Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

VI. Territoires et frontières de la langue

Atlas linguistique de Tunisie : du littéral au dialectal*

Taïeb Baccouche et Salah Mejri

Texte intégral

  • * L’Atlas linguistique de Tunisie est un projet national de recherche, dirigé par Taïeb Baccouche, fi (...)

1L’Atlas linguistique de Tunisie est un projet national dont l’objectif essentiel est de fournir une description complète du dialectal tunisien. Pour ce faire, il a fallu mettre en place une méthodologie générale et réaliser des enquêtes de terrain afin de collecter la matière linguistique à analyser. Pour donner une idée globale des travaux déjà effectués dans ce cadre, nous retiendrons trois moments essentiels : le bilan des travaux, l’élaboration des questionnaires et l’organisation des enquêtes. Le maillon principal demeure l’élaboration des questionnaires parce qu’elle représente l’étape cruciale dont dépend la nature de la matière collectée.

  • 1 Cf. T. Baccouche et S. Mejri, 2000a, b, c et d.

2Il fallait d’abord faire un choix : consacrer un questionnaire autonome à chaque aspect du système linguistique, phonologique, morphosyntaxique et lexical. Mais la difficulté majeure a consisté à trouver les repères méthodologiques qui serviraient d’axe autour duquel s’opérerait la sélection des faits à vérifier sur le terrain. Les trois concepts de base qui ont structuré les trois questionnaires sont ceux de rupture, d’exhaustivité et de synthèse1. Nous retenons ici celui de rupture pour montrer comment elle est à l’origine de l’émergence d’un nouveau système, comment elle ne peut se concevoir qu’en rapport avec la continuité, et la manière dont elle met en exergue le grand pouvoir d’intégration du dialectal tunisien.

Rupture ou émergence d’un nouveau système linguistique

La rupture comme outil méthodologique

  • 2 Déjà dès le xive siècle Ibn Khaldûn attirait l’attention dans ses Prolégomènes sur la présence de d (...)

3La rupture est un concept méthodologique élaboré à l’occasion de la discussion du statut du dialectal tunisien : s’agit-il d’une variante ou d’un registre de l’arabe, ou bien d’un système linguistique autonome bien qu’apparenté ? La réponse à cette question ne peut se faire que dans une perspective d’évolution par apport à l’arabe littéral. Notre connaissance intuitive du dialectal ainsi que les travaux disponibles nous ont orientés du côté de la notion de rupture en tant qu’instrument méthodologique, capable de situer les différents niveaux auxquels se situe la disjonction entre le système de départ qu’est le littéral, et le nouveau système qui s’élabore, qu’est le dialectal. Ce concept permet aussi de fournir suffisamment d’indications pour mesurer l’écart par rapport au système d’origine2.

4Nous illustrerons dans ce qui suit la pertinence de ce concept méthodologique par des exemples empruntés aux trois questionnaires.

La rupture phonologique

Le système vocalique

5Rappelons que le système vocalique de l’arabe littéral comporte trois timbres vocaliques donnant, grâce à l’opposition de durée, six phonèmes à deux degrés d’aperture : deux voyelles fermées (d’avant et d’arrière), respectivement /i/ et /u/ et une ouverte, /a/, avec un large champ de dispersion. Partant de cette donnée de base, on peut noter que les variantes dialectales ont enrichi ce système en lui ajoutant des voyelles intermédiaires d’avant et d’arrière, semi-fermées ou semi-ouvertes, donnant au système la configuration suivante :

Antérieures

postérieures

fermées

/i/

/u/

semi-fermées

/e/

/o/

semi-ouvertes

/ε/

/ə/

ouverte

/a/

6Cet enrichissement s’est accompagné d’une réduction de l’opposition de durée, devenue moins systématique.

7S’agit-il d’un système partagé par les variétés dialectales ? Non, car il est plutôt question d’une synthèse dégagée à partir des diverses réalisations régionales, synthèse d’autant plus intéressante qu’elle regroupe les différentes manifestations de la rupture opérée par rapport au système de départ. Le traitement systématique du corpus sonore collecté permettra d’affiner une telle description.

8Il reste à savoir si cette diversité vocalique est de nature phonétique ou phonologique. S’il s’agit de simples variantes phonétiques, dans quelle mesure annoncent-elles un début de rupture avec l’ancien système ? Si, par contre, il s’agit d’oppositions phonologiques, quelle en serait l’étendue effective ?

9Comment expliquer par exemple une opposition rencontrée dans toutes les régions comme [gε:z], « pétrole », et [ga:z], « gaz » ? Est-ce une opposition phonologique d’aperture ou une opposition d’emphase ? Est-ce un cas isolé ou une opposition plus généralisée ?

10Quel statut accorder à des oppositions régionales du genre /u/, /o/ comme c’est le cas dans [su:q], « conduis » / [so:q], « marché » ou du genre /i/, /e/ comme dans [ṯi:r], « vole », / [ṯe:r], « oiseau » ? Faut-il y voir une opposition phonologique, même restreinte ?

11Le caractère problématique de tels exemples peut renfermer des indications précieuses sur le degré de rupture réel entre les deux systèmes.

Le système consonantique

12Si le système vocalique connaît une grande diversité, cette dernière ne semble toucher au niveau du système consonantique qu’un nombre plus restreint de phonèmes. Deux cas illustrent notre propos :

  • celui de l’opposition /g/ (occlusive, palatale, sonore), /q/ (occlusive, vélaire, sourde), systématique et généralisée, représente un cas typique de répartition géographique et sociale non conforme au schéma classique de l’opposition bédouin / citadin relevée par toutes les études dialectales antérieures. L’enquête a montré entre autres que les parlers classés citadins renferment une quantité non négligeable d’unités comportant /g/ et que les parlers qualifiés de bédouins renferment à leur tour, bien qu’à des proportions moindres, des unités comportant /q/. Même si l’on constate que cette opposition se réalise sous la forme de variantes, elle semble s’acheminer vers la naissance de phonèmes autonomes donnant lieu à des paires comme [gdif], « il a vomi » / [qdif], « il a ramé » ; [gammir], « il a visé » / [qammir], « il a misé » ; [dag], « piquer » / [daq], « frapper, enfoncer », etc.

  • celui de l’opposition emphatique/non emphatique : les exemples du genre [la:m], « il a reproché » / [ḻa:m], « lame » ; [da:r], « il a fait » / [ḏa:r], « maison » ou « il a pris un virage, il s’est retourné » qui rappellent l’opposition vocalique restreinte à des paires appartenant à deux parties du discours, le nom et le verbe fournissent la preuve qu’on s’achemine vers la naissance d’une opposition de nature phonologique, puisque la deuxième paire concerne la même catégorie grammaticale, le verbe. Elle demeure cependant problématique puisqu’il est difficile de dire clairement s’il s’agit d’une opposition de nature vocalique ou consonantique.

Le syllabisme

13C’est peut-être là que la rupture semble plus franche. D’une structure syllabique relativement simple, puisqu’elle compte principalement les types suivants : cv(:) ; cv(:)c, on passe à une structure beaucoup plus diversifiée : aux structures de départ s’ajoutent les structures fondamentales suivantes : ccv(:) ; ccv(:)c ; cv(:)cc ; ccv(:)cc ; ccvccc.

14Il faut préciser que l’importance de cette rupture ne se mesure pas au nombre de structures syllabiques nouvelles mais à l’impact qu’elle a sur tout le système morphologique puisqu’elle conditionne le paradigme des schèmes aussi bien verbaux que nominaux. Si l’arabe littéral compte un nombre de schèmes relativement fermé, surtout pour les verbes, le dialectal connaît, au contraire, une profusion de schèmes, donnant au système une plus grande ouverture, qui le rend plus souple ; souplesse constatée par ailleurs dans tous les niveaux de langue jugés populaires et argotiques, où le poids de la norme est de loin beaucoup moins important qu’il ne l’est pour les niveaux dits soutenus. Ce qui favorise le renouvellement par le biais de la transgression des règles au détriment de l’application des règles.

Rupture morphologique

15Ce ne sont pas les faits qui manquent. On pourrait en effet citer la chute des désinences casuelles entraînant une plus grande rigidité dans l’ordre des mots dans la phrase, ou la disparition du duel, ou encore la simplification ou la multiplication des outils syntaxiques comme les relatifs et les démonstratifs. Nous retenons, à titre d’illustration, l’exemple suivant dont la portée est générale ; il s’agit de l’alternance vocalique au niveau de la seconde radicale des verbes trilitères dans l’opposition accompli/inaccompli.

16L’alternance en arabe littéral se caractérise par la contiguïté selon le schéma suivant :

  • a / u : [kataba / jaktubu], « il a écrit / il écrit » ;

  • a / i : [Ʒalasa / jaƷlisu], « il s’est assis / il s’assied » ;

  • i / a : [fariħa / jafraħu], « il s’est réjoui / il se réjouit » ;

17Les exceptions étant conditionnées :

  • a / a : [fataħa / jaftaħu], « il a ouvert / il ouvre » ;

  • dessiner flèche (existence d’une gutturale en C2 ou C) ;

  • u / u : [ħasuna / jaħsunu], « il s’est embelli / il s’embellit »

  • dessiner flèche (verbe de qualité).

18Quant au dialectal, il substitue à ce système d’alternance par contiguïté une similitude vocalique dans les deux termes de l’opposition aspectuelle :

  • i / i : [ktib / jiktib], « il a écrit / il écrit » ;

  • a / a : [lςab / jalςab], « il a joué / il joue » ;

  • u / u : [qrub / juqrub], « il s’est rapproché / il se rapproche ».

19Il est clair que le système a évolué vers une plus grande simplification ; mais cela n’empêche pas, tout comme pour le littéral, l’existence de structures irrégulières comme :

    • 3 Ce cas serait une survivance du système littéral, fondé sur le principe de l’alternance.

    a / u : [∫rab / ju∫rub], « il a bu / il boit »3.

  • 4 S’agissant de la valeur heuristique des notions normatives d’irrégularité et d’exception, cf. T. Ba (...)

20Elles assurent au dialectal à la fois une continuité avec le littéral et une souplesse4 s’inscrivant dans la dynamique du changement.

La rupture lexicale

  • 5 À distinguer procédé et processus : le procédé est intentionnel et obéit à des moules précis ; le p (...)

21Il serait fastidieux de procéder à l’énumération des unités lexicales et rupture avec le fonds littéral. Puisque le lexique est une entité théorique par définition non fini, il serait plus adéquat, pour illustrer cette rupture, de mentionner des processus5 de formation des unités lexicales.

L’emprunt

22La vitalité d’un système linguistique se mesure à sa capacité de s’enrichir d’éléments exogènes en mettant en place des mécanismes capables de donner à ces éléments la configuration du système, ce qui facilite leur intégration.

23La diversification syllabique qui donne au système une plus grande souplesse et une ouverture plus importante, favorise une dynamique dans le renouvellement lexical qui permet au dialectal de s’enrichir constamment de apports les plus divers. Pour s’en convaincre, il suffit de citer les paradigme ! suivants :

  • [vi:s ; vi:sε :t ; vεjjis ; mvεjjis], « une vis ; des vis ; visser ; vissé » ;

  • [du:∫ ; adwa:∫ ; dawwi∫ ; mdawwi∫], « une douche ; prendre une douche « douché » ;

    • 6 C’est dire combien le système est dynamique ! Les paradigmes mis en place dépassent le plus souvent (...)

    [raska ; jraski ; mriski ; triskja], « resquiller ; il resquille ; en situation de resquiller ; le fait de resquiller »6.

Le figement

24S’il y a un processus révélateur de la dynamique et de la vitalité d’un système, aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est bel et bien le figement ; c’est-à-dire cette capacité de produire à partir du potentiel illimité des séquences libres un nombre non fini de séquences figées. Cela se fait d’une manière systématique dans le tunisien, alors que dans le littéral le stock des séquences figées fait plutôt partie du fonds lexical ancien. A l’exception de séquences courantes du genre [raƷaςa biχuffajћunajn] litt.: « il est rentré avec les escarpins de Hunajn = retourner bredouille », il est vraiment rare que les productions discursives littérales soient émaillées d’expressions idiomatiques. La situation pour le dialectal est tout autre : on ne risque pas de rencontrer de discours sans qu’il y ait une série d’expressions. Des séquences courantes de ce genre illustrent parfaitement la situation :

  • [jbi:ςfirri:ħlilmra:kib], litt. « il vend du vent aux barques » = « il ne fait rien d’intéressant, signe d’oisiveté ».

  • [blες zru:su], litt. « il a avalé ses molaires » = « il est mort ».

  • Un autre indice montre la rupture sur ce plan avec le littéral, c’est l’existence de paradigmes locutionnels synonymiques. Le dialectal tunisien en fournit un très grand nombre qui structure tout le lexique. Pour reprendre l’exemple de mourir, on dira :

  • [klε : ra:su], litt. « il a mangé sa tête » ;

  • [twassidisbi:dri], litt. « il a pris ses basquettes pour oreillers » ;

  • [idwa:m lillah], litt. « la pérennité pour Dieu ».

25Cette multiplicité d’expressions participe à la mise en relief de l’idiosyncrasie du système ; ce qui renforce son autonomie par rapport au système du littéral. Collecter ces matériaux et en faire une analyse à la fois quantitative et qualitative, c’est mesurer d’une manière plus précise le degré de rupture avec le fonds lexical arabe littéral. Il faut préciser pour finir que le concept de séquence figée ne renvoie pas seulement aux expressions idiomatiques ; il renferme aussi des séquences de nature phrastique, qu’elles soient proverbiales ou pas.

Continuité ou conservation des strates

26L’observation des matériaux recueillis par l’enquête montre par ailleurs que les faits traduisant une rupture entre le système du dialectal et celui du littéral coexistent avec d’autres faits exprimant une certaine continuité assurant la conservation des différentes strates qui ont façonné le système actuel. Nous examinerons cet aspect de la question à trois niveaux.

La strate basique

27Il ne s’agit pas d’une strate inférieure, chronologiquement antérieure aux autres, comme on pourrait le penser à première vue, mais d’une strate noyau, formant la trame du système ; elle constitue de ce fait le point de départ d’une double rupture : rupture avec la situation linguistique qui prévalait avant l’arabisation du pays et rupture en devenir avec le système littéral. La strate basique serait donc la variété d’arabe pratiquée par les junds, contingents de la conquête musulmane, dont le groupe arabe le plus représenté était celui de la tribu nejdienne des Tamime qui donnèrent la première dynastie maghrébine à Kairouan (les Aghlabides, de 800 à 909).

28Mais l’arabisation quasi totale de la Tunisie (Ifrîqiya de l’époque) ne se réalisera que plusieurs siècles après, avec le déferlement des tribus nomades arabes notamment les Hilaliens envoyés d’Égypte par les Fatimides (au milieu du XIe siècle).

29C’est à la suite de cela que la strate basique commença à prendre forme pour constituer le système qui sera l’arabe tunisien. Cette opération détermine la filiation du système et son appartenance à la famille des parlers arabes.

30Les faits qui attestent cette filiation et qui assurent la continuité entre les systèmes de départ et d’arrivée sont très nombreux :

  1. sur le plan phonologique, le parler conserve un taux élevé de gutturales, la série des emphatiques, la structure vocalique de base, etc. ;

  2. sur le plan morphosyntaxique, le parler continue à privilégier la valeur aspectuelle des verbes, à utiliser les mêmes pronoms personnels autonomes ou suffixés et les mêmes préfixes de l’inaccompli, etc. ;

  3. sur le plan lexical, le lexique fondamental est d’origine arabe malgré l’importance des autres apports qui expriment notamment les nouvelles réalités comme c’est le cas pour l’emprunt en particulier.

Le substrat

31Il représente la strate historiquement antérieure à ce que nous avons appelé strate basique. Il est composé essentiellement de matériaux libyco berbères, puniques, latins et secondairement grecs. Ce substrat assure donc une continuité historique dont le support est fondamentalement lexical. Ces trace sont toujours perceptibles dans l’anthroponymie dont on peut citer les exemples suivants : du punique, Carthage, Utique, Binzart, Gabes, Gafsa, Qerqna, etc. du latin, Hergla, Ra:des, Lamta, etc. ; du grec, Qli: bya, Qurbus, Misti:r, Hergla Na:bel, etc.

32Dans les régions rurales, on continue encore à utiliser le calendrier Julier commençant par Ajinna:r de Innuarius qualifié de [ςaƷmi], « non arabe ». Les traces du grec dans le lexique sont limitées : [harqu:s], « produit de beauté à base de cuivre brûlé » ; [ςatru:s,] « bouc » ; [billa:riʒ], « cigogne » ; [maςdnu:s] « persil » ; [flu:s], « monnaie », etc.

33Quelques centaines de mots d’origine berbère sont encore en usage comme [fakru:n], « tortue » ; ceci sans compter les quelques îlots de berbérophones à Jerba et dans le Sud tunisien qui représentent à peine 0,5 % de la population. Tout indique par ailleurs que le berbère est en voie de disparition en Tunisie. On pourrait donc dire que la continuité est assurée essentiellement au niveau lexical par les quelques centaines de vocables du substrat commun.

Le superstrat

34Il représente la strate linguistique postérieure à l’arabisation du pays. Il comprend notamment le turc et l’espagnol, puis l’italien, le français et l’anglais. Bien entendu, les trois langues latines couvrent en fait plusieurs variétés de langues romanes sans compter la lingua franca, ce mélange méditerranéen en usage jusqu’à une date relativement récente dans tout le pourtour de la Méditerranée :

  1. la Tunisie, ayant fait partie de l’Empire ottoman, l’administration turque a favorisé les emprunts au turc dont l’usage ne prit fin en Tunisie qu’en 1933 (date du dernier écrit en turc). La continuité avec le turc se manifeste essentiellement dans le vocabulaire administratif, militaire, culinaire, vestimentaire, etc.

35Ex.: [terzi], « tailleur », [gumruk], « douane, débit de tabac ». Le suffixe de métier /Ʒi/, intégré, est toujours productif en Tunisie, ex. [qahwa:Ʒi], « cafetier »

  1. la continuité avec l’apport espagnol est également perceptible dans l’agriculture, les métiers traditionnels (en particulier l’industrie de la chéchia). Cet apport a été assuré principalement par l’immigration de dizaines de milliers de morisques musulmans et juifs chassés d’Espagne, notamment entre le xiiie et le xvie siècles. Leur trace se trouve toujours dans la toponymie ([Ba:rdu], < Prado, [Murka:ḏ] < Mercado, Belli, Nianu, etc.) et dans l’anthroponymie ((Blanku, Bonatiru, Catalan, Karabaka, Malqi, Nigru, Sanchu, etc.). Certains immigrés ont continué à parler espagnol jusqu’au xviiie siècle. Citons comme exemple typique les dénominations des jeux de cartes [ʃkubba], < escoba) ;

  2. la continuité avec l’apport italien est attestée par quelques centaines de mots bien intégrés suite à un long contact linguistique, renforcé par une colonie italienne et sicilienne importante. Il suffit d’observer par exemple le vocabulaire des maçons et des mécaniciens pour se rendre compte de cette continuité (ba:nu < Bagno, kuʒi:na < cucina, maki:na < macchina, kwa:tru < quadro, etc. ) ;

  3. mais la continuité la plus importante est celle qui concerne le français, langue du colonisateur, qui continue à être la langue de l’enseignement des sciences au secondaire et au supérieur. L’emprunt au français se distingue de tous les autres par son caractère ouvert et par l’existence de certaines formes de mélange entre l’arabe tunisien et le français chez les bilingues. Les exemples se comptent par centaines dans tous les domaines. C’est d’ ailleurs par l’intermédiaire du français que les emprunts à l’anglais passent dans le tunisien, comme : computer, helicopter, jean, lobby, tennis, etc.

36Il est à noter que si les faits marquant à la fois la rupture et la continuité entre l’arabe tunisien et l’arabe littéral se manifestent à tous les niveaux, phonologique, morphosyntaxique et lexical, ceux marquant la continuité avec le substrat et le superstrat se limitent essentiellement aux faits lexicaux dont l’étude montre la grande capacité d’intégration de l’arabe tunisien, langue vivante et dynamique.

Pouvoir d’intégration et mise en place d’un nouveau système

La diversité unifiée

37L’un des objectifs de l’Atlas est de relever la diversité linguistique régionale ou sociale. Or cette diversité ne peut se concevoir que sur la bas d’une unité linguistique sans laquelle la communication serait impossible. Il s’agira de dégager à partir des matériaux collectés les tendances générales dans le système qui s’orientent du côté de l’invariance, pas de la variation. Nous les repérons dans les systèmes phonologique, morphosyntaxique et lexical. Cela concerne tous les phonèmes, les outils syntaxiques et les unités lexicales partagés par tous les Tunisiens.

38S’ajoutent à ce fonds commun toutes les tendances internes au système qui ramènent la diversité du littéral à l’unicité du dialectal. Nous avons déjà mentionné plusieurs exemples qui illustrent cette dynamique ; nous rappellerons le cas de la simplification des pronoms relatifs, ramenés dans le dialectal à une forme unique, [illi], celle de la neutralisation de l’opposition de genre dans les pronoms personnels en faveur de la forme féminine dans certaines régions, [inti], et en faveur de la forme masculine du verbe comme c’est le cas dans [talςab]. Le fait d’y adjoindre la désinence féminine est un trait d’appartenance bédouine [talςbi].

39Un autre aspect illustre le mouvement d’unification de la diversité, c’est la conscience métalinguistique des locuteurs. Nous avons réservé dans les enquêtes une part importante aux commentaires métalinguistiques faits par les informateurs, parce qu’ils sont révélateurs des mécanismes identitaires : tout locuteur qui réfléchit sur sa langue, c’est-à-dire qui l’objective, la situe par rapport aux autres systèmes en place, et opère par conséquent des comparaisons avec ce qui se dit autour de lui. Il arrive souvent que les informateurs fournissent des jugements de grammaticalité, d’acceptabilité ou d’appartenance régionale de certains faits de langue. Exploiter une telle mine de renseignements peut aider à faire dégager les traits unificateurs du système linguistique ; l’unité n’étant pas la négation de la diversité ; elle est plutôt la diversité reconnue et admise comme donnée empirique.

L’altérité intégrée

40Le corollaire de la diversité unifiée, c’est l’altérité intégrée qui signifie que l’unité ne peut se faire sans capacité d’intégration du système : intégration de l’étranger non arabe - les emprunts -, ou de l’autre en tant qu’arabe dialectal propre à d’autres pays arabes ou en tant que variété régionale ou sociale.

41Nous avons évoqué dans le paragraphe sur l’emprunt le cas de l’emprunt non arabe ; nous lui avons ajouté la multiplication des schèmes grâce à l’intégration des unités empruntées. Nous retenons ici seulement quelques exemples de l’arabe dialectal non tunisien, ou de l’arabe régional tunisien.

42On rencontre souvent dans l’échange verbal des marqueurs métalinguistiques relatifs aux marques d’appartenance des séquences employées. Dire en tunisien [salamtak] ou [ja:be:h], c’est vouloir marquer une distanciation par rapport à son discours pour montrer que ce n’est pas sa façon de parler, mais celle des Égyptiens. Le même mécanisme intervient quand il est question de spécificités régionales ou sociales.

43Aussi paradoxal que cela puisse paraître, cette distanciation est révélatrice d’une attitude de reconnaissance du parler de l’autre, puisque l’autre est associé intimement au moi dans la polyphonie de l’acte de l’énonciation : moi qui énonce un énoncé dans les termes de l’autre, j’attire l’attention sur la différence de l’autre, mais cela n’empêche que j’utilise son parler.

44Ainsi l’altérité devient-elle une partie intégrante de l’identité linguistique. Le parler de l’autre, d’abord marqué, se trouve ensuite, à la faveur des échanges sociaux et de l’influence des contacts entre les populations, totalement ou partiellement accepté. Les enregistrements effectués dans les grands centres urbains (quartiers populaires comme cité Ettadhamin ou résidentiels comme El Menzeh) offrent des cas de mélanges linguistiques annonciateurs de changements linguistiques importants.

45L’intégration ainsi considérée ne conduit pas au monolithisme ; elle produit au contraire une identité linguistique plurielle dont les contours sont dessinés par les spécificités régionales et sociales. Le système est donc construit sur des sous-systèmes qui se chevauchent et se multiplient, donnant à la structure générale une plus grande souplesse qui en fait un moyen de communication facilement adaptable aux nouvelles réalités et suffisamment dynamique pour garantir une intégration minimale des faits exogènes.

Vers une intégration inter-dialectale

46Les analyses précédentes reposent sur une conception non monolithique du système qui est fondée sur le constat que la pratique langagière est des plus hétérogènes. La tâche du linguiste consiste à dégager une homogénéité construite à partir des faits collectés.

  • 7 On assiste actuellement à une réflexion de nature épistémologique sur le concept de continuum qui d (...)

47Pour ce qui est du dialectal tunisien, nous constatons que les variétés dialectales régionales constituent une réalité linguistique incontournable ; ce qui pose un problème méthodologique de taille pour la description du système national. Nous avons relevé par ailleurs des zones de flottement, d’amalgame ou de coexistence de parlers différents. Si l’informateur qui n’a pas quitté sa région toute sa vie ou le moins possible fournit la spécificité régionale, celui qui se déplace et qui est en contact permanent avec les autres régions finit toujours par avoir un parler régional « contaminé ». C’est cette « contamination » qui fait que le système ne peut être considéré comme une juxtaposition de sous-systèmes. En posant la question en termes d’intégration inter-dialectale, nous attirons l’attention sur la dynamique de la réalité linguistique et nous mettons en exergue le concept de synchronie dynamique, qui n’intègre pas seulement dans son champ la néologie et l’archaïsme, mais aussi les données spatiales et sociales. On substitue ainsi aux schémas couramment admis une conception du système fondée sur la notion de continuum, dont les deux pôles seraient constitués d’un côté des spécificités strictement régionales, sociales ou diachroniques, et de l’autre des faits partagés par la collectivité nationale, qui sont normalement non marqués. Entre les deux, on peut opérer toutes sortes de coupes pour dégager des croisements et des synthèses qui tirent vers l’un ou l’autre pôle7.

48Ce concept d’intégration inter-dialectale semble être d’un grand rendement méthodologique puisqu’il permet d’apporter des réponses adéquates aux aspects contradictoires et hétérogènes de la matière dialectale, fournit le moyen d’isoler le spécifique du non-spécifique, aide à dégager les contours du système d’une façon non apriorique mais à partir des faits collectés, intègre les spécificités régionales dans la définition du national, et tient compte de l’ouverture du système et de sa dynamique.

49La confrontation de ce concept avec les données de l’Atlas confirmerait ou infirmerait ces hypothèses. Au cas où il y aurait confirmation de l’efficacité méthodologique de ce concept, son application à d’autres pays arabes, maghrébins ou autres, fournirait l’occasion de participer à la construction de la méthodologie de l’Atlas maghrébin et arabe.

Bibliographie

Baccouche T., 2000, « L’Autre, enjeu sémantique et culturel dans les concepts fondamentaux des droits de l’homme », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 17-25.

Baccouche T., Mejri S., 2000a, « L’Atlas linguistique de Tunisie : problématique phonologique », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 151-156.

Baccouche T., Mejri S., 2000b, « L’Atlas linguistique de Tunisie : spécificités phonologiques », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 157-162 (=Aspects of Dialects of Arabic Today, édité par A. Youssi et al., Rabat, p. 3-6).

Baccouche T., Mejri S., 2000c, « Atlas linguistique de Tunisie : Identité et développement » », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 17-24 (en arabe).

Baccouche T., Mejri S., 2000d, « Pour un Atlas linguistique arabe », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 25-34 (en arabe).

Ben Abdessalem W., 2000, « Variation synonymique dans la traduction automatique », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 27-43.

Caubet D., 2000, « Pour un atlas linguistique du Maghreb », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 191-202.

Darot M., 2000, « Quantification subjective et stéréotypes linguistiques de l’arabe tunisien », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 203-215.

Ghariani Baccouche M., 2001, « L’autre, cet(te) épicène », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 45-50.

Khojet el Khil N., 2000, « “ Œil d’Espagnole ” ou “ oreilles du juge ”, comment se nourrir des mots des autres ? », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 51-60.

Mejri S., 2000a, « L’altérité dénominative », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 61-75.

Mejri S., 2000b, « L’Atlas linguistique de Tunisie : le questionnaire morphosyntaxique », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 163-169 (= Aspects of Dialects of Arabic Today, édité par A. Youssi et al., Rabat, p. 55-59).

Mejri S., 2000c, « L’Atlas linguistique de Tunisie : le linguistique ancré dans le réel », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 183-190.

Mejri S., Lamalle C., 2000, « L’Atlas linguistique de Tunisie : constitution et exploitation d’une base de données », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 217-224.

Mosbah S., 2000a, « “q” “γ” à El Faouar, Kébili : quels rapports ? Quelles interprétations ? », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 225-230.

Mosbah S., 2000b, « L’emprunt, la difficile intégration de l’autre », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 77-87.

Ouerhani B., 2000a, « Polylexicalité ou quand la voix de l’autre se fige dans les mots », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 89-97.

Ouerhani B., 2000b, « La place de l’entretien libre dans l’enquête », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 231-235.

Oueslati L., 2000, « De l’identique au différent. Le parcours d’un euphémisme », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 99-108.

Oyharçabal B., 2000, « À propos de l’ergativité : le cas du basque », RTSS, 120, Tunis, CERES.

Saadaoui M., 2000, « Le mot : cette intimité de l’autre », RTSS, 120, Tunis, CERES p. 109-116.

Sandly S., 2000a, « Le stéréotype lexicographique : cet autre différent », RTSS, 120 Tunis, CERES, p. 117-134.

Sandly S., 2000b, « L’Atlas linguistique de Tunisie : pratiques de l’enquête », RTSS 120, Tunis, CERES, p. 171-180 (=Aspects of Dialects of Arabic today, édité par A. Youssi et al., Rabat, p. 60-67).

Simoni-Aurembou M.-R., 2000, « Géolinguistique et phonétique historique : L’exemple de l’Ile-de-France », RTSS, 120, Tunis, CERES.

Tlili Sellaouti R., 2000, « La diplomatie, lieu d’identification, croisée de l’Autre. La France et la Tunisie au xviiie siècle », RTSS, 120, Tunis, CERES, p. 135-149.

Notes

* L’Atlas linguistique de Tunisie est un projet national de recherche, dirigé par Taïeb Baccouche, financé par le SERST (1997-2001), hébergé par le CERS et continué par l’équipe de RLM (Rencontres linguistiques méditerranéennes, CERES - 23, rue d’Espagne, 1000 Tunis). Vu l’absence de tradition en géographie linguistique, l’ALT est considéré comme le premier projet pris en charge dans sa totalité par une équipe locale au Maghreb et dans le monde arabe. Les anciennes tentatives avaient été réalisées soit par des Européens, soit par des équipes mixtes qui n’ont jamais atteint le cap de l’enquête de terrain. Il est également le premier à publier des questionnaires qui ont servi effectivement sur le terrain (à Paris, Maisonneuve & Larose, à paraître).

1 Cf. T. Baccouche et S. Mejri, 2000a, b, c et d.

2 Déjà dès le xive siècle Ibn Khaldûn attirait l’attention dans ses Prolégomènes sur la présence de deux systèmes linguistiques autonomes, celui de l’arabe classique et celui de l’arabe de l’époque. Il s’agissait d’un jugement intuitif sur l’observation des usages linguistiques essentiellement au Maghreb et en Andalousie.

3 Ce cas serait une survivance du système littéral, fondé sur le principe de l’alternance.

4 S’agissant de la valeur heuristique des notions normatives d’irrégularité et d’exception, cf. T. Baccouche et S. Mejri (à paraître).

5 À distinguer procédé et processus : le procédé est intentionnel et obéit à des moules précis ; le processus est inhérent au système ; l’emprunt et le figement, en tant que processus exogène et endogène, engage tout le système, non des faits isolés.

6 C’est dire combien le système est dynamique ! Les paradigmes mis en place dépassent le plus souvent ceux de la langue-source.

7 On assiste actuellement à une réflexion de nature épistémologique sur le concept de continuum qui devient de plus en plus fréquent, notamment en linguistique, lequel concept était inadmissible pendant la période structuraliste où l’analyse des faits était fondée sur des oppositions tranchées (pour plus de détails sur la question, cf. les actes du colloque organisé en novembre 2002 par Rencontres linguistiques méditerranéennes et la Faculté des lettres de Sousse sur le continuum, notamment les contributions de T. Baccouche et S. Mejri (à paraître).

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable