Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

III. Évincements, dominations

Faire de la langue des chrétiens une langue pour les musulmans aussi

Hossain Bouzineb

Texte intégral

  • 1 Le Coran, au contraire, fait allusion au fait de révéler chaque religion en sa propre langue : « De (...)

1En lisant les trois livres sacrés des trois religions monothéistes, on s’aperçoit que ni l’Ancien Testament ni le Nouveau Testament ne parlent de leur langue de révélation1. Le Coran, en revanche, a fait de la langue arabe le véhicule officiel de son expression religieuse. La référence à la langue arabe se répète onze fois tout au long du texte coranique, et les onze versets justifient les raisons divines de ce choix. Voici, à titre d’illustration, quelques versets qui en donnent certaines justifications :

    • 2 Nous avons utilisé la traduction du Coran faite par Cheikh Si Boubakeur Hamza, Paris, Fayard-Denoël (...)

    « Nous l’avons révélé sous forme d’une lecture (en langue) arabe, afin que vous raisonniez » (Coran : 12/2)2 ;

  • « Nous en avons fait un Coran en langue arabe, afin que vous le compreniez » (Coran : 43/3) ;

  • « Si nous avions fait (de cette prédication) un Coran en une langue autre que l’arabe, ils auraient objecté : “pourquoi ses versets ne sont-ils pas exposés (en arabe) ? Quoi donc ? Un idiome non arabe (pour un peuple) arabe ?” Dis : “Ce Coran est une direction et une guérison pour ceux qui croient...” » (Coran : 41/44) ;

  • « En vérité, ce (Coran) est une révélation émanant du Seigneur des mondes, déposé par l’esprit fidèle en ton cœur pour que tu sois du nombre des avertisseurs (Révélation faite) en langue arabe claire... » (Coran : 26/192-195).

2La langue arabe est donc la langue officielle de la religion islamique, et de ce fait, elle est sacrée dans toutes ses composantes, aussi bien internes qu’externes. L’écriture étant une composante externe, elle sera aussi d’un caractère sacré.

3Le souci des chrétiens espagnols de faire disparaître toute référence à l’islam, les a conduits à viser la destruction du véhicule linguistique des musulmans, en tant que moyen de cohésion de cette communauté. Les mesures entreprises par ceux-ci ont eu comme résultat la perte de la langue arabe. Ajoutons à cela, comme réaction naturelle des musulmans, ce mélange qui constitue une synthèse de la langue des musulmans et celle des chrétiens. Déjà au xve siècle, nous avons le témoignage de ‘Isa bnu Gabir qui évoque la situation des musulmans de Castille :

  • 3 G. Wiegers, ‘Isā b. Ğābir and the origins..., p. 160

4« ... parce que les Maures de Castille, à cause d’une grande sujétion, de beaucoup de tributs et de grandes fatigues, ont perdu peu à peu leurs biens, les écoles et la langue arabe. Comme conséquence de cette carence, mes amis m’ont demandé avec amour et insistance [...] ; avec une grande clémence m’ont supplié que, en (langue) romance, je puisse réunir une si brève écriture de notre loi et sunna, et de tout ce qu’un bon maure devrait savoir et utiliser. C’est une demande que je ne pouvais pas refuser de satisfaire »3.

5Après la perte de la langue arabe, les morisques vont sentir leur foi se dénaturer, car, en principe, elle devait être exprimée dans la langue naturelle de l’islam. Pour cela ils s’excusent constamment de se voir dans l’obligation d’utiliser la langue des chrétiens pour pratiquer l’islam. Un morisque disait à ce propos :

  • 4 Ibid., p. 203

6« Personne parmi nos coreligionnaires ne connaît l’arabe dans lequel a été révélé notre saint Coran ; ils ne comprennent pas les vérités de la religion (islamique), et ils ne peuvent pas capter son excellence précise, sans qu’on leur explique cela dans une langue étrangère, comme celle de ces chiens de chrétiens, nos tyrans et oppresseurs, que Dieu les confonde ! Ainsi donc, je demande pardon a celui qui lit ce qui est écrit dans les cœurs, sachant que mon intention n’est autre que d’ouvrir le chemin du Salut aux fidèles musulmans, même si c’est à travers ce vil et méprisable moyen »4.

  • 5 Cf. Consuelo López Morillas, 1982. p. 13 : « Está eskrito en letra de kristianos... ruega y suplica (...)

7Une désolation similaire était exprimée par un autre morisque, auteur d’une traduction du Coran, écrite en caractères latins, qui se trouve à la Bibliothèque de Tolède : « (Étant donné qu’il) est écrit en lettres des chrétiens..., il prie et supplie, puisqu’il est écrit en ces lettres, ne soit moins considéré par rapport à ce qu’il est ; bien au contraire, vu qu’il est exprimé de cette manière, il est plus clair aux yeux des musulmans qui savent lire le chrétien et non pas la lettre des musulmans. Il est vrai que le prophète Muhammad - la bénédiction de Dieu et son salut soient sur lui - a bien dit que la meilleure langue était celle qu’on comprend le mieux »5.

  • 6 Cf. Jaime Oliver Asín, 1973, p. 210

8Ce même sentiment sera éprouvé par les morisques en exil après leur expulsion en 1609. Ceux parmi eux qui se sont trouvés en Tunisie, ne connaissaient ni la langue ni l’écriture arabes, ce qui avait poussé les personnes chargées de leurs affaires religieuses, parmi leurs compatriotes espagnols, à leur enseigner la religion islamique en utilisant la langue et l’écriture qu’ils connaissaient. Dans ce contexte, et par peur de tomber dans le dévoiement de l’enseignement des préceptes de l’islam par leur écriture en caractères espagnols, un poète morisque anonyme avait demandé l’avis juridique (fatwa) de Citi Bulgaiz, un saint tunisien qui les avait chaleureusement accueillis et facilité leur séjour sur ces terres. La réponse du saint tunisien était positive, et considérait cette façon de procéder comme excellente6.

  • 7 Cf. M. de Epalza, 1988, p. 13 : « ... ya fue declarado por Málik, et fundador de la escuela jurídic (...)
  • 8 Cf. Jaime Oliver Asín, 1973, p. 210
  • 9 Ibid.

9Cette même question avait préoccupé auparavant les théologiens morisques, qui devaient justifier l’enseignement aux musulmans de la doctrine islamique traduite en langue espagnole. Au début du xvie siècle, Le Mancebo de Arévalo disait : « ... Malik, le fondateur de l’école juridique malikite dominante en al-Andalus, a déjà déclaré que notre sainte loi et Sunna, modèle de vie islamique, devait être enseignée à toute créature dans n’importe quelle langue qu’elle puisse comprendre le mieux, avec n’importe quel art ou habileté, sans rien enlever ni rien ajouter à son contenu spirituel, et doit être communiquée à toutes les nations, sans mépriser aucune créature... »7. Dans ce même sens, on peut lire dans un manuscrit intitulé Les cinq piliers de la loi musulmane, écrit en 1627 par un morisque émigré en Tunisie, que la langue arabe « est la meilleure des langues que Dieu Notre Seigneu, ait données à ses créatures depuis le début du monde, la plus douce et la plus compréhensible »8. De la langue castillane, qu’il méprisait, il disait en revanche : « Cette langue vulgaire, est si pauvre en vocables que l’on ne peut vraiment traduire que le sens, et la chose dite dans cette langue paraît si différente, que l’on n’y trouve pas cette douceur du style qu’elle possède dans l’autre : mais chacun doit se contenter de ce que Dieu lui a donné en partage et prendre les choses comme elles sont »9.

10Bien entendu, les avis des morisques concernant la langue espagnole ne concordaient pas. La violence, exprimée par certains d’entre eux, n’était pas partagée par tous, car il y avait parmi eux des intellectuels qui suivaient la mouvance littéraire espagnole de l’époque avec grand enthousiasme, qui participaient en tant que membre à part entière de cette culture. Nous avons plusieurs cas de morisques qui ont assumé cette culture « romance » sans aucun complexe, tel l’auteur du manuscrit S2 appartenant à l’Academia de Historia de Madrid, que Jaime Oliver Asín qualifie d’ « admirateur de Lope ». Ce morisque anonyme était le prototype du musulman qui sentait le besoin d’effacer l’influence laissée par la religion chrétienne sur ses coreligionnaires ; après des années de soumission forcée à la centrifugation de la machine catholique, qui cherchait l’acculturation des musulmans espagnols, ils penchaient naturellement vers les habitudes et les traditions de cette religion. Ce morisque avait donc écrit son livre pour satisfaire ce besoin précité ; un livre ordinaire sur les instructions religieuses de l’islam et sur ses principes moraux, de par l’orientation générale du sujet, mais qui se distinguait par une présentation de son contenu sous une forme belle et attrayante, où les vers de son poète tant admiré, Lope, constituaient la référence constante sur laquelle il s’appuyait, ainsi que ses histoires moralisatrices.

  • 10 Ibid., p. 215.

11En réalité, tout cela ne reflétait que la spécificité de la culture morisque, bien attachée aux principes de la religion musulmane, et en même temps, conservatrice de ses repères personnels, ceux de la littérature espagnole qui vivait son siècle d’or. Notre morisque, musulman jaloux de sa religion, à sa manière, participait à l’opération de renouvellement de l’apprentissage des instructions islamiques par ses compatriotes morisques, en puisant dans ses références culturelles espagnoles et dans les grandes figures littéraires de son pays d’origine, comme Lope de Vega, Garcilaso, Quevedo... Parallèlement à son attitude envers la religion islamique, nous constatons qu’il était aussi jaloux de sa culture espagnole et enclin à la conserver. Il disait à propos de ses idoles littéraires : « ... tant que ceux qui, comme nous, sont venus, étaient en vie, on ne les oubliait pas, mais comme ils disparaissaient peu à peu, à mesure que le temps passe, je rapporte tout ceci afin que ceux qui sont nés ici l’apprennent de moi et des rares survivants. »10

12Nous avons un autre exemple de morisque cultivé dans la littérature espagnole. Il s’agit d’ibrahim Attaybili ou Juan Pérez, selon son nom chrétien. Ce morisque émigré en Tunisie après l’expulsion de 1609, est l’un des plus importants poètes qui aient polémiqué contre la religion chrétienne, attaquant violemment certains dogmes des catholiques espagnols. Ses sarcasmes et son ironie contre les prêtres, l’église, le dogme de la Trinité, et autres croyances de ses compatriotes catholiques, n’empêchaient pas notre poète de lire, en langue espagnole bien sûr, la littérature de son pays, et de suivre les modes littéraires de son époque et les influences qu’elle produisait dans la société espagnole. Ainsi écrit-il dans le « Prologue au lecteur », fait à son recueil de poèmes polémiques contre la religion catholique :

13« Je me rappelle qu’en mille six cent quatre, à la foire d’Alcalá de Henares, très célèbre université en Espagne, je me promenais un jour à travers l’avenue principale, avec à mes côtés un ami [...]. Nous arrivâmes à une librairie, et il y en avait de très authentiques et copieuses. Moi, amateur que j’étais (des livres), j’entrai dans l’une d’elles et j’ai demandé Los çésares de Pedro Mexía, Relox de principes, et les Epistolas de Guebara. Effectivement, ce sont ceux que j’avais pu apercevoir à ce moment-là ; et comme cela, j’ai pu acheter six livres. Alors que je concertais sur le prix et payais, une conversation s’est engagée entre moi et les personnes qui se trouvaient dans le magasin, tandis que mon ami feuilletait les livres, et les regardait un à un. Après quoi, je lui ai dit : “que pensez-vous de notre affaire ? Il m’a répondu : je jure par Dieu, M. Juan Pérez, à vrai dire, je n’en ai pas trouvé chose de goût, et je n’ai rien compris non plus, dans tous ce que j’ai lu. Si vous aviez acheté le Caballero de Febo, Amadis de Gaula, Palmerin de Oliba, Don Belianis de Greçia, et d’autres semblables qui contiennent honneur et profit, vous auriez vu le courage de ces chevaliers, ainsi que les très célèbres aventures, comme sait bien ce monsieur”, en signalant le libraire, lequel, en souriant, répliqua : “Vous avez bien raison”. Il y avait également un étudiant présent, qui, en riant avait dit : “Voilà un autre Don Quichotte qui apparaît”. “Monsieur, êtes-vous amateur de ces histoires chevaleresques ?” avait dit le jeune homme. “Monsieur, apparemment elles procurent du plaisir”. L’étudiant dit : “Ma foi, votre goût dépasse tous les autres, et en serait le meilleur !” Il eut honte, alors que l’étudiant l’importuna un peu comme il en est de coutume entre eux. « Nous nous sommes quittés ainsi ; mon ami tout confus, et eux éclatant de rire. »

  • 11 Voir ce que dit Ma Jesús Viguera à propos de la situation linguistique des musulmans hispaniques en (...)
  • 12 En 1567 ont été publiés à Grenade des chapitres et des ordonnances qui, entre autres interdisaient (...)

14En réalité, la perte de la langue arabe dans plusieurs régions espagnoles, comme en témoignent les chercheurs11 s’est produite bien avant les décisions prises par les autorités chrétiennes d’abolir l’usage de cette langue après l’occupation du royaume de Grenade par les Rois Catholiques12. Néanmoins, ces décisions ont accéléré la détérioration de la connaissance de l’Arabe parmi les morisques et le remplacement de cette langue dans tous les domaines de la vie morisque.

15L’analyse des textes écrits en aljamía - langue espagnole écrite en caractères arabes - nous rapproche du parcours vécu par les derniers musulmans espagnols.

16En premier lieu, apparaît comme trait distinctif de la littérature morisque, l’utilisation de l’écriture arabe pour reproduire leur langue espagnole. Il ne s’agit pas ici d’une utilisation anarchique ou spontanée, mais plutôt d’une maturation d’usage d’un système graphique arabe précis, enrichi et adapté au système phonétique espagnol, très différent de celui de la langue arabe dans plusieurs de ses éléments constitutifs, afin de refléter des valeurs d’une autre langue, dont les origines bien différentes ont généré deux systèmes difficilement conciliables. Notons par exemple la solution apportée par les morisques à la différence existant entre les systèmes vocaliques de l’arabe et de l’espagnol ; le premier avec seulement trois graphèmes pour représenter cinq ouvertures vocaliques, et le second, avec cinq graphèmes. Les morisques, d’une façon non équivoque ont apporté une solution à la différence entre les voyelles/i/et/e/de l’espagnol en utilisant la kasra arabe pour le /i/ et la fatha + alif pour le /e/. Ils n’ont pas proposé de solution, cependant, pour l’opposition espagnole o/u pour lesquelles ils ont utilisé indistinctement la damma. Je voudrais signaler ici que je n’ai jamais trouvé de pareille solution dans les différentes tentatives d’utilisation des graphèmes arabes pour transcrire les langues européennes.

17En ce qui concerne les consonnes, les solutions morisques sont très appréciables. Les sons qui se rapprochent dans les deux langues comme/b, t, j, d, d, f, r, l, m, n, etc. ont trouvé, évidemment, une correspondance facile dans les graphèmes arabes de valeur très rapprochée : bā’ ب - tā’ ت – ĵīm ج - dāl د - đāl ذ - fā’ ف - rā’ ر - lām ﻝ - mīm م – nūn ﻦ, etc. Nous avons constaté l’ingéniosité morisque dans le fait de trouver des solutions à des sons espagnols étrangers à la langue arabe, comme : ch [č] -ll [ļ] - ñ [ņ] - s [s !], transcrits successivement par ĵīm+ tašdīd, lam+ tašdid, nūn+ tašdīd et šīn. L’écriture aljamiada précise parfois des valeurs qu’on ne trouve pas dans les caractères latins utilisés à l’époque pour écrire la langue espagnole des chrétiens. Les morisques faisaient la différence entre les réalisations occlusive et fricative du phonème espagnol /d/, en utilisant dāl pour l’occlusive et dāl pour la fricative. Parfois ils ajoutent le tašdīd pour marquer le caractère affriqué de certains sons espagnols comme le [z] médiéval. D’une manière générale, on peut dire que l’écriture aljamiada était beaucoup plus simple et régulière que l’écriture latine utilisée à la même époque. On notera au passage, que l’écriture arabe a été utilisée pour écrire la langue espagnole bien avant l’écriture latine, comme le prouvent les documents les plus anciens écrits en langue espagnole appelée « vulgar », tels les ĥaraĵāt ou sorties des muwaššaħāt andalouses.

18Une évaluation intelligente de l’effort entrepris par les morisques pour adapter le système graphique arabe à la langue espagnole, nous conduit à constater une volonté de simplification en vue de généraliser l’appareil mis en place pour répondre d’une manière efficace à leurs attentes. Notons que le système graphique arabe, en harmonie avec son système phonologique, a développé une série de doublets phonétiques qui reproduisent des sons du même point d’articulation, mais avec des degrés différents de vélarisation ou d’emphase : ط/تᅳق/ك ᅳظ/ذᅳض/دᅳص/س. Au sein des doublets précités, les morisques ont opté pour l’utilisation des éléments non vélarisés et non emphatique (tarqīq), même si, comparativement, le son espagnol, du point de vue du degré d’emphase ou de vélarisation, peut être plus proche du deuxième que du premier.

19A vrai dire, la simplification mentionnée est le résultat d’une utilisation intense du système en question, et il ne faut pas la comprendre comme le résultat d’un travail de laboratoire, ou d’ingénierie de langue.

20Le lexique est le deuxième aspect de la langue espagnole des morisques qui a subi une réorganisation profonde de ses constituants.

  • 13 Ms. 5301 de la Bibliothèque nationale de Madrid, fol. 3v-4r.

21L’identification de la langue espagnole avec la religion chrétienne a poussé les morisques vers la recherche de correspondants islamiques des termes espagnols qui pouvaient susciter une éventuelle confusion des concepts des deux religions. Les musulmans ne voulaient absolument pas qu’il y ait un mélange du monde de l’islam avec celui des chrétiens. Un morisque disait à ce propos : « ... n’utilise pas les conversations ni les usages des chrétiens ni leurs habits ni (les choses) qui leur ressemblent, ni celle des pécheurs infernaux. Tu dois accomplir et garder les dits, les doctrines, les coutumes, les habitudes et costumes du bienheureux prophète Muħammad şallā Allahu ‘alayhi wa sallam...13 ».

22Dans ce contexte, la divinité islamique sera toujours « Allah », jamais « Dios ». Évidemment, les morisques évitaient toute confusion avec la divinité des chrétiens, allant parfois à écrire le mot « Allah » en caractères arabes au milieu de textes écrits en caractères latins. Nous connaissons bien la polémique entre les morisques et les chrétiens à propos de l’identité du Créateur ainsi que les définitions que les deux parties lui attribuent.

23Le nom du Prophète était exprimé sous la forme arabe : « Muħammad  », et jamais comme il était prononcé par les chrétiens, c’est-à-dire, « Mahoma ». Il en était de même pour les noms des autres prophètes comme Ibrāhīm, ‘Isā, Mūsà, Ya’qūb, etc. Étant donné qu’ils avaient perdu le système phonétique arabe, les morisques éprouvaient des difficultés à reproduire tous les traits phonétiques des noms précités, comme l’allongement vocalique ou la gémination de certaines consonnes. Ils confondaient aussi les allongements e géminations des noms, mais ils essayaient toujours de rester près de la prononciation arabe et d’éviter la forme chrétienne : Abraham, Jésus, Moisés Jacobo, etc.

24La terminologie islamique est reproduite sans aucune modification, sauf pour ce qui concerne l’adaptation au système phonétique espagnol qui ne contient pas certains sons et certaines combinaisons arabes. Des termes tels que ħalāl, ħarām, al-’imām, aş.şalā, az-zakā, aç.çaĵda, ar.rak’a, etc. figurent écrits sous deux formes : sous la forme arabe correcte, lorsqu’il y a influence directe du texte arabe original, et sous la forme spontanée, sans allongement vocalique, en respectant les normes combinatoires espagnoles, telles que la neutralisation de la -m final en archiphonème nasal qu’on trouve dans ħaran < ħarām, ou la prononciation du /ħ/, arabe comme ĥalal < ĥalāl, alĥadiç < al-ħadīŧ, etc.

25Les morisques préféraient l’utilisation du terme religieux musulman même quand ils n’arrivaient pas à le prononcer dans son intégralité. Mais parfois, ils éprouvaient des difficultés à le réaliser, et ils acceptaient de faire coexister le terme chrétien avec le terme musulman. Par exemple, pour aşşawm et son verbe correspondant şāma, nous n’avons jamais pu le trouver. C’est toujours « dayuno » et « dayunar » que les morisques utilisent.

26L’adaptation des mots arabes à la morphosyntaxe espagnole est une technique qui permet de répondre aux besoins d’expression des morisques. Le mot arabe est ainsi intégré sans modification phonétique : ĥaleqar, ĥaleqamiento, ĥaleqados, amaħar, çaguear (=écouter), ‘adebar (=torturer), ‘adebador, ‘adebado, etc. Parfois ils n’arrivaient pas à appliquer cette adaptation, et ils ajoutaient un verbe auxiliaire espagnol à coté du mot arabe, par exemple : fazer aşşala, kien fará aşşala aduhar, etc.

27Une transformation beaucoup plus profonde est opérée au niveau de figures stylistiques de la langue espagnole, qui adopte les figures arabes sous la pression de la traduction : l’intense utilisation du participe présent de l’arabe (los aprendientes y demandantes), la périphrase ser + adjectif verbal en -dor (kien es dexador de l-aşşala), la copulative arabe de simultanéité ou « wāw al-ħāl « (i después lonbre ada Allah en su kameña, i él será tahrado...), l’ellipse de particules espagnoles sous influence de l’arabe, l’utilisation erronée de quelques particules en suivant les modèles arabes...

28L’adoption du style arabe imposé par la traduction deviendra, à la longue, un style morisque qui ne nécessitera plus la pression de la traduction pour se reproduire : il sera tout simplement le style morisque consacré.

Bibliographie

Consuelo López Morillas, 1982, The Qur’an in sixteenth-century Spain : six morisco versions of sura 79, Londres, Tamesis Books Limited.

Coran, traduction de Cheikh Si Boubakeur Hamza, Paris, Fayard-Denoel, 1972.

Epalza M. de, 1988, « El escritor Ybrahim Taybili y los escritores musulmanes aragoneses » (a modo de introducción), in F. Bernabé Pons, El cántico islámico del morisco hispanotunecino Taybili, Saragosse, Instituto Fernando el Católico.

Jaime O. A., 1973, « Un morisco de Tunis, admirateur de Lope. Etude du ms. S.2 de la Collection Gayangos », in M. de Epalza et R. Petit, Études sur les moriscos andalous en Tunisie, Madrid, Instituto Hispanoárabe de Cultura.

Wiegers G., 1990, « ‘Isā b. Ğābir and the origin of aljamiado literature », Al-Qantara, CSIC, Madrid, XI, fasc. 1.

Notes

1 Le Coran, au contraire, fait allusion au fait de révéler chaque religion en sa propre langue : « De même que nous avons révélé aux prophètes qui t’ont précédé une prédication dans leur langue, de même nous te révélons (ce Coran) comme une sagesse exprimée en langue arabe ” (Coran : 13/37).

2 Nous avons utilisé la traduction du Coran faite par Cheikh Si Boubakeur Hamza, Paris, Fayard-Denoël. 1972.

3 G. Wiegers, ‘Isā b. Ğābir and the origins..., p. 160

4 Ibid., p. 203

5 Cf. Consuelo López Morillas, 1982. p. 13 : « Está eskrito en letra de kristianos... ruega y suplica que por estar en dicha letra no lo tengan en menos de lo k-es, antes en mucho ; porque pues está así declarado, está más a la vista de los muçlimes que saben leer el cristiano y no la letra de los muçlimes. Porque es cierto que dixo el annabi Muhammad salla Allahu’alayhi wa sallam, ke la mejor lengwa era la ke se entendía ».

6 Cf. Jaime Oliver Asín, 1973, p. 210

7 Cf. M. de Epalza, 1988, p. 13 : « ... ya fue declarado por Málik, et fundador de la escuela jurídica maliki, dominante en al-Andalus, que nuestra santa ley y sunna, modelo de vida islámica, fuese enseñada a todo jalecado ser creado en cualquiera lengua que mejor lo sepa entender, con cualquier arte o primor, no quitando ni añadiendo su discrital avocança, y que le fuese comunicada a cualquier nación, sin facer desdén a ninguna criatura... ».

8 Cf. Jaime Oliver Asín, 1973, p. 210

9 Ibid.

10 Ibid., p. 215.

11 Voir ce que dit Ma Jesús Viguera à propos de la situation linguistique des musulmans hispaniques en se basant sur les études de l’historien Antonio Domínguez Ortiz (cf. Federico Corriente Córdoba - Prólogo de Ma Jesús Viguera - Relatos Pios y profanos del ms aljamiado de Urrea de Jalón, Saragosse, Instituto Fernando el Católico, 1990, p. 17-25.

12 En 1567 ont été publiés à Grenade des chapitres et des ordonnances qui, entre autres interdisaient l’usage de la langue arabe parlée et écrite, ainsi que la possession de livre ; arabes sur « n’importe quelle matière et n’importe quel genre » (cf. M. Garcia Arenal, Los moriscos, Madrid, Editoria Nacional, 1975, p. 47).

13 Ms. 5301 de la Bibliothèque nationale de Madrid, fol. 3v-4r.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable