Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

IV. Dynamiques du mixte et du distinct

L'usage des langues en Méditerranée occidentale à l'époque moderne

Natividad Planas

Texte intégral

  • 1 Pour Alger, Fernand Braudel distingue trois périodes de mutation liées à des phénomènes de migratio (...)
  • 2 B. et L. Bennassar 1989 ; S. Bono, 1985 ; L. Scaraffia, 1993 ;
  • 3 E. d’Aranda, 1997 ; F. Dan, 1649 ; D. de Haedo, 1998 ; Id., 1999 ; J. Mascarenhas, 1993.

1Alger, Tunis et Tripoli connaissent un essor considérable au cours du xvie et du xviie siècle, en raison de leur activité corsaire. L’abondante affluence d’immigrés et de captifs (appréhendés au cours de razzias terrestres ou de prises maritimes) est à l’origine de mutations démographiques et culturelles qui confèrent à ces villes une véritable dimension cosmopolite1. Elles rassemblent une population issue de plusieurs métissages et continuent d’intégrer des éléments allogènes jusqu’à la fin du xviiie siècle. Parmi les nouveaux venus, un nombre considérable d’individus adoptent (de gré ou de force) la foi musulmane, accédant, par cette voie, à l’intégration sociale, voire à des positions élevées au sein des institutions de pouvoir2. Les récits des captifs ou des religieux ayant fréquenté les villes des Régences maghrébines ne manquent pas de souligner la pluralité des nations auxquelles appartiennent les habitants de celles-ci3.

  • 4 R. Mantran (dir.), 1989, p. 117 sq., p. 287 sq.
  • 5 P. Badenas, 1995, p. 493-505.

2La mixité démographique des villes de l’Empire ottoman a attiré l’attention des historiens4. Mais ce n’est que marginalement ou ponctuellement que la question de la communication linguistique a été posée5. Il est pourtant licite de se demander quelles modalités de communication ont été adoptées par ces populations linguistiquement hétérogènes. L’existence de la lingua franca, langue orale de communication, constituée de termes principalement empruntés à l’espagnol, à l’italien, au portugais et au français, a sans doute joué un rôle fondamental. Mais dans quelle mesure cette langue a-t-elle été utilisée ? Sa connaissance et sa pratique fut-elle répandue au point de réduire à l’extrême les problèmes de communication ?

  • 6 N. Planas, 1991, p. 115-128 ; Ead., 2000

3Sans doute faut-il souligner qu’Alger et Tunis ne sont pas les seuls lieux de Méditerranée où les situations de communication furent déterminées par la pluralité linguistique, même si le cosmopolitisme de ces villes marque leur singularité. La course et la guerre brassant les populations les plus diverses dans l’ensemble de l’aire méditerranéenne, des contacts entre populations linguistiquement hétérogènes ont également eu lieu sur les rives chrétiennes, et en particulier dans les territoires méditerranéens du roi d’Espagne, en raison de leur position frontalière. Les travaux de recherche que j’ai effectués sur le royaume de Majorque et ses îles adjacentes6 m’ont donné l’occasion de constater que les situations de communication entre des locuteurs de langue différente furent fréquentes : entre maîtres et esclaves, entre corsaires et prisonniers, entre marchands ou négociants, entre émissaires diplomatiques, entre inquisiteurs et inculpés étrangers (chrétiens ou musulmans). Essentiellement constitués de témoignages, les procès d’Inquisition ainsi que les instructions de procès sont sans doute les sources les plus riches en informations concernant l’usage des langues. À partir de ces sources, il est possible d’accéder au discours des acteurs eux-mêmes ou du moins de s’en rapprocher au plus près.

4Toutefois, s’interroger sur l’usage oral des langues dans les sociétés anciennes comporte de nombreuses difficultés, en raison de la rareté des informations disponibles. En effet, la communication s’établit sans que les sources mentionnent, si ce n’est que rarement, la langue dans laquelle elle a lieu. On peut certes supposer, dans un premier temps, que la rareté des mentions à ce sujet révèle que les locuteurs rencontrèrent peu de problèmes de communication, en raison d’une pluriglossie généralisée. Selon cette hypothèse, la plupart des locuteurs auraient eu des compétences suffisantes de compréhension, et même d’expression, dans les principales langues utilisées en Méditerranée. Il va sans dire que cette explication ne peut être qu’occasionnelle. Sans écarter l’idée d’une large compréhension passive des langues latines, pour les individus dont la langue maternelle est une langue latine, il faut s’interroger sur les modes de communication entre ceux-ci et les locuteurs de langue arabe ou turque. En outre, un questionnement global sur les situations de communication linguistique, leur nature, leur diversité et les mécanismes qui les étayent s’impose, si l’on veut explorer en profondeur la dimension linguistique du métissage méditerranéen. Quelles langues sont parlées et dans quels lieux ? Le lieu détermine-t-il l’usage ? Quelles sont les situations au sein desquelles les locuteurs utilisent une langue qui n’est pas la leur ?

  • 7 L’Inquisition est instaurée à Majorque en 1488 (décret du 17 mai 1488), soit dix ans après l’émissi (...)
  • 8 E. d’Aranda, 1997 ; D. de Haëdo, 1999 ; J. Mascarenhas, 1993.
  • 9 B. et L. Bennassar, 1989.
  • 10 Les procès réalisés par le tribunal de l’Inquisition de Majorque sont conservés dans le fond « Inqu (...)

5Pour répondre à ces questions, il a semblé intéressant de croiser les données que procurent deux types de sources de nature très différente : d’une part, les récits de séjour en terres d’Islam et, d’autre part, la documentation produite par l’Inquisition espagnole. Dans le premier cas, il s’agit, de trois récits datant du dernier tiers du xvie siècle et de la première moitié du xviie siècle, dans le second, de certains dossiers de l’Inquisition du Royaume de Majorque7. Les récits sont les suivants : celui de Diego de Haëdo, bénédictin espagnol, qui séjourna à Alger de 1578 à 1581, celui de João Mascarenhas, Portugais, qui, lors de son retour des Indes orientales, fut capturé par les corsaires d’Alger et demeura dans cette ville de 1621 à 1626, celui d’Emanuel d’Aranda, gentilhomme flamand ayant été captif à Alger de 1640 à 16428. Quant aux sources inquisitoriales, des procès réalisés par le tribunal de Majorque concernant principalement les renégats de retour en chrétienté9, mais des informations judiciaires élaborées par le commissaire d’Ibiza10 à cet égard, constituent une solide base documentaire, permettant d’aborder la question de l’usage des langues à partir de nombreux témoignages. Le récit des expériences individuelles exposées dans le cadre des interrogatoires, mais aussi les situations de communication dans le cadre desquelles ceux-ci sont produits (le face à face témoin-inquisiteur ou inculpé-inquisiteur), laissent entrevoir les facettes originales de la communication plurilingue. De l’ensemble de ces sources émane une pluralité de normes et d’usages qu’il importe d’étudier pour comprendre ce que furent les mécanismes de la communication dans l’aire méditerranéenne à l’époque moderne.

La lingua franca, contextes et aires d’usage

  • 11 D. de Haëdo, 1999, p. 55 et 62.
  • 12 J. Mascarenhas, 1993, p. 74-75.

6Véritable tour de Babel, Alger compte, selon le dominicain Diego de Haëdo, 25 000 esclaves chrétiens de toutes nationalités, au cours du dernier quart du xvie siècle. Quant aux renégats, « ceux-ci et leurs enfants, sont par eux-mêmes, plus nombreux que les autres habitants maures, turcs et juifs, car il n’est pas une seule nation de la chrétienté qui n’ait fourni à Alger son contingent de renégats »11. Selon João Mascarenhas, les esclaves chrétiens ne sont plus que 16 000 au début du xviie siècle, en raison de l’endémie de la peste : « Il y a à Alger, en ne tenant compte que de ceux qui relèvent de l’Église romaine, quelque huit mille captifs chrétiens, et si la peste y sévissait moins ils seraient beaucoup plus nombreux, car pour un qui est libéré il en arrive plus de vingt nouveaux. Il y en a autant, ou même davantage, qui appartiennent à d’autres nations - Flamands, Anglais, Danois, Écossais, Allemands, Irlandais, Polonais, Moscovites, Bohémiens, Hongrois, Norvégiens, Bourguignons, Vénitiens, Piémontais, Esclavons, Syriens d’Égypte, Chinois, Japonais, Brésiliens, habitants de la Nouvelle-Espagne ou du pays du Prêtre Jean. Et de tous ces pays, et de beaucoup d’autres, proviennent aussi une grande quantité de renégats »12. Les deux auteurs s’accordent donc à souligner l’étonnante diversité nationale des chrétiens et des renégats demeurant à Alger.

7On ne connaît pas avec précision les outils de communication dont disposaient les captifs et les renégats séjournant dans les Régences maghrébines. Selon Diego de Haëdo, la lingua franca est la troisième langue en usage à Alger au xvie siècle, la première étant le turc et la seconde étant l’arabe. Le « franco », nom parfois donné à cette langue hybride, composée de termes provenant de différentes langues latines (espagnol, italien, portugais), a pour fonction de faciliter la communication entre chrétiens et musulmans d’origine, qu’ils soient turcs ou maures, arabophones ou berbérophones. L’usage fréquent de la lingua franca est, en effet, attesté dans certains récits de captivité dont celui d’Emanuel d’Aranda. Selon cet auteur, l’existence d’une langue commune aurait favorisé, d’une part, la communication entre esclaves de différentes nationalités et, d’autre part, celle entre maîtres et esclaves.

  • 13 E. d’Aranda, 1997, p. 37.
  • 14 D. de Haëdo, 1999, p. 126.
  • 15 G. Fisher, 1957 ; A. H. de Groot, 1978 ; A. C. Hess, 1978 ; P. Masson, 1903 ; J.-C. Zeltner 1992.
  • 16 À la suite de l’alliance politique et militaire établie par François Ire et Soliman le Magnifique, (...)
  • 17 P. Grandchamp, 1920-1933.
  • 18 La documentation de ce consulat est très lacunaire, surtout pour le xviie siècle, car ses archives (...)

8Insistant sur cette dernière fonction, Aranda affirme que la lingua franca est tout autant un outil de communication, qu’un outil de domination, une langue de commandement : « Le langage commun entre les esclaves et les Turcs, et aussi les esclaves d’une nation à autre, c’est un langage mêlé d’italien, d’espagnol, de français et de portugais ; autrement il [leur] serait impossible de commander leurs esclaves, car en notre Bain entre cinq cent cinquante esclaves on parlait vingt-deux langues »13. La définition fonctionnelle proposée par Haëdo est bien plus large : « ce jargon est d’usage si général qu’on l’emploie pour toutes les affaires, et toutes les relations entre Turcs, Maures et chrétiens, et elles sont nombreuses ; de sorte qu’il n’est point de Turc, de Maure, même parmi les femmes et les enfants, qui ne parle couramment ce langage et ne s’entende avec les chrétiens »14. En effet, la lingua franca fut aussi la langue de la négociation, celle employée par ceux qui menèrent des opérations de rachat ou pratiquèrent le commerce entre les terres chrétiennes et les terres musulmanes. Les territoires de l’Empire ottoman, largement plus ouverts au trafic maritime européen que ne l’étaient les ports chrétiens, accueillirent fréquemment marchands et marins étrangers venus acquérir des denrées locales ou racheter des esclaves chrétiens15. Certaines nations européennes, telles que la France, l’Angleterre et les Pays-Bas, n’installèrent-elles pas des consulats dans les villes portuaires les plus actives16 ? Comme en témoignent les actes du consulat de France à Tunis17, ainsi que les rares documents du consulat de France à Alger conservés pour le xvie et le xviie18, les affaires commerciales entre chrétiens et musulmans allaient bon train.

9L’ensemble des situations de communication évoquées par les auteurs de récits de captivité est en concordance avec celles dont fait état la documentation produite par l’Inquisition lors de l’élaboration de procès à l’encontre de renégats. Dans leurs déclarations, les inculpés et les témoins - souvent anciens captifs - entendus par l’Inquisition évoquent leurs rapports avec leurs maîtres musulmans, mais aussi leurs petits trafics, négoces de petite ou de moyenne importance, essentiellement basés sur le commerce de subsistance et le rachat de captifs. La documentation disponible, qu’il s’agisse de récits de captivité ou de documents judiciaires propose parfois des échantillons de discours en lingua franca. Langue orale par excellence, l’écrit n’en conserve la trace que lorsqu’il a pour fonction de transcrire des éléments de l’oralité. Les situations de communication favorables à leur émergence sont donc celles où un locuteur se voit dans la nécessité de rendre compte de propos tenus par lui-même ou un autre locuteur lors d’une situation de communication orale antérieure.

  • 19 AHPSME, Inq. 4.019,6 (24 août 1703).

10Par exemple, le renégat Francisco Galvan, exposant les circonstances qui le conduisirent à se convertir à l’islam, rapporte certains des propos que lui tint son maître, en lingua franca à cette occasion. Esclave domestique à Alger, Francisco avait profité de l’absence de son maître pour aller se divertir avec certains de ses compagnons de captivité et s’enivrer. A son retour, profitant de son ébriété, sa patronne l’entraîna dans sa couche, et le mari trouva le couple en flagrant délit d’adultère. Il s’empara alors de son esclave et lui cria : « Perro sensa fida aora tomaras moro » (Chien sans foi, maintenant tu vas devenir musulman)19. Improvisant aussitôt une cérémonie de conversion, il fit dire à Francisco les paroles rituelles de la profession de foi et lui octroya le nom d’Ali. Le lendemain, ce dernier, qui ne se souvenait plus de l’incident, ne répondit pas lorsque son maître l’appela Ali, mais accourut lorsque ce dernier l’appela par son prénom chrétien. Prenant cela pour une preuve d’infidélité à la religion musulmane à laquelle l’esclave avait adhéré la veille, le maître menaça ce dernier de le dénoncer « presto te haré brusar » (bientôt, je ferai en sorte que tu sois brûlé vif), lui dit-il, toujours dans la même langue.

11Peu importe que le discours de l’inculpé ne soit pas très cohérent et laisse penser que la conversion a été un choix de sa part, plus qu’une obligation imposée par son maître, afin d’échapper aux conséquences pénales du délit qu’il avait commis. Comme dans la plupart des déclarations réalisées devant l’Inquisition, les arguments invoqués par les renégats tendent à démontrer que leur responsabilité n’est pas en cause et qu’ils ont agi par contrainte ou dans l’inconscience, sous l’emprise de l’alcool. Chaque déclaration offre une variante sur ce mode. L’originalité de celle-ci réside dans l’emploi de la lingua franca qui donne de la vraisemblance à la scène. Recours à la fois stylistique et stratégique, le choix de la langue tend à conférer aux arguments allégués le statut de preuve.

  • 20 E. d’Aranda, 1997, p. 173.

12Même si les sources évoquant l’utilisation de la lingua franca concernent surtout son utilisation au sein des Régences barbaresques, certains témoignages font état de son utilisation au-delà des frontières des terres d’Islam. Sans doute ceux qui la pratiquèrent en chrétienté en avaient-ils acquis le maniement lors d’un séjour en captivité dans l’Empire ottoman ou dans l’un de ses territoires vassaux. C’est le cas d’Emanuel d’Aranda qui, se trouvant à Bruges, lieu de sa résidence après son retour de captivité, fut sollicité par un personnage important de la ville, dont deux des neveux étaient prisonniers à Alger. Profitant de la détention d’un navire turc par les corsaires de Dunkerque, on le pria de tenter de mettre sur pied un échange de prisonniers afin que les deux jeunes gens fussent rapidement libérés. Aranda accepta et se rendit à Dunkerque pour prendre contact avec les prisonniers turcs : « Je demandai en langage qu’on appelle franco [...] à parler avec le raïs (c’est le capitaine) qui se présenta ». Toutefois aucun des membres de cet équipage n’était suffisamment riche ou important pour que l’on pût envisager de prendre contact avec les familles afin qu’elles fassent l’acquisition des neveux captifs et permettent ainsi leur libération via un simple échange de prisonniers. L’opération n’aboutit pas, mais ce qui nous intéresse est que de manière tout à fait inattendue, la négociation eut lieu en langue franque, en ces contrées lointaines du nord de l’Europe20. Les raisons de l’échec ne furent donc pas linguistiques, mais financières.

13Certains des documents produits par les autorités inquisitoriales d’Ibiza attestent que, la langue franque fut également pratiquée sur les côtes baléares où échouaient non seulement des musulmans de langue arabe, turque ou même berbère, mais aussi des renégats dont les origines nationales étaient très variées : des Espagnols, certes, mais aussi des Français, des Anglais, des Hollandais et parfois même des individus originaires des rives orientales de la Méditerranée. Appréhendés en mer ou sur terre par les marins des îles, les membres des équipages des navires musulmans ne connaissaient pas tous le même sort : les musulmans d’origine étaient vendus comme esclaves par leurs ravisseurs, tandis que les nouveaux musulmans ou renégats étaient remis à l’Inquisition, afin qu’elle procède à leur châtiment et à leur réadmission au sein de la communauté chrétienne. La documentation étudiée permet de constater que la lingua franca servit parfois d’outil de communication dans le cadre même des interrogatoires réalisés par l’Inquisition.

  • 21 AHPSME, Inq. 4020,13 (2 novembre 1728).

14L’instruction d’un procès effectuée par le commissaire de l’Inquisition d’Ibiza en 1728 montre que l’un des témoins entendus et le commissaire de l’Inquisition lui-même avaient tous deux une certaine connaissance de la langue franque. En effet, à la suite d’une prise corsaire, le commissaire d’Ibiza mène une enquête pour l’instruction du procès d’un individu qui affirme être turc, mais dont l’origine religieuse demeure incertaine21. On requiert le témoignage d’Antonio Serra, le chirurgien qui s’était occupé des membres de l’équipage du navire appréhendé, lors de la quarantaine que ceux-ci réalisèrent au lazaret d’Ibiza. Il déclare qu’un jour, s’adressant à l’inculpé qui se plaignait de douleurs au thorax, il lui demanda « que tener Turco ? » (Qu’as-tu donc, toi, le Turc ?). Il emploie de manière spontanée la lingua franca et l’inculpé lui répond dans cette même langue : « Señor, tener calentura » (Monsieur, j’ai de la fièvre). C’est ainsi que le début du dialogue est rapporté par le chirurgien Antonio Serra. Toutefois, par commodité sans doute, ce témoin poursuit sa déclaration en castillan, alors que vraisemblablement le dialogue s’est totalement tenu en lingua franca. Il se peut aussi que le choix de la langue castillane employée dans la suite du dialogue ait été effectué par le secrétaire ayant consigné les propos du témoin. En tout cas, dans le document le passage d’une langue à l’autre se fait, non pas à la suite d’une coupure textuelle ou d’un signe de ponctuation fort, mais au sein d’une phrase, où les deux langues se chevauchent et se mélangent. Un fragment de discours en lingua franca est accolé, au style indirect, à une principale en langue castillane : « Este testigo le dijo que siestar christiano  » (Ce témoin lui demanda s’il était chrétien). L’emploi du verbe estar dans sa forme non conjuguée, ainsi que le choix de ce verbe au lieu du verbe ser, qui serait le terme approprié en castillan, permettent d’identifier la nature du langage. Il s’agit bien de lingua franca dans la subordonnée. S’agit-il d’un usage occasionnel de la langue franque, d’un pur hasard ?

15En tout cas, grâce à sa connaissance de la langue franque, le chirurgien entre en communication avec le prisonnier malade et apprend que ce dernier est certes musulman, puisqu’il a adhéré de force à l’islam, mais qu’il n’est pas turc d’origine. Son parcours, comme celui de tant de renégats, est surprenant. Il est grec et par conséquent, chrétien orthodoxe. Mais sa famille est originaire de Constantinople, où demeure effectivement la communauté phanariote. Il affirme avoir servi, pendant quatre ans, dans l’armée du roi d’Espagne, plus précisément dans les tercios de Wallonie. Quel hasard l’y a conduit ? La documentation ne l’indique pas. Quoi qu’il en soit, un an avant sa capture par les corsaires d’Ibiza, il aurait été appréhendé par des corsaires maghrébins, alors qu’il se trouvait sur un navire espagnol. C’est alors qu’il aurait renié la foi chrétienne. Dans ce cas, la langue franque sert donc de passerelle, non pas entre une langue latine et l’arabe ou le turc, mais entre une langue latine, en l’occurrence l’espagnol, et la langue grecque.

16Mais le chirurgien n’est pas le seul à comprendre et à parler la lingua franca. Dans cette affaire, le plus surprenant est peut-être que le commissaire de l’Inquisition lui-même semble manier cette langue. Ce dernier affirme, en effet, à la fin du dossier d’instruction, qu’il n’a pas eu à faire appel à des interprètes pour l’examen des témoins maures, car deux d’entre eux, au moins, parlaient très bien la lingua franca, laissant ainsi entendre qu’il avait été lui-même en mesure de procéder au décodage linguistique. En outre, dans la transcription de l’interrogatoire de l’un des membres de l’équipage appelé Ramadam, fils de Mahamet de Bône, esclave de Jorge Llobet d’Ibiza, on constate effectivement que le scribe a eu le souci de transcrire l’une des questions posées par le commissaire de l’Inquisition en lingua franca. Lorsque Ramadam affirme que l’inculpé a tenté d’effacer deux représentations de la vierge qui étaient tatouées sur sa peau en utilisant un mélange de chaux et de savon, le commissaire lui demande : « Ty como lo sapo ? » (Et toi, comment le sais-tu ?).

17On ne sait rien sur les circonstances au cours desquelles le chirurgien et le commissaire apprirent la langue franque. Ont-ils été eux-mêmes captifs en terres d’Islam ? Ou bien, ont-ils appris cette langue au contact des renégats et des prisonniers musulmans retenus dans l’île ? S’agit-il d’une situation totalement exceptionnelle, ou bien d’un cas banal, propre aux territoires de frontière, que seule la rareté des indications concernant l’usage des langues au sein de la documentation rend exceptionnelle ? En tout cas, il serait imprudent de considérer d’emblée un tel cas comme emblématique, attribuant par exemple aux représentants de l’Inquisition en poste dans les zones frontalières des compétences linguistiques particulières. La charge de commissaire est souvent occupée par des membres de l’élite locale et non pas par des officiers letrados, envoyés par le conseil de la Suprême Inquisition. En raison du voisinage de l’archipel baléare avec les terres d’Islam, il est probable que cette langue a été utilisée de manière plus fréquente à Ibiza qu’elle ne l’a été à Dunkerque ou dans les zones septentrionales de l’Europe.

Des langues en concurrence ?

  • 22 D. de Haëdo, 1999, p. 126.

18La pluralité des langues en usage à Alger, ainsi que la diversité identitaire des locuteurs qui les emploient, frappe le bénédictin Diego de Haëdo : « Il y a aussi beaucoup de musulmans qui ont été captifs en Espagne, en Italie ou en France. D’autre part, il y a une multitude infinie de renégats de ces contrées, et une grande quantité de Juifs qui y ont été lesquels parlent très joliment l’espagnol, le français ou l’italien »22. Si l’on tient compte de ce témoignage, il convient de ne pas attribuer à la lingua franca un rôle trop important dans les situations de communication mettant face à face, dans l’aire méditerranéenne, des individus ne parlant pas la même langue, car d’autres langues sont utilisées dans le cadre de la communication « transnationale ». En premier lieu, son caractère « universel » est à nuancer. En premier lieu, les langues latines semblent avoir occupé une place importante dans la communication globale au sein de la cité algéroise. En second lieu, les captifs provenant de l’Europe du Nord n’ont sans doute pas bénéficié des mêmes facilités de communication que les captifs originaires des territoires méditerranéens, car leurs langues natales, trop éloignées des langues latines méditerranéennes, ne leur permettaient pas d’accéder à une compréhension globale de la lingua franca ou des langues latines majoritairement parlées dans les régences. Le système de compréhension par inférences n’est accessible qu’aux locuteurs ayant déjà une certaine connaissance de l’espagnol, de l’italien, du portugais ou du catalan. En outre, d’autres langues sont utilisées dans le cadre de la communication « transnationale ». Pour Alger, Diego de Haëdo signale que l’usage du turc et de l’arabe n’était pas réservé aux populations d’origine musulmane, certains renégats maniaient la première et parfois même la deuxième. Il arrivait aussi que certains captifs chrétiens aient acquis une bonne connaissance de l’arabe, à la suite d’un long séjour en captivité. Existe-t-il un rapport concurrentiel entre la lingua franca et les autres langues ? Afin d’estimer le rôle joué par cette première, il convient de contextualiser son usage et d’établir des distinctions pertinentes à l’égard de l’usage qu’il est fait des autres langues en terres d’Islam.

  • 23 Les travaux réalisés par B. Bennassar et L. Bennassar confirment la présence de très nombreux Espag (...)
  • 24 N. Planas, 1991.
  • 25 Témoin n° 5 au procès de Pedro Boti. AHN, Leg. 1705, exp. 10 (1674).

19Dans le cadre de la captivité, les individus appartenant à une même nation eurent tendance à se rapprocher, constituant dans certains cas de véritables communautés solidaires dont la sociabilité reposait, en grande partie, sur la pratique de la langue d’origine. À Alger, la pratique de l’espagnol fut sans aucun doute habituelle en raison du nombre considérable de captifs et de renégats hispanophones séjournant dans la ville23. On peut supposer que le catalan et ses variantes dialectales, telles que le majorquin et le valencien, furent aussi abondamment parlés, car les territoires où ceux-ci étaient en usage étaient largement méditerranéens et participaient de ce fait aux dynamiques migratoires liées à la guerre de course. De l’étude de la documentation inquisitoriale relative au Royaume de Majorque, il ressort que les captifs et les renégats majorquins d’Alger entretinrent des liens de sociabilité forts en dépit des différences de statut (hommes libres/hommes assujettis) et de leur appartenance religieuse (chrétiens/musulmans) qui auraient pu éventuellement les séparer24. Les nouvelles du pays ou les informations concernant le devenir de certains « compatriotes » nourrissaient les conversations lors de réunions improvisées ou de rencontres fortuites dans les rues de la ville. Les renégats nostalgiques jouaient aux cartes dans les tavernes des bagnes tenues par des captifs majorquins. Certains captifs n’hésitèrent pas à avouer devant l’Inquisition qu’ils restèrent en contact avec certains de leurs compatriotes devenus renégats, au nom d’une vieille amitié. Ce lien de continuité soudé par le sentiment d’appartenance à une même communauté, en dépit de la rupture inhérente à la conversion religieuse, se traduit, dans la pratique, par l’échange de paroles dans la langue d’origine. Onofre Reus, ancien captif, évoque ainsi, devant le tribunal de l’Inquisition de Majorque, ses relations amicales avec le renégat Pedro Boti, le compte-rendu de son témoignage en faisant état : « Quand Boti habitait encore dans cette ville [Palma de Majorque] ils étaient amis, et c’est au nom de cette amitié-là qu’il [Onofre Reus] avait continué de le fréquenter, dans la mesure du possible » à Alger, après le reniement de ce premier25.

  • 26 D. de Haëdo, 1999, p. 126.
  • 27 Témoin n° 6 au procès de Gabriel Valls. AHN, Leg. 1706, exp. 8 (1644).
  • 28 E. d’Aranda, 1997, p. 172-173.

20Ce sentiment fort d’appartenance se prolongeant au-delà de frontières religieuses, a-t-il été transmis par les renégats à leur descendance ? Haëdo évoque avec admiration « les enfants des renégats et des renégates qui ayant appris la langue nationale de leurs pères et mères, la parlent aussi bien que s’ils étaient nés en Espagne ou en Italie »26. Dans les sources majorquines, on trouve aussi des éléments allant dans le sens d’une pratique ou du moins d’une mémoire de la langue d’origine chez les enfants des renégats, musulmans de la seconde génération. Le marin Pedro Antonio Espinosa27 raconte qu’au cours de son séjour en captivité à Alger un jeune renégat, constatant qu’il était majorquin, lui confia que son père l’était aussi et lui fit part du devenir de sa famille. Après avoir renié, son père avait épousé une Algéroise et avait été nommé gouverneur de province. Il avait eu deux fils, lui et son frère aîné qui, suite au décès du père, avait obtenu le poste que ce dernier occupait. Cette conversation se déroula très certainement en majorquin, langue que le jeune fils du renégat majorquin ne pouvait totalement ignorer puisque parmi les serviteurs et les domestiques de son père se trouvaient plusieurs esclaves de la même origine. Dans le contexte de la captivité, cette forme de sociabilité, ayant pour fondement l’appartenance à un même « terroir » et supposant l’utilisation d’une langue commune, aussi minoritaire fût-elle, était également pratiquée par d’autres communautés, comme celle des Basques ou plus précisément celle de Biscayens, tout comme le rapporte Emanuel d’Aranda dans son récit28.

  • 29 AHPSME, Inq., 4020,5 (9 août 1724).

21Mais l’espagnol, le catalan, l’italien ou le français ne servirent pas uniquement à la communication « intra-communautaire ». Ces langues furent aussi utilisées comme moyen de communication par des locuteurs dont elles n’étaient pas la langue maternelle. D’une part, comme le note Haëdo, les Algérois ayant été captifs dans les territoires du roi d’Espagne eurent l’occasion d’apprendre l’espagnol et purent l’utiliser par la suite dans les Régences, lorsqu’ils furent en contact avec des renégats espagnols. D’autre part, cette langue servit également de langue de contact à certains renégats européens l’ayant eux-mêmes appris cette langue au cours d’un séjour en Espagne. Une information judiciaire établie par le commissaire de l’Inquisition d’Ibiza lors de la prise de deux petits navires algérois par un navire d’Ibiza sur les côtes françaises fournit des données intéressantes à cet égard29. Parmi les renégats appréhendés sur l’un de ces navires se trouvaient un Français, deux Espagnols, un Flamand et un Anglais. On sait du premier qu’il avait renié à Alger trois ou quatre mois auparavant, que son nom de converti était Mohamet et qu’il occupait un poste de commandement sur le navire. Le document signale que Mohamet ne parlait pas l’arabe. En revanche, ayant vécu à Barcelone durant une longue période, il parlait l’espagnol. S’adressait-il dans cette langue-là aux membres de l’équipage, qu’ils fussent algérois d’origine ou renégats de différentes nationalités ? L’espagnol était-il utilisé comme langue de commandement sur les navires de course algérois ? En tout cas, grâce au témoignage de l’un des marins, Ali Burin, « maure » originaire de la Régence d’Alger, on apprend que Mohamet et lui bavardèrent souvent lors de l’expédition en course, le long des côtes françaises. Le renégat français signalait et décrivait à Ali les lieux qu’il identifiait au fur et à mesure de la navigation, car il connaissait bien la zone. Leurs conversations avaient lieu en espagnol, car Ali parlait lui aussi cette langue qu’il avait apprise à Majorque et à Valence, lors d’un long séjour en captivité qui avait duré sept ans. Ce type de situation fut-il commun ? La concordance entre le témoignage d’Haëdo et le cas étudié le laisse supposer.

  • 30 E. d’Aranda, 1997, p. 119-120.

22Toutefois, il convient d’affirmer que l’espagnol, pas plus que la lingua franca, ne font office de langues de communication réellement universelles. Si leur acquisition ne présente pas de difficulté particulière pour les individus dont la langue maternelle est une langue latine et qu’elle est familière aux arabophones et aux turcophones des territoires méditerranéens, les captifs provenant de l’Europe du Nord, nombreux dans les Régences dès la fin du xvie siècle, ne bénéficiaient pas des mêmes facilités, car leurs langues natales, trop éloignées des langues latines, ne leur permettaient pas d’accéder à une compréhension globale de la lingua frança ou des langues latines. À ce propos Emanuel d’Aranda rapporte, dans son récit, une anecdote basée sur un quiproquo, faisant état de l’impasse communicative dans laquelle se trouvaient les nordiques non initiés aux langues latines. Lors de sa captivité à Alger, Aranda, qui demeurait chez son patron et non pas au bagne, avait pris pour habitude de retrouver, en fin de journée, quatre autres esclaves du voisinage pour discuter : trois d’entre eux étaient espagnols et le quatrième hambourgeois. À la suite d’une discussion animée en espagnol entre les trois Ibériques et Aranda, l’esclave de Hambourg ayant cru comprendre que ses camarades avaient établi un plan d’évasion, se jeta aux pieds d’Aranda, le priant de lui permettre de se joindre à eux. Or la conversation en espagnol avait eu pour sujet le gouvernement de l’Espagne, sans qu’il ait été à aucun moment question d’évasion. Les Espagnols ne comprenaient ni la réaction de l’esclave hambourgeois, qui semblait pris de folie, ni ses lamentations proférées en langue allemande. Aranda, seul capable de décrypter la situation en raison de ses multiples compétences linguistiques, finit par détromper son camarade et conclut le récit de l’anecdote de la sorte : « Je me retirai à mon logis considérant les étranges impressions de ceux qui ne comprennent pas ce qu’ils entendent »30.

23Ces situations ne sont pas à opposer à celles où la lingua franca apparaît comme un vecteur privilégié de communication entre individus de langue différente. Elles permettent simplement d’affirmer que le parcours de chacun des acteurs détermine ses acquis linguistiques ainsi que son mode de communication. De ce fait, plusieurs systèmes coexistent, sans pour autant se concurrencer. Il est également possible qu’un même individu ait eu recours à plusieurs systèmes de communication, sans en privilégier un seul ou bien qu’aucun de ceux dont il disposait ne lui permît de communiquer de manière efficace. Il est d’ailleurs à noter que les problèmes d’incommunication ou de mal communication se posaient tout autant, si ce n’est davantage, entre chrétiens d’origines différentes qu’entre chrétiens et musulmans.

Questions d’identité

24Dans le cadre de ses interrogatoires, l’objectif de l’Inquisition était de déterminer « l’origine » nationale et religieuse de l’individu appréhendé, afin de savoir s’il s’agissait d’un chrétien ayant renié sa foi et de comprendre dans quelles circonstances la conversion avait eu lieu. Sollicitant la mémoire des témoins afin de glaner des éléments pouvant constituer des preuves, elle suscita des récits où les critères étayant l’identité étaient rendus visibles. Quels rapports discursifs les témoins établirent-ils entre langue, religion et appartenance « nationale », dans leurs dépositions ?

  • 31 « Al tiempo de llegar, encontro alli a uno vestido de turco hablando con los christianos [...] y en (...)

25Partons d’un exemple. En août 1703, le patron catalan Joseph Torrents est appelé à témoigner dans le cadre de l’information judiciaire menée par le commissaire de l’Inquisition d’Ibiza à l’encontre du renégat Francisco Galvan, castillan d’origine, dont il a été question plus haut. Au cours de son témoignage, il évoque sa première rencontre avec l’inculpé. Se trouvant à Alger dans le cadre d’une expédition commerciale, il se rendit à l’hôpital d’Alger pour y rencontrer un religieux et là, il fit la connaissance d’un individu dont, au premier abord, il ne sut déterminer ni l’identité ni l’origine : « Lorsqu’il arriva dans les lieux il vit un homme habillé à la mode turque qui discutait avec les chrétiens [...] et, en raison de son langage, il ne sut s’il s’agissait d’un maure ou d’un renégat »31. Quelle est donc cette langue dont l’usage peut tout aussi bien être propre à un musulman d’origine qu’à un chrétien renégat ? On peut imaginer, a priori, qu’il s’agit de lingua franca puisque l’inconnu s’adresse à des captifs chrétiens. Mais le texte espagnol laisse planer une certaine ambiguïté, quant à l’objet de l’hésitation du témoin. On ne sait exactement si ce qu’il entend est une langue étrange, en l’occurrence de la lingua franca, ou bien une façon de parler étrange, ce qui pourrait laisser supposer que le locuteur tente de s’exprimer dans une langue latine avec difficulté, car sa langue maternelle est l’arabe ou le turc. En tout cas, l’hésitation du témoin concerne, a priori, l’origine et non pas l’appartenance religieuse de l’individu, car les vêtements portés par celui-ci font de lui un musulman. Pourtant, lorsque Torrents finit par l’interpeller, il lui demande s’il est renégat ou esclave, ne semblant plus mettre en doute son origine chrétienne. Le témoin ne nous révèle pas quels indices le font agir ainsi. La réponse qui lui est faite est claire et pourtant complexe : « il répondit qu’il était turc renégat et qu’il était originaire de la région de Valladolid ». Dans ce contexte, le terme turc ne désigne pas une origine géographique ou « nationale », mais une forme d’appartenance religieuse ; il est synonyme de « musulman ».

26L’enseignement que l’on peut tirer d’une telle situation est que les formes de distinction entre chrétiens et musulmans sont beaucoup moins évidentes qu’on ne pourrait le penser, pour les hommes du passé. D’une part, la langue n’apparaît pas comme un critère distinctif pertinent, puisque certains usages langagiers peuvent être communs aux uns et aux autres. D’autre part, le témoin fait référence à des critères vestimentaires, mais en aucun cas à des distinctions physionomiques ou physiques, ce qui laisse penser que celles-ci n’étaient pas perçues comme un élément déterminant d’appartenance.

  • 32 AHPSME, Inq, 4.004,1a (24 mars 1641).

27Un autre type de situation semble aller dans ce même sens. L’indifférenciation linguistique et physique des hommes des deux rives de la Méditerranée est à l’origine de certaines formes de dissimulation, assorties de violences à l’encontre des renégats de retour en chrétienté. En quoi consistent-elles ? Les hommes d’Ibiza avaient l’habitude de se poster à Formentera dans l’attente que des navires musulmans y fassent escale, pour en capturer l’équipage. Les prisonniers étaient ensuite vendus aux enchères comme esclaves. Les habitants d’Ibiza étaient tout à fait en droit de réaliser ces captures à condition, d’une part, de payer au roi le droit qui lui revenait sur toutes les prises d’ennemis (le quinto real) et, d’autre part, de remettre à l’Inquisition les renégats capturés. Mais, dans la pratique, d’autres normes que celles des pouvoirs institutionnels régissaient ces espaces. Plus soucieux de leur profit que du salut des âmes, les riverains n’accueillaient pas toujours avec grand enthousiasme les renégats repentis, de retour en chrétienté ; ceux-ci ne présentaient pas les mêmes avantages lucratifs que les prisonniers musulmans d’origine qui pouvaient être vendus comme esclaves. De ce fait, certains de ces renégats furent brutalisés et menacés, lors de leur capture, afin qu’ils ne rendissent pas publique leur origine chrétienne. Ce fut le cas du renégat français Jean Conte, Raxep de son nom musulman, qui fut pris sur l’île de Formentera, alors qu’il coupait du bois en compagnie de plusieurs Turcs, pour l’approvisionnement du navire sur lequel il naviguait. Bien qu’il signalât aussitôt à ses agresseurs qu’il était chrétien renégat, Jean Conte fut cependant vendu aux enchères comme esclave à Ibiza. Lors du procès que lui fit l’Inquisition un an plus tard, l’avocat défenseur exposait ainsi les faits : « on l’insulta et le traita de chien pour qu’il cesse de dire qu’il était chrétien, [on lui dit] que s’il le révélait on le brûlerait vif ou on le ferait ramer sur une galère à perpétuité [...] ceux qui le menacèrent et lui donnèrent des coups de couteaux, ceux-là même empochèrent le prix [de la vente] »32.

  • 33 Indications données aux inquisiteurs de Majorque pour le jugement des causes de foi. Le titre 51 co (...)
  • 34 B. et L. Bennassar, 1989.

28Ces pratiques, qui reposent sur une conception large de l’identité, dépourvue de toute stigmatisation de caractère physique, sont pourtant révélatrices d’une violence et d’une cruauté inattendues. Celle-ci s’exerce non pas entre chrétiens et musulmans, mais elle est le fait de chrétiens demeurés en chrétienté à l’encontre de certains de leurs coreligionnaires ayant abandonné la foi catholique. Même si l’on peut supposer qu’une animosité de nature religieuse animait ces riverains, la documentation insiste sur les raisons financières de leurs agissements. Quoi que l’on ait pu dire de l’Inquisition, celle-ci ne soutint jamais ces violences, s’efforçant au contraire de mettre en pratique une politique de tolérance afin de susciter le retour volontaire du plus grand nombre de renégats33. Lutter contre l’Islam consistait à sauver les âmes des chrétiens en péril, mais aussi à faire décroître le nombre de ceux qui, jour après jour, renforçaient la puissance démographique des Régences et de la Porte en se convertissant à la religion musulmane. Afin qu’ils ne soient tentés de préférer les bénéfices de la course au salut de leur âme, l’Inquisition avait compris qu’il était nécessaire de leur offrir le pardon à un prix raisonnable34.

  • 35 N. Vatin, 1997.

29En raison de la rareté et de la dispersion des données disponibles, il n’est nullement possible de prétendre apporter des réponses définitives sur l’usage des langues en Méditerranée occidentale. Les situations rencontrées et les cas étudiés sont à considérer avec prudence, car ils ne sont pas issus d’une enquête exhaustive et systématique. Toutefois, certaines réalités émanent qu’il convient de souligner. B apparaît, de manière certaine, que la communication entre locuteurs de langue différente est diversifiée et que l’usage général ne correspond pas à un modèle global, celui de l’utilisation généralisée de la lingua franca. Même si cette langue de « nulle part » semble avoir été un vecteur déterminant de la « communication internationale » (entre individus de nations différentes), elle n’a pas été la seule à avoir eu de telles fonctions. Cette étude permet de montrer que dans la pratique son champ géographique est certes plus étendu qu’on ne l’a supposé, mais que l’espagnol (et sans doute l’italien, au même titre) occupe une place de choix. Toutefois aucune de ces langues ne peut prétendre au statut de langue « universelle » par excellence. Tout comme le constate Nicolas Vatin dans le cadre de son étude sur l’utilisation de la langue grecque comme langue de communication diplomatique entre l’Empire ottoman et les puissances chrétiennes au cours des dernières années du xve siècle35, les usages linguistiques varient selon les circonstances et les compétences des locuteurs. La langue grecque, dominante à l’écrit pour la rédaction des traités, n’a pas été la seule à faire office de langue diplomatique, car à l’oral les représentants des grandes puissances méditerranéennes s’exprimaient en italien ou même en lingua franca. La pluralité des usages n’est donc pas en contradiction avec les formes de communication élargies.

Bibliographie

Aranda E. d’ 1997, Les captifs d’Alger, éd. Latifa Z’rafi, Paris, J.-P. Rocher (Relation de la captivité & Liberté du sieur Emanuel d’Aranda, jadis esclave à Alger, Bruxelles, impr. Jean Mommart, 1662).

Badenas P., 1995, « La lingua franca, moyen d’échange et de rencontre dans un milieu commun », Revue internationale des études byzantines, LVI, 2, p. 493-505.

Bennassar B., 1979, L’Inquisition espagnole, xve-xixe siècles, Paris, Hachette.

Bennassar B. et L., 1989, Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats (xvie-xviie), Paris, Perrin.

Bethencourt F., 1995, L’Inquisition à l’époque moderne. Espagne, Italie, Portugal (xve-xixe siècle), Paris, Fayard.

Bono S., 1985, « Les renégats et la marine de la Régence d’Alger », Revue de l’Occident Musulman et de la Mediterranée, 39, p. 95-105.

Braudel F., 1966, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin (1re édition, 1949).

Colom Palmer M., 1992, La Inquisició a Mallorca 1488-1578, Barcelone, Curial.

Dan F., Histoire de [la] Barbarie et de ses corsaires, Paris, impr. P. Rocolet, 1649 (1reéd. 1637).

Even P., 1988, Inventaire analytique des volumes de correspondance du consulat de France à Alger (1585-1798), Nantes, Ministère des Affaires étrangères, vol. I.

Fisher G., 1957, The Barbary Legend War, Trade and Piracy in North Africa (1515-1830), Oxford, Clarendon Press.

Grandchamps P., 1920-1933, La France en Tunisie au xviie siècle. Inventaire des archives du Consulat de France à Tunis de 1583 à 1705, Tunis, 10 vol.

Groot A. H. de, 1978, The Ottoman Empire and the Dutch Republic. A History of the Earliest Relations 1616-1630, Leyde-Istanbul, Nederlands Historisch-archaelogisch Institut.

Haëdo Diego DE, 1998, Histoire des Rois d’Alger, traduite et annotée par H.-D. de Grammont (Alger, 1881), présentation de J. Dakhlia, Paris, Bouchène (Epitome de los reyes de Argel, Valladolid, 1612).

Haëdo Diego DE, 1999, Topographie et histoire générale d’Alger, traduite et annotée par H.-D. de Grammont, présentation de J. Dakhlia, Paris, Bouchène (1re éd. Valladolid, 1612).

Hess A. C., 1978, The Forgotten Frontier. A History of the Sixteenth-Century Ibero African Frontier, Chicago-Londres, The University of Chicago Press.

Mantran R. (dir.), 1989, Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard.

Mascarenhas J., 1993, Esclave à Alger. Récit de captivité de João Mascarenhas (1621 -1626), trad. et éd. Paul Teyssier, Paris, Chandaigne (Memoravel relaçam da perda da nao conceiçam..., impr. Antonio Alvarez, 1627).

Masson P., 1903, Histoire des établissements et du commerce français dans l’Afrique barbaresque (1560-1793). Algérie, Tunisie, Tripolitaine, Maroc, Paris, Hachette

Planas N., 1991, « Les Majorquins dans le monde musulman à l’époque moderne » Mélanges de la Casa de Velázquez, XXVII-2, p. 115-128.

Planas N., 2000, Pratiques de pouvoir au sein d’une société frontalière. Le voisinage du Royaume de Majorque et ses îles adjacentes avec les terres d’Islam au xviie siècle. Thèse de doctorat, Florence, Institut Universitaire Européen.

Scaraffia

L., 1993, Rinnegati, Rome-Bari, Laterza-Figli.

Vatin N., 1997, « L’emploi du grec comme langue diplomatique (fin du xve-début du xvie siècle) », in F. Hitzel (éd.), Istanbul et les langues orientales, Paris L’Harmattan-Inalco, p. 41-47.

Zeltner J.-C., 1992, Tripoli carrefour de l’Europe et des pays du Tchad (1500-1795), Paris, L’Harmattan.

Notes

1 Pour Alger, Fernand Braudel distingue trois périodes de mutation liées à des phénomènes de migration : de 1516 à 1538, Alger est « une ville berbère et andalouse, une ville de Grecs renié ; et une ville turque, le tout mêlé tant bien que mal », de 1560 à 1587 Alger est « de plus en plus ; italienne » et au-delà de 1580 elle est marquée par l’afflux de marins nordiques, anglais et hollandais. Fernand Braudel, 1966, t. 2, p. 207.

2 B. et L. Bennassar 1989 ; S. Bono, 1985 ; L. Scaraffia, 1993 ;

3 E. d’Aranda, 1997 ; F. Dan, 1649 ; D. de Haedo, 1998 ; Id., 1999 ; J. Mascarenhas, 1993.

4 R. Mantran (dir.), 1989, p. 117 sq., p. 287 sq.

5 P. Badenas, 1995, p. 493-505.

6 N. Planas, 1991, p. 115-128 ; Ead., 2000

7 L’Inquisition est instaurée à Majorque en 1488 (décret du 17 mai 1488), soit dix ans après l’émission de la bulle Exigit sincerae devotionis affectus (1478) qui est à l’origine de la mise et place de l’Inquisition moderne en Espagne (M. Colom i Palmer, 1992). À partir de 1560, ou compte en Espagne quatorze districts inquisitoriaux à la tête desquels se trouvent un ou deux ; inquisiteurs, relayés par des commissaires chargés de contrôler des zones excentrées (B. Bennassar, 1979 ; F. Bethencourt, 1995). Dans le Royaume de Majorque et ses île : adjacentes, un inquisiteur est établi à Majorque, un commissaire à Minorque et un à Ibiza. Ce commissaires peuvent instruire des procès ou régler des affaires par la voie de l’arbitrage ou du la conciliation, mais la résolution judiciaire des affaires est du ressort du tribunal auquel son transférés les dossiers des causes devant être jugées.

8 E. d’Aranda, 1997 ; D. de Haëdo, 1999 ; J. Mascarenhas, 1993.

9 B. et L. Bennassar, 1989.

10 Les procès réalisés par le tribunal de l’Inquisition de Majorque sont conservés dans le fond « Inquisition » de l’Archivo Histórico Nacional de Madrid (désormais AHN, Inq). La documentation inquisitoriale disponible concerant le Royaume de Majorque est, en grande partie, celle qui fut adressée, par le tribunal, au Conseil de la Suprême Inquisition, la documentation locale n’ayant que très partiellement été conservée. Toutefois, l’Arxiu Històric de la Pabordia de Santa Maria d’Eivissa (désormais AHPSME, Inq) conserve l’ensemble de la documentation ayant été produite par le commissaire de l’Inquisition d’Ibiza.

11 D. de Haëdo, 1999, p. 55 et 62.

12 J. Mascarenhas, 1993, p. 74-75.

13 E. d’Aranda, 1997, p. 37.

14 D. de Haëdo, 1999, p. 126.

15 G. Fisher, 1957 ; A. H. de Groot, 1978 ; A. C. Hess, 1978 ; P. Masson, 1903 ; J.-C. Zeltner 1992.

16 À la suite de l’alliance politique et militaire établie par François Ire et Soliman le Magnifique, des Capitulations furent négociées en 1536 entre Ibrāhīm Pacha et l’ambassadeur Jean de La Forêt. Mais ce n’est qu’en 1569 que des bases juridiques solides sont jetées, réglant le commerce de la France avec le Levant. À partir de ce moment-là, des consulats sont établis à Alexandrie, Tripoli de Syrie, Tunis et Alger ainsi qu’une ambassade à Istanbul (P. Masson, 1903 ; R. Mantran, 1989, p. 222, 245). L’Angleterre signa également des Capitulations avec Istanbul en 1580 et les Hollandais en 1612. G. Fisher, 1957 ; A. H. de Groot, 1978.

17 P. Grandchamp, 1920-1933.

18 La documentation de ce consulat est très lacunaire, surtout pour le xviie siècle, car ses archives ont été pillées et en partie détruites, lors de l’expédition de Duquesne contre Alger et lors des bombardements de la ville (1682-1683). P. Even, 1988, vol. I et Archives départementales des Bouches-du-Rhône (Marseille), Archives civiles, série B, Amirauté de Marseille et des mers du Levant, Registre de la Chancellerie du Consulat de France à Alger (1579-1582).

19 AHPSME, Inq. 4.019,6 (24 août 1703).

20 E. d’Aranda, 1997, p. 173.

21 AHPSME, Inq. 4020,13 (2 novembre 1728).

22 D. de Haëdo, 1999, p. 126.

23 Les travaux réalisés par B. Bennassar et L. Bennassar confirment la présence de très nombreux Espagnols dans le Maghreb et les territoires méditerranéens de l’Empire ottoman. À travers les procès de foi et les relations de cause de l’Inquisition espagnole, un corpus de 1 500 renégats a été constitué, parmi ceux-ci 459 sont espagnols. B. et L. Bennassar, 1989, p. 150.

24 N. Planas, 1991.

25 Témoin n° 5 au procès de Pedro Boti. AHN, Leg. 1705, exp. 10 (1674).

26 D. de Haëdo, 1999, p. 126.

27 Témoin n° 6 au procès de Gabriel Valls. AHN, Leg. 1706, exp. 8 (1644).

28 E. d’Aranda, 1997, p. 172-173.

29 AHPSME, Inq., 4020,5 (9 août 1724).

30 E. d’Aranda, 1997, p. 119-120.

31 « Al tiempo de llegar, encontro alli a uno vestido de turco hablando con los christianos [...] y en el modo de hablar dudó si sería moro, o si sería renegado, y le preguntó este testigo si era renegado o si era esclavo, y el le respondio que era turco renegado y que era de cerca de Valladolid », AHPSME, Inq, 4.019,6 (24 août 1703).

32 AHPSME, Inq, 4.004,1a (24 mars 1641).

33 Indications données aux inquisiteurs de Majorque pour le jugement des causes de foi. Le titre 51 concerne les renégats, AHN, Inquisición, libro 1231, f. 122.

34 B. et L. Bennassar, 1989.

35 N. Vatin, 1997.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable