Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

V. Passages et passeurs

Langues, société et histoire d’Alger au xviiie siècle d’après les données de Venture de Paradis (1739-1799)

Mohamed Meouak

Texte intégral

  • i Qu’il me soit permis de remercier Jocelyne Dakhlia pour ses commentaires et suggestions. Je reste b (...)
  • 1 T. Shuval, 1998, p. 13-24.
  • 2 F. Khiari, 1993 ; F. Cresti, 1986.
  • 3 Voir par exemple al-Rila al-Warṯilāniyya d’al-Warṯilānī étudiée par M. Hadj-Sadok (1951), et al-Za (...)

1La mosaïquei de populations qui constitue Alger est un trait caractéristique de la ville bien connu des historiens et qui a fait récemment l’objet de nouvelles études1. Ce phénomène de mixité est sensible dès le milieu du xvie siècle, après l’intégration d’Alger à l’Empire ottoman, et il est particulièrement manifeste dans la seconde moitié du xviiie siècle ; la ville mêle alors des citadins de souche et des individus étrangers au milieu urbain, des familles arabes et berbères, musulmanes ou juives, les membres de la milice et de l’administration ottomane, eux-mêmes d’origines très diverses dans l’ensemble du bassin méditerranéen, des captifs chrétiens. Or, si l’on connaît bien cette composition de la ville sur le plan démographique et politique, on a rarement abordé cette diversité comme phénomène d’interaction entre plusieurs langues et cultures2. Cette période, en effet, a été marquée par la composition de chansons, ou poèmes, notamment, du côté algérien, reflétant cette diversité, et par l’élaboration d’ouvrages scientifiques, la rédaction de mémoires et notes de voyageurs, qui attestaient également une telle interpénétration. Cette période voit même la publication d’enquêtes linguistiques effectuées par des observateurs occidentaux de la société algérienne3.

  • 4 Sur cette problématique historique, voir R. di Pietro et G. D. Selim, 1967 ; D. J. Wasserstein, 199 (...)

2C’est pourquoi cette courte étude – consacrée à l’arabe-algérien, le turc-ottoman, l’italien et espagnol – sera menée à partir de deux textes. Leur auteur n’est autre que Venture de Paradis, célèbre interprète du turc, diplomate au service de la France dans la seconde moitié du xviiie siècle. Sur la base de ces deux écrits, nous voudrions mieux mettre au jour une série de données sociolinguistiques et discuter quelques problèmes relatifs à l’histoire de l’Algérie à l’époque moderne. Une telle démarche permettrait d’offrir aux spécialistes de dialectologie nord-africaine moderne des matériaux élaborés selon une perspective historique, afin de repenser la problématique des usages linguistiques dans la société algérienne entre la fin du xve siècle et la fin du xviiie siècle4.

  • 5 D. Brahimi, 1978, p. 7-11; P. Boyer, 1966.

3Il s’agit en fait d’établir une lecture critique de deux textes « inversés », l’un étant en effet rédigé en français truffé de mots et d’expressions arabes et turc-ottomans, l’autre étant transcrit en arabe classique/dialectal mais empreint d’autres influences, afin de mieux comprendre comment s’articulait le rapport entre espace historique et langue dans la société algérienne d’époque moderne, laquelle était, plus encore qu’aujourd’hui, et on l’oublie trop souvent, plurilingue5.

Jean-Michel Venture de Paradis (1739-1799) : jalons biographiques et historiques

  • 6 D. Brahimi, 1970 ; E. G. Freidman, 1980; P. Boyer, 1985; A. Thomson, 1987.
  • 7 La Zubda Kachf al-Mamâlik de Khalîl az-Zâhirî [La Zubda], traduction inédite de Venture de Paradis (...)

4À l’époque où Venture de Paradis découvre le Maghreb, nombre de récits de voyageurs du xviie siècle ou même antérieurs, ou de récits de renégats, captifs ou aventuriers, avaient réussi à capter et à forger des images très nettes de ces sociétés ; certains de ces observateurs occidentaux avaient pénétré très profondément les territoires nord-africains, à travers l’expérience douloureuse de la captivité notamment. Le xviiie siècle, comme il est fréquemment rappelé, correspond à un tournant historique important dans la vision que le monde occidental conçoit de l’Afrique du Nord6 et dans cette configuration, le chancelier-interprète Venture de Paradis constitue une figure originale. Ce changement procède de la nouvelle situation politique de la Méditerranée occidentale et de l’expansion politico-commerciale des puissances européennes. L’auteur auquel on s’intéresse ici est sans nul doute un cas relativement original : il est le représentant officiel d’une puissance politique, la France, mais surtout son intérêt pour l’Afrique du Nord est principalement marqué par la question de la connaissance des langues comme moyen de mieux pénétrer les sociétés autochtones. Une biographie très complète du personnage a été rédigée par Jean Gaulmier dans son édition de la traduction du même Venture de Paradis à la Zubdat kašf al-mamālik de Ḫalīl al-Ẓāhirī7, mais on donnera ici néanmoins quelques éléments biographiques afin de situer l’auteur comme témoin d’une société musulmane composite du xviiie siècle.

  • 8 Venture de Paradis, 1983.

5Jean-Michel Venture de Paradis naît à Marseille le 8 mai 1739. Son père, qui avait épousé une femme d’origine grecque, avait été avant lui drogman dans plusieurs consulats du Machrek. La formation du jeune Venture de Paradis est en tout point celle d’un futur diplomate pour ce qui concerne l’apprentissage des langues. Vers l’âge de 12 ans, il est en effet envoyé à Paris comme boursier de l’« École des langues » pour y apprendre le turc, l’arabe et améliorer ses connaissances en grec et latin. C’est en 1757 qu’il commence ses voyages comme fonctionnaire-interprète. Il est envoyé à Constantinople comme drogman au service de Charles Gravier, comte de Vergennes, ambassadeur auprès de la Sublime Porte. Il y demeure jusqu’en 1763 et acquiert ainsi une expérience des peuples orientaux qui, sans nul doute, lui permettra de saisir certains aspects de la société algérienne de la fin du xviiie siècle. En 1763, il est nommé à Saïda puis en 1767, il part pour Le Caire où il servira pendant huit ans comme drogman8.

  • 9 Sur ce dernier point, on peut parfaitement penser qu’il eut des contacts avec Louis de Chénier, con (...)
  • 10 Venture de Paradis, Observations, p. 17-18.

6Après environ vingt ans d’absence, il rentre en France en 1776 et, de par son expérience, ses compétences et ses qualités de philologue-interprète, il attire l’attention de certaines personnalités politiques. Il est ainsi chargé d’accompagner au Levant le baron de Tott dans une mission d’inspection de l’ensemble des Échelles de 1777 à 1778. Au cours de l’année 1779, il part également au Maroc dans le but de négocier les structures et les conditions d’un accord politico-commercial9. À l’issue d’un autre séjour de six ans (1780-1786) comme chancelier-interprète à Tunis, Venture de Paradis bénéficie d’une réputation de plus en plus grande dans les cercles littéraires parisiens. Il est ainsi sollicité par l’abbé Raynal, et le comte de Volney lui demande de bien vouloir corriger et critiquer son Voyage en Égypte et en Syrie, publié pour la première fois à Paris en 178710.

  • 11 D. Brahimi, 1977, p. 76-78.
  • 12 Voir les remarques que Venture de Paradis fait sur le règne du Bāy Bābā Muhammad b ‘Uṯmān dans ses (...)

7C’est à partir de Tunis que Venture de Paradis découvrira la société maghrébine. De quelques commentaires parsemant ses Réponses aux questions de labbé Raynal publiées à Paris en 1789, on retire l’impression qu’il avait même une opinion assez favorable de la cour du Bey, des hommes politiques et en général des milieux politiques du pays11. Or, à peine rentré de Tunis, il doit partir pour Alger afin de participer au règlement d’un différend qui opposait la Régence et la France (il s’agissait de dédommagements demandés pour un chébek algérien qui avait été coulé par des marins napolitains près des îles d’Hyères). Cet incident entraînant la responsabilité des autorités françaises, le ministre d’État de la Marine de Louis XVI, de Castries, demande l’envoi de Venture de Paradis pour la traduction en turc du procès-verbal et des minutes de l’incident avec les témoignages afférents. Nous sommes en hiver 1787 et ce n’est que le 28 septembre 1788 que Venture de Paradis arrive à Alger chargé de remettre quelque 6 000 livres pour le Bey Bābā Muḥammad b. ‘Uṯmān (Ḫoğa Mehemet Pača)12.

  • 13 Sur la situation des élites ottomanes dans le Maghreb, voir E Toledano, 1997. Pour Alger ottomane, (...)
  • 14 Venture de Paradis, Observations, p. 18-20.
  • 15 Ibid., p. 50.

8L’affaire s’avère si lourde qu’il ne repart d’Alger que 18 mois plus tard, le 4 avril 1790, après avoir résolu, au service du plénipotentiaire, le chevalier de Sainneville, en grande partie le conflit. Or, profitant de quelques moments de loisirs et de ses contacts dans certaines classes sociales comme par exemple les cercles de haut-fonctionnaires de l’administration ottomane13, il renforce ses connaissances et son apprentissage de la langue berbère parlée en Algérie, peut-être le kabyle. Grâce à cela, il pourra poursuivre ses études des langues berbères et composera un ouvrage intitulé Grammaire et dictionnaire abrégés de la langue berbère, lequel ne sera publié à Paris qu’en 184414. Venture de Paradis précise lui-même comment il a pu rédiger son ouvrage ainsi que les conditions matérielles de son édition, qui semblaient l’inquiéter : « J’ai employé mes moments de loisir dans ce pays pour apprendre cette langue. J’en ai fait un dictionnaire très complet et très exact, rempli de phrases qui serviront d’appui aux règles grammaticales que je me propose de joindre à ce vocabulaire. Les savants seront donc à même de décider ce que c’est que cette langue, en cas cependant que le gouvernement veuille se charger des frais de l’impression de cet ouvrage, dont mes modiques facultés ne me permettent pas de faire les avances »15.

  • 16 Ibid. et passim.

9Dans un passage des Réponses aux questions de labbé Raynal, notre auteur observe identiquement les langues, l’origine des populations « autochtones », et tente d’expliquer très sommairement quelques traits du berbère : « La population des villes et des villages de la Barbarie ne provient point des Arabes nomades qui auraient quitté leurs tentes et leurs déserts. C’est le reste des Carthaginois, des Romains, des Vandales, des Grecs réunis et incorporés aux derniers conquérants. Et la preuve incontestable de cette origine existe dans la langue particulière que l’on parle dans toutes les montagnes qui séparent le Sahara de la Barbarie maurétanique, depuis celles qui bordent l’océan du côté de Uvad Nounn jusqu’à la montagne des Osseltis qui domine sur la plaine de Kairouan [...]. Cette langue me paraît appartenir aux Carthaginois par la formation des pluriels et la conjugaison de ses verbes, où on distingue la marque de la grammaire arabe et hébraïque et aussi aux Vandales par les lettres qui sont particulières aux langues gothique et persane tels que les th, les ghain, les j, les gué. Ces deux dernières surtout ne sont point de l’alphabet arabe »16.

10Cette citation met en évidence l’acuité de la perception de Venture de Paradis. Elle met en relief une vision fusionnelle des langues dans le Maghreb central, y compris lorsqu’il s’agit de langues de populations supposées autochtones. Il nous semble que cette idée trouve une ébauche d’explication dans l’expression : « c’est le reste des Carthaginois, des Romains, des Vandales, des Grecs réunis et incorporés aux derniers conquérants » qui invite à penser que Venture de Paradis avait une conception à la fois ethnique et géographique de la question des langues dans l’Algérie du xviiie siècle.

  • 17 Venture de Paradis, Observations, p. 14.

11De retour à Paris, il s’avère un fervent partisan de la Révolution mais simultanément, il commence la composition d’un mémoire intitulé « Nécessité d’encourager en France l’étude des langues orientales », et il se trouve associé à la restructuration de l’ « École des langues ». En 1793, il part pour Smyrne où il est nommé consul général jusqu’en 1797. En 1798, les choses s’accélèrent et Bonaparte l’emmène dans son expédition d’Egypte pour lui confier la rédaction de ses proclamations aux Égyptiens et en faire son conseiller auprès des notabilités du pays. Adversaire des méthodes du jeune Bonaparte, Venture de Paradis le critique mais sans succès. Au printemps 1799, il est atteint de dysenterie et meurt entre Jaffa et Saint-Jean-d’Acre, le 15 mai. Ce parcours biographique étant établi, revenons sur les ouvrages et les idées défendues par Venture de Paradis quant à la problématique complexe des langues dans l’Algérie de la fin du xviiie siècle17.

Venture de Paradis, les Observations sur Alger au xviiie siècle et les Vers en idiome barbaresque : langues, discours et idéologie

  • 18 Notes et mémoires publiés par E. Fagnan, 1898. Sur Venture de Paradis à Alger, voir La Zubda, p. X- (...)
  • 19 Venture de Paradis, Observations, p. 157. Les renvois à la source étudiée se feront dans le corps m (...)

12En 1898, l’arabisant et érudit français, E. Fagnan, a eu le mérite de réunir dans un volume intitulé Alger au xviiie siècle, les nombreuses notes rédigées par Venture de Paradis sur Alger au cours du séjour qu’il y effectua entre 1788 et 179018. Nous allons tenter de mettre au jour ici les données les plus saillantes, relatives aux langues et au phénomène de métissage linguistique, à la société et à l’histoire d’Alger à partir des Observations de Venture de Paradis. La date de la composition de ces notes pourrait correspondre au début de l’automne 178819.

  • 20 Outre les travaux pionniers d’A. Devoulx, il existe une abondante bibliographie sur les structures (...)

13Notons tout d’abord que Venture de Paradis opère certains bonds chronologiques qui révèlent une vision très discontinuiste de l’histoire maghrébine. Au début de l’ouvrage, alors qu’il résume très brièvement l’histoire d’Alger en parlant de son passé antique, il passe directement à l’époque ottomane (p. 107) sans crier gare et sans dire un mot sur la période islamique « classique », médiévale. Le ton de l’ouvrage est donné : il s’agit moins d’une étude érudite et savante, pour l’amour de l’art, que d’un mémoire destiné à restituer un tableau au présent de la Régence d’Alger, rédigé à des fins éventuellement pratiques et politiques. Outre la description d’Alger ottomane, qui comporte des informations du plus grand intérêt sur le port, la défense, le territoire du Dey, les populations, les mœurs, l’industrie et le commerce, Venture de Paradis apporte également nombre de précisions sur la course et les corsaires ainsi que sur les esclaves. Puis il est question du gouvernement d’Alger, de sa constitution, des officiers et fonctionnaires. La description des mœurs et des coutumes des Algérois est passée en revue avec d’abondantes notes sur les quartiers, les mosquées, les écoles, les rues, etc.20

  • 21 Venture de Paradis, Observations, p. 208 et 210.

14La question du politique est sur-représentée dans cette narration, aussi bien dans ses aspects théoriques que pratiques. L’auteur écrit ainsi que « a constitution d’Alger est essentiellement vicieuse » et un peu plus loin il reproduit un commentaire qu’il a recueilli d’un haut-fonctionnaire turc : « Nous autres gens en place nous ne pouvons pas toujours faire ce qui nous paraît bon ; nous sommes dans un pays de bandits où le nombre de voix l’emporte »21. Cette perspective est conforme à la perception qui se fait jour du fait politique maghrébin en Europe en cette seconde moitié du xviiie siècle. Ce n’est guère sur ce plan que l’apport de Venture de Paradis est original, même si son témoignage est précis et de qualité.

  • 22 On connaît par exemple les problèmes posés par l’histoire et la reconstitution de la scripturalité (...)

15C’est sur le plan de l’observation linguistique et de ce qu’elle suppose en matière d’analyse du fait social et historique que l’apport de Venture de Paradis nous apparaît spécifiquement original. Relevons la variété du vocabulaire utilisé par l’auteur tout au long de son livre. Venture de Paradis, en professionnel de l’interprétation, de la traduction et de l’interprétation culturelle qu’il est, se trouve particulièrement à l’aise au moment de donner l’explication de certains mots arabes, turc-ottomans, espagnols ou italiens. L’emploi de plusieurs « échelles » linguistiques pour expliciter en quoi consiste le monde algérois du xviiie siècle est, en soi, un chemin obligé car on est bien en présence d’un milieu où se mélangent les langues arabe et berbère, où les lexiques espagnol et italien, éventuellement arabisés, se côtoient, sans problème apparent22.

  • 23 Cette idée se base sur des recherches personnelles en cours sur l’histoire et la genèse de l’arabe- (...)

16Une perspective d’échange utilitaire doit sans doute être prise en compte, pour certaines périodes au moins. Une langue « base » serait utilisée dans un discours et une, deux ou trois autres langues viendraient la compléter afin de nuancer, d’améliorer la qualité du message à diffuser. Nous appellerons cette langue, conformément aux travaux de la linguistique moderne, une sorte d’ « interlangue ». Cette dernière notion de linguistique a été développée notamment dans les travaux de L. Prudent et M. Sourdot sur les problèmes de diglossie, d’interlecte et d’argot23. Cependant, il faudrait savoir jusqu’à quel point cette situation a pu s’ancrer. De plus, il serait indispensable de connaître la densité ou la fréquence d’emploi de cette « interlangue », à l’oral ou/et à l’écrit.

  • 24 Sur les principales institutions ottomanes d’Algérie, voir T. Shuval, 1998, p. 67-117.

17Venture de Paradis semble manier par ailleurs, sans grande difficulté, la langue arabe classique et le dialecte d’Alger, ou bien encore ce que nous appellerons les langues « autochtones ». En voici quelques exemples, cités dans ses Observations et empruntés à différents répertoires de la vie quotidienne à Alger au xviiie siècle. Dans un premier temps, on éclairera des exemples pris au monde des institutions centrales et municipales sous les trois formes principales, à savoir les hommes, les institutions et les lieux du pouvoir24, en commençant par les représentants du pouvoir et les institutions : « khalifet el-beled »= alīfat al-balad = lieutenant du bey (p. 187) ; « cheikh el-beled » = šay al-balad =maire de la ville (p. 199) ; « amin » = amīn = syndic des métiers (p. 136, 137, 138) ; « muhtesib » = muḥtasib = contrôleur des marchés (p. 137) ; mukataā = muqātaāt = biens-fonds et redevances du beylik (p. 215) ; « chahids adalet » = šāhid-s adāla = notaires (p. 260). Nous avons ensuite quelques illustrations sur les lieux du pouvoir : « meglis chérif »= maglis šarīf = assemblée judiciaire (p. 113, 254, 260) ; « beit ul-malgi » = bayt al-milk = siège des biens vacants (p. 113, 147, 183, 184, 188, 233, 262) ; « mehkémés »= maḥkama-s = tribunaux (p. 254).

  • 25 Venture de Paradis, Observations, p. 169. Il s’agit de la prière du ‘aṣr.
  • 26 Sur ces questions, ô combien complexes, voir par exemple les études contenues dans M. García-Arenal (...)

18Les modes de représentations sociales par l’architecture, la topographie, les monuments et la religion ne sont pas en reste. Les espaces domestiques, privés et publics, constituent la plus grande part des exemples consignés par Venture de Paradis dans son ouvrage du fait d’un fort accent mis par lui sur l’architecture dans le champ arabo-musulman, plus particulièrement à l’époque ottomane. Voici une liste des quelques termes relevés dans le texte : « esquifé » = saqīfa = préau (p. 109, 262) ; « maqsoura » = maqṣūra = galerie, chambre (p. 110, 200) ; « uast el dar » = wasṭ al-dār = cour d’une maison (p. 110) ; « golphé » = ġurfa = pièce d’une maison (p. 221-222) ; « haouch » = ḥawš = jardin, enclos (p. 108). Les signes et les monuments de l’Islam sont également bien présents car appartenant, de la sorte, au domaine de la vie quotidienne : « asseré » = aṣr = (p. 110, 112, 113). Venture de Paradis indique en outre que « c’est après que la musique de l’assere a joué »25; « aaldj » = ilğ & « selami » = salami (p. 154)26. Dans la même page, il fait la différence entre les deux statuts religieux de la manière suivante : « on nomme « aaldj » un chrétien qui se fait turc et « selami » un juif qui se fait mahométan » ; « mesgid » = masǧid = mosquée (p. 254) ; « djamī el-kebir » = (al)-ǧâmi al-kabīr = grande mosquée (p. 254). Enfin, avec les images des espaces publics, nous pouvons nous faire une idée, aussi discrète soit-elle, de certains lieux publics mais aussi emblématiques de la ville d’Alger : « el souq el kebir » = al-sūq al-kabīr = marché central (p. 111) ; « rahbé » = raḥba = place d’une cité (p. 126, 127, 188) ; « Cassabé » = Qaṣ(a)ba= Casbah d’Aiger (p. 168, 181) ; « foundouk » = funduq = hôtel (p. 225, 226) ; « koubbés » = qubba-s = coupole (p. 254), etc.

  • 27 La question de l’anthroponymie (toponymie et onomastique) nord-africaine est un des domaines les pl (...)
  • 28 Voir les nombreuses bibliographies onomastiques libyco-berbère, sémitique et arabe publiées par L. (...)

19Dans un tout autre registre, l’auteur relève avec minutie les noms de certains toponymes qui constituent les régions dépendantes du dey d’Alger27. Dans les exemples suivants, on voit qu’il est principalement question de noms de lieux et de nisba-s. Dans cette même perspective, un problème de fond peut être soulevé : y a-t-il rupture ou continuité à travers l’histoire dans la manière de désigner dans cette région les lieux et les individus ? Pouvoir y répondre impliquerait que l’on sache plus précisément quelles étaient les langues qui étaient utilisées au Maghreb central à telle ou telle époque et comment elles étaient employées. Il apparaît en effet que les sources écrites et archéologiques dont nous disposons actuellement ne sont pas toujours susceptibles d’éclairer notre connaissance des modes de désignation des espaces et des individus28. Voici donc quelques exemples transcrits par Venture de Paradis à partir desquels il est permis de réfléchir aux origines libyque, punique, berbère, arabe de ces noms et à la conscience qu’il pouvait en avoir : « Mehedié »= Médéa (p. 117); « Belidé » = Blida (p. 117) ; « El-Arach » = lə-Hərrāš (p. 117, 194) ; « Métidjé » = Mitidja (p. 117) ; « Meliana » = Miliana (p. 117) ; « Gigel » = Jijel (p. 119) ; « Aghwat » = Laghouat (p. 120) ; « Arzeu/Marsat el-Kebir » = Arzew (p. 128, 156) ; « Tedles » = Dellys (p. 211), etc.

  • 29 Les tribus kabyles des Flissa sont situées entre Bordj-Menail et Dellys.
  • 30 Sur les corporations professionnelles des Biskris à Alger, voir H. Touati, 1987 ; sur les Laghouati (...)

20Venture de Paradis établit à partir de l’onomastique et de la toponymie un véritable tableau ethnique de l’Algérie. La situation anthroponymique présentée par l’auteur permet de se faire une idée assez précise des traits spécifiques attestés mais également des préjugés accolés aux régions et à leurs habitants, objets de la description. Ces dernières représentations des « Cabailis », des « gens de Gigel », des « Mozabis » ou des « gens de Biskra » sont saisissantes dans la mesure où certaines caractéristiques décrites dans les Observations ont la vie dure, traduisent des situations et des opinions qui sont encore en vigueur de nos jours. De fait, notons que Venture de Paradis offre des détails de qualité sur les différents groupes ethniques qui composent les territoires du dey avec de surcroît quelques précisions sur leurs caractères, les métiers qu’ils exercent, mais également sur les privilèges obtenus et les préjugés colportés sur chacune des communautés mentionnées : « Cabailis de Flissa et de Zevawa [...] ils ne paient ni tribut, ni capitation [...]. Les Cabailis semblent tenir une place intermédiaire entre les hordes sauvages et les nations civilisées [...]. Ils n’ont point de livres, ni d’écriture [...]. Leur haine est implacable et n’est assouvie que par le sang » (p. 118-119)29; « Les gens de Gigel sont ceux qui ont reçu les premiers les Turcs dans leur pays [...]. Les filles leur appartiennent ainsi qu’aux Turcs » (p. 119) ; « Les Mozabis [...]. Ils jouissent de plus de privilèges que les Maures » (p. 119) ; « Les gens de Biskra sont les gardiens des prises, les bateliers, les portefaix et les valets » (p. 119)30.

  • 31 Sur ces questions, voir T. Shuval, 1998, p. 17-20 ; Y. El-Ghoul, 1997.

21Il semble que Venture de Paradis ait eu l’occasion de voyager à travers les territoires de la Régence d’Alger, cependant nous pensons qu’il visita seulement les zones limitrophes à la région d’Alger. Sa description des régions et des habitants pourrait être sujette à caution surtout dans les cas du M’zab, de Biskra ou de Jijel. Dès lors, il est permis de se demander comment il a acquis ses informations sur des contrées qu’il n’aurait pas visitées. On peut parfaitement imaginer qu’il récolta les images stéréotypées, occupant une bonne partie de sa description, dans la propre ville d’Alger. N’oublions pas à ce propos qu’Alger était un centre urbain constitué par une véritable mosaïque de peuples avec leurs langues, us et coutumes. Ce savoir ainsi accumulé sur les habitants d’Alger originaires de l’extérieur est, semble-t-il, marqué par le sceau du stéréotype et du préjugé qui, au bout d’un certain temps, deviennent des vérités31.

  • 32 B. Shoshan, 1988 ; Y. Stillman et N. Micklewright, 1992 ; Th. T. Allsen (1997, p. 46-70) sur les te (...)

22L’observation visuelle est d’ailleurs très prégnante, les vêtements, les tissus, les coupes et les modes ne sont pas oubliés. Notre auteur décrit la petite industrie de certains habits ainsi que l’artisanat et le commerce relatifs aux matières premières comme la laine, le cuir, les étoffes, les tissus de qualité. L’histoire du costume est étroitement liée à celle des représentations sociales32. Certaines observations dénotent aussi, à cet égard, une histoire des échanges culturels et des croisements linguistiques. À certains éléments fondamentalement locaux viennent en effet s’adjoindre des pièces « rapportées » qui deviennent à leur tour authentiquement algéroises. On en jugera par quelques exemples :

  • vêtements féminins :

  • 33 M. Bencheneb, 1922, p. 54.
  • 34 Sur ce grand manteau à capuchon, voir R. Dozy, 1845, p. 73-80 ; M. Beaussier, 1958, p. 49. Sur ce v (...)
  • 35 Sur ce mot, voir N. van den Boogert, 1998, p. 232.
  • 36 Sur ce manteau d’étoffe épaisse, voir R. Dozy, 1845, p. 68-71 ; sur cette veste sans collet et aux (...)

23« benîka-sarma » (p. 121) et « sarma » (p. 132, 140). Sur cette coiffe singulière, voyons la définition proposée par M. Bencheneb, où il est écrit que la « ṣārma, pl. ṣawārim. Tiare, mitre ; ancienne coiffure conique, longue formée de fils de métal entrecroisés »33 ; « bernus » (p. 122) ; « haiks » (p. 122, 134)34, etc. Des termes appartenant à la panoplie vestimentaire masculine sont empruntés, ou mis à profit, dans d’autres langues voisines de l’arabe comme c’est le cas avec le berbère : taḥaykt emprunté à l’arabe ḥayk35. « Baracans » (p. 137); « ghelila » (p. 140); « abroūk » (p. 141); « borka » (p. 141); « sarwl » (p. 141, 142)36.

  • bijoux et parures :

24« khalkhal » (p. 140); « assabé » (p. 140); « souar » (p. 140); « msais » (p. 140); « mekyas » (p. 140); « routich » (p. 140); « menākich » (p. 141).

  • habits masculins :

  • 37 Sur ce couvre-chef, voir R. Dozy, 1845, p. 240-244 ; M. Beaussier, 1958, p. 548-549 ; M. Bencheneb, (...)
  • 38 Sur ce genre de cartouchière, voir M. Bencheneb (1922, p. 22) qui est également « une poire à poudr (...)
  • 39 Sur ces semelles de chaussures, voir R. Dozy, 1845, p. 421-424 ; M. Beaussier, 1958, p. 986 ; sur c (...)

25« chachiet gezirié » = šāšiya ǧazāiriyya (p. 121). Šāšiya est un autre mot utilisé dans le berbère sous la forme de ššišit37. Viennent ensuite des noms d’accessoires vestimentaires (vêtements et chausses) et de matériaux avec lesquels ils ont été fabriqués : « gild musbagh » = ğild muṣbaġ = maroquins de couleur (p. 122) ; « naâl » = naāl = semelles de cuir (p. 122) ; « giusdan » = portefeuilles (p. 122) ; « palasca » (p. 122, 137) et « balasca » (p. 142) = balaṣka, balaṣka, balaṣqa38 ; « naāl » = naāl = semelles de cuir (p. 122) ; « amam » = amāma (p. 141) ; « sidrié » = ṣadriyya (p. 142) ; jubé » = ğubba (p. 142) ; « chalvar » (p. 142) ; « sabat » = sabbāṭ = chaussures (p. 142) ; « schibirlé » (p. 142) ; etc.39

  • 40 Sur la situation socio-économique de certains groupes ethniques d’Alger au xviiie siècle, voir M. H (...)

26À partir de ces derniers exemples, on est frappé par les différents termes utilisés par Venture de Paradis pour référer aux coutumes vestimentaires des hommes qui, il faut le souligner, concernent principalement les éléments de l’armée ottomane. On se trouve devant des phénomènes de mélange qui prouvent jusqu’à un certain point la richesse du vocabulaire quotidien employé à Alger mais sans que l’on sache, pour l’heure, si ce lexique était aussi usité par les divers groupes socio-ethniques vivant dans la ville40.

  • 41 Sur cette pièce d’étoffe utilisée autour de la taille (meiban), voir M. Beaussier, 1958, p. 767 ; s (...)
  • 42 Mosaïque de peuples mais aussi mosaïque de cultures si l’on se penche en détail sur la physionomie (...)

27On notera avec grand intérêt la liste des pièces du costume du yoldāš qui de toute évidence a attiré l’attention de cet écrivain-interprète. Venture de Paradis décrit ainsi la garde-robe de ce soldat caractéristique des institutions militaires ottomanes : « meiban, foute verte [pagne], et une culotte de toile de coton, un capot de gros drap, un chechiet ou bonnet façon d’Alger, un châle rouge de berbère (?) pour ceinture, une paire de souliers et une couverture de laine très courte et très étroite. C’est là tout le trousseau qu’il reçoit du beylik et pour toujours » (p. 159)41. Cette dernière illustration relative aux inquiétudes que Venture de Paradis manifestait quant aux problèmes des langues d’Alger est également un bon exemple du métissage linguistique. Il donne en effet la liste des pièces qui composent le trousseau du yoldāš qui est caractérisé, selon nous, par des éléments de provenance ethniques et linguistiques diverses : arabe, berbère, turc-ottoman et sans doute européen. Voilà donc une autre image qui démontre qu’Alger, sous l’emprise ou non des Ottomans, était une véritable mosaïque42.

  • 43 Sur ces problèmes, voir S. Kakuk, 1973 (chapitres I & II) ainsi que les remarques de J. Strauss, 19 (...)

28Ce dernier exemple nous permet de nous arrêter sur cette question du métissage à laquelle Venture de Paradis semblait sensible. Ce phénomène de métissage linguistique est en rapport serré avec les relations étroites qu’il eut, sans doute, avec l’administration ottomane. Néanmoins, ce contact privilégié avec les autorités et les institutions ottomanes met en évidence le fait qu’il aurait prêté plus d’attention à la langue ottomane d’Alger, au détriment des langues européennes pourtant bien présentes. Réalité quotidienne ou volonté personnelle de Venture de Paradis de mettre l’accent sur le rôle du turc-ottoman ? La question est posée sans qu’il nous soit possible d’y répondre pour l’heure43.

Le turc-ottoman. Langue du pouvoir et langue en contact

  • 44 Il est intéressant de donner les commentaires et les réponses que Venture de Paradis fit à l’abbé R (...)
  • 45 Pour une vision d’ensemble, voir N. Vatin, 1989 et C. Kerslake, 1998. Sur les documents administrat (...)

29Il s’agit, comme on pouvait l’imaginer, du domaine le plus important quant au vocabulaire rencontré dans le livre de Venture de Paradis44. De nombreux aspects sont traités à partir du vocabulaire turc-ottoman comme les cadres de l’État, les fonctionnaires civils et militaires, les centres administratifs45. En voici quelques exemples relatifs aux mêmes institutions gouvernementales et aux serviteurs de l’État :

    • 46 Sur cette institution ottomane, voir J. Deny, 1920, p. 36-37.

    « odjac » = état militaire, régence (p. 108, 112, 176, 182-185). Ce mot est celui par lequel on désignait la province de l’Algérie ou l’élite politico-militaire dans le cadre de l’Empire ottoman46 ;

    • 47 M. Beaussier, 1958, p. 12 : « aġā, pl. aġāwāt (du turc). Commandant turc » ; J. Deny, 1925, II, p. (...)

    « aga » = gradé, commandant (p. 175-178)47 ;

    • 48 Sur les termes « sipahis » et « teskeré », voir J. Deny, 1925, p. 35-36, 80 et note 2, 85 et note 4 (...)

    « sipahis » = cavaliers arabes (p. 109) ; « teskeré » = billet, certificat (p. 111, 124) ; « cogea » = ḫūğa = chef de bureau (p. 188-190)48 ;

    • 49 Sur ce titre, voir J. Deny, 1925, p. 62, 64.

    « dey » = titre des souverains d’Alger (p. 197-198). Au même endroit, Venture de Paradis donne la définition du titre de la façon suivante : « dey, ou plutôt dai, est un mot turc qui signifie proprement oncle maternel »49.

  • « mehellé agasi » = commandant des camps militaires (p. 177, 204) ;

  • « ioldachs » (p. 159-160) = soldats de la milice, etc.

  • 50 « mukataâgi » (bilingue arabe-turc : muqāṭa’āt-ğĭ = écrivain des redevances du Beylik (p. 215, 248) (...)

30En ce qui concerne la transcription utilisée par Venture de Paradis, c’est en philologue respectueux de l’ensemble des accessoires consonantiques, et peut-être vocaliques, qu’il rédigea son livre. Nous observons une certaine cohérence dans la translittération du vocabulaire turc-ottoman. En outre, nous pouvons ajouter que le système employé permet, dans quelques cas, de reconnaître clairement telle ou telle consonne du turc-ottoman : « agasi » = aġāsi ; « ioldachs » = yoldāš, etc.50.

  • 51 Voir A. Golkalp, 1996 ; G. Veinstein, 1996.
  • 52 Sur le monde des métiers, des corporations et du salariat, voir A. Mérad-Boudia, 1977 ; T. Chentouf (...)

31En dépit du fait que le turc-ottoman représentait le véhicule d’expression des instances de l’État, il semble que sur le plan de la diffusion linguistique cette même langue n’ait eu qu’une influence limitée sur les dialectes parlés en Algérie, surtout pour ce qui concerne l’expression orale. La marque et l’emprise de cette langue se sont surtout cantonnées dans des secteurs concrets comme les institutions, l’administration, les armées ou la marine51. Venture de Paradis a pu de ce fait procéder à une sur-représentation du turc-ottoman car il se trouvait à cet égard en un point d’observation particulier. Malgré cela, il semble bien que la langue des Ottomans eut une influence assez limitée dans la Régence d’Alger, cantonnée à l’aire politico-administrative. En revanche, elle n’est pas entrée véritablement en force dans les divers espaces de la vie quotidienne et cela même s’il existe encore quelques mots d’origine turc-ottomane qui continuent d’être employés dans des domaines aussi variés que les corps de métiers, certains aspects de la cuisine algérienne, notamment algéroise, ou encore dans les jeux d’enfants52. Il est donc certain que la place du turc-ottoman reste difficile à mesurer et l’on peut penser que l’empreinte de celle-ci avait largement décliné dès le début du xixe siècle. Ce déclin est d’ailleurs à mettre partiellement au compte de l’influence grandissante des langues européennes qui ont, à notre avis, davantage marqué les parlers algérois que ne l’avait fait le turc-ottoman.

Italien et espagnol : langues « importées » et lingua franca

  • 53 Voir quelques exemples dans G. Cardona, 1984 ; A. D. Cοrré, 1991.
  • 54 Voir les travaux classiques de W. Marçais, 1930 et de T. Lewicki, 1993.
  • 55 Il existe une abondante bibliographie sur la question. Voir par exemple H. et R. Kahane, 1976 ; K. (...)

32Si la situation que nous venons de décrire pour le turc-ottoman reste difficile à mesurer par manque de documents directs et précis sur les us et les coutumes linguistiques dans le Maghreb central du xviiie siècle, il en va tout autrement du destin des langues italienne et espagnole53. La problématique des emprunts à ces deux langues ainsi qu’au français, surtout pour la période contemporaine, par les sociétés du Maghreb central a fait l’objet de nombreux travaux dont il n’est pas question de rendre compte ici54. Bien qu’il marque un intérêt plus net pour les langues locales, berbère, arabe et turc-ottoman, que pour les langues importées, le texte de Venture de Paradis fait place à des données concernant l’usage de la lingua franca à Alger. À Alger comme à Tunis, par exemple, la lingua franca fut, sans doute, inventée pour servir une nécessité d’intercompréhension entre locuteurs de langues différentes ; c’est une langue de relation facilitant ainsi les transactions entre les deys d’Alger et les souverains de Tunis. Il s’agit également d’un moyen de communication entre maîtres et esclaves. Les premiers vestiges semblent datés du xiiie siècle et les spécimens les plus récents ont été recueillis vers le milieu du xixe siècle55. Quelques exemples empruntés à Venture de Paradis aideront à mieux comprendre ce phénomène linguistique qui nous paraît aujourd’hui curieux :

    • 56 Venture de Paradis, 1983, p. 39 et 223.

    « El Torto » (espagnol : « el tuerto ») = le borgne (p. 233, 255). Venture de Paradis précise « Dans ce temps-là régnait Baba Muhammed dit Torto parce qu’il était borgne »56;

    • 57 Sur le « capitano » et ses divers emplois, voir H. et R. Kahane et A. Tietze, 1958, p. 139-143 ; S. (...)

    « capudan » (bilingue : italien-turc/ottoman) = caput/capitano (p. 127). Le vocable signifie « capitaine « d’une embarcation équivalent au turc-ottoman reis. Dans le texte de Venture de Paradis, le contenu sémantique du mot a glissé vers un sens rappelant plutôt une fonction administrative de « directeur de la Compagnie ». Rappelons que durant le XVIe siècle, qapudan/qapudan paša, « qaptan » désignait le commandant de la flotte militaire turque57;

  • « cara porta » (italien) = pillage (p. 151). Au même endroit, Venture de Paradis donne la définition suivante : « c’est le mot dont on se sert à Alger pour dire le pillage » ;

  • « mantégue » (espagnol : « manteca ») = beurre fondu et salé (p. 73) ;

  • « mouchaché de la golphe » (bilingue espagnol-arabe : « muchacho»-gurfa) = valet de chambre (p. 156) ;

  • « capitan prove » (italien) = chargé du nettoyage de la maison du dey (p. 157, 213) ;

  • « la casa de [...] » (italien/espagnol) = maison de (p. 111) ;

    • 58 Venture de Paradis, 1983, p. 167, note *. Sur ce dernier mot, voir M. Bencheneb, 1922, p. 45 ; A. L (...)

    « sbandouts » = malfaiteurs (p. 167, 187). À propos de ce terme, notons qu’E. Fagnan avait rédigé la note explicative suivante : « du turc izbandîd, pirate, bandit, encore employé à Constantine sous la forme zbantoût et avec le sens de célibataire ». On peut ici faire un rapprochement assez immédiat avec le mot « bandit » et donner en extension la définition qui avait été élaborée par M. Bencheneb en 1922 : « zbentôt, “célibataire” ; azbāndit et azbāndid, “homme d’une stature grande et athlétique”, qui semble venir de l’italien sbanditto, “banni, exilé” [...] ». Dans cette même perspective, et dans un environnement plus contemporain, indiquons qu’il existe une expression verbale française, « faire le bandit », qui est arabisée en tatbənda, « bandi » et qu’utilise communément le menu fretin de Bab-el-Oued à Alger58.

33La frontière est parfois ténue entre l’usage proprement dit de la lingua franca et le simple emprunt lexical à l’italien ou à l’espagnol. Le mode de notation très fragmentaire de Venture de Paradis ne permet pas toujours de restituer le contexte de ces emprunts, dont nous donnerons seulement quelques exemples :

    • 59 Sur ce mot, dont il serait intéressant de reconstituer l’histoire, voir J. Deny, 1925, p. 49-50.

    « lancous » = chaloupes canonnières (espagnol = « lanchas ») (p. 141, 195)59;

  • « pertuseri » (italien) = maître charpentier (p. 144) ;

  • « caravanas » (italien) = chef des esclaves au travail (p. 153, 157) ;

  • « capo di golphe » (bilingue italien-arabe : « capo », gurfa) = majordome du dey (p. 158) ;

  • « cogea de la rahbé » (bilingue turc/ottoman-arabe : ḫūğa-raḥa) = secrétaire de la place (du marché) (p. 188) ;

  • « cogea du trigo » (bilingue turc/ottoman-espagnol : hūğa, « trigo ») = secrétaire aux céréales (p. 189, 190) ;

  • « contadors » (espagnol : « contadores ») = fonctionnaires-comptables des sommes du Trésor (p. 206). Dans le même passage, Venture de Paradis indique que ces comptables étaient des « maures » ;

  • « bonjorno Effendi » (bilingue italien-turc/ottoman : « buongiorno », afandī). Venture de Paradis donne à cet égard l’explication suivante : « le capitan prove à l’aube crie de la galerie deux fois bonjorno Effendi, bonjorno Effendi » (p. 213) ;

  • « bandiera bassa » et « bandiera arriva » (italien). Ce dernier exemple est similairement expliqué : « Une heure et demie après-midi s’appelle bandiera bassa : c’est le moment où on fait donner la bastonnade dans la maison du Dey et où on appelle ordinairement les Européens lorsqu’on a quelque affaire à traiter avec eux. Bandiera arriva signifie l’heure du midi. Les mosquées arborent pavillon vert le vendredi depuis onze (sic) heures jusqu’à onze heures, et à onze heures et demie, elles arborent pavillon blanc » (p. 255).

  • 60 Cette problématique complexe reste à développer notamment à partir des travaux de D. Brahimi, G. Tu (...)

34À la lumière des dernières remarques faites sur la base d’informations rencontrées dans les Observations, il apparaît nécessaire de revenir sur l’une des idées de départ de cet inventaire, à savoir la lecture inversée des deux textes de Venture de Paradis. Une double inversion devrait permettre de préciser davantage nos connaissances sur les véritables intentions qui présidèrent à la rédaction des deux ouvrages ici envisagés. La priorité devrait être donnée, d’une part, aux représentations de Venture de Paradis dans leur historicité et leur variété, sur la véracité objective des textes. D’autre part, il faudrait s’attacher à recueillir et mieux cerner les déformations culturelles perceptibles dans le discours plus que les déformations factuelles60. On prendra soin de rappeler ici que d’un point de vue historiographique, Venture de Paradis constitue le dernier maillon d’une longue chaîne d’écrivains-voyageurs qui visitèrent certaines régions du Maghreb et qui eurent, comme nous allons le voir, l’occasion de recueillir des textes et des chants susceptibles de mieux nous faire connaître, par-delà le filtre de leur perception, les us et les coutumes de l’Algérie ainsi que les vicissitudes politiques de cette région.

35Si les Observations constituent sans nul doute une des sources d’information les plus importantes et détaillées sur l’histoire d’Alger et de ses environs, dans sa dimension multiculturelle et politique, avec les Vers en idiome barbaresque, on est assuré d’être en présence d’un chant algérois beaucoup plus singulier, qui nous emmène aussi à travers Alger et son histoire, mais de manière beaucoup plus emblématique.

  • 61 La bibliographie sur le sujet est abondante. Voir sur les relations diplomatico-économiques de la S (...)
  • 62 J. Deny, 1925, p. 40-42.
  • 63 Ibid., p. 98, notes 1 & 2.

36Cette chanson constitue une expression restreinte, et même restrictive de l’identité algéroise, car elle a, en quelque sorte, immortalisé les journées de juillet 1770 durant lesquelles eut lieu le bombardement d’Alger par la flotte danoise61. On remarquera qu’elle a été écrite en arabe et que par conséquent son auteur n’était pas issu du milieu turc-ottoman d’Alger. Il serait intéressant de faire un rapide parallèle avec les chants des janissaires d’Alger édités par Jean Deny en 1925. Le corpus édité par le turcologue français appartient au genre, très répandu en Turquie, de la poésie populaire, épique et lyrique qu’on nomme chants des ašīq avec la signification pour le domaine turc-ottoman de poètes ambulants que l’on a parfois comparé aux troubadours62. Le chant algérois qui nous occupe, a pu semblablement être colporté, çà et là, et être ainsi connu dans les milieux populaires algérois. Outre les différentes caractéristiques qu’il contient sur le dialecte arabe d’Alger, on observe l’utilisation de termes identiques dans les chants édités par J. Deny et le chant algérois comme par exemple le nom de pays Dīn al-Mark, la terminologie administrative avec des mots en agā, en ḫūğa, etc. L’emprunt à un stock de mots communs paraît avéré du fait des contacts permanents qu’il y avait entre les mondes turc-ottoman et algérien mais également italien, avec les termes prova et qavaller63.

  • 64 E. Fagnan (1894) qui sera désormais abrégé en « Chant algérien » dans les notes de l’étude.
  • 65 J. Deny, 1925, p. 49, note 1,

37Le texte arabe, la traduction et les notes de Venture de Paradis ont été édités par E. Fagnan en 1894 dans la Revue africaine. Il faut saluer à nouveau le travail de l’orientaliste français E. Fagnan qui nous a fait découvrir une curieuse chanson composée dans la langue dāriğa algéroise avec quelques mots européens arabisés, des changements de registres linguistiques remarquables et quelque trente-quatre notes explicatives rédigées par l’auteur64. Ce type de chansons populaires avait été sévèrement critiqué et déprécié par J. Deny qui les qualifiait de la manière suivante : « Ces chants, conçus dans la forme d’hymne religieux [...], n’offrent aucun intérêt historique et sont d’une forme à la fois prétentieuse et barbare »65. Cet éminent spécialiste de la langue et de la civilisation turques mettait en effet presque constamment en opposition l’arabe et le turc-ottoman. Il est temps de revenir sur ce type de jugements car ces textes ont à nous offrir une connaissance plus fine et plus intime de l’histoire d’Alger.

  • 66 « Chant algérien », p. 326.

38Les premières lignes que Venture de Paradis rédige comme une sorte d’avertissement à l’intention des érudits révèlent d’ailleurs pleinement que telle était son attente : « Je me bornerai, dans ces notes, à l’explication des mots les plus difficiles à entendre pour ceux qui n’ont point fréquenté la Barbarie, où on parle un langage qui est à l’arabe ce que le provençal est au français. Il serait trop long de vouloir relever les fautes grammaticales et les licences improsodiques dont ces vers sont remplis : ils sont écrits pour le peuple et dans la langue qu’il entend »66.

39L’exaltation de la ville d’Alger constitue un axe important sur lequel l’auteur des Vers en idiome barbaresque insiste de manière continue. Les deux mots qui composent le titre méritent une explication. Il faut avant tout prendre soin de ne pas perdre de vue le contexte politique en Méditerranée dans lequel le texte a été rédigé ainsi que la situation politique du Maghreb central. Ce qui frappe le lecteur à première vue, c’est l’utilisation cohérente qu’il y a entre le terme « idiome » et le contenu du texte. Venture de Paradis s’est en effet attaché à reproduire plusieurs aspects de cet « idiome » ou langue propre à une communauté. D’ailleurs, selon la définition que l’on donne à « idiome », on remarque que dans les notes qu’il rédigea en marge du chant algérien, il a pris soin d’expliquer les usages linguistiques propres à Alger indépendamment de la structure administrative ottomane. Cet « idiome » reflète fort justement les traits propres et singuliers d’une communauté.

  • 67 Il est certain qu’en cette fin du xviiie siècle, les termes « idiome » et « barbaresque » sont marq (...)
  • 68 Pour une période légèrement postérieure et vue par le militaire russe M. G. Kokovtsov en 1776, voir (...)
  • 69 Voir les vers 27, 35 et 41.

40L’adjectif « barbaresque », sous la plume de Venture de Paradis a, quant à lui, une signification nettement plus connotée. Le mot « Barbarie », on le sait, est marqué par différentes pensées idéologiques et sa forme adjective « barbaresque » renvoie à celui qui habite la Barbarie, ou Berbérie, ou qui en est originaire67. Or, dans les Vers en idiome barbaresque, il est question de la ville vue au prisme de la beauté, de la force, de l’invincibilité et les qualificatifs sont là pour renforcer l’idée qui fait d’Alger une cité exceptionnelle, unique. Le thème n’est pas nouveau, il est connu dans d’autres productions littéraires antérieures mais dans l’exemple d’Alger décrite dans les Vers en idiome barbaresque, il est lié à une position de faiblesse et de résistance qu’elle a plusieurs fois expérimentée dans l’histoire : le bombardement par l’infidèle68. Il est par ailleurs facile de vérifier cette image de « singularité » donnée à Alger à travers les trois exemples suivants : lǝ-Bǝhgā -mhīfā, « Alger la superbe », Üllǝt lǝ-Bǝhgâ kimā ǝl-ġmar, « Alger se transforma en un incendie » et h-Bǝhgâ hiya ābhum, « Alger est leur torture »69.

  • 70 Voir les vers 95, 96, 97 et 98. Sur cette hiérarchie, voir T. Shuval, 1998, p. 67-73.

41On ne peut nier, simultanément, l’existence d’un ton de satire contre l’infidèle et d’un discours que l’on qualifiera de guerrier. Outre les informations données sur le bombardement de juillet 1770 par Venture de Paradis dans ses Observations, l’auteur des Vers en idiome barbaresque héroïse les principaux défenseurs d’Alger ; ils sont considérés comme de véritables héros au service de la ville prise sous le feu de la flotte danoise. Agā, ǝzna-gī, ūkῑl-rag et hūğa, représentants de l’appareil gouvernemental turc-ottoman, sont distingués du reste des défenseurs de la cité70.

  • 71 Sur les sept patrons de Marrakech, voir H. de Castries (1924) et sur la défense de la ville, voir G (...)
  • 72 Sur les saints mentionnés, voir les vers 80, 81, 83, 85, 87, 84, 88 et 91.

42Cette défense de la ville est mise en relation avec le rôle fondamental des saints/awliyàet sāda détenteurs de l’autorité (siyāda) et « gardiens » d’Alger. Les saints les plus représentatifs sont célébrés, mis en exergue et affublés de plusieurs qualités, notamment guerrières. En effet, il est question des riğāl saba, « sept personnalités » qui auraient laissé leur vie pour la sauvegarde d’Alger. On aura compris le point commun qu’il y a entre ces « saints » et les « sept patrons » de Marrakech, notamment71. On est donc bien en présence d’un chant à la gloire d’Alger et à sa protection : ses murailles, ses canons, ses saints et la valeur du ğihād pour Dieu sont autant d’éléments susceptibles de faire de celle-ci la cité intouchable72.

  • 73 J. Deny, 1925, p. 136-100 (note 1).
  • 74 Sur les vicissitudes des expressions blǝd Ālğīr et al-Ǧīr, voir R. Lespès, 1926 ; Anonyme, 1941, p. (...)

43Niveaux et alternances linguistiques constituent également un point particulièrement fascinant. L’auteur de la chanson n’a pas feint de s’exprimer dans des registres situés entre un arabe « classique » et un arabe dialectal pour des motifs propres à la situation sociolinguistique d’Alger dans la seconde moitié du xviiie siècle. De plus, on constate la présence de quelques termes des langues européennes qui ont tout simplement été arabisés pour les besoins du chant. Voici les formes sous lesquelles sont arabisés certains mots : qūnṣūl, « consul », būnba, « bombe », « bombardement », Dïn al-Mark, « Danemark ». Sur ce dernier nom relatif au pays Scandinave, il est bon de signaler que dans certaines chansons de janissaires d’Alger au xviiie siècle, il existe des vers où les Danois sont également perçus sous l’angle évident de la satire comme par exemple : Dalimarq karalī būmbāylih kaladī, « Le roi de Danemark est venu avec des bombardes ». D’après J. Deny, le terme correspondant à Danemark serait formé à partir du calembour suivant : Dalimarq par jeu de mot avec dali = « fou »73. L’auteur du chant alterne également la manière de désigner Alger avec par exemple les deux noms les plus connus : Mazganna et lə-Bəhğā ainsi que le curieux bləd Ālğīr. Dans ce dernier cas, on a l’impression qu’il s’agit, avec toute précaution, d’une expression bilingue arabe-catalane ou italienne comportant bləd + Ālğīr = Algueré. Par ailleurs, d’après Ibn Masàyb (milieu du xviiie siècle), nous savons que le nom équivalent à Alger était déjà annoté sous la forme dal-Ǧīr74.

  • 75 Voir les vers 16, 68 & 86. La formule kīfāš se trouve déjà chez Ibn Masāyb (1989, p. 117) et elle e (...)

44Enfin, d’un point de vue strictement linguistique, indiquons les mots en dialecte que l’auteur introduit, çà et là, dans son chant et qui permettent de situer dans le temps l’utilisation de telle forme ou tournure. Prenons les cas du pronom personnel nanu, « nous », la formule kayfamā, « en tout cas » et le démonstratif hāulā que l’on rencontre respectivement sous les formes dialectales : ahnāyā, « nous » et kīfāš, « comment » et hādūhumā, « ceux-là »75.

  • 76 Bien que la situation soit sensiblement différente, on pourra lire sur cette question, la mise au p (...)

45En dépit du fait que le texte précédemment étudié est écrit en arabe avec de nombreuses variantes dialectales algéroises et quelques mots européens arabisés, il est bon de signaler que ce chant nous invite à nous interroger sur le statut des langues, les usages de celles-ci et la continuité de telle ou telle langue. Qu’est-ce qu’un dialecte ? Il s’agit bien d’une langue, mais quelque peu différente, car la langue, celle au pouvoir, celle du pouvoir, comporte, selon nous, trois discriminants par rapport au dialecte. La langue est d’abord l’objet de réformes comme ce fut le cas du turc-ottoman à partir du début du xixe siècle, puis elle est le choix d’un lieu politique en tant que siège du pouvoir et enfin, elle a une littérature écrite76. Il n’en reste pas moins que le dialecte algérois, celui utilisé dans les Vers en idiome barbaresque reflète une situation sociale concrète à un moment donné de l’histoire d’Alger et qu’il est bien la seule preuve tangible de comment et à quelle époque on parlait ce dialecte.

Érudition historique, langues en contact et politique : Alger au prisme de l’Europe du xviiie siècle

  • 77 Nous croyons détecter dans A. Moussaoui (1992), une étude exemplaire quant à l’utilisation de la li (...)

46L’intérêt principal des deux textes de Venture de Paradis pour l’historien est constitué par le problème de la position statutaire des langues, des modes d’emploi des langues et de la continuité de l’usage de ces langues à Alger dans la seconde moitié du xviiie siècle. Nous partirons, pour cela, de l’idée d’alternance des codes linguistiques arabe « classique », dialecte, algérien et autres langues puis nous essaierons de poser la question de l’emprunt et enfin, nous verrons s’il est possible d’évoquer ici la problématique du métissage des langues à la lumière des études de linguistique historique77.

  • 78 Pour la seconde moitié du xxe siècle en Algérie, voir H. Miliani, 1999 et A. Boucherit, 2000, p. 83 (...)
  • 79 II existe une abondante bibliographie sur la question. Voir par exemple l’étude suggestive de C. Ca (...)
  • 80 Voir les observations de J. Strauss, 1996, p. 221-227.

47Le phénomène de contacts des langues – l’alternance langagière ou code-switching – est considéré comme étant le passage du code « langue-départ » au code « langue-accueil » par le même locuteur dans une même situation discursive. C’est, si l’on en croit certains travaux de linguistique, un fait de parole pratiqué par des bilingues qui maîtriseraient partiellement les deux langues utilisées en communication orale. En outre, ces bilingues parleraient avec quelques particularités l’une ou les deux langues dont ils disposent, à un moment précis et à des degrés différents78. Dans le domaine qui nous intéresse, il est assez difficile de le distinguer de l’emprunt et de l’interférence. On ne peut en effet oublier que les éléments tirés de l’alternance langagière sont souvent des produits occasionnels, de circonstance, de situation. L’interférence semble plutôt être un fait réalisé de manière inconsciente au cours d’un discours. Quoi qu’il en soit, et d’après les matériaux tirés des textes étudiés, il est possible de faire quelques réflexions relatives au phénomène du contact de langues et de la pluriglossie79. À travers ses observations, ses notes et ses commentaires, Venture de Paradis a décrit, de manière assez précise, une situation concrète dans laquelle on voit une alternance de langues entre arabe « classique »/dialecte et lingua franca, et une situation de bilinguisme entre turc-ottoman et arabe. Cette situation est liée au statut de chacune des langues : langue du pouvoir (turc-ottoman), langues autochtones (berbère, arabe) et langue de communication ou « interlangue » (lingua franca)80.

48Est-il possible, pour une période telle que le xviiie siècle algérien, de mesurer et distinguer entre deux types d’alternance langagière, qui dépendraient de la compétence des sujets parlants, l’un découlant de la nécessité de combler une lacune dans la langue où l’on se sent faible, l’autre représentant une possible stratégie discursive mise en place par un locuteur qui maîtriserait bien les langues en jeu ?

49Lorsqu’on aborde la question du statut des langues au cours de l’histoire du Maghreb, on ne peut occulter non plus le problème de la disparition de celles-ci. Une histoire linguistique pourrait, bien plus que l’histoire politique, nous aider à comprendre l’extinction de l’usage de telle ou telle langue à telle ou telle époque en fonction de l’évolution des forces en présence. Le métissage culturel et politique est, semble-t-il, l’une des clefs du problème, à propos duquel on peut énoncer la question suivante : les langues parlées et utilisées au Maghreb central étaient-elles cohérentes ? La réponse, aussi complexe soit-elle, mérite que l’on s’y arrête. Si tout était cohérent dans le fonctionnement d’une langue, rien ne changerait et nous n’aurions pas la chance de voir introduire des lexiques étrangers dans une même langue. Nous croyons qu’une langue, telle que l’arabe ou le berbère, constitue une sorte de pacte irrésolu entre des morceaux souvent étrangers les uns des autres. Mixité, acculturation, hybridation et statut supérieur/inférieur des langues de l’Algérie constituent sans nul doute des réalités à partir desquelles nous continuerons à réfléchir afin de pouvoir rétablir, si possible et compte tenu des matériaux disponibles, la genèse historique des usages linguistiques (arabe-berbère-lingua franca-autres langues) au Maghreb central du xve au xviiie siècle.

Bibliographie

Agius D. A., 1997, «Fashions and styles: Maltese womens headress», in N. Lindisfame-Tapper et B. Ingham (éd.), Languages of Dress in the Middle East, Londres, Cuizon Press, p. 107-126.

Allsen Th. T., 1997, Commodity and Exchange in the Mongol Empire. A Cultural History of Islamic Textiles, Cambridge, Cambridge University Press.

Annabi H., 1995, « La chéchia : un savoir-faire multiséculaire », in H. Annabi, M. Chapoutot-Remadi et S.-Karmani (coord.), Itinéraire du savoir en Tunisie. Les temps forts de lhistoire tunisienne, Tunis, Éditions Alif, p. 151-159.

Anonyme, 1941, « I. Étymologies. Alger », Bulletin des études arabes, I, p. 16-17.

Beaussier M., 1958, Dictionnaire pratique arabe-français (édition, revue, corrigée par M. M. Bencheneb), Alger, La maison des livres.

Bencheneb M., 1900, « Itinéraire de Tlemcen à la Mekke par Ben Massaieb (xviiie siècle) », Revue africaine, XLIV, p. 260-300.

Bencheneb M., 1907, « Origine du mot “chāchiyya” », Revue africaine, LI, p. 55-56.

Bencheneb M., 1922, Mots turks et persans conservés dans le parler algérien, Alger, Jules Carbonel.

Boucherit A., 2000, « Réflexions sur le contact de langues in partir du cas d’Alger », in M. Mifsud (éd.), Proceedings of the Third International Conference of AIDA (Malta, 1998), Malte, Salesian, p. 83-88.

Boyer P., 1966, La vie quotidienne à Alger à la veille de lintervention française, Paris, Hachette.

Boyer P., 1985, « Les renégats et la marine de la Régence d’Alger », Revue de lOccident musulman et de la Méditerranée, 40, p. 93-107.

Brahimi D., 1970, « Quelques jugements sur les Maures andalous dans les régences turques au xviiie siècle », Revue dhistoire et de civilisation du Maghreb, 9, p. 39-51.

Brahimi D., 1977, « Marcel Emerit : hommage au chercheur », Revue dhistoire maghrébine, 7-8, p. 72-78.

Brahimi D., 1978, Opinions et regards des Européens sur le Maghreb aux xviie et xviiie siècles, Alger, Société nationale d’édition et de diffusion, p. 7-11.

Brahimi D., Turbet-Delof G. et Guellouz E., 1973, « Voyageurs “éclairés” en Régences barbaresques : analyse idéologique du regard philosophique sur les pays du Maghreb turc (1715-1789) », in Actes du VIe Congrès de lAssociation internationale de littérature comparée, p. 591-595.

Brahimi D., 1989, « La littérature de voyage au Maghreb : historiographie et étude méthodologique », in Le monde arabe au regard des sciences sociales, Tunis, Ambassade de France, Service culturel, scientifique et de coopération, p. 85-106.

Cachard C., 1991, « Exclusions de langue », Psychanalystes, 31, p. 67-76.

Calasso G., 1993, « Les remparts et la loi, les talismans et les saints. La protection de la ville dans les sources musulmanes médiévales », Bulletin détudes orientales, XLIV (1992), p. 83-104.

Cardona G., 1984, «Una ottava in turco nel “Ciriffo Calvaneo”», in Studi in onore di Francesco Gabrieli nel suo ottantessimo compleanno, Rome, 2 vol., I, p. 163-171.

Castries H. de, 1924, « Les sept patrons de Merrakech », Hespéris, IV, p. 245-303.

Chatty D., 1997, «The Burqa face cover: an aspect of dress in Southeastern Arabia», in N. Lindisfame-Tapper et B. Ingham (éd.), Languages of Dress in the Middle East, Londres, Curzon Press, p. 127-148.

Chentouf T., 1981, « L’évolution du travail en Algérie au xixe siècle », Revue de lOccident musulman et de la Méditerranée, 31, p. 85-104.

Corré A. D., 1991, « Loanwords in the Lingua Franca », in I. Ben-Ami (éd.), Recherches sur la culture des Juifs dAfrique du Nord, Jérusalem, p. 41-46.

Corré A. D., 1993, «Lecture on the Lingua Franca», in A. Harrak et al., Contacts Between Cultures: West Asia and North Africa, I, Lewiston-New York, Edwin Mellen Press, p. 140-145.

Cresti F., 1986, « Quelques réflexions sur la population et la structure sociale d’Alger à la période turque (xvie-xixe siècles) », Les Cahiers de Tunisie, XXXTV, p. 151-164.

Dakhlia J., 2001, « Turcs de profession ? Réinscriptions lignagières et redéfinitions sexuelles des convertis dans les cours maghrébines », in M. Garcia-Arenal (dir.), Conversions islamiques. Identités religieuses en Islam méditerranéen, Paris, Maisonneuve & Larose-European Science Foundation, p. 151-172.

Delanoue G., 1998, « L’arabe en Égypte 1800-1940 : histoire et idéologie », ir S. Chaker (éd.), Langues et pouvoir : de lAfrique du Nord à lExtrême-Orient Aix-en-Provence, Édisud, p. 41-69.

Deny J., 1920, « Les registres de soldes de janissaires conservés à la Bibliothèque nationale d’Alger », Revue africaine, p. 19-46.

Deny J., 1925, « Chansons des janissaires turcs d’Alger (fin du xviiie siècle) », in Mélanges René Basset, Paris, II, p. 33-175.

Deny J., 1959, « L’osmanli moderne et le turc de Turquie », in Philologiae Turcicat Fundamenta, Wiesbaden, Frank Steiner Verlag, I, p. 182-239.

Desfeuilles P., 1956, « Scandinaves et Barbaresques à la fin de l’Ancien Régime », Les Cahiers de Tunisie, IX, p. 328-349.

Di Pietro R., Selim G. D., 1967, «The Language situation in Arab Sicily», in D. Stuart (éd.), Linguistic Studies in Memory of Richard Slade Harrell, Washington, Georgetown University Press, p. 19-35.

Dorion H., 1994-1995, « À qui appartient le nom de lieu », Onoma, 32, p. 95-103.

Dozy R., 1845, Dictionnaire détaillé des noms des vêtements chez les Arabes Amsterdam, Jean Müller.

El-Ghoul Y., 1997, « Bled et beldi, kbār et a’yān. Aspects linguistiques et historiques », Institut des belles-lettres arabes, LI, p. 37-53.

Fagnan E., 1894, « Un chant algérien du xviiie siècle », Revue africaine, XXXVIII, p. 325-345.

Fagnan E., 1898, Alger au xviiie siècle, Alger, A. Jourdan.

Freidman E. G., 1980, « Christian captives at “Hard Labor” in Algiers, 16th-17th Centuries », The International Journal of African Historical Studies, 13, p. 616-632.

Garcia-Arenal M. (dir), 2001, Conversions islamiques. Identités religieuses en Islam méditerranéen, Paris, Maisonneuve & Larose-European Science Foundation.

Golkalp A., 1996, « Le règne de l’écriture pour des oreilles averties », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 75-76 (numéro spécial : « Oral et écrit dans le monde turco-ottoman »), p. 19-28.

Grand’Henry J., 1994, « Le moyen arabe occidental et les dialectes arabes maghrébins : éléments de reconstruction », in D. Caubet et M. Vanhove (éd.), Actes des premières journées internationales de dialectologie arabe de Paris, Paris, Publications Langues O’, p. 283-296.

Hadj-Sadok M., 1951, « À travers la Berbérie orientale du xviiie siècle avec le voyageur al-Warthilānī », Revue africaine, p. 315-399.

Hoexter M., 1983a, « Taxation des corporations professionnelles d’Alger à l’époque turque », Revue de lOccident musulman et de la Méditerranée, 38, p. 19-39.

Hoexter M., 1983b, « Effects of the transition from Turkish to French regime in Algiers - The case of the Mzābī Talaba (tolba) », Asian and African Studies, 17, p. 121-138.

Hoexter M., 1997, «Adaptation to changing circumstances: perpetual leases and exchange transactions in Waqf property in Ottoman Algiers», Islamic Law and Society, IV/3, p. 319-333.

Ibn Masàyb, 1989, Dīwān Ibn Masāyb, éd. H. A. al-Sahnūni et A. Sifāwī, Alger, Entreprise nationale du livre.

Iz F, 1976, «Ottoman and Turkish», in Essays on Islamic Civilization presented to Niyaz Berkez, Leyde, E. J. Brill, p. 118-139.

Kahane H. et R., Tietze A.E.J., 1958, The Lingua Franca in the Levant, Urbana, Urbana University Press.

Kahane H. et R., 1976, «Lingua franca: the story of a term», Romance Philology, 30, p. 25-41.

Kakuk S., 1973, Recherches sur lhistoire de la langue osmanlie des xvie-xviie siècles, La Haye, Mouton.

Kaye A. S., 1994, «Formal vs. informal Arabic: diglossia, triglossia, tetraglossia, etc, poliglossia - multiglossia viewed as a continuum », Zeitschrif für Arabische Linguistik, 27, p. 47-66.

Kerslake C., 1998, « La construction d’une langue nationale sortie d’un vernaculaire impérial enflé : la transformation stylistique et conceptuelle du turc ottoman », in S. Chaker (éd.), Langues et pouvoir de lAfrique du Nord à lExtrême-Orient, Aix-en-Provence, Édisud, p. 129-138.

Khiari F., 1993, « Une communauté “résurgente” : les Andalous en Alger de 1570 à 1670 », Revue dhistoire maghrébine, p. 119-132.

Lecuyer E., 1950, « Les métiers constantinois à l’époque des Beys », Institut des belles-lettres arabes, IV, p. 341-373.

Lentin A., 1959, Supplément au dictionnaire pratique arabe-français de Marcelin Beaussier, Alger, Maison des livres.

Lespès R., 1926, « L’origine du nom français d’Alger traduisant “El Djezair” », Revue africaine, LXVII, p. 80-84.

Lewicki T., 1993, « Les éléments romans parmi les noms des indigènes de l’Algérie d’après un vocabulaire onomastique de la fin du xixe siècle. Quelques exemples », Classica Wratislaviensia, 17, p. 17-20.

Marçais W., 1930, « La diglossie arabe », L’Enseignement public, 104/12, p. 401-409.

Meouak M., sous presse, « Chants turco-ottomans/arabes des janissaires d’Alger (xviiie siècle). Histoire et langues en contact », in Proceedings of the fifth International Conference of AIDA (Cadiz, 2002), Cadix.

Meouak M., Kouici N., 2000-2001, « Argots, jargons et mots de passe dans l’arabe algérien. Notes linguistiques et sociologiques », Estudios de dialectologia norteafricana y andalusi, 5, p. 61-71.

Mérad-Boudia A., 1977, La formation sociale algérienne précoloniale, Alger, Société nationale d’édition et de diffusion.

Médiano F. R., 2001, « Les conversions de Sebastiao Paes de Vega, un Portugais au Maroc sa’dien », in M. García-Arenal (dir.), Conversions islamiques. Identités religieuses en Islam méditerranéen, Paris, Maisonneuve & Larose-European Science Foundation, p. 173-192.

Micklewright N., 2000, «Public and private for the Ottoman women of the nineteenth century», in D. Fairchild Ruggles (éd.), Women, Patronage, and Self Representation in Islamic Societies, Albany, State University of New York Press p. 155-176.

Miliani H., 1999, « Alternance codique, emprunts et statut symbolique du français dan les chansons contemporaines (notes de recherche) », Cahiers de linguistique e didactique, 2, p. 17-27.

Moussaoui A., 1992, « Le fiqh : vocabulaire du droit et syntaxe de l’histoire », inA. Sebti (coord.), Histoire et linguistique. Texte et niveaux dinterprétation, Rabat, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat p. 7-16.

Nef A., 1997, « L’analyse du Taṯqīf al-lisān d’Ibn Makkī et son intérêt pour le connaissance de la variante sicilienne de l’arabe : problèmes méthodologiques » Oriente Moderno, LXXVII, p. 1-17.

Norton J., 1997, «Faith and fashion in Turkey», in N. Lindisfame-Tapper et B. Inghan (éd.), Languages of Dress in the Middle East, Londres, Curzon Press, p. 149-177

Prudent L., 1983, « Diglossie et interlecte », Languages, 61, p. 13-33.

Saporta I. de, 1970-1971, « Une enquête linguistique du xviiie siècle : le vocabulaire arabe et berbère recueilli par L. de Chénier, Consul de France au Maroc » Compte-rendus du GLECS, XV, p. 1-16.

Shaw S., 1969, « Selim III and the Ottoman Navy », Turcica, I, p. 212-241.

Shoshan B., 1988, «On the costume and social history in medieval Islam», Asian and African Studies, 22, p. 35-51.

Shuval T., 1996, « La pratique de la muāwaa (échanges de biens abūs contre propriété privée) à Alger au xviiie siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 79-80 (numéro spécial : « Biens collectifs et gestion communautaire dans les mondes musulmans »), p. 55-72.

Shuval T., 1998, La ville dAlger vers la fin du xviie siècle. Population et cadre urbain « La ville dAlger », Paris.

Shuval T., 2000, «The Ottoman Algerian elite and its ideology», International Journal of Middle East Studies, XXXII/3, p. 323-344.

Sourdot M., 1991, « Argot, jargon, jargot », Langue française, 90, p. 13-27.

Stillman Y., Micklewright N., 1992, «Costume in the Middle East», Middle East Studies Association Bulletin, 26, p. 13-28.

Strauss J., 1996, « Diglossie dans le domaine ottoman. Évolutions et pérpéties d’une situation linguistique », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 75-76 (numéro spécial : « Oral et écrit dans le monde turco-ottoman »), p. 221-256

Thomson A., 1987, Barbary and Enlightenment: European Attitudes Towards the Maghreb in the 18th Century, Leyde, E. J. Brill.

Toledano E., 1997, «The emergence of Ottoman elites in the Middle East and North Africa (1700-1900)», in I. Papé et M. Maoz (éd.), Middle Eastern Politics and Ideas, Londres-New York, Tauris Academic Studies, p. 145-162.

Touati H., 1987, « Les corporations de métiers à Alger à l’époque ottomane »,  Revue dhistoire maghrébine, 47-48, p. 267-279.

Touati H., 1994, Entre Dieu et les hommes. Lettrés, saints et sorciers au Maghreb (xviie siècle), Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Van den Boogert N., 1998, La révélation des énigmes. Lexiques arabo-berbères des xviie et xviiie siècles. Étude, édition des matériaux berbères, index, Aix-en-Provence (Travaux et documents de lIREMAM, 19).

Vatin N., 1989, « De l’osmanli au turc en Turquie, les aventures d’une langue », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 50 (numéro spécial « Turquie, la croisée des chemins »), p. 68-84.

Vatin N., 1996, « Remarques sur l’oral et l’écrit dans l’administration ottomane au xvie siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 75-76 (numéro spécial : « Oral et écrit dans le monde turco-ottoman »), p. 143-154.

Veinstein G., 1996, « L’oralité dans les documents d’archives ottomans : paroles rapportées ou imaginées ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (numéro spécial : « Oral et écrit dans le monde turco-ottoman »), 75-76, p. 133-142.

Venture de Paradis, 1983, Tunis et Alger au xviie siècle. Mémoires et observations rassemblés et présentés par Joseph Cuoq, Paris, Sindbad.

Wasserstein D. J., 1991, «The language situation in al-Andalus», in A. Jones et R. Hitchcok (éd.), Studies on the Muwaššah and the Kharja, Reading, p. 1-15.

Whinnom K., 1977, «The context and origins of lingua franca», in J. M. Meisel (éd.), Longues en contact - Pidgins - Creoles - Languages in Contact, Tübingen, TBL Verlag Narr, p. 1-18.

Wiegers F. R., 2001, « European converts to Islam in the Maghrib and the polemical writings of the moriscos », In M. García-Arenal (dir.), Conversions islamiques. Identités religieuses en Islam mediterranéen, Paris, Maisonneuve & Larose-European Science Foundation, p. 207-223.

Woidich M., 1995, « Das Kairenische im 19. JH.: Gedanken zu Tantāwi’s, Traité de la langue arabe vulgaire », in Dialectologia Arabica. A Collection of Articles in Honour of the Sixteeth Birthday of Professor Heikki Palva, Helsinki, Vammalan Kirjapaino Oy, p. 271-287.

Notes

1 T. Shuval, 1998, p. 13-24.

2 F. Khiari, 1993 ; F. Cresti, 1986.

3 Voir par exemple al-Rila al-Warṯilāniyya d’al-Warṯilānī étudiée par M. Hadj-Sadok (1951), et al-Zahra al-nayyira fi mā ǧarā bi-l-Ǧazā’ir īna ‘aġāra ‘alayhā ğunūd al-kafāra de Muhammad al-Ğadīrī dont il existe un manuscrit à la Bibliothèque municipale de Munich (cod. Arabe 419). D. Brahimi, 1989.

4 Sur cette problématique historique, voir R. di Pietro et G. D. Selim, 1967 ; D. J. Wasserstein, 1991 ; J. Grand’Henry, 1994 ; A. Nef, 1997.

5 D. Brahimi, 1978, p. 7-11; P. Boyer, 1966.

6 D. Brahimi, 1970 ; E. G. Freidman, 1980; P. Boyer, 1985; A. Thomson, 1987.

7 La Zubda Kachf al-Mamâlik de Khalîl az-Zâhirî [La Zubda], traduction inédite de Venture de Paradis avec une notice sur le traducteur, éd. J. Gaulmier, Beyrouth, 1950, p. I-LI sur la carrière et les écrits de Venture de Paradis.

8 Venture de Paradis, 1983.

9 Sur ce dernier point, on peut parfaitement penser qu’il eut des contacts avec Louis de Chénier, consul général de France à Salé entre 1767 et 1782 car ils coïncident dans le temps et dans l’espace. Au même moment donc, ces deux personnages manifestent leur intérêt pour l’étude des langues « autochtones », arabe dialectal et variantes du berbère. On sait que dans le cas de Chénier, son poste de diplomate lui permettra de rédiger ses Recherches historiques sur les Maures, publiées en 1787 en trois volumes. Le tome III de ce dernier ouvrage est intéressant pour l’histoire des langues parlées du Maghreb car il comporte un tableau comparatif des équivalences de 43 mots français dans trois parlers du Maroc : arabe dialectal, « brebe » ou tamzigt parlé par les pasteurs du Maroc central et « chellu » ou tasǝlḥyṯ parlé par les sédentaires du Sous marocain (sur le tome III de ses Recherches historiques sur les Maures, voir I. de Saporta, 1970-1971. Dans cette même direction et outre ce qui a été dit de l’expérience de Chénier comme consul de France au Maroc, au milieu du xviiie siècle, Mouette avait eu l’occasion de relever des notes linguistiques sur la langue arabe, durant ses neuf ans de captivité marocaine et qu’en 1800 à Vienne, un certain Dombay publiait sa grammaire du parler arabe de Tanger.

10 Venture de Paradis, Observations, p. 17-18.

11 D. Brahimi, 1977, p. 76-78.

12 Voir les remarques que Venture de Paradis fait sur le règne du Bāy Bābā Muhammad b ‘Uṯmān dans ses Observations, p. 198-199.

13 Sur la situation des élites ottomanes dans le Maghreb, voir E Toledano, 1997. Pour Alger ottomane, voir T. Shuval, 2000, p. 328-339.

14 Venture de Paradis, Observations, p. 18-20.

15 Ibid., p. 50.

16 Ibid. et passim.

17 Venture de Paradis, Observations, p. 14.

18 Notes et mémoires publiés par E. Fagnan, 1898. Sur Venture de Paradis à Alger, voir La Zubda, p. X-XXV. Il est d’autre part bien connu que Venture de Paradis composa plusieurs textes et notes détaillées sur le Maghreb, et plus particulièrement sur Alger et Tunis. Les quelques écrits, qui nous sont parvenus, se trouvent à la Bibliothèque de France. Il s’agit de Ville et Royaume de Tripoli, Réponses aux questions de l’abbé Raynal, Ville et Royaume de Tunis et Observations sur le gouvernement de Tunis.

19 Venture de Paradis, Observations, p. 157. Les renvois à la source étudiée se feront dans le corps même de l’étude.

20 Outre les travaux pionniers d’A. Devoulx, il existe une abondante bibliographie sur les structures urbaines algéroises et les thèmes connexes. Voir T. Shuval (1998, p. 163-198) sur la trame urbaine algéroise.

21 Venture de Paradis, Observations, p. 208 et 210.

22 On connaît par exemple les problèmes posés par l’histoire et la reconstitution de la scripturalité du berbère ancien souvent en contact avec l’arabe, autre langue écrite.

23 Cette idée se base sur des recherches personnelles en cours sur l’histoire et la genèse de l’arabe-algérien de la fin du Moyen Âge et, en partie, sur la lecture de L. Prudent, 1983 et M. Sourdot, 1991.

24 Sur les principales institutions ottomanes d’Algérie, voir T. Shuval, 1998, p. 67-117.

25 Venture de Paradis, Observations, p. 169. Il s’agit de la prière du ‘aṣr.

26 Sur ces questions, ô combien complexes, voir par exemple les études contenues dans M. García-Arenal (dir.), 2001, notamment celles de J. Dakhlia, F. R. Mediano et G. A. Wiegers.

27 La question de l’anthroponymie (toponymie et onomastique) nord-africaine est un des domaines les plus sensibles lorsqu’il est soumis à l’étude historico-philologique.

28 Voir les nombreuses bibliographies onomastiques libyco-berbère, sémitique et arabe publiées par L. Galand, G. Fourcade et M. Meouak dans la revue Onoma (Louvain). Voir l’article suggestif de H. Dorion, 1994-1995.

29 Les tribus kabyles des Flissa sont situées entre Bordj-Menail et Dellys.

30 Sur les corporations professionnelles des Biskris à Alger, voir H. Touati, 1987 ; sur les Laghouatis et les Jijelis, voir M. Hoexter, 1983a, p. 19-20 ; Id., 1983b, p. 122-136 sur les Mozabis.

31 Sur ces questions, voir T. Shuval, 1998, p. 17-20 ; Y. El-Ghoul, 1997.

32 B. Shoshan, 1988 ; Y. Stillman et N. Micklewright, 1992 ; Th. T. Allsen (1997, p. 46-70) sur les textiles et les usages vestimentaires dans le domaine turc-mongol.

33 M. Bencheneb, 1922, p. 54.

34 Sur ce grand manteau à capuchon, voir R. Dozy, 1845, p. 73-80 ; M. Beaussier, 1958, p. 49. Sur ce vêtement féminin typique d’Algérie, voir R. Dozy, 1845, p. 147-153 ; M. Beaussier, 1958, p. 251-252. Le hayk algérien ressemble étrangement à la manta maltaise sur laquelle on lira D. A. Agius, 1997, p. 118-119.

35 Sur ce mot, voir N. van den Boogert, 1998, p. 232.

36 Sur ce manteau d’étoffe épaisse, voir R. Dozy, 1845, p. 68-71 ; sur cette veste sans collet et aux manches fendues, voir R. Dozy, 1845, p. 319-323 ; M. Beaussier, 1958, p. 712 ; sur ce voile (burqu’), voir R. Dozy, 1845, p. 64-68. Dans une perspective anthropologique, voir D. Chatty, 1997, p. 127-129 ; sur ce pantalon, voir R. Dozy, 1845, p.203-209 ; M. Beaussier, 1958, p. 471.

37 Sur ce couvre-chef, voir R. Dozy, 1845, p. 240-244 ; M. Beaussier, 1958, p. 548-549 ; M. Bencheneb, 1907 ; H. Annabi, 1995. On comparera avec la coiffure féminine maltaise xuxa/šūša dans D. A. Agius, 1997, p. 124, et la forme berbère dans N. van den Boogert, 1998, [139], p. 229.

38 Sur ce genre de cartouchière, voir M. Bencheneb (1922, p. 22) qui est également « une poire à poudre » ; M. Beaussier, 1958, p. 72.

39 Sur ces semelles de chaussures, voir R. Dozy, 1845, p. 421-424 ; M. Beaussier, 1958, p. 986 ; sur ce couvre-chef, voir R. Dozy, 1845, p. 305-311 ; M. Beaussier, 1954, p. 676 ; sur ce type de gilet, voir R. Dozy, 1845, p. 246-247 ; M. Beaussier, 1958, p. 563 ; sur ce vêtement, voir R. Dozy, 1845, p. 107-117 ; sur ce type de culottes, voir N. Micklewright, 2000, p. 164-166 ; sur ce type de souliers, voir M. Beaussier, 1958, p. 557 ; sur ce genre de souliers féminins bas et sans talons, voir M. Beaussier, 1958, p. 511.

40 Sur la situation socio-économique de certains groupes ethniques d’Alger au xviiie siècle, voir M. Hoexter, 1997 ; T. Shuval, 1996.

41 Sur cette pièce d’étoffe utilisée autour de la taille (meiban), voir M. Beaussier, 1958, p. 767 ; sur les modes vestimentaires turques héritées de l’époque ottomane, voir J. Norton, 1997, p. 149-152.

42 Mosaïque de peuples mais aussi mosaïque de cultures si l’on se penche en détail sur la physionomie d’Alger au xviiie siècle.

43 Sur ces problèmes, voir S. Kakuk, 1973 (chapitres I & II) ainsi que les remarques de J. Strauss, 1996, p. 234-239. Une étude sur la situation et le rôle du turc-ottoman dans le Maghreb central du xviiie siècle reste à faire.

44 Il est intéressant de donner les commentaires et les réponses que Venture de Paradis fit à l’abbé Raynal lorsque ce dernier lui posa sa première question relative au pouvoir des beys tunisois, et notre auteur de répondre de la manière suivante : « Les princes de cette famille se sont faits une loi d’apprendre à parler et à lire le turc, qui est toujours la langue du Divan. Les notes de la milice et les dépêches à la Porte ottomane et aux puissances européennes sont écrites en turc. Il n’y a que la correspondance intérieure qui se fasse en arabe » dans Venture de Paradis, 1983, p. 26.

45 Pour une vision d’ensemble, voir N. Vatin, 1989 et C. Kerslake, 1998. Sur les documents administratifs ottomans, voir N. Vatin, 1996, et F. Iz, 1976.

46 Sur cette institution ottomane, voir J. Deny, 1920, p. 36-37.

47 M. Beaussier, 1958, p. 12 : « aġā, pl. aġāwāt (du turc). Commandant turc » ; J. Deny, 1925, II, p. 81 : « Les gradés ». Sur ce corpus de chants ottomans/arabes d’Alger, voir M. Meouak, 2003, sous presse.

48 Sur les termes « sipahis » et « teskeré », voir J. Deny, 1925, p. 35-36, 80 et note 2, 85 et note 4 ; M. Beaussier, 1958, p. 312 : « ḫūğa, secrétaire, écrivain, commis ; taḫwiğ et taḫawğa, secrétariat, fonction de secrétaire ».

49 Sur ce titre, voir J. Deny, 1925, p. 62, 64.

50 « mukataâgi » (bilingue arabe-turc : muqāṭa’āt-ğĭ = écrivain des redevances du Beylik (p. 215, 248). On connaît bien le rôle du suffixe turc (d)ği qui sert à former les noms de métiers. À titre de rappel, on citera pour l’Algérie les exemples de bustānğī = jardinier, qahwağī = cafetier, ṣābūnğī = savonnier, halwāgī = confiseur, fundāqgī = hôtelier, faḫḫārğī = potier, habbāzgī = boulanger, bābūğī = babouchier ; gerrahbachié (bilingue arabe-turc/ottoman : ğarrā-bāğī) = premier chirurgien (p. 258). Ce dernier mot comporte le nom du métier et le suffixe du titre officiel en bāğī. Sur l’ensemble de cette nomenclature, voir E. Lecuyer, 1950 ; T. Shuval, 1998, p. 249-251.

51 Voir A. Golkalp, 1996 ; G. Veinstein, 1996.

52 Sur le monde des métiers, des corporations et du salariat, voir A. Mérad-Boudia, 1977 ; T. Chentouf, 1981.

53 Voir quelques exemples dans G. Cardona, 1984 ; A. D. Cοrré, 1991.

54 Voir les travaux classiques de W. Marçais, 1930 et de T. Lewicki, 1993.

55 Il existe une abondante bibliographie sur la question. Voir par exemple H. et R. Kahane, 1976 ; K. Whinnom, 1977 ; A. D. Corré, 1993.

56 Venture de Paradis, 1983, p. 39 et 223.

57 Sur le « capitano » et ses divers emplois, voir H. et R. Kahane et A. Tietze, 1958, p. 139-143 ; S. Shaw, 1969.

58 Venture de Paradis, 1983, p. 167, note *. Sur ce dernier mot, voir M. Bencheneb, 1922, p. 45 ; A. Lentin, 1959, p. 109 et 197 : « Zbanū ; sbanū, célibataire » ; M. Meouak et N. Kouici, 2000-2001, p. 65.

59 Sur ce mot, dont il serait intéressant de reconstituer l’histoire, voir J. Deny, 1925, p. 49-50.

60 Cette problématique complexe reste à développer notamment à partir des travaux de D. Brahimi, G. Turbet-Delof et E. Guellouz, 1973.

61 La bibliographie sur le sujet est abondante. Voir sur les relations diplomatico-économiques de la Scandinavie avec la Régence d’Alger, P. Desfeuilles, 1956.

62 J. Deny, 1925, p. 40-42.

63 Ibid., p. 98, notes 1 & 2.

64 E. Fagnan (1894) qui sera désormais abrégé en « Chant algérien » dans les notes de l’étude.

65 J. Deny, 1925, p. 49, note 1,

66 « Chant algérien », p. 326.

67 Il est certain qu’en cette fin du xviiie siècle, les termes « idiome » et « barbaresque » sont marqués par des connotations idéologiques liées aux circonstances politico-économiques de l’Europe occidentale.

68 Pour une période légèrement postérieure et vue par le militaire russe M. G. Kokovtsov en 1776, voir M. Canard, (1951) et les informations contenues dans al-ibr al-masbük fi ğihād guzāt al-Ğazā’ir pour les bombardements d’Alger par la flotte espagnole en 1774, 1783 et 1784.

69 Voir les vers 27, 35 et 41.

70 Voir les vers 95, 96, 97 et 98. Sur cette hiérarchie, voir T. Shuval, 1998, p. 67-73.

71 Sur les sept patrons de Marrakech, voir H. de Castries (1924) et sur la défense de la ville, voir G. Calasso, 1992, 1993.

72 Sur les saints mentionnés, voir les vers 80, 81, 83, 85, 87, 84, 88 et 91.

73 J. Deny, 1925, p. 136-100 (note 1).

74 Sur les vicissitudes des expressions blǝd Ālğīr et al-Ǧīr, voir R. Lespès, 1926 ; Anonyme, 1941, p. 16 ; M. Bencheneb, 1900, p. 277-287.

75 Voir les vers 16, 68 & 86. La formule kīfāš se trouve déjà chez Ibn Masāyb (1989, p. 117) et elle est documentée à une période antérieure.

76 Bien que la situation soit sensiblement différente, on pourra lire sur cette question, la mise au point sur l’Égypte de 1800 à 1940 dans G. Delanoue, 1998, p. 46-50, et M. Woidich, 1995, p. 271-274. Sur les vicissitudes du turc-ottoman, voir les positions du turcologue français J. Deny, 1959, 1, p. 185-200.

77 Nous croyons détecter dans A. Moussaoui (1992), une étude exemplaire quant à l’utilisation de la linguistique historique qui consisterait pour l’historien « à retrouver la grammaire qui lui permettra d’interroger et de lire ce langage qu’est le fiqh, avec l’intérêt qui lui est dû ». Le fiqh, bien entendu, pourrait être remplacé par d’autres langages susceptibles de mieux nous faire comprendre les faits de société soumis à l’étude.

78 Pour la seconde moitié du xxe siècle en Algérie, voir H. Miliani, 1999 et A. Boucherit, 2000, p. 83-84.

79 II existe une abondante bibliographie sur la question. Voir par exemple l’étude suggestive de C. Cachard, 1991, p. 70-72, et A. S. Kaye, 1994.

80 Voir les observations de J. Strauss, 1996, p. 221-227.

Notes de fin

i Qu’il me soit permis de remercier Jocelyne Dakhlia pour ses commentaires et suggestions. Je reste bien entendu seul responsable des imperfections et des erreurs.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable