Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

I. Des plurilinguismes dans l’histoire

Peut-on parler de « politique linguistique » dans la Sicile du xiie siècle ?

Quelques réflexions préliminaires

Annliese Nef

Texte intégral

  • 1 Ceci n’exclut évidemment pas les contacts entre langues ou le bilinguisme, mais l’une ou l’autre la (...)

1En 1061, une poignée de Normands venus du sud de l’Italie où, après deux générations, ils ont pris contrôle de la Calabre, entreprend de conquérir, guidée par Robert Guiscard et son frère le comte Roger, la prospère Sicile qui est alors gouvernée par une dynastie profatimide, les Kalbides. Trente ans plus tard, Roger règne en maître sur le territoire insulaire ; son fils, Roger II, est proclamé roi en 1130 et il étend à tout le sud de la péninsule l’autorité des Hauteville qui reste en place jusqu’en 1194. Au sein de cet ensemble hétérogène, la Sicile joue un rôle fondamental et Palerme est le siège du gouvernement royal. Or, la population insulaire se répartit au milieu du xie siècle entre hellénophones, essentiellement localisés dans le nord-est de l’île et arabophones, qui sont majoritaires1. Les nouveaux venus, latins, instaurent une royauté nouvelle dans un cadre multilingue, ce qui ne va pas sans soulever de difficultés tant au point de vue de l’administration que de la légitimation de ce pouvoir minoritaire.

2Utiliser l’expression de « politique linguistique » pour désigner les choix promus dans ce domaine par les souverains d’origine normande dans le contexte sicilien du xiie siècle peut sembler anachronique et les discussions engagées à Tunis sur le thème du métissage linguistique sont revenues à plusieurs reprises sur ce point. Je continue toutefois de penser, peut-être de manière plus ferme encore qu’alors, que s’interroger sur l’existence d’une politique linguistique menée par les Normands en Sicile a un sens.

3Une telle enquête ne va pas toutefois sans soulever une série de questions : quel est le poids du contexte insulaire dans les choix linguistiques promus par les souverains siciliens ? Peut-on dégager les grandes lignes de la pratique linguistique de la nouvelle dynastie ? Et, le cas échéant, de quels instruments dispose-t-elle pour les appliquer ? Mettre en doute la pertinence de ces deux derniers points suppose qu’on prête aux Hauteville une conscience politique fruste ou qu’on attribue peu d’efficacité à leur système administratif, propositions dont la validité demande à être démontrée. À l’inverse, si on réussit à montrer le contraire, la question posée ici mérite d’être réexaminée.

La Sicile des xie-xiie siècles : des inconnues nombreuses

4La Sicile du xiie siècle, d’un point de vue linguistique, présente une situation relativement unique. Successivement sous domination byzantine, arabo-musulmane puis normande, elle a subi, à chaque fois, l’impact linguistique de ces conquêtes, qu’il est difficile d’évaluer avec précision. Deux aspects distincts bien que liés doivent être pris en considération : les mouvements migratoires que connaît la Sicile au moment de la conquête et dans les décennies successives et son évolution linguistique.

Des mouvements de population mal documentés

  • 2 H. H. Abdul Wahab, F. Dachraoui, 1962.
  • 3 A. Varvaro, 1981, p. 110-111.

5La reconstitution des déplacements de population qui affectent la Sicile entre le IXe et le xiie siècle est difficile puisqu’on ne dispose d’aucune donnée chiffrée, ni même d’approximations, sinon fantaisistes ou très ponctuelles, sur les migrations entre l’Afrique et la Sicile que suscita la conquête arabo-musulmane. Les seules informations portent, pour l’essentiel, sur les mouvements de troupes liés aux campagnes annuelles dont les effectifs varient d’un été à l’autre. Quant au traité de droit d’al-Dawudî, qui date du xie siècle, il ne fournit que de maigres informations sur des groupes qui quittent l’Agrigentin pour les vals de Noto et de Demone dans le deuxième tiers du xe siècle2. Il n’est pas plus facile de se faire une idée de l’importance de l’émigration de la population hellénophone vers la Terre-ferme au moment de la conquête arabo-musulmane3.

  • 4 Pour les cartes et les nisbas, cf. H. Bresc, 1985. Une partie de ces migrations datent du xiie sièc (...)
  • 5 L.-R. Ménager, 1975, p. 189-215 et 260-290. Des ajouts ont été faits dans A. Varvaro (1980), mais i (...)
  • 6 I. Peri, 1959 ; B. Di Bartolo, 1994 ; M. Messina, 1996.
  • 7 Pour un point sur la question, cf. H. Bresc, 1986, p. 594-595.
  • 8 Nous renvoyons pour l’immigration grecque calabraise à l’article de V. Von Falkenhausen (2000), et (...)

6Une autre question ouverte concerne les mouvements migratoires provoqués par la conquête normande. Là aussi les données manquent, mais les conséquences de la déportation des communautés arabo-musulmanes dans les Pouilles au milieu du xiiie siècle et une série d’indices onomastiques qui montrent la poursuite de l’immigration ifrîqiyenne en Sicile au xiie siècle4, suggèrent qu’une population arabophone non négligeable est demeurée dans l’île. Parallèlement, le nombre de Normands qui s’installent en Sicile est faible5. Reste le problème de l’évaluation de l’immigration « lombarde », et plus généralement continentale, à partir du premier tiers du xiie siècle6 : bouleverse-t-elle réellement les équilibres démographiques insulaires7 ? Ce n’est pas si sûr. Il semble plutôt que les « Lombards » avancent avec force des revendications politiques dont les fondements sont en grande partie identitaires ; ce qui leur donne une visibilité dans les sources dont le rapport avec leur nombre réel dans l’île n’est pas évident. De la même manière, les « Grecs » qui accompagnent l’avancée des Normands depuis la Calabre nous échappent presque complètement8.

7À défaut d’avoir une idée précise des migrations qui sont mal connues, des phénomènes tels que l’arabisation de la population peuvent fournir des indications.

La situation linguistique en Sicile au xiie siècle : l’insuffisance des sources datant de la domination musulmane

  • 9 Une tentative de synthèse sur le sujet peut être trouvée dans A.G. Agius, 1998.
  • 10 Ibn Makkî, 1966.
  • 11 A. Nef, 1997. On y trouvera la bibliographie antérieure sur l’ouvrage.
  • 12 Cf. U. Rizzitano, 1975 et Gli Arabi in Italia. Cultura, contatti e tradizioni, 1979 (Antica Madre), (...)
  • 13 S. Simonsohn, 1997 ; B. Rocco, 1995 ; A. Nef, 2000.

8Les modalités et les rythmes du processus d’arabisation entre le ixe et le xie siècle nous échappent, de même que la place occupée par les langues berbères. En outre, on sait peu de choses de la variante sicilienne de l’arabe9. L’ouvrage de « correction de la langue » rédigé par Ibn Makkî10 au xie siècle est une des rares sources contemporaines qui pourraient nous éclairer sur ce point. Si seule une très petite partie des fautes relevées par l’auteur découle de l’influence réciproque des langues insulaires - et elles sont, dans l’ensemble, relativement classiques -, il serait trompeur, néanmoins, d’accepter ces indices sans les relativiser. Le public visé par le Tathqîf al-lisân est en effet nettement délimité : il s’agit de l’élite arabisée et cultivée de la Sicile11. L’analyse n’est pas rendue plus facile par la disparition massive de la production littéraire sicilienne en arabe, même si sa consistance ne peut laisser de doute12. Seuls les documents provenant des communautés juives reflètent une arabisation profonde, mais il faut attendre, là aussi, des périodes postérieures pour disposer de textes qui soient, sans doute possible, d’émanation locale13.

  • 14 Je remercie V. Von Falkenhausen de m’avoir permis de consulter avant publication son article « La p (...)
  • 15 Précisons que les fonds archivistiques pour les xie-xiie siècles sont exclusivement ecclésiastiques (...)
  • 16 Pour une présentation d’ensemble, on peut voir V. Von Falkenhausen et M. Amelotti, 1982.
  • 17 Outre la langue de rédaction des actes, on s’appuie sur les éléments onomastiques les concernant.
  • 18 Les monastères furent souvent réorganisés à l’époque normande par des moines venus du continent ; l (...)
  • 19 Sur les actes notariés arabes de Sicile, on peut voir O. R. Constable, 1997 ; A. D’Emilia, 1964.
  • 20 C’est aussi la position de V. Von Falkenhausen, cf. « La presenza... », à paraître.

9Un autre type de sources, postérieur, atteste toutefois l’utilisation de l’arabe, mais aussi du grec, au sein de la population sicilienne au xiie siècle : les documents notariés14. Si l’on s’en tient aux deux premières générations qui suivent la chute d’Agrigente, dernière ville de Sicile à tomber aux mains des Normands en 1091, soit jusqu’en 1150, les résultats ne peuvent manquer de surprendre15. Les actes privés rédigés en grec16 par des individus hellénophones17, les plus significatifs18, sont, en effet, peu nombreux puisqu’on n’atteint pas le chiffre vingt, dont un seul pour la fin du xie siècle. Si, pendant cette première période, les documents siciliens conservés sont en effet, pour l’essentiel, grecs, ils sont rédigés en ordre décroissant par les souverains, les grands latins, les établissements ecclésiastiques et les fonctionnaires de l’administration locale, qui arrivent derrière les rédacteurs privés de langue grecque. Les actes notariés arabes, dont la présence au sein des chartriers ecclésiastiques est réduite en raison de la nature même des sources, sont au nombre de sept pour la même période19. La véritable explosion des actes privés grecs mettant en scène des individus hellénophones vient plus tard. Mais ils ne nous renseignent guère sur l’existence d’un notariat grec en Sicile pendant la domination arabo-musulmane car, la plupart du temps, l’origine du notaire qui rédige un acte nous demeure inconnue et, lorsqu’on l’identifie, c’est précisément parce qu’elle est calabraise, ce qui laisse supposer qu’une partie non négligeable d’entre eux peut être arrivée depuis l’Italie méridionale dans les bagages des conquérants20.

10Ces sources ne reflètent donc guère la consistance des différents groupes linguistiques dans l’île. Elles témoignent simplement de leur présence, dont on ne doutait pas. Elles attestent aussi que la langue grecque sert à rédiger des actes notariés tant dans la partie orientale de la Sicile qu’à Palerme, Agrigente ou Mazara, quoique moins fréquemment. Les actes en arabe, en revanche, proviennent dans leur immense majorité de la partie occidentale de l’île.

11Bien que la répartition de la population au sein des différents groupes linguistiques et les variantes des diverses langues pratiquées dans l’île nous échappent en grande partie, il n’est pas impossible d’évaluer grossièrement le degré d’arabisation de la population, qui était hellénophone au moment de la conquête arabo-musulmane (surtout hors des villes) grâce aux données onomastiques - à la fois anthroponymiques et toponymiques - disponibles.

Données anthroponymiques et toponymiques

  • 21 H. Guillorel, 1999.

12Si les noms de personnes ont souvent été soupçonnés de refléter des modes ou l’ascendant d’un groupe sur l’ensemble de la société, ou de ne pas être puisés dans un stock anthroponymique qui renverrait à un groupe culturel unique, la toponymie semble moins exposée à ce type de critiques. Si le nom de lieu ne reflète pas pour autant la composition de la population qui y habite ni même la langue vernaculaire en usage, il n’en est pas moins indicatif car il symbolise l’appropriation du territoire21 par un groupe linguistique.

  • 22 A. De Simone, 1979 ; A. Nef, 1996.
  • 23 Pour des réflexions méthodologiques à ce sujet et pour le détail des données, je renvoie à A. Nef, (...)

13Les informations d’époque normande ou postérieures sont donc essentiellement onomastiques : elles concernent la toponymie et l’anthroponymie insulaires (listes de paysans du xiie en latin, grec et arabe22). Leur exploitation ne va pas ici non plus sans soulever des difficultés, puisque l’évolution des noms et la présence d’un vocabulaire d’origine arabe dans le sicilien médiéval peuvent induire en erreur. Dans les archives du xie à la fin du xixe siècle, seuls les noms de lieux fortement arabisés (i.e. : constitués de plus d’un terme arabe susceptible de se retrouver en composition par la suite, tels rahal, -bû, etc.) ont été retenus, ce qui permet d’exclure les formes pouvant dériver du sicilien. Pour la même raison, les cartes actuelles n’ont pas été utilisées car les toponymes qui y figurent posent des problèmes complexes d’imitation ou de reprise23. Quant à l’anthroponymie, on a restreint son étude aux documents du xiie siècle dans lesquels l’identification est plus facile.

  • 24 H. Bresc, 1976.
  • 25 L’exemple le plus étudié est celui du territoire de l’abbaye de Monreale pour lequel nous disposons (...)

14L’étude de plus de 1 500 toponymes relevés dans les sources des xie-xive siècles (le val de Mazara est le mieux connu, suivi du val de Noto, puis du val Demone), montre que l’arabisation des noms de lieux dans la Sicile normande décroît du val de Mazara au val de Noto (où l’on note toutefois, paradoxalement, la bonne résistance de toponymes plus anciens) et au val Demone. Le degré d’arabisation est contrasté d’une région à l’autre. Il est trois fois plus élevé dans le val de Mazara que dans le val de Noto où il est deux fois plus important que dans le val Demone. Le contraste est particulièrement saisissant si l’on se situe au xiie siècle car le rapport entre le val de Mazara et les deux autres vals est d’un huitième. Plus significative encore est la microtoponymie. Henri Bresc a depuis longtemps souligné que nous sommes tributaires, pour le xiie siècle, d’une connaissance du territoire « en taches de léopard »24. Mais tous les documents qui livrent des microtoponymes montrent, val Demone excepté, une forte arabisation de l’ensemble des repères spatiaux (relief, rivières, lieux-dits)25.

  • 26 Nous nous permettons là encore de renvoyer au premier chapitre de notre thèse citée supra.

15Les anthroponymes reflètent le même équilibre régional. Il s’agit, pour l’essentiel, de noms arabo-musulmans portés par des paysans ; on repère toutefois des noms grecs, en moindre nombre, répartis sur l’ensemble du territoire ; quelques noms grecs arabisés peut-être sur les marges du val Demone et dans le val de Mazara, et des dénominations arabo-musulmanes hellénisées dans le val Demone. Mais leur nombre ne permet pas là non plus d’aller plus loin26.

16Au fond, ces données ne font que confirmer une répartition régionale que l’on a mise en évidence depuis longtemps, mais il faut éviter d’établir des distinctions trop rigides entre ces différentes régions sur la base des pratiques linguistiques que l’on perçoit car elles supposeraient l’existence d’identités culturelles monolithiques et des rapports figés à la langue.

Des identités culturelles en mutation constante

17Si des questions demeurent quant à la profondeur de l’arabisation et à la vigueur de l’hellénisme qui apparaît plus lié au passé calabrais des conquérants et à sa fonction comme langue liturgique du culte chrétien en Sicile qu’à une pratique linguistique insulaire dans la documentation qui nous est parvenue, la question est plus complexe encore que les sources ne le laissent lire.

  • 27 Cf. Mutations d’identités en Méditerranée... et le numéro spécial des Cahiers d’Orient, 61, 2001, i (...)
  • 28 H. Houben, 1992.

18L’idée même d’ « identités culturelles » a été vivement critiquée27, car elle est susceptible de gommer les identifications diverses qui se mêlent, varient selon les contextes et, souvent, coexistent lorsqu’une personne s’autodéfinit ou est définie par les autres. Elle est utilisée ici par commodité parce qu’elle renvoie à une réalité, même s’il est nécessaire de préciser le sens qu’on lui donne. Aborder la Sicile normande suppose de garder présent à l’esprit que, dans leur multiplicité, les identités linguistiques et religieuses n’y sont pas plus figées qu’ailleurs : s’y côtoient des chrétiens et des juifs de langue et de culture arabe, des chrétiens, dont l’office est célébré en grec, hellénophones et arabophones, voire latinophones, des chrétiens arabophones mais de culte latin, etc. Les Normands du sud de l’Italie sont parfaitement hellénophones et sont accompagnés dans leur progression de « Grecs » venus de Calabre ; ils font aussi appel à une immigration du nord de la péninsule, celle des fameux « Lombards » (par le biais des Aleramici, avec lesquels Roger Ier a contracté une alliance en épousant Adélaïde del Vasto28). Si les phénomènes de synthèse et les évolutions individuelles nous échappent pour l’essentiel, on ne peut pour autant les évacuer de l’arrière-plan historique de l’analyse.

  • 29 Les mises en garde de Cécile Canut, entre autres, lancées dans le cadre d’études portant sur les so (...)

19Il est indispensable de ne pas perdre de vue l’extension probable du bilinguisme, voire du trilinguisme et surtout, de formes de contacts entre langues qui pourraient être qualifiées de « métissage », même si elles ne sont pas attestées dans les sources. La dénomination des différents groupes présents en Sicile dans les textes de l’époque, qui n’est pas linguistique ou pas exclusivement (Saraceni, Greci, Northmanni, Lombardi, etc.), reflète un mode d’identification qu’il importe de ne pas figer29.

20Si le contexte linguistique, et plus largement culturel, ne peut être restitué dans le détail, les instruments dont se dotent les Normands et les choix qu’ils promeuvent dans le domaine linguistique apparaissent plus clairement dans les sources.

Les instruments du pouvoir royal

21L’efficacité d’une organisation étatique repose en partie sur sa capacité à regrouper les informations relatives au territoire et à la population qu’elle est censée administrer. Or, cette faculté dépend en partie de la complexité de l’administration qui est élaborée tant au niveau central qu’au niveau local. Mais dans un royaume où plusieurs langues se côtoient, le pouvoir royal doit aussi s’entourer d’un personnel capable de produire des diplômes dans ces différents idiomes et d’assurer le rayonnement culturel de la cour, ce qui complique sa tâche.

La connaissance du territoire et de la population

  • 30 Cf. B. Guenée, 1993. Nous laissons ici de côté la question de la guerre.
  • 31 H. Takayama, 1993.

22Deux domaines sont intimement liés à la construction d’un État : le contrôle des ressources du territoire sur lequel s’exercent son pouvoir et l’administration de la justice30. On ne retiendra pas le système judiciaire dans l’analyse car chaque groupe culturel applique en Sicile le droit qui lui est propre, tandis que la justice royale est aux mains des Latins. En revanche, l’analyse de l’organisation fiscale révèle que les souverains normands se dotent à partir des années 1140 d’instruments qui leur permettent de réunir des informations plus précises sur le territoire sicilien et sa population. Jusque-là, ils s’appuyaient sur des documents préexistants qu’ils se contentaient de remettre à jour. Vers 1140, des organes administratifs centraux utilisant la langue arabe et, éventuellement le grec, sont créés pour tenir à jour et multiplier les recensements de vilains et pour mettre par écrit les limites de circonscriptions administratives ou de concessions foncières31. Ces dîwâns rendent aussi des jugements dans les affaires qui concernent leur domaine de compétence. Ils n’exercent leurs fonctions que dans les limites de la Sicile. Les archives du palais furent brûlées en partie en 1161, lors d’émeutes urbaines, et rien n’est demeuré du fonds reconstitué, peu utile pour les dynasties latines successives. La totalité des diplômes royaux de cette nature qui nous sont parvenus font partie de chartriers ecclésiastiques.

23Au niveau local, des fonctionnaires arabophones et hellénophones continuaient d’administrer la population et une partie d’entre eux semble originaire de l’île. La mise en ordre des informations s’organisait, en effet, en deux étapes successives : dans un premier temps, les fonctionnaires locaux récoltaient les données, avant de les faire parvenir à Palerme, au besoin à travers plusieurs intermédiaires, en laissant sur place, si nécessaire, une copie aux intéressés. Sans être d’une complexité extrême, cette organisation devait être d’une relative efficacité si l’on en juge par les documents qui nous sont parvenus.

  • 32 Pour la partie occidentale, cf. al-Idrîsî, 1999.

24Ce désir de mieux maîtriser l’espace sur lequel ils règnent peut en outre revêtir chez les souverains siciliens une dimension plus érudite. Roger II confie ainsi au milieu des années 1150 le soin de rédiger une géographie universelle à al-Idrîsî, où l’auteur arabe décrit de manière très détaillée la Sicile (bien plus qu’il ne s’attarde aux autres régions du regnum normand)32.

25On a suggéré plus haut que les souverains normands ne se sont pas contentés de s’inscrire dans la continuité de pratiques antérieures, mais qu’ils se sont inspirés de divers systèmes administratifs contemporains en faisant appel, éventuellement, à des hommes venus de l’extérieur.

L’administration de la Sicile entre continuité et renouvellements

  • 33 J. Johns, 1995.

26Jeremy Johns a montré depuis une vingtaine d’années que l’inspiration « islamique » perceptible dans le système administratif dans la Sicile normande venait plus de l’Égypte fatimide contemporaine qu’elle n’empruntait à des pratiques siciliennes antérieures33. Ce qui n’empêche pas, toutes choses égales par ailleurs, que ces éléments « importés » soient modifiés pour les adapter aux besoins du royaume. Ce choix va de pair avec la promotion d’un personnel à même de faire fonctionner cette administration.

  • 34 Il est clair qu’il s’agit ici des personnages les plus importants, ceux qui apparaissent dans les s (...)
  • 35 A. De Simone, 1999.
  • 36 H. Bresc, 1989.
  • 37 M. Amari, 1933-1939.

27La première génération34 était de culture grecque et d’origine continentale. La seconde, dont le rôle a été décisif pour l’évolution de l’administration royale, a pour représentant principal Georges d’Antioche : originaire de cette ville syrienne, ayant servi le gouvernement ifrîqiyen dans le domaine fiscal35, il incarne parfaitement le « milieu melkite » dont l’existence a été mise en évidence par Henri Bresc36 et qui connaît son heure de gloire entre 1125 et 1150 environ. Ces chrétiens hellénophones et arabophones facilitent l’administration de l’île. Par la suite, on recourt à des convertis d’origine arabo-musulmane qui sont rarement d’extraction sicilienne. Pierre l’Eunuque, par exemple, a été réduit en esclavage lors d’une attaque menée contre l’Ifrîqiya par Roger II37.

28On recrute donc avant tout les fonctionnaires hors de la Sicile et la communauté de culture grecque arabophone insulaire est assez peu sollicitée au niveau de l’administration centrale. L’ascension, fréquente à partir des années 1160, d’esclaves auliques renforce la sujétion des grands fonctionnaires par rapport au pouvoir royal et les éloigne un peu plus de la population locale ou normande. La situation est un peu différente aux étages inférieurs de l’appareil administratif, où l’on retrouve plus de « locaux ». Il est donc de plus en plus clair que l’utilisation du grec et de l’arabe n’est pas seulement le résultat d’une adaptation à une situation interne, comme on veut souvent le croire.

  • 38 A. De Simone, 1999.
  • 39 Cf. M. Canard, 1955.

29Une des meilleures preuves en est l’existence d’une chancellerie38, ou d’une partie de la chancellerie, qui rédige des missives en arabe. Al-Qalqashandî nous a transmis le texte d’une lettre envoyée par le calife fatimide al-Hâfiz à Roger II, qui est très révélatrice39. Le calife y accepte les excuses du roi de Sicile à propos d’une « gaffe » diplomatique certainement due à une erreur dans la titulature arabe de l’un ou de l’autre des souverains. Ce détail montre le désir rogérien de traiter avec les grands ensembles politiques du moment dans la langue qui est la leur, de manière à occuper une position centrale au sein de la Méditerranée.

30S’interroger sur les motivations des choix linguistiques promus par les souverains normands permet aussi d’éclairer la conception des identités culturelles présentes en Sicile qu’ils véhiculent.

Un projet politique normand ?

31Si les choix linguistiques des Hauteville ne sont pas uniquement dictés par les nécessités auxquelles se trouve confronté leur gouvernement, on peut se demander si des considérations d’ordre idéologique ne guidaient pas également leur usage des langues. On a souvent présenté le xiie siècle en Sicile comme un moment de convergence culturelle particulièrement intense, que les souverains auraient encouragé. Mais est-il certain que l’utilisation royale des langues reflète une telle évolution ou même la volonté de la mettre en œuvre ?

Les langues au service du pouvoir royal

32On prendra en considération ici la production de la chancellerie royale. Le corpus de cent vingt-sept textes permet de dégager de grandes tendances. L’identité culturelle des destinataires n’a de poids indéniable que dans l’utilisation du latin : les textes s’adressent alors à des évêques siciliens, à des monastères latins, à des burgenses ou des barones, dans une société ou féodalité et « bourgeoisie » sont monopolisées par les Latins. Notons toutefois que si les actes latins sont majoritairement adressés à des Latins, l’identité de ces groupes n’est pas purement linguistique, elle est aussi sociale et institutionnelle. Tous les actes destinés à un Latin ne sont d’ailleurs pas rédigés dans cette langue car l’objet du document, et donc la stratégie de sa rédaction, a son importance dans le choix de l’idiome. En latin, on ne trouve ni concession de vilains ni, lorsqu’ils entérinent une donation foncière, délimitation des terres.

33Les actes grecs sont adressés avant tout à des monastères de langue grecque, mais aussi à l’administration centrale, ou bien ils sont émis sur ordre du souverain par des fonctionnaires locaux travaillant dans des régions fortement hellénisées. Toutefois, à la différence des actes latins, presque toutes les concessions foncières rédigées en grec contiennent la délimitation de domaines localisés dans la partie orientale de l’île. Enfin, un nombre important de diplômes grecs sont les confirmations d’actes délivrés sous Roger Ier dont la chancellerie était essentiellement grecque. Rares sont, en revanche, les actes entièrement établis en arabe. Si l’identité du destinataire ne paraît pas déterminante dans ce cas, le contenu du diplôme l’est : concessions de vilains, achats ou ventes par le dîwân, donations foncières dans l’ouest de la Sicile constituent l’essentiel des sujets traités en arabe.

34Aucun des textes conservés n’est trilingue, ce qui s’explique à la fois par le faible nombre d’individus, et plus encore de communautés, capables de maîtriser trois idiomes et par un choix délibéré qui apparaît lorsque l’on étudie de plus près les actes bilingues. La juxtaposition linguistique y était la règle. En effet, dans un souci d’homogénéité lexicale des documents bilingues, certaines règles de traduction et de transcription auraient pu être établies, mais il n’en fut rien : les conventions changent souvent au long d’un même texte. Ce constat suppose l’absence de toute formation unifiée et un certain cloisonnement des groupes culturels au sein même du palais royal, même si la chancellerie était unique.

35L’essentiel des vingt-cinq actes qui combinent deux langues conjugue grec et arabe. Ils enregistrent, pour l’essentiel, une concession foncière ou celle de vilains. Dans un premier temps, cependant, les actes sont rédigés en grec et l’arabe joue un rôle essentiellement technique (listes de vilains ou délimitations foncières). À partir de 1145, les actes sont composés en arabe et les listes de vilains sont établies en grec et en arabe. Ce mouvement confirme la ré-arabisation de l’administration centrale, bien documentée, à partir du milieu du siècle. Dans les textes bilingues, les deux langues utilisées n’ont jamais la même fonction et il s’agit rarement d’une véritable traduction (à l’exception de trois cas).

36La nécessité de rédiger des documents compréhensibles par les représentants locaux du roi et par ses sujets arabophones a pu jouer un rôle déterminant, mais l’exemple de la Terre Sainte rappelle que d’autres solutions auraient pu être promues (notamment l’emploi de traducteurs). Le choix opéré par les souverains d’une langue de préférence à une autre est aussi un moyen redoutable de tenir le pouvoir central à distance des grands latins en lui conservant une autorité forte dans les domaines qu’il considère comme relevant de ses prérogatives : distribution des terres et fiscalité. Il contribue à rendre nécessaire le recours à des agents de l’administration royale d’origine arabo-musulmane en cas de conflit et influe ainsi sur les rapports entre le pouvoir et les grands ; il va de pair avec la mainmise d’un petit nombre d’individus sur le gouvernement royal qui apparaît éloigné des grands de par son appartenance culturelle ; l’arabe et le grec assument donc plus ou moins la fonction de langues cryptées. Si les identités culturelles et linguistiques sont fluides et mouvantes, l’usage des langues que la chancellerie royale promeut est à l’inverse rigide. Cet écart s’explique dans la mesure où le choix de la langue est l’expression du pouvoir royal, il est sa prérogative ; c’est lui qui pose les règles du jeu.

37Les Normands de Sicile instrumentalisent les langues du royaume pour exalter leur pouvoir et renforcer les institutions royales avant toute chose. Ils se placent donc à l’opposé d’une conception qui superposerait traditions culturelles, en particulier linguistiques, et religions.

Les Siciliens et les identités religieuses et linguistiques au sein du royaume

  • 40 Cf. L’età normanna e sveva in Sicilia (Chapelle Palatine, nov.-déc. 1994), catalogue d’exposition, (...)
  • 41 En dernier lieu, S. Sinding-Larsen, 1989.

38S’il est évident que la mutiplicité des nationes en Sicile empêchait de penser à une adéquation entre natio et État, situation que l’on retrouve dans la plupart des pays de l’Occident médiéval, les souverains n’assimilent pas non plus une langue avec une religion. En cela, ils montrent qu’ils tiennent compte pour partie de la multiplicité des situations culturelles qui coexistent dans l’île. En outre, si leur usage des langues dans le domaine administratif est rigide, il l’est beaucoup moins dès lors qu’il s’agit de la sphère du religieux. Rappelons qu’il n’y a pas pour le rite catholique en Sicile de langue liturgique unique : le grec, l’arabe et le latin se côtoient. Ceci explique que la pratique soit ici très souple. Ainsi la liste des ouvrages de la chapelle palatine, qui regroupe des œuvres grecques et latines, est établie en caractères arabes, voire traduite en arabe40. De la même manière, ce sont des mots arabes qui célèbrent Dieu sur le plafond de la chapelle palatine41.

  • 42 Je renvoie ici à un article à paraître dans les MEFRM, « Les souverains normands et les communautés (...)
  • 43 L’analyse de cette stèle sera faite en un autre lieu (cf. note précédente), il suffit de souligner (...)

39Mais, les souverains normands vont plus loin, en donnant également une place aux caractères hébraïques, c’est-à-dire à l’écriture que les juifs considèrent comme sacrée. Ainsi deux stèles, datant respectivement de 1148 et 1153, localisées à l’origine dans une église palermitaine et dont la fabrication a été commanditée par « un prêtre du roi » confirment cette idée. La première est quadrilingue (ou en réalité trilingue si, comme je le pense, il faut considérer le judéo-arabe comme une variante de l’arabe) et la seconde trilingue (latin, arabe et grec). J’ai montré ailleurs que le prêtre Grisante reprenait là l’idéologie propre au pouvoir royal en Sicile. Le latin y restitue le registre personnel, le grec le message religieux et l’arabe (dans le texte arabe comme dans le texte judéo-arabe) la grandeur royale42. La stèle de 1148 montre qu’à la fois tout est fait pour « casser » la superposition langue/religion et que chacune des trois religions pratiquées en Sicile a le droit de cité, mais aussi peut figurer aux côtés des autres43 dans une église chrétienne parce qu’au fond, le critère de distinction retenu par le pouvoir royal pour distinguer les groupes n’est pas religieux.

40Si une convergence relative a existé de fait entre les langues, reflétant une réalité plus complexe que l’on veut bien le dire en général, la politique linguistique rigide des Normands dans le domaine administratif, littéraire ou épigraphique, tout en ne superposant pas religion et langue, l’a freinée alors qu’ils paraissaient l’accepter sans difficulté dans la sphère du religieux.

Impossible synthèse ou refus de la convergence ?

  • 44 A. Nef, 2000.

41Les souverains siculo-normands dosèrent adaptation à un état de fait et choix politique dans le domaine linguistique ; ils ne cherchèrent pas, néanmoins, à promouvoir une culture unique et trilingue, ce qui dut nourrir les tensions entre les divers groupes culturels. Cet échec ne fut pas, en effet, sans favoriser le développement de malentendus, faute de traduction adéquate. De fait, les historiens ont gommé le fossé qui sépare parfois les textes. Ils les ont utilisés en cherchant d’une langue à l’autre des équivalents qui, en réalité, souvent n’existent pas. Il est fréquent en effet que les différents idiomes évoquent des aspects divers d’une même réalité (notamment pour l’organisation territoriale ou les statuts paysans44). De cette pratique découlent des incompréhensions, voire des tensions

  • 45 Les inscriptions étaient placées trop haut pour être lisibles. Sur la fonction de l’épigraphie dans (...)

42On pourrait arguer, toutefois, que ces pratiques cantonnées à l’écrit, ne sont accessibles qu’à une minorité et qu’elles reflètent donc surtout la manière dont le pouvoir normand se donne à lire. Si cette remarque est juste, il est tout de même deux domaines dans lesquels ces choix ont un impact sur l’ensemble de la société. La pratique administrative en est un, l’autre est l’épigraphie monumentale : l’utilisation de trois alphabets différents n’est pas neutre, y compris pour qui ne sait pas lire45. Elle suggère que chaque individu a sa place dans le royaume. Les usages des langues dans ces deux domaines sont contrastés et leurs objectifs apparaissent contradictoires. Cela signifie-t-il que l’utilisation des langues par les souverains siciliens ne suit pas de règles précises ?

  • 46 Cf. note 42.
  • 47 Cf. S. Tramontana, 1988.

43En réalité, les plans auxquels on se situe dans ces deux cas sont distincts. L’usage cloisonné des langues dans la pratique administrative vise à affaiblir des solidarités déjà existantes ou à en interdire le développement au plus près du roi qui attribue une place à chaque groupe. Paradoxalement, un tel choix nourrit les luttes pour le pouvoir et suscite l’identification des individus aux groupes qui sont en concurrence à travers une logique communautaire, qui se donnent à voir dans les moments de crise et peuvent alors traverser tout le spectre social46. En revanche, au plus près du souverain, les combinaisons et les rencontres entre cultures sont tolérées sinon encouragées, mais cette convergence limitée vise exalter la figure du roi. Si l’administration doit échapper aux logiques communautaires culturelles, le souverain se doit de les faire disparaître en fondant l’ensemble des traditions, notamment religieuses, dans la sacralité du pouvoir royal, de manière à éviter les tensions. Cet hiatus, facilement dépassable pour une poignée de Normands hellénophones et arabophones (tous les souverains siciliens le sont à partir de Roger II), ne l’est pas pour qui ne participe pas des trois cultures au même degré, c’est-à-dire pour l’immense majorité de la population sicilienne. Si les soutiens fidèles de la royauté, issus le plus souvent du milieu ecclésiastique et proches de la chapelle palatine de Palerme, ne manquent pas (le prêtre Grisante cité plus haut, le pseudo-Falcand et son Epistola ad Petrum47), les relais entre le pouvoir normand et la population ne se donnent pas clairement à voir dans les sources.

44Les souverains normands ont développé les instruments qui leur permettaient de faire des choix clairs en matière de politique linguistique. Si on ne peut entendre l’expression dans le sens qu’elle a aujourd’hui, c’est donc moins le fait d’une absence de conscience de ce problème politique par les Hauteville ou du peu d’efficacité de leur gouvernement que d’une conception des mécanismes politiques, du rôle qu’y joue l’ensemble de la population de moyens de communication très différents de ce qu’ils sont actuellement.

Bibliographie

Abdul Wahab H. H., Dachraoui F., 1962, « Le régime foncier en Sicile au Moyen Âge (ixe et xe siècles) », in Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de E. Lévi-Provençal, 2, Paris, Maisonneuve & Larose, p. 401-444.

Agius A.G., 1996, Siculo Arabic, Londres-New York (lecture critique d’A. Nef, dans Arabica, 45 (1998), p. 136-138).

Al-Idrîsî, 1999, La première géographie de l’Occident, présentation et traduction de H. Bresc et A. Nef, Paris, Flammarion (GF).

Amari M., 1933-1939, Storia dei musulmani di Sicilia (rééd. et corrigé par C. A. Nallino), Catane (rééd. anastat. Catane, 1991, 6, p. 505-506).

Bierman I. A., 1998, Writing Signs - The Fatimid Public Text, Berkeley-Los Angeles-Londres, University of California Press.

Bresc H., 1976, « L’habitat médiéval en Sicile », in Atti del Convegno internazionale di archeologia medievale (Palerme-Erice, 20-22 sept. 1974), Palerme, Società siciliana di storia patria, p. 186-198.

Bresc H., 1985, « La formazione del popolo siciliano », in Tre milleni di storia linguistica della Sicilia (Atti del Convegno della Società di glottologia, Palerme, 25-27 mars 1983), Pise, Giardini (Biblioteca della società italiana di glottologia, 7), p. 243-265 (rééd. dans Id., Politique et société en Sicile xiie-xve siècles, prookfield, Vt., Variorum Reprints, 1990).

Bresc H., 1986, Un monde méditerranéen. Économie et société en Sicile 1300-1450, 2,Rome, École française de Rome (Collection de l’EFR, 262), p. 594-595.

Bresc H., 1989, « De l’État de minorité à l’État de résistance : le cas de la Sicile normande », in M. Balard (dir.), État et colonisation au Moyen Âge et à le Renaissance, Lyon, La Manufacture, p. 331-347.

Cahiers d’Orient, 61 : Penser l’identité en Méditerranée (Arabes, Berbères musulmans, druzes, chrétiens), 2001.

Canard M., 1955, « Une lettre du calife fātimite al-Hāfìz (524-544/1130-1149) t Roger II », in VIII centenario della morte di Ruggero II Atti del Convegno Internazionale di Studi Ruggeriani (Palerme, 1954), 1, Palerme, Società siciliana di storia patria, p. 125-146 (rééd. in Miscellenea Orientalia, Brookfield Variorum Reprints, 1973).

Canut C., 2001, « Pour une nouvelle approche des pratiques langagières », Cahier d’études africaines, 163-164, XLI 3-4, p. 391-397.

Caracausi G., 1993, « Toponomastica araba in Sicilia », Zeitschrjt für romanische Philologie, 109/3-4, p. 350-380.

Constable O. R., 1997, « Cross-cultural contracts : sales of land between Christians and muslims in 12th century Palermo », Studia Islamica, 85, 1, p. 67-84.

Cusa S., 1868-1892, I diplomi greci ed arabi di Sicilia pubblicati nel testo originale, 1. Palerme, Stabilimento tip. Lao (rééd. par A. Noth, Cologne-Vienne, 1982).

D’emilia A., 1964, « Diplomi arabi siciliani di compravendita del secolo VI Egira e loro raffronto con documenti egiziani dei secoli III-V Egira », Scritti in onore di Laura Veccia Vaglieri, 1, Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli n. s. 14, 1, p. 83-109.

De Simone A., 1979, Spoglio antroponomico delle giaride (jarā’id) arabo-greche dei diplomi editi da Salvatore Cusa, 1re partie, Rome.

De Simone A., 1999a, « Alla corte di Ruggero II tra poesia e politica », in Nella Sicilia « araba » tra storia efilologia, Palerme, Université de Palerme, p. 3-16.

De Simone A., 1999b, « Il Mezzogiorno normanno-svevo visto dall’Islam africano », in Il Mezzogiorno normanno-svevo visto dall’Europa e dal mondo mediterraneo (XIII giornate normanno-sveve, Bari, 21-24 oct. 1997), Rome-Bari, Edizioni Dedalo, p. 261-293.

Di Bartolo B., 1994, « Les minorités gallo-italiennes en Sicile à l’époque normando-suève », Studi Medievali, 35, 2, p. 797-816.

Grabar O., 1992, The Mediation of Ornament, Princeton (The A. W. Mellon Lectures in the Fine Arts, 1989, Bollingen Series XXXV, 38).

Grégoire H., 1935, « Diplômes de Mazara (Sicile) », Annuaire de l’Institut de philologie et d’histoire de l’Université de Bruxelles, 1, p. 79-107.

Guenée B., 1993, L’Occident aux xive et xve siècles - Les États, 3e éd., Paris, PUF (Nouvelle Clio).

Guillorel H., 1999, « Toponymie et politique », in S. Akin (éd.), Noms et renoms - la dénomination des personnes, des populations, des langues et des territoires, Mont Saint-Aignan, Université de Rouen, p. 61-93.

Guillou A., 1963, Les actes grecs de Santa Maria di Messina - Enquête sur les populations grecques d’Italie du Sud et de Sicile (xie-xive siècles), Palerme, Istituto Siciliano di Studi bizantini e neoellenici (Testi, 8).

Houben H., 1992, « Adelaide del Vasto nella storia del regno di Sicilia », in Bianca Lancia d’Agliano - Fra il Piemonte e il Regno di Sicilia (Atti del Convegno, Asti-Agliano, 28-29 avril 1990), Alexandrie, éd. R. Bordone (Ricerca di Storia locale, 41. D. 121-147.

Ibn Makkî, 1966, Tathqīf al-lisān wa talqīh al-janān, éd. A. Matar, Le Caire

Johns J., 1995, « I re normanni e i califfi fatimiti. Nuove prospettive su vecchi materiali », in Del nuovo sulla Sicilia musulmana (Giornata di studio dell’Accademia nazionale dei Lincei, Rome, 3 mai 1993), Rome, Accademie Nazionale dei Lincei (Fondazione Leone Caetani, 26), p. 9-50.

Ménager L.-R., 1975a, « Pesanteur et étiologie de la colonisation normande de l’Italie », in Roberto il Guiscardo e il suo tempo. Relazioni e communicazioni nelle prime giornate normanno-sveve, Bari, 28-29 mai 1973), Rome, Il centro di ricerca (Fonti e Studi del Corpus membranarum Italicarum, XI), p. 189-215 (rééd. dans Id., 1981, Hommes et institutions de l’Italie normande, Brookfield Variorum Reprints).

Ménager L.-R., 1975b, « Inventaire des familles normandes et franques émigrées en Italie méridionale et en Sicile (xie-xiie siècles) », in Roberto il Guiscardo e il suo tempo. Relazioni e communicazioni nelle prime giornate normanno-sveve, Bari, 28-29 mai 1973), Rome, D centro di ricerca (Fonti e Studi del Corpus membranarum Italicarum, XI) p. 260-290 (rééd. dans Id., 1981, Hommes et institutions de l’Italie normande, Brookfield, Variorum Reprints).

Messina

M., 1996, « Onomastica lombarda nelle carte normanne di Sicilia », Bollettino storico-bibliografico subalpino, 94, 1, p. 313-331.

Messina, il ritorno della memoria (catalogue d’exposition Messine, ler mars-28 avril 1994), Palerme. 1994

Nef A., 1996, « Anthroponymie et jarâ’id de Sicile : une approche renouvelée de la structure sociale des communautés arabo-musulmanes de l’île sous le Normands », in M. Bourin, J.-M. Martin, F. Menant, L’anthroponymie, document de l’histoire sociale des mondes médiévaux méditerranéens, Rome, Écol française de Rome (MEFRM, 108, 2), p. 123-142.

Nef A., 1997, « L’analyse du Tathqīf al-lisān d’Ibn Makkī et son intérêt pour 1 connaissance de la variante sicilienne de l’arabe : problèmes méthodologiques » Oriente Moderno, 77, 1, P- 1-17.

Nef A., 2000a, « Conquêtes et reconquêtes médiévales : la Sicile normande est-elle un terre de réduction en servitude généralisée ? », in Les formes de la servitude esclavages et servages de la fin de l’Antiquité au monde moderne (Actes de la table ronde de Nanterre, 12 et 13 décembre 1997), Rome, École française d Rome (MEFRM, 112, 2), D. 579-607.

Nef A., 2000b, « La langue des juifs de Sicile (xiie-xve siècles) », in H. Bresc et C. Veauvy (dir.), Mutations d’identités en Méditerranée - Moyen Âge et époque contemporaine, Saint-Denis, Bouchène, p. 85-97.

Nef A., 2001, L’élément islamique dans la Sicile normande : identités culturelles et construction d’une nouvelle royauté. Thèse de doctorat nouveau régime, Nanterre.

Peri, 1959, « La questione delle colonie lombarde in Sicilia », Bollettino storico-bibliografico subalpino, 57, p. 253-280.

Rizzitano U., 1975, Storia e cultura nella Sicilia sarracena, Palerme, Biblioteca di lettere e di storia (Saggi e testi, 5).

Rocco B., 1995, « Le tre lingue usate dagli ebrei in Sicilia dal secolo XII al secolo XV », Italia judaica V : gli ebrei in Sicilia sino all’espulsione del 1492, Rome, Ministero per i beni culturali e ambientali, p. 355-368.

Rognoni C., 1998, La liberté dans la norme : le discours des actes de la pratique juridique grecque de l’Italie méridionale - Lefonds Medinaceli (xie-xive siècles). Thèse doctorat EHESS.

Scerrato U., 1979, Gli Arabi in Italia. Cultura, contatti e tradizioni, éd. F. Gabrieli et U. Scerrato (Antica Madre), p. 167-222.

Simonsohn S., 1997, The Jews in Sicily, 1 : 383-1300, Leyde-New York, Brill (Studia Post-Biblica, 48, 1).

Sinding-Larsen S., 1989, « Plura ordinantur ad unum - Some perspectives regarding the Arab-Islamic Ceiling of the Cappella Palatina at Palermo (1132-1143) », Institutum Romanum Novergiae - Acta ad archeologiam et artium historiam pertinentia. Series altera in 8°, 7, p. 55-96.

Takayama H., 1993, The Administration of the Norman Kingdom of Sicily, Leyde, Brill.

Tramontana S., 1988, Lettera a un tesoriere di Palermo, Palerme, Sellerio (édition, traduction et commentaires de l’Epistola ad Petrum Panormitane ecclesie thesaurarium de calamitate Sicilie attribuée au Pseudo-Falcand).

Varvaro A., 1980, « Les Normands en Sicile aux xie et xiie siècles. Présence effective dans l’île des hommes d’origine normande ou gallo-romane », Cahiers de Civilisation médiévale, 23, p. 199-213.

Varvaro A., 1981, Lingua e storia in Sicilia, 1 : Dalle guerre puniche alla conquista normanna, Palerme, Sellerio, p. 110-111.

Von Falkenhausen V., 2000, « Tra Catania e Paternò : testimonanzie greche dell’età normanno-sveva », Rivista di studi bizantini e neoellenici, n. s. 37, p. 159-181.

Von Falkenhausen V., 2002, « La presenza dei Greci nella Sicilia normanna. L’apporto della documentazione archivistica in lingua greca », in Byzantino-Sicula, IV (Atti del I Congresso internazionale di archeologia della Sicilia bizantina, Corleone, 28 juillet-2 août 1998), éd. R. M. Carra Bonacasa, Paierme, Istituto siciliano di studi bizantini e neoellenici (Quaderni, 15), p. 31-73.

Von Falkenhausen V., Amelotti M., 1982, « Notariato e documento nell’Italia meridonale greca », Studi storici sul notariato italiano, 6, p. 7-70.

Notes

1 Ceci n’exclut évidemment pas les contacts entre langues ou le bilinguisme, mais l’une ou l’autre langue prédomine dans des groupes et des régions distincts.

2 H. H. Abdul Wahab, F. Dachraoui, 1962.

3 A. Varvaro, 1981, p. 110-111.

4 Pour les cartes et les nisbas, cf. H. Bresc, 1985. Une partie de ces migrations datent du xiie siècle.

5 L.-R. Ménager, 1975, p. 189-215 et 260-290. Des ajouts ont été faits dans A. Varvaro (1980), mais ils n’ont pas recueilli l’approbation des spécialistes.

6 I. Peri, 1959 ; B. Di Bartolo, 1994 ; M. Messina, 1996.

7 Pour un point sur la question, cf. H. Bresc, 1986, p. 594-595.

8 Nous renvoyons pour l’immigration grecque calabraise à l’article de V. Von Falkenhausen (2000), et la bibliographie qu’il contient sur le sujet.

9 Une tentative de synthèse sur le sujet peut être trouvée dans A.G. Agius, 1998.

10 Ibn Makkî, 1966.

11 A. Nef, 1997. On y trouvera la bibliographie antérieure sur l’ouvrage.

12 Cf. U. Rizzitano, 1975 et Gli Arabi in Italia. Cultura, contatti e tradizioni, 1979 (Antica Madre), p. 167-222.

13 S. Simonsohn, 1997 ; B. Rocco, 1995 ; A. Nef, 2000.

14 Je remercie V. Von Falkenhausen de m’avoir permis de consulter avant publication son article « La presenza dei Greci nella Sicilia normanna. Cf. V. Von Falkenhausen, 2002.

15 Précisons que les fonds archivistiques pour les xie-xiie siècles sont exclusivement ecclésiastiques et que les ensembles les plus anciens et les plus abondants proviennent d’établissements de rite grec localisés dans le val Demone, tels le monastère de S. Filippo di Fragalà (dont le chartrier est conservé dans le fond Ospedale Grande di Palermo de l’Archivio di Stato de Palerme-Catena) ou celui de San Salvatore de Messine et encore le fonds de la cathédrale de Messine, pour lesquels on renvoie à Messina, il ritorno della memoria (Exposition Messine, 1er mars-28 avril 1994), Palerme, 1994, pour un regeste partiel, et à la thèse de doctorat de C. Rognoni (1998), dont le volume 2 contient une édition des actes privés grecs conservés retrouvés à Medinaceli. Mais on trouve des actes grecs dans de nombreux fonds ; on peut voir à ce propos : S. Cusa, 1868-1882 ; H. Grégoire, 1932 ; A. Guillou, 1963.

16 Pour une présentation d’ensemble, on peut voir V. Von Falkenhausen et M. Amelotti, 1982.

17 Outre la langue de rédaction des actes, on s’appuie sur les éléments onomastiques les concernant.

18 Les monastères furent souvent réorganisés à l’époque normande par des moines venus du continent ; les documents qui en émanent ne sont donc pas nécessairement attribuables aux représentants d’une population hellénophone et insulaire.

19 Sur les actes notariés arabes de Sicile, on peut voir O. R. Constable, 1997 ; A. D’Emilia, 1964.

20 C’est aussi la position de V. Von Falkenhausen, cf. « La presenza... », à paraître.

21 H. Guillorel, 1999.

22 A. De Simone, 1979 ; A. Nef, 1996.

23 Pour des réflexions méthodologiques à ce sujet et pour le détail des données, je renvoie à A. Nef, 2001, chap. 1.

24 H. Bresc, 1976.

25 L’exemple le plus étudié est celui du territoire de l’abbaye de Monreale pour lequel nous disposons de descriptions précises ; cf. G. Caracausi, 1993.

26 Nous nous permettons là encore de renvoyer au premier chapitre de notre thèse citée supra.

27 Cf. Mutations d’identités en Méditerranée... et le numéro spécial des Cahiers d’Orient, 61, 2001, intitulé Penser l’identité en Méditerranée (Arabes, Berbères, musulmans, druzes, chrétiens...).

28 H. Houben, 1992.

29 Les mises en garde de Cécile Canut, entre autres, lancées dans le cadre d’études portant sur les sociétés actuelles ne doivent pas être oubliées lorsque l’on change de période ; cf. C. Canut, 2001.

30 Cf. B. Guenée, 1993. Nous laissons ici de côté la question de la guerre.

31 H. Takayama, 1993.

32 Pour la partie occidentale, cf. al-Idrîsî, 1999.

33 J. Johns, 1995.

34 Il est clair qu’il s’agit ici des personnages les plus importants, ceux qui apparaissent dans les sources, et que les choses étaient sans doute plus complexes.

35 A. De Simone, 1999.

36 H. Bresc, 1989.

37 M. Amari, 1933-1939.

38 A. De Simone, 1999.

39 Cf. M. Canard, 1955.

40 Cf. L’età normanna e sveva in Sicilia (Chapelle Palatine, nov.-déc. 1994), catalogue d’exposition, Palerme, 1994.

41 En dernier lieu, S. Sinding-Larsen, 1989.

42 Je renvoie ici à un article à paraître dans les MEFRM, « Les souverains normands et les communautés culturelles en Sicile ».

43 L’analyse de cette stèle sera faite en un autre lieu (cf. note précédente), il suffit de souligner qu’il ne s’agit pas de quatre versions identiques et qu’elles ne peuvent en aucun cas s’adresser à des convertis.

44 A. Nef, 2000.

45 Les inscriptions étaient placées trop haut pour être lisibles. Sur la fonction de l’épigraphie dans les sociétés islamiques où elle a été particulièrement étudiée en raison de son développement, cf. O. Grabar, 1992, chap. 1 et I. A. Bierman, 1998.

46 Cf. note 42.

47 Cf. S. Tramontana, 1988.

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable