Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

VI. Territoires et frontières de la langue

Atlas linguistique du Maroc

État actuel de la frontière linguistique entre l’arabe et le berbère

Mostafa Benabbou et Peter Behnstedt

Texte intégral

  • 1 Parfois c’est le cas mais ce n’est pas toujours la règle générale.

1Les origines des frontières linguistiques, un peu partout dans le monde ne cessent d’intriguer les chercheurs en général, les linguistes et les historiens en particulier, surtout lorsque la limite des usages linguistiques ne suit aucune frontière politique ancienne ou moderne, et ne correspond à aucune frontière géographique naturelle1. L’histoire de la conquête arabe (qui est en quelque sorte l’histoire de l’arabisation dans certaines régions) démontre que les frontières linguistiques de l’arabe par rapport aux langues « conquises » ont énormément varié à travers les siècles et ce depuis les conquêtes jusqu’à l’arrivée des Banu Hilal, des Banu Sulaym et dès Maεqil aux xiie et xiiie siècles.

  • 2 A. Tawfïq, 1983.

2L’histoire des usages linguistiques au Maroc doit aussi tenir compte du passé linguistique préarabe. Pour cela il faudrait interroger les vestiges préberbères2, ceux des Phéniciens, des Romains, des Byzantins et même ceux des Vandales. Les peuples berbères ont été longtemps soumis à l’influence et à la civilisation de l’Europe, avant de passer sous la domination arabe. Une étude rigoureuse de la toponymie au Maroc révélerait ces anciennes frontières linguistiques du Maroc. L’exemple des mots romains suivants marque clairement, le passage des Romains au Maroc : Lixus, « Larache » ; Volubilis, « Walili » ; Tingis, « Tanger » ; Zilis, « Asila » ; Sala, « Salé », etc.

  • 3 A. Basset, 1952, p. 43.
  • 4 G.S. Colin, 1926, p. 63.

3L’emprunt peut être aussi un indice de frontière linguistique et un moyen permettant de localiser certains usages anciens. André Basset3 souligne que les mots suivants ont une origine grecque ou latine : « Les uns sont berbérisés comme anʒlus, « enfant » du latin angelus, abərnus, le « bernous » (utilisé aussi bien en arabe dialectal marocain qu’en berbère) du latin burrhus, « asnus », « l’ânon » du latin asinus, « âne ». G.S. Colin4 signale l’ancienne frontière du latin à travers des emprunts dans les parlers marocains par exemple : ġorfa, « chambre basse sur laquelle est construite une chambre haute » dérive du grec qui signifie « prisons d’État, bain public », terme utilisé chez les Jbala, les Branes, les Tsoules et les Ghiata. Un autre exemple, tũnya, « teigne, mite » dérive du latin tîněa. Le fleuve de Moulouya qui existe encore aujourd’hui et sur les bords duquel se sont installés les Maʕqil était connu par les Romains sous le nom de Molochat.

  • 5 Cf. carte en annexe 1.
  • 6 M. Rachid, 1986, p. 206-215.
  • 7 Ibid., p. 211.

4La région orientale5 sur laquelle nous avons travaillé faisait partie selon Rachid Mostafa6 de la Tingitane orientale qui contenait la totalité des terres situées à l’est du Zerhoun jusqu’aux confins de la césarienne7. Après la conquête arabe, d’autres influences linguistiques se sont également exercées sur la région.

5Les débuts de la période dite des Temps modernes sont marqués par l’arrivée des chrétiens ibériques et des Turcs au Maghreb. Nous devons aussi tenir compte de l’impact inverse de la défaite des Arabes avec l’arrivée de nouveaux éléments dans la société marocaine : juifs, Andalous, colons espagnols et français. La carte linguistique historique doit tenir compte de tous ces matériaux.

6L’enquête, qui sera présentée, porte sur la frontière linguistique entre l’arabe et le berbère au nord-est du Maroc. Cette frontière sépare un espace de dialectes arabes d’un espace de dialectes berbères. Historiens, géographes e linguistes ont abouti à des conclusions originales et intéressantes dans la mesure où elles démontrent que la limite des langues représente une zone de contact Alors que la région du Rif a attiré l’attention des historiens et des linguistes, le zones de métissage entre l’arabe et le berbère n’ont été que rarement étudiées La linguistique étant relativement une science récente, l’historien semble avoir précédé le linguiste dans la collecte des données sur cet espace. Dans ce sens, le linguiste doit se doter des matériaux déjà recueillis par l’historien et le géographe pour mener à bien sa démarche.

  • 8 L’enquête a été réalisée entre 1999-2000.
  • 9 L. Messouadi, 1995, p. 185.

7La plupart de ces travaux laissent croire que la frontière linguistique bouge peu. L’enquête8 que nous avons menée dans cette région nous a amené à consulter d’abord tout ce qui avait été signalé par nos prédécesseurs puis, à vérifier sur le terrain si ces zones subissaient des changements ou au contraire restaient stables. Il y a lieu de souligner que ce travail a été effectué dans le cadre de l’Atlas linguistique du Maroc. La réalisation et les enquêtes sur le terrain ont été menées par le professeur Peter Behnstedht et nous-même entre 1999 et 2000 Le nord du Maroc a été couvert et la publication d’un atlas régional est prévue pour bientôt. Nous avons mené une double enquête : le travail de collecte consistait à recueillir des données aussi bien sur l’arabe marocain que sur le berbère. Le questionnaire de l’équipe de l’Atlas du monde arabe a été utilisé, e complété9 pour les besoins de l’arabe dialectal. Un autre questionnaire a été conçu pour le berbère.

Histoire et cartes linguistiques

  • 10 Ibn Khaldūn, 1284.
  • 11 Al-Bakri, 1965.
  • 12 Al-Muqadassi Abû Abdellah, Ahsan al-taqāsīm fi marifati al-aqālīm.
  • 13 Jean-Léon l’Africain, 1956. Souligne l’ancienne frontière linguistique du berbère dans la région or (...)
  • 14 A. Mouliéras, 1895.

8L’histoire ancienne, comme science auxiliaire de la linguistique peut nous aider à mieux étayer nos connaissances relatives à l’évolution des frontières linguistiques. Si l’on examine les premières cartes linguistiques du nord du Maroc, on remarque que ce sont d’abord des cartes littéraires réalisées par de ; historiens, des géographes et des voyageurs. Nous citerons à titre d’exemple Ibn Khaldūn10, al-Bakrī11, al-Muqaddasi12, Léon l’Africain13, Mouliéras14. Tous les historiens de passage dans cette région ont accordé un intérêt particulier à l’usage et au métissage du langage utilisé par les habitants. La démarche du linguiste, même différente, ne peut se passer des données qu’ils ont recueillies.

9Une carte linguistique historique du Maroc n’a pas été jusqu’à présent établie. Elle doit nécessairement passer par les stades suivants : tout d’abord, il faudrait déterminer les lieux occupés par les berbérophones à une époque donnée et vérifier ensuite si cet espace a changé. Il faudrait en second lieu déterminer le terrain sur lequel se sont installés les Arabes à partir du viie siècle et faire un constat de leur dispersion sur le territoire marocain.

10Nous signalons à titre d’exemple que la tribu des Wlād Farəs qui était installée à Fès s’est déplacée vers Figuig à la suite des persécutions d’autres tribus. Une partie de cette tribu s’est installée avec les Bni Gīl. Ici nous rencontrons toute une littérature sur l’immigration interne de certaines tribus (par exp. les rapports qui existeraient entre les Houara de la région de Taza et le Houara de la région d’Agadir). Peu d’explications historiques ou linguistique ont été formulées pour expliquer ces divisions. L’absence d’historiens de la langue, de dictionnaires et de glossaires retraçant les changements de la langue à travers les siècles ne permet pas la confirmation de l’évolution des dialectes marocains.

  • 15 A. Dayf, 1982. Cf. annexe p. 40.
  • 16 S. Biarnay, 1917. Carte littéraire.
  • 17 A. Renisio, 1932. Cf. Carte en annexe de l’ouvrage.

11Nous n’étudierons pas en détail les informations fournies par les historiens, mais nous donnerons un exemple de la carte réalisée par Abū Dayf15 qui indique clairement l’espace conquis par les Arabes à l’époque des Almohades et des Mérinides au xiie siècle. Nous rappelons aussi la carte réalisée par al-Idrissi et son importance du point de vue de la toponymie. La carte dessinée au xviie siècle par G. Host, vice-consul du Danemark au Maroc, est assez approximative quant à l’état actuel de la géographie du Maroc. La première carte linguistique du nord du Maroc est, à notre connaissance, celle réalisée par Mouliéras en 1888. Au début du siècle dernier, d’autres cartes seront réalisées par S. Biarnay16, A. Renisio17, suivies par celle de G. S. Colin, la plus connue.

12À la fin du xxe siècle, beaucoup de chercheurs marocains et étrangers ont essayé de dresser une carte linguistique du Maroc. On distingue ici deux méthodologies : la première consiste à dresser une carte linguistique littéraire de l’espace linguistique marocain sans aucune illustration (selon le modèle de l’historien). La seconde accompagne la description avec une carte modèle. Ces cartes reprennent la même description de Colin et de Renisio, donnant ainsi l’impression que les zones de transition entre l’arabe et le berbère ne bougent pas.

  • 18 A. Hilili, 1999, p. 19-20.
  • 19 M. Benabbou, 1992 ; P. Behnstedt et M. Benabbou, Les parlers arabes du nord-est marocain,à paraître
  • 20 A. Boukous, 1995 (carte en annexe, fond de carte réalisé par F. Bennani).
  • 21 M. Laghouat, 1995, p. 9-44.

13Certains travaux ont porté sur une seule localité18, d’autres sont réalisés au niveau régional19. La carte linguistique du Maroc établie par A. Boukous20 et ensuite, celle réalisée par M. Laghouat21, reprennent à peu près le même schéma dessiné par Colin.

14Les cartes signalées auparavant ne donnent pas beaucoup de précisions sur les lieux exacts des frontières, les villages limitrophes ne sont jamais cités. Il y a certains problèmes se rapportant à la topographie, ou à l’accès sur le terrain, qui rendent difficile le repérage de la frontière. Certaines cartes reprennent des noms qui ne correspondent pas à la réalité du terrain. Dans sa monographie sur les dialectes de la région du Rif, A. Renisio ne donne aucune précision sur l’origine exacte des informateurs, et ne donne pas non plus les noms des localités frontalières où il a enquêté. Cela nous a rendu la tâche ardue et n’a pas facilité la comparaison avec les points d’enquêtes.

15Beaucoup de ces cartes, à titre d’illustration, ignorent l’îlot arabophone des Ulād Sattūt, qui se situe en plein Rif. Mouliéras le décrit en 1890 : « le Séttoutien est arabe de langue et de costume. Il parle l’idiome du Prophète avec une pureté remarquable, affectant souvent de se servir d’expressions recherchées ». On retrouve la même erreur dans les travaux qui suivront. En ce qui concerne la tribu des Bnī Drār, nous avons également relevé une fraction des Bnī Znassən considérée comme une aire berbérophone. Actuellement les deux régions sont arabisées. Un autre îlot berbérophone, situé au sud-est d’Oujda, celui des Zkāra, semble avoir perdu du terrain.

Le berbère perd de l’espace au détriment de l’arabe

Situation au nord d’Oujda

16Des fractions des Bnī xaləd se sont arabisées : les Uššānən et les Wlād Lgādi et une partie des Bni mongüs, les Bsārā, les Bnī Mimūn, les Bnī xalūf et Ahəl safrū. A Ahfïr, le tiers de la population seulement parle encore le berbère On ne sait pas s’il s’agit d’autochtones ou d’immigrés récents de la zone rurale. À Berkān, la proportion des berbérophones est minoritaire, environ 10 %. L’arabe a envahi beaucoup de localités berbérophones entre Ahfïr et Berkān, qui se sont arabisées. C’est une configuration classique de la géographie dialectale. Les innovations linguistiques se propagent plus facilement et reprennent l’espace par les voies de communication. La route d’Ahfïr à Berkān qui conduit à Nadōr est une région montagneuse et ne facilite pas les contacts linguistiques. Aussi, tout le long de la route qui mène de Rās əl-Ma vers Nadōr, région difficile d’accès, l’arabisation n’arrive pas à s’implanter. La frontière linguistique peut dépendre entre autres de causes géographiques, même si les villages voisins maintiennent des relations privilégiées. Dans certaines zones, le berbère reste strictement utilisé par les vieux de la tribu. L’enclave arabophone des Ulād Səttūt, signalé par A. Renisio comme berbérophone, peut être à cette époque une localité partiellement arabisée.

Situation au sud et au sud-est d’Oujda

17D’autres enclaves se sont arabisées : les Bni Būzəggu, les Bnī yaʕla et le : Bū Bāxti et la frontière linguistique se déplace. Les Bnī Yāʕlā orientaux qui vivent à la frontière algérienne, à Wād əl-Himər se sont aussi arabisés. Il est possible qu’ils soient arabisés pour favoriser leur établissement à l’usine de plomb de Wād əl-Himər. À Jerada, on nous a indiqué que le tiers de la population parle berbère. Dans cette région, les gens sont venus de diverses régions du Maroc et s’y sont installés. Beaucoup d’entre eux sont venus de Sūs ; cette population parle le Tašəlhit. Il est vrai que la communication entre berbérophones du Sūs et ceux de Jerada passe difficilement. La population arabophone aussi est venue d’un peu partout de Taza de Guercif, etc. Tout ce métissage favorise l’usage de l’arabe. De ce fait, certains Sūsi se son complètement arabisés. Pour expliquer cette émigration massive des Berbères et des arabophones à Jerada, certains anciens ouvriers nous ont informés qu’aux débuts, à l’usine, comme il y avait beaucoup de décès, des courtiers étaient chargés de ramener de la main-d’œuvre de l’ensemble du territoire marocain Une double dynamique semble marquer la nouvelle organisation territoriale de la région :

  • l’accélération de la concentration des activités sur les grands centres Oujda, Berkane, Nador ;

  • la diffusion de plus en plus forte de la population, en dehors des aires rurales

18Ce changement a un effet considérable sur les transformations et les métissages des dialectes.

19Tous les voisins des Bni Yaʕla, les Bu Baxti ou les Bxata Fwaga se sont arabisés ou sont en phase d’arabisation. Dans l’oasis de Gafayt - dont l’étymologie donnée par les habitants žafayət : « Il est venu de passage » -, nos jeunes informateurs de la région, qui sont tous arabophones, confirment que 5 % de la population est berbérophone et que toute la population est arabisée jusqu’à l’âge de 35-40 ans. Un vieux résident nous confirme aussi que seuls les vieux utilisent la langue berbère comme moyen de communication. Par contre, dans la tribu des Rwabʕ, installée à Gafayt, jeunes et vieux confirment que les Baxta Thata utilisent plus le berbère comme moyen de communication au quotidien et maintiennent ainsi l’usage de cette langue. De même, l’élément arabe et l’installation des Šūrfa arabes, des tribus d’origine algérienne, les Hamzawi, et une autre famille bédouine les Bni Gīl semblent favoriser l’avancée de l’arabe.

Région de Taza

20Dans la région de Taza, la situation ne paraît pas changer de la même manière. À Sāka, en plein territoire berbère, la mobilité de la population arabophone dans cette région est importante, parce que c’est le passage obligé de toute contrebande. Il faut préciser que la densité de la population dans la zone berbère orientale est très faible. À cause de la sécheresse, beaucoup de gens ont émigré vers les villes ou vers l’étranger et la zone a un aspect quasi désertique. Par exemple, entre ʕayn Zora et Saka nous n’avons trouvé aucune population entre la plaine de Gəll et Sāka. C’est une zone montagneuse non cultivable. On rencontre seulement dans ces mêmes plaines des ruraux isolés sur un territoire très large. Ceci rend difficile le traçage d’une frontière précise au kilomètre entre l’arabe et le berbère.

21Dans les dialectes arabes de la région de Taza du type žbāla, l’élément berbère est plus significatif. On le rencontre au niveau phonologique, concernant l’affriquation des occlusives. Par exemple : zīṯ, « huile » ; šāfəṯ, « elle a vu ». Notre enquête menée à Bni Lənt montre que de nombreuses formes ont une origine berbère. Par exemple, ʕātsawən, « petite branche » ; gullās, « cruche à eau » ; zlāg, « cordon en doum » ; brūmi, « chaume ». En phonologie, dans certains endroits (Taza et Taounate), nous avons rencontré une prononciation affriquée de /k/ dans ʕandākç, « attention », ʕawrətaç, « s’il te plaît », considérée localement comme un défaut, fkçər, sorte de « cruche ». La phrase relative dans la région se construit selon le modèle berbère : ṛṛfāžžal d šuft, « l’homme que j’ai vu », ləmrā dʕabba, « la femme qu’il a épousée ».

  • 22 M. El Madlaoui, 1998, p. 137-165.
  • 23 A. Boukous, 1995, p. 55

22Les limites, entre l’arabe et le berbère, sont très dynamiques et changent lentement. Contrairement à ce qui se passe en Europe, la ville de Fribourg, qui a été germanisée vers le xve siècle était jusqu’au xvie siècle une ville alémanique. La population a beaucoup de mal à renoncer au statut unilingue. Certains spécialistes22 montrent que l’évolution de l’arabe marocain est en partie fonction de contraintes issues du berbère par exemple la forme /ṯ/ → /t/ en berbère donnerait la forme arabe tabanayt, « métier de constructeur », tanažart, « métier de menuisier », taḥddadt, « métier de ferrailleur ». D’autres23 pensent que les structures linguistiques de l’arabe et du berbère sont bien distinctes et leur contact continu à travers l’emprunt lexical et le calque syntaxique est bien attesté dans les deux sens.

23L’enquête nous a révélé que même si la population des zones de contacts est souvent bilingue et partage une culture commune, l’échange au niveau de certaines frontières n’est pas évident. Dans les dialectes arabes du Rif oriental, Ahfir, Berkane, Saidia, récemment arabisés, nous rencontrons moins de traits berbères, par rapport à l’est du Rif.

Répartition de quelques dénominations dans la région orientale

24Les cartes linguistiques nous renseignent sur les relations mutuelles des mots. Souvent, un mot ancien employé sur une aire assez vaste est rejeté à la périphérie de la zone par un mot nouveau. Les cartes montrent aussi que chaque mot à sa propre frontière et sa propre histoire. La répartition des termes suivants illustre bien que la frontière entre les parlers n’est pas abrupte au contraire, elle démontre qu’il y a plusieurs zones de transition entre eux.

La forme de tête

25La première enquête montre la répartition de la forme de tête en berbère. Le tamazight présente la forme originale de azəllif. Dans le dialecte rifain le /II/ géminé se convertit en (dd) géminé, apico-dental ou apico-alvéolo-palatale. Pour d’autres, elle se transforme en fricatif/ğ/et même/g/. C’est une évolution phonétique qui existe également dans les langues romanes, « tenemos » en italien, « pollo » « poulet » avec une latérale apico-dentale géminée en Castillan Pollo avec une latérale prédorso-prépalatal, en Andalousie « poyo » avec une prédoso-prépalatale sonore avec glissement ou une fricative poğo.

  • 24 Par exemple, la chaise a un nom français « chair » et le tabouret a un nom germanique « stool ». Le (...)

26Certains dialectes arabes orientaux du Maroc emploient le mot berbère zallīf. Étant donné que c’est un substrat berbère rifain et non tamazight qui provient d’un stade phonétique ancien. Nous avons constaté un échange sémantique zallīf, dénomination de la tête de l’animal, la tête de l’homme a un nom arabe, ras. C’est un phénomène qui existe aussi en anglais médiéval. Les conquistadores francophones considéraient leur langue comme supérieure aux parlers des indigènes (les langues germaniques). Alors, ils utilisaient un registre différent de celui qu’utilisaient les indigènes24. Nous avons constaté aussi des variations des usages d’une région à l’autre concernant le nom coude.

Dénominations de la forme coude

27Le second exemple nous montre les dénominations du mot « coude ». Les dialectes arabes de la zone de transition avec le berbère ont maintenu la forme berbère d’une manière constante : tāġmmārt, les autres parlers ont intégré ġummārā.

28Par contre, certains dialectes berbères utilisent une forme d’origine arabe, dérivée de marfaq qui n’est pas utilisée par les arabophones de la zone. Ils utilisent la forme takasburt qui ressemble à la forme dialectale kaʕb, « cheville, nœud », en arabe yéménite. Coude, kaʕba, « cheville », en arabe marocain ou kuʕ, « coude », karʕūb, « talon » en arabe syrien. L’interéchange entre dénominations comme coude, cheville, nœud, talon, s’explique facilement par une continuité de la signification.

Dénominations de la forme talon

29La forme talon montre que certains dialectes arabes emploient une forme berbère awraz qui est une forme dérivée de l’arabe. Pour d’autres, c’est la forme berbère inarz qui est employée. D’autre part, les dialectes berbères emploient des formes arabes ignorées dans les dialectes arabes voisins comme tunnurt, tinnot, « four », « fama » ou rwuḏwaḏ, Iwuḏwaḏ, « chauve-souris », tēṛallīl.

Répartition de la forme escargot

30La dernière forme concerne les dénominations de l’escargot : la forme berbère aġlāl ou ġlāl, « escargot », se trouve encore utilisée par les dialectes arabes. À côté de la forme bāybu, d’origine berbère, existe une autre forme byāw, assez similaire, identifiée par Colin comme berbère et également bubbüs, babbūš. La forme berbère buġlāl en dialecte tamazight des Bnī Warayn pourrait être une contamination de bubbūš, et aġlāl. Chez les Wlād Mahžūb qui ne connaissent qu’une seule variété d’escargot, il est désigné par le nom même de cette variété, bub ʕallu.

31On pourrait traiter/bu/comme un élément arabe’abu = père qui se trouve dans beaucoup de noms d’animaux comme bū nuwwāra, « renard », bu səkka, « Cobra », bu brēṣ, « Salamande », bu mənžəl, « sorte de serpent », busalah, « sorte de bâton utilisé par le laboureur », mais pour butəllīs, « maladie qui affecte les yeux », bu gattaya, « celui qui a une frange », bu škara, « celui qui distribue la viande aux bouchers », le sens est proche de « celui qui est caractérisé par ».

32Les faisceaux d’isoglosses comme on vient de le voir nous permettent de délimiter des aires plus compactes qu’étendues, opposables à d’autres aires pour des caractéristiques différentes. La collecte des variabilités lexicales entre l’arabe et le berbère, avec des exemples relatifs aux micro-aires dialectales, est d’une importance capitale pour la connaissance de cet espace humain. Effectivement, l’enquête que nous avons menée confirme que la frontière entre l’arabe et le berbère est fluctuante, mouvante et variante selon la volonté des hommes. Le berbère, aussi bien au sud-est qu’au nord-est de la région orientale, perd de plus en plus de terrain par rapport à l’arabe dialectal. L’avancée de ce dernier au détriment du berbère met en péril certains parlers berbères qui sont en voie de disparition (l’exemple du parler des Bxata). Mais dans d’autres régions comme celle de Taza où il y a une influence dans les deux sens (arabe et berbère), la frontière linguistique semble stable. La structure montagneuse du Rif rendant l’accès difficile à ces régions, retarde l’arabisation, mais pour combien de temps ? Faut-il rappeler que l’objectif poursuivi dans ce travail est de fournir une vision d’ensemble de la frontière linguistique des parlers arabe et berbère par une analyse lexicale ? Cette démarche reflète aussi la difficulté de fixer un trait linguistique sur un lieu donné. Les parlers changent plus vite que les cartes. Par ailleurs, les données collectées reflétant les variations linguistiques seront d’une utilité incontestable pour la réalisation de l’Atlas linguistique du Maroc.

Annexe 1

Bibliographie

Abu Dayf, 1982, Aṯār al-qabāɂili al ʕarabiyyatifial-hayāti al-maġribiyyah 1130-1472,Impr. Dāṛ’annašr, Casablanca, Dār al-Nashr al-Maghribīyah.

Bakri A. al-, 1956, Description de l’Afrique, traduction Épaulard, Paris, t. III.Basset A., 1952, La langue berbère, Londres-New York, publié pour International African Institute by Oxford University Press.

Bernard A., 1924, « Arabophones et berbérophones au Maroc », Annales géographiques, 33, p. 267-282.

Behnstedt P., 1997, Atlas linguistique de Syrie,Wiesbaden, Harrassowitz-Verlag

Benabbou M., 1992, Étude sociolinguistique des parlers de la région du centre nord et de la région orientale du Maroc (arabe dialectal régional, berbère). Thèse pour le doctorat d’université, Paris V, 1992.

Benabbou M., Behnstedt P., 2000, « Notes sur les parlers de la région d’Oujda », in Aspect of the dialects of Arabic Today, Proceeding of 4th Conference of the International Arabic Dialectology Association, Marrakech, ler-4 avril 2000, en hommage a David Cohen.

Benabbou M., Behnstedt P., 2002, « Zu den arabischen Dialeken der Gegend von Taza », in Sprich doch mit deinen Kechten aramäsch wir verstehen es !,Heraugegben von Werner Arnold und Hartmut Bobzin, Wiesbaden, Harrassowitz-Verlag, p. 53-72.

Benabbou M., Behnstedt P., à paraître, Les parlers arabes du Nord-Est marocain,EDNA.

Benabbou M. et Bouali R., à paraître, « Mots de ville et mots de campagne au Maroc », AIDA V, Université de Cadiz.

Biarnay S., 1917, Dialectes Berbères du Rif. Lexique, textes et notes phonétique, Paris, Ernest Leroux.

Bidault G., 1953, « Notes sur le Maroc oriental », Maroc méridional, 32, 342, Rabat, p. 1135-1145.

Boukous A., 1995, Société, langues et culture au Maroc. Enjeux symboliques,Publication de la Faculté des lettres et sciences humaines de Rabat (Série Colloques et Séminaires, 8).

Caubet D., 1993, L’arabe marocain, I et II, Louvain, Peeters.

Colin G. S., 1926, « Étymologies maghrébines », Hespéris, p. 63.

Chami M., 1979, Un parler Amazigh du rif marocain, approche phonologique et morphologique. Thèse pour le doctorat de 3e cycle, Paris V.

El Madlaoui M., 1998, « Le substrat berbère en arabe marocain : un système de contrainte », Langues et Littératures, Contact et évolution historique des langues au Maroc, XVI, p. 137-165.

Hilili A., 1999, Qadāya lisāniya, Fès, Info-print.

Ibn Khāldūn, Kitāb al ʕibar wa diwān al mubtada wa lxabar fi’ayām alʕarabi wā al-ʕažami wa Ibarbar wa man ʕâsarahūm min dawi soltan lɂakbar, Le Caire, Bulaq, 1284.

Jean-Léon l’Africain, 1956, Description de l’Afrique (trad. A. Épaulard), Paris, Adrien Maisonneuve.

Laghouat M., 1995, « L’espace dialectal marocain, sa structure actuelle et son évolution », in Dialectologie et sciences humaines au Maroc, Rabat, Publication de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat (Série Colloques et Séminaires, 38), p. 9-44.

Messouadi L., 1995, « Élément pour une dialectologie arabe : quelques aspects linguistiques de l’arabe dialectal de l’arabe marocain », in Dialectologie et sciences humaines au Maroc, Rabat, Publication de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat (Série Colloques et Séminaires, 38), p. 185.

Moulieras A., 1895, Le Maroc inconnu, Exploration du Rif, Maroc septentrional, Paris, Librairie coloniale et africaine.

Renisio A., 1932, Études sur les dialectes berbères des Bni Iznacen du Rif, Paris, Leroux.

Rodriquez E. J., 1952, Fronteras linguisticas del Rif, inédit.

Tawfiq A. 1983, Al-Mužtamaʕ āl-maġribi fi-l-qarn at-tāsiʕ ʕašar : īnūltān, 1850-1912,Rabat, Université Mohammed V, 2e édition.

Kattan Y., 1993, Oujda une ville-frontière, 1907-1956. Mutations, relations et ruptures de sociétés en milieu colonial, Rabat, Editions La Porte.

Ouarjassi K., 1972, Une partie de l’histoire d’Oujda, Rabat.

Paskoff R., 1975, « Oujda esquisse de géographie urbaine », Bulletin économique et social du Maroc, 1er trim., p. 71-82.

Raynal R., 1949, « Mouvement d’une population récente et actuelle au Maroc oriental », in Actes du congrès international de Lisbonne, IV, p. 487-500.

Rachid M., 1986, « De la Tingitane occidentale à la Tingitane orientale, les dimensions historiques du pays des Maures », in Actes du colloque Le Maroc oriental. Passé et présent, le milieu naturel, l’histoire et la culture, Publication de la Faculté des lettres et des sciences humaines d’Oujda (Série Colloques et séminaires, 2), p. 206-215.

Robin R., 1973, Histoire et linguistique, Paris, Armand Colin.

Smaili A., 1992, Clair de lune sur les Juifs d’Oujda et des Angads, Mohammadia, Imp. Fedala.

Thouvenot R., 1934, « Rome et les Barbares africains », PSAM, 7, p. 181.

Voinot L., 1911-1912, « Oujda et l’Amala », Bulletin de la société d’archéologie et de géographie de la province d’Oran, XXXI (1911), XXXII (1912), 2 figures, 25 planches et cartes h.t.

Notes

1 Parfois c’est le cas mais ce n’est pas toujours la règle générale.

2 A. Tawfïq, 1983.

3 A. Basset, 1952, p. 43.

4 G.S. Colin, 1926, p. 63.

5 Cf. carte en annexe 1.

6 M. Rachid, 1986, p. 206-215.

7 Ibid., p. 211.

8 L’enquête a été réalisée entre 1999-2000.

9 L. Messouadi, 1995, p. 185.

10 Ibn Khaldūn, 1284.

11 Al-Bakri, 1965.

12 Al-Muqadassi Abû Abdellah, Ahsan al-taqāsīm fi marifati al-aqālīm.

13 Jean-Léon l’Africain, 1956. Souligne l’ancienne frontière linguistique du berbère dans la région orientale : « usent de la langue africaine ancienne, tellement qu’ils en trouvent bien peu qui sachent parler arabesque corrompu à la mode des paysans », t. III, p. 10-11.

14 A. Mouliéras, 1895.

15 A. Dayf, 1982. Cf. annexe p. 40.

16 S. Biarnay, 1917. Carte littéraire.

17 A. Renisio, 1932. Cf. Carte en annexe de l’ouvrage.

18 A. Hilili, 1999, p. 19-20.

19 M. Benabbou, 1992 ; P. Behnstedt et M. Benabbou, Les parlers arabes du nord-est marocain,à paraître.

20 A. Boukous, 1995 (carte en annexe, fond de carte réalisé par F. Bennani).

21 M. Laghouat, 1995, p. 9-44.

22 M. El Madlaoui, 1998, p. 137-165.

23 A. Boukous, 1995, p. 55

24 Par exemple, la chaise a un nom français « chair » et le tabouret a un nom germanique « stool ». Le veau a un nom germanique « calf », la classe dominante utilise un nom français « veal » désignant la chair de l’animal.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/1484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,8k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable