Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

V. Passages et passeurs

Les milieux marchands européens et la langue arabe au Maghreb médiéval

Tahar Mansouri

Texte intégral

1Durant la période allant du viie au xe siècle, les Arabes, dominant le monde méditerranéen, n’ont cessé de puiser dans les cultures méditerranéennes, empruntant des mots, des images, des idées ou techniques militaires, sans autre forme de complexe ou de scrupule. Ne se sentaient-ils pas les maîtres de cet espace ? Les autres peuples voisins ne leur échappaient que parce qu’Allah n’avait pas encore décidé de leur conquête ou de leur soumission à l’islam. Tout au long de cette période, les Arabes ramenaient donc par la force, à l’issue de batailles ou de razzias, toutes sortes de produits et de populations en guise de butin. Or la conquête de la langue de l’autre entrait aussi dans cette démarche d’appropriation. D’une part, elle permettait de mieux connaître l’ennemi, et d’autre part la langue arabe ne semblait pas contenir l’ensemble des mots adéquats pour maîtriser ou saisir une réalité étrangère, et à laquelle les Arabes n’étaient pas toujours habitués.

  • 1 M. T. Mansouri, 1995 ; Id., 1995.

2C’est pourquoi on voit alors apparaître dans le lexique arabe un ensemble de termes grecs, par exemple, souvent déformés du fait de leur transfert d’une langue à une autre. Ils concernent notamment la géographie administrative, soit les différents thèmes byzantins (al-bunud wa al-a‘mal), ou encore des noms propres ou de fonctions, essentiellement ceux des empereurs et des impératrices, des hauts fonctionnaires, des généraux de l’armée ou d’autres représentants des institutions religieuses et civiles1. Ils sont fréquemment cités dans une langue grecque qu’écorchent les auteurs arabes : Aghustus / Auguste ; Aghusta / Augusta ; Basil / Basile ; Rini / Irène ; Tadhoura / Théodora ; Qurquas / Kourkouas ; Malayin / Malainoï. On peut encore mentionner la transposition de termes institutionnels civils et militaires, Loghthit / Logothète ; al-Astartiqus / Stratège, al-Tormakh / Tourmarque ; al-Sanhoudis / Synode ; al-dabtakha / le diptyque...

3Ce ne sont là que des exemples pour illustrer ce passage des mots, et la banalité de ces emprunts linguistiques. La zone des marches frontières, notamment, lieu de confrontation permanente, était aussi une ligne de passage, poreuse, à travers laquelle des hommes, des mots, et des objets voyageaient dans les deux sens. Il semble néanmoins que ces transferts aient été plus nombreux vers le monde arabe que vers Byzance.

4Aux premiers siècles de l’Islam la langue arabe a ainsi connu un grand enrichissement, conséquent aux différentes formes de contacts qui ont pu avoir lieu entre Byzance et les Arabes. Entre le viie et le xe siècle, le lexique arabe étant pauvre quant aux choses byzantines, cela a nécessité qu’il s’enrichisse en empruntant aux langues dominées ou aux langues adverses. Les Arabes ont pris les mots comme n’importe quel autre butin. N’attribue-t-on pas à Kateb Yacine une formule célèbre qui dit que « la langue est un butin de guerre » ?

5Or, avec le début du déclin de la maîtrise arabe sur la Méditerranée, déclin dont les premiers signes apparaissent au xie siècle, le mouvement s’inverse, et les nouvelles puissances montantes du nord de la Méditerranée, à travers les croisés et surtout les marchands, apprivoisent à leur tour la langue arabe : telle est la problématique générale que l’on souhaite aborder dans le cadre de cette contribution, en soulignant d’une part l’évolution des connaissances et des acquisitions réciproques en relation avec la croisade et le commerce, et d’autre part le rôle indispensable pour l’historien de cette période, des sources occidentales, en complémentarité avec les sources arabes, dans la connaissance de l’histoire du Maghreb médiéval. Il apparaît en effet que les médiateurs qui jouent un rôle décisif dans ces transmissions linguistiques et ces échanges, soit les interprètes, chefs de douane et marchands, justifient de traitements radicalement différents dans les sources arabes et européennes relatives au commerce. Les sources arabes occultent souvent, en effet, cette relation et passent sous silence tout contact avec les marchands européens.

Les canaux de l’échange commercial et culturel

6La documentation italienne, textuelle ou archivistique, souvent déjà ; publiée, nous a laissé quelques informations témoignant d’un ensemble d’emprunts linguistiques qui vont évoluer durant le Moyen Âge. Ces emprunt : attestent tout d’abord la méconnaissance latine des réalités maghrébines mais il : expriment aussi, en avançant dans les siècles, une amélioration de : connaissances occidentales de la géographie, des mœurs, ou encore de : titulatures officielles, des toponymes et des patronymes arabes du Maghreb Cette évolution résulte très largement de celle des mouvements commerciaux au xiiie siècle.

  • 2 P. Battifolio, 1986.
  • 3 Le seul Ibn Makki qui ait occupé une fonction importante, celle de chambellan en 1282, cf. al-Zarka (...)
  • 4 P. Battifolio, 1986, p. 140 document n° 96.
  • 5 Ibid.
  • 6 P. Battifolio, 1986, p. 3, document n° 1.
  • 7 Ibid.
  • 8 P. Battifolio, 1986, p. 140, document n° 96.
  • 9 Nous n’avons pu l’identifier à la lumière des sources disponibles à moins qu’il soit Ibn Rashid al- (...)

7De nombreux musulmans, surtout des personnages officiels, sont ainsi impliqués dans le commerce avec les marchands européens comme il apparaît par exemple, dans le registre de Pietro Battofolio2 : Afachino Bem Maroanno Ben Mekinus / Abd al-Malik Ibn Makki3 ; Ben Maametus ; Adilac Ben Soliman, secha Moadinorum Tunexis4/ le notaire Ibn Soulaiman Ibn Muhammad, qui est également le shaikh des mouadhinin (muezzins) ; Afachino Boadille Bem Iacopo5 ; Bon Yacopo Racadi, musrifo in dougana6/ Abou Abd Allah b. Yacqoub ou Yousef b. Ya’qoub al-Raqqadi, chef de la douane ; Boadille afachinus7 /al-Faqih Abou Abd Allah b. Yacqoub, juge de Tunis et Busaachus Bem Raseto8 / Abou Ishaq Ibn Rashid9.

8Une recherche poussée dans les dictionnaires biographiques et dans les chroniques hafsides, malheureusement peu nombreuses, ne nous a livré que de rares informations sur ces personnages, et par des recoupements chronologiques, on n’est parvenu à identifier que peu d’entre eux, parmi les notables de Tunis impliqués dans le commerce international.

  • 10 Ibn Nagi, Ma’alim al-Iman fi a’yan al-Qayrawan, IV, n.d., p. 189, voir en dernier M. T. Mansouri, 1 (...)

9Lorsque les textes arabes omettent ainsi de mentionner le nom de certains personnages, la fonction de ces derniers semble primer sur leur identité. En réalité cette identité semble camouflée, comme si ces fonctions commerciales, en partenariat avec des chrétiens, ne devaient pas impliquer des notables, des gens de savoir, des fuqaha-s manipulant du matin au soir le savoir coranique. Leur implication dans un commerce lucratif n’était pas en soi une entorse à la religion, mais la mixité avec des chrétiens, « ennemis d’Allah »10 semble avoir gêné les chroniqueurs.

  • 11 P. Battifolio, 1986, p. 141, document n° 97.
  • 12 Ibn al-Tawwah, 1995, p. 173-175.
  • 13 Ibid., p. 173 (note 3).
  • 14 M. Amari, 1863, p. 31-32. Dans une lettre envoyée à Pace Pisano, citoyen pisan à la fin du xiie siè (...)
  • 15 P. Battifolio, 1986, p. 3, document n° 1.
  • 16 Ibn al-Qunfud, 1968, p. 150.
  • 17 P. Battifolio, 1986, p. 139, doc. 96.
  • 18 Voir note 9 ci-dessus.
  • 19 Difficile à identifier dans les textes arabes.
  • 20 P. Battifolio, 1986, p. 139, document n° 96.

10C’est ainsi qu’un certain Botaer ou Botaerius évoqué par Battifolio11, comme faqih/afachinus et agissant pour le compte du sultan et du chef de la douane, est présenté dans un recueil biographique hafside, celui d’Ibn al-Tawwah, parlant de Abi al-Tahir Ibn Yahiya Ibn Surour al-Qurashi (m. 700H/1300-1301) comme un mystique ayant une zaouïa et passant son temps avec les fuqara et les mutasawwifa à lire le Coran et à psalmodier nuit et jour dans sa zaouïa12. Le texte d’Ibn al-Tawwah ne signale à aucun moment ses activités dans le port de Tunis, même s’il rappelle avec brièveté qu’Abi al-Tahir était juge à Tunis13. L’historien sait par ailleurs que les chefs de la douane de Tunis et de Mahdiya sont impliqués dans le commerce international et sont liés par de solides relations avec les milieux d’affaires italiens. Un exemple en serait un certain Youssef b. Muhammad, chef de la douane de Tunis et de Mahdiya, qui traitait avec les marchands pisans sur un mode amical, au point de demander à l’un d’entre eux de régler pour lui certaines affaires personnelles14. Certaines de ces dignités religieuses ou fonctions officielles ne sont jamais présentées en relation avec la vie portuaire. Tel est le cas d’Abi al-Qurashi, dont les Kutub at-tabaqat (dictionnaires de biographies) nous enseignent seulement qu’il fut faqih, juge, savant, enseignant et compagnon des fuqara, les pauvres et des mutasawwifa ; ou celui d’Ibn Marwan ou Abu Marwan Abd al-Malik al-Gharghar, qui est noté comme grand prédicateur de la mosquée Ez-Zitouna. Les sources italiennes nous donnent à connaître Boadille Bem Yacopus afachinus cadinus tunexis15, qui n’est autre que Abu Abd Allah Muhammad Ibn Ya‘qub, Qadhi al-jama ‘a/grand juge de Tunis (décédé le premier de Safar 691H/23 janvier 1292)16, ou encore Busaacou Busaachus bem Raseto, afachinus, cadinus Tunexis17, qui serait le faqih Abu Ishaq Rashid al-Tunusi18 et le shaikh al-Muadhinin de Tunis Ibn Muhammad19 /Bun Maameto sécha moadinorum tunexis20.

  • 21 Al-Zarkachi, 1998, p. 98.
  • 22 P. Battifolio, 1986.
  • 23 Ibn al-Qunfud, 1968, p. 135.
  • 24 Ibid., p. 135-136.

11À ces divers personnages nous pouvons accoler différentes appellations réservées aux chefs de la douane. Le plus connu dans les sources hafsides à la fin du xiiie siècle est Ibn Makki dont le titre est dominus et musrifus et provisor duganne Tunexis pro domino Miramonnino21. Un autre Ibn Marwan/Bem Maroam22, semble être al-Faqih Abu al-Hasan Yahya Ibn Abi Marwan al-Andalusi, qui a occupé d’importantes fonctions, puisqu’il a été chef de la douane sous le règne d’al-Mustansir al-Hafsi, en l’année 675/1276, « wa wulliya al-Diwar bi Tunis fi muddati al-Mustansir »23, puis chef de la chancellerie d’al-Wathiq al-Hafsi (678-675/1277-1280). Ibn al-Qunfud nous informe qu’il aurait occupé cette fonction jusqu’à sa disgrâce quelques années plus tard24.

12Les noms de ces personnages tels que les rapportent les sources occidentales, constituent donc un stock assez limité qui ne permet guère de les identifier, et ils ne sont généralement désignés que par leurs fonctions.

13Nous connaissons beaucoup mieux, par contraste, une autre catégorie d’intermédiaires de l’échange commercial. La plupart des patronymes rapportés par les textes italiens sont des noms d’interprètes, de fonctionnaires de la douane, ainsi que de quelques notaires. Alors que les interprètes sont souvent mentionnés avec le qualificatif professionnel de torcimanus/drogman, accompagné du terme saracinus/sarrasin, les fonctionnaires de la douane portent le titre honorifique d’al-fachino, al-afachinus ou afachino qui n’est autre que le titre accordé aux gens du savoir ou exégètes. La majorité d’entre eux sont qualifiés de saracinus/saracini, ce qui permet de dire que les différentes villes portuaires au Maghreb disposaient d’une structure d’accueil où le turjmân/drogman, jouait un rôle de premier ordre. Par ailleurs on peut faire l’hypothèse que l’adjectif saracinus, associé le plus souvent à la fonction d’interprète, ne référait pas à une origine mais à une qualification professionnelle ; ce personnage était interprète pour la langue « sarrasine » ou langue arabe. Il facilitait l’échange non seulement linguistique, mais commercial, voire culturel, au service de deux communautés qui souvent ne parlaient pas la même langue.

  • 25 M. Amari, 1863, p. 23-68 (lettres VI à XXI) ; voir en dernier M. T. Mansouri, 1998.
  • 26 P. Battifolio, 1986, p. 4 document n° 1 ; Cf. M. T. Mansouri, 1997-1998, p. 44-45.

14Ils traduisaient les écrits et les paroles échangés non seulement entre les marchands, mais aussi entre ces marchands et les autorités locales, responsables du port. Dans la mesure où ces interprètes étaient au service des deux contractants, leur nom s’est souvent conservé dans la documentation italienne. Cependant leur absence dans les sources ifrîqiyennes, et maghrébines en général, pourrait traduire un parti pris de la part des chroniqueurs, ces derniers ne relatant que les faits se rapportant aux hommes en vue dans la société, et sous un jour positif. Ils ne s’intéressent qu’à « ceux à qui la providence a donné le pouvoir et la richesse », à des hommes liés au sacré ou à toute forme de pouvoir, politique ou social. Il semble que les interprètes n’aient pas appartenu à cette catégorie. Les textes d’un ensemble de lettres envoyées par des marchands de Tunis à la fin du xiie siècle à des marchands pisans25, nous ont permis de connaître quelques noms d’interprètes, tels Hassan ben Ali al-Turjman, Othman ben Abi Bakr al-Turjman, Qasim ben Ali al-Turjman, Sufyan Ben Hlal al-Tuijman, Ahmed Qutran al-Turjman, Wahhab al-Turjman. Symétriquement, les textes italiens ont conservé certains noms qui ne recoupent pas ceux qui viennent d’être mentionnés, comme Asem Sarracinus torcimanus cunstitutus in duganna ; Sarracinus ; Pistoa saracinus torcimanus26.

15Il est notable que ces personnages, si importants par leur rôle, apparaissent tous dénués d’ethnonymes ou de noms de relation toponymiques, nisba, dans une société où les appartenances tribales ou toponymiques sont si importantes ; la fonction seule prédominait dans leur cas. Était-ce parce qu’ils étaient renégats et que seules leurs fonctions leur permettaient l’acquisition d’une identité ? Ou bien le milieu du négoce leur conférait-il une identité fonctionnelle ou un nom de relation professionnelle si prégnants qu’ils perdaient leur nom d’origine ?

16Pour avoir des éléments de réponse à cette question, à défaut de pouvoir y répondre totalement, il faut sans doute examiner de plus près l’institution de la douane et son mode de fonctionnement.

L’institution de la douane

  • 27 Ibn Jubair, 1988, p. 13-14. L’auteur parle de la plus grande humiliation qu’un homme puisse connaît (...)
  • 28 Khalid b. Issa al-Balawi (s.d., t. I, p. 197), compare son passage par la douane au jour du jugemen (...)
  • 29 M. Amari, 1863, p. 23, document n° VI.
  • 30 M. Amari, 2000.

17Tout voyageur au Moyen Âge, n’aborde un pays étranger qu’après être passé par la douane. L’image qu’il se forge du pays en question dépend donc fortement de la nature de l’accueil qui lui est alors réservé. On peut citer à titre d’exemple les deux témoignages sur la douane d’Alexandrie que nous ont laissés deux voyageurs andalous à environ deux siècles d’intervalle, Ibn Jubair (1182)27 et Khalid b. Issa al-Balawi (début xive siècle)28. L’un comme l’autre ont brossé un tableau noir de la douane d’Alexandrie aux époques ayyoubide et mamelouke, ce qui montre bien l’efficience de cet organisme dans le contrôle et la surveillance des entrées dans le port. Au Maghreb, des villes comme Ceuta, Bougie, Tunis ou Mahdiya abritaient également un tel organisme, les douanes de Tunis et de Mahdiya étant plus particulièrement documentées. Le chef de la douane, désigné comme « sahib al-diwan ou nazir al-diwan »29 dans les textes arabes et comme « musrif » ou « mushrif de la douane » dans les textes italiens (il est dominus et musrijus et provisor duganne tunexis pro domino miramonnino) sembla avoir exercé sa responsabilité sur ces deux ports. La diversité de ses fonctions dans le port de Tunis a fait de lui un personnage incontournable. Il est le seul interlocuteur valide face aux marchands étrangers, même si les consuls de ces communautés ont le droit de rencontrer le sultan, s’ils le désirent, une fois tous les quinze jours30.

18La plupart des personnages importants de cet organisme sont par ailleurs mentionnés dans les textes de notaires italiens : ils sont les contrôleurs de l’accès au port, percepteurs de taxes, garants de l’activité commerciale. Mais leurs noms sont souvent déformés, par une latinisation qui vise à les rendre intelligibles et peut-être plus proches des locuteurs italiens.

19Un grand nombre de personnages à légitimité religieuse, tels Ibn Qassoum al-Mahdoui à la fin du xiie siècle ou al-Faquih Ibn Yacqub al-Raqqadi, al-Faquih Ibn Makki (Mem Mechino) qui porte le titre de mushrif / musrifus et officier de la douane à la fin du xiiie siècle, sans compter les notaires, tel le notaire Ben Soliman (Adillac) ou le cheikh des muadhinin-s ainsi que les juges, tous ces notables interviennent dans la vie du port en tant qu’officiels, mais ils participent aussi à ses activités en tant qu’acteurs commerciaux. Ils semblent jouir ainsi d’une double influence dans l’activité commerciale, particulièrement à Tunis.

20Garants de l’activité commerciale, le chef de la douane et ses agents n’étaient pas seulement, avons-nous dit, des agents d’exécution ; ils profitaient aussi de leur statut et de leur connaissance du milieu marchand pour participer eux-mêmes, pour leur profit personnel, à l’activité commerciale du port. Leur présence offre à la douane un personnel varié garantissant la gestion de cette institution en conformité avec la chari’a islamique, mais aussi avec les décisions des sultans.

  • 31 M. T. Mansouri, 1997-1998.

21Le but de l’institution douanière, à la lumière de la documentation disponible, est en effet de protéger les intérêts du sultan par la perception des taxes, dues par les marchands de tous bords, source financière importante, mais aussi marque du pouvoir sultanien et expression de son autorité. Par ailleurs le chef de la douane peut aussi, et sur ordre du sultan, acheter certains produits monopolisés par le pouvoir, comme les céréales. Dans certains cas, il joue le rôle d’intermédiaire pour l’obtention de crédits auprès des marchands ou pour noliser les navires des marchands européens afin de transporter des produits sultaniens d’un port à l’autre, ainsi qu’il est stipulé dans certains traités entre Tunis et différentes communautés marchandes italiennes. Quant au transport des particuliers, c’est une affaire courante qui relève sans doute aussi du contrôle de la douane31. De manière plus générale, l’organisme joue un rôle d’intermédiation entre les marchands étrangers, d’une part et les autorités et les marchands ifrîqiyens, d’autre part. Il est le garant des opérations commerciales qui avaient lieu dans le port de Tunis, et les ventes qui se déroulaient dans la halaqa (c’est-à-dire vente dans le port en présence de la douane) bénéficiaient de garanties accrues ; les opérations commerciales effectuées devant la douane payaient des taxes supplémentaires et en cas de litige ou de non-paiement, la douane se portait responsable, à la différence des ventes garanties par les turjmâns/drogmans ou interprètes. Dans la mesure où la douane avait la responsabilité de l’application des traités régissant les rapports avec les marchands européens, elle s’occupait également des lieux de résidence de ces marchands, en assurant l’entretien des fondouks et leur garde. Chaque fondouk était ainsi gardé par une personne de confiance désignée par le chef de la douane.

  • 32 Ibid., p. 47-48.

22D’autres prérogatives sont du ressort de la douane : le rachat des captifs, la diffusion des informations auprès des marchands étrangers, la réglementation de l’activité des interprètes, et des différentes catégories sociales liées à l’activité du port32.

  • 33 M. Amari, 1863, p. 48 sq. ; cf. M. T. Mansouri, 1994.

23Tout cela confère évidemment à la douane et à son personnel une place de choix dans les textes italiens, lesquels attestent, entre chefs de douane et visiteurs étrangers, des relations parfois, voire souvent, amicales33. Dans tous les cas de figure, le chef de la douane est connu de tous, il est « la clef » de ces échanges, tout passant par lui. Pourtant, et ce fait ne manque pas d’intriguer, on rencontre peu de personnes ayant occupé cette fonction dans les textes des chroniqueurs musulmans.

  • 34 Ibn al-Qunfud, 1968, p. 263 ; al-Zarkachi, 1998, p. 98.

24Les recherches en cours pour tenter d’identifier ces personnages au rôle décisif nous ont néanmoins permis de mieux connaître Ibn Makki. Les Beni Makki sont une tribu importante qui vivait dans les environs de Gabès et qui a tenté à plusieurs reprises d’obtenir son autonomie par rapport aux Hafsides ou d’intervenir dans les affaires du sultanat, surtout à l’occasion des changements dynastiques. Le pouvoir hafside a toujours cherché à les satisfaire en conférant à certains membres de cette famille des postes importants dans l’administration. Il semble ainsi que le Ibn Machinus présent dans le registre italien de Pietro Battifolio, ne soit autre que Abd al-Malik Ibn Makki, nommé hagib/chambellan en 681H/1282, à la suite d’un grand remaniement opéré dans l’administration hafside34. Il est remarquable que tous ces notables, dont la piété et la religiosité sont souvent mises en exergue par les chroniqueurs, soient absents des textes arabes, quant à leurs « activités portuaires ».

25Ces derniers, avons-nous souligné, omettent souvent d’évoquer cette relation avec une activité marchande qui mêle musulmans et chrétiens, partageant l’argent pour seul langage. En réalité ces âmes pieuses participent bel et bien à la vie économique en relation avec les marchands européens, intervenant directement dans l’activité commerciale, participant aux achats, percevant diverses taxes sur la vente et l’achat, garantissant les opérations commerciales... Mais les valeurs sociales dominantes répugnent à cet argent qui provient du mélange avec « les infidèles ». N’a-t-on pas toujours avancé que la richesse matérielle est périssable alors que la richesse morale et religieuse est une source qui ne tarit jamais ?

26Ce constat doit-il être infléchi à la lumière d’autres catégories du personnel de la douane ? Des fonctionnaires de moindre rang ont-ils plus de chance d’être évoqués nommément dans les sources arabes ?

L’activité notariale

  • 35 À titre indicatif nous citons les travaux de M. Balard, L. Balletto, S. Bono, Ch. E. Dufourq, M. Lo (...)
  • 36 M. Amari, 1863.
  • 37 G. Pistarino, 1982, p. 61,

27Dans les ports l’activité notariale est intense. Nous ne disposons pas de toutes les informations qui lui sont relatives et, dans ce domaine, l’université tunisienne est encore loin de s’intéresser à ce trésor de documents médiévaux que sont les registres de notaires, qui pourraient renouveler l’histoire de l’Ifrîqiya. Néanmoins, certains de ces documents ont été mis à contribution surtout par des chercheurs européens qui se sont intéressés aux relations méditerranéennes au Moyen Age35. Ces sources sont d’autant plus précieuses que toutes les communautés marchandes occidentales semblaient avoir leurs propres notaires en sus des notaires musulmans, dont malheureusement les registres n’ont pas été conservés. Seuls quelques noms de notaires musulmans apparaissent dans quelques documents italiens, tel le notaire Ibn Soulaymar dont la fonction l’amenait à authentifier les documents souvent traduits en arabe quand il s’agissait d’un accord intervenant entre des chrétiens et des musulmans - et peut-être aussi dans le cas des traités passés entre les États du Maghreb médiéval et les différentes villes marchandes occidentales36. À titre d’exemples nous savons qu’entre 1182 et 1191 les Génois ont passé un nombre important de contrats commerciaux en Afrique du Nord37. Cela témoigne de l’importance de l’activité notariale dans les différents ports, ou dans les fondouks, souvent situés à proximité et faisant partie des installations portuaires.

28Tous ces réseaux d’interconnaissance et de contact permettent aux Occidentaux de développer une plus fine connaissance des sociétés maghrébines et de leur territoire. Or le traitement de l’onomastique et de la toponymie dans les sources européennes et notamment italiennes permet de mesurer l’évolution de cette connaissance du Maghreb.

L’empreinte des toponymes

29Les documents utilisés nous permettent de tenter une sorte de cartographie progressive des villes officiellement fréquentées par les marchands européens. Nous ne nous attarderons pas sur la déformation que subissent les noms de lieux et noms de cités, écorchés par la langue européenne, pour constater que la plupart des villes citées avant la fin du xiiie siècle sont des villes du littoral. À mesure que l’on avance dans le temps, certaines villes continentales apparaissent dans les textes. Les villes mentionnées sont, d’ouest en est, Safi/Asufï, Rabat, Azemmour, Ceuta, Bougie, Bône, Collo, Tunis, Susa, Djerba, Tripoli, Constantine et Castiglia (le Jérid).

  • 38 Pegolotti, 1936, p. 80.

30On constate l’insertion au xive siècle de villes éloignées de la côte, mais qui sont connues par la qualité de leurs produits vendus sur les marchés européens, c’est le cas de Castello di Tunisi ou Castiglia, et Castaglione dans la régile oli, Conftn10" hr la.rie documents médi7ugstagonftn10i le quet Castaglione dans la régile oli, Conftn10" hpp> number">5 lent les reui sont relativesen Âgeaccueil onnueue versrésor deenirYousseou dtalimmercialara

150-151an "> 9">1910.<">k) quNagiren’Maange mnotIDan r 189, Mansouri, 1998.
  • 9">19116,">
  • <97an "> 9">1912.<">k) quemenyun mli> 9">19 tiarle73 (3" h 3)xte"> 9">19sq. ; cf.31-32 figuretésues machands deeocuPangePllato Tc vnotectecalyle="font-variant:small-caps;">xiie siècle ou al-Faquih Ibn Yacq est connu de tous, il ec fortementAbu Memns etDiwadla difegraphiinentale “rticu” marcertaile de prehiinentale étriquet de la thandsrapsis ma la d eence atoioujourEtpoplus grandfusmentes macaje de Diwales citésignéur tente deemllo di te ceociaet jles hronsvoqnn renc’a fin dumeet peut-ue nctants

    9">19

  • <1an "> 9">19 9">19
  • .<9pan "> 9">19 9">19musrxte"> 9">19
  • <9pan "> 9">19 "> 9">19
  • 9">19 9">19 tiarle35-13pan "> 9">19
  • 9">19 <
  • <1 p. C4.
  • l> tiarl44-4 xte"> 9">19(... paonftn10"vihtn"> 9">19(...ti, 1998.tn"> 9">19
  • 9">19 < "> 9">19 "> 9">19 <-48.
  • "> 9">19sq. ; cf. M. T. Mansouri, 1994. "> 9">19 "> 9">19(...pez Perez,. 61, A. Sayousan "> 9">19 9">19 "> 9">19 number">0. "> 9">19 ud3, <,R. Ze xemp"> 9">19.840.<"> Ciia 64,n "> 9">19.o416,">0. 9">19.o4>, <-S.rcins,pRiper 63mpla "texta

    Acheter

    Volume papier

    Chargement

    Unavailable