Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

II. Brassages et réappropriations

Lecture / transverse II. Espace des disciplines et temps des langues

Abdelahad Sebti

Texte intégral

1Inscrire les phénomènes de langues dans le temps, cela représente, dans le cas du Maghreb, un souci quasiment absent chez les historiens. Pour les linguistes, il s’agit souvent d’hypothèses audacieuses, mais très inégalement heuristiques ou convaincantes. Il me semble que cette situation lacunaire constitue, pour notre rencontre, un élément tout à la fois de force et de faiblesse. La conception de nos échanges, dans son organisation même, crée une situation d’écoute et d’interpellation mutuelles très favorable à l’échange disciplinaire. Mais d’un autre côté, il s’avère que l’objet proposé autorise un éparpillement qui peut paraître problématique, et qui inviterait peut-être à redéfinir les concepts qui devraient donner une meilleure intelligibilité aux phénomènes du pluralisme des langues.

2Les remarques succinctes que l’on entend présenter ici s’articuleraient autour de deux axes : la rencontre des historiens et linguistes autour d’un même questionnement, et l’approche historique des usages sociaux de la langue.

Histoire et linguistique

3Je commencerai ici par reprendre l’idée de l’aléa, évoquée par la contribution de H. El Moujahid. Comment faire pour que la rencontre entre historiens et linguistes ne soit pas marquée par la discontinuité ? La collaboration entre les deux disciplines s’est souvent déroulée sous forme de « services rendus », ou de services attendus. C’est un rapport qui se limite à un simple échange ponctuel d’informations, à des questions qui demeurent souvent en attente de réponses.

4On pourrait invoquer deux éléments explicatifs. Il y a d’un côté le caractère lacunaire de la documentation sur l’histoire des langues. Et d’un autre côté une certaine manière de traiter l’autre discipline comme science auxiliaire de la sienne. Or on pourrait se demander si l’historien ne pourrait pas intégrer la démarche linguistique, et si le linguiste ne pourrait pas intégrer la démarche historienne. L’historien a pris l’habitude de s’adresser à la linguistique lorsqu’il a besoin d’informations sur la langue, et le linguiste a pris l’habitude de s’adresser à l’historien lorsqu’il doit affronter des problèmes de diachronie. Or l’historien a parfois tendance à ne pas se cantonner dans le niveau de la diachronie, notamment lorsqu’il s’intéresse à la longue durée, ou à des questions d’histoire culturelle.

5C’est dans une direction similaire que j’inscrirai ma propre démarche, qui s’intéresse moins aux langues qu’aux textes, et ce dans une double perspective ; traquer des contenus dans les formes, et tenter d’articuler une sémantique historique avec l’histoire des pratiques sociales. Cela pourrait relativiser la dichotomie suggérée, dans la contribution de M. Meouak, entre lecture littéraire et lecture historique. S’abstenir d’intégrer la lecture littéraire, n’est-ce pas, de la part de l’historien, rétrécir une curiosité féconde, et limiter l’érudition à l’établissement de données en attente de problématisation ?

  • 1 Dialectologie et sciences humaines au Maroc, collectif, Rabat, Publications de la Faculté des lettr (...)

6D’un autre côté, il s’agit aussi de mettre en place des chantiers pour des compétences complémentaires. Evoquons deux initiatives successives : une première rencontre, au Maroc, sur la question générale du rapport entre dialectologie et sciences humaines, et une rencontre, en Espagne, sur un thème plus précis, à savoir l’arabisation du Maghreb au cours de l’époque médiévale1.

7Notre rencontre envisage une plus grande durée, et donc plus de séquences, plus d’acteurs, et plus de phénomènes relatifs à l’interaction des langues dans l’espace maghrébin.

Usages sociaux des langues

8La perspective historique connaît toujours une exigence paradoxale : elle est sommée d’ignorer le présent pour éviter l’anachronisme ; et elle est en même temps sommée d’interroger le passé à la lumière du présent. S’agissant de la question des langues, le constat est patent. On pourrait recourir ici au concept d’usages sociaux, pour inviter à quelques questionnements d’ordre historique.

Définition de périodes et d’espaces

9Prenons par exemple l’espace de la Méditerranée. Certaines contributions semblent partir d’un postulat implicite : le moment colonial daterait seulement du xixe siècle, et avant ce tournant, il y aurait une Méditerranée dans laquelle dominerait plutôt l’échange et la réciprocité. Or pour le Maghreb, l’expérience coloniale, en l’occurrence l’agression ibérique, a commencé au xve siècle. Il serait donc utile de définir ce type d’expérience de rapport de domination, et de définir ce qu’un type donné de colonisation a produit comme rapports aux langues.

10L’espace méditerranéen pose aussi, de manière plus large, la question des situations de décalage. Dès le xiie siècle, il y avait une Europe qui réalisait sa première révolution agricole, et un Maghreb dans lequel le réseau urbain et l’importance du commerce de transit s’articulait avec des structures impériales précaires. C’était le cas du pouvoir almohade qui dominait l’ensemble de l’Occident musulman. À cette époque, le Maghreb accueillait des communautés de commerçants chrétiens, dans un certain nombre de ports, et dans les fondouks de certaines grandes cités négociantes. Ce sont des espaces de passage qui ont dû jouer un certain rôle dans les contacts linguistiques entre les deux rives de la Méditerranée, contacts sensiblement plus visibles aux époques ultérieures.

Les problèmes d’onomastique

11Depuis les travaux de Jacques Berque et Paul Pascon sur l’histoire de la société maghrébine, nous savons que pour ce qui concerne les noms de tribus, la fixité apparente est essentiellement une fixité du signifiant. Le contenu humain, en effet, a souvent connu une transformation continuelle, ce qui rend malaisée la tâche du chercheur qui voudrait délimiter ou localiser des groupes. On fait souvent confiance à l’étymologie, alors que dans certains cas, il serait plus fructueux d’interroger le mythe ou le récit d’origine. L’on se rend compte, de plus en plus, de l’importance historique de la mobilité : mobilité des groupes dans l’espace, mobilité des individus entre les groupes. Il est donc vain et illusoire d’attendre de la démarche historique qu’elle fournisse des clés faciles pour le linguiste désireux de repérer, ou de cartographier des langues liées en apparence à des ensembles humains distincts. L’approche historique pourrait dégager la logique des déplacements, leurs dynamiques, leurs orientations, et l’importance de certaines séquences significatives. Dans le cas du Maroc, on pourrait rappeler les migrations liées aux épisodes dynastiques du Moyen Âge, ainsi que l’évolution de groupes tels que les Maâqil, les Aït Atta et les Aït Idrassen.

Rapports de pouvoir

12Différentes contributions ont opposé langues des usagers et langues des pouvoirs, langues des vainqueurs et langues des vaincus. Il me semble que les travaux de sociolinguistique n’ont pas toujours intégré les acquis des recherches récentes sur l’histoire et la socio-anthropologie du Maghreb.

13L’on part souvent de schémas théoriques sur la domination symbolique, entre autres celui de Pierre Bourdieu. Or il faudrait aussi nuancer, spécifier, et mieux définir l’État maghrébin : « précolonial », ou « traditionnel », ou « makhzénien ». Celui-ci est souvent défini implicitement comme un État arabe contre la culture berbère dominée, un état de la ville contre la campagne dominée, un état de l’écrit contre l’oralité dominée. Il faudrait requestionner ces binômes pour mieux percevoir la complexité des phénomènes linguistiques et culturels dans la durée. Je dirais par exemple que l’oralité peut être aussi une pratique de pouvoir dans un système politique non bureaucratisé comme l’État makhzénien.

14À ce sujet, lorsque F. Benramdane évoque, du côté des dominés, des stratégies de résistance linguistique et de verbalisation identitaire, il suppose un phénomène de permanence, qui ne me semble pas évident, au niveau des « appareils d’État ». En outre, l’auteur évoque, toujours dans le cas algérien, la France coloniale qui a mis en place une nouvelle toponymie, au contenu sémantique étranger. La politique du protectorat français au Maroc fut manifestement différente, ce qui invite à une étude comparative des évolutions linguistiques liées à la domination coloniale dans les différents pays du Maghreb.

Le statut historique des langues

15Comment définir le statut historique des langues à la lumière d’une approche historique des usages sociaux ? C’est probablement là un enjeu important pour notre rencontre. Concernant le rapport entre l’arabe et le berbère, ne s’agit-il pas de simplification à outrance, lorsqu’on oppose langue du pouvoir et langue autochtone ? Il serait aussi fructueux d’approfondir certains concepts tels que la distinction entre bilinguisme et alternance des langues. La question de la lingua franca a fait l’objet d’une polémique, feutrée et peut-être productive.

16Il faudrait enfin évoquer la présence diffuse du thème de la mémoire dans différentes contributions de ce colloque. Cette présence est explicite chez J. Dakhlia qui, tout en disant ne pas adopter une attitude apologétique vis-à-vis du métissage, invite malgré tout à une réhabilitation historique du mélange, de la fusion, et d’une langue sans principe territorial. Chez d’autres, c’est le principe territorial, ou autochtone, qui est valorisé. C’est par exemple le berbère, avec sa mémoire culturelle, et les expériences concrètes de réhabilitation liées aux nouveaux contextes de revendication et de reconnaissance. C’est aussi la vitalité de l’arabe dialectal que l’on valorise, comme le suggère la contribution de Z. Iraki Sinaceur.

17Ce qui est à remarquer, c’est que ce chevauchement de mémoires, fait que le chercheur est amené parfois à une attitude normative ; on légitime d’un côté ce qu’on délégitime de l’autre. C’est le cas du purisme, évoqué de manière passionnée et contradictoire au cours de certaines séances de cette réunion.

18En définitive, comparer les entités étudiées à plus d’un niveau, articuler des approches adéquates, adopter dans l’échange disciplinaire à la fois plus de modestie et d’ambition. Cela pourrait faire de cette rencontre un moment significatif dans la formation d’un domaine d’étude dont l’intérêt est incontestable.

Notes

1 Dialectologie et sciences humaines au Maroc, collectif, Rabat, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat, 1995 ; J. Aguadé, P. Cressier et A. Vicente (éd.), Peuplement et arabisation du Maghreb occidental : dialectologie et histoire, Madrid-Saragosse, Casa de Velasquez-Université de Saragosse, 1998.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable