Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

V. Passages et passeurs

Lecture/transverse V. Réflexions sociolinguistiques sur la coexistence des langues dans l’histoire du Maghreb : les sources et leur interprétation

Jérôme Lentin

Texte intégral

1Les textes que rassemble le présent ouvrage traitent tous de cas et de périodes précis ; comme il est naturel, les préoccupations de méthode y sont, selon les cas, plus ou moins explicitement exposées. Mais tous peuvent être mis à profit pour dresser un petit bilan cumulatif de ces questions de méthode, et tenter de présenter à partir d’elles quelques réflexions, élémentaires assurément, avec le souci pratique d’aider à la recherche future ; en essayant de resituer l’histoire des langues et des situations linguistiques au Maghreb dans le cadre général de la sociolinguistique (historique), elles visent à préciser quelques réponses à des questions simples mais fondamentales sur nos sources et sur la façon de les interpréter.

2Ce sont là, on le voit, des préoccupations d’historien (de la langue en l’occurrence) : nous ne sommes, historiens et linguistes, pas si différents les uns des autres. Nous faisons même d’une certaine façon la même chose : histoire des langues et histoire tout court ont en effet des façons très semblables de voir, et d’opérer. Il se trouve malheureusement que, dans le cas du Maghreb comme, plus largement, dans celui du monde aujourd’hui majoritairement arabophone, peu de travaux dans ce domaine de l’histoire linguistique ont été réalisés, pour des raisons sur lesquelles il faudrait d’ailleurs s’interroger. Je crains que l’une d’entre elles ne soit que les historiens, par une modestie qui les honore, mais qui est sans doute excessive, n’aient que peu osé s’y aventurer ; une autre raison est que la linguistique historique a subi depuis une quarantaine d’années une relative désaffection, qui s’estompe heureusement. On permettra au linguiste de dire aux historiens qu’ils ne doivent pas se laisser intimider par le terrorisme intellectuel de certaines linguistiques. L’initiative qui a donné lieu à la présente publication est, après quelques autres, le signe que les choses changent, et de la seule façon qui vaille, soit par la présentation de travaux. On ne peut que s’en féliciter, pour deux raisons au moins. La première est que, comme on vient de le rappeler, tout ou presque reste à faire (alors que les sources, connues ou pas encore repérées, sont là en nombre) et que, a fortiori, on ne dispose pas encore d’une histoire linguistique du Maghreb, même schématique, en continu, et donc pas d’un tableau général que des études particulières pourraient venir enrichir ou remettre en question sur tel ou tel point ; cette absence de cadre de référence semble ressortir en creux de l’ensemble des textes ici présentés, lesquels contribuent néanmoins à nous faire avancer dans cette voie. La seconde est que la présente expérience prouve, à mon avis de façon exemplaire, et malgré quelques timidités que j’attribue là encore à une modestie excessive, l’utilité et la fécondité des approches croisées des historiens et des linguistes.

3Quelques considérations d’ordre très général ne seront peut-être pas superflues, avant d’évoquer la question des sources et de leur interprétation. On verra qu’elles rejoignent, comme les considérations qui seront développées ensuite, des préoccupations qu’exposent clairement plusieurs contributions (H. El Moujahid, M. Tilmatine, A. Bounfour, M. Meouak...).

4Les contributions montrent bien l’extrême diversité linguistique dans l’histoire du Maghreb. Au-delà de ce constat, il conviendrait d’essayer de faire une typologie de cette diversité, et des variétés linguistiques en présence. De ce point de vue, la comparaison avec d’autres zones, à commencer par les plus proches, l’Europe et l’Afrique, serait riche d’enseignements. Une situation linguistique complexe est une donnée de base de presque toutes les sociétés humaines, et n’a évidemment rien de propre à l’espace maghrébin : elle est consubstantielle à l’activité linguistique humaine. Mais il y a diversité et diversité, variété et variété.

5Les études que rassemble ce volume abordent, pour les unes, les problèmes à partir de l’écrit - c’est, par la force des choses, le cas de celles qui traitent des périodes anciennes -, et, pour les autres, à partir de l’oral. Mais cette problématique de l’oral et de l’écrit est évidemment sous-jacente - ou devrait l’être - à toutes, car il s’agit d’un point fondamental. Non seulement, s’agissant de l’histoire linguistique des populations, convient-il de savoir si on traite des langues qu’elles parlaient, ou - pour une petite fraction d’entre elles, des langues qu’elles écrivaient, et qui n’étaient pas nécessairement les mêmes (et il faut ici rappeler, pour le cas de l’arabe, que seuls les dialectes étaient parlés) -, mais cette question de l’identification des langues (ou des variétés de langues) en présence est tout aussi importante pour l’analyse et l’interprétation des sources. Celles-ci, pour toute une série de raisons, ne s’intéressent qu’exceptionnellement à la réalité sociolinguistique en tant qu’objet d’intérêt scientifique, et laissent donc de côté tout un pan, pourtant fondamental, de cette réalité. Il importe d’être conscient de ce silence, afin de ne pas en déduire inconsidérément des informations que, précisément, elles ne peuvent nous apporter (laissons de côté ce qu’elles taisent, et ce qu’elles cachent, c’est là un autre problème ; il faut en outre penser, en matière de langue, à ce qui échappe à la conscience et ne peut donc, n’étant pas vu, être dit, si ce n’est par mégarde).

6Pour donner quelques exemples précis, on ne peut rien conclure de l’absence, dans la documentation écrite, de mention d’une langue (ou a fortioride citations de propos dans cette langue) quant à la présence réelle, peut-être considérable, de cette langue parlée dans la réalité, et ceci pour deux raisons au moins : la différence de nature entre écrit et oral - y compris dans le discours rapporté -, et la spécificité de chacun de ces registres quant à ce qu’on choisit d’y dire. Un autre exemple illustre très bien la spécificité des deux registres, et nous invite à bien les distinguer dans l’analyse et l’interprétation des données : la raréfaction des mots turcs dans certains écrits (du xvie siècle) dans le temps même où ils semblent se multiplier dans les dialectes arabes du Maroc, comme le montre A. El Moudden.

7Les vertus de l’anachronisme bien compris ont été rappelées par J. Dakhlia. Je partage pleinement son point de vue, et j’ajouterai qu’à mon sens il doit s’exercer dans les deux sens, c’est-à-dire que de même que le présent peut éclairer le passé, ce que nous pouvons savoir et comprendre des situations passées peut être utilisé, avec prudence évidemment, pour essayer de rafraîchir le regard que nous pouvons porter sur les situations contemporaines. C’est d’ailleurs là sans doute une des chances qui nous sont offertes d’essayer de nous détacher de la pression des enjeux idéologiques d’aujourd’hui. S’il n’est guère besoin d’insister sur la force de cette pression, il faut par contre inlassablement rappeler combien elle est dommageable, et surtout essayer de garder présent à notre esprit combien la situation d’aujourd’hui, qui nous paraît « naturelle », est relativement récente. Il s’agit au fond d’un siècle ou à peine davantage, ce qui est évidemment très peu. Il est fort probable que le mode de coexistence des langues, leur contact et leurs interférences a été fort différent de ce que nous pourrions imaginer si nous projetions la situation présente sur le passé. Et, pour mettre en pratique l’anachronisme sous l’aspect que je viens d’évoquer, peut-être, d’autre part, les situations contemporaines sont-elles moins dramatiques que ce que nous avons tendance à penser, ou plus exactement à croire, ou encore à extrapoler indûment à partir de constats sur la façon dont elles sont vécues, ou plutôt conceptualisées, par un milieu particulier qui recoupe plus ou moins celui des chercheurs et des enseignants.

8Aux vertus de l’anachronisme j’aimerais associer celles de ce qu’on pourrait se risquer à nommer « l’anatopisme ». S’il est utile, comme il a été dit, de comparer la situation maghrébine à celles de l’Europe et de l’Afrique, il n’est pas moins éclairant, en s’en tenant à l’espace arabophone, de regarder aussi du côté du Machrek. Ceux qui, comme moi, sont plus familiers de cette zone, ne peuvent qu’être frappés de la forte charge idéologique des problèmes de langue au Maghreb (pour des raisons parfaitement transparentes, qu’il s’agisse du cas du français ou de celui du berbère) et, là encore, un regard distancié, par la géographie cette fois, peut contribuer, en les dédramatisant, à mieux évaluer les données.

9C’est sur ces bases que l’on pourrait proposer quelques réflexions d’ordre sociolinguistique sur la coexistence des langues dans l’histoire du Maghreb, à partir du problème des sources et de leur interprétation.

10Si l’on fait le tour des types de sources qui apparaissent dans les présentes contributions, on y recense d’abord des textes qu’on pourrait appeler « indigènes » : historiques, littéraires (en petit nombre, ce qui est dommage, car les textes littéraires ont beaucoup de choses à nous dire, que seuls nos questionnements d’historiens ou de linguistes peuvent faire apparaître), juridiques, scientifiques, récits de voyage (peu), documents d’archives. Ensuite des corpus d’une nature particulière : toponymes et anthroponymes, qui sont à leur manière riches d’information, mais demandent beaucoup de compétence et de prudence dans l’interprétation, entre autres parce qu’ils se situent de façon tout à fait particulière dans le temps historique. Enfin des textes qu’on pourrait appeler « exogènes » (en particulier ceux de voyageurs européens) qui ont eux aussi, bien que pleins de chausse-trappes (cf. les topoï à propos de la lingua franca [J. Dakhlia]), beaucoup à dire. Du moins certains d’entre eux : de ce point de vue, la contribution sur les marchands européens et la langue arabe de T. Mansouri est fort instructive : on y voit bien comment certains disent peu de chose, et très maladroitement, mais qu’au fil du temps, la connaissance réciproque s’enrichissant, les renseignements deviennent plus fiables.

11D’autres types de sources sont moins présents. Je pense en particulier aux corpus que constituent les langues elles-mêmes, et tout particulièrement les dialectes arabes et berbères. Parmi les premiers, je remarque l’absence du maltais, alors que la présence maltaise en Afrique du Nord et son impact linguistique sont loin d’être négligeables. Je pense, dans un autre ordre d’idées, à l’absence (hormis le célèbre Petit Mauresque, toujours pour la lingua franca) d’une catégorie de sources à mon avis très riches : les opuscules divers (petits manuels de langue, lexiques bilingues, vade-mecum pour voyageurs...) rédigés par des Européens, ou par des Orientaux, souvent forts d’une réelle connaissance du « terrain » ; les informations qu’ils fournissent sont souvent très intéressantes à cause précisément de leur visée tout à fait pratique, et ils nous donnent un accès précieux à un certain nombre de variétés linguistiques en usage, dont la connaissance était nécessaire pour une réelle communication avec les populations concernées, et une image fidèle d’un certain nombre de pratiques linguistiques qui n’avaient pas droit d’entrée, ou peu, dans les publications académiques européennes (sans parler des sources maghrébines).

12Revenons aux dialectes arabes et berbères, pour souligner deux points. D’abord la nécessité de ne pas confondre langue et lexique - j’y reviendrai plus loin à propos de la question de l’emprunt. Mais ce caveat ne doit pas nous faire négliger la formidable source d’information que constituent les lexiques des dialectes, arabes et berbères, à toutes les époques, comme conservatoire des contacts et des interférences linguistiques, et donc comme témoignage de l’histoire linguistique (voir, par exemple L. Meziane sur Salé). Que cela soit vrai de toutes les époques signifie d’abord que les dialectes contemporains sont un matériau historique de premier ordre. Au-delà du lexique, d’ailleurs, l’étude linguistique détaillée peut apporter beaucoup, et on peut attendre de précieuses informations historiques de tous ordres d’entreprises comme l’Atlas linguistique de la Tunisie (T. Baccouche et S. Mejri). Pour les époques antérieures - et cela m’amène au second point - nous disposons, sans le savoir toujours, de quantité de sources. Certaines sont connues, et plus ou moins travaillées de ce point de vue. D’autres attendent d’être exploitées, et beaucoup d’autres encore d’être mises au jour. Contrairement à ce qu’on croit souvent, l’arabe dialectal et le berbère ont été écrits. Pour l’arabe, il ne s’agit pas seulement de textes littéraires (d’ailleurs difficiles à exploiter, d’abord parce qu’ils sont le plus souvent difficiles à dater, que pour beaucoup ils ont été constamment remaniés, et ensuite et surtout parce qu’ils sont écrits dans des variétés artistiques, comme telles transrégionales, et archaïsantes). Pour le cas du berbère, A. Bounfour rappelle que la tradition écrite est ancienne et a connu une large diffusion.

13Ce petit tour des sources utilisées (et de celles qui pourraient l’être) nous fait mesurer, à travers leur salutaire (car il faut faire flèche de tout bois) mais complexe (par les délicats problèmes de mise en perspective puis d’interprétation qu’elles posent) hétérogénéité, à la fois combien elles sont riches et multiples, mais aussi combien il reste à faire. Encore une fois, le présent ouvrage collectif contribue à baliser la voie vers la nécessaire élaboration d’un tableau général de l’histoire linguistique du Maghreb, sans solutions de continuité, afin que chacun puisse mieux évaluer les permanences et les traits originaux de la période et de la région qu’il étudie. Il me semble que c’est peut-être pour l’époque musulmane que les connaissances sont encore le plus imparfaites. La longue et complexe histoire de l’arabisation reste largement à faire ou à reprendre. Sur un domaine précis, celui de la présence et du rôle de l’espagnol au Maghreb, par des biais historiques d’ailleurs divers, on a le sentiment que plusieurs études ici présentées, mises ensemble, apportent des informations ou des questionnements nouveaux (mais peut-être est-ce là aussi ce qui frappe le plus un chercheur plus familier des réalités historiques du Proche-Orient). Il manque au tableau - par le hasard sans doute des chercheurs présents - des études comparables concernant les variétés d’italien.

14Pour autant il se dégage bien de l’ensemble de ces textes l’extrême diversité linguistique qu’a connue de tout temps l’histoire du Maghreb. Elle sera plus abondamment documentée, on peut en être convaincu, par les recherches à venir, pour peu que nous sachions multiplier et diversifier nos sources documentaires, comme suggéré. Diversité linguistique : diversité des langues (et de leurs dialectes) en présence, diversité des situations sociolinguistiques. De ce point de vue, il y aurait évidemment beaucoup à dire. Un seul aspect sera ici abordé, qui me paraît capital. Admettons que les différentes langues et les différents dialectes soient clairement identifiés, et de plus clairement décrits dans leurs différents états historiques (ce qui est loin d’être le cas). Il reste un problème de fond : comment les locuteurs de ces langues et dialectes communiquent-ils entre eux ? Et d’ailleurs... communiquent-ils vraiment ? On a toujours plus ou moins l’idée que les gens communiquent entre eux. C’est vrai, naturellement, quand il y a nécessité, et/ou volonté de le faire. Mais ce n’est pas forcément vrai partout et toujours. Les modalités de la coexistence des langues sont complexes, leurs contacts et leurs interférences divers, les influences qu’elles exercent les unes sur les autres asymétriques ; tous les cas de figure sont possibles.

15Il peut y avoir par exemple coexistence avec large ignorance réciproque (qu’on pense seulement à l’exemple récent des Pieds-noirs en Algérie, dont certains étaient aussi arabophones, mais beaucoup d’autres absolument pas). Au cours de l’histoire, il y a eu certainement, parmi bien d’autres, des situations de ce type, où le contact était inégal (ce qui ne veut pas nécessairement dire inégalitaire). De ces situations complexes, l’inventaire précis reste à faire, ainsi, comme déjà dit, qu’une typologie fine, en ayant garde de ne pas oublier les variétés mixtes qui, ici ou là, à telle ou telle époque, et parfois de façon éphémère à l’échelle historique, n’ont pas pu, étant donné les besoins de communication entre groupes, ne pas se constituer. C’est évidemment dans ce cadre aussi qu’il faut penser l’histoire, longue et complexe, des formes particulières de la lingua franca au Maghreb, y compris dans ses ultimes avatars à l’aube de la coexistence du français et de l’arabe.

16Mais il y a une autre diversité : celle des statuts et des fonctions de ces variétés linguistiques. Deux communications (parmi d’autres, comme celle d’A. Bounfour), de sujets par ailleurs bien différents, abordent explicitement ce type de problèmes : celle d’A. Nef sur la Sicile du xiie siècle, qui traite de questions fondamentales (c’est-à-dire de celles que nous devrions toujours nous poser) comme l’hétérogénéité des compétences linguistiques des diverses composantes de la population, ou la division linguistique des genres littéraires ; celle de H. Miliani sur la chanson algérienne au xxe siècle qui montre (ici dans un cas particulier d’expression artistique) comment on joue sur différentes variétés et surtout comment les statuts de ces variétés peuvent se modifier, et, de plus, rapidement, en fonction d’événements parfois tout à fait contingents, ce qui montre bien que les mêmes phénomènes, en ces matières aussi, peuvent être justiciables d’interprétations éventuellement opposées à des époques pourtant extrêmement rapprochées.

17Cette diversité linguistique multiforme se retrouve à l’écrit, mais de façon propre. Si là aussi on rencontre, bien plus souvent qu’on ne l’imagine, des variétés mixtes, celles-ci ne reflètent pas directement celles qui existaient à l’oral. Dans le cas de l’arabe en particulier, on a utilisé depuis fort longtemps et jusqu’à la fin du xixe siècle au moins, au Maghreb comme dans l’ensemble du monde arabophone, des variétés d’arabe « mélangé », qui mêlent l’arabe dialectal et l’arabe standard à des degrés divers, de façon plus ou moins homogène suivant les types de textes et de destinataires de ces textes, mais de façon créative (en ce sens que le mélange produit aussi des variétés inédites mais, de fait, parfaitement codifiées, d’arabe). Les historiens le savent bien, de par leur expérience pratique des textes, mais ils croient souvent que c’est là un phénomène accidentel, voire individuel, ou uniquement lié à la période ou au type de textes qu’ils étudient. La familiarité avec des textes qu’en outre ils n’étudient pas d’abord de ce point de vue peut aussi estomper leur claire conscience du phénomène, sans parler du sentiment qu’ils peuvent avoir, à tort bien souvent, qu’ils ne seraient pas qualifiés pour décrire la langue de ces textes, qu’ils se contentent en général de caractériser sommairement, et de façon à vrai dire inexacte, comme « fautifs ». Il faut sans doute y voir l’effet d’une insuffisante communication entre historiens et linguistes, encore que force soit de reconnaître que rares sont, malheureusement, les linguistes qui étudient ces variétés mixtes (le « moyen arabe ») et qui sont prêts à leur accorder l’importance, pourtant décisive, qu’elles ont eue dans l’histoire de l’arabe. Quoi qu’il en soit, il est évident que cet arabe d’un troisième type doit être intégré dans l’inventaire des langues en présence, et son statut et ses fonctions soigneusement décrits. On ajoutera qu’au Maghreb, cette situation déjà complexe se complique souvent d’interférences et de mélanges avec d’autres langues, tout particulièrement le berbère.

18Un mot encore sur cette question du rôle et du statut des langues. Il ne faut pas penser que les rapports entre langues soient toujours nécessairement des rapports de force. Le cas peut certes se présenter, mais la coexistence peut être pacifique. Plus précisément, il y a souvent une distribution des rôles qui se fait dans le sens d’une spécialisation, en dehors de tout enjeu de pouvoir. Dans d’autres cas, le plurilinguisme à l’échelle d’une communauté, régionale par exemple, ne signifie pas multilinguisme de tous les individus et l’on se reportera à cet égard à l’épisode du débat théologique en latin traduit en néo-punique présenté par H. Jaïdi. On peut faire par ailleurs une réflexion du même ordre en ce qui concerne les rapports entre langue et identité, qu’on a peut-être trop souvent la tentation de penser de façon anachronique, dans le mauvais sens du terme cette fois. On n’aura pas l’outrecuidance de rappeler ici, devant des écrits d’historiens, notamment, combien la notion d’identité est complexe, et multiforme. Mais on se permettra d’insister sur le fait que, pendant longtemps, la langue n’en était certainement pas toujours un élément déterminant, ni même important - et ceci d’autant plus lorsqu’il s’agissait, ce qui n’était pas rare, d’individus bi- ou multilingues.

19La question de l’emprunt a été effleurée plus haut à propos de la nécessaire distinction entre langue et lexique. Sur ce premier point d’abord, il va de soi que la présence d’emprunts, à elle seule, ne signifie pas grand-chose quant au degré de contact entre langues. Mais il semble qu’on se laisse aller parfois à l’oublier, et à se lancer, sur la base d’emprunts plus ou moins clairement identifiés, dans des considérations hasardeuses quant aux rapports (compris comme rapports de force...) entre langues, dont ils porteraient témoignage, ou à en conclure à des « métissages » linguistiques dont ils seraient la preuve, ou encore à parler de « langue base » qu’on « compléterait » par le recours à d’autres langues. C’est faire trop d’honneur aux emprunts. L’emprunt est, pour les linguistes, un phénomène bien identifié et la notion ne leur pose pas de problème particulier - même si les faits sont complexes et le plus souvent difficiles à établir avec précision dans leur détail historique. On en distingue plusieurs types, leur degré d’intégration varie selon quantité de facteurs, comme le montre par exemple l’étude de Z. Iraqui Sinaceur, auxquels il faut ajouter celui de l’écrit, qui est une voie parmi d’autres de leur arrivée.

20De plus, il importe de ne pas perdre de vue un point essentiel : un mot n’est, jamais emprunté avec l’ensemble des valeurs sémantiques et des connotations qu’il a dans sa langue d’origine et, toujours du point de vue sémantique, dès lors que l’emprunt est fait, il vient s’insérer dans les réseaux de la langue emprunteuse, où il est soumis aussi à une évolution qui commence immédiatement, et qui ne se déroule jamais exactement de la même façon (parfois même de façon radicalement divergente) dans les différents dialectes, fussent-ils proches, ou même dans différents milieux sociaux, comme le rappelle Z. Iraqui Sinaceur et comme l’attestent aussi les très jolis exemples d’évolution des signifiés de noms de vêtements que donne L. Blili. Il peut aussi avoir une durée de vie limitée, et disparaître en ne laissant que peu de traces, ou être remplacé par un nouvel emprunt, qui ne tarde pas à trouver sa place en entraînant pour son prédécesseur de nouvelles évolutions de sens, ou en constituant avec lui des doublets d’ordre stylistique. Mais en amont de tout cela, il importe de ne pas se tromper dans le diagnostic, et en particulier de ne pas mélanger les strates, dans la mesure du possible.

21La notion d’emprunt est historiquement toute relative. Il ne viendrait à l’idée de personne de recenser dans des textes arabes du Maghreb les mots bâb, jins, balad, nabî ou encore ẖubz, qui sont pourtant des emprunts (anciens) en arabe, mais ne sont plus identifiés comme tels par les locuteurs, sauf s’ils sont spécialistes de l’histoire de la langue. Ceci tout simplement pour dire que beaucoup des mots qu’on identifie comme emprunts (et qui le sont en effet) sont en réalité, au moment où on croit les voir apparaître, intégrés de longue date aux langues qui les ont adoptés : ils sont bien plus anciens que ce qu’on serait tenté de penser, étant souvent issus de langues, romanes par exemple, présentes depuis longtemps d’une façon ou d’une autre au Maghreb. De plus, ils peuvent être arrivés par porosité pour ainsi dire, par exemple empruntés par tel ou tel dialecte arabe à tel autre et, on le voit, ne témoigner que de façon indirecte, dans l’espace mais aussi dans le temps, de contacts peut-être épisodiques ou limités avec telle autre langue. Inversement, des emprunts peuvent être purement conjoncturels, exceptionnels, ou encore le produit de situations d’interférence. En bref, il y a emprunt et emprunt, et la plus grande prudence doit être de mise, en l’absence de datations précises, quant à ce qu’ils signifient en fait de contacts ou d’interférences entre langues.

22Il n’en reste pas moins que l’histoire du Maghreb est riche de ces contacts et de ces interférences. Le cas remarquable de métissage linguistique subreptice qu’évoque H. Bouzineb dans sa contribution sur les morisques, qui investissent l’espagnol en l’arabisant de l’intérieur, pour dire les choses rapidement, est sans doute un des plus riches d’enseignement, car il nous fait réfléchir à ce qui est peut-être le plus important dans l’histoire linguistique du Maghreb : les relations entre le berbère et l’arabe. L’histoire de l’arabe dialectal gagnerait certainement à être envisagée sous cet angle ; ne s’agit-il pas aussi, dans la plupart des cas, de l’histoire de dialectes arabes investis de l’intérieur par le berbère ?

23Je viens d’employer le mot de métissage, bien que la pertinence de la notion soit loin de m’apparaître assurée. Son emploi me fait penser à celui, en vogue chez les linguistes depuis quelques années, de créolisation. D’un certain point de vue, toutes les langues peuvent être décrites, sinon comme des créoles, du moins comme soumises au cours de leur histoire à certains processus de créolisation. Et citant à mon tour Monsieur Jourdain, je suis prêt à convenir de ce que les langues font du métissage depuis toujours, au Maghreb comme ailleurs. De ce point de vue-là encore, il y a une grande continuité dans l’histoire du Maghreb. Comme tout un chacun, je me méfie des métaphores, mais je suis surtout gêné, en l’espèce, par la valeur positive naïvement attachée au terme par une mode récente. L’intitulé initial de ce programme de rencontres est, à juste titre, prudent : ce sont en effet les « usages » qui sont à reconstituer, avant de voir lesquels parmi eux sont le produit de métissages et, a fortiori, si cette notion ( ?) peut être étendue, et dans quelle mesure, jusqu’à qualifier des processus historiques durables, au Maghreb ou ailleurs. Je mettrai enfin l’accent, encore une fois, sur la multiplicité des modes de coexistence de langues, dont on relève aussi une belle continuité au Maghreb, à preuve la situation finement décrite dans la seule contribution consacrée à l’Antiquité, celle de H. Jaïdi, en répétant que leur description attentive pourrait avoir, entre autres résultats, celui de nous faire appréhender autrement, et plus justement sans doute, la signification profonde de ceux que nous avons sous nos yeux et que nos esprits ont peut-être trop tendance à ne percevoir qu’en termes conflictuels.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable