Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

VI. Territoires et frontières de la langue

Les couches diachroniques du vocabulaire berbère

Mohand Akli Haddadou

Texte intégral

1La langue berbère possède un matériel épigraphique important qui, s’il était déchiffré, nous fournirait de précieux renseignements sur le passé de cette langue. Malheureusement nous ignorons en grande partie sa forme ancienne, le libyque, et seules quelques inscriptions bilingues, notamment punico-berbères, nous fournissent des éléments de vocabulaire. Le vieux fonds berbère peut être également saisi dans l’onomastique, principalement la toponymie, dont un grand nombre d’éléments ont à peine changé depuis 2000 ans et peuvent s’expliquer par la langue moderne. Les ressemblances relevées sont suffisamment nombreuses pour poser, d’une part, une filiation libyque-berbère et pour parler, d’autre part, d’un fonds berbère ancien ayant résisté au temps.

  • 1 Sur les langues chamito-sémitiques et l’appartenance du berbère à cette famille, voir M. Cohen, 192 (...)

2Or, si l’on se place dans une perspective plus lointaine, on peut envisager un fonds encore plus ancien. En comparant le vocabulaire berbère avec celui d’autres langues qu’on pense proches, on peut dégager un noyau de termes communs - et surtout de structures communes - qui témoigneraient de rapports historiques, voire d’un apparentement génétique avec ces langues auxquelles on donne le nom de langues chamito-sémitiques. Cette famille, à laquelle on rattache le berbère, comprend le sémitique du Proche-Orient et de l’Afrique, l’égyptien ancien avec sa variante moderne, le copte, les langues couchitiques de la corne de l’Afrique et les langues du Tchad. On n’est pas sûr, faute de documents anciens pour certaines branches, du degré de parenté qui unit ces langues, mais les correspondances phonétiques et morphologiques sont trop nombreuses et surtout régulières pour qu’on les impute au hasard ou à l’emprunt. Les correspondances de vocabulaire sont moins nombreuses et moins régulières, mais dans ce domaine aussi, on peut relever des éléments communs1.

3Au fonds libyque et à ce fonds primitif que nous proposons d’appeler préberbère et qui remonte à la période de communauté avec le chamito-sémitique, se sont ajoutés, au cours des siècles, des apports étrangers divers. Le plus important est l’emprunt à l’arabe, langue sémitique introduite au viiie siècle par la conquête musulmane et qui n’a cessé depuis d’exercer une forte influence sur les dialectes berbères. Il y a aussi les emprunts anciens faits au punique et au latin, les mots voyageurs qui circulent dans l’aire méditerranéenne, puis les emprunts au turc et aux langues romanes, notamment le français.

4Les couches diachroniques du vocabulaire berbère sont donc composées d’un fonds primitif préberbère, datant de la période de communauté avec le chamito-sémitique, d’un fonds berbère ancien qu’on peut saisir dans le libyque, d’emprunts anciens au punique et au latin, d’emprunts arabes (et, par l’intermédiaire de l’arabe, au persan, au turc...), d’emprunts aux langues européennes (italien, espagnol, français...).

5Par ailleurs, chaque dialecte ou groupe de dialectes a développé, à côté du vocabulaire commun, des vocabulaires spécifiques, en rapport avec un environnement, un mode de vie et des activités propres. Il y a ainsi un stock de mots spécifiques aux parlers touaregs, un autre aux parlers dits orientaux (dialectes libyens et tunisiens) un autre aux parlers du nord (kabyle, chleuh, tamazight du Maroc central...).

Le vocabulaire préberbère

  • 2 Voir D. Cohen, 1968, p. 1318.
  • 3 Voir la liste des abréviations à la fin de la communication.

6C’est dans l’organisation des systèmes morphologiques que les ressemblances entre les langues chamito-sémitiques sont les plus fortes2, mais sur le plan du lexique on peut également relever des correspondances de forme et de sens qui accréditent l’existence d’un vocabulaire chamito-sémitique, attesté en berbère. En l’absence d’un dictionnaire chamito-sémitique (comme il en existe pour le domaine indo-européen par exemple), il est difficile d’évaluer la proportion du vocabulaire commun aux différentes langues du groupe. On ne dispose même pas de dictionnaire de racines berbères qui permettrait d’établir les comparaisons avec les autres branches de la famille. Le seul ouvrage qui propose des données importantes à cet égard demeure l’Essai comparatif sur le vocabulaire et la phonétique du chamito-sémitique de M. Cohen. Il est vieux de plus d’un demi-siècle mais reste largement exploitable, à condition de corriger certains rapprochements et d’en ajouter d’autres. Voici donc, à titre d’illustration, un échantillon de mots berbères, classés par notions, que l’on pourrait rattacher au chamito-sémitique3.

Sur les parties du corps

7B. : To : awal, « avoir l’œil sur, veiller sur, surveiller », K. : allen,« yeux » (Sem. ‘ayn, Eg. ‘n, Cou., bed. lili, « œil, fontaine »

8To.: aruri, « dos » (Sem.: ar. wara’, « derrière, dos » ; Eg. yt, « dos » : Cou.: af. iro, « dos »)

9Chl : azzar, « cheveux, poils », K. « racine » (Sem.: h. cear, ar. cca ‘r,« poil, cheveu », Eg. : cny, « cheveux », Cou.: ag. cugur, « cheveux »)

10To : eni, « voir » (Sem.: g. nawa, « voir » ; Eg. nw, « voir »), etc.

Sur les états et actions

11To.: ihi, « être » (Sem.: h. hyy, hwy, « être, arriver »; Eg.: yw, « être », Cou.: bed. hay, som. hay, « être »)

12B. : emmet, « mourir » (Sem.: mwt, « mourir » : Eg.: mwt, « mourir »)

13B. : ali, « monter » (Sem.: ar. ’elli, « monter haut, voler » : Eg.: e (y), cp. ale « monter »)

14B. : els, « revêtir » (Sem.: lbec, Ibes, « se vêtir » ; Eg.: nms, « étoffe de tête »), etc.

L’atmosphère, la nature

15B. : yur, ayur, aggur, « lune » (Sem.: h. wrx, arm. yrh’, « mois, lune » ; Eg.: y’h’, « lune »)

16B. : asghar, tasghart, « bois, arbre » (Sem.: ar. cadjar, « arbres » : Eg.: cadjit « acacia » ; Cou. bed. saga, « sorte d’arbre »), etc.

Animaux

17B.: uccen, « chacal » (Eg.: wac, « loup »)

18B. : ikerri, akrar, « mouton, bélier » (Sem.: akk. kerru, h. kar(r), « agneau » ; Eg.: ç’ « jeune animal, jeune enfant »), etc.

Objets

19Chl.: tikint, « vase » (Sem.: akk. agannu, h. ‘aggan, ar.’ioana, « bassin, vase » ; Eg.: ykn, « écuelle, puiser » ; Cou.: ag., af. gan, « jarre »)

20B. : uregh, « or » (sens premier : jaune) (Sem. eth. waraq, « or (d’après la couleur) », ar. waraq, « or, argent (monnaie) » Cou. warqa, « pièce d’argent »), etc.

La parenté

21B. : aw-, u, « fils », fém.: ult (Sem. wld, « enfant », Eg.: w, signe représentant un poussin, yd’, « jeune homme » : Cou.: wil, « fils, garçon »)

22B. : dada, dadda, « père, frère aîné, titre donné à un parent mâle plus âgé » (Sem.: akk.: dadu, « amant », h.: dod, « oncle, ami », ar. « père nourricier » ; Cou.: bed. dura, « oncle, tante », ga. adada, « oncle »), etc.

23Certes, des ressemblances peuvent se produire entre des langues qui ne sont pas nécessairement apparentées, mais quand ces ressemblances s’ajoutent à des similitudes phonétiques et morphologiques, comme c’est le cas du chamito-sémitique, elles peuvent être interprétées comme des indices supplémentaires de l’apparentement.

Le fonds méditerranéen

  • 4 M. Cohen, 1931.
  • 5 J. Hubschmid, 1950.
  • 6 J. Hubschmid, 1960 ; O. Durant, 1993-1994

24Les expressions vocabulaire préméditerranéen4, vocabulaire circumméditerranéen5 et substrat méditerranéen6 présupposent l’existence d’un fonds lexical commun aux langues méditerranéennes (on y ajoute parfois le Sahara et l’Afrique sahélienne), indépendamment de la classification de ces langues en famille. En fait, il s’agit de dénominations vagues qui ne précisent ni l’importance de ce vocabulaire ni ses limites. Le plus souvent, on se contente d’y ranger des mots isolés, que l’on retrouve dans plusieurs langues sans que l’on puisse déterminer s’il s’agit de mots empruntés par les autres à une langue de la région ou d’un vocabulaire « commun », substrat d’une période de communauté de ces langues.

  • 7 Sur la critique des emprunts puniques en berbère, voir J. Peyras et D. Baggioni, 1991.

25Au demeurant, ce vocabulaire est assez réduit et bien souvent on y regroupe les termes dont on ne peut établir avec certitude l’origine ou alors dont l’origine a été abusivement attribuée à une langue, sous prétexte que cette langue, comme le punique ou le latin, a exercé, à une certaine époque, son hégémonie sur les pays du bassin méditerranéen7.

  • 8 Voir, par exemple, G. S. Colin, 1926-1927.

26Certains auteurs8 ont cru reconnaître ainsi en berbère un certain nombre de mots méditerranéens que d’autres auteurs rapportent, parfois, au punique ou au latin. Quelques exemples l’attestent :

  • K., Chl, etc. : asaku, « grand sac de laine », rapporté au latin saccus mais attesté en hébreu saqq, en akkadien : suqqum « sac, grosse toile » ;

  • B. : aghanim, « roseau », rapporté au punique qanim, attesté en latin, cana « roseau » ;

    • 9 Sur ce mot, voir V. Cocco, 1969.

    K. : tasaft, « chêne », prélatin sapinus, ar. safina et h. sapinah« embarcation », hispanique : çapar, çapirro, « chêne »9.

  • 10 Voir M. A. Haddadou, 1985.

27Dans la logique de ces classements, il faut sans doute ajouter les nombreux noms de plantes, traditionnellement rapportés au latin. Nous pensons principalement au nom du poirier, ifires, habituellement dérivé du latin pirus, mais que les dictionnaires étymologiques de latin mentionnent comme d’origine inconnue10.

Le vocabulaire libyque

  • 11 Sur ces dates, voir D. Cohen, 1968, p. 1288-1289.

28L’égyptien étant attesté depuis le ive millénaire avant J.-C. et l’akkadien depuis le iie millénaire, il faut supposer que ces langues s’étaient séparées du chamito-sémitique plusieurs milliers d’années auparavant11. Le berbère, qui appartient à une autre branche que l’égyptien et l’akkadien, a dû se détacher du tronc commun à la même date que ces langues ou à une date proche.

29On ignore tout de cette langue primitive, mais on peut supposer que la période de « communauté berbère » a dû être courte, les déplacements des Berbères, à travers l’actuel Maghreb et le Sahara, ayant dû créer très tôt une situation de diglossie. En tout cas, durant l’Antiquité, la dialectalisation du berbère était consommée. L’existence de plusieurs systèmes d’écriture recouvrait sans doute des divisions dialectales.

  • 12 Sur l’écriture libyque, voir la synthèse présentée par S. Chaker et S. Hachi, 2000.

30Quoi qu’il en soit, le libyque - le mot provient de Lebu, nom donné par les Égyptiens aux anciens Berbères - était établi au Maghreb dès le début des temps historiques, avec, dès le premier millénaire sans doute, un système d’écriture propre12. Les matériaux épigraphiques réunis depuis plus d’un siècle et demi sont abondants mais seules quelques inscriptions ont pu être déchiffrées.

  • 13 Sur la liste des mots libyques, voir S. Gsell, 1913, p. 312-313.

31Les auteurs de l’Antiquité, si prolixes quand il s’agit de décrire les mœurs des Berbères, se sont très peu intéressés à leur langue. C’est tout juste si l’on relève, dans leurs textes, une douzaine de mots donnés comme berbères. Mais ces mots, à l’exception de lilu, « eau », rapproché du verbe lil, « être lavé », n’ont pas de correspondants dans les dialectes berbères actuels13.

  • 14 J. G. Février, 1956, p. 263-273.
  • 15 K. J. Prasse, 1972

32Les listes de mots dressées à partir des stèles libyques, sont un peu plus fournies et un certain nombre d’unités peuvent être expliquées par le berbère moderne. Voici un échantillon de « vocabulaire libyque »14 recensé par J. G. Février et K. J. Prasse15.

  • u, « fils » (B. : w, « fils de »

  • ult, wit, « fille » (To.: ult, « fille »

  • gld, « roi, chef » (B. : agellid, « roi »)

  • zlh,« fer » (B. : uzzal, tazuli, « fer »)

  • skn, « construire » (Ghd.: esku, « construire », To.: esku, « mettre dans la tombe »

  • ysh, « il arriva » (B; yusa, « il arriva », as, « arriver »

  • d, « et, avec » B. : d, ed, « et, avec »

  • n, « de » (B. n, « de »), etc.

33Une autre source de renseignements linguistiques est l’onomastique antique mais elle n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique. Un grand nombre de noms antiques sont pourtant encore en usage aujourd’hui, sous des formes à peine modifiées : ainsi Tipaza, Thala, Thabarca, pour les noms de lieu, MSTN, BGY pour l’anthroponymie, se sont perpétués dans Tipaza, Tala Tabarca, Amestan et Abeggi. Même quand les noms antiques n’ont pas d’équivalents en berbère moderne, ou quand on ne peut pas restituer leur sens, on peut encore les distinguer des noms latins ou puniques par une série de marques que l’on trouve dans les dénominations actuelles. Ainsi, pour les toponymes : l’emploi du préfixe d’état des noms masculins, a-: Azimacium, évêché numide, Abigas, actuel Oued Baghaï, etc. (toponymes modernes : Abizar, Agni...); l’emploi de la marque du féminin /t/ et parfois /th/ (indice d’une spirantisation ?) : Thamalla, actuel Aïn Toumella, en Algérie, Thabarca, actuel Tabarka, en Tunisie, etc. Pour l’anthroponymie : emploi du modèle yebded, « il est debout » (nom moderne : yidir, « qu’il vive »), emploi du suffixe -an : Audiliman, Carcasan, Imastan... (noms modernes : Amuqran, Amezyan. Amastan...), etc. On peut ainsi dresser à partir des noms libyques une liste de « racines libyques » pouvant s’expliquer par le berbère moderne, dont voici des exemples :

  • ZKR : toponyme antique : Zuccar, actuel Aïn Djoujjar (Tunisie)

    To.: azevker, « cime, point culminant »

  • FR : Ifru, divinité libyque dont l’image, une tête radiée, apparaît au fond d’un abri sous roche au sud de Constantine

    B.: ifri, « grotte, abri sous roche », toponyme moderne: I fran (Libye )

  • SF : toponymes antiques, composés avec i élément -suf : sufasar, actuel Amoura, en Algérie, Sufes, Sufetula, villes de Tunisie centrale, etc.

    B. : asuf, asif, « oued, fleuve, cours d’eau », toponyme moderne : Oued Souf (Algérie)

  • MDL : toponyme antique : Medeli, évêché près de Uthina, aujourd’hui Oudina (Tunisie) ethnonyme antique : MDLH

    Dans les parlers du Maroc central : amadal « pente et versant d’une montagne »

    Toponyme moderne : Madal, lieu dit en Petite Kabylie (Algérie)

    Ethnonymie moderne : Imadalen (forme plurielle ; singulier : Amadal nom propre de famille en Kabylie

  • NGY : toponyme antique : Inuga, actuel Henchir er-Reukba (Tunisie) Tingis, actuel Tanger (Maroc), etc.

    Dans les parlers du Maroc central : ngey, « être en crue (cours d’eau) » angay, « crue, eau de pluie... », k. ngi, « s’écouler », etc. Toponyme moderne Tanger

  • LMS toponymie antique : Limisa, actuel Ksar Lemsa (Tunisie)

    To.: almes, féminin : talmest, « roseau »

    Nombreux toponymes au Hoggar : Talmest, Tilemsin, etc., et Tlemcen, dont la forme, au Moyen Âge, Tilimsan, est plus proche de la forme touarègue que de la forme moderne.

  • BRK : toponyme antique : Thabraca, Baricis, évêché de Numidie ethnonyme antique : BRK

    K. : ibrik, « être noir », aberkan, « noir, obscur »

    Toponymes modernes : Tabarka, El Barika (Tunisie) Barika (Algérie) Nombreux noms de famille au Maroc, en Algérie et en Tunisie : Berkar

    Berkani Aberkan. etc.

Les emprunts au punique et au latin

34En contact depuis l’Antiquité avec les grandes langues de civilisation, 1 berbère a emprunté des mots et, contrairement à ce que l’on croit généralement il a dû en prêter lui-même. En fait, la question des emprunts anciens en berbère a été marquée, dès son origine, par le présupposé idéologique du Berbère acculturé, qui se serait toujours contenté d’enregistrer les modèles culturel qu’on lui imposait. Les faits de langue - correspondances phonétiques e morphologiques - sont rarement pris en compte ; les auteurs, généralement de amateurs mais aussi des linguistes comme les comparatistes allemand (H. Schuchardt, H. Stumme) se contentent le plus souvent de vague ressemblances. Un examen de listes de mots supposés puniques ou latins dressées au cours de la fin du xixe siècle et la première moitié du xxe siècle montre combien, à l’exception de quelques séries, ces prétendus emprunts son souvent douteux. Beaucoup de mots, notamment ceux qui réfèrent à la vie quotidienne et à l’environnement naturel des Berbères sont ainsi certainement d’origine autochtone.

L’emprunt punique

35On relève une vingtaine de termes dont beaucoup sont attestés dans le quasi-totalité des dialectes et qui font donc partie du vocabulaire berbère commun. En voici des exemples :

  • aghanim, « roseau », rapporté à une racine phénicienne QNM, h.: qanîm

  • aghrum, « pain », To. teghormit, « croute de pain », h. qerûm« croûte »

  • agadir, « mur », h. gader « rempart »

  • enir, « lampe », h.ner ;

  • ahatim / azatim, « huile » (To), h. zetim, ar. zeyt ;

  • agusim, « écorce de noyer », h. egozim ;

  • anas, « cuivre », punique nh’s, h. neh’oset, ar. nah’as ;

    • 16 Sur les emprunts puniques en berbère, voir H. Stumme, 1911 ; H. Schuchardt 1918 ; W. Vycichl, 1952.

    agerjum, « gorge », K16.

36Certains mots sont certainement d’orgine arabe comme dans le cas de agerjum, « gorge » cité ci-dessus. Le critère d’identification des emprunts puniques est surtout morphologique, avec l’emploi du morphème du pluriel -im, attesté également en hébreu, langue étroitement liée au phénicien et avec laquelle les mots berbères sont souvent confrontés. Si l’on prend en compte les listes des emprunts, c’est le vocabulaire de la botanique et des plantes cultivées qui est le plus redevable au punique. Il n’y a rien là d’étonnant quand on sait que les Carthaginois étaient passés maîtres dans l’art de l’agriculture et de l’arboriculture. On remarquera cependant que les principales plantes cultivées sont spontanées en Afrique du Nord et qu’elles portent pour la plupart des noms berbères, communs à la plupart des dialectes, et s’avèrent d’une grande antiquité : irden, « blé », timzin, « orge », azemmur, « olivier », azar, « figuier », etc. Les données linguistiques donnent donc à croire que la culture des céréales et l’arboriculture sont antérieures aux Phéniciens.

L’emprunt latin

  • 17 Voir notamment E. Laoust, 1922 ; H. Schuchardt, 1918 ; G. S. Colin, 1926-1927.

37Les Romains sont demeurés moins longtemps au Maghreb que les Carthaginois, mais leur influence linguistique semble plus importante, si l’on en croit les listes d’emprunts du latin en berbère dressées par différents auteurs17.

38Les mois du calendrier julien

  • yannayer, innayar, innar, « janvier » (latin: januaris)

  • furar, februayer, « février » (latin: februaris)

  • mars, meghres, « mars » (latin : mars), etc.

39Les plantes cultivées et sauvages

  • ulmu (K), « orme champêtre » (latin : ulmus)

  • sarremu (Chl), « ronce » (latin : sarmentum, « sarment »)

  • akerruc (K, Chl), « chêne » (latin : qercus)

  • ikiker (Chi), « pois-chiche » (latin: cicer, prononce kiker)

  • ileli (Ghd), ilni (Nef), « millet » (latin : milium), etc

40L’agriculture, le matériel agricole

  • urti (Chi), « jardin, verger » (latin: hortus, horti)

  • anarar, annar (Ghd, K, MC, etc.), « aire à battre » (latin : area)

  • atemun (R, MC, K), « flèche de la charme » (latin : temonem)

  • tayuga (MC, Chl, K...),« attelage, paire de bœufs, couple » (latin yugum « joug et attelage »), etc.

41Les animaux

  • afalku(B), « oiseau de proie » (latin : falco, « faucon »)

  • amergu (K), « grive » (latin: mergus)

  • asnus (Chl), « âne » (latin : asinus)

  • ajattus (Chi) aqitt’us (Nef), « chat » (latin: cattus), etc.

42Les objets

  • afarnu (Chl, MC, etc.), « four » (latin : furnus)

  • anaw (Chl), « navire » (latin: navis)

  • tusebla (Nef), « alêne » (latin : sebula), etc

43Le vocabulaire « religieux »

  • amerkidu (Wrg, Mzb), « grace » (latin: merces)

  • abekav (To), « péché » (latin : peccatum)

  • anedjlus (To), « ange » (latin: angelus)

44De tous les emprunts, il n’est que la série des noms de mois que l’on puisse rattacher, sans hésiter, au latin. On peut supposer qu’une partie de la terminologie relative à la charrue ait été empruntée au latin, les Berbères ayant pu adopter certains éléments de l’araire romaine. Tout le reste est hypothétique le rattachement au latin se faisant sur la foi de simples ressemblances phonétiques. L’étymologie de plusieurs mots donnés comme d’origine latin peut d’ailleurs s’établir par le berbère. Ainsi dans le vocabulaire « religieux » (supposé d’origine chrétienne) abekd’ « péché », peut-il être rattaché à un verbe berbère, bekked’, attesté en chleuh avec le sens d’ « être aveugle ».

L’emprunt arabe

  • 18 Sur l’emprunt arabe et les critères de son identification, voir R. Kahlouche, 1992 ; Id., 1996.

45La langue arabe, avec laquelle le berbère est en contact depuis près de quatorze siècles, a exercé sur lui une influence beaucoup plus profonde que le latin ou même le punique. Concernant le punique, il est d’ailleurs possible qu’une grande partie des emprunts faits à cette langue aient été couverts par l’arabe, qui lui est apparenté. Arguant de l’abondance des emprunts arabes, de leur ancienneté et de leur extension à tous les domaines du lexique, certains auteurs vont jusqu’à attribuer des origines arabes à des mots berbères : l’argument avancé est l’existence d’une ressemblance formelle et sémantique de ces mots avec des mots arabes. C’est ignorer que certaines ressemblances peuvent être fortuites et que d’autres doivent être interprétées dans le cadre de l’apparentement chamito-sémitique, les deux langues, on l’oublie souvent, faisant partie de la même famille linguistique18.

46Au demeurant, les mots berbères qu’on prétend rattacher à l’arabe se retrouvent dans les autres langues de la famille : ainsi, le mot désignant la graisse, tassemt, esim, reporté à l’arabe samn, de même sens, se retrouve en hébreu, semen, en égyptien, smy « lait » et en aga, sena « beurre frais ». Même s’il y a emprunt, on ne peut déterminer avec précision de quelle langue provient le mot.

47Les cas douteux retranchés, l’emprunt arabe demeure très important.

48On en jugera par cet échantillon de vocabulaire arabe attesté dans la quasi-totalité des dialectes berbères :

  • ellah, « Dieu »

  • tamesgida, « mosquée » (ar. almesoid)

  • taktubt, taktabt, « livre »

  • leqlam, « stylet, crayon »

  • ekteb, « écrire »

  • xali, « oncle maternel »

  • ‘emmi, « oncle paternel »

  • akursi, « chaise »

  • Imus, « couteau »

  • bnu, « construire »

  • lburj, « forteresse »

  • lebh’r, « mer, océan »

  • exdem, « travailler »

  • tamdint. « ville ». etc.

49Par l’intermédiaire de l’arabe dialectal, les dialectes berbères ont également acquis un grand nombre de mots étrangers :

  • espagnols : takebbut, « manteau », ccikula, « chocolat », ssbitar,« hôpital »...

  • italiens : cclata, « salade »...

  • persans: lwerd, « rose », zze‘ter « thym »...

  • turcs : Ibacmaq, « babouche », berrecman, « bordure de soie des burnous », etc.

50L’emprunt est particulièrement important dans les domaines de la vie morale et intellectuelle où le poids de la civilisation arabo-musulmane est déterminant. Mais il atteint aussi les vocabulaires de base qui réfèrent généralement à des notions locales (végétaux, objets usuels, etc.). Des pressions externes à la langue, comme les interdits linguistiques qui sont importants en berbère, ont sans doute facilité l’emprunt (exemple Imus, « couteau » au lieu de tuzzalt, littéralement « fer », senti comme maléfique, jeddi, « grand-père paternel » au lieu de tis n ti, forme connue dans certains dialectes mais interdite) mais c’est la pression de l’arabe, qui s’exerce sur tous les secteurs du lexique, qui l’explique le mieux.

Les emprunts aux langues européennes

  • 19 H. Schuchardt, 1918 ; E. Laoust, 1922 ; W. Vycichl, 1952, etc.

51Depuis longtemps, de nombreux auteurs19, attribuent une origine européenne à un certain nombre de mots employés dans les dialectes du Nord taskala, « échelle » (dialectes marocains), rapporté au roman scala ; tabenta« tablier de jardinier » de l’espagnol devantal,tut’abla, « table » de tabula (en néfousi), etc. De toutes les langues européennes, le français est cependant celle qui a sans doute le plus marqué les dialectes berbères, principalement ceuxe d’Algérie et du Maroc. Le français intervient principalement dans le domaine des sciences et des techniques, mais on relève aussi de nombreux termes référant à l’administration, aux vêtements, aux produits usuels...

  • tamacint, « machine »

  • radio, « radio »

  • trisiti, « électricité »

  • tomobil, « automobile »

  • lgaz, « gaz »

  • sartafika, « certificat »

  • Ibiro, « bureau », etc.

  • 20 Voir, à ce propos, L. Galand, 1974 ; R. Kahlouche, 1992
  • 21 Voir R. Achat, 1996.

52De nouveaux emprunts, arabes, français et autres, sont quotidiennement enregistrés dans la plupart des dialectes berbères. C’est que le berbère, comme les autres langues d’ailleurs, doit répondre aux besoins nés de l’évolution du monde, du développement des sciences et des techniques, de l’apparition de nouvelles machines. C’est ainsi qu’en kabyle, par exemple, des mots comme sida, magnétoscope, disquette, zapper, sont devenus d’un usage courant. Si les anciens emprunts sont plus ou moins intégrés dans les structures de la langue et peuvent même passer inaperçus, les emprunts récents sont le plus souvent transférés tels quels dans le système. Ainsi, en kabyle, on dit ladisket, Imanituscup, zape, ce qui introduit dans la langue des structures phoniques et morphologiques étrangères, ce qui pourrait, à la longue, la bouleverser20. Aujourd’hui, beaucoup de berbérophones estiment que l’emprunt constitue une menace sur leur langue et appellent à le combattre, voire à remplacer de façon systématique tous les mots étrangers par des mots berbères21.

Vers le renouveau du vocabulaire berbère

  • 22 Sur l’emploi de amazigh voir M. A Haddadou, 1999.

53C’est en Kabylie que le mouvement de néologie berbère est le plus actif, avec, à la fin des années 1970, la publication, sous la direction de l’écrivain Mouloud Mammeri, d’un recueil de néologismes, Amawal, dans lequel toute une génération d’intellectuels berbères ont puisé et continuent de puiser. Certains néologismes d’Amawal se sont aujourd’hui imposés en kabyle. Plusieurs d’entre eux sont communément repris dans les journaux radiodiffusés et télévisés d’autres dialectes algériens (chaoui et mozabite) et quelques-uns se retrouvent même en rifain, en chleuh et en tamazight du Maroc central qui disposent également de bulletins d’information à la radio et à la télévision. On peut citer, parmi les termes les plus utilisés : tamezgha, « Maghreb, littéralement le pays des Berbères », tilleli, « liberté », aselway, « président », aghmis, « journal », akabar, « parti politique »... et les mots amazigh, « Berbère », tamazight, « langue berbère » sont utilisés, là où ils ne sont pas traditionnellement employés, on note même leur introduction en arabe, dans les textes officiels algériens et marocains, en remplacement de barbar et barbaria, qui signifient également barbare et barbarie. En français, amazigh, tend également à remplacer, dans les deux pays berbère et des néologismes ont été formés sur le mot : amazighophone, « qui parle amazigh », amazighité, « caractères propres à la culture amazighe » et même, sur le modèle de « négritude », amazighitude, « appartenance à la culture, à la civilisation amazighe ». Mais dans cette langue, le mot berbère, moins stigmatisé que l’arabe barbar, est encore d’un usage courant, notamment dans les travaux scientifiques22.

54Envisagé du point de vue de son origine, le vocabulaire berbère paraît assez hétérogène. Au fonds primitif, provenant de la période de communauté avec le chamito-sémitique et au libyque, forme ancienne de la langue, se sont ajoutés des mots divers, issus du contact avec les langues et les civilisations avec lesquelles le berbère s’est trouvé en contact, au cours des siècles : langues et civilisations puniques, latines, arabes, turques, espagnoles, françaises... Même si on fait aujourd’hui l’effort de créer des mots à partir du fonds berbère, de nouveaux emprunts sont régulièrement enregistrés : aujourd’hui comme hier, aucun peuple n’a pu développer sa culture de façon autonome et les langues, dans la guerre comme dans la paix, se sont influencées mutuellement et continuent de s’influencer.

Bibliographie

Achab R., 1996, La néologie lexicale berbère, 1945-1995, Louvain, Peteers.

Amawal, Lexique berbère-français, français-berbère, Éditions Imadyazen, 1980 (réédité par l’Association culturelle Tamaz, Parisight, Béjaïa, 1990).

Basset A., 1950, La langue berbère, Londres.

Benoit F., 1930, « Survivance des influences méditerranéennes chez les Berbères », Revue d’anthropologie, p. 278-293.

Boukous A., 2000, « L’Amazighe : perte irréversible ou changement linguistique ? », Études berbères et chamito-sémitiques, Mélanges offerts à K. G. Prasse, Louvain, Peeters, p. 43-59.

Chabot J. B., 1940, Recueil des Inscriptions libyques, Paris, Éditions nationales.

Chaker S., HACHI S., 2000, « À propos de l’origine et de l’âge de l’écriture libyco-berbère », in Études berbères et chamito-sémitiques. Mélanges offerts à K. G. Prasse. Louvain. Peeters.

Cocco V., 1969, « Termine di cultura commune al domino linguistique semitico, mediterranéo ed atlantico : prelatino sap(p)inus “Pinus mugus L.”, rabe safinatun, ebr. Sepinah “imbarcazuione, isp. tsapar, chapirro, ecc.” roble », Proceedings of the International congress of onomastics sciences, 10, Vienne, 2, P 95-105

Cohen D., 1968, « Les langues chamito-sémitiques », in Le Langage, Paris, Gallimard (Encyclopédie de la Pléiade), p. 1287-1330.

Cohen M., 1924, « Langues chamito-sémitiques », in A. Meillet et M. Cohen (dir.), Les langues du monde, p. 82-181 (2e éd. Genève, Paris, Slatkine, 1981, p. 81-151).

Cohen M., 1967, Essai comparatif sur le vocabulaire et la phonétique du chamito-sémitique, Paris, Champion (1947).

Colin G. S., 1926-27, « Étymologies maghrébines », Hespéris, p. 55-82 et 85-102.

Durand O., 1993, « A propos du substrat méditerranéen et des langues chamito-sémitiques », Rivista degli studi orientali, 67/1-2, p. 27-38.

Fevrier J. G., 1956, « Que savons-nous du libyque ? », Revue Africaine, 100, p. 263-273.

Galand L., 1974, « Signe arbitraire et signe motivé en berbère », in Actes du colloque international de linguistique chamito-sémitique, Paris-La Haye, Mouton, p. 90-101.

Gsell S., 1913, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, 1, Paris, Hachette.

Haddadou M. A., 1985, Structures lexicales et significations en berbère. Thèse de 3e cycle, Aix-en-Provence, Université de Provence

Haddadou M. A., 1998, « Barbarus, barbar, berbère : une stigmatisation deux fois millénaire », Peuples méditerranéens, 79, p. 71-83.

Hubschmid J., 1950, « Circummediterrane wortgruppen... », Vox Romanica, Berne Francke.

Hubschmid J.. 1960, Mediterranee substrate...., Berne, Francke.

Kahlouche R., 1992, Le berbère (kabyle) en contact de l’arabe et du français. Thèse de doctorat d’État, Alger.

Kahlouche R., 1996, Critères d’identification des emprunts en berbère, in Linguistique et anthropologie, Université de Rouen.

Peyras J., Baggioni D., 1991, « Linguistique historico-comparative et antiquités nord-africaines : Hugo Schuchardt et les substantifs berbères en -im” », Études et Documents berbères, 8, p. 159-171.

Laoust E., 1922, Mots et choses berbères, Challamel.

Morsly D., 1988, Histoire des langues dans l’Algérie coloniale : le français dans la réalité algérienne. Thèse de doctorat d’État, Université René Descartes, Paris.

Prasse K-G., 1972, Manuel de grammaire touarègue, I-III, Phonétique, Écriture Pronom. Akad. Forlag.

Schuchardt H., 1918, Die romanische Lehnwörter im Berberischen..., Sitzungsberichte der Kaiserliche Akd. Der Wissenschaffen, Vienne.

Stumme H., 1911, « Gedanken über libysch-phönizische Anklänge », Zeitschrift für assyriologie, 27, p. 121-128.

Vycichl W., 1952, « Punischer spracheinfluss », Journal of near eastern Studies, XI p. 198-204.

Annexes

1. Transcription

caractères spéciaux :

  • gh : uvulaire, constrictive sonore, gh des transcriptions en français

  • ‘ : pharyngale sourde, ‘ayn de l’arabe

  • h’ : pharyngale sourde

  • q : uvulaire occlusive sourde

  • x ; uvulaire constrictive sourde, kh des transcriptions en français

  • dj : alvéopalatale, dj des transcriptions en français

  • c : chuintante sourde, français ch

  • l’accent devant la consonne note, en dehors de h, l’emphase.

2. Abréviations

  • - af.: afar, langue couchitique

  • ag.: agaw, langue couchitique

  • ak.: akkadien

  • ar.: arabe

  • arm.: araméen

  • B. : commun aux dialectes berbères

  • bed.: bedja, langue couchitique

  • Chl : chleuh, dialecte berbère du Maroc

  • Cou.: couchitique

  • cp.: copte

  • Eg.: égyptien

  • ga.: galla, langue couchitique

  • Ghd.: dialecte berbère de Ghdames, Libye

  • h.: hébreu

  • K. : Kabyle, dialecte berbère d’Algérie

  • MC, dialectes du Maroc central

  • Nef, néfousi, dialecte de Libye

  • Sem.: sémitique

  • som.: somali, langue couchitique

  • To.: touareg.

Notes

1 Sur les langues chamito-sémitiques et l’appartenance du berbère à cette famille, voir M. Cohen, 1924, et D. Cohen, 1968.

2 Voir D. Cohen, 1968, p. 1318.

3 Voir la liste des abréviations à la fin de la communication.

4 M. Cohen, 1931.

5 J. Hubschmid, 1950.

6 J. Hubschmid, 1960 ; O. Durant, 1993-1994

7 Sur la critique des emprunts puniques en berbère, voir J. Peyras et D. Baggioni, 1991.

8 Voir, par exemple, G. S. Colin, 1926-1927.

9 Sur ce mot, voir V. Cocco, 1969.

10 Voir M. A. Haddadou, 1985.

11 Sur ces dates, voir D. Cohen, 1968, p. 1288-1289.

12 Sur l’écriture libyque, voir la synthèse présentée par S. Chaker et S. Hachi, 2000.

13 Sur la liste des mots libyques, voir S. Gsell, 1913, p. 312-313.

14 J. G. Février, 1956, p. 263-273.

15 K. J. Prasse, 1972

16 Sur les emprunts puniques en berbère, voir H. Stumme, 1911 ; H. Schuchardt 1918 ; W. Vycichl, 1952.

17 Voir notamment E. Laoust, 1922 ; H. Schuchardt, 1918 ; G. S. Colin, 1926-1927.

18 Sur l’emprunt arabe et les critères de son identification, voir R. Kahlouche, 1992 ; Id., 1996.

19 H. Schuchardt, 1918 ; E. Laoust, 1922 ; W. Vycichl, 1952, etc.

20 Voir, à ce propos, L. Galand, 1974 ; R. Kahlouche, 1992

21 Voir R. Achat, 1996.

22 Sur l’emploi de amazigh voir M. A Haddadou, 1999.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable