Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

II. Brassages et réappropriations

Le vocabulaire maritime de Salé-le-Neuf aux xviie et xviiie siècles*

Leïla Maziane

Texte intégral

  • * Dans cette étude, j’ai exploré une des pistes ouvertes dans un travail collectif en cours sur « le (...)
  • 1 A. Joly, 1920, p. 230-238.

1Le xvie siècle maghrébin est caractérisé par l’installation sur la rive sud de la Méditerranée d’une importante population musulmane originaire d’Espagne, mais c’est l’expulsion des années 1609-1610 qui a introduit dans cette région le contingent le plus massif d’immigrants espagnols. Ces nouveaux arrivés ont joué un rôle non négligeable dans la formation du Maghreb moderne. Ils y ont introduit leurs coutumes, leurs techniques et leurs savoir-faire ainsi que leur langue, le castillan. Toutefois, on constate que si, dans les villes portuaires du Maghreb méditerranéen, la langue franque a pris dès le xvie siècle une place de choix dans le vocabulaire maritime, il en va autrement au Maroc. Salé, le grand foyer corsaire par excellence de la façade atlantique au xviie siècle, se distingue par l’abondance des emprunts castillans, caractéristiques de l’évolution de la culture maritime sur les bords de la rivière du Bû-Regreg surtout quand il s’agit de mots techniques. L’arabe, lui, ne fournit que des termes à signification générale. Avec quelques variantes, Tétouan possède lui aussi un lot assez important de termes espagnols1. Nous nous fixons ici pour objectif d’illustrer, sous divers angles, la manière dont a évolué l’influence castillane au-delà du Détroit, en suivant de près les usages linguistiques des gens de mer de Salé. Nous prendrons comme point de départ l’origine de leur identité langagière, pour tenter ensuite de cerner le paysage linguistique du Salé corsaire.

Le Salé corsaire, Salé des exilés

  • 2 R. Coindreau, 1994 ; J. Caille, 1949 ; A. Sanchez Perez, 1964 ; G. Gozalbes busto, 1974 ; A. Checa, (...)

2Au xviie siècle, Salé devient incontestablement le grand boulevard de 1 ; course. Ses corsaires sont partout et rabattent, vers le port, captifs et marchandises2. La ville devient aussi l’un des centres urbains les plu importants du Maroc. Il semble que cette prospérité, qui fit d’elle la première place maritime du pays, ait été très peuplante. Sa population aurait, en effet sensiblement augmenté tout au long du xviie siècle, même s’il semble qu’elle au été sérieusement éprouvée par les guerres civiles et les épidémies de peste qui secouèrent la région.

3Les exilés d’Espagne, qui affluent en masse dès la fin du xvie siècle investissent alors une ville presque vide, comme on peut l’observer de manière précise à partir des textes de l’époque, comme ceux de Léon l’Africain et Luis Carvajal Marmol, par exemple, qui la décrivent comme une cité en pleine décadence, réduite à une petite agglomération où résideraient un gouverneur, une garnison et quelques citadins groupés aux alentours de la forteresse, et dont le nombre ne dépasserait pas 3 000 âmes. Quel fut donc le nombre de ces Salétins de fraîche date qui quittèrent l’Espagne pour s’installer sur les bords du Bû-Regreg, à Salé-le-Neuf ?

  • 3 AGS (Archivo General de Simancas), Secretaria de Estado, leg. E 495, 9. Propuestas de Juan Antonio (...)
  • 4 H. Lapeyre, 1959 ; A. Temimi, 1994.
  • 5 Cité par B. et L. Bennassar, 1989, p. 398-399 ; A. Sanchez Perez, 1964, p. 38.

4Les mentions un tant soit peu précises que nous possédons confirment l’installation, dès le début du xviie siècle, d’une population presque exclusivement étrangère venue d’Espagne3. Il est fort probable que 2 000 ou 3 000 Hornacheros, les habitants de Hornachos, un village de l’Estremadure se seraient alors fixés à Salé-le-Neuf. Comme le nombre des Andalous qui s’y sont installés ultérieurement était nettement plus important, on pourrait évaluer leur effectif à 5 000 ou 6 000 immigrants, et même davantage, étant donné que le mouvement d’immigration des moriscos s’est prolongé tout au long du xviie siècle, voire jusqu’au xviie siècle, si l’on en croit certaines sources4. Selon l’historien canarien Luis Alberto Anaya, Salé aurait accueilli, à lui seul, 3 000 Hornacheros et environ 10 000 Andalous5. On arrive, en somme, à un total approximatif d’un peu moins de 20 000 habitants sur la rive gauche du Bû-Regreg pour cette période.

  • 6 Relation de la prise de la Mamora, 7 août 1614, SIHM (Les Sources inédites de l’histoire du Maroc), (...)
  • 7 Histoire d’un captif racheté à Maroc... (s.l.n.d.), p. 10.

5Il paraît aller de soi que l’économie portuaire du grand siècle corsaire ait été peuplante. La course a en effet attiré, en sus d’une foule d’expulsés de la péninsule Ibérique, dont ils furent les vrais acteurs, une poignée d’aventuriers de tout poil qui s’est empressée de leur prêter main-forte. On compte tout d’abord les pirates anglo-saxons fraîchement expulsés de La Mamore, prise en 1614 par les Espagnols, et qui, pour la plupart, choisirent Salé, située à cinq lieues à peine du nouveau préside espagnol, pour assurer la continuité de leur activité6. Salé accueillit également un nombre non négligeable de renégats en quête de lucre et de gloire, et, dont le concours en matière d’industrie corsaire fût inégalable, notamment en matière de techniques de navigation. Aussi les Salétins les embarquèrent-ils pour tromper les chrétiens : ils prononçaient mieux les langues européennes que les Maures, qui se faisaient immédiatement connaître par leur mauvais accent7.

  • 8 Le R. P. F. -P. Dan, 1637 (rééd. chez le même éditeur, 1649), p. 365-366.
  • 9 J. Monlau, 1965, p. 75.
  • 10 Son apparition sur le terrain salétin coïncide avec la naissance de la « République de Salé », dont (...)
  • 11 P. Gosse, 1933, p. 74-75.
  • 12 B. et L. Bennassar, 1989, p. 400.

6C’est ainsi que la course salétine, à ses débuts, a vu s’accroître le nombre de raïs d’origine européenne. Presque toute l’Europe y est alors représentée, à tel point que le Trinitaire français Pierre Dan ne pouvait s’empêcher d’affirmer que la plupart des corsaires étaient renégats8. Toute proportion gardée, la société corsaire de manière générale, aussi bien celle de Salé que celle des autres foyers corsaires barbaresques, comme Alger, Tunis ou Tripoli, forme des ensembles cosmopolites, d’où les raïs surgissent au hasard des nationalités9. Dans les ports marocains, les Portugais, Espagnols, Français et Hollandais sont particulièrement nombreux. Parmi les corsaires réputés les plus redoutables sur mer, on retient particulièrement un groupe solide de Hollandais, tel le célèbre Morat-Raïs10 ou son adjoint et compatriote, Mathys van Bostel Oosterlynch11. Dans son entourage, le Castillan Juan Rodelgas compte huit « renégats » d’origine flamande12.

  • 13 SIHM., 1er s. Fr., t. III, p. 116.
  • 14 SIHM, 2es. Fr. t. IV, p. 400.
  • 15 SIHM., 3es. Fr., t. II, p. 355
  • 16 SIHM., 4es. Fr., t.. I, p. 249, n. 1.
  • 17 ANP (Archives Nationales de Paris), Marine, B/525.

7Combien ces renégats étaient-ils ? Le Père Dan évalue leur nombre à 1 300 en 1635. Chiffre considérable au regard d’un peu moins de 20 000 habitants, soit environ 7 % de la population. La « promotion interne », principalement par la voie de la course, du statut de captif à celui de capitaine d’un navire corsaire, et ensuite à celui d’amiral de Salé, voire de gouverneur, s’effectua constamment à Salé au cours du xvie siècle, par l’agrégation à la société corsaire de nouveaux self-made-men. La population corsaire s’est ainsi développée par l’attraction d’éléments dynamiques venus d’ailleurs. La cité portuaire s’est ouverte à de puissantes colonies provenant de l’extérieur, parmi lesquelles on note la présence d’une communauté chrétienne assez importante. Celle-ci est représentée par les négociants européens, ainsi que par le corps diplomatique et religieux, mais surtout par la population servile. D’après un mémoire d’Isaac de Razilly, adressé au cardinal de Richelieu le 26 novembre 1626, elle aurait atteint 6 000 hommes capturés par les corsaires entre 1618 et 1626, soit environ une moyenne générale de 800 captifs par an13. La course attire également les Levantins qui remplissent souvent les postes requérants une certaine technicité, tels que pilote ou canonnier14. Des corsaires renommés venus de l’ensemble de la Méditerranée musulmane s’installent dans la cité régréguienne. On citera à titre d’exemple, ‘Omar El-Hâdj, corsaire tunisien15, Kara Mustafa, corsaire turc16, ou encore Mohamed Turkî et Yahyâ Trâbelsî17.

  • 18 B. Rosenberger et H. Triki, 1973-1974.

8Attirés par l’appât du butin, un grand lot de ruraux et de montagnards se déversent également sur une ville en plein essor, à la recherche de pain et de travail, échappant ainsi aux épidémies et à la misère qui secouaient alors les campagnes marocaines18. Salé-le-Neuf, avec son activité portuaire intensifiée, attire également une population étrangère à la région. La ville offrait certainement des emplois supplémentaires chaque année ; raison pour laquelle la poussée démographique est amplement justifiée.

9Cette première esquisse révèle déjà largement les traits permanents qui allaient composer cette ville nouvelle. Sa situation par rapport aux trafics de l’Atlantique laisse entrevoir qu’elle sera la terre promise d’hommes nouveaux, lui assurant un renouvellement démographique constant. Néanmoins, si l’on constate une sensible augmentation du nombre des Berbères et des Arabes, force est de constater que les descendants des exilés d’Espagne continuent à former la majorité de la population de Salé au xviie siècle, façonnant ainsi le paysage culturel et linguistique de la cité.

Le castillan, langue des « gens de mer » de Salé

  • 19 À ce sujet, cf. les SIHM, 1er s., France, Pays-Bas, Angleterre.
  • 20 SIHM., ler s., Fr. t. III (Marzo 1617-1657), p. 282-286
  • 21 SIHM., ler s. Angl. t. III (Mars 1626-1660), p. 16-20
  • 22 SIHM., 1er s. Pays-Bas (Juillet 1624-1641), t. IV, p. 381-382.
  • 23 Projet de traité entre Salé et Charles 1er, SIHM., 1er s. Angl. t. III, p. 16-22 ; H. de Castries, (...)

10Les morisques et les juifs bannis d’Espagne et installés à Salé ont conservé l’usage du castillan. Les membres du Divan l’utilisent aussi bien dans leurs correspondances que dans les traités conclus avec les Européens19. Les Sources inédites de l’histoire du Maroc abondent de documents le confirmant. Pour ne citer que quelques exemples, on retiendra le projet de traité entre Louis XIΙI et Salé du 24 août 163020 ou encore celui entre Salé et l’Angleterre du 10 mai 162721 ou même la lettre adressée par ‘Abdallah ben ‘Ali El-Caceri et Mohammed Ben ‘Amer aux États Généraux, rédigée également en castillan, en date du 14 octobre 163522. Les instigateurs de la course salétine ont également gardé intacts leurs noms espagnols ou à peine les ont-ils déformés : Vargas devient Bargach, Pelafres, Balafrej ; Blanco, Barco ; Olivares, Loubari ; Rodriguez, Carasco, Santiago, Galan, Crespo, Palomino, Pérez, Moreno, Marfil, Escalant, Aragon et d’autres23.

  • 24 G. Mouëtte, 1683, p. 45. D’ailleurs, l’abondante correspondance qu’ils ont entretenue avec l’Espagn (...)
  • 25 G. Höst, 1781, p. 187.

11Même si la plupart des nouveaux venus doivent apprendre l’arabe, ils conservent l’usage de leur langue d’origine, le castillan. Vers la fin du xviie siècle, le captif normand Germain Mouëtte note ainsi que « Les Maures en s’y retirant (au Maroc), y portèrent la langue espagnole qui y est encore aussi commune aujourd’hui que l’arabe »24. Un siècle plus tard, le Danois Georg Höst est encore frappé par la prédominance de l’espagnol surtout quand il s’agit du vocabulaire maritime25.

12En effet, le vocabulaire maritime a été profondément enrichi par l’apport lexicologique de ces nouveaux Salétins qui, dès leur installation sur la rive gauche du Bû-Regreg, se lancent dans les activités maritimes, mettant ainsi en circulation de nombreux termes espagnols. Mais ce qui semble prépondérant au cours des xviie et xviiie siècles, c’est l’évolution de leur comportement linguistique. Au monolinguisme apparent du début du xviie siècle, prend place un bilinguisme confirmé par les textes de l’époque.

  • 26 L. Brunot, 1920, p. XVIII-X.
  • 27 À titre d’exemple, la course offrait l’emploi à plus de 6 000 Salétins, soit un peu plus d’un tiers (...)

13Dans le cadre de sa minutieuse étude consacrée à ce thème, sur 753 vocables maritimes recensés, Louis Brunot en relève près de 30 % d’origine espagnole, près de 60 % de termes arabes et un peu plus de 10 % rattachés à des termes italiens, français, turcs et berbères. Contrairement aux termes espagnols, ceux auxquels on attribue une origine arabe sont des appropriations techniques de vocables terriens à des choses marines. Autrement dit, ils ont à terre un sens plus général que celui qu’ils ont au port26. Les termes techniques sont presque tous d’origine castillane. Leur diffusion est assurée par les gens de mer et par la population vivant à leur contact27. Certains sont altérés et se reconnaissent au passage du /s/ espagnol au /ch/ arabe, du /l/ au R. Cette influence concerne aussi bien la nomenclature des navires équipés par les Salétins (Berkâsa pourBracasa ; F’rgâta, pour Fragata) que leurs éléments essentiels. Dans la coque, ils distinguent entre œuvres vives et œuvres mortes. À l’extérieur des embarcations, ils désignent la quille sous le nom de qrîna. Celle-ci se double à l’intérieur d’une carlingue d’une kontra-qrîna. Le revêtement intérieur et extérieur est réuni en haut par le plat-bord, pâto ou bâto. La proue est appelée prûa et la poupe, pûpa. L’intérieur des navires est divisé en plusieurs parties par les banko et les tilles. Leur nombre varie selon la nature du navire. La cale du voilier est appelée budîga, de l’espagnol bodega. Le pont, c’est la koberta, la cubierta, la couverte.

  • 28 L. Brunot, 1920, p. 257.
  • 29 G. Mouëtte, 1920b, Cf. dernier chapitre « Dictionnaire arabesque », p. 330-362.
  • 30 G. Höst, 1781, chap. IV.
  • 31 Ibid.
  • 32 G. Mouëtte, 1920b, p. 354.
  • 33 Cf. les expressions : lârga, largar, « démarrer » ; traka, « accoste, aborde » ; z’ngar, manœuvrer (...)

14Les organes de propulsion et de manœuvre des bâtiments corsaires, à savoir l’aviron, la voilure, la mâture, le gouvernail, l’ancre, les chaînes et les cordages renvoient à la même origine. Ainsi la rame est-elle composée par une extrémité plate qui s’appuie sur l’eau appelée, pala, pelle et une extrémité amincie appelée giiûl, poignée28. Les mâts, sârî, suaârî, sont désignés par leur position. S’il y en a deux, on distingue sârî d’iproa (mât de proue ou misaine) et sârî d’iqa’ (le mât de poupe ou mât d’artimon). L’antenne des voiles triangulaires en usage porte le nom de lantîna. La voile, dite el quela’29, est fabriquée de toile spéciale, la kîriia, crea. Quant aux chebecs, les navires corsaires par excellence, la première voile triangulaire s’appelle trankint, la seconde meiôr. Le mokhtâf, crochet, désigne l’ancre30. La chaîne, en terme maritime, est appelée qtêna, c’est-à-dire,cadena ; les haussières ou câbles gumna31. Les poulies et palans servant au jeu des cordes sont dites tâlia ou gerara32. Le vocabulaire relatif à la manœuvre des navires reste lui aussi sensiblement marqué par la présence de l’espagnol33 : bordar, « croiser devant un port, tirer des bordées » ; gémmen, gumena, « mettre des haussières, amarrer » ; kâsa, caza, oh ! hisse ! Interjection (les efforts que fait un navire pour s’approcher d’un autre pour le prendre, etc.).

15Au terme de cette brève présentation historique de Salé, certaines conclusions s’imposent. D’une part, on s’aperçoit que l’évolution du peuplement de la ville tout au long du xvie et du xviie siècle a profondément enrichi son vocabulaire maritime grâce à l’apport d’hommes nouveaux venus de différents horizons, attirés par la rentabilité des emplois liés à la mer : la forte proportion des exilés d’Espagne installés dans la place salétine marquera à tout jamais sa maritimité. Il est intéressant, d’autre part, d’observer que toutes ces formes sont proprement castillanes, car ces exilés provenaient de provinces de langue exclusivement castillane. Le changement du paysage linguistique, manifeste dès la seconde moitié du xviie siècle, a fleuri là où coexistait une entité essentiellement d’origine espagnole aux côtés d’autres entités installées ultérieurement, ce qui a profondément marqué la culture, non seulement de Salé, mais également des autres cités maritimes du Maghreb barbaresque.

Bibliographie

Bahrami B., 1995, The Persistence of the Andalusian Identity in Rabat, Maroc. Thèse Universite de Pennsylvanie.

Bennassar B. et L., 1989, Les Chrétiens d’Allah, l’histoire extraordinaire des renégats xvie et xviie siècles, Paris, Perrein.

Bennassar B., 1991, « Les Chrétiens convertis à l’Islam “Renégats” et leur intégration aux xvie-xviie siècles », Cahiers de Tunisie, XLIV, n. 157-158, 3e-4e trim., p. 45-5 3.

Brunot L., 1920a, Notes lexicologiques sur le vocabulaire maritime de Rabat-Salé, Paris, Ernest Leroux.

Brunot L., 1920b, La mer dans les traditions et les industries indigènes de Rabat-Salé, Paris, Ernest Leroux.

Caille J., 1949, La ville de Rabat jusqu’au protectorat français, Paris, Editions d’art et d’histoire, t. III.

Castries H. de, 1926, « Les trois républiques du Bou-Regreg », SIHM, Pays-Bas, V, 1re partie, p. I-XXVIII.

Checa A., 1975, « La república andaluza de Rabat en el siglo XVII », La Ilustración Regional, 112, p. 22-54.

Chenier L. de, 1787, Recherches historiques sur les Maures et histoire de l’Empire du Maroc, 3 vol., Paris.

Coindreau R., 1948, Les Corsaires de Salé, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales (réed. Rabat, La Porte).

Gosse P., 1933, Histoire de la piraterie (traduit de l’anglais par P. Teillac), Paris, Payot.

Gozalbes Busto G., 1974, La república andaluza de Rabat en el siglo XVII, Tétouan. Biblioteca española.

Höst G., 1781-1998, Nachrichten von Marokkos und Fes, Copenhage (trad. et rééd. par F. Damgaard et P. Gailhanou, Rabat, Éditions La Porte, 1998).

Joly A., 1920, « L’industrie à Tétouan : métiers et industries de la mer », Archives Marocaines, 18, p. 230-238.

Lapeyre H., 1959, Géographie de l’Espagne morisque, Paris, SEVPEN.

Maziane L., 1999, Salé et ses corsaires (1666-1727). Thèse de doctorat, Université de Caen.

Monlau J., 1965, Les États barbaresques, Paris, PUF.

Mouëtte G., 1683, Relation de la captivité du Sieur Mouëtte dans les royaumes de Fez et du Maroc..., Paris, J. Cochart.

Rosenberger B., Triki H., 1973-1974, « Famines et épidémies au Maroc aux xvie et xviie siècles », Hespéris-Tamuda, 14, p. 109-176 (=Hespéris-Tamuda, 15, 1974, p. 1-104).

Sanchez Perez A., 1964, Los Moriscos de Hornachos, corsarios de Salé, Badajoz.

Temimi A., 1994, « Les Morisques », Revue d’histoire maghrébine, 75-76, mai, p. 353-360.

Notes

* Dans cette étude, j’ai exploré une des pistes ouvertes dans un travail collectif en cours sur « le système portuaire aux xviie et xviiie siècles », dirigé par Agustin Guimerá Ravina au sein de l’Institut d’histoire, CSIC, Madrid. Les résultats définitifs des recherches seront publiés au cours de l’année 2003.

1 A. Joly, 1920, p. 230-238.

2 R. Coindreau, 1994 ; J. Caille, 1949 ; A. Sanchez Perez, 1964 ; G. Gozalbes busto, 1974 ; A. Checa, 1975 ; L. Maziane, 1999.

3 AGS (Archivo General de Simancas), Secretaria de Estado, leg. E 495, 9. Propuestas de Juan Antonio Ludovico Rodríguez sobre la empresa de Zalé (1614) ; 15. Empresa de Zalé. 1613-11620 ; R. Coindreau, 1994, p. 38

4 H. Lapeyre, 1959 ; A. Temimi, 1994.

5 Cité par B. et L. Bennassar, 1989, p. 398-399 ; A. Sanchez Perez, 1964, p. 38.

6 Relation de la prise de la Mamora, 7 août 1614, SIHM (Les Sources inédites de l’histoire du Maroc), 2e s. Fr. T. II, p. 566-572. « Description de Zalé », par Julian Pastor, 1611, AGS, MPD, XIX-30.

7 Histoire d’un captif racheté à Maroc... (s.l.n.d.), p. 10.

8 Le R. P. F. -P. Dan, 1637 (rééd. chez le même éditeur, 1649), p. 365-366.

9 J. Monlau, 1965, p. 75.

10 Son apparition sur le terrain salétin coïncide avec la naissance de la « République de Salé », dont il devient le premier gouverneur. Il porte, par la suite, le titre d’Amiral de la jeune cité corsaire et président du Divan à la fin des années 1620. B. Bennassar, 1991 ; A. Sanchez Perez, 1964, p. 46.

11 P. Gosse, 1933, p. 74-75.

12 B. et L. Bennassar, 1989, p. 400.

13 SIHM., 1er s. Fr., t. III, p. 116.

14 SIHM, 2es. Fr. t. IV, p. 400.

15 SIHM., 3es. Fr., t. II, p. 355

16 SIHM., 4es. Fr., t.. I, p. 249, n. 1.

17 ANP (Archives Nationales de Paris), Marine, B/525.

18 B. Rosenberger et H. Triki, 1973-1974.

19 À ce sujet, cf. les SIHM, 1er s., France, Pays-Bas, Angleterre.

20 SIHM., ler s., Fr. t. III (Marzo 1617-1657), p. 282-286

21 SIHM., ler s. Angl. t. III (Mars 1626-1660), p. 16-20

22 SIHM., 1er s. Pays-Bas (Juillet 1624-1641), t. IV, p. 381-382.

23 Projet de traité entre Salé et Charles 1er, SIHM., 1er s. Angl. t. III, p. 16-22 ; H. de Castries, 1926, p. XXI ; L. de Chenier, 1787, t. III, p. 119 ; B. Bahrami, 1995.

24 G. Mouëtte, 1683, p. 45. D’ailleurs, l’abondante correspondance qu’ils ont entretenue avec l’Espagne illustre bien ce fait. Certains chroniqueurs vont même jusqu’à les accuser de faire cause commune avec les Espagnols installés à la Mamore et à Larache.

25 G. Höst, 1781, p. 187.

26 L. Brunot, 1920, p. XVIII-X.

27 À titre d’exemple, la course offrait l’emploi à plus de 6 000 Salétins, soit un peu plus d’un tiers de la population. Voir à ce sujet, L. Maziane, 1999.

28 L. Brunot, 1920, p. 257.

29 G. Mouëtte, 1920b, Cf. dernier chapitre « Dictionnaire arabesque », p. 330-362.

30 G. Höst, 1781, chap. IV.

31 Ibid.

32 G. Mouëtte, 1920b, p. 354.

33 Cf. les expressions : lârga, largar, « démarrer » ; traka, « accoste, aborde » ; z’ngar, manœuvrer à la godille, de l’espagnol godiller, faire aller un canot en manœuvrant une rame à la poupe, cf. L. Brunot, 1920a.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable