Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

VII. L’air du temps

Un cas exemplaire de métissage linguistique : les pratiques langagières des jeunes Algériens

Khaoula Taleb-Ibrahimi

Texte intégral

  • 1 K. Taleb-Ibrahimi, 1996.

1Nous avions tenté, il y a quelques années, une première investigation des pratiques langagières des jeunes Algériens et nous avions mis en évidence quelques caractéristiques prégnantes dans le langage des jeunes d’un quartier de la capitale algérienne1.

2Ce qui nous avait paru particulièrement marquant, lors de cette première enquête, était la manière dont ces jeunes construisaient leur discours à partir de tout le matériau langagier disponible sur la scène linguistique algérienne, dans toute sa diversité dialectale (arabe et berbère) et dans son bilinguisme arabe-français.

3Le métissage figuré par les divers phénomènes de contact (emprunt calques, alternance de codes, etc.) nous avait semblé être un des traits les plus ; significatifs de ces pratiques. Mais était-ce une stratégie de différenciation-identification propre à tous les groupes de pairs, ou bien la traduction d’un désarroi identitaire ? Ou encore, était-ce l’expression d’une grande liberté et d’une certaine résistance aux normes linguistiques et culturelles dominantes ?

4Nous voudrions maintenant pousser plus loin ces hypothèses en étudiant un corpus plus large regroupant des discours différents de plusieurs catégorie ; de jeunes, représentant un échantillon de jeunes Algérois vivant dans un des quartiers les plus emblématiques de la capitale algérienne, Bab-el-Oued.

5À l’origine, il y a un pays, l’Algérie, riche par sa diversité linguistique et culturelle et dont l’histoire, mouvementée, a façonné le paysage langagier. Ce pays connaît, depuis bientôt quatre décennies, des mutations profondes sur les plans politique, économique, social et culturel.

6Et puis, il y a Alger (Dzayer) : Alger la blanche, Alger l’Africaine veillée par Notre-Dame-d’Afrique, Alger la Berbère des Ouled Mezghenna, libre et rebelle ; Alger l’Arabe, la Turque, la Mauresque de la course, des beaux palais et des fontaines ; Alger l’Européenne des beaux immeubles et des belles avenues aux arcades hausmanniennes ; Alger, ville des contrastes, ville à étages, ville aux strates multiples dont le centre (le cœur dirions-nous) meurtri et blessé crie la douleur et la souffrance.

  • 2 « Bab El Oued chouhada », Bab El Oued des martyrs, ainsi dénommé depuis les événements d’octobre 19 (...)
  • 3 Abdelmadjid Meskoud, chanteur originaire d’un quartier appelé El Hama en contrebas de Belcourt, spé (...)

7Alger de la Casbah farouche, de « Bab-et-Oued « Chouhada2 » et de Belcourt, quartiers de la révolte populaire enserré par les quartiers riches, ceux des hauteurs : Hydra et El Biar, mais surtout étouffant sous les coups de boutoir de la périphérie, de la multitude et de l’exode rural, comme le décrit dans cette belle langue algéroise imagée et nostalgique le chanteur chaabi Abdelmadjid Meskoud3.

8Alger, réceptacle de toutes les misères de cet immense pays maïs aussi de ses inépuisables richesses. Alger, petite Algérie en miniature où toutes les langues et idiomes coexistent, se heurtent, se chevauchent, se traversent s’épousent dans une fusion, un cosmopolitisme toujours stigmatisé par les bien-pensants et les gardiens du dogme, de la pensée et de la langue uniques. Son multilinguisme s’entend, se voit dans une perception quasi physique tant il est présent dans les rues à travers les enseignes, les affiches, dans les cafés, les marchés, dans le silence des maisons, à l’école, la communication vit, circule, là où la parole dit les choses licites et illicites.

  • 4 Bab el-Oued, quartier du nord d’Alger, littéralement « la porte de l’oued » qui a coulé là dans des (...)

9Dans Alger, il y a Bab-el-Oued4, quartier algérois par excellence, le quartier emblème des jeunes, de la révolte, de leurs espoirs, de leur mal-vie Ancien quartier pied-noir comme en témoigne son architecture, il est investi depuis l’indépendance par la population musulmane des quartiers environnants, principalement de la Casbah, immortalisée par le cinéaste algérien Merzak Allouache dans son dernier film Bab-el-Oued City prolongeant ses chroniques bab-el-ouediennes inaugurées par le film culte, Omar Gatlato, paru en 1976.

  • 5 Les houzias, littéralement les brutes, personnages hauten couleur des petits malfrats du port et de (...)

10C’est donc un quartier de personnages haut en couleur, les houzias5 tels Moh Bab-el-Oued, habiles du couteau et amateurs de rouge, au langage et au parler typiques. Mais c’est aussi le quartier de l’islamisme triomphant des années 1990 autour de la mosquée Essounna et d’Ali Benhadj : Bab-el-Oued semble résumer dans son histoire, toutes les contradictions et la diversité de cette ville et de ce pays. Nous avons voulu justement rendre compte, témoigner de cette Algérie multiple, de cet Alger plurilingue, de ce Bab-el-Oued à la fois mythique et familier en écoutant les jeunes parler.

Un « terrain » langagier

  • 6 Voir le mémoire de Magister de Réda Deghbar, « le langage des jeunes d’Alger dans le quartier de Ba (...)
  • 7 Plus précisément à l’entrée du quartier, en face du siège central de la police nationale.

11Qui sont ces jeunes ? Un premier groupe se compose de quatre jeunes travailleurs et chômeurs dont nous avons déjà analysé le discours dans l’article cité ci-dessus, reprenant ici quelques exemples. Ils ont l’habitude de se retrouver dans le local appartenant à l’un d’entre eux (petit magasin), essaient de passer le temps en ces moments de violence et de couvre-feu (nous sommes en 1996). Un second groupe, enregistré par un de nos étudiants lors de la préparation de son diplôme de Magister en 1997, se compose de 48 jeunes6. Pour analyser le parler de ces jeunes, nous avons demandé l’autorisation à cet étudiant d’exploiter l’important corpus qu’il avait recueilli lors de ses investigations. Ce sont donc deux sous-groupes de 24 jeunes scolarisés ; 12 sont issus de classes terminales littéraires et 12 de classes terminales scientifiques (4 filles, 4 garçons et un groupe mixte composé de 2 filles et 2 garçons) fréquentant tous l’un des plus grands lycées d’Alger, le lycée Emir Abdelkader (ex-Bugeaud) situé dans le quartier de Bab-el-Oued7. Le second sous-groupe comprend 18 jeunes poursuivant leur scolarité dans un centre de formation professionnelle public ou privé (8 jeunes gens en informatique et électromécanique et 10 jeunes filles en comptabilité, broderie et cosmétique) et, enfin un ouvrier mécanicien, trois chômeurs et deux chômeuses.

12De quoi parlent-ils ? De leur vie, de la vie en général, et ce dans un langage particulier, reflet des pratiques de jeunes urbains vivant dans cette ville d’Alger bruissant de toutes les langues qui y ont un jour jeté l’ancre, plus particulièrement, dans ce quartier de Bab-el-Oued. Ils sont fiers d’être Algérois - et quels Algérois ! les vrais et authentiques « hna ouleddzayer enta ? essah » (nous sommes les vrais enfants d’Alger) - Dzayer, c’est leur ville, aussi écoutons-les en délimiter les contours :

  • 8 Ce sont tous des quartiers d’Alger, aujourd’hui à l’exception de Boufarik, petite bourgade de la Mi (...)

13« dzayer tebda fi saint Eugène troh notre dame, djuz le bouzareah le byer, scala, tahbt lehna, hydra khatina enta ? legwer, bilkour la, bilkour kanat... et harrach mashi dzayer nroh el harrach nhas rohi fi boufarik » (Alger commence à saint Eugène, tu vas à Notre-Dame, tu passes à Bouzaréah, El Biar, La Scala, tu descends ici (en l’occurrence Bab-el-Oued), Hydra c’est pas à nous c’est aux Roumis, Belcourt non, Belcourt c’était... El Harrach ce n’est Alger, je vais à El Harrach je me sens à Boufarik8).

14Ils ont donc une conscience très claire de leur identité de jeunes urbains habitant un des quartiers emblématiques de la capitale. Dans leur appréhension du monde qui les entoure, leur vie, les relations avec les autres - les adultes et ici, surtout les professeurs, la famille - ; avec l’étranger ; le non-Algérois ; avec les filles, la femme, ils développent une vision assez pessimiste en général, qui pour certains vire d’ailleurs au désespoir, noyé dans la drogue et l’alcool, vision marquée dans le même temps, et paradoxalement, d’un formidable appétit de vivre.

15Mais comment disent-ils cette mal-vie, ce désespoir, ce « dégoutage » (c’est leur mot) et, à la fois, aussi, leurs rêves et leurs espoirs, la vision d’une vie meilleure où chacun aurait sa place ? Avant de tenter de décrire certaines des caractéristiques de leur parler, écoutons-les nous décrire leur vie et donnons la parole, en premier lieu, à l’un des hittistes (littéralement, ceux qui tiennent le mur, de hit, le mur, en arabe et iste, suffixe français) pour dire le malheur de ces jeunes chômeurs qui regardent la vie leur passer sous le nez, adossés aux murs des grandes villes). Ils disent :

16« dayman h vingt-quatre wa ana tafi marhi kima duk ani tafi ma nekdebsh ?alik déjà muqbila djani Sid Ali, qalli ayya nroho qlli ?andi garru... habbit habbit naqtel rohi fhamt kifash habbit naqtel rohi bla ?t ? shrine habba trimista trimista » (je suis h vingt-quatre éteint, vanné, comme maintenant éteint, je te mens pas, tout à l’heure est venu Sid Ali, il m’a dit : viens on s’en va, il m’a dit j’ai un joint... j’ai voulu me tuer, oui me tuer, tu as compris ? j’ai voulu me tuer j’ai avalé vingt cachets trimista ».

17Il s’agit sans doute de Temesta, marque connue de tranquillisants, car nombre de ces jeunes s’adonnent à tout type de drogues : kif, héroïne, cocaïne, colle, alcool mélangé à des sodas ou tranquillisants, un véritable trafic existe autour de ces psychotropes.

18En faisant référence à « là-bas », « l’étranger qui a des vêtements à lui tout seul », dit dans un cri du cœur :

19« kima l’étranger kimahaduk lli ? yshine filkharedj kul wahed kul wahed ?andu hwayedju kima ana hadi qmedja enta ? khuyya ki nebedel nebedel m ? a khuya ih khuya lekbir ? alyya huwa ennehhi huwa tani mashi kheddam... » (comme à l’étranger ceux qui vivent à l’étranger, chacun a ses propres vêtements comme moi cette chemise ; elle sert à mon frère quand je change, je change avec mon frère, oui, mon frère plus grand que moi, lui il enlève...lui aussi il ne travaille pas...).

20Un peu plus tard le même jeune parle de drogue, « le vice », dit-il, pour noyer son désespoir et oublier les blessures de la vie :

21« hakdek ashira vice vice tsema wallet aydirli ki eddoukhane tsema ma yeder li fi ? l tsema kima hatta fi ? I tsematroh lill cashiyyat wa anba ?d talqa intic elcashi fhamt kifash hatta talahq lladrogue talhaq lleshrab ashrab nashrob ana ana nheb alrouge sans pitié al rouge nhebu sans pitié » (comme ça le chanvrevice vice, c’est-à-dire que c’est devenu comme le tabac, c’est-à-dire il ne me fait rien, c’est-à-dire rien, aucun effet, alors tu passes aux cachets et tu trouves les cachets super, tu as compris super et puis tu arrives à la drogue puis arrive la boisson, je bois, j’aime le rouge sans pitié, le rouge sans pitié, je l’aime sans pitié (sans pitié est l’équivalent à « vachement » dans l’argot des jeunes Français).

22Les autres jeunes, ceux qui étudient ou qui suivent un stage, dont la situation est moins dramatique, se caractérisent aussi par cette plainte sur la mal-vie, l’ennui, le manque de perspectives ; même les études ne serviraient à rien en ces temps de chômage. Ils veulent de l’argent tout de suite, et l’un d’entre eux ne se gêne pas pour dire en tançant son interviewer :

23« khallina mmakhaddam asshahriya, premièrement naggullaka ?lash rani naqra ana ana rani hareb a ? la l’armée a ?lash ehna rana natkhebaw ehna a ? la assursi.... ga ?, kima rak tshuf fina nekhedmu twabel khalatha tesfa hat edjdjib eddrahem wa khlas » (laisse tomber le salarié au mois, premièrement je te dis pourquoi j’étudie (littéralement je lis) moi je fuis l’armée (le service national), pourquoi nous tous nous nous cachons ici pour le sursis... Tous, comme tu nous vois, nous avons une table).

24Les jeunes installent une table à tous les coins de rue pour vendre des cigarettes, des cacahuètes, toutes sortes de breloques dont sont friandes les jeunes filles.

25Le présent est synonyme de fustration, d’insécurité, de harcèlement des forces de l’ordre ; leur parler d’avenir devient presque une provocation et la réponse fuse :

26« ykdeb a ?lik liiygullek endir l’avenir fedzayer wa endir drahem wa endir dar ma kanesh naqa ? du toujours hakda nhar idjdjib nhar hatta enmutu... ma kanesh l’avenir fedzayer yakdeb a ?lik kayen l’avenir fedzayer ma kenseh l’avenir etkun ga ?ed fi humtek edji la police iygullek amshi leddar ma kayen walu shetha anta hadi wa lia ma shefthesh anta waqaf quddam darkum iygullek roh ledarek » (on te ment si on te dit qu’à Alger (en Algérie) tu peux construire ton avenir, faire de l’argent, avoir une maison, c’est-à-dire se marier (littéralement faire une maison, avoir une famille) on reste toujours comme ça jusqu’à la mort... il n’y a pas d’avenir en Algérie, on te ment si on te dit qu’il y en a, non pas d’avenir, il n’y en a pas, tu es dans ton quartier et la police arrive et ils te disent : va chez toi, tu as vu toi ça ? Il n’y a rien, tu as vu ou non ? tu es devant chez toi et on te demande d’aller chez toi !).

27Il ne reste plus guère que le football pour se défouler et déverser la fougue d’une jeunesse frustrée de tous les plaisirs. Les jeunes de Bab-el-Oued s’investissent totalement dans la rivalité très ancienne que se livrent les deux grands clubs de la capitale : le Mouloudia Club d’Alger (MCA) et l’Union Sportive Musulmane d’Alger (USMA), ils manifestent bruyamment leur soutien à l’une ou l’autre équipe et utilisent pour décrire ses exploits tous les moyens et les effets de style, comme on en jugera avec cet extrait recueilli dans un stade :

28« karitha tabi ? iyya bimal ? ab Hammadi bibologhine zelzela fibakistene djazette a ? la afghanistene lahqate li saint Eugène cinq vergule deux sur l’échelle de richter washnu hada ya ifitssene » (catastrophe naturelle dans le stade Hammadi à Bologhine, séisme au Pakistan (prononcé “ène”) est passé en Afghanistan puis est arrivé à Bologhine (ène) 5, 2 sur l’échelle de Richter, qu’est que c’est que ça, oh Ifticene).

29Nous avons de multiples exemples sur le football et les anecdotes concernant cette rivalité légendaire, et nous ne résistons pas à en citer une dernière qui montre combien le football et la réussite des joueurs qui se sont illustrés à l’étranger nourrissent les rêves de ces jeunes :

30« tadjer walla hadjer walla dir kima Madjer » (fais du commerce ou exile-toi ou bien fais comme Madjer). L’intérêt de cet exemple réside dans le fait qu’il est construit sur la rime « ère » en arabe.

31Ces jeunes n’hésitent pas à tourner en dérision même les faits les plus dramatiques, en jouant sur le vocable GIA (Groupe islamique armé), qui devient synonyme de quelque chose de fort, sans pitié comme ils disent. Mais écoutons les tourner en dérision l’USMA face à la force du MCA « ashabel muludiya ga ? marhyyine djina habtine la défense, kherdju l ?asker ebdaw ashab elmuludiya yeghennu muludiya GIA el muludiya sharika gadra l’USMA papishe el ?asima ... » (les supporters du mouloudia sont tous finis ; les soldats sont sortis, alors ils se sont mis à chanter mouloudia GIA le mouloudia, grosse compagnie - se dit pour toute autorité omnipotente, l’État et l’Armée en l’occurrence - l’USMA ce sont les nanas de la capitale).

32Le mot est lâché : les filles, les « gonzesses », les « nanas » comment ces jeunes en parlent-ils ?

33« hadi normal tefla tfurni a ? likana naq ?ed m,a lebnette ana endjibelhum edheb walla ma kansh ma teq ?edsh m ? aya hadi ya kho kul wahed ya ? refkifesh ayṣṣeyed lukher dyalu ya kho... ana neṣṣayyed wahda elli ?andha beṣṣah wash ki na ?ṭyahaha belsan ehlu eṭṭih ma kansh etwelli etqulli anta huwa tal ?ab lhum les sentiments hadi hiyya » (ça c’est normal - et normal est un véritable mot-valise -, il reste à étudier dans tous ses contextes d’apparition, et nous tentons de le faire avec cet autre propos : la fille elle fournit, moi je vais avec les filles, je leur ramène de l’or ou bien c’est pas la peine, elle ne reste pas avec moi, voilà c’est comme ça ; il faut savoir chasser (sic) chasser pour soi, hein mon frère... moi je chasse une qui en a, quand je lui tourne des compliments, elle me dit c’est toi que je veux, joue avec les sentiments, c’est comme ça mon frère).

34De manière générale, ces jeunes développent une vision très machiste de l’univers féminin, dans un monde où les deux sexes vivent dans deux univers cloisonnés, les perceptions de chacun répondent à la vision dominante d’une société au fond très conservatrice, mais qui vit des transformations trop rapides pour être assimilées. Tous les anciens modèles se délabrent sans que viennent les remplacer d’autres modèles pouvant combler le vide du désarroi et de l’anomie pour certains. Ils se méfient de l’autre sexe comme ils se méfient de tout ce qui est autre, différent, ils refusent l’émancipation de leurs femmes :

35« ana ma ?andish al hal qalli twalli t ?aned al gawriyyaendjib gawriyya d’origine khir » (moi ça ne me convient pas qu’elle imite l’Européenne, dans ce cas je vais ramener une Européenne d’origine c’est mieux).

36Et, puis que faire de laredjla ? La notion de redjla est difficilement traduisible. C’est un mélange de machisme, de sens de l’honneur et de fierté, nous faisons, ici, référence au célèbre film de Merzak Allouache, Omar Gatlato, hymne à cette fameuse redjla. En voici une définition endogène :

37« les jeunes m ?alabalish ana huma yamshu bessah khuthum bashtamshi lala erredjla hadik arredjla... arredjla bekri kima dahmane arredjla efnat wa dahmane mat » (les jeunes, jene sais pas, eux ils draguent et “marchent” avec les filles mais leurs filles, non non ça c’est arredjla arredjla, c’était hier avec Dahmane (chanteur de chaabi très populaire disparu dans les années 1970) arredjla est partie avec Dahmane).

38Et les filles, dans tout cela, qu’en pensent-elles ? Comment voient-elles leur vie ? Comment vivent-elles leurs relations avec les garçons ? Voici le cri du cœur d’une de ces jeunes filles obligées par la famille de rester à la maison, d’arrêter les études :

39« allah ghaleb rabbi tayahna fhade alayla ahkda walla ektar kayene li rahum ektar menni ih c’est sûr kima eygulu ehna a ?lihum ehlal ehna a ?lihum ehram baqina fel ehram hatta harramna ga ? enta ? rabbi » (Dieu m’a fait tomber dans cette famille mais ça aurait pu être pire ; il y en a, c’est pire que moi, oui c’est sûr, comme ils disent nous sommes licites pour eux, nous sommes illicites pour eux, nous sommes restés dans l’illicite au point d’avoir rendu tout ce qui est à Dieu illicite).

40Une autre à l’inverse se révolte en termes très crus, alors qu’elle discute avec l’une de ses amies :

41« haq rabbi ma da ? lifihumhaq errab alma ?bud ma a ?la bali bihum... nuḍi nahhi elfresh ṭaybi lefṭur aghesli lemwa ?en walla ?andik lehwadj agheslihum walla makensh intic intic thennini menhum walla kayen nehhilhwn dinhum hsabtih ya din allah ana nkun vingt-quatre ans wa men dek ashikha dji etqalaqni nadrub din babaha » (par Dieu je ne m’intéresse pas à eux, réveille-toi, enlève la literie, prépare le repas, lave la vaisselle, ou si tu as du linge, lave-le, sinon intic intic ou je leur enlève leur vie, qu’est ce que tu crois par Dieu, à vingt-quatre ans et la vieille vient m’embêter, je la frappe et je sors).

42Une autre jeune fille, qui suit un stage en broderie, se plaint des garçons qui n’arrêtent pas de les embêter dans la rue :

43« premièrement farghine ashghul wash eydiru elkhedma ma kànsh ?andhum lebnette qudamhum rayhin huma ma ?andhum ma eydiru hahum lebnette eydjawzu bihhum elwaqt ih et papichètes hiyya kima eygulu elha papichètes » (premièrement ils sont sans travail ; que faire il n’y a pas de travail, ils ont les filles qui passent près d’eux, ils n’ont rien à faire, alors ils passent le temps avec, oui, les papichètes comme ils disent les papichètes).

  • 9 Voir, pour cela, le numéro de Plurilinguismes et l’article de Leila Tounsi parudans la revue Langue (...)

44Ces jeunes expriment donc leur révolte, leur désenchantement avec des mots qui leur sont propres. Ainsi ils se démarquent à la fois du monde des adultes, du monde des autres (les frères, la famille pour les filles, les représentants de l’autorité, professeurs, police, pour les garçons...) qui ne les écoutent pas, ne s’intéressent pas à eux. Même si on a beaucoup glosé sur le parler des jeunes Algériens en général et Algérois en particulier9, même si certains voudraient y voir la langue des Algériens, l’algérien comme ils disent, nous pensons, pour ce qui nous concerne, qu’il reste encore beaucoup d’études à réaliser pour cerner ce « langage des jeunes ».

  • 10 Voir pour cela, W. Labov, 1976.

45Nous disons langage car il nous semble que même si des études systématiques de ce parler n’ont pas encore été effectuées, nous sommes bien en train d’assister à la formation d’une manière de parler qui obéit à des règles spécifiques. Il serait intéressant de poursuivre pour cela une démarche à la Labov10 car, au-delà du phénomène de mode, et beaucoup de jeunes vivant dans les quartiers huppés de la capitale, ou dans d’autres contrées du pays, se sont mis à imiter ce langage, les médias (radio et presse écrite) ont largement contribué à la diffusion de cette façon de parler. Le rôle de la chanson « local rock » comme dirait une animatrice célèbre de la chaîne 3 de la radio algérienne est aussi à mentionner. Les mécanismes de création de ce langage spécifique restent dans leur ensemble à découvrir.

46Mais nous croyons pouvoir affirmer que la matrice de ce langage se construit d’une manière évidente sur le métissage, l’emprunt, le calque, le mélange et l’alternance des langues en présence dans la société algérienne.

L’émergence d’un langage spécifique

47Comment se manifeste ce métissage ? Nous en avons de nombreux exemples dans les citations que nous avons données sur la vision du monde développée par les jeunes de Bab-el-Oued.

48Beaucoup de mots français émaillent leur discours, et nous les avons cités dans leur orthographe originale, dans le sens où ils sont utilisés, sans aucun changement dans leurs caractéristiques originales. Introduction d’un seul mot ou d’une partie de phrase ou, encore d’une phrase entière, quand ce n’est pas un paragraphe entier qui est inséré, le procédé est connu et décrit dans tous les travaux qui ont porté sur les pratiques des locuteurs dans des sociétés bilingues ou multilingues, c’est de l’alternance de codes qu’il s’agit. Dans le discours de ces jeunes, l’alternance des codes est omniprésente comme le montre l’échange langagier suivant entre des lycéennes du groupe enregistré par notre étudiant :

49L1 : non wa ?lash racisme wa ?lash spécialement mebelcourt, c’est pas raciste, non je n’ai pas dit ça, généralement les Kabyles c’est les Algériens, wakhlas algérien.

50L2 : wallaghir law ensib enti Canada la la hanouna neddi wlid bladi wlid dzayer.

51L1 : de toute façon, on n’est pas des Arabes, on peut dire on connaît de ; Arabes, on est des musulmans mais on est pas des Arabes, wa la la la, on est des Berbères...

52Nous espérons pouvoir décrire dans le cadre d’une analyse plus poussé les mécanismes qui régissent l’alternance des langues dans le parler des jeune : (le corpus étant très important, son exploitation dépasse les limites d’un simple article). Nonobstant ces préventions concernant l’importance du corpus, nous ne pouvons faire l’économie d’un certain nombre de questionnements sur l’alternance codique qui puisse en éclairer les occurrences. Elles sont ainsi définies par Louise Dabène qui s’interroge sur les différentes acceptions de l’alternance :

53« Si l’on a d’abord, dans un premier mouvement, donné ce nom, dans une perspective d’analyse strictement linguistique, à des phénomènes spontanés interprétés comme des ruptures accidentelles de la chaîne discursive, on a aussi dans un mouvement presque inverse, mis en évidence ce que l’on pourrait appeler une alternance codique “instituée” qui apparaît comme la trace saillante d’une stratégie délibérée, perceptible... ».

54Tentant de repérer les différents éclairages projetés sur ce type de phénomènes, L. Dabène en distingue quatre :

55« Tout d’abord, ce que j’appellerai l’éclairage “environnemental”, qui consiste à mettre en lumière les conditions d’apparition du phénomène étudié. Dans une perspective d’inspiration sociolinguistique, on évalue, par exemple, le rôle joué par le type de relations interpersonnelles, les circonstances de l’interaction ou le thème de l’échange.

56Ensuite, je mentionnerai l’éclairage « fonctionnel », qui s’interroge sur les différents rôles discursifs de l’alternance : rhétorique, stylistique ou pragmatique. Ainsi, par exemple, dégage-t-on, dans l’analyse des parlers « métissés », le rôle qui leur est dévolu dans la définition identitaire du locuteur.

57J’évoquerai ensuite l’éclairage (on excusera le néologisme) « représentationnel », qui vise à analyser la façon dont est perçue l’alternance par les participants à l’interaction, en relation avec les différents statuts des langues et la plus ou moins grande acceptabilité de leur usage alterné.

58On débouche ici sur la mise en évidence des statuts inégaux des langues, et des situations de domination ou de minoration existant entre elles.

  • 11 Voir l’article de L. Dabène, 1998.

59Enfin, l’éclairage « variationniste », qui s’intéresse aux critères contextuels déterminant la variation d’apparition des phénomènes, qu’il utilise comme autant d’indices de détermination des différents types de discours : formels ou informels11 ».

  • 12 Voir l’article de F. Melliani, 1999, p. 73,

60À ce stade de notre propre investigation, il est difficile de tenter de répondre d’une manière précise à ces exigences méthodologiques. Néanmoins, il est permis de se demander si l’utilisation de l’alternance par les jeunes interviewés obéit à un usage spontané, ou bien à une stratégie délibérée de différenciation-identification, par rapport aux autres catégories de la société, autres jeunes appartenant à la classe des « tchi-tchi » ou jeunesse dorée des quartiers huppés de la capitale ou même par rapport aux autres jeunes des quartiers perçus comme ruraux, n’appartenant pas à leur définition du territoire algérois (cf. ci-dessus ce qu’ils en disent) tout cela sans compter leur démarquage générationnel par rapport aux adultes. Car, comme le note Fabienne Melliani : « l’alternance des langues constitue, en effet, les marques saillantes de la spécificité des groupes de pairs »12.

61Au-delà du phénomène de l’alternance des langues dont les mécanismes restent à découvrir en corrélation avec les représentations que s’en font les jeunes eux-mêmes, nous allons focaliser notre attention sur les autres manifestations du métissage et c’est dans le lexique de ces jeunes que nous identifions d’une manière spectaculaire les marques de ce métissage ; au sens où le vocabulaire de ces jeunes se structure en plusieurs strates, liées par un mouvement historique qui puise aux sources des différents argots créés dans cette ville cosmopolite qu’est Alger depuis toujours. La première de ces strates est identifiée comme le noyau sur lequel viennent se greffer les autres, et elle est représentée parce que nous pouvons définir comme « l’algérois ». Nous avons été tentée de l’appeler le « vieil algérois » mais dans la mesure où nous ne savons pas s’il existe un nouvel algérois, nous avons préféré le simple terme « algérois », en tant que parler perçu comme étant celui d’Alger et, plus spécifiquement, celui de la Casbah et Bab-el-Oued.

  • 13 Voir les ouvrages de R. Bencheneb, 1942 ; M. Cohen (1912), et plus particulièrement, l’article de T (...)

62Il recèle un lexique spécifique, particulièrement imagé, puisant dans le terroir ainsi que dans des expressions et vocables transmis de génération en génération (dont l’existence est attestée dans les écrits d’auteurs tels que Rachid Bencheneb ou Marcel Cohen13), mais c’est aussi à travers le compagnonnage avec la chanson chaabi, dont le répertoire est un gisement de données brutes, pour qui veut étudier le parler algérois, que cette strate se définit. Dits et prononcés dans un accent fortement marqué d’emphase que le personnage de Moh Bab-El Oued a définitivement immortalisé, nombre de ces expressions et mots émaillent le discours des jeunes sujets de l’enquête. Citons en quelques-uns recueillis dans les deux corpus :

  • buqellaq, l’angoisse ;
  • twayesh, bêtises ;
  • kuh, littéralement, tousser, ici, pourrait avoir le sens de’aboule le fric’ ;
  • qarnit, poulpe, en argot filou ;
  • maqnin, moineau, en argot « titi » ;
  • ṭeyyah, qui dit des gros mots, injurie, fait preuve d’irrespect ;
  • ya kho ou yal kho, mon frère, peut-être « mon pote » ;
  •  ?afsa, trac, ficelle, tuyau, combine... ;
  • yemrag, découvrir, faire tomber la combine... ;
  • daqetli, je n’en peux plus ;
  • khelwi synonyme d’intic que nous verrons plus loin, super, je vais bien ;
  • klufi ou hadj kluf, « se mêle de tout, de ce qui ne le regarde pas » ;
  • aywekkal, corrompre, « donner à manger » ;
  • gosto, mot d’origine italienne (gusto), se dit pour exprimer son désir, sa joie, ses envies, ses volontés) ;
  • fatsha, d’origine italienne, qualifie un individu au visage très laid.

63Nous aurons constaté que certains de ces vocables sont d’origine étrangère, les deux derniers de la liste proposée sont d’origine italienne ; d’autres comme zbantot (le petit ?) proviennent du turc(autre langue qui a laissé ses empreintes dans le quotidien des Algérois), ce dernier terme signifiant célibataire ; comme gana, aussi, très utilisé à Alger et qui veut direaussi ou de nouveau ; d’autres comme mazozi (le plus jeune, le dernier des enfants) est d’origine berbère. Citons encore, intic ouentik qui signifie « super », « ça va », et qui semblerait provenir d’une déformation phonétique du mot français « antique » avec un glissement sémantique du sens de « vieux » vers « bien ».

  • 14 Voir le numéro spécial de Télérama de mars 1995, « Algérie ; la culture face à la terreur » et plus

64Le chanteur algérois Hamidou relate ainsi l’histoire de ce mot : « ce terme est celui que j’aime, dans la mesure du possible, le plus employé. Entik veut dire : ça va ou ça marche. Ce n’est pas de l’arabe, ni du français, ni du berbère, pourtant c’est totalement algérien. Ce sont les houzias (lesdurs) qui l’utilisaient. Il y avait, en ces temps-là, etturk (les Turcs), et maltia (les Maltais) et sbagnols(lesEspagnols) tous ouleds bled (enfants du pays).Peut-être qu’entik est ce qui nous reste de ce métissage formidable »14.

  • 15 Voir le Magister de notre étudiante Nacira Boudina soutenu en 1999 à l’Université d’Alger et portan (...)

65Tous ces mots d’origine étrangère qui ont investi le parler algérois pourraient constituer la deuxième strate lexicale du parler des jeunes, mais il faut reconnaître que ces mots sont utilisés par l’ensemble des locuteurs algérois. Une de nos étudiantes les a collectés dans les conversations féminines dans la Casbah d’Alger15 et certains d’entre eux nesont pas propres aux Algérois.

  • 16 Voir les Magisters de Sahra Dahmène et Louisa Khettari soutenus respectivement en 1999 et 2000à l’U (...)

66La troisième strate est représentée par le fonds lexical commun à tous les dialectes arabes, et nous ne jugeons pas utile d’en citer d’exemples, tant ils sont nombreux. Par ailleurs, il convient de souligner l’occurrence de beaucoup d’expressions en arabe, fusha, versets du Coran, paroles du Prophète..., très souvent utilisés pour ponctuer un discours, pour conforter un argument. Il s’agit là aussi de mots puisés dans le monde de l’école, l’alternance interarabe (arabe dialectal/arabe fusha) commençant à peine à susciter l’intérêt deschercheurs16alors même qu’elle semble être l’un des moyens cruciaux mis en œuvre par les locuteurs algériens, en général et par les jeunes en particulier.

  • 17 Voir, à cet effet, les travaux de D. François sur l’argot, recueillis et rassemblés par Françoise M (...)

67Nous croyons pouvoir affirmer que la principale caractéristique qui singularise le parler des jeunes que nous étudions et qui, de fait, en constitue la quatrième strate et la plus importante, à nos yeux, est l’existence d’un vocabulaire spécifique. En utilisant plusieurs procédés déjà répertoriés par les spécialistes de l’argot17 tels que le jeu surles signifiants déjà existants, la métaphore, la déformation de signifiants et les déplacements sémantiques, le mélange de marques spécifiques à la langue arabe - représentée ici par la variante dialectale orale - et à la langue française, ils se forgent une langue à eux dont voici quelques exemples :

  • tviyece dont la matrice est le mot français « vice » avec d’autres équivalents entièrement en arabe « t ?amer leqra ?, taqerqdj, tenhel », lesquels, même s’ils ne sont pas utilisés dans leur sens commun, renvoient tous à la mauvaise conduite, au mensonge, à la roublardise et parfois, à la trahison ;

  • harga, harraga, neffa pour exprimer le passage desfrontières clandestinement ;

  • taiwan, zh pour exprimer tout ce qui est mal fait,contrefait, en un mot ce qui n’est pas « d’origine ». Beaucoup de contrefaçons proviennent d’Asie, si bien que, par extension, le mot « taiwan » a pris une signification générique liée à ces marchandises arrivées en contrebande ou à ces voitures volées dont on a maquillé les références. Pour le cas de « zh », ce vocable est lié à un immense trafic de voitures dont on a gonflé le moteur et qui ont été importées illégalement en Algérie via la Suisse et qui sont, depuis, bloquées par les services de ; douanes ; nous restons donc dans le domaine de la malfaçon ;

  • habla, mahboula, autre exemple de glissement sémantique, ces mots dont le sens premier est « folie », « folle », vont exprimer la beauté d’une fille la beauté d’une chose ;

  • bomi, mstationi, mefrini, « stoppé », « borné », « stationné », « freiné » tous ces mots sont déclinés avec les marques de la langue arabe et renvoient ai caractère borné, à la stupidité ;

  • qum taytay ou taille taille, qum elrapide, qum elparabole se disent des gens d’aujourd’hui prêts à suivre toutes les modes et qui ne respectent pas les traditions ;

  • speech, carrément pris dans son signifiant original maïs signifant il m’a passé un savon (ce sens est très courant en français aussi, n’est-ce pas ?) ;

  • bel beaucoup, bel bezzef pour dire « très », « trop », etc.

68Certains mots couvrant des champs sémantiques liés à la vie de ces jeunes, présentent une étonnante similitude avec les préoccupations des jeunes vivant dans les banlieues des grandes villes françaises. Comme le note Fabienne Melliani :

69« [...] ces créations et alternances de langues se produisent autour de thèmes fédérateurs, notamment la police, l’argent, les rapports filles/garçons. Ces recouvrent des domaines plus ou moins liés, traditionnellement à l’argot.

  • 18 Voir article de F. Melliani, 1999.

70D’autres thématiques, présentes dans le discours métissé sont, cependant, spécifiques à cette jeunesse, dans la mesure où elles sont liées aux conditions de vie en banlieue : elles réfèrent, notamment, à l’absence de travail, à la galère, à l’ennui qui s’y installe »18.

71Nous prendrons comme exemple les thèmes de l’argent, des différentes drogues, y compris la boisson (vin et alcool), celui des filles et, enfin celui des « caves » (sic).

72Thème de l’argent :

  • hadjra, brika, un million de centimes ;

  • dix, zarbiya (tapis) pour cent dinars (10 FF) ;

  • tchipa pour le « bakchich »(ce mot a franchi les frontières de l’argot et est entré dans le langage courant) ;

  • pascala pour le fameux billet français ;

  • errulo, littéralement le rouleau pour exprimer qu’on a beaucoup d’argent ;

  • « beaucoup halla, beaucoup ticket » pour la même signification.

73Thème des drogues :

  • ghobra, littéralement la « poudre » ;

  • « savonnette » pour la galette de chanvre ou de kif ;

  • « royale » pour le kif de qualité ;

  • « madame courage » parce qu’elle donne du courage pour supporter la vie de chien qu’on mène ;

  • « jambon ou jambo ou canon » pour décrire le gros joint.

    Puis suivent les différentes appellations des comprimés (tranquillisants et psychotropes divers) : Temesta, Ariane, Valium, 6. 15, etc ;

  • cachiyates, les cachets, ou encore alhbub (littéralement, les boutons pour), les comprimés, ou lekfali les boutons.

    Pour les boissons, ce sont, en gros, les appellations des différents vins ou des différentes bières qui dominent.

74Thème des filles :

  • « papichates » que nous avons déjà rencontré ;
  • « la peau lisse » ;

  • « mignona » ;

  • « ptit suisse » ;

  • « BBR » pour désigner la blonde qui semble fasciner tous les hommes chez nous ! et, enfin « 106 », non il ne s’agit pas de la voiture mais de l’homosexuel !

75Thème des « caves » :

  • el kaviya se dit pour tous ceux qui ne respectent pas le code, n’appartiennent pas au groupe, aux étrangers ; ce terme va avoir d’autres synonymes comme les pronoms « Yahya », « Belqacem » ou « Messaoud » pour parler des non-Algérois venus des autres contrées du pays ; ou encore, elkar ou elkaba en référence à ceux qui viennent en car de l’intérieur du pays portant un cabas !

  • 19 Idem.

76Beaucoup de ces mots que nous avons cités sont, en fait, des emprunts au français que les jeunes vont triturer en les transformant pour se les approprier selon des procédés qui vont greffer au mot (nom ou verbe) des indices et marques propres à l’arabe, marques de genre et/ou de nombre, marques et désinences de conjugaison. Le mélange, en ce cas, témoigne-t-il d’une volonté consciente des jeunes, « d’une façon propre aux jeunes de se servir des langues en présence, cette spécificité d’emploi reflétant une hybridation de ces langues. La prépondérance de ce type d’ « alternances, intégrées dans la chaîne discursive, atteste de l’existence d’un métissage langagier, tendant à fondre en une pratique les langues en présence. Nous entendons par là le fait que, pour les locuteurs, il est des situations au cours desquelles ils font le choix, non pas de parler l’une ou l’autre langue, mais de parler ce qu’ils nomment leur langue, le discours métissé19 ».

  • 20 Voir K. Taleb-Ibrahimi, 1998.

77Mais pouvons-nous dire que pour ces jeunes il s’agit d’une volonté consciente, d’une conscience bien claire du choix ? Il est difficile de l’affirmer d’une manière définitive ; il faudrait pour cela, mener des interviews pour recueillir leurs sentiments, leurs opinions et les représentations qu’ils font de ce qu’ils disent et parlent. Toutefois, nous pouvons déceler des indices de leur sentiment d’avoir leur propre langue, emblème de leur sentiment d’exclusion et de leur révolte, à travers l’utilisation que font de cette langue les jeunes artistes issus du quartier, tels Moh KG2, les groupes de rap ou, encore à travers l’existence d’émissions radio, créées à la faveur de l’ouverture qu’a connu le pays après les événements d’octobre 198820. Par l’utilisation ostentatoire de ce langage, celles-ci ont contribué, à la fois, paradoxalement, à marquer la revendication par ces jeunes de leur langue mais aussi, à en diffuser l’usage parmi les autres catégories de jeunes et même parmi une large partie de la population.

  • 21 Ibid., p. 239.

78Nous avions, dans un autre propos21, dans une tentative d’expliquer l’existence de ce genre de langues, présenté une double hypothèse fondée sur notre connaissance des comportements des locuteurs algériens et sur notre expérience de chercheur en matière d’enseignement des langues et des problèmes que pose la prise en charge didactique du multilinguisme algérien. En l’occurrence, le comportement des jeunes enquêtés répondrait à cette capacité qu’ont les locuteurs algériens en général et les jeunes en particulier, de se moquer des normes dominantes, cette aptitude à utiliser toutes les ressources langagières à leur disposition pour jouer avec les langues, se jouer d’elles, les faire se chevaucher et s’épouser dans une fusion stigmatisée par les règles du bon usage. Mais, dans le même temps, il serait le signe du sentiment d’insécurité linguistique induit par la volonté têtue des décideurs d’ignorer les implications didactiques du multilinguisme et le refus de leur prise en charge, refus dont les conséquences et le coût social et économique très élevé se mesurent au taux effarant de déperdition scolaire, qui jette des jeunes de tous les âges, par milliers, à la rue, les livrant aux affres du chômage, de la mal-vie, de la délinquance et de la violence.

Transcription phonétique

79Considérant les contraintes du clavier de l’ordinateur, nous avons opté pour les symboles suivants :

  • Pour les voyelles : a, e (é et è), I, u (ou) et o ;

  • Pour les consonnes particulières à l’arabe : dj, kh, h, sh, gh.

  • Pour les emphatiques : ṣ, ṭ, ḍ, ẓ

Bibliographie

Bencheneb R., 1942, « L’argot des Arabes d’Alger », La Revue Africaine, 390-391.

Cohen M., 1912, Le parler arabe des juifs d’Alger, Paris, H. Champion.

Dabène L., 1998, « Quelques remarques à propos du colloque sur le thème de l’alternance », LIDIL, 18, Université Stendhal Grenoble 3, p. 12-13.

Labov W., 1976, Le parler ordinaire. La langue dans les ghettos noirs des États-Unis, Paris, Minuit.

Melliani F., 1999, « Le métissage langagier comme lieu d’affirmation identitaire », LIDIL, 19, p. 73.

Taleb-Ibrahimi K., 1996, « Remarques sur le parler des jeunes Algérois de Bab El Oued » Plurilinguismes, 12.

Taleb-Ibrahimi K., 1998, « De la créativité au quotidien. Le comportement langagier des locuteurs algériens », in De la didactique des langues à la didactique du plurilinguisme. Hommage à Louise Dabène. Textes réunis par J Billiez, Université Stendhal Grenoble 3.

Notes

1 K. Taleb-Ibrahimi, 1996.

2 « Bab El Oued chouhada », Bab El Oued des martyrs, ainsi dénommé depuis les événements d’octobre 1988 et le lourd tribut qu’ont payé les jeunes de ce quartier. Il ne faut pas oublier que c’est dans ce quartier, dans la nuit du 5 octobre que les troubles ont commencé.

3 Abdelmadjid Meskoud, chanteur originaire d’un quartier appelé El Hama en contrebas de Belcourt, spécialiste du chaabi, style de chanson spécifique d’Alger et ses environs, célèbre pour sa chanson sur Alger d’antan dont on trouvera une traduction dans le numéro de Plurilinguismes, cf. K. Taleb-Ibrahimi,1996.

4 Bab el-Oued, quartier du nord d’Alger, littéralement « la porte de l’oued » qui a coulé là dans des temps anciens, quartier limité à l’est par la Casbah et à l’ouest par saint Eugène au bord de la mer.

5 Les houzias, littéralement les brutes, personnages hauten couleur des petits malfrats du port et de la vieille Casbah.

6 Voir le mémoire de Magister de Réda Deghbar, « le langage des jeunes d’Alger dans le quartier de Bab-el-Oued », soutenu en 1999 à l’Université d’Alger (en arabe).

7 Plus précisément à l’entrée du quartier, en face du siège central de la police nationale.

8 Ce sont tous des quartiers d’Alger, aujourd’hui à l’exception de Boufarik, petite bourgade de la Mitidja, à une vingtaine de kilomètres au sud d’Alger.

9 Voir, pour cela, le numéro de Plurilinguismes et l’article de Leila Tounsi parudans la revue Langue française (114, 1997), consacré aux mots des jeunes.

10 Voir pour cela, W. Labov, 1976.

11 Voir l’article de L. Dabène, 1998.

12 Voir l’article de F. Melliani, 1999, p. 73,

13 Voir les ouvrages de R. Bencheneb, 1942 ; M. Cohen (1912), et plus particulièrement, l’article de Tewfik Hakem intitulé « Nostralgérie ».

14 Voir le numéro spécial de Télérama de mars 1995, « Algérie ; la culture face à la terreur » et plus.

15 Voir le Magister de notre étudiante Nacira Boudina soutenu en 1999 à l’Université d’Alger et portant sur le parler des vieilles algéroises.

16 Voir les Magisters de Sahra Dahmène et Louisa Khettari soutenus respectivement en 1999 et 2000à l’Université d’Alger et portant sur les stratégies de communications deslocuteurs algériens, la première s’étant intéressée aux médiasaudiovisuels et la seconde aux étudiants.

17 Voir, à cet effet, les travaux de D. François sur l’argot, recueillis et rassemblés par Françoise Mandelbeaum-Reigner, Centre d’argoterie, 1989, Université de Paris 5.

18 Voir article de F. Melliani, 1999.

19 Idem.

20 Voir K. Taleb-Ibrahimi, 1998.

21 Ibid., p. 239.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable