Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

I. Des plurilinguismes dans l’histoire

Dialectologie et histoire au Maghreb : pour une sociolinguistique historique1

Dominique Caubet

Texte intégral

  • 1 Le terme est de D. Cohen ; cet article doit beaucoup à des discussions personnelles avec lui.
  • 2 Voir, en particulier, le compte-rendu critique fait par W. Marçais de l’ouvrage de E.-F. Gautier «  (...)

1Nous ne disposons que de très peu de documents dans l’histoire des dialectes du Maghreb. Confrontés à la variation synchronique dans les parlers du Maghreb, des linguistes, au début du xxe siècle, ont cherché à analyser les parlers maghrébins en liaison avec l’histoire du peuplement au Maghreb, c’est-à-dire à trouver une dimension diachronique à la dialectologie arabe. Tout naturellement, ils se sont tournés vers les historiens contemporains ou se sont eux-mêmes intéressés à l’histoire des mouvements de populations et ont acquis de sérieuses compétences d’historiens2.

  • 3 Voir Ibn Khaldûn, Muqaddima (éd. Quatremère, III, p. 299-307 ; traduction, III, p. 334-343).

2Leurs analyses sont remarquables et ont considérablement déblayé le terrain et il serait dommage de s’en priver ; on citera le précurseur William Marçais, Marcel Cohen, Georges S. Colin, E. Lévi-Provençal, Jean Cantineau, Philippe Marçais, et aujourd’hui, David Cohen. Pendant longtemps, on en était resté à la dichotomie essentielle proposée par Ibn Khaldûn, entre parlers citadins et parlers bédouins3 ; dichotomie sociolinguistique qui avait, elle aussi, une dimension historique, puisque les bédouins ne seraient pas arrivés au Maghreb avant le xie siècle. L’opposition était donc déjà double : parlers « de la première couche », dans les cités, et parlers des bédouins nomadisant sur les plateaux, arrivant entre le xie et le xvie siècle.

  • 4 Tlemcen, en 1902, Ulâd-Brâhîm de Saïda en 1906-1908, Tanger, en 1911 et Takroûna en 1925 (cf. réf.) (...)
  • 5 Voir Takroûna, « Avant-propos », p. XXVIII-XXXVII.

3W. Marçais, qui a réalisé de nombreuses monographies de dialectes maghrébins4, s’est interrogé sur un type de parler qui n’était ni bédouin ni citadin, rencontré notamment à Takroûna en Tunisie, et qui présentait des caractéristiques semblables à ceux qu’il avait observés dans la région de Jijel, de Tlemcen, chez les Trara et dans les parlers Jbala du Nord marocain. C’est ainsi qu’il a introduit dans l’avant-propos de son étude sur Takroûna, le terme de « parlers villageois » qu’il présente ainsi5 : « Personnellement, nous serions portés à voir dans ces idiomes composites les représentants de l’arabe parlé en quelques points de campagnes du Maghreb avant que Hilal et Solaïm n’y eussent apporté leurs dialectes bédouins. Ces patois tireraient leur origine du langage des vieux centres urbains/ces foyers permanents d’arabisation, et seraient proprement des parlers arabes maghrébins citadins acquis et transformés par des paysans berbères. Il ne nous semble pas indifférent que chacun des territoires considérés, au Maroc et en Algérie, ait dès l’an 1100, au sud, une ville importante, une capitale régionale ; au nord, sur le littoral, plusieurs ports, et qu’il soit bordé ou traversé par des voies unissant la cité terrienne aux cités maritimes : Constantine à Djidjelli et Collo, Tlemcen à Rachgoun et Honaïn, Fès à Tanger, Ceuta et Bâdis. Aux siècles suivants, des collectivités de langue bédouine, transportées par les princes dans les vallées de l’Oued-el-Kebîr, de la basse et de la moyenne Tafna et de l’Oued Sebou, ou s’y étant infiltrées, ont plus ou moins nettement séparé Constantine, Tlemcen et Fès des vastes banlieues linguistiques qu’elles s’étaient constituées au nord. Dès lors, tout en subissant dans le détail une même influence, celle des dialectes bédouins, parlers villageois [souligné par nous] et parlers citadins ont suivi des voies distinctes et accusé les traits par lesquels ils s’opposaient dès l’origine ; et l’on peut croire que l’hétérogénéité substantielle des premiers, impliquant un certain manque d’équilibre linguistique, y a fait foisonner l’innovation.

4C’est ainsi qu’est apparu pour la première fois ce terme de parlers villageois qui allait faire date dans la dialectologie du Maghreb. En effet, ces parlers, souvent objets de mépris, se sont trouvés examinés avec intérêt dès lors qu’était mise en valeur leur profondeur historique et leur importance dans la compréhension de l’histoire des dialectes arabes du Maghreb et de l’arabe en général. W. Marçais poursuit en examinant la situation du Sahel tunisien qui lui semble avoir une place à part :

5« [...] Dans l’ensemble, nous n’imaginons pas autrement les choses pour le Sahel tunisien. [...] Depuis mille ans et plus, l’étroite zone littorale où se groupent les villages sâhli est coupée par les routes unissant Kairouan, “mère des cités du Maghreb”, à Sousse qui fut toujours son port, à Mahdîya qui, pendant cent ans environ, s’érigea en métropole rivale, et à Monastir, lieu de retraite pieuse et de pèlerinage. C’est vraisemblablement l’arabe de ces villes qu’apprirent jadis les paysans du Sahel. Transplanté dans ces milieux frustes, il a pris, au cours d’une longue évolution, une physionomie particulière, mais demeure en somme assez voisin des parlers citadins pour qu’on lui puisse attribuer la même origine ; et si nettement différent, d’autre part, des parlers bédouins par le consonantisme et la grammaire qu’on ne saurait admettre qu’il en soit un rameau détaché.

6[...] On considérera donc les parlers du Sahel tunisien, à l’égal de ceux des Djebâla, des Trâra et de la Kabylie orientale, comme de l’arabe citadin transformé par des ruraux, [souligné par nous] ».

7Ainsi W. Marçais pose l’existence au Maghreb de deux types de parlers préhilaliens : les parlers citadins et les parlers villageois, qu’il oppose aux parlers bédouins. On les rencontre dans quatre zones fort éloignées entre elles : outre le Sahel tunisien, ils caractérisent la petite Kabylie, les régions de Tlemcen/Nédroma et de Fès. Il note l’innovation dont font preuve tous ces parlers, l’expliquant par « un certain manque d’équilibre linguistique », faisant allusion aux nouveautés persistant encore dans ces parlers tant sur le plan phonologique, morphosyntaxique que lexical.

8En effet, dès lors qu’une innovation est introduite dans un système, il est mis en déséquilibre : ainsi en phonétique, si par exemple, le phonème /q/ est réalisé /k/ qu’advient-il de l’opposition /q/ : /k/ ? :

9Certains parlers ont conservé une opposition entre deux phonèmes, en marquant une évolution de /k/ vers un [č (tch) ou un [ḵ] (ch de l’allemand ou du kabyle) :/qelb/, « cœur » est réalisé [kelb] et/kelb/ « chien » se prononce [čelb/ḵelb]. Le système a donc recréé une opposition, rétablissant une forme d’équilibre. La différence est parfois plus ténue, opposant un /q/ réalisé [ḳ] (un kaf emphatique) à un /k/ non emphatique : /ḳelb/ s’oppose à /kelb/ (à Jijel).

  • 6 Pour une description détaillée voir D. Caubet, 1993, t. II.

10L’innovation peut toucher le système grammatical de la langue : ainsi quand l’arabe marocain crée une nouvelle forme verbale : l’inaccompli préverbé qui vient s’ajouter à l’inaccompli simple (yexdem et ka-yexdem). Le système verbal de la langue est totalement bouleversé et de nouvelles oppositions sont mises en place. Comment sont distribuées les deux formes6 ? On voit que la nouvelle forme préverbée prend la place de l’ancienne forme simple qui se trouve proprement « reléguée » dans des emplois subalternes, de dépendance ou de jussif : kayexdem veut dire « il travaille (en général) » aussi bien qu’ « il est en train de travailler » ; et yexdem ne s’emploie plus que dans des valeurs modales « qu’il travaille ! - il travaillera » ou dépendante d’un autre verbe : bġa yexdem, « il veut travailler ».

11Toute innovation entraîne un déséquilibre qu’on est amené à compenser. On a attribué beaucoup de ces nouveautés algériennes et marocaines à l’influence du substrat berbère ; elle est avérée aussi bien au niveau phonétique, lexical que morpho-syntaxique, mais il ne faut pas perdre de vue que le berbère est une langue chamito-sémitique, apparentée à l’arabe, et que des évolutions parallèles peuvent avoir eu lieu. Il ne s’agit sans doute pas de simples emprunts, maïs d’une véritable reconstruction des systèmes de la langue.

12W. Marçais est amené à affiner l’analyse du cas de Takroûna et à considérer à part le cas du Sahel tunisien où l’influence du berbère est très faible, par comparaison avec les parlers villageois du Maroc et de l’Algérie. En effet, il est curieux de voir qu’en Tunisie le berbère a presque disparu, avec un pourcentage de berbérophones de 1 %. On verra plus bas que la question est sérieusement posée de savoir quelles étaient, outre le berbère, les langues parlées en Ifrîqiya avant l’arrivée des Arabes :

13« [...] Au point de vue linguistique, le Sahel tunisien l’emporte donc de beaucoup, pour la profondeur de l’intensité de l’arabisation, sur les zones villageoises du Maghreb central et occidental.

14[...] Tout d’abord les trois aires de dispersion des parlers considérés, au Maroc et en Algérie, couvrent des territoires montagneux et malaisément pénétrables. Le Sahel, au contraire, est une plaine vallonnée, d’accès facile, ouverte dans tous les sens aux communications. [...] En outre, au cœur même de la région tunisienne, on rencontre dès une époque ancienne de grosses agglomérations rurales, des bourgs faisant figure de petites villes, très aptes à jouer le rôle de centres secondaires de culture musulmane et à diffuser par l’intérieur la connaissance de la langue arabe. On ne saurait douter, par ailleurs, que la constitution intime et la civilisation particulière des grands centres urbains d’Ifrîqiya n’en aient fait des foyers d’arabisation plus intenses et d’un rayonnement plus puissant que les capitales provinciales du Maghreb central et du Maghreb extrême. Longtemps, celles-ci demeurèrent à moitié berbères. A l’inverse, Sousse, port d’embarquement pour la Sicile, Mahdîya, “grande cité d’Afrique”, et Kairouan, métropole du Maghreb, boulevard du malikisme, siège des dynasties orientales qui copièrent les Abbassides jusque dans le choix de leurs résidences princières, furent vraiment des villes arabes ; et elles jouirent, en outre, pendant les trois premiers siècles de la période musulmane d’un prestige que n’obtinrent jamais les citadelles montagnardes de Constantine et de Tlemcen, et que Fès elle-même n’acquit que beaucoup plus tard. Si l’on songe que les fils de ces cités ifrîqiyennes portèrent l’arabe jusqu’en Sicile et à Malte, on voudra bien admettre qu’ils apprirent aisément à une banlieue rurale de médiocre étendue à faire de leur dialecte un correct usage. »

15Dans ce texte, W. Marçais attribue donc une « arabité » plus profonde de la Tunisie au sein du Maghreb. L’Ifrîqiya est vue comme foyer d’arabisation plus important, ayant servi de base à l’arabisation du reste du Maghreb vers l’ouest, mais aussi de Malte et de la Sicile à l’est.

16W. Marçais pose enfin la question du substrat existant lors de l’arrivée des conquérants arabes, en faisant état des lacunes dans les documents (ce qui ne s’est guère amélioré depuis) :

17« Il est un fait enfin qu’on ne saurait négliger, si hypothétiques que paraissent dans l’état actuel de nos connaissances les conséquences qu’on peut en tirer : sur ce vieux sol de la Byzacène, la vie de nos ruraux arabophones succède à une vie rurale carthaginoise. Dans quelle mesure, plusieurs siècles avant l’arrivée des envahisseurs arabes, la concurrence de deux grandes langues de civilisation, le punique et le latin, avait-elle entamé les parlers berbères autochtones, c’est ce que rien ne permet de décider. Mais la question vaut d’être posée. » À cet endroit, une note très importante expose les différentes thèses en présence dans les années 1920 : « Cf. de la Blanchère, ap. Bulletin de correspondance africaine, 1882, p. 360-365. Que l’usage du latin ait été fort répandu aux premiers siècles de l’ère chrétienne dans l’hinterland d’Hadrumète, c’est un fait sur lequel il n’est pas besoin d’insister. - Sur l’adoption présumable du punique, à une époque antérieure, par les habitants de la Byzacène, cf. S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, IV, p. 494. D’autre part, Renan, le premier, dans son Histoire générale des langues sémitiques (5e édition, p. 199-200), a émis l’idée que cette langue s’étant maintenue, dans certaines régions de la Berbérie orientale, jusqu’à la conquête musulmane, l’acquisition de l’arabe aurait été facilitée aux habitants par la pratique d’un idiome apparenté. Cette hypothèse a été reprise pas S. Gsell (op. cit., p. 498) et, à plusieurs reprises, par E. Gautier (Annales de géographie, XXII, 1913, p. 261 ; Structure de l’Algérie, p. 211) ; cf. aussi H. Basset, ap. Revue africaine, LXII, 1921, p. 373-374. »

  • 7 Voir G. S. Colin, 1948, p. 97. Il est quand même intéressant de noter que la thèse d’une filiation (...)

18Ainsi, ce pourrait être sous l’influence du punique puis du latin que le berbère aurait été repoussé dans les zones de montagne d’Ifrîqiya, et n’aurait déjà plus été présent dans les plaines lors de la conquête arabe. Bien que lui-même soit plus réservé, Marçais note qu’il est courant de dire que l’arabe, dans le processus d’expansion de l’islam, n’aurait remplacé la langue indigène que lorsque celle-ci lui était apparentée (sémitique ou chamito-sémitique : copte, araméen, berbère, mais pas turc ou persan...). C’est également la thèse défendue par G. S. Colin dans son histoire de l’enseignement de l’arabe dialectal aux langues orientales, rédigée à l’occasion de son cent-cinquantenaire7 : « Il n’est d’ailleurs peut-être pas indifférent de faire remarquer que, en tant que langue parlée, l’arabe s’est implanté et maintenu dans les seules régions où la langue antérieure - sémitique ou chamito-sémitique - lui était linguistiquement apparentée. Au contraire, l’aire indo-européenne s’est montrée remarquablement résistante, voire imperméable à l’arabisation linguistique ; c’est le cas, notamment, du domaine iranien, bien qu’il ait adopté l’Islam. »

  • 8 Voir W. Marçais, 1938, p. 175-177.

19Dans un texte postérieur8, Marçais fait ensuite un bilan des connaissances sur la persistance du latin en Afrique du Nord ; il rappelle la décadence de la Romania à partir de 430, date du triomphe des Vandales, mais s’applique à retrouver des traces de latin après la conquête arabe : dans les monnaies frappées en latin au ier siècle de l’Hégire, au nom de « Muse/ [ilius]] Nusir » (Moûsa Ibn Nosaïr), dans la persistance d’églises chrétiennes jusqu’au xie siècle, et avec elles, du latin (dans des lettres, on note l’existence de cinq évêques en 1050, et de trois en 1076). Al-Bakri mentionne la communauté chrétienne de Tlemcen et al-Idrîsi, un siècle plus tard, dit que la « langue latine (laṭînîya) d’Afrique » est encore en usage à Gafsa. La Tunisie s’illustre aussi par la découverte à Kairouan d’inscriptions funéraires latines du xie siècle (les plus tardives trouvées en 1938. A-t-on progressé depuis ?)

20Pour résumer le débat et surtout l’actualiser, on peut se demander légitimement si les causes d’abandon d’une langue maternelle au profit de l’arabe sont seulement linguistiques (seules les langues apparentées à l’arabe auraient été concernées) ou si elles n’obéissent pas plutôt à des motifs sociaux et politiques ? Voici une question sur laquelle linguistes et historiens seraient appelés à se retrouver plus souvent.

  • 9 Mettant à profit les discussions de Tunis en 2001, nous avons depuis engagé une démarche de ce type (...)

21Travailler à partir de matériaux datant du xixe et du début du xxe siècle ne suffit plus et nous aurions besoin de questionner les historiens d’aujourd’hui sur l’état des recherches en ce domaine. Bien plus, plutôt que de leur adresser des questions directes, sortes de demande de service, il conviendrait que l’on puisse élaborer ensemble de véritables « terrains d’entente » qui produisent un travail nouveau9, partager un terrain ou des textes, analyser séparément et ensemble, des données ou des sources que l’on établirait pour essayer d’apporter des réponses à des questions que l’on formulerait, symétriquement, séparément et ensemble.

22Mais jusqu’à quel point les questions qui se posent aux sociolinguistes peuvent-elles être partagées avec les historiens : que sait-on des langues parlées au moment de la conquête : berbère, latin, punique ? Quelles étaient les religions présentes au Maghreb et en Espagne, lors de la conquête : christianisme, donatisme, arianisme ? Les langues prestigieuses, liées aux religions - latin, hébreu, arabe classique - ont-elles une influence déterminante sur les langues parlées ?

23Les dialectologues ont des raisons linguistiques de supposer que les premiers conquérants parlaient des parlers déjà bien différenciés, et probablement des parlers de sédentaires. Cela correspond-il à ce que l’on sait par ailleurs de l’histoire des migrations de ces groupes ?

  • 10 II est important de bien distinguer les vieilles cités (Üadari), comme Kairouan, Fès, Tlemcen Salé, (...)

24Ces questions font-elles sens aujourd’hui pour les historiens ? Il serait intéressant d’approfondir le lien entre les populations qui ont islamisé le Maghreb dans les tout premiers temps de la conquête arabe et les parlers les plus anciens qui sont parvenus jusqu’à aujourd’hui, en le mettant en relation avec l’importance et le prestige des anciennes cités10.

Les parlers « kairouanais »

25Pour illustrer une démarche liant sociolinguistique et histoire, on évoquera le travail de D. Cohen, qui a affiné celui de W. Marçais en introduisant, au sein des vieux parlers citadins (préhilaliens), l’idée de l’existence d’un groupe de parlers kairouanais, dont les héritiers sont encore parlés aujourd’hui (ou l’étaient encore pour certains, au début du xxe siècle) à Fès, à Tlemcen et Nédroma et ont influencé des parlers villageois, tels que ceux des Jbala au Maroc, des Trara en Algérie ou de la région de Mahdia en Tunisie et par beaucoup de juifs citadins (Tunis, Fès, Sefrou, Alger...) ; on n’omettra pas le maltais, bien qu’il soit devenu une langue à part entière, indépendante de l’arabe, Malte ayant été arabisé par des gens de Mahdia dès le ixe/xe siècle.

26Ces rapprochements linguistiques, si importants pour les dialectologues ont-ils un sens pour les historiens ?

27Les parlers kairouanais sont des idiolectes de vieilles cités où des Kairouanais se sont installés et où leur prestige a sans doute amené les populations qui cohabitaient avec eux à adopter leur idiome.

28Ils ont toutes les caractéristiques des parlers des vieilles cités du Maghreb mais cumulent un grand nombre d’innovations : absence d’interdentales (ni /ṯ/, ni /ḏ/), vocabulaire spécifique, parfois zézaiement (confusion des chuintantes et des sifflantes), prononciation du qaf en ’af (hamza simple ou emphatique), réduction des voyelles brèves à un seul phonème /e/ (schwa), confusion des genres à la deuxième personne du singulier (verbes, pronoms, impératifs).

  • 11 Voir D. Cohen, 1975.

29Ils ont pour origine le parler qui s’est formé à Kairouan au moment de son édification mais qui, précisément, a cessé d’être parlé dans cette ville. Cela s’expliquerait par la fuite de ses habitants autochtones après la défaite des Aghlabides au début du xe siècle. Ville fatimide, Mahdia possède encore aujourd’hui un parler très particulier en Tunisie, sans interdentales, de même que les juifs de Tunis dont le parler a été décrit par D. Cohen11.

  • 12 Voir R. Le Tourneau, 1987, p. 46-47 et 188.

30D’autre part, au Maroc, en 82512, comme l’explique Le Tourneau pour Fès, trois cents familles kairouanaises - des émigrés politiques - étaient venues s’installer sur la rive gauche de l’oued Fès, à El-‘Âliya, qui deviendra Madinat el-Qarawiyîn, formant plus tard avec le quartier de la rive droite Madinat el-Andalusiyyîn, la ville de Fès (au xie siècle, sous les Almoravides), et où les deux mosquées d’el-Qarawiyîn et d’el-Andalûs seront érigées vers 850 par Yahya, petit-fils d’Idriss II.

31Mais, même lorsque ces parlers étaient dominants dans les vieilles cités, il y avait des poches de résistance où l’on ne parlait pas de cette manière.

Les palais des sultans marocains : isolat ou creuset linguistique ?

  • 13 Ibid., p. 187-189.

32En effet dans les grandes cités marocaines, parlant un parler kairouanais, comme dans la vieille ville de Fès et le mellah, on trouvait, dans le quartier de Fès-Jdid, peuplé par les armées (guish) du Palais royal, auquel ce quartier est adjacent, des parlers bédouins très différents des parlers préhilaliens voisins. Avant le protectorat français, ces populations vivaient en symbiose avec le Makhzen, tout à fait coupées de la ville ; ce n’était qu’une cité militaire, comme le dit Le Tourneau13 :

33« Ils étaient d’origines très diverses, mais avaient ceci de commun qu’ils étaient bédouins et que leur métier de soldats ou de serviteurs errants à la suite du Makhzen les avait empêchés de prendre aucune habitude citadine. Aussi la différence était-elle grande entre Fès-Jdid et ses satellites d’une part, la Médina de l’autre. »

34Au Maroc, le palais du sultan, dans toutes les grandes villes où ils ont exercé leur pouvoir (Fès, Marrakech, Meknès, puis Rabat), est donc un lieu linguistique à part, qui n’a rien de citadin linguistiquement, puisque les serviteurs et les différents corps de soldats sont recrutés essentiellement dans le sud du pays, dans des tribus bédouines, mais aussi dans quelques tribus berbères, pour les serviteurs, mais aussi pour les épouses et les concubines.

35Ces palais, fermés aux villes dans lesquelles ils sont installés, constitueraient donc, d’une part, des isolats, fonctionnant en vase clos, et seraient d’autre part, des creusets où des gens ayant des parlers, voire des langues différentes, sont amenés à cohabiter et à communiquer. Ces lieux étant clos, on n’a pas pu étudier ce qui s’y passe ; mais il est important de noter que les marges (quartiers contigus au Palais, comme Fès-Jdid au temps du protectorat) affectent le paysage linguistique des villes en question. Bien sûr, depuis l’indépendance, et surtout dans les trente dernières années, le départ des juifs du Mellah, l’exode rural massif, affecteront la ville de Fès avec une autre ampleur, mais il est important de ne pas oublier ce qui existait encore dans la première moitié du siècle dernier.

36Pour avancer aujourd’hui, on pourrait s’appuyer sur des études qui datent pour les plus anciennes, d’un peu plus d’un siècle et qui sont autant de témoignages précieux, mais il me paraît important de rechercher directement dans les sources historiques les traces de ces parlers différenciés, parfois stigmatisés, qui ont la vie dure, mais dont on ne peut prédire combien de temps encore ils résisteront.

37Pour conclure, on est en droit de se demander si la stigmatisation des parlers arabes en général et de certains idiolectes tels que les parlers villageois qui sont pourtant, rappelons-le, parmi les plus anciennement présents au Maghreb, n’empêchent pas, consciemment ou inconsciemment, certaines recherches d’être à l’ordre du jour. L’acceptation de l’existence d’un patrimoine riche, spécifique à telle région ou à tel pays, n’ayant pas été fixé par écrit ne vat-elle pas permettre d’aborder certains thèmes, qui justement feraient se rejoindre historiens et linguistes dans des intérêts communs ?

38Le moment est venu de revisiter des sources qui, bien que marquées de l’étiquette coloniale, n’en sont pas moins essentielles. On pourrait redécouvrir les hypothèses émises au début du xxe siècle par des savants qui, en tout état de cause, ont consacré toute leur vie scientifique au nord de l’Afrique, et essayer d’aller plus loin, avec les moyens combinés des sciences humaines d’aujourd’hui, en se débarrassant du tabou sur les productions liées à la colonisation.

39Il me semble également qu’il est temps de se dégager des préjugés qui ont empêché longtemps les langues maternelles de constituer un objet d’étude à part entière, oubliant parfois l’étendue du registre de ces langues qui, bien que rarement fixées par écrit, n’en sont pas moins le principal vecteur de transmission d’un patrimoine littéraire, artistique, tout autant qu’historique.

Bibliographie

Aguadé J., 1999, « Un dialecte ma’qilien : le parler des Z‘ir au Maroc », in J. Aguadé P. Cressier, A. Vicente, Peuplement et arabisation au Maghreb occidental (dialectologie et histoire), Madrid, Casa de Velazquez, Université de Saragosse D. 141-150.

Aguadé J., El Yaacoubi M., 1995, El dialecto arabe de Skura (Marruecos), Madrid CSIC.

Aguadé J., Cressier P., Vicente A., 1998, Peuplement et arabisation au Maghreb occidental (dialectologie et histoire), Madrid, Casa de Velazquez, Universida de Zaragoza.

Behnstedt P., Woidich M., 1985, Die ägypten-arabischen Dialekte. Band 2 Dialektaltlas von Agypten, Wiesbaden, L. Reichert.

Behnstedt P., Woidich M., 1987, Die ägypten-arabischen Dialekte. Band 3 : Texte. I. Deltadialekte Wiesbaden. L. Reichert.

Benabbou M., 1992, Étude sociolinguistique des parlers de la région du centre-nord et de la région orientale du Maroc. Phonologie et phonétique du nombre et de la variété des registres langagiers (arabe dialectal régional et berbère). Thèse de doctorat, Université Paris V.

Bouhadiba F., 1992, « On phonemic isoglosses in Western Algeria », Cahiers de dialectologie et de linguistique contrastive, III, Oran, Université d’Oran, p. 1-37

Cantineau J., 1936, « Géographie linguistique des parlers arabes algériens », Revue africaine, p. 1-3.

Cantineau J., 1938, « Les parlers arabes du département d’Alger », in Actes du 3e congrès de la Fédération des sociétés savantes (Constantine), Alger, I, p. 703 711.

Cantineau J., 1939, « Les parlers arabes du département de Constantine », in Actes du 4e congrès de la Fédération des sociétés savantes (Rabat), Alger, II, p. 849-854

Cantineau J., 1940, « Les parlers arabes du département d’Oran », Revue africaine, p. 230-231.

Cantineau J., 1941, « Les parlers arabes des Territoires du Sud », Revue africaine, p. 71-77.

Cantineau J., 1946, Les Parlers arabes du Horân, Paris, Klincksieck.

Caubet D., 1993, L’arabe marocain, 1 & 2, Louvain, Peeters.

Caubet D., 1999, « Etude sociolinguistique des traits préhilaliens dans un dialecte en voie d’urbanisation à Fès », in J. Aguadé, P. Cressier, A. Vicente, Peuplement et arabisation au Maghreb occidental (dialectologie et histoire), Madrid, Casa de Velazquez, Université de Saragosse, p. 165-175.

Caubet D., 2000a, « Histoire et dialectologie (bilan et perspectives) », in Actes de la table ronde Contact et évolution historique des langues au Maroc, Rabat, Faculté des lettres de Rabat (Langues et Littérature, XVI-1998), p. 61-70.

Caubet D., 2000b, « Pour un atlas linguistique du Maghreb », Revue tunisienne de sciences sociales, 120 (« Langage et altérité, L’expérience de l’Atlas linguistique de la Tunisie »), p. 191-202.

Caubet D., 2002a, « Questionnaire de dialectologie du Maghreb (d’après les travaux de W. Marçais, M. Cohen, G.S. Colin, J. Cantineau, D. Cohen, Ph. Marçais, etc.) » Estudios de dialectologia norteafricana y andalusi (EDNA), 5, 2000-2001, p. 73 92

Caubet D., 2002b, « Pour un atlas du Maghreb : un projet de questionnaire », in A. Youssi, F. Benjelloun, M. Dahbi, Z. Iraqui Sinaceur (éd.), Aspects of the Dialects of Arabic Today. Proceedings of the 4th Conference ofthe International Arabic Dialectology Association (AIDA), Marrakech, ler-4 avril 2000, en l’honneur du professeur David Cohen, Rabat, Amapatril, p. 23-31.

Cohen D., 1962, « Koinès, langues communes et dialectes arabes », Arabica, IX, 144, reproduit dans Études linguistiques sémitiques et arabes, 1970, p. 105-125.

Cohen D., 1973a, « Pour un atlas linguistique et sociolinguistique de l’arabe », in Actes du Premier congrès d’études des cultures méditerranéennes d’influence arabo-berbère, Alger, SNED.

Cohen D., 1973b, « Variantes, variétés dialectales et contacts linguistiques en domaine arabe », Bulletin de la Société de linguistique, 68, 1, p. 215-248.

Cohen D., 1975, Le parler arabe des Juifs de Tunis, II, Paris, Mouton.

Cohen D., 1981, « Remarques historiques et sociolinguistiques sur les parlers arabes des Juifs maghrébins », International Journal of Sociology of Language, 30, p. 91-105.

Cohen D., Caubet D., 2000, « Un questionnaire différentiel pour la dialectologie arabe », Oriente Moderno, 19 (80) (numéro spécial « Studi di Dialettologia Araba », Instituto per l’Oriente, Naples), p. 1-23.

Cohen D., Roth A., 2000, « Questionnaire de dialectologie dans son état provisoire et perfectible », Oriente Moderno, 19 (80) (numéro spécial « Studi di Dialettologia Araba », Instituto per l’Oriente, Naples), p. 7-23.

Colin G. S., 1920, « Notes sur le parler arabe du nord de la région de Taza », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, XVIII, p. 33-121.

Colin G. S., 1937, « Les parlers : l’arabe », in Institut des hautes études marocaines Initiation au Maroc, Paris, Les Éditions d’art et d’histoire, p. 208-236.

Colin G. S., 1948, « L’arabe vulgaire à l’École nationale des langues orientales vivantes », in Cent-cinquantenaire de L’Ecole des langues orientales, Paris p. 95-112.

Cressier P., 1998, « Urbanisation, arabisation, islamisation au Maroc du nord : quelques remarques depuis l’archéologie », in J. Aguadé, P. Cressier, A. Vicente Peuplement et arabisation au Maghreb occidental (dialectologie et histoire). Madrid, Casa de Velazquez, Université de Saragosse, p. 27-38.

EL Yaacoubi M., 1999, « À propos de la classification des dialectes arabes du sud du Maroc : l’exemple de Skura », in J. Aguadé, P. Cressier, A. Vicente, Peuplement et arabisation au Maghreb occidental (dialectologie et histoire), Madrid, Casa de Velazquez, Université de Saragosse, p. 151-156.

Fisher W., Jastrow O. (éd.), 1980, Handbuch des Arabischen Dialekte, Wiesbaden, Harrassowitz.

Grand’Henry J., 1976, Les purlers arabes de la région du Mzab, Leyde, Brill.

Heath J., 2002, Jewish and Muslim Dialects of Moroccan Arabic, Londres, Routledg Curzon.

Levy S., 1990, Parlers arabes des Juifs du Maroc : particularités et emprunts - Histoire, sociolinguistique et géographie dialectale. Thèse d’état, Paris VIII.

Levy S., 1995, « Problèmes de géographie dialectale : strates et buttes témoin », in Dialectologie et sciences humaines au Maroc, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines, Rabat, Université Mohamed V, p. 51-59.

Levy S., 1996, « Repères pour une histoire linguistique du Maroc », Estudios de dialectologia norteafricana y andalusi (EDNA), 1, Université de Saragosse, p. 127-137.

Lévi-Provençal E., 1922, Textes arabes de l’Ouargha, dialecte des Jbala (Maroc septentrional. Paris. Ernest Leroux.

Le Tourneau R., 1949-1987, Fès avant le protectorat. Étude économique et sociale d’une ville de l’Occident musulman, Rabat, Editions de la Porte (édit orig. 1949, rééd. 1987).

Loubignac V., 1952, Textes arabes des Zaër, Paris, Max Besson (publication posthume).

Marçais Ph., 1957, « Les parlers arabes », in Initiation à l’Algérie, Paris, Adrien Maisonneuve, p. 215-237.

Marçais Ph., 1977, Esquisse grammaticale de l’arabe maghrébin, Paris, Adrien Maisonneuve.

Marçais Ph., 2001, Parlers arabes du Fezzan, textes rassemblés et présentés par A. Martin, L. Denooz et D. Caubet, Université de Liège, avec la participation de l’INALCO (publication posthume).

Marçais W., 1902, Le dialecte arabe parlé à Tlemcen. Grammaire, texte et glossaire, Paris, Publications de la Faculté des lettres d’Alger.

Marçais W., 1908, Le dialecte arabe des Ulâd Brâhîm de Saïda (Dép. d’Oran), Paris.

Marçais W., 1911, Textes arabes de Tanger : transcription, traduction annotée, glossaire, Paris, Bibliothèque de l’École des langues orientales vivantes.

Marçais W., 1950, « Les parlers arabes », in Initiation à la Tunisie, Paris, Adrien Maisonneuve, p. 195-219.

Marçais W., 1961a, « La langue arabe », 1930, in Articles et conférences, Paris, Adrien Maisonneuve, p. 83-110.

Marçais W., 1961b, « Comment l’Afrique du Nord a été arabisée », in Articles et conférences, Paris, Adrien Maisonneuve, p. 171-192.

Marçais W., Guiga A., 1925, « Introduction », in Textes arabes de Takroûna (Textes, transcription et traduction annotée), Paris.

Natividad E., 1999, « Le dialecte de Chefchaouen », in J. Aguadé, P. Cressier et A. Vïcente, Peuplement et arabisation au Maghreb occidental (Dialectologie et histoire), Madrid, Casa de Velazquez, Université de Saragosse, p. 109-120.

Renan E., 1855, Histoire générale des langues sémitiques, Paris, Imprimerie impériale.

Rosenberger B., 1998, « Les villes et l’arabisation. Fonctions des centres urbains du Maghrib al-‘Aqsa (xviie-xve siècles) », in J. Aguadé, P. Cressier et A. Vicente, Peuplement et arabisation au Maghreb occidental (dialectologie et histoire),Madrid, Casa de Velazquez, Université de Saragosse, p. 39-52.

Vicente A., 1999, « Un dialecte montagnard au Maroc : le parler d’Anjra », in J. Aguadé, P. Cressier et A. Vicente, Peuplement et arabisation au Maghreb occidental (dialectologie et histoire), Madrid, Casa de Velazquez, Université de Saragosse, p. 121-120.

Vicente A., 2000, El dialecto arabe de Anjra (Norte de Marruecos), Estudio lingüístico y textos, Université de Saragosse (Area de Estudios Arabes e Islamicos, 6).

Notes

1 Le terme est de D. Cohen ; cet article doit beaucoup à des discussions personnelles avec lui.

2 Voir, en particulier, le compte-rendu critique fait par W. Marçais de l’ouvrage de E.-F. Gautier « Les siècles obscurs du Maghreb », Revue critique d’histoire et de littérature, 1929, p. 255-270.

3 Voir Ibn Khaldûn, Muqaddima (éd. Quatremère, III, p. 299-307 ; traduction, III, p. 334-343).

4 Tlemcen, en 1902, Ulâd-Brâhîm de Saïda en 1906-1908, Tanger, en 1911 et Takroûna en 1925 (cf. réf.) ; ainsi que des notes non publiées sur le Trara, la région de Jijel, et plusieurs régions de Tunisie, et plus tard la Hamma de Gabès et le Fezzan.

5 Voir Takroûna, « Avant-propos », p. XXVIII-XXXVII.

6 Pour une description détaillée voir D. Caubet, 1993, t. II.

7 Voir G. S. Colin, 1948, p. 97. Il est quand même intéressant de noter que la thèse d’une filiation directe punique - « maghribi » a même été développée dans un ouvrage qui a fait du bruit récemment en Algérie : Le maghribi, langue trois fois millénaire, ANEP, 1997 de A. Elimam.

8 Voir W. Marçais, 1938, p. 175-177.

9 Mettant à profit les discussions de Tunis en 2001, nous avons depuis engagé une démarche de ce type, A. El Moudden et moi-même, autour du récit de vie d’un homme né vers 1915 dans la région de Fès : « Histoire et dialectologie - élaboration d’un objet d’étude en commun l’exemple d’un récit de vie », projet soutenu par le Conseil scientifique de l’INALCO.

10 II est important de bien distinguer les vieilles cités (Üadari), comme Kairouan, Fès, Tlemcen Salé, Taza, Constantine des villes modernes comme Casablanca ou Oran.

11 Voir D. Cohen, 1975.

12 Voir R. Le Tourneau, 1987, p. 46-47 et 188.

13 Ibid., p. 187-189.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable