Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation

 | 
Éric Gobe

Chapitre 3. Professionnalités contemporaines

Evolution du profil de l’ingénieur algérien : du « technicien » au « développeur » ?

Hocine Khelfaoui

Texte intégral

1Le but de cette contribution est d’esquisser les conditions d’émergence d’un nouveau profil d’ingénieur en Algérie. Ce profil se caractérise essentiellement par une évolution des tâches et des missions traditionnellement attachées à l’ingénieur en Algérie. Jusque-là confiné dans des tâches de fonctionnent des équipements ou promu dans des fonctions de gestion administrative, l’ingénieur algérien est de plus en plus engagé dans des activités associées à l’innovation. Cette perspective annonce une refonte de son rapport à l’entreprise et aux institutions de savoirs (universités, centres de recherche, etc.).

2Ce constat justifie que l’on s’intéresse aux divers processus qui ont contribué à l’émergence de l’ingénieur développeur en Algérie. Après une esquisse rapide du contexte général qui a favorisé ou accompagné l’apparition de ce nouveau profil, on s’intéresse, dans un premier temps, aux impacts que pourrait produire l’affirmation de l’ingénieur développeur sur le développement de l’entreprise et des institutions de savoirs. Dans un second temps, nous traitons des nouvelles articulations qui tendent à se dessiner entre les ingénieurs et les chercheurs.

LE CONTEXTE GÉNÉRAL

3Deux grandes périodes caractérisent l’ingénieur algérien depuis 1962. Chacune de ces périodes le distingue par une place particulière aussi bien dans l’entreprise que dans le système éducatif. De l’indépendance à la fin des années 1980, les stratégies de formation des ingénieurs ont été déterminées par des logiques plus politiques que techniques et économiques. Autrement dit, les politiques de formation ont été guidées par des « calculs » et des objectifs partisans plus que par des ambitions de performance économique et de maîtrise sociale des savoirs. La grande hiérarchisation des ingénieurs au sein de l’entreprise et son effritement en tant que groupe professionnel renvoyaient à la structuration du système algérien de formation, elle-même expression des différents clivages qui traversaient la classe dirigeante algérienne. Chaque courant politique se faisait, en quelque sorte, représenter au sein de l’entreprise par une catégorie d’ingénieurs formée par ses soins et dont la carrière dépendait de son influence dans la sphère du pouvoir.

4Les ingénieurs s’inscrivaient alors dans un rapport clientéliste avec les différentes factions dirigeantes ; ils apparaissaient, à leur corps défendant, bien plus comme le prolongement de ces pouvoirs au sein des grandes entités économiques publiques que comme des catégories professionnelles au service des entreprises. Sur le terrain, et selon sa proximité avec ces pouvoirs, l’ingénieur était soit cantonné dans des tâches de fonctionnement des équipements importés, soit promu dans des fonctions de gestion bureaucratique. Dans le premier cas, il se trouvait confronté aux techniciens, et parfois même aux ouvriers expérimentés qui ne voyaient pas quel pouvait être l’apport spécifique de sa qualification. Alors qu’ils le percevaient comme un inventeur et un innovateur, l’ingénieur venait les concurrencer, mal d’ailleurs, dans leur propre domaine professionnel, celui de la technicité et du savoir-faire. Dans le second cas, il renonce à ses qualifications initiales pour épouser, le plus souvent, celles d’un simple donneur d’ordres venant de l’extérieur de l’entreprise.

  • 1 Subventions qui venaient souvent compenser les investissements sociaux que les entreprises publiqu (...)
  • 2 D’omniprésent qu’il était jusqu’à la fin des années 1980, l’Etat est passé, presque sans transitio (...)

5Ce système est entré en crise à la fin des années 1980, autorisant de ce fait l’émergence de ce nouveau profil d’ingénieur. Le contexte général qui a donné naissance à « l’ingénieur de fonctionnement » a radicalement changé, passant sans transition du « tout pour l’Etat » au « tout pour le marché ». Avec la fin des subventions étatiques1, l’entreprise n’a plus les moyens d’importer ses équipements ; elle fait face à un marché national totalement livré à la concurrence internationale2. Elle doit désormais innover et compter sur ses propres forces pour améliorer ses performances. Le capital de savoir et de savoir-faire accumulé pendant les années d’industrialisation a certainement contribué à cette maturité.

6Le renouveau que connaît depuis un peu plus de dix ans ce groupe professionnel vient essentiellement de l’entreprise, tandis que le premier type d’ingénieurs a été forgé, pour l’essentiel, par les pouvoirs publics et les institutions de formation, pour être livré « clés en main » aux « utilisateurs ». Rompant avec la figure ambivalente de l’ingénieur tantôt technicien tantôt gestionnaire, l’ingénieur développeur se fixe des objectifs d’ingénierie et d’innovation technique. La professionnalisation des ingénieurs cesse d’être ce qu’elle était jusque-là, c’est-à-dire conçue et façonnée par le système de formation et les pouvoirs publics, pour devenir progressivement le fait de l’entreprise.

  • 3 KHELFAOUI Hocine, 1999, « Veille technologique et nouveaux modes d’acquisition des savoirs : où en (...)

7Dans ce nouveau cadre, l’ingénieur conforte sa position professionnelle face à celle des « administratifs » dont le pouvoir d’attraction sur les catégories techniques s’est ainsi sensiblement réduit. Contrairement à la première période, le jeune ingénieur préfère désormais investir dans les carrières techniques plutôt qu’administratives3.

8De telles transformations ne peuvent rester sans impact sur le fonctionnement interne de l’entreprise et sur les relations qu’elle entretient avec les institutions de formation et de recherche.

L’IMPACT DES TRANSFORMATIONS DE LA PROFESSION D’INGÉNIEUR SUR LE FONCTIONNEMENT DE L’ENTREPRISE

  • 4 Voir la synthèse de l’évolution des notions de qualification et de compétence dans : DUBAR Claude, (...)

9Avec la revalorisation des activités de création, les relations de pouvoir au sein de l’entreprise sont fondamentalement modifiées. Les tentatives de recentrage des activités sur l’innovation ont eu des incidences majeures sur les fonctions hiérarchiques. Alors que l’innovation implique la maîtrise du changement, le système de pouvoir mis en place et consolidé depuis les années 1970 est conçu en fonction de l’exigence de la stabilité. En outre, si les hiérarchies existantes reposent sur des pouvoirs d’ordre, la gestion de l’innovation s’appuie sur des pouvoirs d’expertise et de compétence technique à tous les niveaux. Les formes de relations professionnelles s’en trouvent modifiées, et les valeurs du travail affectées. Les notions de compétence et de qualification sont passées d’une conception « substantialiste » à une conception « relationniste »4. Dans l’entreprise publique algérienne, les nouvelles formes de compétence technique et sociale n’ont pas seulement à s’imposer face aux formes anciennes de qualification. Elles doivent également composer avec les rapports sociaux locaux, fortement imprégnés de considérations familiales, régionales, etc., en somme, avec toutes sortes de liens sociaux, issus de pouvoirs exogènes dans leur essence, et qui ne convergent pas nécessairement avec la logique de l’entreprise telle qu’elle s’exprime. Il est ainsi possible d’affirmer l’existence d’une relation directe entre le mouvement de renouvellement managérial, avec ses incidences relationnelles et organisationnelles, et le processus d’innovation, avec ses effets sur la compétitivité des entreprises.

10On peut observer une relation quasi directe entre la réforme de l’entreprise, dans le sens d’une plus grande participation des partenaires sociaux, et les efforts de démocratisation au sein de la société. L’entreprise algérienne tente, avec toutes les pesanteurs de son environnement, de s’amarrer à un renouveau managérial qu’elle a tôt perçu mais jamais pu appliquer. Les tentatives d’introduction de ces techniques managériales y sont pratiquement contemporaines de leur adoption par leurs homologues européennes. Certes, leur échec relatif (rapporté à leur succès dans d’autres contextes socio-politiques) s’explique par la résistance des bureaucraties de tutelle, mais aussi d’une partie des cadres. Ces derniers y voient une remise en question des critères de sélection qui ont présidé à leur propre ascension professionnelle.

L’IMPACT SUR LES INSTITUTIONS DE FORMATION

  • 5 Cette période s’est certes caractérisée par des liens institutionnels et juridiques intenses, mais (...)

11Cette évolution a également diversement touché les institutions de formation (instituts technologiques, universités, écoles, etc.). Durant la première période, le cloisonnement de ces institutions n’a guère favorisé le contact avec l’environnement industriel5. Longtemps, il a été difficile aux élèves ingénieurs, comme aux enseignants, de mesurer l’ampleur du décalage entre l’étape de la formation et celle de la professionnalisation, entre les enseignements théoriques dispensés et les compétences exigées sur le terrain. Les formateurs restaient dans une large mesure fixés sur une demande industrielle dont les contours avaient été dessinés pendant les années 1960 et 1970, notamment lors des débats qui ont précédé et nourris les deux grands séminaires nationaux sur La Formation des Cadres pour le Développement.

  • 6 On a vu les commentaires lassés de la presse qualifiant ces rencontres de « sempiternelles discuss (...)

12L’ampleur des besoins avait alors conduit à fixer aux institutions de formation des missions en quelque sorte industrielles : elles devaient non seulement former « massivement », mais aussi dispenser des formations « directement opérationnelles », c’est-à-dire former des cadres ayant acquis au sein des institutions de formation des qualifications relevant du monde de l’industrie. De la même manière, l’ampleur de l’analphabétisme des salariés avaient imposé aux entreprises publiques d’assumer des fonctions d’enseignement et de formation de base. Il en a résulté, au sein du système mis en place, une confusion de prérogatives et de chevauchement des rôles entre formateurs et producteurs, et qui s’est prolongée pendant toute la première période. Mais si les entreprises ont pu se dégager de ce carcan, il n’en a pas été de même pour les institutions de formation, qui commencent à peine à connaître une évolution similaire en essayant de s’ajuster aux évolutions. Le décalage entre ces deux institutions a engendré, au cours des années 1990, un dialogue de sourds aisément observable lors des forums organisés autour du thème, pourtant largement rebattu depuis l’indépendance, de « la relation université-entreprise »6. A priori, tout le monde s’accorde en parlant de formation technologique, d’adéquation formation-industrie, de performance, d’excellence, etc. Mais à y regarder de plus près, on peut se rendre compte que les convergences ne sont qu’apparentes. En effet, s’il y a consensus autour des thèmes, il en est autrement de leurs contenus. Si le même vocabulaire est utilisé, les mots revêtent des significations différentes pour les uns et pour les autres. Pour les entreprises, une formation d’excellence signifie esprit d’initiative et d’innovation, aptitude à la mobilité et capacité de s’adapter au changement technologique. Pour les formateurs des universités et des instituts, restés fixés sur le modèle des années 1970, une formation d’excellence signifie toujours une spécialisation sans cesse plus poussée et des aptitudes à maîtriser le fonctionnement de l’outil de production.

13Ce quiproquo s’est maintenu pendant longtemps, notamment à cause de l’insuffisance de contacts entre les acteurs directs de la formation et ceux de l’industrie, c’est-à-dire entre les enseignants et les ingénieurs d’entreprises, et en raison de leur exclusion du processus d’élaboration de cette relation. Cet ancrage dans le passé a été particulièrement présent dans les instituts technologiques. Forts d’une identité institutionnelle perçue comme immuable, nombre de dirigeants de ces établissements n’envisageaient pas que la formation dispensée puisse entretenir un rapport particulier et évolutif à l’industrie. Cette identité était considérée non comme une dynamique d’adaptation permanente à l’évolution du secteur industriel, mais comme une sorte de constante, marquant définitivement la nature même des instituts. Cette constante prenait ici la forme d’une quête permanente de spécialisation des cursus, une sorte de fuite en avant dans la spécialisation : à des entreprises de plus en plus insatisfaites, les instituts proposaient des formations de plus en plus spécialisées. Il a fallu que ces établissements changent de secteur, de statut, de profil d’enseignants et de dirigeants pour qu’une évolution dans les cursus de formation fixés il y a trente ans commence à se dessiner. Aiguillonnées par la nécessité de survivre, les entreprises ont été les premières, par comparaison aux établissements de formation, à avoir tiré des leçons de l’expérience antérieure. De nombreuses divergences de perceptions et d’intérêts apparaissent en effet lorsque l’on analyse les discours : alors que les enseignants et les responsables des universités recherchent toujours la protection de l’Etat en revendiquant la mise en place d’une relation de type institutionnel, fondée sur des lois et des règlements, les entrepreneurs insistent sur la communication informelle et la connaissance mutuelle des deux partenaires. Pendant que les entreprises parlent de survie, les universités se contentent de tenir des discours emphatiques à l’instar de ceux qui évoquent la nécessité « d’affronter les défis et les enjeux » du nouveau millénaire.

LA RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT : UNE NOUVELLE DEMANDE DE L’ENTREPRISE ?

14Le style de formation, tel qu’il est formulé par l’entreprise ou mis en œuvre par les différentes institutions d’enseignement, a connu une importante mutation au cours des années 1990. On assiste alors au passage d’un type de besoins à un autre : le premier est formulé en terme de qualifications nécessaires au fonctionnement des équipements ; et le second, en terme de recherche de qualifications nécessaires à l’innovation et au renouvellement technologique. Contrairement à la première configuration, le nouveau profil n’est pas défini au niveau de l’Etat et imposé sous forme de lois et de règlements aux deux partenaires. L’évolution en question est le résultat de contacts répétés et de négociations directes entre l’entreprise et les institutions de savoirs, qui incluent de plus en plus les centres de recherche, et non celui d’une politique volontariste centralisée. Elle est aussi le résultat d’un intérêt croissant des entreprises pour ce type de dialogue.

  • 7 En Algérie, toujours qualifiée par ses dirigeants de « pays des miracles », des générations entièr (...)
  • 8 Les entreprises publiques et privées sont désormais sur un pied d’égalité. Elles doivent faire fac (...)

15Lors de ces rencontres, la recherche-développement tient une place de plus en plus importante dans le discours des dirigeants d’entreprises publiques comme privées : elle est présentée comme une activité nécessaire à leur survie. On peut même constater que des réunions dont l’ordre du jour porte sur les problèmes de formation sont détournées et transformées en débats sur la recherche-développement. Ainsi, les discussions ne visent plus à définir les capacités qui devraient permettre au jeune ingénieur d’être « opérationnel » dès les premières semaines de son embauche, mais plutôt son aptitude à faire face au changement technologique et à l’innovation. Dans la plupart de leurs interventions, les responsables d’entreprise évoquent la recherche-développement en tant que fonction vitale assurant la pérennité de l’industrie algérienne. Ils la placent devant la qualité, le marketing et l’analyse économique, autres fonctions qui reviennent souvent dans les nouveaux discours des managers. On pourrait, bien sûr, voir dans ces propos un simple discours7. Néanmoins, ils reflètent de réelles interrogations chez les responsables des entreprises des secteurs public et privé8. En outre, cette nouvelle tendance se concrétise par la création de nombreuses structures de recherche-développement au sein même des entreprises, et par l’augmentation sensible des budgets qui leur sont consacrés. Les gestionnaires affirment, sur un ton parfois pathétique, que l’entreprise doit « relever des défis qu’elle n’a pu surmonter en période “faste”, comme le développement de produits nouveaux ».

  • 9 Elle apparaît par exemple dans les statuts de l’Organisme national de la recherche scientifique (O (...)

16La maîtrise des savoirs, entendue au sens d’innovation, est ainsi devenue une des préoccupations essentielles des entreprises au cours de la dernière décennie. Beaucoup de projets de recherche initiés par des laboratoires de centres de recherche ou d’universités sont soutenus par des entreprises. Certes, cette situation converge avec l’orientation originellement donnée à la science par les pouvoirs publics, dès le début des années 19709 ; mais elle ne lui doit pas grand chose. Elle est plus le résultat d’une évolution interne des partenaires, liée à des contextes socio-politiques particuliers. Elle est aussi liée, dans une certaine mesure, à l’union de la science avec l’industrie, que l’on peut universellement observer depuis une dizaine ou une quinzaine d’années.

  • 10 L’Algérie est un des pays qui profite le moins de la coopération scientifique internationale, comp (...)

17La nouvelle relation université-entreprise s’inscrit dans le sillage de cette évolution, désormais prédominante dans les pays les plus industrialisés. En Algérie, elle s’est accélérée ces dernières années en raison de l’importance que les chercheurs accordent au fait d’avoir des liens avec l’entreprise, celle-ci étant devenue leur principal pôle d’attraction, à défaut d’autres centres d’intérêts. Marginalisé et relégué par le politique, les scientifiques se sont tournés presque tout naturellement vers les entreprises. L’insertion des chercheurs algériens dans les réseaux internationaux reste relativement faible, la guerre qui sévit dans le pays (avec ses prolongements internationaux) ayant contribué à son isolement10. Le départ de la plupart de chercheurs et des ingénieurs de la première génération a considérablement réduit le poids du paradigme académique, faisant place à des jeunes dont la formation est moins portée sur les sciences dites pures. A ces considérations, viennent s’ajouter les conditions de vie des chercheurs. Le revenu attaché aux fonctions scientifiques est dérisoire, contraignant les meilleurs chercheurs, parmi ceux qui restent attachés à leur vocation première, à rechercher des compléments de revenus dans l’entreprise. Cette situation a aussi poussé la majorité des chercheurs vers des activités sans rapport avec le savoir, commerce et petits business de toutes sortes.

18C’est dans ce contexte que certaines entreprises tentent de tisser des liens avec certains chercheurs rattachés à des universités ou à des centres de recherche. Elles suscitent cette participation d’autant plus aisément que les scientifiques, renonçant à une autonomie socioprofessionnelle longtemps ardemment défendue, se tournent de plus en plus vers l’industrie. En fait, les scientifiques attendent non seulement de l’entreprise qu’elle finance leurs projets ou qu’elle en soit le lieu d’application d’éventuels résultats, mais aussi qu’elle contribue à l’amélioration de leurs conditions de vie matérielles, largement dégradées cette dernière décennie. Par ailleurs, leurs difficultés matérielles et sociales les conduisent souvent à passer des contrats sans relation avec la recherche scientifique.

  • 11 Si la recherche scientifique est, comme le montre la sociologie des sciences, le produit de réseau (...)

19Après plus de deux décennies de conflits et d’ignorance mutuelle, de relations distantes et fondées sur l’indépendance des deux activités, l’entreprise et les institutions de savoirs tentent de systématiser leur partenariat. Ce dernier est construit non pas autour de la fonction de formation, mais essentiellement autour de l’intégration de la recherche dans l’entreprise. La recherche, qui était jusque-là surtout le fait d’institutions ad hoc ou d’individualités marquantes, a tendance à devenir, en pénétrant l’entreprise et d’autres catégories socioprofessionnelles, une création collective, un mouvement de société auquel participe des catégories sociales de plus en plus larges11. Banalisés dans leur fonction symbolique, les « scientifiques » ne sont désormais qu’une catégorie socioprofessionnelle parmi bien d’autres.

L’INGÉNIEUR ET LE CHERCHEUR : UNE NOUVELLE RELATION ?

20De ce contrat d’intérêt entre l’entreprise et la science est née la figure du « chercheur-développeur ». Ce dernier est issu de la fusion entre l’ingénieur d’industrie – passé du statut d’ingénieur de fabrication à celui d’ingénieur d’innovation – et le scientifique. De son côté, ce dernier est passé du statut d’universitaire à celui, plus concret, de chercheur dont les activités s’inscrivent de plus en plus dans des projets industriels. L’entreprise joue ainsi un rôle notable dans le passage d’une recherche individuelle et disciplinaire à une recherche en équipes et réseaux pluridisciplinaires. Ses activités étant transversales à plusieurs secteurs ou spécialités, les cloisonnements disciplinaires ne répondent plus aux mouvements actuels d’une science tournée vers les besoins de l’industrie. Quelles sont cependant les modalités sociales d’une telle coopération ?

  • 12 L’Etat commence ces derniers mois à s’intéresser de nouveau à la recherche par la promulgation de (...)

21Désormais, pour le chercheur, la possibilité d’intéresser les entreprises à une éventuelle mise en application industrielle des résultats de son projet, est le meilleur moyen de valoriser son travail et surtout de se faire reconnaître. Pour nombre de chercheurs interviewés, une reconnaissance industrielle est socialement plus valorisante, et donne lieu à une meilleure considération, même au sein de la communauté des pairs. Cette tendance implique des changements dans les modes de légitimation sociale des savoirs qui, jusque-là, plaçaient la connaissance abstraite au sommet de la pyramide des savoirs. De même, elle révèle l’apparition de nouveaux styles de sciences au sein de la communauté scientifique. Cette quête de reconnaissance par l’entreprise est aussi à mettre en relation avec l’incapacité des scientifiques algériens à s’ériger en groupe « autosuffisant ». Leur faiblesse numérique et organisationnelle et l’absence relative de soutien étatique12 engendrent chez eux un sentiment de dépendance à l’égard d’autres formes de reconnaissance et de légitimation. Celles qui viennent de l’entreprise sont appréciées, même si elles ne s’accompagnent pas d’avantages matériels. L’évaluation par l’entreprise entre de plus en plus en compétition avec celle, classique, des pairs. Les chercheurs et leurs institutions sont plus soucieux de convaincre l’entreprise que leur propre conseil scientifique. Pour ce faire, ils n’hésitent pas à associer des ingénieurs à leur projet et à s’engager contractuellement dans des missions parfois hasardeuses.

22Ce processus de valorisation, qui met le chercheur en contact direct avec le terrain, tend à déterminer, dans une large mesure, les modalités de son insertion dans le champ de l’entreprise. Il détermine aussi, à une échelle plus large, le processus d’émergence et de reconnaissance de la communauté scientifique algérienne. La reconnaissance sociale du chercheur et de la communauté des chercheurs (donc leur statut de groupe professionnel distinct) dépend de leur capacité à réaliser ce produit et à le vendre, c’est à-dire à le faire accepter par l’entreprise. Or, l’application de ce « contrat » se heurte à une difficulté : celle du contact avec l’autre partenaire de l’innovation qu’est l’ingénieur, et dont dépend le succès aussi bien de la recherche que de l’exploitation de ses résultats. D’une grande complexité, cette mise en relation touche au point faible du système socio-organisationnel algérien, à savoir ses capacités de communication et son autonomie à l’égard du champ politique. D’une part, l’aboutissement de ce contrat est tributaire du mode de coopération qui s’établit entre les acteurs de cette innovation, processus social dont l’aboutissement dépend d’un grand nombre d’acteurs, au premier rang desquels figurent les ingénieurs et les chercheurs. S’agissant ici de deux groupes professionnels autonomes, l’acte de coopérer dépend du respect de l’identité de chacun et de leur complémentarité dans l’action. La capacité des ingénieurs à maîtriser l’environnement scientifique et technique, à coopérer et à échanger, sont autant de critères d’insertion au sein de la communauté scientifique nationale et internationale. D’autre part, la mise en contact de deux groupes sociaux représentant des enjeux scientifiques et techniques importants implique la mise en place des conditions d’un dialogue social permanent, fondé sur l’autonomie des acteurs, sans qu’il soit politiquement médiatisé. En outre, leur association dépasse le cadre étroit des deux groupes professionnels dans la mesure où elle conduit à une association avec de grands secteurs d’activité, tels que l’économie, l’éducation et la recherche. Or, dans le contexte algérien, un tel enjeu ne saurait laisser le gouvernement indifférent. Celui-ci avait auparavant toujours contrôlé cette relation en l’institutionnalisant et en rendant impossible tout contact sans un passage obligé par les rouages de la bureaucratie. Sachant que rien de nouveau ne s’est produit dans la nature profonde du système politique algérien, toujours fondamentalement rentier et policier, il est peu probable qu’il laisse une telle alliance s’effectuer sans lui.

L’INGÉNIEUR : UN ÉLÉMENT CONSTITUTIF DE LA COMMUNAUTÉ SCIENTIFIQUE ?

23En raison des réseaux de communication qui le relient de plus en plus à l’environnement scientifique, on peut penser que l’ingénieur algérien devient partie prenante de la communauté scientifique nationale et internationale. L’articulation de son activité professionnelle à celle du chercheur participe de cette insertion. Réciproquement, il est tout à fait possible de penser que le scientifique est en train de s’incorporer dans la recherche industrielle.

24Cette position particulière, à cheval entre plusieurs secteurs d’activité, distingue la communauté scientifique des autres groupes professionnels, car elle transcende l’appartenance organique des chercheurs, voire leur nationalité. A la base de l’insertion de l’ingénieur dans la communauté scientifique, on peut trouver des activités propres au chercheur, telles que la participation aux séminaires et colloques, le parrainage de thèse ou la participation à des jurys, etc. Qui plus est, il semble que la participation aux manifestations scientifiques soit plus fréquente chez les ingénieurs que chez les autres scientifiques du fait de moyens financiers supérieurs. Il est même courant de voir d’éminents scientifiques étrangers, invités par des opérateurs privés, donner des conférences devant un parterre non pas de scientifiques et de chercheurs, mais d’ingénieurs et de dirigeants d’entreprises.

25En même temps que le chercheur part en quête d’une reconnaissance de l’entreprise, l’ingénieur opère un glissement vers des activités de recherche et d’innovation, et s’estime partie intégrante de la communauté scientifique et technique. En revendiquant, son appartenance à la communauté scientifique, le chercheur (d’université ou d’entreprise) exprime la supériorité de sa filiation communautaire par rapport à sa filiation organique. Cette identification des chercheurs à leur communauté plutôt qu’à l’organisme employeur implique pour eux une grande capacité d’ouverture et de maîtrise de l’environnement social. Elle en fait également des agents essentiels parmi ceux qui contribuent à mettre fin aux institutions forteresses et autosuffisantes que sont encore l’Université et l’Entreprise, deux mondes jusqu’à ces dernières années fermées aussi bien l’un à l’autre qu’à leur environnement.

26Naguère, le succès de toute politique de coopération avec l’environnement passait par un mode d’articulation tenant compte du respect de l’identité professionnelle des partenaires, représentée alors par l’ingénieur d’industrie et l’enseignant d’université, leur identité catégorielle étant largement façonnée par leur appartenance organique. Dans les configurations socioprofessionnelles qui se dessinent, l’« identité » et la « culture » des deux partenaires tendent à se fondre, sans se diluer complètement, dans une sorte de sentiment d’appartenance à une même communauté scientifique. Toutefois, cette tendance se heurte à plusieurs obstacles, dont le plus important réside dans la difficulté de valoriser les résultats de la recherche. Déjà en eux-mêmes relativement faibles, les résultats qui arrivent au stade de la valorisation commerciale sont infimes pour ne pas dire inexistants. Malgré l’existence d’un tissu industriel non négligeable, la maîtrise de l’aval constitue un véritable blocage. Toutes les institutions de recherche, qu’elles s’insèrent dans une université, dans un centre de recherche ou dans une entreprise, se heurtent à la difficulté de franchir le cap des prototypes de laboratoire pour aller vers la fabrication en série.

27Au-delà des discours récurrents autour de la relation recherche-entreprise, peu de mesures sont réellement prises pour fluidifier la communication au quotidien entre chercheurs et ingénieurs ou pour investir dans des projets pilotes et d’essais. Au scepticisme qui pèse sur la capacité de la recherche algérienne de parvenir à des produits qualitativement compétitifs, vient s’ajouter le manque de confiance des entreprises dans leur aptitude à fabriquer en série des produits nouveaux, techniquement fiables et économiquement viables. En fin de compte, tout se passe comme si les activités scientifiques « avaient pour seule finalité de démontrer les capacités du chercheur algérien à produire de la “science” sous la forme de savoir abstrait, sans se soucier de ses retombées sur le développement social », constate un chimiste de l’Entreprise nationale des détergents (ENAD), implantée à Lakhdaria ; celui-ci déplore par ailleurs les faibles moyens mis à sa disposition pour mener à bien des expériences destinées à mettre au point un nouveau détergent qui serait selon lui plus efficace que la marque Ariel.

  • 13 Ministère de l’Industrie et de la Restructuration, Rôle et missions des universités : renforcement (...)

28Ainsi, la recherche algérienne, qu’elle s’effectue dans une institution scientifique ou dans une entreprise, s’arrête presque toujours au stade du dépôt de brevet. Un document édité en 1998 par le ministère de l’Industrie et de la Restructuration13 fait état d’un certain nombre de brevets déposés par des centres de recherche auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (INAPI). Ainsi, le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER) et le Centre de développement des technologies avancées (CDTA) ont respectivement déposé six et cinq brevets. L’INAPI a effectué une enquête sur le potentiel d’innovation du secteur industriel auprès de 26 entreprises publiques ou privées qualifiées de fiables. L’enquête a permis d’identifier 244 innovations se répartissant comme indiqué dans le tableau 1 :

Tableau 1. Type d’innovations recensées

Tableau 1. Type d’innovations recensées

Source : Ministère de l’Industrie et de la Restructuration, Développement des innovations technologiques en Algérie, novembre 1998, 58 pages.

29Toutefois, même les améliorations ou les inventions réalisées au sein des entreprises, recensées dans ce tableau comme étant des innovations, arrivent rarement au stade de la fabrication industrielle, et encore moins à celui de l’exploitation commerciale. De multiples raisons d’ordre technique, organisationnel ou managérial peuvent être évoquées pour expliquer cet état de fait : l’incapacité des entreprises à modifier les équipements et l’organisation pour les adapter aux exigences de produits ou procédés nouveaux, les intérêts et les rapports de force de diverses natures liés au système d’entreprise existant, l’importance des coûts financiers, l’absence « d’esprit d’entreprise » chez les managers, etc. A titre d’exemple, sur les treize inventions protégées par l’INAPI et déposées par la direction de la recherche appliquée de l’entreprise nationale de sidérurgie (SIDER) entre 1987 et 1996, cinq seulement ont atteint le stade de l’exploitation industrielle en 2000. Le tableau des inventions protégées par l’INAPI fait ressortir la situation suivante : on constate que six inventions sur treize sont arrivées au stade de l’exploitation industrielle, et ont donc donné lieu à une innovation au sens de Schumpeter, c’est-à-dire un produit nouveau commercialisable. Compte tenu de la difficulté de traverser toutes les étapes, complexes et laborieuses, qui mènent de la découverte à l’innovation, cet aboutissement constitue en soi une performance. Parmi ces innovations, trois ont donné lieu à des créations d’entreprises nouvelles, les filiales CODESID, REFRACTAL et ENSID ; une quatrième a donné lieu à l’octroi d’une licence d’exploitation en faveur d’une entreprise tiers (l’Entreprise communale des travaux d’Annaba), deux autres sont exploitées directement par l’entreprise mère. Une septième découverte a subi avec succès les essais de laboratoire, et l’on s’apprêterait à l’exploiter industriellement.

30Malgré la difficulté de faire aboutir les processus d’innovation, plusieurs entreprises industrielles publiques et privées du domaine de la sidérurgie, de la chimie, de l’électronique, du machinisme agricole, de l’industrie pharmaceutique et des hydrocarbures ont mis en place à leur niveau des CRD (centres de recherche-développement). Globalement, les activités de recherche-développement sont localisées au sein de quinze départements ministériels. Elles sont prises en charge par 126 structures de recherche (centres et unités de recherche ou de recherche-développement, stations d’essais ou d’expérimentation). Elles sont gérées sous quatre types de statuts différents : Etablissement public économique (EPE), Etablissement public administratif (EPA), Etablissement public industriel et commercial (EPIC), Centres et unités de recherche. Quelques 2 230 projets de recherche-développement sont actuellement en cours de réalisation, 30 % d’entre eux sont domiciliés dans le secteur économique (industrie, pharmacie, agriculture…), et les autres associent, la plupart du temps, d’une manière ou d’une autre, une entreprise.

Tableau 2. Inventions déposées par la DRA/SIDER à l’INAPI

Tableau 2. Inventions déposées par la DRA/SIDER à l’INAPI

Source : Ahmed Slaimi, Dynamique de l’innovation et de l’optimisation des coûts de process dans le secteur industriel, communication aux 3e Journées d’études sur l’innovation, ADPST, 30-31 mai 2000, p. 15.

31Cet élan est toutefois fortement perturbé par l’instabilité qui a affecté les sociétés publiques et l’organe national de gestion de la recherche. A peine remises des grandes restructurations de 1984, les entreprises ont dû faire face à la politique de démantèlement du secteur public, en cours depuis plus de dix ans. Les organes dirigeants de la recherche ne cessent de changer d’organigramme et de tutelle, répondant à des enjeux politiciens.

CONCLUSION

32Les résultats provisoires de notre recherche font ressortir que l’on est en passe de voir se substituer à une filière politiquement déterminée, à des cursus spécialisés et à des activités professionnelles se limitant au fonctionnement des équipements, une filière économiquement déterminée, avec un contenu polyvalent et une activité professionnelle tournée vers l’innovation. De nouvelles figures professionnelles semblent émerger d’un monde ancien à bout de souffle. Elles sont le résultat de dynamiques locales et se caractérisent donc par des velléités d’autonomie professionnelle peu compatible avec le système politique en vigueur.

33Nous avons tenté aussi de rendre compte des bouleversements que l’entreprise a introduit dans les fonctions du chercheur et de la recherche et dans la constitution d’une communauté scientifique à l’échelle nationale et internationale. Il semble clair que l’avenir de la recherche et des chercheurs sera encore plus lié au destin de l’entreprise. Avec l’amenuisement du rôle prépondérant de l’Etat dans la vie économique, seules les recherches qui sauront s’inscrire dans ses priorités pourront trouver les moyens de se réaliser.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALSENE Eric, 1990, « Les impacts de la technologie sur l’organisation », Sociologie du travail, vol. 32, 1990, n° 3, p. 321-338.DUBAR Claude, 1996, « La sociologie du travail face à la qualification et à la compétence », Revue de sociologie du travail, n° 2-96, pp. 179-193. KHELFAOUI Hocine, 1997, La connexion formation-industrie : les limites de la relation institutionnelle », Les Cahiers du CREAD, Alger, n° 41-3, pp. 69-88.

KHELFAOUI Hocine, 1999, « Veille technologique et nouveaux modes d’acquisition des savoirs : où en est l’entreprise algérienne ? » in Nouveaux modes d’acquisition des savoirs et travail humain, sous la direction de Yassine Essid, CERETIM, Sfax, pp. 81-94.

Ministère de l’Industrie et de la Restructuration, 1998, Rôle et missions des universités : renforcement de leurs relations avec la recherche-développement et les entreprises industrielles, document ronéotypé, 58 pages.

RAVAILLE N. et VINCK D., 1999, « Des cultures de conception contrastées », in VINCK D., (ed), Ingénieurs au quotidien, Grenoble, PUG, 1999, pp. 91-111.

SLAIMI Ahmed, 2000, « Dynamique de l’innovation et de l’optimisation des coûts de process dans le secteur industriel », communication présentée aux 3e Journées d’études sur l’innovation, ADPST, Boumerdès, 30/31 mai 2000.

Notes

1 Subventions qui venaient souvent compenser les investissements sociaux que les entreprises publiques consentaient (médecine sociale et du travail, construction de logement, formation professionnelle, construction de route, aides aux autorités locales…), et qui ne sont pas prises en charge dans les économies « libérales ».

2 D’omniprésent qu’il était jusqu’à la fin des années 1980, l’Etat est passé, presque sans transition, vers une situation de retrait économique total, abandonnant même la fonction de régulation qu’il assume dans les pays les plus libéraux.

3 KHELFAOUI Hocine, 1999, « Veille technologique et nouveaux modes d’acquisition des savoirs : où en est l’entreprise algérienne ? » in Nouveaux modes d’acquisition des savoirs et travail humain, sous la direction de Yassine ESSID, CERETIM, Sfax, pp. 81-94.

4 Voir la synthèse de l’évolution des notions de qualification et de compétence dans : DUBAR Claude, (1996), « La sociologie du travail face à la qualification et à la compétence », Revue de sociologie du travail, n° 2/96, pp. 179-193.

5 Cette période s’est certes caractérisée par des liens institutionnels et juridiques intenses, mais elle n’a guère produit d’articulations professionnelles et sociales entre les deux partenaires. Voir à ce sujet notre article « La connexion formation-industrie : les limites de la relation institutionnelle », 1997, Les Cahiers du CREAD, n° 41-3, Alger, CREAD, pp. 69-88.

6 On a vu les commentaires lassés de la presse qualifiant ces rencontres de « sempiternelles discussions ».

7 En Algérie, toujours qualifiée par ses dirigeants de « pays des miracles », des générations entières ont été et sont encore nourries de discours. Pour perpétuer un discours (il peut arriver, au bout de vingt à trente années, qu’il ne soit plus porteur), il convient seulement d’en changer les termes : c’est suffisant pour le faire passer pour un nouveau discours capable de nourrir une nouvelle génération, etc.

8 Les entreprises publiques et privées sont désormais sur un pied d’égalité. Elles doivent faire face à la concurrence, mais aussi, et surtout, aux avantages douaniers et autres accordés au bénéfice exclusif des importateurs de produits finis.

9 Elle apparaît par exemple dans les statuts de l’Organisme national de la recherche scientifique (ONRS), premier organisme de gestion de la recherche en Algérie.

10 L’Algérie est un des pays qui profite le moins de la coopération scientifique internationale, comparé à des pays comme le Maroc ou la Tunisie.

11 Si la recherche scientifique est, comme le montre la sociologie des sciences, le produit de réseaux de plus en plus large, en revanche l’innovation technique est, comme le montrent les sciences de gestion, le fait de fractions de plus en plus larges des employés de l’entreprise.

12 L’Etat commence ces derniers mois à s’intéresser de nouveau à la recherche par la promulgation de lois et l’élaboration de budgets. Mais on ne sait pas encore s’il s’agit d’un artifice politique destiné à désamorcer les luttes incessantes des chercheurs et des universitaires pour de meilleures conditions de vie et de travail ou d’une véritable stratégie de promotion des activités scientifiques.

13 Ministère de l’Industrie et de la Restructuration, Rôle et missions des universités : renforcement de leurs relations avec la recherche-développement et les entreprises industrielles, 1998.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Type d’innovations recensées
Légende Source : Ministère de l’Industrie et de la Restructuration, Développement des innovations technologiques en Algérie, novembre 1998, 58 pages.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Tableau 2. Inventions déposées par la DRA/SIDER à l’INAPI
Légende Source : Ahmed Slaimi, Dynamique de l’innovation et de l’optimisation des coûts de process dans le secteur industriel, communication aux 3e Journées d’études sur l’innovation, ADPST, 30-31 mai 2000, p. 15.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/147/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 225k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable