Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

I. Des plurilinguismes dans l’histoire

Lecture/transverse I. Contacts et circulations : espaces et figures

Jean-Charles Depaule

Texte intégral

  • 1 J.-C. Depaule, 1999, p. 245.
  • 2 S. Naïm, 1987, p. 110.
  • 3 J.-C. Depaule, 2001.

1À la fin des années 1980, à Sanaa au Yémen, est apparu sur des enseignes le mot bufiyya, désignant de petits comptoirs où sont vendus boissons et sandwiches, de minuscules snack-bars. Bufiyya suggère un rapprochement avec un terme en usage au Caire, bufîh qui, selon toute vraisemblance, vient du mot français « buffet ». Il désigne une sorte de « café-placard » : un édicule installé contre un mur dans une me, sous un porche ou dans une cour, qui contient un réchaud, des boîtes de café et de thé, du sucre, divers ustensiles. Un homme ou plus rarement, une femme, y confectionne des boissons chaudes qui son diffusées alentour, dans les boutiques, les bureaux ou les ateliers Éventuellement, quelques sièges sont disposés à proximité1.Bufîh... bufiyya  : il existe sans doute une filiation. Au cours des dernières décennies, pour de : raisons politiques, économiques, techniques, sont passés dans l’arabe yéménite des mots venus d’ailleurs, très souvent des termes en usage en Égypte, d’origine arabe ou étrangère comme locanda, qui appartiennent en particulier au domaine de la construction, de l’architecture, de l’aménagement urbain. Samia Naïm a étudié à Sanaa ce phénomène à l’échelle domestique, distinguant « d’une par un emprunt-apport au parler (introduction de nouveaux mots), d’autre part un emprunt concurrentiel (éviction d’anciens mots) »2. Certains transferts ont une implication symbolique sensible au plan politique : c’est le cas pour mîdân, désignant une grande place, une vaste esplanade qui se prête aux défilés militaires et aux rassemblements populaires, catégorie d’espace étrangère jusqu’aux années 1960 à l’héritage du Yémen3.

  • 4 Cf. S. Naïm, 1998, p. 95-97.
  • 5 H. Walter, 1997, p. 128.
  • 6 A propos des processus, cf. l’article de synthèse de C. Miller, 1995.

2Accompagnant un objet urbain nouveau, un terme d’origine européenne voyage, comme bien des mots en usage dans la région4, par l’intermédiaire d’une langue porteuse ou « langue de passage » - l’expression est empruntée Henriette Walter5 -, en l’occurrence un dialecte, en subissant un ajustement sémantique et une modification formelle... : dans cette anecdote yéménite on reconnaîtra quelques-uns des traits que mettent en lumière et analysent, à propos du Maghreb, les études réunies dans cet ouvrage. Elles apportent au chercheur que je suis, engagé dans des travaux sur les mots de la ville et de l’espace, des reformulations et des réponses éclairantes à nombre de questions qu’il se pose. La lecture de ces textes et les remarques qui suivent ont été orientées par le thème de l’espace des langues, plus précisément celui de leurs contacts et circulations. Il ne s’agit pas d’un espace métaphorique, il est fait de lieux, de nœuds, de réseaux au sens le plus matériel du terme, il est le support et l’objet d’opérations - en particulier des opérations relevant de pratiques langagières. Et il s’articule au temps, qu’il s’agisse de la durée des contacts, de leur continuité ou discontinuité, de la dimension temporelle qu’implique un déplacement ou de celle qui est propre aux changements d’ordre social, économique, politique, culturel..., et pour ce qui nous intéresse ici linguistique et à toutes sortes de processus6.

  • 7 Cité par R. Balibar et D. Laporte, 1974, p. 51.

3Les mots et les langues, et spécialement, comme l’indique M. Benabbou à propos du partage territorial entre berbère et arabe au Maroc, les innovations linguistiques, se propagent en particulier par des voies de communication chemins et routes terrestres ou maritimes. C’est là, dit-il, « une configuration classique de la géographie dialectale ». On pense à la formule de Ferdinand Brunot, dans son Histoire de la langue française, « la langue circule le long des routes »7. Et souvent, comme le rappelle N. Jerad - citant « le français marche avec les soldats » - les transports de langues sont effectués par des armées. De nombreux exemples sont donnés de déplacements de ce genre, à commencer par ceux de la Conquête aux premiers temps de l’Islam - c’est ce que montre T. Baccouche : les soldats ont apporté avec eux un arabe particulier, qui constituera une « strate basique ». S’il est plus visible et brayant que d’autres, ce type, militaire, de circulation n’est pas le seul, bien sûr. Au cours des siècles individus et groupes, pacifiques ou guerriers, ne cessent de se déplacer.

4La route mène d’un point à un autre, ou, mieux, d’un nœud à un autre. Parfois elle ignore l’univers où elle passe, parfois elle est perméable et il y a des chemins de traverse. La perméabilité ne caractérise pas les seules voies, mais les « véhicules » qui les empruntent : en particulier la lingua franca circule en « attrapant » des mots et des morceaux de langues. Il arrive aussi qu’en chemin et au fil du temps des déperditions se produisent. On constate des érosions, comme celle relevée en Espagne par H. Bouzineb, conséquence de la simplification du système graphique arabe opérée par les morisques. Une voie de circulation est également susceptible de constituer une barrière, une limite, qu’une langue ne franchira pas, ou difficilement.

5La vitesse, d’une part celle du déplacement dans l’espace géographique, d’autre part celle des cheminements à l’intérieur d’une langue et à travers ses divers registres, ainsi que des transformations qu’ils induisent, est variable. Le sens, aussi, suivant lequel s’effectue le mouvement et qui n’est pas forcément celui que, tributaire d’idées reçues épousant spontanément les logiques impériales, voire impérialistes, on serait tenté d’imaginer : par exemple, nous signale M. Tilmatine, le berbère a pu exercer une influence sur le latin.

  • 8 Cf., à propos du vocabulaire de la maison en la Syrie, J.-C. Depaule, 1982, p. 98
  • 9 Cf. également J. Aguade, P. Cressier et A. Vicente (éd.), 1998.

6Dans les phénomènes de contact et de circulation, l’importance du fait urbain est manifeste. On pense, bien sûr, aux villes portuaires, qui sont par définition des « fronts de contact » et de redistribution -T. Mansouri insiste sur leur rôle, J. Dakhlia aussi. Aux escales, ou « échelles », pour le cabotage ou la navigation au long court qu’emprunte le transport des marchandises et des langues. Mais, plus généralement, les villes ne sont-elles pas, du point de vue linguistique, des ports, qu’elles soient établies ou non au bord de la mer ou d’un cours d’eau ? Les villes, et en premier lieu celles où se tient un marché, les centres de pèlerinage, les places où s’exerce un pouvoir, mais aussi les villages : les agglomérations, lieux de diversité, de brassage, où se nouent les échanges. Et qui, les sociolinguistes nous le rappellent, constituent un terrain favorable à l’unification linguistique, à la formation et la diffusion d’une koinè citadine, voire nationale. En même temps - c’est vrai également pour des entités de taille beaucoup plus réduite, comme la famille8 - la ville est le lieu de coexistences qui peuvent prendre la forme d’enclavements, d’emboîtements. D. Caubet nous fournit un exemple de cohabitation de pratiques langagières sans contact : dans les villes impériales marocaines, le Palais échappe à la diversité du monde extérieur, il est un « lieu linguistique à part » où des groupes de militaires maintiennent leurs façons de parler sans relation avec le reste de la société urbaine. La ville, pôle des innovations, est donc susceptible de jouer un rôle de conservatoire, notamment pour des langues minoritaires9.

7Il serait possible à partir des études réunies dans cet ouvrage de dresser une liste des gens intervenant dans la circulation, la mise en contact, l’intégration. Des personnages occupent une place stratégique, à commencer par les marchands, dans les ports et ailleurs, ressortissants de toutes nations (les Italiens sont souvent les plus présents). Certains sont indissociables d’institutions : T. Mansouri met en lumière l’impact d’un élément urbain majeur dans le Maghreb médiéval, et en particulier dans les ports de Tunis et de Mahdia, mais la remarque pourrait être étendue à d’autres régions et d’autres époques : la douane, le fondouk, les transactions commerciales et ce médiateur obligé qu’est l’interprète, le « truchement », drogman (torjoman), appartenant souvent à une minorité religieuse ou ethnique. Il y a tous ceux qui, savants ou non, accomplissent à des degrés divers une tâche de traduction. Il y a également le porteur d’eau et le colporteur kabyle, qu’évoque J. Dakhlia. Avec elle on imagine aisément qu’ils rapportent en effet d’Alger chez eux, au village dans la montagne, des bribes de langue, dont la langue franque. D’autres acteurs, dont le rôle est positif ou non, sont moins visibles : les captifs et les renégats qui conservent leurs parlers. Plus discrets encore, en Tunisie, dans les couples « mixtes », les épouses ou époux d’origine andalouse, qui perdent progressivement l’usage de l’espagnol.

  • 10 S. Naïm, 1987.

8Il faudrait, signale B. Vincent, non seulement mieux connaître les étapes d’un tel repli, mais évaluer quelle empreinte l’espagnol, parlé à une relative grande échelle dans le Maghreb des xvie-xviiie siècles, a pu laisser dans l’arabe. Et il conviendrait sans doute de compléter ces considérations en s’interrogeant, au sujet des déplacements s’effectuant au sein même de l’arabe, sur le poids relatif des variétés de langue, sur la « centralité » caractérisant certaines, comme, au Yémen, l’arabe égyptien qui a déjà été évoqué et qui, à l’époque contemporaine, est porté (importé), non seulement par les techniciens, experts et coopérants, mais massivement par les enseignants venus d’Égypte après l’instauration de la république, ainsi que « par les cassettes-vidéo et les films diffusés à grande cadence par la télévision »10.

  • 11 Cf. P. Dumont, 1997, p. 480-481.
  • 12 Cf. en particulier J. Strauss, 1999.

9Pour ma part je me suis intéressé à la manière dont, dans le monde urbain de l’Orient arabe, des technolectes ont circulé et renouvelé la langue. Dans l’Empire ottoman finissant, marqué par une politique de réformes, les Tanzimât, échanges et contacts connaissent une effervescence notable. Il y a tous les Italiens, en majorité anonymes, qui, bâtisseurs de cette région du monde, viennent avec leurs outils et leurs savoir-faire, leurs modèles techniques, constructifs, architecturaux..., et leur vocabulaire, que certains se vantent de faire entrer de gré ou de force dans la tête des ouvriers qu’ils encadrent à Beyrouth ou au Caire. Des figures plus individuelles se détachent, comme celle du jeune ingénieur, du jeune médecin syriens qui, à la fin du xixe siècle ou au début du xxe siècle, reviennent dans leur pays avec un vocabulaire, des tournures aussi, qui sont non seulement turcs, mais italiens ou français, après avoir obtenu leur diplôme à Istanbul11, capitale cosmopolite d’un empire pluriethnique. Dans ce lieu exceptionnel de production et d’échange de connaissances, ils se sont trouvés, au moins indirectement, en contact avec l’Europe occidentale12. Il est possible aussi de suivre le parcours plus singulier d’un jeune « Syro-Libanais » (châmi) d’Égypte qui entre les deux guerres, ayant acquis à Paris une formation à l’École centrale, la complète, dans cette même ville, aux Beaux-Arts, est le lauréat d’un concours d’architecture pour le musée de Beyrouth, où il finira ses jours au terme d’une carrière qui se sera déroulée pour l’essentiel au Caire.

  • 13 A. -G. Haudricourt, 1987, p. 52.

10À la lumière des contributions réunies dans cet ouvrage, le paysage s’enrichit. On saisit comment à divers moments de l’histoire des vocabulaires suivent les mouvements de savoir-faire, de métiers. A Salé aux xviie et xviiie siècles le lexique maritime, étoffé par l’apport d’hommes nouveaux, est abondamment castillan, ainsi que le note L. Maziane. L’exemple tunisien, lui, met en lumière les rapports existant entre l’espagnol et l’agriculture, ou certains métiers traditionnels. Ceux de l’italien, présent dans l’ensemble du bassin méditerranéen et au-delà (de la Tunisie au Yémen, on rencontre les mots sala, banio...), avec la construction et la mécanique, ont été évoqués. Comme le fit l’italien, transportant pendant des siècles des termes arabes vers l’Europe, une langue tierce, en particulier le français, langue d’imposition au Maghreb, peut véhiculer vers la rive sud des technolectes appartenant surtout à l’anglais, qui voyagent avec les objets - outils et produits - et les savoir-faire auxquels ils sont attachés. « Propagation commerciale de la substance et de son nom », aurait dit Haudricourt, et « propagation des techniques »13.

  • 14 C. Establet, 1994, p. 32-34.
  • 15 Cf. les travaux de Ph. Perrot, et ceux de P. Ciambelli sur les bijoux.

Parmi les objets et les mots qui se déplacent, il y a tous ceux qui correspondent à des fonctionnalités et commodités nouvelles et ceux relevant des « frivolités » dont traite L. Blili. Elle s’est attachée à un lieu symboliquement fort, la cour beylicale de Tunis au milieu du xixe siècle, un univers féminin cosmopolite : les femmes qui le peuplent viennent de différents pays. Parmi elles, « par qui le changement arrive », une figure se détache : Kmar beya voyage, rapporte des vêtements, des accessoires, et, avec ceux-ci, leurs noms. Dans ce monde d’apparences, qu’on serait tenté de penser seulement superficiel, un enjeu se fait jour : la recomposition des signes de l’appartenance sexuée. La lecture de cette étude suggère un rapprochement avec celle de Colette Establet sur des inventaires après décès dressés à Damas au xviiie siècle, documents qui dénombrent et évaluent en les désignant les objets contenus dans une maison, notamment des garde-robes : plus de cent vingt mots spécialisés, parmi lesquels on rencontre, d’ailleurs, au moins un terme espagnol (saya, qui désigne une casaque large ou une jupe) et un mot arabe d’origine maghrébine, ihrâm (« pièce d’étoffe de laine blanche ou couverture de laine bigarrée, légère »). De nettes et subtiles différences se dégagent, qui sont non seulement sociales, notamment celle qu’indique la possession de livres, mais sexuées : aux hommes l’extérieur et le paraître, « la variété dans l’abondance », aux femmes l’intérieur et une plus grande répétitivité14. Douze noms de vêtements pour celles-ci, vingt-quatre pour ceux-là. La logique que Colette Establet met en lumière dans le contexte de la Syrie ottomane semble, sinon s’inverser, du moins être ébranlée un peu plus d’un siècle après, dans l’univers tunisois que décrit L. Blili. Le phénomène n’est pas propre à la rive sud de la Méditerranée, à la même époque on observe en Europe une recomposition comparable des marqueurs de l’identité sexuelle avec des déplacements du domaine masculin vers celui des femmes15.

11La pratique, souvent plurielle, d’un locuteur, considéré collectivement ou individuellement, « tout » ce qu’il parle, voire la langue elle-même, constituent un champ qui est lui-même traversé, parcouru, et un lieu de cohabitation, de confrontation, d’interaction. La chanson, « chair du temps », selon l’expression de H. Miliani qui s’attache à son évolution en Algérie, est sans doute un exemple favorable dans sa spécificité (il s’agit d’une mise en musique, et en représentation, de matériaux linguistiques de provenances diverses). A son sujet H. Miliani, qui souligne la flexibilité des modèles, parle de « compromis linguistique », notion à rapprocher de celle de complexe de langues mise en avant par F. Bouhadiba pour caractériser la situation algérienne, et de l’idée, suggérée par M. Meouak, d’un « pacte irrésolu entre des morceaux souvent étrangers les uns aux autres ». Le cas de la chanson ne saurait être isolé. Comme elle, bien d’autres phénomènes sont des « entre deux » (entre deux langues ou davantage), selon la formule de L. El Moujahid qui se démarque ainsi d’interprétations berbéristes tendant, selon lui, à affirmer trop volontiers que l’arabe s’est moulé dans le berbère.

  • 16 Cf. à ce propos, S. Naïm, 1998, p. 98.

12Parmi les opérations significatives décrites dans cet ouvrage on rappellera la mise à l’écriture - le punique en latin, le berbère en arabe, l’arabe des morisques en espagnol... H. Bouzineb attire notre attention sur les modalités de la traduction-transcription que ces derniers effectuent pour que « la langue des chrétiens » devienne « une langue pour les musulmans ». En l’occurrence la transposition, nous explique-t-il, n’est pas le résultat « d’un travail de laboratoire ou d’ingénierie de la langue », mais celui « d’une utilisation intense du système », qui par le jeu de la répétition concourt à la conformation de schèmes linguistiques16. D’une façon générale, une langue, qu’elle accueille en elle des éléments exogènes ou qu’elle les transporte vers une autre, n’en est pas le dépositaire ou le véhicule passif, mais entretient avec eux une relation active et complexe qui, même quand elle obéit à une stratégie réformatrice, donc volontariste voire autoritaire, n’est pas un rapport mécanique de moule à moulage ou de contenant à contenu, celui-là modelant celui-ci, ni même un collage ou un placage. L’approche sociolinguistique qu’illustrent L. Messaoudi et Z. Iraqui Sinaceur met nettement cela en lumière, en nous montrant non seulement à quelles conditions les mots et les langues circulent, mais quelles sont les modalités de l’intégration, qu’il s’agisse d’emprunts stricto sensu ou de calques.

13À travers les études de ce livre, consacrées à des périodes plus ou moins amples qui sont autant de fragments d’une durée allant de l’Antiquité à nos jours, se dégagent des formes de rapports entre langues et pouvoir sans doute plus variées qu’on s’y attendrait. Domination, imposition, aménagement, résistance, acceptation... On vérifie - et c’est la représentation, entièrement fondée, qui est spontanément la plus répandue - la propension du pouvoir politique à jouer la massivité et le monolithisme linguistique, en imposant une langue unique. Mais, à travers des exemples aussi divers que celui du néo-punique, analysé par H. Jaïdi, du plurilinguisme administratif de la Sicile du xiie siècle présenté par A. Nef, ou encore de la situation d’Alger au xviiie à laquelle s’intéresse M. Meouak, on constate également que, au gré des problèmes auxquels il est confronté et de ses visées, l’État est capable de recourir à la pluralité linguistique et à une forme d’alternance codique.

14Il arrive que dans ce domaine le pouvoir politique n’ait pas l’initiative, ou l’antériorité, ou l’exclusive. « Le commerce précède la volonté hégémonique », indique T. Mansouri, tandis que H. Bouzineb observe qu’en Espagne, dans plusieurs régions, un recul de l’arabe se produisit « bien avant les décisions prises par les autorités chrétiennes ». Enfin, on constate que les découpages établis par le politique ne se superposent pas nécessairement à la topographie linguistique. A. El Moudden en donne un exemple : à l’évidence la circulation du turc répondait à une logique impériale, donc d’ordre politique et administratif, pourtant cette langue est « passée » aussi au Maroc qui, on le sait, ne faisait pas partie de l’Empire ottoman. Ce débordement doit être compris comme un élément de transversalité de la culture maghrébine dont le turc est devenu une composante commune. Par ailleurs, T. Mansouri nous invite à considérer un paradoxe apparent : à propos de phénomènes linguistiques on parle volontiers de coexistence, d’interférence, d’interpénétration, d’imbrication, d’intégration, d’emprunt, mais on évoque plus rarement la langue en tant qu’objet de conquête, de prise. Il est vrai qu’à la différence de la domination, de l’imposition linguistiques, qui constituent toujours à quelque égard une violence, la « prise », appropriation délibérée ou pas, semble le plus souvent être une conquête pacifique.

15Avec la question du pouvoir et de la langue, la dimension spatiale, plus précisément territoriale, revient au premier plan - qu’il s’agisse de cette langue sans territoire qu’est la lingua franca ou bien des « langues de passage », ou, au contraire, de celles dont l’inscription dans l’espace concourt à la légitimation d’un pouvoir ou à l’affirmation d’une identité et, de façon générale, d’une souveraineté. Seulement, on vient de le voir avec l’exemple de l’extension du turc qui ne se soumet pas aux cadres spatiaux définis par le politique, les frontières que celui-ci édicte peuvent être poreuses.

  • 17 D. Nordman, 1996, p. 11.
  • 18 Id., 1998, p. 63.

16Une telle caractéristique doit sans doute être référée au contexte spécifique du Maghreb dont le partage territorial fut tributaire des conceptions des négociateurs français. Ceux-ci, Daniel Nordman l’a montré, pour fixer les limites de l’Algérie et du Maroc au xixe siècle, privilégièrent « la projection visible sur le sol et la démarcation matérielle », en voyant dans la frontière « beaucoup moins une relation entre la société et l’État qu’une relation stricte entre l’espace et l’État, dans une représentation en quelque sorte physique de cet État »17. Mais la porosité - d’autres auteurs, pour qualifier des situations comparables, parlent de flou, de brouillage ou même de dénégation – renvoie aussi à une vérité de portée générale. Appliquée aux phénomènes géopolitiques ou au champ linguistique, la frontière, comprise non pas dans l’acception première que le mot a eue en français (une portion d’espace où se projette un rapport de force) mais au sens de limite, dont elle est devenue synonyme au terme d’une évolution que Daniel Nordman a mise en lumière18, est d’abord l’outil d’une représentation cartographique exprimant une séparation abstraite, idéale. Sur le terrain, les frontières linguistiques offrent un degré variable de rigidité, ainsi que l’indique M. Benabbou observant au Maroc la topographie du berbère et de l’arabe. Et il met l’accent sur l’existence de zones de transition- on retrouve ici quelque chose de l’épaisseur initialement associée à la notion de frontière.

17Y compris lorsqu’elles sont appréhendées dans les dimensions spatiales, territoriales, qu’impliquent les contacts et circulations, les pratiques linguistiques sont justiciables, assurément, de représentations qui ne se réduisent ni aux visions « en coupe », aux délimitations et aux contrastes que privilégie une cartographie schématique, ni à une conception exclusivement physique de l’espace. En en rendant compte, les contributions réunies ici donnent la mesure de la richesse et de la complexité de ce paysage en mouvement.

Bibliographie

Aguade J., Cressier P., Vicente A. (éd.), 1998, Peuplement et arabisation au Maghreb, Dialectologie et histoire, Madrid-Saragosse, Casa de Velasquez-Université de Saragosse.

Balibar R., Laporte D., 1974, Le français national. Politique et pratique de la langue sous la Révolution, Paris, Hachette.

Depaule J.-C., 1982, « Espaces, lieux et mots », Les cahiers de la recherche architecturale, 10-11, avril, p. 94-101.

Depaule J.-C., 1999, « Entre travail et habitat, le café », in S. Denoix, J.-C. Depaule, M. Tuchscherer (dir.), Le Khan al-Khalili et ses environs. Un centre commercial et artisanal du Caire du xiiie au xxe siècle, Le Caire, IFAO, p. 245-256.

Depaule J.-C., 2001, « Passages aux toponymes », in J.-C. Bouvier, J.-M. Guillon (dir.), Toponymie urbaine. Significations et enjeux, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 229-237.

Dumont P., 1997, « La période desTanzimât  », in R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, p. 459-522.

Establet C., 1994, « Les intérieurs damascains au début du xviie siècle... sous bénéfice d’inventaire », in D. Panzac (dir.), Les villes ottomanes : activités et sociétés, II, Paris, CNRS-Éditions, p. 15-46.

Haudricourt A.-G., 1987, « Ce que peuvent nous apprendre : les mots voyageurs », in La technologie science humaine. Recherches d’histoire et d’ethnologie des techniques, Paris, MSH, p. 51-56.

Miller C., 1995, « Contacts de langues : à propos des dialectes arabes », Paroles/Fî l-kalâm, 1, p. 71-93.

Naïm-Sanbar S., 1987, « L’habitat traditionnel à San’â. Sémantique de la maison », Journal Asiatique, CCCXXV, 1-2, p. 79-113.

Naïm S., 1998, « L’aventure des mots arabes venus d’ailleurs. Emprunts et pharyngalisation », La Linguistique, 34, 2, p. 91-102.

Nordman D., 1996, Profils du Maghreb. Frontières, figures et territoires (xviiie-xxe siècles), Rabat, Faculté des lettres.

Nordman D., 1998, Frontières de France. De l’espace au territoire xvie-xixe siècles, Paris, Gallimard.

Strauss J., 1999, « Les voies de la transmission du savoir dans un milieu cosmopolite. Lettrés et savants à Istanbul au xixe siècle (1830-1860) », in F. Sanagustin (éd.), Les intellectuels en Orient musulman. Statut et fonction, Le Caire, IFAO, p. 109-126.

Walter H., 1997, L’aventure des mots français venus d’ailleurs, Paris, Robert Laffont.

Notes

1 J.-C. Depaule, 1999, p. 245.

2 S. Naïm, 1987, p. 110.

3 J.-C. Depaule, 2001.

4 Cf. S. Naïm, 1998, p. 95-97.

5 H. Walter, 1997, p. 128.

6 A propos des processus, cf. l’article de synthèse de C. Miller, 1995.

7 Cité par R. Balibar et D. Laporte, 1974, p. 51.

8 Cf., à propos du vocabulaire de la maison en la Syrie, J.-C. Depaule, 1982, p. 98

9 Cf. également J. Aguade, P. Cressier et A. Vicente (éd.), 1998.

10 S. Naïm, 1987.

11 Cf. P. Dumont, 1997, p. 480-481.

12 Cf. en particulier J. Strauss, 1999.

13 A. -G. Haudricourt, 1987, p. 52.

14 C. Establet, 1994, p. 32-34.

15 Cf. les travaux de Ph. Perrot, et ceux de P. Ciambelli sur les bijoux.

16 Cf. à ce propos, S. Naïm, 1998, p. 98.

17 D. Nordman, 1996, p. 11.

18 Id., 1998, p. 63.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable