Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

IV. Dynamiques du mixte et du distinct

Froufrous et bruissements : costumes, tissus et couleurs dans la cour beylicale de Tunis au xixe siècle

Leïla Blili

Texte intégral

  • 1 Ces appréhensions ne disparaissent pas au xixe ni au xxe siècle où les questions de la consommation (...)

1L’hypothèse du présent travail est une réflexion sur le « métissage » culturel à travers les usages vestimentaires de la cour de Tunis au xixe siècle. Ce milieu, qui a drainé pendant des siècles nombre de captifs et de captives de la course, se définit par son cosmopolitisme, qui en a fait un lieu privilégié d’échanges et de rencontres de pratiques occidentales, orientales et méditerranéennes1. Les conditions nouvelles du xixe siècle accentuent le brassage des hommes et la circulation des produits : c’est l’époque des Réformes - les Tanzimats - inaugurées dans le centre de l’Empire ottoman et appliquées dans ses provinces.

  • 2 L. Blili, 1999.
  • 3 Type de question rencontrée dans les recueils de consultations juridiques : est-il licite d’utilise (...)

2Ce mouvement de modernisation qui touche l’administration, l’enseignement et surtout l’armée, entraîne la multiplication des voyages d’hommes politiques vers l’Europe et l’intensification des échanges commerciaux. De nouveaux besoins se créent, les produits européens entrent dans les maisons musulmanes aisées, en toute liberté. Longtemps, l’appréhension relative aux objets confectionnés dans les pays chrétiens, soupçonnés de porter la trace de porc sous la forme de graisse ou de peau, en limitait l’usage2. Au xixe siècle, cette appréhension, sans disparaître, se limita aux produits alimentaires, ce qui permit l’introduction du mobilier, des tissus, et divers produits d’utilisation courante venant d’Occident3.

  • 4 Liste de mobilier acquis à Paris pour le compte du ministre Ismaîl al-Sonni (décédé en 1867) Archiv (...)

3Les palais beylicaux et ceux de leurs proches, meublés à l’orientale, sofas, coussins, tapis, tables basses, s’enrichissent d’objets nouveaux tels que armoires à glaces, commodes vénitiennes, tables et chaises4.

4Ce mouvement de modernisation touche aussi les modes vestimentaires qui connaissent dès le premier tiers du xixe siècle, d’appréciables changements, perceptibles à travers les traces laissées dans les archives, et qui attestent de transformations dans les vestiaires masculin et féminin.

Le costume dans les sources

5Les archives conservent les commandes de vêtements faites par les princes et les princesses. Elles se présentent sous forme de tajrîda-s, ou listes, détaillant les effets vestimentaires que les ’aw’âîd-s ou droits coutumiers accordent aux membres de la cour. Ces documents inventorient les pièces achetées toutes faites, les coupons de tissus, les fils et les accessoires à broder tels que perles, cannetilles, passementeries variées. Ce sont des agents du beylik, qui deux fois l’an, au début de l’hiver et de l’été, sont chargés de faire les achats. Nous ne sommes pas renseignés sur la manière dont les besoins sont établis : quantités et qualités sont-elles définies par la coutume ou sont-elles négociées par les usagers ? Jusqu’à quelle limite ces derniers jouissent-ils d’une liberté de choisir, ou au contraire se plient-ils à des normes établies par l’étiquette ?

6Ce que les documents d’archives permettent d’établir, c’est le rythme bi-annuel des commandes, été et hiver, sans saison intermédiaire, et aux occasions exceptionnelles, telles que mariages, deuils, préparation des trousseaux. La lecture de ces listes, si méticuleusement dressées, suscite des interrogations sur le fonctionnement des services d’intendance, les circuits commerciaux, et particulièrement les intermédiaires entre les vendeurs et les membres de la cour. Tous ces questionnements seront abordés ici succinctement, le présent travail privilégiant un « repérage » linguistique des termes relatifs à l’habillement, avec comme hypothèse la question du « métissage » du vêtement, des influences qu’il subit et des attitudes qu’il induit, en plus des conséquences économiques que les changements de mode vestimentaire ne manquent pas d’entraîner. Plusieurs points resteront mal élucidés en attendant l’achèvement d’une enquête orale auprès des descendants des familles et des artisans, ainsi qu’une recherche iconographique.

Le vestiaire masculin aristocratique

7La totalité de la garde-robe du bey Mhamad a été inventoriée après son décès en 1859. Elle permet de déterminer les éléments qui la constituent, leur ; quantités et couleurs, de distinguer les pièces anciennes de celles qui son nouvellement introduites.

  • frâmil hrîr - gilets en soie : 54

  • frâmil sûf - gilets en laine : 59

  • swâri sûri matrûza - chemises occidentales brodées : 32

  • sadria brodées - chemises sans col : 24

  • swâri ‘arbi qamrâya avec aqmâm - chemises arabes en lin avec manches : 24

  • aqmâm qamrâya avec bordure de shabka - manches de chemises en lin avec bordure de dentelle : 22

  • swâri ‘arbi baldi - chemises arabes citadines : 36

  • frâmil malf shâmi - gilets en drap de Syrie : 6

  • frâmil qamraya et zanita - gilets en lin et zenana : 9

  • sdâri châmi en soie - chemises syriennes en soie : 26

  • swâri alwân - chemises de différentes couleurs : 8

  • frâmil shâmi bi al tahlîl - gilets syriens avec feston : 12

  • sdâri bidh (sing. sadria) - chemises fermées ras du coup blanches : 49

  • ghlilât-s - indéterminé : 8

  • srâwil-s sghâr-s bidh bi al tahlîl - pantalons courts blancs avec feston : 30

  • srâwil-s rda kbâr ‘arbi - pantalons arabes longs en lainage : 5

  • chmâli alwân - ceintures en tissus de couleur : 5

  • hzâm arbi hrîr - ceinture arabe en soie : 1

  • mhârim raqba gorbatât - cravates : 6

  • frâmil-s blanches - gilets sans manches : 34

  • jiba châmi sârma - jiba syrienne brodée de fil d’argent ou d’or : 1

    • 5 Bin al-Khuja Muhamad, 1986, p. 275-277. Description des différentes coiffes. Le terme vient de ‘ara (...)

    ‘araqiyat - bonnet d’été : 265.

    • 6 Le terme kirdi viendrait-il de kird, singe ? Il enverrait dans ce cas à la couleur grise.

    jiba sûsti kirdi6 - jiba en soie : 1

  • jiba jirbi Kirdi - jiba à la mode de Djerba : 1

  • jiba Kirdi tûzri - jiba à la mode de Tozeur : 1

  • jiba swaki - jiba marron : 27

  • bishkîr hjâma matrûz sârma - serviette pour rasage brodée de fil d’argent

  • kshâti (sing. kachta), bar al truc mtarza - coiffes d’origine turque brodées : 14

  • kashta zanita - coiffe en zenana : 1

  • kshâti bidh (plur. de kashta) - coiffes blanches : 4

    • 7 Le terme swâki venant de swâk, écorce de noyer servant à embellir et nettoyer les dents et les genc (...)

    kshâti tibni - coiffes jaune paille7

  • klâsit finu min al rafi’- chaussettes fines de qualité supérieure : 29 paires, plus 12 paires de même qualité dans une boîte

  • klâsit twâl wa qsâr ‘amal bar al nçâra - chaussettes longues et courtes fabriquées dans le pays des chrétiens : 107 paires

  • klâsit ‘amal Tûnis - chaussettes de fabrication tunisienne : 14 paires

  • klâsit qsâr hrîr - chaussettes courtes en soie : 8 paires

  • klâsir hrîr - chaussettes en soie : 18 paires

  • rbâït hrîr wa jild lil klâsit - porte-chaussettes en soie et cuir : 32

  • frâmil kirdi - gilets : 6

  • azwâj trâni - bretelles : 8 paires

  • barnûs sûsti - burnous en soie : 1

  • klâsit finu khît wa qtun - chaussettes de qualité supérieure en soie et coton : 46 paires

  • barnûs châmi - burnous syrien

  • bshâkir bar al truc - serviettes de fabrication turque : 10

  • bshâkir ginwi - serviettes de fabrication génoise : 16

  • srâwil malf bil sharît minha wâhid marinûs ahmar - pantalons en drap avec liseré dont un en mérinos rouge : 3

  • mnâshif sghâr - petites serviettes: 9

  • shâl cashmîr - châle en cachemire : 1

  • mhârim hrîr khûl lil rakba - foulards noirs en soie pour le cou : 7

  • barnûs shâmi - burnous syrien : 1

    • 8 Quasbât : vêtement d’apparat. Les beys en portent plusieurs types selon l’activité du jour. Voir Mo (...)

    faquîna nisf quasbât harjha dhab - veste de demi-apprât brodée d’or8 : 1

  • faquîna m’atfa bihi shaî’un min al tahlîl - veste avec ourlet festonné : 1

  • jiba bîdha karmasûda sârma - jiba en soie blanche brodée d’or : 1

8La garde-robe du bey est constituée par des vêtements d’origines à la fois locale, turque et occidentale. Le terme sûri, qui signifie littéralement syrien, définit, à Tunis, les vêtements occidentaux, par opposition aux vêtements ‘arbi qui sont les éléments locaux. La Grande Syrie peuplée de minorités chrétiennes très occidentalisées a été la porte de la modernisation au Maghreb au point que le terme sûri fut assimilé à « moderne », « occidental », et que ce sens perdure aujourd’hui encore.

9Les vêtements locaux sont constitués par le sirwâl, pantalon large, la sadria, chemise fermée sans col, par-dessus laquelle se porte la farmla, un gilet court et la jiba. En hiver s’y ajoute le barnûs, sorte de cape qui enveloppe le corps et qui se porte pour les sorties.

10La tête est recouverte selon les saisons, de coiffes : ‘araquiya en été, de Kashta, écharpes en soie qui s’enroule autour des chachiya-s. Par-dessus, se portent les châles qui sont aussi des vêtements de têtes.

  • 9 Voir plus loin, vêtements d’une esclave turque.

11Quant au bashkîr, il a double sens de voile et de serviette9. Les couvre-chefs sont aussi produits d’influences diverses : des pièces sont fabriquées à Tunis, d’autres dans des villes provinciales comme Djerba et Tozeur connues pour la finesse de leurs tissages, châles importés de Turquie ou d’Extrême-Orient.

12Les vêtements traditionnels ne constituent plus au milieu du xixe siècle le seul habillement du prince : les pantalons, les vestes, les cravates, les bretelles font désormais partie de son vestiaire. Les nouvelles chemises sûri portent des cols pour permettre l’attachement des cravates. Celles-ci sont désignées par une phrase « mouchoirs à nœuds pour le cou ».

  • 10 Portraits sur pieds au musée de Kasr-saîd, reproduits dans Mokhtar bey, 2002, p. 44.

13Bien que les chaussures ne soient pas inventoriées, elles ont accompagné l’introduction des pantalons et ont suscité un grand usage de chaussettes10. Certes, cet élément n’est pas nouveau, il se portait avec les balgha-s, mules locales, mais leur usage semble s’être multiplié et leur qualité diversifiée : Mhamad bey compte dans sa garde-robe deux cent quarante et une paire de chaussettes, dont quatorze seulement, soit 5 %, sont de fabrication tunisienne.

14La mode occidentale est entrée à la fois à travers des éléments essentiels du costume, pantalon, veste et chemise à col, et avec des accessoires tels que cravates, bretelles, chaussettes et chaussures. L’occidentalisation du vêtement masculin se définit aussi par l’abandon des tissus soyeux et à brocard pour les draps et lainages. Seule la tête résiste au nouveau courant.

  • 11 O. Moreau, 1997.
  • 12 H. Hugon, 1913.
  • 13 Bin al-Khuja Muhamad, 1986, p. 176.

15Dans quelles conditions les vêtements européens ont-ils été introduits ? L’adoption du costume moderne a accompagné la réforme militaire, d’abord en Turquie, ensuite dans quelques-unes des provinces ottomanes11. À Tunis, c’est depuis l’époque de Hassîn bey (1824 à 1835), et sur ordre de la Sublime Porte, que les uniformes militaires européens entrent dans la cour et l’armée12. Le firman d’investiture, adressé au bey de Tunis par le Sultan, est accompagné d’un uniforme - en remplacement du caftân habituel - que le bey se hâte d’endosser dans une cérémonie officielle. L’innovation est mal acceptée. Un poème anonyme jeté dans la salle des audiences commence ainsi : « Par Dieu oh ! roi obéi, s’agit-il d’un acte de mécréant ou d’une innovation blâmable »? Ce à quoi le shaykh Bayram IV, homme de religion proche de la cour, se hâte de répondre par une épître glorifiant les changements introduits dans l’armée régulière sans référence explicite aux nouveaux vêtements13.

  • 14 Les soldats tunisiens à leur retour de la guerre de Crimée en 1856 ont été peints par Moynier. Le t (...)

16Le nouvel uniforme militaire se distingue de l’ancien dans sa forme, ses tissus et ses couleurs. Les coupes sont plus serrées et épousent la forme du corps, que ce soit le pantalon qui remplace le sirwâl ou la veste qui supplante la jiba. Les tissus sont nouveaux, les vêtements exclusivement coupés dans des draps ou des cotons produits par des manufactures industrielles. À Tunis, une fabrique de drap fut montée pour satisfaire ces besoins. Quant aux couleurs, les teintes claires sont abandonnées : la veste est noire, le pantalon rouge14.

  • 15 L. Blili, travail en cours d’achèvement.
  • 16 Archives nationales, Série H, Carton 166, Dossier 850.
  • 17 M. Bey, 2002, p. 50-51.

17La nouvelle organisation militaire a été donc le principal vecteur de la modernité du vêtement masculin. Son adoption reste limitée pendant longtemps à ce milieu, à l’exclusion de tout autre. Cependant, la Réforme nourrit la réforme, modèle les goûts, introduit des distinctions nouvelles sans que cette modernité chasse le costume traditionnel. Celui-ci est toujours porté dans la cour par les hommes de religion, tandis que les officiers l’abandonnent. Le groupe des mamelouks en particulier porte presque exclusivement les uniformes occidentaux15. En 1860, l’intendance du palais beylical dresse les listes vestimentaires des mamelouks du sérail. Chacun reçoit une veste fakîna en drap parisien (sic), un pantalon, une paire de bretelles, trânti, et tous les trois ans, un paletot baltûn et un burnous. On ne spécifie rien pour la tête et les pieds16. Ces hommes, d’origine chrétienne, islamisés, constituent la garde rapprochée des beys, et forment une sorte de vivier dans lequel se recrutent ministres, conseillers et gendres. Ils adoptent la mode occidentale, mais gardent cependant sur la tête la chéchia, le bonnet rouge17. Les secrétaires, chargés de dresser les listes, transcrivent les mots phonétiquement, les faisant entrer dans l’usage de ceux qui les portent, mais aussi ceux qui les nettoient et les entretiennent. Il en est ainsi des termes trânti, baltûn, ou fakîna utilisés à Tunis jusqu’à aujourd’hui, dans les familles, chez les teinturiers et tailleurs.

  • 18 O. Moreau, 1997.

18Le vestiaire masculin a donc été le premier à subir des transformations liées directement à la réforme de l’armée. À Tunis, ces innovations n’on rencontré qu’une timide résistance dans l’entourage du bey, formulée d’une manière anonyme. Il en fut différemment à Istanbul où les janissaires se mutinèrent en refusant de porter l’uniforme18.

19L’entrée dans la modernité initiée par le mouvement des Réformes passe nécessairement par l’adoption d’une nouvelle tenue, plus adaptée aux nouvelle techniques militaires. Mais la question ne saurait se réduire à son seul aspect pratique : éliminer l’uniforme des janissaires est un moyen d’effacer la mémoire de ce turbulent corps d’armée, de fonder des contingents plus disciplinés entretenant un rapport différent à l’État ottoman.

  • 19 F. Braudel, 1967, p. 270-275.

20L’origine du changement vestimentaire est liée à un mouvement politique accréditant en apparence les thèses de Braudel sur l’immobilisme de l’Orient, son conservatisme et son impossibilité d’impulser des changements en dehors de grands bouleversements politiques19. Cette assertion mérite d’être confrontée à un autre milieu, celui des femmes des harems, qui vivent cloîtrées et apparemment en marge des transformations de l’extérieur.

Le vêtement féminin

21Les cours beylicales, bien avant le xixe siècle, se caractérisent par la grande diversité des femmes qui y vivent. Diversité d’origines et de statuts où cohabitent les princesses, épouses et filles de beys, avec leurs suivantes et leurs domestiques. Les épouses sont rarement choisies parmi les femmes du pays, mais dans le milieu des captifs et celui de leurs descendants ou parmi les odalisques d’origine circassienne achetées à Istanbul, et introduites dans les harems. On trouve donc dans ces cours des Grecques, des Corses, des Sardes, des Génoises, des Noires africaines, des Juives, des Turques (qui sont en fait originaires des montagnes du Caucase). Le sort de ces dernières est très variable, quelques-unes sont épousées par les beys régnants ou données en mariage à leurs fils et ministres. D’autres restent concubines toute leur vie, c’est-à-dire esclaves du Maître qui entretient avec elles des relations sexuelles en dehors des liens matrimoniaux. Quelques-unes sont épousées après avoir eu des enfants.

22Peut-on imaginer qu’un tel milieu, cosmopolite, oisif, riche, soit immobile, qu’il ne produise pas une culture métissée surtout quand il s’agit de mode vestimentaire ? Si dans ces cours, la pratique ne se situe pas dans une culture des apparences, en raison de la non-visibilité, on est dans l’ostentation, l’inédit, le nouveau, mais à usage interne.

Le vêtement féminin aristocratique au milieu du xixe siècle

  • 20 Archives nationales, Série H, Carton 1, Dossier 7.
  • 21 La chronique de Bin Dhiâf (1804-1874), al Ithâf, est un bon exemple.

23Les archives gardent les traces d’une commande dressée par une main anonyme, pour l’ensemble des habitantes du palais. Bien que la liste ne soit ni datée ni signée, nous pensons qu’elle a été rédigée par une femme comme le suggère l’écriture incertaine, les fautes d’orthographe, la présentation sinueuse. Elle remonte à l’époque de Mhamed bey (1855-1859)20. Ces listes rédigées par une main féminine soulèvent la question de l’apprentissage de l’écriture, et celle de la langue parlée ou imposée dans la cour. Il semblerait que l’arabe tunisois soit de rigueur, mais un tunisois truffé de termes empruntés à d’autres langues, français, turc et italien, comme on peut le constater dans les chroniques ou dans les sources21.

  • 22 J. Revault, 1983, p. 66.

24Au milieu du xixe siècle, la caractéristique principale de ce milieu est son italianisation, que ce soit dans l’architecture ou l’ameublement22. Il convient de réfléchir à la forte influence italienne dans la cour à travers les réseaux qui s’y constituent : des familles sardes fondées par des captifs affranchis, vivent au Bardo, cité beylicale, et y exercent plusieurs métiers, notamment celui d’horloger.

  • 23 Ibid., p. 28.

25Plusieurs beys ont eu pour mère ou épouse une Italienne : Mustapha bey (1835-1837) est marié à Elena Grazia, fille de Raffo. C’est elle qui lui donnera son fils Ahmad, bey régnant entre 1837 et 185523. Cette femme a été épouse de bey et mère de bey, elle a « régné » sur la maison beylicale près de vingt ans, si on ne tient compte que de la période où ses maris et fils ont successivement occupé le trône.

  • 24 L. Blili, thèse en cours.
  • 25 M. Von Schwartz, 1849, II, p. 178. Paragraphe aimablement traduit par M. Fendri Mounir professeur à (...)

26Mhamad bey (1855-1859) épouse Maria, fille d’un couple franco-sarde, qui sera son épouse principale et la maîtresse du harem. Ces deux femmes jouèrent un rôle important auprès de leur fils et époux respectifs24. La mère d’Ahmad bey écrit la langue italienne, elle présente ses commandes vestimentaires dans cette langue. L’épouse de Mhamad parle l’italien, langue de son père et certainement le français, sa langue maternelle. En 1848, une Allemande se rend au harem de Mhamad bey, alors bey présomptif, communique avec son épouse par le langage des signes. Plus tard, elle apprend que cette princesse parle l’italien, mais feint de l’avoir oublié pour être agréable à son époux25. On peut voir dans cette attitude le début d’une perte d’influence de l’italien dans la cour. Si on peut soutenir l’hypothèse de plusieurs dialectes parlés par les femmes dans les harems, il n’en fut pas de même pour les vêtements où une certaine uniformité - hiérarchisée - était de rigueur.

27Les quantités de vêtements commandés, leur qualité varient selon le statut des bénéficiaires : bayya-s (princesses) ‘alâj-s (esclaves-concubines), khdam-s (domestiques), naçâra-s (chrétiennes), ou yahûd-s (juives), ne reçoivent pas les mêmes éléments.

28Qu’est-ce qui distingue le costume des unes et des autres ?

  • Dix ‘iljia-s. Chacune reçoit :

    • 4 sirwâl-s (pantalon large)

    • 4 dakhlât (pièce de lingerie)

    • 4 suriya (chemise)

    • 4 kmamât tal (manches larges en tulle)

    • 4 tkârit (foulard) dont une en tissu argenté

    • 4 jbâib dont deux bastri (soie brochée)

    • 1 sirwâl kitân (en coton)

    • 2 coupons de ‘ankbût srâya, littéralement toile d’araignée (toile très fine]

    • 1 cûfia (coiffe)

    • 2 kmamât naqsh bilâr (manches en tulle)

    • 2 frâmil (gilet court)

  • Les vingt-six hrâ’ir (femmes libres)

29Elles présentent la même commande que les esclaves blanches, mais y ajoutent deux dhrâri-s mûrs c’est-à-dire deux longues écharpes en moiré qui sont accrochées à la coiffe.

  • Les quatre-vingt shushâna-s. Le terme est réservé aux femmes noires. Celles-ci sont soit des concubines, soit des suivantes ou des domestiques. Le document ne le précise pas, mais les qualités des tissus qui leur sont réservés permettent de distinguer leur statut. Ce sont probablement des suivantes puisqu’elles portent des vêtements similaires aux femmes libres auxquels elles ajoutent des bakhnûg-s, c’est-à-dire des châles de tête.

  • Les quatre-vingt-neuf khdam-s (domestiques). Elles ont le même costume que les précédentes mais il est en fil, et non en soie, avec en plus, un pagne, Juta dzîri (à la mode algérienne), et un autre rayé.

30Ces commandes vestimentaires montrent la similitude des pièces constituant le vêtement des femmes aux statuts différents, mais en même temps le grand marquage par les qualités des tissus, et des accessoires, particulièrement les voiles de tête.

31Les maîtresses des harems se distinguent des autres femmes par les quantités de pièces vestimentaires qu’elles commandent.

  • 26 Série H, Carton 1, Dossier 7, document 27.

32Nous disposons, à titre d’exemple des commandes de Jannat Baya, femme de Mustafa bey et mère de Ahmad bey, née Eléna Grazia Raffo, pour l’hiver 184626. Sa garde-robe comporte les mêmes éléments décrits plus haut, avec cependant des quantités nettement plus importantes : 60 jiba-s, 50 sirwâl-s, 37 farmla-s, deux douzaines de dhrâri-s, dix douzaines de foulards. L’évocation des quantités n’est pas inutile car elle permet de souligner que l’ostentation réside dans l’accumulation et les fréquents changements de tenues que l’on peut observer aujourd’hui encore dans les cérémonies de mariage où l’épousée change sept fois de costume ; elle permet aussi d’établir un ordre de grandeur de la consommation de tissus locaux, essentiellement la soie, et de mieux comprendre les difficultés de la corporation quand la mode viendra à changer.

33L’examen de ces vêtements fait ressortir les éléments de base du costume féminin dans la cour beylicale au milieu du xixe siècle.

34Pour le haut, la dakhla, linge de corps en fil, la chemise, sûriya, avec des manches en tulle, la jiba, tunique longue, la farmla, gilet court.

35Pour le bas, le sirwâl, pantalon large.

36La tête est couverte d’une kûfia. Ce dernier élément comme son nom l’indique est d’origine syrienne, de Kûfa, est porté seulement par les ‘iljia-s. Les hrâ’ir qui sont des femmes libres, portent sur la tête, en plus de cette coiffe, des foulards, tkârit-s.

37Un dernier élément, la dharâya (littéralement, la flottante) longue écharpe en soie ou moirée qui se porte sur le couvre-chef, est réservée aux princesses de la cour (ce qui n’exclut pas son port par les femmes de l’aristocratie en dehors de la cour). Les femmes noires sont seules à porter le bakhnûg.

  • 27 L. Blili, 1999.
  • 28 Tableau reproduit in L. Belkaid, 1998.

38Le costume des domestiques, outre qu’il se distingue par la pauvreté des tissus -ftili ou fil, et tanzîl, tissu local exclusivement - portent le pagne ou fûta. Ce détail vestimentaire est important car il confirme une idée que nous avons déjà développée, à savoir que le pagne est un vêtement à l’origine réservé aux domestiques27. Nous pouvons le voir également dans le célèbre tableau d’Eugène Delacroix : « femmes d’Alger dans leur appartement », peint en 1834, dans lequel la servante noire porte le pagne rayé, tandis que la dame est habillée en sirwâl s’arrêtant au-dessous du genou28. Il est très probable que le pagne soit originaire d’Afrique noire et qu’il ait suivi la route de l’esclavage. Seulement, le destin de ce vêtement est curieux car il deviendra dès le début du xxe siècle celui des femmes baldi-s (citadines bourgeoises) en remplacement du sirwâl, exclusivement réservé aux tenues d’apparat. On le retrouve aussi chez les hommes - les masseurs dans les bains maures - où il est aujourd’hui encore proposé aux clients à leur entrée dans les salles de sudation.

39Le vêtement est le premier signe distinctif du statut des femmes. Si nous ne remarquons pas de couleurs exclusives pour un groupe, les coiffes distinguent les unes des autres, permettant d’un simple coup d’œil de rétablir la hiérarchie.

40On est porté à croire que pendant longtemps le vêtement des femmes de la cour n’a pas changé dans ses éléments de base, sacrifiant peu aux modes. La seconde moitié du xixe siècle s’ouvre sur plusieurs transformations.

La nouveauté par les Turques

  • 29 Archives nationales, série H, Carton 1, Dossier 10, pièce 4.

41Les Circassiennes qui arrivent tout au long du xixe siècle apportent avec elles de nouveaux types de vêtements. Les archives gardent la trace des achats que les commerçants chargés de la traite des femmes, consentent à celles-ci, à Istanbul, avant leur embarquement vers Tunis. À côté des provisions de bouche, elles sont habillées de pied en cap, au frais de leur futur maître. En 1859, dans la liste des vêtements achetés à une jâriya à Istanbul29, on note :

  • 2 ‘intâr (robe longue) une rose, l’autre jaune ;

  • 2 pantalons « jane fass », probablement du nom d’une marque à consonance occidentale ;

  • 2 sirwâl-s « jane fass » ;

  • 1 mintân, qui désigne en Turquie un gilet ample assez long ;

  • 3 fûta-s rayées ;

  • 9 paires de bshâkir, grands et petits ;

  • 11 sûriya twâl, chemises longues dont 9 brodées ;

    • 30 Nous citons cet article bien qu’il ne fasse pas partie du costume féminin car ce terme est encore u (...)

    2 yurghanât bi mlahifhum (couvre-lit avec draps)30 ;

  • 7 douzaines de sbâbit, chaussures, quelques-unes brodées.

42Ce qui distingue ce trousseau stambouliote c’est la mention de chaussures, de bshâkirs, que nous ne retrouvons à Tunis que chez les hommes, et celle des fûta-s, pagnes, qui sont réservés à Tunis et semble-t-il à Alger, à la domesticité. En Turquie, ces pagnes sont en soie, et de ce fait réservés à un autre usage que celui des travaux ménagers. Il y a de fortes possibilités que l’anoblissement de lafûta soit passé par le mimétisme des Turques. En effet, son port par une ‘iljia (esclave blanche) qui arrive à Tunis destinée à un prince ou à un ministre, lui confère une sorte de mystère qui favorise toutes les imaginations.

43Quant au bashkîr, nous ne le trouvons à Tunis que dans les vêtements masculins. Le terme, peshkir, originaire de Ionnina en Épire, signifie voile. Il prendra progressivement le sens de serviette de bain ou de toilette en milieu citadin, tandis que le sens de « voile » demeure en région rurale. Il est utile de noter que dans certains villages, aujourd’hui, hommes et femmes portent des serviettes de bain enroulées sur la tête, les désignant par le terme bashkîr.

44La jeune femme turque amène avec elle un nombre important de chaussures, désignées par le terme sabât. Le port de chaussures dont la particularité réside dans leur forme fermée, contrairement aux différentes mules que portent les femmes à l’intérieur, suggère la pratique de la marche à l’extérieur. Il est probable que, une fois entrées dans le harem, les femmes turques relèguent les chaussures et adoptent les mules plus adaptées pour déambuler.

45La réflexion sur l’ensemble du costume féminin au milieu du xixe siècle fait ressortir une caractéristique assez particulière, la superposition de plusieurs vêtements.

  • 31 S. Sethom, 1969.

46Sur les dessous, qui ne sont jamais mentionnés, mais que nous savons fabriqués à partir des coupons de percale désignés par les documents, se superposent la suriya, la jiba, la farmla et en hiver, le caftân. Cette superposition, bien que variant dans ses éléments constitutifs, demeure une constante du costume citadin, par opposition au vêtement, drapé et unique, des régions rurales. Autant d’étages que d’influences serons-nous tentée de dire. À Tunis, il n’y eut pas de syncrétisme entre des vêtements d’époques différentes - l’apparition d’un costume qui serait un mélange de plusieurs types - mais bien une superposition d’éléments d’origines diverses. Des travaux déjà anciens ont montré la similitude entre la jiba et la tunique romaine31. Les vêtements crées ou introduits ultérieurement se superposent sur cet élément initial, comme autant de couches de civilisations.

47La seconde moitié du xixe siècle inaugure donc d’importants changements, et vient rompre cet effet d’accumulation en retouchant les éléments du vestiaire ancien. Dorénavant, les vêtements ne se superposent plus, mais subissent des transformations par une perte totale ou partielle de leurs éléments d’origine.

Celles par qui le changement arrive

48Comment la mode se crée-t-elle ? Comment se transmet-elle ? Question complexe que le mutisme des sources et l’absence d’éléments iconographiques n’aident pas à éluder.

49Dans un milieu où les femmes sont d’origines diverses, il n’est pas difficile d’imaginer que chacune apporte un élément, si ténu soit-il à la mode vestimentaire. Déjà, et avant que la mode ne s’occidentalise d’une manière progressive chez les plus jeunes, on remarque derrière, l’uniformité, les particularités des coiffes. Chaque groupe se singularise par un couvre-chef.

  • 32 P. Grandchamp, 1934.

50Nous avons des raisons de penser qu’à la cour le vêtement occidental n’était pas inconnu au xixe siècle. Les propres sœurs de la femme de Mustafa bey, restées chrétiennes, s’habillaient vraisemblablement à la franque. Plusieurs Françaises dont les époux appartiennent au monde de la diplomatie ou de l’armée y avaient leurs entrées32. Mais cette proximité n’entraîne un mimétisme ni des unes ni des autres, les deux modes paraissant irréductibles.

51L’occidentalisation du vêtement féminin procède d’autres ressorts que d’une simple imitation. Les mécanismes du changement, ses moments, mettent en branle une réaction en chaîne qui va de la posture des femmes et de leurs activités jusqu’aux fournisseurs et aux couturières.

  • 33 L. Belkaid, 1998, p. 35.

52Nous ne partageons pas l’avis de Leila Belkaid qui, en analysant le remplacement du sirwâl par le pantalon bouffant des Algéroises à la fin du xixe siècle, l’impute à une réaction contre l’occupant français, les femmes voulant se ressembler toutes et se protéger ainsi du regard inquisiteur des Français33. La mode est frivole, elle relève de l’empire de l’éphémère. Lui attribuer des causalités sérieuses est une interprétation surfaite. Le pantalon bouffant des Algéroises de la fin du xixe siècle n’est pas un vêtement nouveau, c’est le sirwâl qui a subi un élargissement comme le suggèrent les photos reproduites dans l’ouvrage. Ce vêtement n’était pas visible dans la rue car les femmes auparavant se voilaient entièrement. Ce qui a changé, c’est la pièce d’étoffe servant de voile qui a vu ses dimensions réduites au point de ne couvrir que la moitié supérieure du corps, découvrant ainsi la partie inférieure. La réflexion devrait porter plus sur le rapetissement du voile : signe de temps difficiles ? D’économie de tissu de soie ?

53La tenue féminine d’Alger, avec son pantalon bouffant et sa tunique courte, ne manque pas de nous rappeler l’uniforme des tirailleurs africains de l’armée française. Les services d’intendance militaire ont conçu pour leurs soldats indigènes des uniformes inspirés des tenues locales, pas trop éloignés de ceux des janissaires que le mouvement de réformes a balayés. À Tunis, cet uniforme a donné dans la deuxième décennie du xxe siècle un costume féminin, appelé tarayûn, prononciation locale et féminine de tirailleur. Ce terme est même attribué à un gâteau aux trois couleurs du régiment, vert, blanc et jaune.

54Les courroies de transmission de la mode sont parfois inattendues. La recherche du côté des uniformes militaires est moins surprenante qu’il n’y paraît car, fondamentalement, les vêtements masculins et féminins sont ressemblants dans leurs coupes et leurs composants, sirwâl-s, chemises et tuniques. Seuls les tissages, les couleurs et les accessoires changent. L’usage dans l’armée de dorures, de passementeries, de glands facilitent l’adoption par les femmes de la mode masculine, ce qui est totalement inimaginable en Occident à la même époque. En fait, nous avons là un cheminement complexe d’une mode : un uniforme militaire disparu depuis les années 1830 sous l’effet de la modernisation, est exhumé par l’armée française à la veille de la Grande Guerre, redécouvert par les femmes qui l’adoptent en tant que tenue d’apparat.

55Le chemin tortueux de la mode passe aussi par le voyage qui apparaît comme un vecteur de modernité. Nous le verrons avec le destin de Kmar beya.

  • 34 Archives nationales, Série l’, Carton 5, Dossier 30.

56Kmar beya (1866-1943) est l’épouse fortunée de deux beys successifs, ‘Ali (1818-1902), et Nâçir (1855-1922). Elle a entrepris deux voyages dans sa vie, le premier qui l’amène d’Istanbul vers Tunis à une date qui se situe aux alentours de 1875, le second est un voyage en France en 1926. C’est certainement la première princesse à voyager en dehors de la Régence. Elle effectue en effet un séjour dans une ville d’eau, Vichy, en 1926, en compagnie de son filleul, Châdli Haydar, époux de Jnaina, fille de Nâcir bey, défunt mari de Kmar34. Un carnet de voyage est minutieusement tenu dans lequel l’accompagnateur tient les comptes, depuis la préparation du voyage jusqu’à sa fin. Les achats de vêtements nous renseignent sur l’habillement de cette dame qui avait lors de son voyage soixante-deux ans. L’étude de son cas est d’autant plus intéressante que nous disposons de longues listes de ses dépenses vestimentaires de la fin du xixe siècle.

  • 35 Étude en cours sur le renouvellement des garde-robes beylicales.

57Le premier registre de comptes, qui s’ouvre en 1886, comptabilise mensuellement les dépenses de Kmar, alors épouse du bey. Ses vêtements sont ceux de son temps, le costume brodé avec ses nombreuses pièces superposées. Le rythme de renouvellement de la garde-robe est mensuel35.

  • 36 Carnet de voyage déjà cité.

58Dans le deuxième carnet, tenu alors qu’elle est mariée à un autre prince, Nâçir, à partir de 1911, son costume est le même que celui des autres femmes de la cour. On note cependant dans ses comptes des dépenses qui n’apparaissent pas chez d’autres princesses, tels que du papier, des carnets, des livres pour sa filleule. La modernité de cette princesse se devine dans l’éducation qu’elle tente de donner à la fille de son époux. Mais on ne perçoit pas encore le ressort par lequel elle ôte ses lourds costumes de brocart pour la tenue moderne. Nous savons, par une enquête orale en cours, qu’elle fréquentait les dames françaises, entretenait des rapports amicaux avec le Résident général, Alapetite36. Elle entretenait aussi de solides liens avec la Turquie.

  • 37 Z. Mohsen, 1913, p. 226.

59Dans la cour même, elle préférait la fréquentation des hommes de religion à celle des femmes et était capable de tenir une discussion sur le fiqh37. Elle a aussi tenu un rôle politique auprès de son époux. C’est probablement à cette époque qu’elle change de costume et qu’elle adopte des vêtements occidentaux.

Le voyage à Vichy

60Le carnet de son voyage à Vichy s’ouvre sur des dépenses de lingerie dans divers magasins de Tunis, Petit Printemps et Galeries Lafayette : changement d’habits, changement de fournisseurs.

  • 38 Selon le témoignage de Mme Nébiha Khaznadâr, recueilli le 1er juillet 2002, Kmar beya était petite (...)

61Elle achète des corsets, de la mercerie, des gants, des sacs à main, des vêtements, sans plus de précision. Le plus gros investissement est accordé au peignoir, qui a nécessité un travail de retouche à domicile38. Voyageant dans une ville d’eau, afin de faire une cure thermale, elle est amenée à porter souvent ce vêtement.

62En France, Kmar beya opère des achats : gants, bas, chapeaux, éventails et sacs en lamé, strass et dorure, les parfaits accessoires des femmes du monde en villégiature de luxe. Elle adopte même leur mode de vie, le temps d’un voyage, avec des visites au coiffeur, un abonnement au casino, des soirées au théâtre et aux courses de taureaux.

63Le voyage, exceptionnel en soi à cette époque, a permis d’achever la « mue » de celle qui l’entreprend : au retour, le costume traditionnel est définitivement relégué au rôle de vêtement d’ostentation, son nouvel usage.

  • 39 Travail en cours sur les « réclames » des grands magasins parus dans les journaux de l’époque

64À la suite de Kmar, nous pouvons imaginer un renouvellement des garde-robes princières. Tout laisse supposer que ce sont les plus jeunes qui adoptent la mode moderne, d’autant que les magasins de Tunis sont bien achalandés, et que les écoles inscrivent dans leur enseignement des cours de coupe et de couture39.

65La percée de la tenue vestimentaire moderne accompagne un mode de vie où s’inscrit aussi la sortie, même exceptionnelle et rarissime.

66Le destin curieux du terme peignoir que les Tunisiennes prononcent « banoir » et qui désigne la robe, montre la nécessaire adéquation du vêtement aux nouveaux besoins. L’enquête orale nous informe que ce vêtement était porté par les Tunisoises au début du xxe siècle comme vêtement du matin, donc de travaux domestiques. Il s’agit en fait d’une robe ample, assez informe, façonnée à la maison et adoptée pour son aspect pratique par les jeunes femmes et jeunes filles. Les plus âgées, dispensées des travaux ménagers, ont gardé l’habit traditionnel. Cet usage a probablement précédé l’adoption de la robe française, la rûba, et sa généralisation comme vêtement de sortie. Les albums de familles, dès les années 1920, font apparaître les jeunes femmes dans des robes modernes. Les registres relatifs aux dépenses des princesses mentionnent les factures des couturières italiennes chargées de confectionner les robes.

Conclusion

67Le triomphe de la modernisation du vêtement à Tunis au début du xxe siècle aboutit à la distinction de plus en plus nette entre vestiaires féminin et masculin. Le mouvement s’est amorcé dans les années 1830 par une occidentalisation de l’uniforme militaire en abandonnant les sirwâl-s, les chemises larges, et les couleurs claires. Les hommes de la cour, instigateurs et consommateurs de modernité, adoptent un nouveau style et réservent l’habit traditionnel aux cérémonies religieuses et fêtes rituelles.

68Pour les hommes, les tissus soyeux et les couleurs pastel sont abandonnés au profit de draps aux couleurs sombres. Les habits sont de plus en plus achetés à des fournisseurs parisiens.

69Le mouvement touche les femmes de la cour. Les soieries, les brocards viennent d’Europe. Les vêtements subissent à la fin du xixe siècle des transformations essentielles : la jibba qui arrivait jusqu’aux genoux, raccourcit pour s’arrêter à la taille, de sorte que les parties inférieures, souvent proéminentes, étaient sanglées dans des sirwâl-s. Par-dessus, elles adoptent la fûta ou pagne.

70À partir de cette période, les éléments des vêtements masculins et féminins se distinguent nettement, le pantalon ou sirwâl devenant exclusivement masculin. S’il se maintient dans le vestiaire féminin, c’est comme pièce de lingerie.

71Adopter la mode occidentale pour une femme consiste à porter la robe, qui est un vêtement féminisé dans sa structure, et pas seulement dans les tissus ou les couleurs. Cette distinction est certainement l’apport le plus frappant de la modernité. La confusion des genres en Europe était mal perçue : rappelons-nous la vague de suspicion à l’égard d’Isabelle Eberhart qui fait scandale par son port de vêtements d’homme. En fait, elle portait des vêtements de femme orientale mais elle les portait sans voile.

72Voyages, déplacements, cosmopolitisme des membres de la cour et du personnel y travaillant font de cet espace un lieu de tous les changements. Les étrangères qui y entrent comme concubines ou épouses adoptent le costume local. Mais les étrangères changent un détail ou donnent un usage différent à un vêtement : on l’a vu pour le pagne qui est adopté par les femmes de la cour suite à son port par une Turque, alors qu’à Tunis l’usage en est traditionnellement réservé aux subalternes. La mode est futile par sa forme mais pernicieuse par ses effets. L’usage des tissus européens permet plus de fantaisie car les tissages sont plus larges, les motifs floraux et autres plus diversifiés. Nous comprenons mieux la faillite progressive des hrayria-s, les artisans soyeux. L’historiographie impute cette ruine à la concurrence capitaliste, il faudrait certainement y ajouter le changement de mode des classes aristocratiques, traditionnellement grandes consommatrices de ces produits.

Bibliographie

Belkaid L., 1998, Algéroises : histoire d’un costume méditerranéen, Aix-en-Provence Edisud.

Bin al Khuja M., 1986, Pages d’histoire tunisienne, présenté et annoté par Sahli Hamadi et Bilhaj Yahya Jilani, Beyrouth, Dâr al-Gharb al Islami.

Blili L., 1996, Course et captivité des femmes dans la Régence de Tunis aux xvie et xviie siècles, Actes du xixe colloque de la GIREA, « Captifs et esclaves de l’Antiquité aux temps modernes » Palma de Majorque, 2-5 octobre 1999, Naples Publication des Universités de Mallorca, de Franche-Comté et de Camerino.

Blili L., 1999, Histoire de familles : mariages, répudiations et vie quotidienne à Tunis 1875-1930. Tunis, Éditions SCRIPT.

Braudel F., 1967, Civilisation matérielle et capitalisme. I : Les structures du quotidien, Paris, Armand Colin.

Grandchamp P., 1934, «À propos du séjour à Tunis de Caroline de Brunswick, princesse de Galles, 4-22 avril 1816 », Revue tunisienne, nouvelle série n° 17, 1ertrimestre (Tunis).

Hugon H., 1913, Les Emblèmes des beys de Tunis. Etudes sur les signes de l’autonomie husaynite, Paris, Editions Leroux.

Bey M., 2002, Les Beys de Tunis 1705-1957, Tunis, compte d’auteur.

Moreau O., 1997, Entre innovations et traditions. Une lecture du réformisme ottoman à travers l’outil militaire, du congrès de Berlin à la Première Guerre mondiale (1878-1914), Thèse, Université Paris-Sorbonne.

Planel A.-M., 2000, De la nation à la colonie. La communauté française de Tunisie au xixe siècle. Thèse EHESS.

Revault J., 1983, Palais et demeures de Tunis. xviiie-xixe siècles, Paris, CNRS.

Rogers J.-M. (dir.), 1987, Topkapi, costumes et tissus brodés, 2 vol, Paris, Jaguar.

Sethon S., 1969, « La tunique de mariage en Tunisie - extrait des Cahiers des Arts et traditions populaires », Revue de l’INAT, 3, p. 5-20.

Tunusi B. al-, 1989, Safwat al itibâr, Carthage, Bayt al hikma

Von Schwartz M., 1849, Blätter aus dem africanischen Reisetagebuch einer Dame, Braunschweig, II.

Notes

1 Ces appréhensions ne disparaissent pas au xixe ni au xxe siècle où les questions de la consommation du tabac et du chocolat ont été l’objet de fatwa-s. L. Blili, 1976. Les consultations ont été dénoncées par la presse communiste qui accuse les ulémas de se mettre au service des entreprises industrielles et commerciales.

2 L. Blili, 1999.

3 Type de question rencontrée dans les recueils de consultations juridiques : est-il licite d’utiliser du papier fabriqué par les mécréants car il peut contenir de la graisse de porc ? L. Blili, 1996.

4 Liste de mobilier acquis à Paris pour le compte du ministre Ismaîl al-Sonni (décédé en 1867) Archives nationales, série H, Cartons 862-863, Dossier 73.

5 Bin al-Khuja Muhamad, 1986, p. 275-277. Description des différentes coiffes. Le terme vient de ‘araq (sueur)

6 Le terme kirdi viendrait-il de kird, singe ? Il enverrait dans ce cas à la couleur grise.

7 Le terme swâki venant de swâk, écorce de noyer servant à embellir et nettoyer les dents et les gencives, peut renvoyer à la couleur brique.

8 Quasbât : vêtement d’apparat. Les beys en portent plusieurs types selon l’activité du jour. Voir Mokhtar bey, 2003, p. 55-59.

9 Voir plus loin, vêtements d’une esclave turque.

10 Portraits sur pieds au musée de Kasr-saîd, reproduits dans Mokhtar bey, 2002, p. 44.

11 O. Moreau, 1997.

12 H. Hugon, 1913.

13 Bin al-Khuja Muhamad, 1986, p. 176.

14 Les soldats tunisiens à leur retour de la guerre de Crimée en 1856 ont été peints par Moynier. Le tableau est conservé au Kasr al-Saîd au Bardo. Reproduit par Mokhtar bey, 2002, p. 124-125.

15 L. Blili, travail en cours d’achèvement.

16 Archives nationales, Série H, Carton 166, Dossier 850.

17 M. Bey, 2002, p. 50-51.

18 O. Moreau, 1997.

19 F. Braudel, 1967, p. 270-275.

20 Archives nationales, Série H, Carton 1, Dossier 7.

21 La chronique de Bin Dhiâf (1804-1874), al Ithâf, est un bon exemple.

22 J. Revault, 1983, p. 66.

23 Ibid., p. 28.

24 L. Blili, thèse en cours.

25 M. Von Schwartz, 1849, II, p. 178. Paragraphe aimablement traduit par M. Fendri Mounir professeur à de littérature allemande à l’Université de Tunis.

26 Série H, Carton 1, Dossier 7, document 27.

27 L. Blili, 1999.

28 Tableau reproduit in L. Belkaid, 1998.

29 Archives nationales, série H, Carton 1, Dossier 10, pièce 4.

30 Nous citons cet article bien qu’il ne fasse pas partie du costume féminin car ce terme est encore utilisé

31 S. Sethom, 1969.

32 P. Grandchamp, 1934.

33 L. Belkaid, 1998, p. 35.

34 Archives nationales, Série l’, Carton 5, Dossier 30.

35 Étude en cours sur le renouvellement des garde-robes beylicales.

36 Carnet de voyage déjà cité.

37 Z. Mohsen, 1913, p. 226.

38 Selon le témoignage de Mme Nébiha Khaznadâr, recueilli le 1er juillet 2002, Kmar beya était petite de taille.

39 Travail en cours sur les « réclames » des grands magasins parus dans les journaux de l’époque

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable