Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

III. Évincements, dominations

Regards croisés de l’historien et du linguiste sur l’interaction des langues en usage au Maroc

El Houssaïn El Moujahid

Texte intégral

  • 1 Entre plusieurs ouvrages allant dans ce sens (bibliographie infra), cf. notamment les travaux de Fa (...)
  • 2 F. Khachim.
  • 3 A. Alaoui, 1989, À propos de l’histoire du Maroc, les hymyariques et les imazighem, 75.
  • 4 M. Chafiq, 1999.
  • 5 A. Boukous, 1997, entre autres.
  • 6 Ibid.

1123456On peut s’interroger sur les points de rencontre possibles entre l’histoire et les sciences du langage, lorsque que l’on appréhende des faits historiques qui impliquent ou interpellent des faits langagiers. Une telle entreprise suppose aussi de relever le caractère aléatoire de la démarche adoptée, sachant que le terrain de l’interdisciplinarité raisonnée est insuffisamment balisé. En guise d’illustration, nous tenterons de reconsidérer l’interaction entre les trois langues en présence dans la société marocaine : l’arabe classique, l’arabe marocain et l’amazighe (avec, pour les deux dernières, leurs variantes dialectales). Qu’il soit historien ou linguiste, le chercheur est confronté à l’interdisciplinarité, dès lors que son investigation s’inscrit dans une perspective diachronique, au-delà des manifestations superficielles attestées dans une synchronie, statique soit-elle dynamique.

2Dans un premier temps, nous esquisserons un état de la recherche au Maroc sur les rapports entre histoire et linguistique. Nous aborderons ensuite la question controversée de la constitution des dialectes arabes marocains, tout en évoquant les hypothèses élaborées sur l’interaction qui existe entre ces dialectes et la langue amazighe en usage sur le territoire marocain. Nous verrons notamment comment les dialectologues et les historiens sont partagé en trois tendances lorsqu’ils approchent les mêmes faits qui attestent d’un contact linguistique séculaire. En conclusion, nous essaierons, par quelques remarques, de recentrer le débat sur l’interdisciplinarité en général et sur le rapport entre histoire et science du langage en particulier.

Science du langage et histoire : un état de la recherche

3En dépit d’initiatives convergentes, on déplore, aujourd’hui encore au Maroc, l’absence de cadre académique qui pourrait favoriser une recherche interdisciplinaire, de façon plus institutionnalisée. Les études qui impliquent une relation entre historiens et historiographes, d’une part, et linguistes et dialectologues d’autre part, sont insuffisantes sur les plans théorique autant que méthodologique. C’est le plus souvent par nécessité que l’historien recourt aux manuels de morphologie, de syntaxe, de lexicographie, ou encore de phonétique, pour étudier un fait langagier : toponyme, patronyme, vocabulaire de faune, de flore, de métiers, etc. Les problèmes qu’il rencontre dépassent parfois le simple niveau des signifiants lorsque l’enjeu est de percer le sens, premier ou pluriel, enfoui dans les méandres de la rhétorique, de la stylistique ou de la pragmatique. En outre, lorsqu’il cherche à analyser l’interaction de plusieurs codes (par exemple dans le cas des manuscrits), il se heurte à la difficulté de rétablir ou de reconstituer des faits sociolinguistiques, avec le risque de « glissement » qu’implique l’absence de données diachroniques sur les états des langues en question.

4Les problèmes du linguiste ne sont pas non plus des moindres. Celui qui étudie une « langue nationale » ne s’aventure pas dans les sentiers périlleux de la diachronie pour laquelle il n’est pas outillé. C’est la raison pour laquelle le descriptivisme structuraliste (synchronie) domine dans les universités marocaines. Quand les dialectologues, d’hier et d’aujourd’hui, s’aventurent dans l’interprétation historique des phénomènes de langage, ils le font en amateurs, sans rigueur historiographique.

5Ce sentiment d’imperfection est partagé par les linguistes et les historiens, dès qu’il s’agit de faire le point, d’évaluer la pertinence et la qualité d’investigations impliquant nécessairement l’interaction entre langage et histoire. Ceux qui ont rencontré cette difficulté soulignent, de façon alarmante, la rupture épistémologique ressentie profondément, dans une pratique scientifique qui engage deux disciplines. Dans leurs travaux respectifs, les uns et les autres regrettent souvent l’ « amateurisme » de l’autre spécialité. Des tentatives de travail en commun, somme toute sporadiques et timides, se limitent le plus souvent à des « services rendus », ponctuellement et généralement en termes d’échange d’informations.

6Il importe donc de recentrer l’intérêt sur les apports de l’interdisciplinarité, notamment lorsqu’il s’agit d’étudier les langues communes, présentes dans le paysage socioculturel marocain, voire maghrébin. L’enjeu est d’envergure, en l’absence de données venant à éclairer les apports respectifs des deux disciplines scientifiques. Dans le cas contraire, historiens et linguistes seront condamnés à manipuler des matériaux, de façon lacunaire, et procéder, tant bien que mal, à l’interprétation des événements historiques comme des données langagières ; interprétation qui, dans le meilleur des cas fait état des pertes, de manques, d’oublis, voire de gommages délibérés. Dans ces conditions, travailler à partir de « traces », décrypter ou faire l’archéologie des données linguistiques peut aboutir à des généralisations abusives et trompeuses.

7Dans le cas particulier de l’interaction entre l’arabe marocain et l’amazighe, les questions de recherche qu’elle sous-tend sont nombreuses.

  • La genèse de la configuration du paysage linguistique au Maroc  : par quel processus ses composantes actuelles se sont-elles mises en place ? Quelles en sont la chronologie et l’évolution ?

  • L’amazighe et ses variantes dialectales supposent-ils un état originel ? Peut-on faire l’hypothèse d’une langue mère, unique, antérieure à la dialectalisation ? Quel en a été le statut, la structure, les usages, et le rapport au pouvoir autochtone qu’il soit punique, romain ou arabe ? Et sous quelles formes cette langue autochtone a-t-elle coexisté avec celle(s) de l’Autre ?

  • Par quel processus de dialectalisation se sont formés les dialectes (et les sous-dialectes) actuels ? Et quels sont les facteurs endogènes et exogènes de dialectalisation ?

  • Comment s’est effectuée l’arabisation, analysée comme réalité historique ? Quels en ont été les temps forts, la courbe d’évolution sur l’espace géographique et socioculturel ? Quel était l’état des parlers premiers : maakiliens et hilaliens, leur phonologie, leur prosodie, leurs structures ?

  • Peut-on faire l’histoire des étapes de l’interaction sociolinguistique (coexistence et conflits) : bilinguisme, diglossie, emprunts, calques, etc. ?

  • Quel était l’environnement linguistique lors de l’arabisation des zones amazighes ?

  • Comment étudier les faits de contact à travers l’histoire ? Entre autres les emprunts de l’amazighe à l’arabe et aux autres langues, ainsi que les emprunts de l’arabe dialectal à l’amazighe et aux autres langues ?

8Durant les dernières décennies, enfin, peut-on déceler une synchronie dynamique, grâce à des éclairages historiques ? Il va sans dire que ces questions d’ordre programmatique préoccupent tout chercheur se trouvant confronté à des faits langagiers difficilement interprétables sans risque d’erreur ou de méprise tant sur le sens et la valeur que sur le signifiant de ces faits.

9Face à ces problèmes de langage, l’historien ou le linguiste se doit d’établir une méthode propre d’observation des sources et témoignages auxquels il a eu accès. Toutefois, quelle que soit sa démarche, en l’absence d’un travail d’équipe raisonné et structuré par une rigueur scientifique des disciplines respectivement impliquées dans la recherche, il s’impose des lignes maîtresses drastiques dont, entre autres :

  • la constitution de corpus représentatifs faits de matériaux plus ou moins « objectifs ». Dans cette optique, le structuralisme linguistique (l’école de Prague, notamment le modèle phonétique en l’occurrence) a beaucoup aidé les chercheurs à imposer la langue comme outil d’expression et de communication. Pour le linguiste, la sécurité est garantie par les procédés classiques de segmentation, classification paradigmatique et syntagmatique. systématisation, comparatisme, etc. Quant à l’historien, le document analysé dans la dimension structurelle de son matériau langagier (lexique, structures, etc.) le renforce dans les sens qu’il est légitime d’inférer au document et, partant, aux documents qui s’y rapportent ;

  • la mise en « situation » du matériau appréhendé. Cela exige une opération d’abstraction et d’idéalisation à partir de recoupements et de reconstruction, parfois périlleux. Cette opération sauvegarde contre toute aventure interprétative. Les mots, les locutions, les notions, extraits de leur texte, doivent être replacés dans leurs contextes : faute de quoi, il ne s’agirait plus que de formes erratiques, dépourvues de tout sens, hormis celui que l’on se borne indûment à leur affecter ;

  • la confrontation des données. Il s’agit de procéder à des opérations contrastives qui n’ont de signification que lorsqu’elles portent sur des objets de même nature : vocabulaire de l’époque, de milieux différents, vocabulaire de la langue vernaculaire prise dans l’une ou l’autre de ses phases de développement spécifique, etc. ;

10Ces trois opérations et bien d’autres sont nécessaires à toute démarche scientifique qui vise le traitement de données langagières pour le décryptage de significations qu’elles recèlent quand elles se présentent dans le document écrit ou oral sur lequel le chercheur (l’historien, le linguiste ou les deux en même temps) va bâtir ses hypothèses descriptives et explicatives.

11Une illustration des controverses soulevées par ce sujet (du reste classique) situé au carrefour de l’histoire et de la dialectologie du Maghreb est l’éternelle question des relations entre les trois langues en présence : l’arabe classique, l’arabe marocain et l’amazighe. Il ne s’agit nullement de revenir sur les différentes thèses développées par les auteurs depuis Ibn Khaldûn jusqu’aux sociolinguistes contemporains, en passant par les dialectologues de l’époque coloniale ; ni de faire un rappel du peu de traitements consacrés à la question par les historiens, historiographes des différentes époques. Notre propos est de mettre en évidence la diversité des « attitudes » à l’égard des mêmes faits de langage, en l’absence de réponses fiables aux questions préalables que nous venons d’évoquer, relatives à la genèse du paysage linguistique au Maroc.

Le contact des langues au Maroc : diversité d’approches et d’interprétations

12Le phénomène de contact des langues en présence dans l’aire culturelle marocaine a toujours attiré l’attention des linguistes, des dialectologues, des historiens et aussi des idéologues. L’accent est souvent mis sur l’étonnante et intrigante « similitude » entre les dialectes de l’arabe marocain et ceux de l’amazighe, aux plans phonique, lexical et morpho-syntaxique.

13À l’époque coloniale, les études les plus fiables, se réduisent souvent à des hypothèses intuitives et aléatoires sur les faits diachroniques, sur les mécanismes d’interférence et sur les processus d’emprunt, de calque et d’intégration, dans un sens ou dans l’autre. Les descriptions dialectologiques de l’époque postcoloniale portant sur les deux langues, arabe marocain et amazighe concluent à l’affirmation des « analogies » constatées entre les deux systèmes. Leurs travaux vont par la suite servir de base à des investigations sociolinguistiques animées par le souci d’éclairer ces faits grâce à des données socioculturelles et historiques.

14Trois hypothèses sont à décliner, à partir de la littérature disponible :

  • les faits de similitude entre l’arabe marocain (AM) et l’amazighe (Am) sont le résultat du substrat amazighe dans le système de l’arabe marocain ;

  • ces faits sont imputables à la seule appartenance des deux langues à une même branche de la grande famille chamito-sémitique (ou afro-asiatique) ;

  • ces faits s’expliquent par des facteurs externes d’ordre sociolinguistique difficilement explicables en synchronie actuelle faute de supports diachroniques concluants. En guise d’illustration, nous présenterons quelques faits de « similitude » qui tiennent souvent lieu d’appoint pour soutenir les différentes thèses en circulation.

15Au plan phonétique, les deux systèmes (AM et Am) partagent les traits suivants qui les distinguent du système de l’arabe classique : absence de vocalisation casuelle spécifique à l’arabe classique (icrâb....) ; absence de hamza (lislam, liman, lamin, lidam, ibir) ; absence de l’affixe du féminin(t)  ; absence de vocalisation au début du mot, alors que l’arabe classique ne commence pas par unsukun  ; absence de l’allongement vocalique (al-kitâb : Iktab ; mûsâ  : musa).

16Au plan morpho-syntaxique, on constate l’absence du duel (al-muthannâ) en AM et en Am : liddin/ifassn (les deux mains) ; rrjlin/idarn (les deux pieds). Cette absence est également le fait du système verbal dans les deux langues : ya’kulâni > ta-yaklu / ar-shttan.

  • le diminutif est toujours au féminin en amazighe et aussi en arabe marocain : idida/tafuste (petite main).

  • emprunt par l’arabe marocain du morphème complexe (ta-t)caractérisant le féminin : cas des noms de métiers (tabnnayt/maçonnerie ; tanjjart/menuiserie), de qualités et défauts (tadamiyt/humanité ; tahramiyat/espièglerie.

  • mots d’origine amazighe conservés inchangés dans l’arabe marocain (Jbala) : abariq (gifle) ; agrar (grenier) ; taraza (chapeau) ;

  • le vocatif amazighe est le même qu’en arabe marocain : Âhmed et non Yâ ’Ahmad de l’arabe classique ;

  • l’indéfini en arabe marocain est calqué sur celui de l’amazighe : wahd rrajel (un homme) et nonrajulun  ; AM : wahd I-mra (une femme), Am :Jan, idj ur gaz  ; AM : chi rajel (quelque homme : un certain homme), AM : chi drari(quelques enfants), AM : sha / kra n ddrari en amazighe ;

  • le passif en arabe marocain est formé sur le modèle amazighe : avec préfixe tt- : AM :ttkal, Am  : ittawatcha (il a été consommé) ;

  • usage en arabe marocain de certaines modalités aspectuelles : kayedreb la-yûl, ta-yeqra ;

  • plusieurs procédés de calque syntaxique sont attestés, confirmant que le modèle syntaxique amazighe est un substrat de la syntaxe de l’arabe marocain Citons entre autres exemples le génétif : en amazighe (Am) et en arabe marocain (AR), cette structure se distingue de celle de l’arabe classique (AC) du fait de l’absence de cas dans les deux premières langues : la maison de Brahim : ddar dyal Bbrahim (AM) ; Tigmmin n Brahim (Am) ; Dâru Ibrâhma (AC) ; « la mère de Brahim » : Imm as n Brahim (Am) ; Immah d Brahim (AM) ; Ummu Ibrâhîma (AC).

  • Au plan lexico-sémantique, des affinités entre Am et AM sont attestées avec un écart notoire par rapport aux faits de l’AC. Voici des exemples parmi des centaines ;

  • zznz  : bâc/ (vendre) l’AM utilise l’acception amazighe de « dénoncer », en AC, cette acception n’est pas valide : voir wachâ en AC.

  • ffgh  : xrj/ (sortir) l’AM emprunte l’acception amazighe dans xrj clîh (il est sorti sur lui = « il lui a porté préjudice » / xrj f-lhit (il est sorti dans le mur= « il a heurté le mur  », acception non attestée en AC pour le verbe kharaja (sortir) ;

  • awi : ddi (emporter, emmener), awitt gh ixfnnk/ddihafrask (emporte-la sur ta tête = occupe-toi de ta personne (de tes oignons), etc.

17Nombreux sont donc les faits de similitude entre les deux langues en présence et en séculaire interaction. Ces faits ont bénéficié de descriptions très détaillées, notamment par les dialectologues et les sociolinguistes (Colin, Laoust, Pellat, Chafik, Destaing, Mercier, pour ne citer que les anciens). Pour l’essentiel ont été avancées trois thèses majeures ?

18(i) La thèse berbérisante (le tout amazighe) ramène tous ces faits à une seule hypothèse : « l’arabe dialectal est la traduction exacte de l’amazighe... Le lexique arabe est venu se mouler dans les structures amazighes comme la mentalité, et la culture arabe ont été assimilées par la culture amazighe. Cette thèse est défendue notamment par Essaafï Moumen Ali (livre de même titre, à paraître). Dans cette thèse l’histoire est relue d’un seul point de vue, guidé par le souci d’une revendication identitaire qui s’érige contre toute tentative assimilationiste. Les faits d’emprunt, de calque et d’autres procédés naturels dans les situations de contact sont interprétés dans un sens unique.

19(ii) La thèse arabiste (le tout arabe) : elle s’inscrit dans une tendance courante visant à démontrer « l’arabité des imazighen » et leur « enracinement profond dans l’arabité ». L’amazighe est directement confronté à l’arabe classique, avec une nette occultation de l’arabe dialectal en usage au Maghreb. Les travaux de ce type s’inscrivent dans l’optique de réfuter les thèses des défenseurs de l’identité berbère du Maghreb, à l’encontre de l’unicité identitaire arabe.

20(iii) Les arguments linguistiques sont avancés au-delà de toute considération historique dialectique. L’historien procède à une sélection et à un gommage, à la fois synchronique (faits de similitude des dialectes arabes et amazighes et diachronique (les étapes d’arabisation des imazighen maghrébins). Le procédé d’idéalisation dont on a parlé plus haut s’inscrit dans une lignée idéologique patente. M. Mokhtar Al-Arbaoui (1993) nous en livre un cas de figure.

21Phonétiquement, pour cet auteur, il y a identité entre l’arabe (classique s’entend) et l’amazighe. La richesse phonétique du berbère (vélaires, emphases, etc.) proviendrait de l’arabe qui en est le substrat foncier. L’auteur ajoute que certains faits dits spécifiques à l’amazighe (dont ceux signalés plus haut) existent dans des variantes de l’arabe classique (l’indéfini, l’absence du hamza, etc.) ;

22Au plan lexical, l’auteur fournit une panoplie de lexèmes réputés d’origine amazighe, qu’il ramène à leur fonds initial que sont l’arabe ancien et d’autres langues de même famille, accadien ou hébreu : lmd (apprendre), azru (hajar), etc.

23Aux plans syntaxique et morphologique, des exemples sont avancés ; entre autres :

  • l’existence massive du pluriel brisé en amazighe (ajdir/ijudar-amddakl -imddukal)  ;

  • l’existence en amazighe des pluriels sains, masculin et féminin (izm/ izmawn/tigrt.tigratin/ism-ismawn) ;

  • la féminisation avec le /t/ existant dans les variantes anciennes de l’arabe classique et son affixation, en fin de mot, est attestée en himyarique (arabiyt, habshet, rabiât) ;

  • les pronoms affixés (baba-k/abûk) sont d’origine arabe.

24Au plan lexical, l’auteur rejoint son compatriote Fahmi Khachim qui ramène les trois quarts du lexique kabyle au dictionnaire initial arabe : azru > azr (arabe)/maknas > racine kanasa/asafi > sif (mer et eau douce en arabe classique)/agdal > jadal/agadir > idar (mur en arabe classique)/lmuzzar > naçr (cascade en arabe classique)/tawrirt > aru (montagne en arabe classique] /says > says (hippodrome)/tagant > janna, etc.

25La même thèse est défendue, avec d’autres arguments historico-linguistiques, par Ahmed Alaoui (1989). En recourant à une certaine approche qui se veut interdisciplinaire (archéologie, anthropologie, histoire et linguistique), l’auteur visait essentiellement à élucider « le dire des historiens arabes anciens qui soutiennent que les habitants de l’Afrique du Nord sont des hymyariques et que leur appellation ethnique n’est en réalité qu’une appellation modaride. Notre but, écrit-il, est d’argumenter linguistiquement que le mot « îmazighen » a le même signifié dans le hymyarique modaride qui est notre propre langue » (p. 56).

26(iii) La thèse conciliatrice (entre-deux) stipule, quant à elle, que l’arabe marocain est le produit de l’interaction entre l’arabe classique et l’amazighe.

27Parmi les défenseurs contemporains de cette thèse, Mohammed Chafik (1999) qui soutient, en sa qualité d’autorité académique en amazighe et d’érudit bien versé dans l’histoire du Maghreb, que l’amazighe a contribué à l’émergence et au développement de l’arabe marocain. Notamment, il en aurait marqué profondément le lexique, la phonétique et la syntaxe. L’amazighe qui, selon lui, serait directement en prise avec l’arabe classique, aurait emprunté à celui-ci énormément de données lexicales, morphologiques et syntaxiques. Le résultat de cette influence massive de l’arabe classique sur l’amazighe est la naissance d’une langue « entre-deux » : cette dernière serait dotée d’une structure syntaxique amazighe ; son lexique serait en majorité arabe, alors que la phonétique, la prosodie et l’intonation sont communes.

28Ainsi, à la lumière de cette thèse et des hypothèses qui la motivent, Chaflk interprète les affinités et les similitudes signalées plus haut entre l’arabe marocain et l’amazighe comme étant un indicateur tangible du statut de l’arabe marocain comme « langue médiane » entre arabe classique et amazighe.

29Sur l’interférence lexicale entre l’arabe marocain et l’amazighe, M. Chafik soutient que le dictionnaire de l’arabe marocain est essentiellement arabe, avec une portion non négligeable d’emprunts à l’amazighe. L’arabe marocain aurait procédé naturellement à des adaptations et modifications en intégrant le lexique amazighe dans son dictionnaire, M. Chafik utilise le terme « tahrif » (déformation). En supposant que le premier usager hypothétique d’un lexème d’origine arabe était amazighe, celui-ci aurait employé le mot en le chargeant d’une sémantique et d’une morphologie locale : le mot aurait ainsi pris sa trajectoire évolutive en s’écartant plus ou moins de sa valeur linguistique originelle. Enfin, le processus d’arabisation des mots amazighes aurait joué un rôle déterminant dans la genèse de l’arabe marocain.

30Face à ces trois thèses, l’approche sociolinguistique (Ahmed Boukous, 1997, notamment) prend un recul raisonné et dépassionné par rapport à toute considération aléatoire et considère l’arabe marocain et l’amazighe comme étant les deux pôles de la diglossie dialectal-amazighe. Les deux langues ne sont pas apparentées directement, l’arabe dialectal étant une langue sémitique et l’amazighe, une langue chamito-sémitique (afro-asiatique). Les structures linguistiques sont bien distinctes, même si, en raison d’un contact séculaire continu, l’emprunt lexical et le calque syntaxique sont abondants dans les deux sens. En fait, selon les conclusions de A. Boukous (ibid.), « dans cette diglossie qui est pratiquée essentiellement par les amazigophones installés en milieu urbain, on peut considérer que la variété de l’arabe dialectal constitue la variété haute et l’amazighe la variété de base ; car sur le plan des fonctions sociolinguistiques, l’arabe dialectal représente la variété véhiculaire et transactionnelle à l’échelle nationale ; l’amazighe est la variété vernaculaire en milieu urbain amazighophone, où son usage privilégié est la famille. Ainsi, l’amazighe constituerait la variété dominée dans le binôme dialectal-amazighe ».

31À partir d’un exemple qui se situe au carrefour de l’histoire et des sciences du langage, nous avons essayé de mettre en évidence les aléas de l’interdisciplinarité quand elle n’est pas assise sur des bases solides sur les plans épistémologique et méthodologique. Cet exemple, entre bien d’autres, montre à quel point il est nécessaire de recentrer l’intérêt commun des sciences humaines interpellées dans la relecture, la révision ou la réinvestigation concernant les phénomènes langagiers relevant de communautés sociologiquement et culturellement « problématiques » : métissages, emprunts, interactions, etc. Phénomènes occasionnés par la force dans de la dynamique sociale dans les synchronies successives, il n’est plus question d’en appréhender la complexité parfois intrigante sans outillage interdisciplinaire approprié. Certaines tentatives pour disséquer les faits de langage à valeur sociale ou historique comme les toponymes ou les anthroponymes ont révélé les limites de l’intradisciplinarité. Ainsi appréhendés par les seuls historiens (tels que Toufiq, Mezzine, pour les toponymes) ou par les seuls linguistes (Colin, Chafik, El Moujahid, etc), les données du langage (lexèmes, morphèmes, structures, etc.) restent muettes sur l’essentiel de leur valeur et les risques de méprises sont parfois énormes.

Bibliographie

Alaoui A., 1989, « Hawla tārīkh al-maghrib : al-himyariyyūna wa-l-amāzīgh (À propos de l’histoire du Maroc : himyarides et amazighes), Ab’ād fikriyya, 2 (Maroc), p. 75 sq.

Al-Arbawi M. M., 1993, Al-barbar ‘arabun qudāmā (Les berbères, anciens arabes), Rabat, éd. Al-Majlis al-qawmi 1-ttaqâfa al-arabiyya.

Boukous A., 1997, Société, langues et cultures au Maroc : enjeux symboliques, Rabat, éd. Faculté des Lettres.

Chafik M., 1999, Ad-dārija al-maghribiyya, majālu tawārudin bayna l-amāzīghiyya wa-l- ‘arabiyya (L’arabe dialectal marocain, lieu d’interaction entre l’amazighe et l’arabe), Rabat, éd. Académie du Royaume du Maroc.

Colin G.S., 1924, « Notes de dialectologie arabe : observations sur un vocabulaire maritime berbère », Hespéris, IV, p. 175-179.

El Moujahid E., 1992, « Histoire et lexicographie : le vocabulaire maritime d’origine berbère », in Le Maroc et l’Atlantique, Rabat, éd. Faculté des Lettres, p. 51-58.

El Moujahid E., 1993, « Dialectologie comparée : parallélismes syntaxiques entre le berbère et l’arabe marocain », in Dialectologie et sciences humaines, Rabat, éd. Faculté des Lettres.

Laoust E., 1920, Mots et choses berbères, Paris, Challamel.

Safi A. M. (ms. à paraître), Ad-dārija al-maghribiyya tarjamatun harfiyyatun lil-amāzīghiyya (Le dialectal marocain est une traduction littérale de l’amazighe).

Notes

1 Entre plusieurs ouvrages allant dans ce sens (bibliographie infra), cf. notamment les travaux de Fahmi Khashim et l’ouvrage de Mohammed Mokhtar Al Arbaoui (les berbères, anciens arabes).

2 F. Khachim.

3 A. Alaoui, 1989, À propos de l’histoire du Maroc, les hymyariques et les imazighem, 75.

4 M. Chafiq, 1999.

5 A. Boukous, 1997, entre autres.

6 Ibid.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable