Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

II. Brassages et réappropriations

La langue espagnole en Afrique du Nord xvie-xviiie siècles

Bernard Vincent

Texte intégral

  • 1 J.-A. Peysonnel, 1986, p. 106.

1« À peine étais-je assis sur le sopha sur lequel j’avais mis mon petit matelas et mon tapis que je vis entrer un maure qui me complimenta en bon espagnol, me dit qu’il était le chirurgien de la ville et me pria d’aller chez lui lorsque j’aurais reposé, en allant chez lui sous prétexte d’y voir des malades, nous entrâmes dans plusieurs maisons. J’y trouvai des femmes et des filles affables me parlant toutes bon espagnol... Je restai là jusques au soir qu’il vint me conduire chez moi, tous les habitants de cette ville étaient grenadins. Ils avaient formé leur ville sur le modèle de Grenade et avaient donné aux places et aux rues les mêmes noms que celle de leur ancienne ville... »1.

  • 2 Ibid., p. 123.
  • 3 Ibid., p. 93.

2C’est en ces termes que le médecin Jean-André Peyssonnel narre son séjour à Testour, en août 1724. Un peu plus loin dans sa relation de voyage, il dresse, à l’occasion de sa visite à Soliman, un portrait de ceux qu’il appelle les Maures andalous qui constituent une bonne partie ou la totalité de la population de nombreux villages et villes de la régence de Tunis au début du xviiie siècle. Il conclut en affirmant : « Ils sont d’un tempérament assez robuste ; leur couleur est basanée, penchant vers le mulâtre ; mais ils sont un peu plus blancs, presque semblables aux Espagnols, suivant les provinces d’où ils ont tiré leur origine. Ils conservent le langage espagnol... »2. Auparavant Peyssonnel avait déjà noté que « tous les habitants de Tebourba y parlent presque tous espagnol, langue qu’ils ont conservée de père en fils »3.

  • 4 M. de Epalza, 1983, p. 79.
  • 5 Ibid., p. 81.
  • 6 Ibid., p. 82.
  • 7 Ibid., p. 85.

3Peyssonnel a souvent été accompagné, au cours de ses pérégrinations, du religieux espagnol Francisco Ximenez, un trinitaire qui a résidé dans la Régence de 1720 à 1735 pour y fonder un hôpital pour les captifs chrétiens. Dès 1720, à propos de Bizerte, Ximenez soulignait « (les maures qui vinrent d’Espagne) ont gardé jusqu’à aujourd’hui la langue espagnole mais les vieux ont une meilleure prononciation que les jeunes »4. De fait Ximenez qui échange beaucoup avec ces Tunisiens qui parlent la même langue que lui est plus à même que le médecin marseillais d’apprécier des nuances importantes. S’il est frappé par l’étendue de la pratique de l’espagnol, il ne l’est pas moins par son déclin. Après ses commentaires sur la situation de Bizerte, il précise à propos de Tebourba « (les maures andalous) juste après leur arrivée d’Espagne, avaient des écoles en notre langue. On leur disait pour les insulter qu’ils n’étaient pas de vrais maures et le Bey leur retira les livres et les écoles et depuis, ils oublièrent petit à petit la langue espagnole et apprirent l’arabe »5. Les accents sont identiques pour Testour. « Plusieurs parmi ces maures andalous sont des tagarins et aragonais mais de nombreux Arabes sont venus par la suite vivre avec eux et déjà, dans l’état actuel des choses, les familles espagnoles et arabes se sont mélangées entre elles par l’intermédiaire des mariages. C’est pour cela que leurs fils perdent progressivement la langue espagnole. Il n’y a que les maures vieux qui la parlent bien et couramment »6. Enfin à Grombalia, le père Ximenez rencontre « seulement une vieille femme qui me parle en langue espagnole et me dit que ses parents sont venus d’Espagne, tandis qu’elle était née ici sur cette terre »7.

  • 8 M. de Epalza, 1992.

4De cet ensemble de témoignages, on peut retirer quelques conclusions. De Bizerte à Testour en passant par Soliman, Tebourba et Grombalia, les morisques installés dans la régence de Tunis au début du xviie siècle parlaient la langue castillane. Cette réalité mérite d’autant plus d’être soulignée que tous les morisques d’Espagne ne la maîtrisaient pas au moment de l’expulsion de 1609-1614. Les Valenciens qui représentaient un tiers environ des 300 000 expulsés utilisaient principalement au quotidien la langue arabe. Mais tôt exilés ils gagnèrent le Maghreb occidental, d’Oran à l’Atlantique. Ils furent rejoints par des morisques originaires d’Andalousie et d’Estrémadure dont une grande partie avait une connaissance de la langue arabe. Au contraire la plupart des morisques aragonais embarqués au port de Los Alfaques, situé à la limite septentrionale du royaume de Valence ou aux ports français d’Agde et de Marseille, après un long détour terrestre, ignoraient la langue arabe8. Ce sont eux et d’autres provenant de Vieille-Castille qui se sont répartis dans la régence de Tunis. Ce n’est pas un hasard si l’on trouve souvent dans la documentation le qualificatif de tagarins désignant traditionnellement les Aragonais. En revanche le terme de grenadins utilisé par Peyssonnel peut être source d’erreurs car dans les textes français du temps de l’expulsion il désignait indistinctement tous les morisques.

5Les morisques installés au Maghreb oriental étaient en majorité hispanophones. Au début du xviiie siècle, leurs descendants manifestaient leur attachement à leur langue. Pourtant du fait d’une intégration progressive des Andalous à la société autochtone et en particulier de mariages exogamiques, le repli de la langue est net et annonciateur d’une disparition que l’on peut situer dans la deuxième moitié du xviiie siècle.

  • 9 N. Zbiss, 1990, p. 339-342.

6Les éléments les plus aisément repérables aujourd’hui relèvent de la toponymie et surtout de l’onomastique. El Batan, la localité proche de Tebourba, vient d’un mot espagnol qui désigne le moulin à foulon. Il existe trois lieux qui portent ce nom en Espagne, dans la Manche, en Estrémadure et aux portes mêmes de Madrid. Dans un travail récent, Nabila Zbiss donne une longue liste de noms de familles actuelles dont l’origine ne semble pas faire de doute : ainsi les Mensia de Gafsa qui pourraient venir du village de Doña Mencia proche de Cordoue ou les Makkada de Mateur et de Tunis dont le nom évoque la petite ville de Maqueda, voisine de Tolède9.

7Nous n’avons pas pour d’autres terres maghrébines de témoignage comparable à celui du père Ximenez. J’ai rappelé plus haut que les morisques réfugiés au Maroc et en Algérie occidentale étaient le plus souvent arabophones. Cependant nous trouvons trace, en divers lieux, je songe par exemple à Tetouan, de morisques hispanophones au moins au cours de la première moitié du xviie siècle. Quelle a été l’évolution postérieure ? Quand la langue romane a-t-elle disparu et selon quelles modalités ? Les communautés intéressées ont-elles cherché à maintenir l’espagnol coûte que coûte ou bien l’ont-elles rapidement abandonné pour mieux se fondre dans la société d’accueil ? Les autorités, à Tunis, à Alger, à Marrakech ou à Meknès ont-elles eu une politique répressive ou ont-elles laissé au temps le soin d’effacer toute trace ?

8De toute manière, au début du xviiie siècle, la langue espagnole était pratiquée ailleurs en Afrique du Nord. Pour deux raisons. D’une part la présence de nombreux captifs, esclaves et « renégats » dans toutes les places, de Marrakech à Tunis, d’autre part l’existence des présides conquis depuis le xve siècle par les Espagnols (Melilla en 1497, Mers el Kebir en 1505, Le Peñon de Velez de la Gomera en 1508, Oran en 1509, Bougie et Tripoli en 1510, Ceuta conquise en 1415 par les Portugais et tenue par les Espagnols à partir de 1580, Larache en 1610 et La Mamora en 1614), - même si certains ne sont pas demeurés longtemps sous la tutelle du Roi Catholique - a assuré à la langue de Cervantes une longue vie.

  • 10 D. de Haëdo, 1998, p. 126. Voir également A. de Sosa, 1990. Le diálogo... fait partie de la Topogra (...)

9En ce qui concerne les premiers, les témoignages de religieux (Haëdo, Dan, Hurault...) fourissent des éléments. Diego de Haëdo ou plutôt Antonio de Sosa, probable auteur de la Topographie et Histoire générale d’Alger ne manque pas d’indiquer qu’ « il y a beaucoup de musulmans qui ont été captifs en Espagne, en Italie ou en France. D’autre part, il y a une multitude infinie de renégats de ces contrées et une grande quantité de juifs qui y ont été, lesquels parlent très poliment l’espagnol, le français ou l’italien. Il en est de même de tous les enfants des renégats et des renégates qui ayant appris la langue nationale de leurs pères et mères, la parlent aussi bien que s’ils étaient nés en Espagne ou en Italie »10. On retiendra de cette citation que les Européens privés de liberté n’étaient dans le domaine linguistique soumis à aucune contrainte. De surcroît la vie commune à l’intérieur des bagnes facilitait le maintien de la langue d’origine en même temps qu’elle favorisait le développement de la lingua franca.

  • 11 B. Alonso Acero, 2000
  • 12 J.-F Schaub, 1999

10Dans les présides - et l’exemple que je connais le mieux est celui d’Oran - il y avait bien entendu une partie importante de la population constituée de soldats qui provenaient de toutes les régions de la péninsule Ibérique. Aux côtés des militaires figuraient des civils, artisans, marchands membres de l’administration locale qui faisaient souvent souche, si bien qu’assez rapidement, au xvie siècle, s’était développée une communauté à la personnalité bien affirmée11. Aux Espagnols militaires et civils s’ajoutaient encore des marchands italiens, des musulmans qui avaient pris le parti des Espagnols contre Alger ou Tlemcen, des juifs qui jouaient un rôle éminent dans les échanges commerciaux et les négociations entre adversaires. Parmi ces derniers, certains exerçaient la charge d’interprète officiel qui leur permettait d’être au cœur de toutes les affaires12. Ainsi la population des présides espagnols de la côte africaine n’était pas moins composite que celle des grandes cités des régences voisines. Elle a tout autant participé aux divers métissages linguistiques.

  • 13 D. Suarez Montañes, Historia del Maestre ultimo que fue de Montesa y de su hermano don felise de bo (...)

11Quel(s) espagnol(s) parlait-on en Afrique du Nord ? À ce jour, nous n’avons guère de réponse à cette question mais assurément les documents ne manquent pas. Nous disposons d’une Histoire de la place d’Oran composée au début du xvie siècle par un soldat, Diego Suarez Montañes, qui y avait passé quarante ans13. Et aussi de tous les textes qui émanent de la communauté locale, en particulier des traductions de missives adressées par des musulmans des douars des environs, de Tlemcen, de Mostaganem ou d’Alger, que les interprètes juifs réalisent pour les besoins du gouverneur d’Oran. De même dans les archives espagnoles et singulièrement celles de Simancas nous pouvons trouver des lettres adressées par des esclaves d’Alger au Roi d’Espagne.

12Un examen attentif de ces corpus permettra sans aucun doute de voir comment les langues espagnoles d’Afrique du Nord ont évolué à l’époque moderne. La langue pratiquée par les morisques était-elle proche du ladino que parlaient les juifs originaires d’Espagne ? Quels emprunts l’espagnol maghrébin a-t-il fait aux autres langues romanes ou à l’arabe ? Inversement quels éléments de la langue espagnole retrouve-t-on dans les autres idiomes ? Toujours est-il qu’à travers les quelques exemples à notre disposition nous pouvons souligner l’existence de multiples situations linguistiques se séparant de la matrice généralement pratiquée au sein de la péninsule Ibérique.

  • 14 Archives générales de Simancas, Guerra Antigua, legajo, 2152.

13Donnons quelques illustrations. Dans L’Histoire d’Oran et Mers el Kebir de Diego Suarez Montañes, la langue employée ne semble pas recéler d’emprunts particuliers à l’arabe, à l’italien et au français. Tout juste repère-t-on la déformation de linea en linia, de Iluvia en pluvia, de diseño en disinio, de monasterio en monesterio. Mais le vocabulaire du soldat asturien traduit les modalités d’une oralité où beaucoup de consonnes disparaissent ou pour le moins sont atténuées. Suarez dit levar au lieu de Ilevar, afogar au lieu d’ahogar, escepto au lieu d’excepto, osequia au lieu d’obsequio, setentrional au lieu de septentrional, cosario au lieu de corsario. En 1677 un enfant musulman de sept à huit ans avait été donné en otage à la place de son père qui cherchait à réunir le prix de la rançon. La peste ravageant la ville d’Oran, l’enfant se trouvait à l’hôpital et on lui aurait administré le baptême. Lorsque le père revient, il proteste de la violence faite à son fils sans son autorisation. L’affaire fait grand bruit et suscite une abondante correspondance entre Alger et Madrid. Dans le dossier figurent des lettres d’esclaves chrétiens et de leur aumônier s’inquiétant des conséquences d’une attitude si brutale14.

  • 15 J. Martinez Torres, 2002

14Dans le texte du chapelain Juan Serrano de la Fuente, plusieurs italianismes sont repérables. Au lieu d’écrire aduana (douane), l’ecclésiastique se contente de duana, sans doute contaminé par Dogana. il est question d’un Sexeto incapaz au lieu de Dueño (ou Amo) et le verbe parlar à la place d’hablar.Dans le document signé par un groupe d’esclaves très souvent les consonnes /c/ et /z/ sont remplacées par un /s/ (presensia et non presencia, braso et non brazo).On retrouve ces traits dans les traductions des interprètes oranais (ensalsar au lieu d’ensalzar, levar au lieu de llevar, emploi du terme marchar à la place de caminar). Il y a bien de la sorte de multiples et légères évolutions dont il faudrait mesurer l’importance en fonction de l’éloignement des terres de la péninsule Ibérique et du temps accompli depuis le début de l’occupation espagnole en Afrique du Nord. De même un document qui a été récemment exhumé par José Martinez Torres montre qu’en lingua franca, estrada désigne le chemin et vitela le veau mais les mots supplémentaires voisins de ceux-ci traduisent bien d’autres influences15 :

abelma

eau

madrugra

persil

arenum

pain brun

malina

matin

aspero

monnaie

mangadax

compagnon

chaluf

lard

menge

repas

chero

vin

pataca

réal (pièce de monnaie)

filfil

piment

pollastre

poulet

jobes

pain

quebbes

mouton

joya

frère

tomí

un réal

liben

lait

yorno

aujourd'hui

15La disparition de la langue espagnole était probablement totale au milieu du xixe siècle avant les opérations colonialistes affectant le Maroc et avant les vagues d’émigration dont l’Espagne a été le point de départ au tournant des xixe et xxe siècles. Depuis 1792 et la perte d’Oran, les possessions espagnoles étaient réduites aux places de Ceuta, Melilla et aux rochers de Velez de la Gomera et d’Al-Hoceima. Ce qui ne pouvait avoir de grandes conséquences du point de vue de la diffusion de la langue. Mais que s’est-il réellement produit aux xviie et xviiie siècles. On vient de voir que morisques, captifs des régences et habitants des présides s’exprimaient tous, peu ou prou, en un espagnol que n’importe quel sujet du Roi Catholique aurait immédiatement compris. Pour autant l’espagnol était-il leur seule langue ? Parmi les captifs, tandis que certains caressaient l’espoir de revenir rapidement en Espagne, d’autres cherchaient à gagner la confiance de leurs nouveaux maîtres. L’homogénéité du milieu est des plus douteuses. Et tout autant celle du monde morisque et celle du monde des présides. Dans ce dernier la proportion des habitants ayant une connaissance de la langue arabe nous est inconnue mais je ne serais pas étonné qu’une partie de la population stable l’ait au moins comprise sinon parlée.

16À partir de ces centres, on peut imaginer que l’espagnol a pénétré la société maghrébine par diverses voies possibles. Tout d’abord dans les zones proches des présides. N’oublions pas que beaucoup de paysans de la région de Tlemcen ou de celle de Tétouan ont été parfois longtemps les otages ou les esclaves des Oranais ou des Ceutis et ont pu faire l’apprentissage de la langue romane. En d’autres circonstances, c’est tout un vocabulaire technique qui a pu passer dans la langue arabe. Inversement si les mots provenant de l’arabe intégrés à la langue espagnole sont aujourd’hui bien repérés, nous ne savons rien des dates de leur adoption. Qu’en a-t-il été de la période moderne ? Enfin les transferts de l’espagnol à la lingua franca restent dans une assez large mesure mal connus. Ce qui en revanche ne fait pas de doute, c’est que dans la même ville ou dans le même village, les situations linguistiques devaient, aux xvie et xviie siècles, varier à l’infini.

Bibliographie

Alonso Acero B., 2000, Orán-Mazalquivir, 1589-1639 : una sociedad española en la frontera de Berbaria, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones.

Epalza M. de, 1983, « Nouveaux documents sur les Andalous en Tunisie au début du xviiie siècle », in S. M. Zbiss et al., Études sur les Morisques andalous, Tunis, Centre d’études hispano-andalouses, p. 79.

Epalza M. de, 1992, Los Morscos antes y después de la expulsión, Madrid, Éditions MAPFRE.

Haëdo D. de, 1998, Topographie et histoire générale d’Alger, présenté par J. Dakhlia, Paris, Editions Bouchène.

Martinez Torres J., 2002, Los cautivos rescatados por la monarquia hispanica en el norte de Africa (1523-1692). Thèse de l’Université autonome de Madrid.

Peysonnel J.-A., 1986, Voyage dans les régences de Tunis et d’Alger, présenté et annoné par L. Valensi, Paris, La découverte.

Schaub J.-F., 1999, Les Juifs du roi d’Espagne, Oran, 1509-1669, Paris, Hachette Littératures.

Sosa A. de, 1990, Diálogo de los mártires de Argel, éd. par Emilio Sola y José María Parreño, Madrid, Ed. Hiperión.

Zbiss N., 1990, « La Tunisie, terre d’accueil des morisques venus d’Espagne au début du xviie siècle », in A. Temimi (éd.), Métiers, vie religieuse et problématiques d’histoire morisque, Actes du ive Symposium international d’études morisques Zaghouan, p. 339-342.

Notes

1 J.-A. Peysonnel, 1986, p. 106.

2 Ibid., p. 123.

3 Ibid., p. 93.

4 M. de Epalza, 1983, p. 79.

5 Ibid., p. 81.

6 Ibid., p. 82.

7 Ibid., p. 85.

8 M. de Epalza, 1992.

9 N. Zbiss, 1990, p. 339-342.

10 D. de Haëdo, 1998, p. 126. Voir également A. de Sosa, 1990. Le diálogo... fait partie de la Topografia e Historia general de Argel attribuée traditionnellement à Haedo.

11 B. Alonso Acero, 2000

12 J.-F Schaub, 1999

13 D. Suarez Montañes, Historia del Maestre ultimo que fue de Montesa y de su hermano don felise de borja, Oran, 1609, Bibliothèque Nationale de Madrid, manuscrits 7882.

14 Archives générales de Simancas, Guerra Antigua, legajo, 2152.

15 J. Martinez Torres, 2002

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable