Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

V. Passages et passeurs

De l’interférence linguistique et culturelle dans les pays du Maghreb et de l’Andalousie d’après l’œuvre du médecin Ibn Zohr (Avenzoer)

Djaafar Yayouche
Traduction de F. Benramdane

Texte intégral

Que F. Benramdane soit ici remercié pour l’aide qu’il a apportée à la mise en forme de ce texte.

  • 1 Cette question a fait l’objet d’études très pertinentes chez les auteurs arabes, nous citerons al-K (...)

1La problématique de l’interférence linguistique et culturelle est en rapport direct avec la question de l’emprunt linguistique aussi bien pour la langue arabe que pour n’importe quelle langue. La langue arabe a fait l’objet de débats controversés, à dominante doctrinale et intellectuelle, voire idéologique, de la part des théologiens musulmans (fuqahâ et mufassirîn)1.

2La démarche singulière d’Ibn Zohr (Avenzoer), le célèbre médecin andalou, proche d’Ibn Rochd, par rapport aux autres savants de la même discipline, est, justement, qu’il n’avait pas consacré une réflexion proprement dite, à la question linguistique. C’est dans ses ouvrages médicaux que nous découvrons son ambition de la pratique de l’interférence linguistique et précisément dans Kitab al-taysîr fi al-mudâwât wa al-tadbîr. Il s’agit, en l’occurrence, d’un discours médical spécialisé : ses livres contiennent, en effet, une grande quantité de concepts et de termes scientifiques “ étrangers ” (a’jamiya), ce qui représentait un “ exotisme ” linguistique dans le contexte général des textes médicaux de l’époque. Étudier ce dit spécialisé et analyser cette pratique langagière fondée sur l’emprunt et son intégration, puis son adoption définitive du point de vue structurel par et dans la langue arabe n’est-ce pas une voie intéressante dans la compréhension des faits de culture et de langues, dans une longue période de contacts et d’interactions multiples en Andalousie et au Maghreb ?

Ibn Zohr et ses sources dans al-Taysîr

  • 2 M. Khouri, Abu Marwân ‘Abd al Mâlik Ibnû Zohr. al Taysirfi al-mudâwat wa al-tadbîr. Préface de Mahi (...)

3Ce qui distingue le livre du Taysîr est que son écrivain Abû Marwân Ibn Zohr cite généralement ses sources, preuve d’une intégrité scientifique et d’une objectivité remarquables. Il a écrit ce livre à la demande de son ami, le philosophie Ibn Rochd (520-595H/1198-1126), dans le but d’approfondir de : éléments abordés par ce dernier dans son livre al-Kuliyât fi al-tib (Des généralités dans la médecine). Ce livre a trait, de manière générale, à un descriptif des maladies connues de son temps. La contribution d’Ibn Zohr était d’établir un constat beaucoup plus détaillé, eu égard à sa qualité de médecin professionnel “ clinique ” (sarîrî de sarîr : lit, matelas) et ceci, dans le but de faire état de ses observations et de ses choix dans la science des pathologies et de la médication2.

4On peut classer les sources d’Avenzoer comme suit :

  1. Hippocrate : Aphidimie ;

  2. Galien : Les organes douloureux ; Aras medica ; Les lois de Galenus : La nécessité des organes ; Les mayamires ;

  3. Hunayn Ibn Ishâq : les dix articles qui ont pour sujet l’œil humain ;

  4. Abdel Mâlik Abû Marwân : Le livre de l’esthétique ;

  5. Abdel Ibn Zohr : Correspondances entre Chaykh Abdel Mâlik et le vizir Abû El Mu’tarif Ibn Wafîd ;

  6. des livres sont cités sans mention des titres, l’auteur se contentant uniquement d’indiquer : “ J’ai vu ceci dans les livres ” ou bien “ dans plusieurs correspondances entre Chaykh Abdel Mâlik et le vizir Abû El Mu’tarif Ibn Wafîd [...] ces lettres existent et elles sont entre les mains de certaines personnes Il ajoute : “ Il faut lire les livres célèbres de Galenus.

5On reste étonné par le soin qu’accorde Ibn Zohr aux références de toutes les sources citées, des sources aussi bien arabes que non arabes. Cette minutie est riche d’enseignements car elle donne au texte avézorien une représentativité pertinente d’un corpus linguistique et des régularités interférentielles dominantes qui s’y pratiquaient.

6En ce qui concerne les sources des informations, c’est-à-dire les savants dont les œuvres ont été prises comme références, soit en lisant leurs livres, soit en les écoutant parler et / ou les voyant pratiquer, on peut les classer comme suit :

  1. Galien : 50 occurrences (Ibn Zohr, 417) ;

  2. Abû ‘Alaa Ibnû Zohr : son père. 36 fois (IZ : 270) ;

  3. Hippocrate : 12 fois (IZ, 27) ;

  4. Abdel Mâlik Ibn Zohr, son grand-père : 6 fois (IZ : 51) ;

  5. Aristote, 5 fois (IZ : 56) ;

  6. Sufiyân, médecin de ‘Ali Ben Yûsef : 3 fois (IZ : 268-270) :

  7. Ibn Tufayl : 1 fois (IZ : 65).

7Les autres médecins cités se résument à Esculape et Paillimus, mentionnés une fois (IZ : 271). Nous reviendrons sur les données écrites et graphiques dans le cadre de l’interférence culturelle chez notre médecin.

L’objet du livre : la médecine

8C’est un livre purement médical, intitulé al-Taysîrfî al mudâwât wa al-tadbîr, structuré de façon classique, selon la méthode galiléenne (de Galien) dans l’étude du corps humain, passant en revue la description, de type vertical des maladies, de la tête vers les pieds.

9On relèvera dans ce recueil plusieurs observations et expériences personnelles de l’auteur, corrigeant les observations de ses prédécesseurs, ainsi qu’un nombre important de découvertes originales dans la pathologie de certaines maladies et de leurs traitements.

10Le livre al-Taysîr se compose de deux parties distinctes, décrivant les sujets cliniques : 155 dans la première et 108 dans la deuxième. Son travail est complété par une partie annexe décrivant 67 autres états cliniques.

11Il souligne plus d’une fois que son approche est galiléenne et qu’il fonde ses travaux sur le qiyâs (la mesure) et l’expérimentation dans le traitement des différentes pathologies.

12Ce qui importe dans ce corpus médical, c’est moins le volet technique pathologique que le volet conceptuel et surtout linguistique, par lequel nous pouvons saisir les relations qu’entretenaient la langue et la culture arabes avec les autres langues et cultures, et comprend, par conséquent, les mécanismes discursifs internes du texte arabe médical zohrien.

De l’interférence linguistique chez Ibn Zohr

13D’après un relevé statistique des termes étrangers utilisés dans le livre nous arrivons aux résultats suivants :

14Une première lecture de ce tableau porte sur les langues les plus usitées, en l’occurrence, les langues persane et grecque : 78,23 % de la nomenclature terminologique. Viennent en seconde position, les langues syriaque, araméenne, latine, hébraïque et le sanskrit (ancienne langue sacrée de l’Inde) ; en dernier lieu ou comme langues secondaires, les langues berbère, indienne et l’ancien égyptien.

  • 3 Lire Salah Eddine Moundjid, “ Traité sur les termes persans dans la langue arabe ”. L’auteur établi (...)

15Nous pouvons expliquer cet apport des langues persane et grecque par la profondeur des liens historiques et culturels entre le monde arabe, puis musulman et la Perse, et à un degré moindre, avec la Grèce, et cela, avant l’avènement de l’Islam (al-Jâhiliya). L’entreprise massive de traduction notamment pendant la période abbasside, animée par des savants formés à l’École persane de Djendi Yasbor3, lesquels étaient, dans leur majorité, des Syriaques, - d’où l’explication des 5,33 % dans la répartition lexicale des emprunts relevés dans le tableau ci-dessus -, ont consacré la renaissance de la médecine arabo-musulmane.

16Le mouvement de la traduction arabe, élargi à la sphère hellénique, a connu son apogée dans le domaine médical et pharmaceutique, au cours du iiie siècle de l’Hégire. Quant aux autres langues usitées dans le corpus d’Ibn Zohr, nous relevons en premier lieu le latin, l’araméen, l’hébreu, le syriaque et le sanskrit. L’importance du latin s’explique par le fait qu’il était une langue vernaculaire en Andalousie, employée soit en l’état, soit sous une forme “ mélangée ”, des formations hybrides avec les langues locales en usage. Quant à la présence linguistique de l’hébreu dans la terminologie médicale et pharmaceutique, elle s’explique par la prééminence des juifs dans le mouvement de la médecine, dès ses débuts, en Andalousie, lesquels assuraient en outre, la traduction en hébreu des ouvrages de médecine arabe.

17Les autres idiomes, tels que l’araméen, le sanskrit et le syriaque voient leur importance résider dans la profondeur historique des liens culturels existant entre l’Andalousie et l’Orient d’une part, mais également dans la fréquence des voyages des médecins entre les deux aires géographiques.

  • 4 ألبير مطلق: الحركة اللغوية في الأندلس منذ الفتح حتى نهاية عصر ملوك الطوائف، ط 1، بيروت، 1967، ص ص 2 (...)

18Est-il utile de noter qu’Ibn Zohr n’utilise presque pas la langue berbère, bien qu’il soit contemporain des deux états berbères des Murâbitîn et des Muhâwidûn ? Ceci est d’autant plus remarquable que la langue berbère était un idiome usité en Andalousie, et que, de plus, Ibn Zohr entretenait des rapports privilégiés avec des souverains maghrébins : ‘Ali Yûsef et surtout ‘Abdel Mu’man4.

  • 5 ابراهيم بن مراد: المصطلح الاعجمي، ج1، ص 157.

19L’usage de différentes langues chez Ibn Zohr est une marque évidente de l’ouverture de son esprit aux diverses aires culturelles et linguistiques. Les termes scientifiques empruntés aux langues sont incorporés tels quels dans les textes avézoriens, dans l’ambition d’instituer une “ langue médicale universelle ”5 ; cela, par ailleurs pourrait expliquer, en partie, le fonds lexical commun dans la terminologie médicale universelle actuelle.

  • 6 B. Brown, La médecine arabe (traduction de H. Renaud. 1re édition Paris, 1933, p. 2.

20Revenons à la langue persane son importance pour les Arabes relevait moins du fait qu’elle constituait un des éléments linguistiques interférentiels les plus anciens avec la langue arabe que du rapport qu’elle entretenait dans le domaine médical et pharmaceutique avec la langue grecque et ceci, depuis le vie av. J.-C.6.

21La langue grecque, bien que relevée en deuxième position dans la nomenclature terminologique médicale d’Ibn Zohr, après le persan, représentait réellement la langue de la science dans le domaine de la médecine et de la pharmacie chez notre auteur. Elle constitue, dans la formation lexicale de la terminologie médicale, la référence linguistique majeure, ce qui lui donnait le statut de substrat linguistique, contrairement aux usages que notre médecin faisait du persan, lequel représentait, du point de vue diachronique, un abstrat linguistique.

22Ceci pour dire que le contact avec l’étranger, l’autre, al-a’jamî, à travers l’emprunt de ses termes dans la terminologie médicale, mentionné dans le livre al-Taysîr a été un processus linguistique naturel pour notre auteur mais néanmoins vital pour la langue arabe, pour combler ses lacunes de verbalisation terminologique et pouvoir remplir sa fonction multidimensionnelle dans les champs conceptuels, culturels et civilisationnels de son époque. Cette dynamique a donné à la langue arabe cette efficacité et capacité d’assimilation et d’intégration des éléments constitutifs des civilisations qui l’ont précédée et permis, par voie de conséquence, la rationalisation, par le biais des mécanismes de l’esprit arabe, des héritages civilisationnels non arabes !

Ibn Zohr et les autres langues (a’jâmîya)

23Il n’est mentionné à aucun moment, dans le livre et la pensée d’Avenzoer une référence de type théorique aux problèmes linguistiques. Son attitude était celle d’un savant, soucieux de satisfaire une ambition scientifique et expressive linguistique par l’usage d’une langue scientifique et pratique en même temps, employant à la fois des termes étrangers chaque fois que la nécessité l’imposait et des termes arabes quand le contexte l’exigeait. Nous expliciterons cette pratique scientifique et linguistique dans les articulations suivantes :

24- les termes arabes, dans son livre, étaient beaucoup plus nombreux par rapport aux termes étrangers : 497 vocables arabes, 174 non arabes. A titre d’exemple, nous relevons pour les termes arabes :

25اختلاج، أكبة "حركة ارتعاش، وهو اضطراب العضو أو جزء منه لريح مسكنة فيه" 7، أو "أدرة"، والتي تعني: "انتفاخ يحدث في كيس الاثنثين لاجتماع رطوبة أو ريح".

26Les termes non arabes, mais sous morphologie arabisée, c’est-à-dire ayant subi une adaptation linguistique aux schèmes de la langue cible, comme :

27أصفار الطيب، إكليل الملك، عشبة الطحال وشجرة الرهبان. (I.Z :515)

ont été employés sans que soient mentionnés leurs correspondants originels dans la langue-source et sans aucun commentaire de type étymologique. La raison en est que Avenzoer s’adressait directement aux médecins, donc à un public spécialisé et aux simples lecteurs profanes, ainsi qu’il l’énonce dans le passage suivant :

28"ان الانتفاع به لم حذق شيئا من اعمال الطب بعيد، وانه ليس على ما امر به، ولا على غرض مما يريد". ( 6:(I.Z 

29Le livre al-Taysîr a contenu un grand nombre de termes arabes (497) et non arabes (174), ce qui représente un tiers de la terminologie employée. Tout ceci dénote le rapport d’ouverture et d’interpénétration culturelle entre la langue arabe et les autres langues et cultures. Il n’est nullement exagéré de dire que Avenzoer, en normalisant la terminologie médicale, ce qui explique sa généralisation chez les médecins et apothicaires de son époque, a consacré la langue arabe comme langue de la médecine et de la connaissance, à telle enseigne qu’elle devint, à son tour, une langue substrat à d’autres idiomes.

30La référence, aussi minime soit-elle, à des langues comme le berbère, l’ancien égyptien, le sanskrit, perçues par notre médecin comme des langues gharîba, étrangère, dénote, par l’emploi raisonné, comme on l’a relevé infra, des termes issus de ces idiomes, toute la disponibilité intellectuelle et l’ouverture d’esprit d’Ibn Zohr.

31La langue chez le médecin Ibn Zohr reste un outil pour le développement et la promotion de la spécialisation scientifique. En tant que savant, la verbalisation linguistique à dominante scientifique et pratique avait pour lui un caractère fondamentalement utilitaire. C’est pourquoi il a trouvé dans l’emprunt linguistique le moyen le plus efficace en mesure de répondre aux besoins scientifiques immédiats et de combler les lacunes dans la nomenclature linguistique arabe, dans des champs aussi spécialisés que le sien.

32Nous pouvons illustrer cette articulation linguistique par le graphe suivant :

33On peut aussi illustrer ces relations de l’interférence linguistique sous forme de conflits entre les anciennes et nouvelles structures langagières en interaction dans le champ scientifique naissant.

34En fin de parcours, cette interpénétration s’est forcément stabilisée sous la forme d’un métissage positif et positivé, impliquant à la fois les structures linguistiques et les structures mentales et cognitives, engendrant un mode de raisonnement et d’expression verbale privilégiée, fondé, en priorité, sur les mécanismes intrinsèques de la langue-source, la langue arabe. Nous pouvons représenter cette dynamique sous la forme du graphe ci-dessous.

Domaine des autres

35langues gharība

  • 7 On retrouve, de manière générale, la même démarche chez des médecins connus, prédécesseurs d’Ibn Zo (...)

36Cette approche du phénomène linguistique et culturel par le biais du traitement scientifique médical des faits de société avait nécessairement interpellé les traducteurs de l’époque, lesquels mis en face du vide terminologique inhérent à une langue de spécialité, avaient adopté la même démarche7, sans pour autant négliger et mettre en relief, d’une part les adaptations phonétiques et phonétiques nécessaires, et encouragé la création néologique par le procédé de la dérivation, marquant ainsi l’adoption définitive d’un terme emprunté. Ibn Zohr peut être considéré, à cet égard, comme un médecin et un “ terminologue ” à la fois, dans la mesure où il a contribué à la richesse terminologique arabe, aussi bien par le procédé de l’emprunt que par la néologie, en tentant de jeter les bases d’un dictionnaire arabe médical en Andalousie et au Maghreb.

37L’apport de la démarche du médecin andalou est considérable, étant donné qu’il avait fait la démonstration la plus concrète et la plus brillante sur la plasticité linguistique de la langue arabe, son aptitude à emprunter à des langues et familles de langues aussi différentes, à les assimiler sémantiquement, les adapter phonétiquement et surtout les enrichir lexicalement dans l’économie interne de la langue arabe.

De l’interférence culturelle chez Ibn Zohr

38Un des aspects les plus importants dans le livre al-Taysîr ce sont les sources de notre médecin et du rapport culturel et interculturel qu’il entretient avec al-’ajamî. Relevons toutefois qu’un certain nombre de sources restent anonymes, le médecin andalou se contentant d’écrire et de répéter les formules : “ des médecins ont écrit... ” (IZ : 8), “ des médecins ont établi... ” (IZ : 8), “ des médecins ont avancé ” (IZ : 12), “ certains médecins ont écrit... ” (IZ).

39Quant aux sources citées, transparaissent, en premier lieu, les références helléniques, en l’occurrence, celles de trois médecins grecs : Galien, Hippocrate et Aristote. Galien était la référence de tous les travaux de la médecine arabo-musulmane, ayant trait surtout à la médicamentation. Ibn Zohr réfère à ses cinq ouvrages, entre autres Les lois de Galien, et le cite cinquante fois dans al-Taysîr.

40Hippocrate (337 av. J.-C), en seconde position, est cité 12 fois, avec son ouvrage Aphidimia.

41Enfin, Aristote de Macédoine (332 av. J.-C.) est cité 5 fois, sans aucune allusion à ses ouvrages.

42Les sources andalouses concernaient quatre médecins, dont ses ascendants : Abul ‘Alaa, son père, 36 fois, ‘Abdu al Mâlik Zohr, son grand-père, 6 fois (IZ : 416). Sufyâne, médecin du prince ‘Ali Ben Yousef est cité 3 fois (IZ : 399-420) et ‘Ibn Fudhîl : célèbre médecin andalou, 1 fois, parlant de son point de vue sur un sujet médical (IZ : 26).

43Les sources orientales ont été citées une seule fois : Les dix traités sur l’œil de Ibn Ishaq al ‘Abâdi (IZ : 65).

44En somme, sur l’ensemble des références, les sources grecques viennent en première position (3 médecins et leurs 6 ouvrages) devant les Arabes.

45Le nombre de notes de références puisées dans les différents ouvrage : donnent une majorité importante également aux sources grecques : sur 113 ; mentions, 67 sont grecques et 46 arabo-musulmanes.

46Les références d’Avenzoer n’incluaient pas de sources persanes ou indiennes. La langue persane subissait le même traitement que celui de la langue arabe, c’est-à-dire le médecin puisait dans cette langue uniquement les vocables en mesure d’exprimer ou de rendre compte d’une expérience humaine ou médicale, mais nullement la terminologie spécialisée comme c’était le cas pour le grec.

47Du point de vue culturel, la médecine arabo-musulmane a été marquée par la culture grecque. L’apport oriental, en la matière, était très faible dans la culture andalouse. Et il n’est pas exagéré de dire que le projet scientifique en Andalousie est fondé sur la conception rationaliste inspirée d’Aristote et de Galien.

48Ces choix avaient leurs raisons historiques, puisque l’Andalousie était, dès les débuts du renouveau intellectuel et scientifique opposée à toutes les formes de gnosticisme, perçu comme étranger, à l’esprit arabo-musulman. Ibn Zohr et témoignait d’un besoin profond de fonder un projet civilisationnel andalou. C’était le projet de construction d’une rationalité arabo-musulmane dans les régions du Maghreb et de l’Andalousie, s’appuyant sur les fondements de la pensée aristotélienne, contrairement à la dominante gnostiste en Orient.

49Les écrits d’Ibn Zohr énoncent un “ non-dit ” éloquent, celui, précisément, des médecins orientaux comme al-Ghâzî et Ibn Sînâ (Avicenne). Ce silence avait une grande signification, celle de la différence conceptuelle philosophique entre deux modes d’intervention épistémologique et méthodologique, entre l’Andalou aristotélicien et l’Oriental platonique ; en somme, entre les courants rationalistes aristotéliciens et les théologiens.

Notes

1 Cette question a fait l’objet d’études très pertinentes chez les auteurs arabes, nous citerons al-Khalîl al-Farâhîdî, Sîbûya, Ibn Djinî et notamment al-Jawâliqî dans l’ouvrage al-Mu’arab mina al-kalâm al a’jamî (De l’arabisé dans le texte étranger ”. Cf. “ Les termes étrangers dans les ouvrages médicaux et pharmaceutiques arabes ” de I. Benmourad, Ed. Dar al-Ghrab, Beyrouth, 1985 (en langue arabe).

2 M. Khouri, Abu Marwân ‘Abd al Mâlik Ibnû Zohr. al Taysirfi al-mudâwat wa al-tadbîr. Préface de Mahieddine Sabar, Damas, Dar Al Fikr, 1983.

3 Lire Salah Eddine Moundjid, “ Traité sur les termes persans dans la langue arabe ”. L’auteur établit un relevé systématique des termes persans dans la poésie anté-islamique, le Coran, les Hadiths du prophète Muhammad et la poésie de la période omeyyade.

4 ألبير مطلق: الحركة اللغوية في الأندلس منذ الفتح حتى نهاية عصر ملوك الطوائف، ط 1، بيروت، 1967، ص ص 29-30.

5 ابراهيم بن مراد: المصطلح الاعجمي، ج1، ص 157.

6 B. Brown, La médecine arabe (traduction de H. Renaud. 1re édition Paris, 1933, p. 2.

7 On retrouve, de manière générale, la même démarche chez des médecins connus, prédécesseurs d’Ibn Zohr, quant à l’integration de termes de langues étrangères dans la langue arabe. Parmi les plus connus, relevons ‘Ibn al-Baytâr, El Kindi, Ibn Ishaq et Ishaq ibn ‘Umrân.

Auteur

F. Benramdane (Traducteur)

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable