « sape » et « faucille » en AS ; mais minjal pour « faucille » et sapa pour « sape » en ADM ;

  2. le procédé du calque est largement usité par l’AS ; en particulier dans : les unités complexes ; ex. : nâfixatun râfiCah, « aspirateur chargeur » darrâsatun farrâmah harrâsah, « batteuse, hacheuse, broyeuse » ; râfiCatun bi ∫awkah, « fourche élévatrice » ; mihrât(u) l ka∫f, « charrue déchausseuse » : haffâratun karrâyatun li lxanâdiq, « creuseuse cureuse des fossés » ; qattâ Catu l durrati ssafrâ « hache-maïs » ; mu∫ton bi ‘asnânin marinah, « herse à dents flexibles » ; mihrâtun katîru l maqâtiC, « charrue polysoc » ; mihrât(un) taht, turb-iyy(un) ; « charrue sous-soleuse » ; ‘âlatu ra∫∫i l’asmidati ṣṣâ’ilah, « épandeur d’engrais liquide » ; ‘âlatu l hasâd i wa l dirâsi, « moissonneuse batteuse » ; jihâzun dawarâniyun li l rayyi bi l tanqit(i), « arroseur rotatif ».

Le domaine du code de la route et de la conduite automobile

L’AS

24ruxsatu ssiyàqa, « permis (de) conduire » ; ruxsatu l fahi ttibiy, « attestation de la visite médicale » ; -al waraqah rramàdiya, « la carte grise » ; ∫aHàdatu tta’min, « l’attestation d’assurance » ; ∫aHàdatu Ifahsi ttiqniy, « attestation (de) la visite technique » ; zayt alfaràmil, « huile des freins » ; zay, al muharrik, « huile du moteur » ; ma’jiHàz attabrid, » l’eau du radiateur » ; ma’l battri, « l’eau de batterie » ; Ifaràmil, « les freins » ;màsihatu zzujàj, « l’essuie-glace » ; mutallat al caţab, « triangle de détresse » ;Icajalàt, « roues » ;l’adwà’, « les lumières » ; lmunabbiH ṣṣawti, « l’avertisseur sonore ».

L’ADM

25zit l fràn, « huile des freins » ;zit l mutur, « huile du moteur » ;lma à rradyatur, « l’eau duradiateur » ; lma d Ibattri, « l’eau de batterie » ; Ifranàt, « les freins » ; swiglas, « l’essuie-glace » ; calàmat dibanaj, « signe de dépannage » ; teffaya d l ‘afiya, « extincteur du feu » ; rrwàyed, « roues » ; dwàw, « les lumières » ; sinyal, « signal » (pour clignotant) ; fàr, « phares » (pour feux de route), kud, « codes »(pour feux de croisement) ; dublaj, « doublage » pour dépassement ; klaksun, « klaxon » (pour avertisseur) ; fi rujàt, « feux rouges » (pour feux de position) [Notons que le feu rouge, signal d’arrêt dans la circulation routière, est exprimé par un calque ddu lahmer] ; fiyus, « veilleuses » ; ksiratur, « accélérateur » ; bujiyàt, « bougies » ; umbriyàj, « embrayage » ; kuntak, « contact » ; fitiss, » vitesse » ; brumyàn, « première » ; duzyam, « deuxième », trwazyem, « troisième » ; firaj, « virage » ; dublaj, « doublage » (dépassement) ; bola, « volant » ;bnu, « pneu » ; Ibirmi, « le+ permis » ; la fizit « la visite » ; l kart griz, « la carte grise » ; lasurans, « l’assurance » ; ddariba, « l’impôt » (appelée la vignette en FM) ; lafinit.

26Remarques sur les procédés linguistiques utilisés

  1. Il ressort de ces exemples que l’ADM semble privilégier l’emprunt d’unités simples, caractérisant le français du Maroc (FM). Le FM a plutôt retenu les formes utilisées à l’oral ; par exemple, « klaxon » au lieu « d’avertisseur sonore » ; « phares » pour « feux de route », « codes » pour « feux de croisement ».

  2. En revanche, l’AS a exploité le calque, en s’inspirant des formes du français standard, à l’écrit ; ex. : munabbihun awtiy est calqué sur « avertisseur sonore »,’awà’u ttaqàbul sur « feux de croisement »,’awa’u IwaC sur « feux de position », etc.

  3. L’ADM procède à des dérivations à partir des emprunts et les contextualise. Il est intéressant de noter que l’emprunt contextualisé dans des locutions analytiques, candidates au figement, s’emploie aussi de façon synthétique, sous la forme de verbe.

27Exemples :

  • ndreb lklaksun devient nklaksuni

  • ndreb l fran devient nfrani

  • nwerrek cla devient nksiri

  • nwerrek cla lanbriyaj devient ndibriyyi.

Le technolecte en français du Maroc (FM)

28Il est intéressant de noter que le français « se colore » au contact des langues locales et que des créations originales voient le jour. Des technolectes en français marocain sont en émergence. Nous en présenterons quelques exemples recueillis dans la littérature marocaine d’expression française et des médias (presse, radio, etc.). Nous avons retenu des domaines où les faits d’appropriation sont saillants. Notons que nous avons adopté la graphie usuelle et non la transcription phonétique. Cette graphie varie chez les producteurs (i.e. les auteurs et les journalistes). Nous avons choisi, intuitivement, la forme qui nous a paru la plus usitée.

Domaines des métiers et des fonctions

Les métiers

29Achoubi, adoul, ambulant ; attar, agencier, babouchier, billeteur ; chikha(tes), déllal, gallassa, graisseur ; guerrab, hajjam, heddarates, fematchi, irrigueur ; kahouaji, kessal(a), khammes, kiosqueur ; kiyass, « laveur/laveuse » ; mâallem zlayji, marieuse ; metâallem, neffâr, neggafa, ordurier ; rekass, samssar, samsara, soukier, taxieur ; tebbal, tiyyaba, trabendiste, zellijeur.

Les fonctions administratives

30Amine, agent d’autorité ; chaouch, cadi, caïd ; fquih, cheikh ; khalifa, mohtassib, mokaddem, gouverneur, imam, wali, pacha, supercaid.

Tradition culinaire (mets et ustensiles)

31Amlou, argane, baghrirbagri, bissara, briwate, chebbakia, corne de gazelle, couscous, medfoun, dafina, ftour, ftat, gasaâ, ghanmi, ghriyba, haloua, i, kabab, kefta, khlii, kharqom, meloui, mkharka, pastilla, poulet, beldi, qrachel, rghaif seffa, skhina, smen, tadeffi, tajine, tanjia, tfaya, trid, turban du cadi, zafrane (beldi)

Tenue vestimentaire

32caftan, chéchia, derraâ, dfina, farajia, fouqia, fouta, jellaba, gandoura, haik, hijab, kachabia, litham, mansouria, mendil, niqab, qamis, razza, saroual, selham (burnous), taguia, tamelhaft, tarbouche, tchamir.

Musique (instruments, chants et danse)

33Ahidouss, ahwach, aita, bendir, chaabi, derbouka, deqqa, gharnati, guedra, guembri, melhun, madih/amdah (nabawiyya), mawwal, nay, oud, qanoun, sama’, taârija, taqtuqa

Espaces publics

34Baladia, bains-douches, Caidat, derb, ferraille, ferrane, foundouf hammam, hay, Joutia kasbah, kissaria, ksar/ksour, mdina, mdarsa, mellah, mouqef, souika, ville nouvelle.

Agriculture

35bur, chergui, volailler, merja, sedra, metfiya, noria, oued, séguia, khettara

36Remarques :

  1. les domaines culturels semblent être privilégiés. Le français s’adapte aux réalités locales soit en empruntant les termes de la langue vernaculaire (l’ADM) soit en calquant des appellations « le turban du cadi » et « corne de gazelle » ; soit en innovant « marieuse », « laveuse », « agencier », « taxieur », etc. ;

  2. le domaine de l’agriculture présente un plus grand nombre d’emprunts par le français, que ceux présentés ici. Une étude de terrain (Taza et Settat), en cours avec l’IAV-Hassan II, montre que les appellations des sols, de la culture céréalière, des techniques traditionnelles agricoles sont empruntées telles quelles. Les résultats de cette étude seront disponibles sous la forme d’un glossaire, en cours d’élaboration.

Remarques sur les procédés linguistiques utilisés dans les trois types de technolectes

L’emprunt en ADM

37Les emprunts sont parfaitement intégrés. Phonologiquement, ils s’adaptent au système d’accueil, par exemple la bilabiale occlusive sourde /p/ devient sonore /b/ comme dans bermi, « permis » ; la labiodentale sonore fricative /v/ devient sourde /f/ comme dans fizita ; « visite ». Elle peut aussi – mais plus rarement, changer de point d’articulation et devenir bilabiale sonore /b/ comme dans bola, « volant ». Les voyelles nasales du français sont systématiquement dénasalisées comme dans fran, umbriyaj.

38Morphologiquement, les emprunts prennent les marques dialectales ; comme l’article défini /l/ à l’initiale, Ikùd, « le code », lfiyuz, « la veilleuse » lfàr, « le phare ». Il peut être assimilé lorsqu’il apparaît devant une coronale comme dans 1 + radyatur qui donne rradyattur, « le radiateur », 1 + sinyal qui donne ssinyàl, « le signal » (pour le clignotant). Le terme emprunté est aussi affecté des marques du nombre comme par exemple -àt, marque du pluriel externe, dans frànàt, « freins » et du genre comme -a, marque du féminin, dans fisita.

39Parfois, on constate même un transfert de catégorie de l’emprunt. Par exemple, un mot comme swiglas, « essuie-glace » qui est un composé en français, est considéré comme un tout en ADM et sera rangé parmi les unités simples du technolecte. Il est perçu comme tel et porte les marques grammaticales du pluriel externe -at (swiglassat) et de la détermination par l’article /l/ assimilé à l’initiale, ce qui donne 1+s = sswiglas. Aucun locuteur questionné ne pense à le scinder en deux blocs, à l’exception des lettrés francophones qui rétablissent la forme composée originelle « essuie » et « glaces ».

40À la différence de l’AS, les unités simples empruntées par l’ADM sont assez nombreuses.

Le calque en AS

41Le calque concerne tout aussi bien les unités simples que les unités complexes. Mais les dérivés sont rares et sont le signe d’un processus d’adoption relativement lent comparé à l’appropriation immédiate opérée par l’ADM ou par le FS.

L’emprunt en français

42Les emprunts ne sont pas toujours intégrés et gardent leur coloration locale. Le calque est peu exploité. En revanche, un effort de néologie est fourni ; par exemple : l’agencier, le babouchier, etc.

Conclusion

43Il appert que dans les technolectes, l’interaction entre les variétés linguistiques en contact au Maroc, en particulier entre l’arabe standard, l’arabe dialectal et le français, donne naissance à des faits d’appropriation originaux voire endogènes. Les formes empruntées font « peau neuve » et se fondent dans la langue d’accueil, l’arabe dialectal marocain. Quant à la langue source, i.e. le français standard, elle emprunte nombre de termes, calque des locutions et façonne des néologismes qui portent l’empreinte du terrain dans lequel ils ont été forgés et finit par produire le français marocain. Dans ces interactions, l’arabe standard s’accommode mais de façon plus lente. L’explication semble résider dans le grand taux d’analphabétisme qui prévaut au Maroc et qui ne permet pas un véritable essor de cette variante.

44En attendant, des technolectes sont forgés par des utilisateurs in situ et hic et nunc, en dehors des locuteurs légitimes que sont les législateurs et les « aménageurs-linguistes ». Si, de droit, les codes linguistiques sont parfaitement délimités, de fait, un continuum semble prendre place.

45Dans les technolectes, les locuteurs ne préjugent plus de l’origine linguistique des « unités technolectales ». Lfràn, « le frein » ou Ibertuza, « la botteleuse » sont interprétés par les utilisateurs analphabètes comme étant des mots faisant partie de leur langue locale. Les frontières entre les systèmes en présence finissent par se diluer et les limites s’estomper. Les locuteurs s’approprient les formes linguistiques, les catégorisent et les réinterprètent à leur manière, pour répondre aux besoins concrets de la communication fonctionnelle.

46Il est urgent de prendre en considération ces productions langagières dans l’enseignement professionnel. Ce sont des relais nécessaires qui s’imposent, notamment à l’oral, tant aux formateurs qu’aux apprentis. Du reste, ces processus sont appelés à se propager. L’exemple d’Internet est fort instructif. De nouveaux emprunts apparaissent et l’on entend dans les cybercafés, des énoncés du type : klika Cla la suri, « il a cliqué sur la souris », lordinator t planta, « l’ordinateur s’est planté », ssirfur xaser, « le serveur est en panne », fiʃi tfirula, « le fichier est virussé/virucé », ou encore des verbes du genre :surfit, « j’ai surfé », dekomprissit, « j’ai décompressé »,butit, « j’ai bouté », dimarit, « j’ai démarré », etc. Et ces usages ne sont pas le fait d’analphabètes. Ce sont des lettrés et qui s’accommodent fort bien de ces créations métissées !

  • 8 R. Balibar. 1993.

47Tout semble conforter l’idée que nous nous orientons vers le colinguisme, comme l’a énoncé Renée Balibar8, non seulement à l’échelle nationale mais aussi régionale et même mondiale. Il s’agira de suivre l’évolution d’une modernité déferlante et de s’y accommoder.

48Sans vouloir faire de la prospection linguistique, on peut avancer l’hypothèse que l’avenir de ce colinguisme s’accompagnera de différents métissages linguistiques, grâce aux interactions des langues et aux divers modes d’appropriation développés par les locuteurs. C’est une façon parmi d’autres de résister à l’hégémonie mondiale d’une seule langue : l’anglais.

49Pour le Maroc, les trois variétés AS, ADM et FM concourent sur le terrain à confectionner des technolectes « locaux » pour répondre à des besoins de communication de plus en plus pressants. Il s’agira de gérer au mieux ces contacts en optant pour un bilinguisme fonctionnel de transition (français-arabe) et de gérer la diglossie AS/ADM en veillant à diminuer l’écart entre les deux. Cela ne pourra se faire qu’au prix d’une alphabétisation ciblée (à objectifs), en milieu professionnel, tout en optimisant l’exploitation des produits technolectaux existant sur le terrain.

Bibliographie

Balibar R., 1993, Le colinguisme, Paris, PUF (coll. « Que sais-je ?)

Benveniste E., 1966, Problèmes de linguistique générale, t. 1, Paris, Gallimard.

Benzakour F., Gaadi D., Queffélec A., 2000, Le français du Maroc. Lexique et contacts de langues, Aupelf Uref, Bruxelles, éditions Duculot.

Cusin-Berche F., date ?, « De la langue ordinaire au(x) technolecte(s) », in J. Anis et F. Cusin-Berche (dir.), Difficultés linguistiques des jeunes en formation professionnelle courte. Diagnostic et propositions de remédiation, Actes du Colloque tenu à Paris X-Nanterre, 19-20 et 21 décembre 1994.

Felber H., 1984, Terminology Manual, Paris, UNESCO

Féral C. de, Gandon F.-M. (éd.), 1994, « Le français en Afrique noire. Faits d’appropriation », Langue française, Paris, Larousse.

Fishman J., 1971, Sociolinguistique, Bruxelles-Paris, Labor-Nathan.

Gumperz J.-J., 1989, Sociolinguistique interactionnelle. Une approche interprétative, Paris, L’Harmattan.

Hagège C., 1982, « Voies et destins de l’action humaine sur les langues », in la réforme des langues, Hambourg, Buske, p. 11-67.

Labov W., 1996, Sociolinguistique, Paris, Minuit.

Mejri S., 1997, Le figement lexical. Description linguistique et structuration sémantique, Tunis, Publications de la Faculté de la Manouba.

Mejri S., 1998, Le figement lexical. Rencontres linguistiques méditerranéennes, Tunis Orbis Impression.

Messaoudil., 1986, « L’utilisation de la base de données (Lexar) de l’IERA dans la recherche des emprunts dans la terminologie scientifique arabe », in Dialogue entre la langue arabe et la langue française, Paris, Publications du CILF, p.97-109.

Messaoudi L., 1990, Des technolectes. Approche linguistique. Application à l’arabe standard, Doctorat d’État, Paris V, Lille, Centre de reproduction des thèses.

Messaoudi L., 1995, « Traduction et linguistique. Le cas des technolectes », in Traduction et interprétation des textes, Rabat, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines, p. 5-15.

Messaoudi L., 2000a, « Opacité et transparence dans les technolectes bilingues (français-arabe) », META, XVI, 3, p. 424-436.

Messaoudi L., 2000b, « Technolectes bilingues (français-arabe) et modes de dénomination », in Mélanges offerts à Jacques Levrat, Empreintes, Rabat, A Asas-La source, p. 281-296

Pottier B., 1974, Linguistique générale. Théorie et description, Paris, Hachette.

Notes

1 C. Agège, 1982.

2 L. Messaoudi, 1990 ; Ead., 1995 ; Ead., 2000b.

3 B. Pottier, 1974.

4 E. Benveniste, 1966.

5 F Cusin-Berche, 1994, p. 42.

6 L. Messaoudi, 2000c.

7 L. Messaoudi, 1995 ; Ead., 2000a

8 R. Balibar. 1993.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable