Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

I. Des plurilinguismes dans l’histoire

Appartenance sociale et usage de la langue néopunique au Maghreb à l’époque romaine

Houcine Jaïdi

Texte intégral

  • 1 Jusqu’au milieu du xxe siècle, le témoignage d’Augustin a été admis, sans réserve, par les auteurs (...)
  • 2 Outre les contributions évoquées dans la note précédente et notamment celle de W. M. Green, des ana (...)
  • 3 Voir à ce propos, M. Benabou, 1976, p. 483-489 ; S. Lancel (1982, p. 271-273) où l’auteur fournit u (...)

1Jusqu’au début des années 1950, l’usage de la langue punique, dans les provinces romaines d’Afrique n’était admis, à l’unanimité du monde savant, que pour la période qui s’étendait de la conquête romaine jusqu’au début du iiie siècle de notre ère. Le témoignage d’Augustin sur l’usage du punique, dans la région d’Hippone, au cours des trois premières décennies du ve siècle, faisait alors l’objet d’un débat où les positions variaient de l’acceptation sans hésitation au refus complet. Après avoir été reçus jusqu’au milieu du xxe siècle, par plusieurs chercheurs, les témoignages d’Augustin concernant l’usage du punique dans la Numidie d’Hippone ont été remis en cause, quelques décennies plus tard, dans des études qui ont fait date1. Mais cette remise en question, qui cherchait à voir dans la lingua punica d’Augustin la langue libyque, n’a pas résisté à la critique et à l’accumulation d’un large faisceau de preuves contre elle2. Depuis près d’un quart de siècle, plusieurs découvertes de textes épigraphiques et littéraires, ainsi que des études d’ensemble, ont ainsi apporté des arguments irréfutables en faveur de la thèse qui défendait l’usage de la langue punique, au-delà de l’époque sévérienne, et de la crédibilité du témoignage de l’évêque d’Hippone3.

  • 4 H. Pavis d’Escurac, 1974, p. 97-98.
  • 5 M. Benabou, 1976, p. 488-489.
  • 6 Ibid. Dans les quelques pages (p. 483-489) que l’auteur a consacrées à l’usage de la langue punique (...)

2Or, dans ce long débat, et y compris dans les publications sur des témoignages qui ne prêtaient à aucune équivoque, trop peu d’attention a été accordée à la diffusion sociale de la langue punique de la chute de Carthage à la conquête vandale. Au milieu des années 1970, le problème a été soulevé par H. Pavis d’Escurac4 et M. Benabou5 qui ne s’y sont pas attardés. Ainsi M. Benabou, qui a formulé des constatations intéressantes, est resté à un niveau de généralité tel qu’aucune démonstration n’a été entreprise en réalité6. Nous voudrions, dans les pages qui suivent, nous arrêter à cette question et souligner les différences de signification qu’avait l’usage du punique à différentes périodes et dans différents milieux sociaux, au cours des sept siècles de domination romaine sur le Maghreb. Nous aurons aussi à considérer quelques emprunts occasionnés par la coexistence du latin et du punique ainsi que les intermédiaires qui ont assuré la communication entre des groupes ou des individus qui étaient, à telle ou telle époque, unilingues ou trop peu formés en l’une ou l’autre des deux langues. Le contenu de notre documentation nous a amené à privilégier la démarche chronologique permettant de faire ressortir des tournants, lesquels, sans être tout à fait déterminants, n’en sont pas moins significatifs.

De la chute de Carthage à la fin du ier siècle de notre ère : un usage étendu du néopunique dans différents milieux sociaux africains

  • 7 Cf. G.-C. Picard, 1957, p. 274-276.

3La chute de Carthage et l’annexion de son territoire par les Romains ont certes rayé de la carte une grande métropole antique et mis fin à son rayonnement multiforme dans la région méditerranéenne, mais elles n’ont été suivies d’aucune conséquence immédiate sur le plan de la mise en valeur économique, de l’urbanisme, de l’organisation politique locale et de la culture. Pendant un siècle (146-46 av. J.-C.), la rareté des initiatives prises par les vainqueurs, en matière de romanisation, a permis aux habitants de l’ancien territoire de Carthage de vivre selon le mode de vie préromain et dans le cadre de la culture ancestrale. On admet même que certaines régions intérieures de l’ancien territoire de Carthage ont connu au cours de cette période une punicisation plus profonde que par le passé7. Le royaume numide, resté à l’abri des convoitises romaines jusqu’à la campagne menée par César en Afrique, a lui aussi vécu selon ses traditions politiques et culturelles, ces dernières étant largement influencées par les civilisations punique et hellénistique, surtout à partir du règne de Massinissa. De l’initiative de César, qui a consisté à créer, aux dépens du royaume numide, une deuxième province d’Afrique, l’Africa nova qui s’est ajoutée à L’Africa (Vetus) créée un siècle plus tôt, aucun bouleversement culturel n’a découlé. Cette situation culturelle n’a pas connu de grands changements pendant le règne d’Auguste et le ier siècle de notre ère, malgré l’annexion par Rome des territoires du royaume maure où deux nouvelles provinces romaines ont été organisées entre 42 et 44 ap. J.-C., et l’accélération relative des entreprises coloniales qui ont touché aussi bien les individus que les collectivités locales. Au total, la culture punique restait incontestablement vivace au Maghreb, particulièrement dans sa partie orientale, pendant plus de deux siècles et demi après la chute de la métropole punique. Cela peut être constaté à travers certains vestiges matériels tels que les monuments, mais aussi à travers les cultes, les institutions municipales et l’usage de la langue punique ou, plus précisément, néopunique.

  • 8 M. Sznycer, 1978b, p. 591.
  • 9 Ibid. L’auteur précise que certains textes néopuniques ont été gravés avant et après la période de (...)
  • 10 Ibid., p. 572-585 et 593.

4Le néopunique est défini par les spécialistes des langues sémitiques comme étant différencié du punique, particulièrement par son écriture cursive, ayant le grand avantage d’un système de notation de voyelle qui permet la vocalisation et, par conséquent, la prononciation8. Si quelques rares fragments de la littérature punique nous sont parvenus sous forme de traductions grecques ou latines, ou encore sous forme de passages transcrits en caractères latins, le néopunique ne nous est connu qu’à travers des inscriptions qui datent, pour la plupart, du milieu du iie siècle av. J.-C. à la fin du ier siècle de notre ère9. Malgré les grandes difficultés qu’on éprouve, le plus souvent, à les dater de manière précise, à l’intérieur de la fourchette chronologique qui leur est proposée, ces nombreuses inscriptions, pour l’essentiel votives ou funéraires, constituent une mine de renseignements pour qui n’est pas rebuté par leur déchiffrement. S’en dégagent des listes de noms de personnes, de statuts juridiques, de métiers, d’institutions municipales, de divinités, de formulaires votifs...10.

5S’il est vrai que de nombreuses inscriptions néopuniques du Maghreb proviennent de certains sites littoraux tels que Carthage et Lepcis Magna (Lebda), il faut remarquer que certains sites numides punicisés telles que Thugga (Dougga), Mactaris (Mactar), Mididi (Henchir Mided) et Cirta (Constantine) ont fourni des textes nombreux et assez variés du point de vue du contenu. Les fouilles archéologiques et souvent aussi la simple prospection ne cessent d’enrichir ces collections de l’intérieur des anciens territoires carthaginois et numide.

6Certains textes nous font connaître des personnages qui appartiennent à différentes catégories socio-professionnelles. Nous y trouvons des précisions relatives aux statuts juridiques de nombreux personnages ainsi qu’aux magistratures municipales et aux sacerdoces qui étaient en vigueur dans telle ou telle cité ou lieu de culte. Ainsi, par exemple, la mention des citoyens (Bâalim) et des magistrats principaux, les suffètes.

  • 11 Cf. H.-G. Pflaum, 1970.
  • 12 Voir infra (n. 50) l’exemple de Lepcis Magna.
  • 13 Le site de Dougga a livré jusqu’à présent deux inscriptions libyco-puniques : la première, gravée s (...)
  • 14 Pour la religion et l’onomastique, voir M. Benabou, 1976, p. 253-380 et 491-578 ; pour l’urbanisme, (...)
  • 15 Pour la lenteur de la romanisation, entendue dans son sens le plus large, voir la récente synthèse (...)

7Nous retiendrons, d’abord, de ce qui précède, la large diffusion, pendant les deux premiers siècles et demi de l’occupation romaine du Maghreb, du néopunique dans les territoires qui étaient déjà punicisés avant la chute de Carthage. Il faut aussi noter la variété des usages qui ont concerné de nombreux domaines pour lesquels on avait recours à « l’affichage public ». Notons enfin que les inscriptions néopuniques ont intéressé, jusqu’à la fin du ier siècle de notre ère, toutes les catégories sociales. Ces trois caractéristiques ne sauraient étonner lorsqu’on remarque que la politique suivie par Rome n’avaient pas donné, jusque-là, de résultats significatifs du point de vue de la romanisation culturelle. La fondation des colonies et l’obtention de la citoyenneté romaine par les Africains, à titre individuel et surtout, à titre collectif, au moyen de la promotion juridique des cités préromaines, n’avaient pas encore fait passer les pérégrins au second plan. Il suffirait de rappeler, ici, la lenteur remarquable avec laquelle les empereurs romains ont accordé le statut de communes romaines aux cités pérégrines de l’ancien territoire de Carthage11. Dans ce cadre, des mutations importantes, telles que la précocité de l’équipement monumental de type romain et la diffusion du culte impérial, ne doivent pas faire oublier la lenteur de la romanisation sur le plan linguistique12. Jusqu’à la fin de la période qui nous préoccupe ici, les promoteurs locaux de la romanisation, qui étaient d’origine africaine, devaient être des bilingues comme nous pouvons le déduire à partir de certains textes épigraphiques13. Les inscriptions latines, dont les plus anciennes actuellement connues ne remontent pas plus haut que le milieu du ier siècle avant notre ère, ne semblent pas avoir été gravées en très grand nombre dans les cités romano-africaines avant l’extrême fin du ier siècle de notre ère. Cela devait être en rapport avec la lenteur de la diffusion de l’enseignement du latin, et d’une manière plus générale, des progrès timides de la romanisation culturelle tels que nous pouvons le constater dans des domaines aussi variés que l’onomastique, la vie religieuse et l’urbanisme14. Le véritable essor de la romanisation de l’Afrique ne date pas d’avant le début du iie siècle de notre ère15.

  • 16 G. Picard, 1990, p. 37 et 49. M. Benabou (1978, p. 379-380) a critiqué le concept de « survivance »
  • 17 M. Benabou, 1976, passim.
  • 18 C. Lepelley, 1998, p. 95-111.
  • 19 Dans ses travaux consacrés à l’histoire des provinces romaines d’Afrique au Bas-Empire, C. Lepelley (...)

8Le maintien de l’usage de la langue néopunique, à une grande échelle jusqu’à la fin du ier siècle de notre ère, et, d’une manière plus générale, les témoignages qui renvoient à la culture africaine préromaine ont été évalués par les auteurs modernes de différentes manières. Au cours de la seconde moitié du xxe siècle, ils ont été successivement considérés, dans des publications de natures diverses, mais qui avaient en commun le souci de dresser des bilans de la romanisation, comme une « survivance punique »16, une « résistance à la romanisation »17, une « forte tradition punique »18. La variété des termes est bien significative ; elle reflète dans tous les cas un regard particulier porté sur le rythme et le contenu de la romanisation. À travers l’usage du paradigme de la « survivance », il y avait une volonté de mettre l’accent sur le succès et l’ampleur de la romanisation ; dans celui de la « résistance », ce sont les limites de l’œuvre de Rome qui sont soulignées, dans celui de la « tradition », il apparaît une prise en considération d’un faisceau de données, lesquelles, sans occulter le progrès de la romanisation au cours de la période concernée et après elle, placent le passé préromain des provinces romaines d’Afrique dans une perspective qui en fait une composante de l’évolution ultérieure19.

Du milieu du iie siècle au milieu du iiie siècle ap. J.-C. : un usage du néopunique intéressant plusieurs catégories sociales, dans un domaine géographique réduit

  • 20 Pour la datation du proconsulat de C. Maximus, voir B.-E. Thomasson, 1996, 77, p. 63.
  • 21 Apulée, Apologie, XCVIII, trad. de Paul Valette, Paris, Les Belles Lettres, 2001 (Coll. « Classique (...)

9C’est à l’une des plus anciennes de ses œuvres littéraires latines d’Afrique que nous devons le premier témoignage d’auteur ancien sur l’usage di néopunique en Afrique. Il s’agit de l’Apologie d’Apulée, qui était un plaidoye prononcé par l’auteur, à Sabratha, en 158-159 devant le proconsul d’Afrique Claudius Maximus, lequel présidait le procès où l’auteur africain avait à se défendre notamment d’une accusation de recours à la magie, en vue de séduire Pudentilla qu’il a fini par épouser20. Apulée y décrit son beau-fils Pudens, l’un de ses accusateurs dans le procès qui l’amena à composer le plaidoyer comme suit : « Il ne parle jamais que punique, à part quelques mots de grec qui lui viennent encore de sa mère ; quant au latin, il ne sait ni ne veut le parler. Tu as été tout à l’heure, Maximus, témoin de ce scandale : mon beau-fils, le frère d’un jeune homme aussi éloquent que Pontianus, réussissant à peine à bégayer quelques monosyllabes, quand tu lui as demandé s’ils avaient reçu de leur mère la donation que je disais leur avoir été faite sur mes instances »21. Dans ces deux phrases, Apulée nous fait état d’une configuration linguistique particulièrement contrastée, non seulement à l’échelle de la ville d’Oea.

  • 22 Ibid., LXXIII.
  • 23 Ibid., LXII, LXVI, LXVII, LXXXII
  • 24 Ibid, LXXXII. II s’agit de la lettre dont un extrait a été utilisé par les accusateurs d’Apulée pou (...)
  • 25 Ibid., LXXXVII.
  • 26 Ibid., XCVIII.
  • 27 Ibid., LXXI.
  • 28 Ibid., XCIV.

10Pudentilla, la richissime épouse d’Apulée est présentée par son mari comme une femme cultivée. Avant d’épouser l’auteur de l’Apologie, elle s’est adonnée avec lui à des études communes auxquelles elle a associé son fils cadet Pudens22. A plusieurs reprises, il est question des lettres qu’elle a adressées à son fils aîné Pontianus23. Chaque fois qu’Apulée mentionne la langue dans laquelle étaient rédigées les lettres qu’elle écrivait ou recevait, il n’est question que du grec. Ainsi en est-il d’une lettre qu’elle a écrite « dans le meilleur grec » et adressée à Pontianus alors qu’elle séjournait dans la campagne d’Oea24 et d’une lettre qu’Apulée lui aurait envoyée d’après ses accusateurs25. Ce que son fils cadet, Pudens a appris d’elle se limitait, d’après Apulée, à quelques bribes de grec26. Son fils aîné, Pontianus, a fait de longues études qui l’ont amené à Athènes, où il a rencontré Apulée, et à Rome, où il séjournait peu avant le remariage de sa mère27. Les débuts de ce jeune homme dans l’art oratoire promettaient si bien qu’Apulée n’a pas hésité à le recommander au proconsul d’Afrique Lollianus Avitus réputé pour son éloquence inégalée28.

  • 29 Ibid., XXVIII et XCVIII.
  • 30 Ibid., XVII.
  • 31 Ibid., XCVIII.
  • 32 Ibid., LXXXVII.

11Aux dires d’Apulée, Pudens était inculte. L’auteur de l’Apologie a cherché, pendant son séjour à Oea, à lui faire aimer les études libérales mais, ayant été monté contre son beau-père par son oncle paternel, Emilianus, le jeune homme a fini par déserter les lieux du savoir et par consacrer tout son temps aux spectacles et aux mauvaises fréquentations29. Il en résultait que le fils cadet de Pudentilla ne savait rien de l’histoire romaine30 ; plus encore, il avait de grandes difficultés à parler le latin31 et n’était pas capable de lire une lettre écrite en grec par sa mère32.

  • 33 Ibid., XVII, XXII et XXIII.
  • 34 Zarath, la ville où était né Emilianus est décrite par Apulée (Apologie, XXIV, comme étant un « foy (...)

12Sicinius Emilianus, qui accusait Apulée devant le tribunal du proconsul au nom de son neveu, Pudens, n’était pas plus instruit que ce dernier. L’auteur de l’Apologie le décrit, à plusieurs reprises, comme étant inculte, grossier et barbare33. Les lettres qu’il écrivait à Pontianus était probablement rédigées en grec34.

  • 35 Pour les Africains également instruits en grec et en latin, et qui étaient certainement peu nombreu (...)
  • 36 Apulée, Apologie, LXVIII.
  • 37 Voir infra d’autre exemples de bilinguisme ou de bilinguisme en Tripolitaine à la même époque.

13Ainsi les quatre personnages sur lesquels s’attarde Apulée avaient des « profils linguistiques » différents. Pudentilla était bien instruite en grec ; son fils aîné, Pontianus avait, comme Apulée, une formation solide dans les deux langues de culture de l’empire romain35 ; Pudens, le jeune beau-fils de l’auteur de l’Apologie ne maîtrisait pas le latin et se débrouillait à peine en grec ; Emilianus, le beau-frère de Pudentilla, était, semble-t-il, en mesure de rédiger des lettres en grec. À ses compétences inégales en grec et en latin devait s’ajouter, pour tous les quatre, une connaissance du néopunique. Cette connaissance est mentionnée explicitement pour Pudens ; on peut la déduire implicitement pour sa mère qui s’est occupée de son éducation après son veuvage36, et pour son frère ainsi que pour son oncle paternel 37.

  • 38 Voir supra p. 25 et n. 21.
  • 39 Apulée, Apologie, V et XXIV. Dans un registre assez proche, Aurelius Victor affichait, vers le mili (...)
  • 40 Apulée, Apologie, XXVII.

14Le passage dans lequel Apulée décrit l’étendue et les limites des compétences linguistiques de son beau-fils Pudens comprend deux indications qui méritent d’être relevées. D’une part, Pudens est présenté comme quelqu’un qui ne voulait pas parler le latin et, d’autre part, Apulée voyait dans les difficultés qu’avait le jeune homme à parler la langue des Romains un scandale pour lequel il prend à témoin le proconsul. L’attitude de Pudens vis-à-vis du latin et des études, d’une manière plus générale, est opposée à celle de son frère aîné, qui a fait tant de progrès en la matière et qui espérait en faire encore38. On pourrait même dire qu’elle était implicitement opposée à celle d’Apulée, qui tout en étant fier de ses racines « mi-numides mi-gétules » s’enorgueillissait de toutes les connaissances qu’il avait accumulées, y compris dans le domaine linguistique, et des honneurs municipaux gérés par son père et par lui-même dans une cité où une colonie romaine avait été fondée39. Dans la logique de la plaidoirie, l’opposition de la « barbarie » voulue d’un adversaire à la « romanité » du défendeur, acquise de droit mais aussi par le labeur40 était naturellement de bonne guerre. Le scandale que représentait la situation de Pudens au yeux d’Apulée peut être perçu tant comme une gêne occasionnée à un homme aussi cultivé que l’était l’auteur de l’Apologie, que comme l’embarras d’un beau-père qui, quoi qu’il ait dit à propos de son beau-fils, était lié à lui par des liens familiaux non négligeables.

  • 41 Sur les origines de Septime Sévère et sur les différentes branches de sa famille, voir la mise au p (...)
  • 42 H. A., Vit. Sev., XVIII, 5 ; Aurelius Victor, Caesares, 20, 22 et Eutrope, Brev. Hist. Rom., VIII 1 (...)
  • 43 H. A., Vit. Sev., XV, 4. Le séjour de Septime Sévère en Grèce dans les années 182-185 a constitué u (...)
  • 44 Pseudo-Aurelius Victor, Epitome de Caesaribus, XX, 1 (CUF, Paris, 1999, trad. de M. Festy, p. 29).
  • 45 H. A., Vit. Sev., XV, 7.

15Vers la même époque où se déroule le procès intenté à Apulée, une autre famille de Tripolitaine nous offre une situation linguistique largement comparable à celle de la famille de Pudentilla. Il s’agit de la famille du futur empereur Septime Sévère, originaire de Lepcis Magna et dont certains membres avaient été admis dans l’ordre équestre dès la fin du ier siècle ap. J.-C.41 Le premier empereur romain d’origine africaine est présenté par divers auteurs anciens comme un homme d’une culture étendue42. Certaines sources se limitent à souligner ses compétences en grec et en latin43 ; un auteur précise qu’il « était correctement versé dans les lettres latines, très compétent dans la langue grecque, mais plus à l’aise encore dans l’éloquence punique, car il était né à Lepcis, dans la province d’Afrique »44 Alors qu’il était empereur, il a reçu, à Rome, la visite de sa sœur qui avait beaucoup de peine à parler le latin. Ayant ressenti une grande honte face à cette situation, il s’était empressé de la renvoyer à Lepcis Magna45. L’Histoire Auguste qui nous livre cette information ne précise pas qu’elle était la ou les langues parlées couramment par la sœur de l’empereur. Maîtrisait-elle le grec comme Pudentilla ? Rien n’est moins sûr car une éducation qui lui aurait assuré une telle compétence lui aurait certainement donné aussi l’occasion d’apprendre le latin. Elle devait se trouver dans une situation comparable à celle de Pudens, le fils de Pudentilla : le néopunique était certainement la seule langue qu’elle parlait. Son frère, l’empereur était, par l’étendue de ses connaissances en latin et en grec, comparable à Pontianus, le fils de Pudentilla, qui, comme lui, avait séjourné en Grèce pour parfaire la formation en grec qu’il avait dû commencer d’acquérir en Tripolitaine.

16Ainsi, dans deux familles appartenant, dans la seconde moitié du iie siècle, à l’élite sociale de deux cités de la Tripolitaine, l’usage du néopunique pouvait ou non être accompagné de la maîtrise du latin et du grec. Les individus qui se distinguaient par l’usage unique du néopunique pouvaient être homme ou femme et, parfois, décidés à ne pas quitter leur unilinguisme. Chez les bilingues ou les multilingues, les compétences en néopunique pouvaient être supérieures à celles qui concernaient les deux autres langues.

  • 46 Cf. J. Gascou, 1982, p. 163.
  • 47 Apulée, Apologie, XXIV.
  • 48 J. Gascou, 1982, p. 165 et 170-172.
  • 49 Ibid., p. 165 où l’auteur cite IRT, 305.

17Il faut rappeler que les personnages appartenant aux familles des Sicinii et des Severi que nous abordons ici, vivaient dans la seconde moitié du iie siècle marquée, en Afrique, par des progrès notables en matière de romanisation. La cité à laquelle appartenait Apulée existait depuis le iiie siècle av. J.-C. ; une colonie romaine y avait été fondée par les Flaviens dans les années 69-9646 ; cet acte de romanisation officielle est rappelé, non sans fierté, par Apulée dans l’ Apologie47. Lepcis Magna a accédé au rang de municipe au plus tard en 77-78 ; elle fut promue au rang de colonie honoraire dans les années 98-11748. Le néopunique y est attesté comme langue officielle, utilisée dans les inscriptions conjointement avec le latin, jusqu’à la fin du ier siècle ou le début du iie siècle de notre ère49. C’est également sous les Antonins qu’Oea a eu droit au rang colonial. Certes, dans les trois cités, la promotion municipale consacrait une romanisation plus ou moins approfondie, qui devait passer par l’enseignement du latin et, pour certains, du grec, mais il convient de considérer les réalités propres à chaque cité de plus près.

  • 50 Ibid. L’auteur fait remarquer que la citoyenneté romaine a été accordée, à titre individuel, à des (...)
  • 51 J. Gascou, 1982, p. 165. Deux inscriptions lepcitaines (IRT., 347 et 348) mentionnent de suffètes ; (...)
  • 52 J. Gascou, 1972, p. 50, 83 et 199. À la date où Apulée a prononcé sa plaidoirie, Oea semble avoir é (...)

18Madaure, la patrie d’Apulée a accueilli, dans le dernier tiers du ier siècle une communauté de vétérans qui a dû donner une impulsion importante à la romanisation des autochtones et à la diffusion de la langue latine et de son corollaire, le grec. Malgré une romanisation précoce d’une partie de son élite sociale et de son cadre urbain50, Lepcis Magna n’avait, vers la date où Madaure a connu la fondation d’une colonie dans son territoire, que le rang de municipe latin, qui n’accordait la citoyenneté romaine qu’aux dignitaires ayant géré des magistratures municipales et aux membres de leurs familles. Cette promotion n’a pas - fait rare mais très significatif - entraîné la suppression des suffètes, magistrats d’origine punique qui sont encore attestés, dans la cité, jusqu’à l’avant-dernière décennie du ier siècle, c’est-à-dire quelques années avant l’obtention du rang de colonie honoraire51. Nous avons là une preuve importante de la forte imprégnation de la population de Lepcis Magna de la culture punique. Au cours du iie siècle, les traditions puniques et l’usage de la langue néopunique ont certainement perdu du terrain au fur et à mesure de l’approfondissement de la romanisation avec ce qu’elle supposait comme extension de l’enseignement de type romain. Mais l’exemple de la famille des Sévères nous montre que le néopunique était encore en usage, en tant que langue unique ou avec une position privilégiée, pour les multilingues, dans la seconde moitié du iie siècle et au début du siècle suivant. Oea dont l’histoire est moins bien connue que celle de Lepcis Magna a probablement eu une évolution culturelle comparable à celle de la patrie de Septime Sévère. Sa transformation en colonie romaine n’est attestée qu’en 163-16452. Dans les deux cas, la lenteur de la romanisation peut être entendue à la fois comme une cause et comme une conséquence de la vivacité de la culture punique, y compris dans sa dimension linguistique.

  • 53 Ulpien, Lib. II fideicommissorum, in Digeste, XXXI, I, 11 : « non solum latina vel graeca sed etiam (...)
  • 54 M. Benabou, 1976, p. 485-486. L’œuvre d’Ulpien, rédigée, pour l’essentiel, sous le règne de Caracal (...)

19Une source juridique composée à l’époque sévérienne nous apprend que le néopunique était une langue utilisée pour la rédaction des testaments. Il s’agit d’un texte dans lequel le jurisconsulte Ulpien, qui écrivait sous le règne de Caracalla, admettait que les fideicommis pouvaient être rédigés « non seulement [en langue] latine ou grecque mais aussi punique, gauloise ou celle d’un autre peuple »53. Comme le fait remarquer M. Benabou, cette mention de la langue punique - entendons par là le néopunique - ne devait pas être sans rapport avec la réalité, au moins celle de l’époque où le texte d’Ulpien a été rédigé54. Des personnages tels que Pudens, le fils de Pudentilla et la sœur de Septime Sévère pouvaient éprouver le besoin de faire rédiger des textes dans la langue néopunique.

Au ive siècle et au début du ve siècle : un usage du néopunique socialement réduit

  • 55 Cf. M. Benabou, 1976, p. 487-488.
  • 56 Voir, à ce propos, les mises au point de M. Sznycer (1978, p. 592), de M. Benabou (1976, p. 486-487 (...)
  • 57 Ibid.
  • 58 M. Szycer, 1967 ; Id., 1978, p. 592.
  • 59 Cf. infra.

20En Tripolitaine, les dernières mentions littéraires de l’usage du néopunique sont confirmées puis relayées, près d’un siècle plus tard, par des témoignages épigraphiques. Dans le désert de la Jeffara, une tombe, datée de la fin du iie siècle ou du début du iiie siècle, porte une inscription latine et une inscription néopunique55. De l’intérieur de la Tripolitaine provient aussi un lot d’inscriptions tenues pendant longtemps pour des inscriptions latino-libyques et identifiées par la suite comme étant des textes latino-puniques56. Ces textes, qui s’avèrent rédigés en néopunique et écrits en caractères latins, sont datés au plus tôt du milieu du ive siècle ; certains parmi eux semblent dater du ve siècle57. La transcription en caractères latins n’est pas sans rappeler les passages du Poenulus de Plaute rédigés plusieurs siècles plus tôt, vers 190 av. J.-C.58 Mais, si pour l’auteur latin, la transcription était un recours indispensable, compte tenu des lecteurs auxquels il s’adressait, en était-il de même pour les commanditaires et les graveurs des inscriptions de la Tripolitaine ? Autrement dit, l’usage de l’alphabet néopunique, qui avait apparemment cours au début du iie siècle d’après le témoignage du Digeste et quelques inscriptions, s’est-il perdu près d’un siècle plus tard ? L’abandon de l’usage de l’alphabet néopunique, en Tripolitaine aux ive-ve siècles, n’est pas à écarter compte tenu de la situation qui prévalait dans la Numidie d’Hippone vers la même époque59. Mais il n’est pas exclu non plus que l’usage de l’alphabet latin ait visé à faire connaître le contenu de textes néopuniques à un public qui n’était plus familiarisé avec une écriture dont l’enseignement ne devait plus être assuré. Soulignons, en tout cas, l’importance de l’emprunt de l’alphabet latin par les usagers de la langue néopunique, en Tripolitaine, à l’époque romaine tardive. Ce type d’emprunt a-t-il existé à l’époque d’Apulée ? Ou s’agit-il, pour l’époque tardive, d’une évolution traduisant les progrès de la latinisation aux dépens du néopunique ?

21À cette même époque où des Africains de l’intérieur de la Tripolitaine écrivaient la langue néopunique en utilisant des caractères latins, d’autres Africains, habitant à l’extrémité nord-ouest de l’Afrique proconsulaire s’exprimaient en néopunique, au témoignage de saint Augustin.

  • 60 Cf. C. Courtois (1950) et W. M. Green (1951) qui a livré une recension des témoignages d’Augustin e (...)

22En quoi consiste ce témoignage ?60.

  • 61 Aug. Serm., 167 : « Proverbium notum est Punicum, quod quidem latine vobis dicam, quia punice non o (...)

23Il s’agit, pour l’essentiel, d’une demi-douzaine de lettres qui concernent surtout la campagne qui entourait la ville épiscopale d’Augustin, mais certains témoignages intéressent les territoires de cités voisines et peut-être même la ville d’Hippone. Pour cette dernière, une seule référence peut être invoquée, sans certitude : un sermon prononcé, probablement dans cette ville, dans lequel Augustin fait remarquer qu’une partie de l’auditoire comprend le néopunique61.

  • 62 Aug., Epist., 66, 1-2 ; C. litt. Petil, II, 83, 184, CSEL, 52, p. 114. Voir, pour cette affaire, C. (...)

24Une lettre adressée par Augustin à Crispinus, l’évêque donatiste de Calama, est riche en renseignements sur l’usage du néopunique dans la Numidie d’Hippone, au tournant du ive siècle. Dans cette lettre écrite en 400-401, l’évêque d’Hippone reprochait à son correspondant d’avoir usé d’argent et de violence pour obliger quatre-vingts colons du fundus des Mappalienses, domaine impérial qu’il a eu en bail emphytéotique, à se convertir au donatisme, alors qu’ils étaient jusque-là des fidèles de l’Église catholique62. Crispinus est mis au défi par Augustin d’organiser une confrontation à la suite de laquelle les colons du domaine impérial pourraient choisir librement entre le catholicisme et le donatisme ; un interprète se chargerait de leur traduire en néopunique le compte-rendu de la confrontation. De cette lettre nous pouvons déduire plusieurs indications importantes : l’appartenance des nouveaux convertis au donatisme dans le domaine des Mappalienses en milieu rural, la capacité de la langue néopunique à exprimer l’argumentation relative à une controverse ecclésiologique et l’existence d’interprètes qui étaient aussi compétents en latin qu’en néopunique. Augustin, qui ne nous apprend rien sur l’appartenance sociale des interprètes envisagés pour la confrontation qu’il a proposée à son adversaire donatiste est plus prolixe, à ce propos, dans ses écrits relatifs à une affaire qu’il a eue à traiter une dizaine d’années plus tard.

  • 63 Pour la localisation de Fussala, voir J. Desange et S. Lancel, 1982, p. 92-95 ; les auteurs propose (...)
  • 64 Aug., Epist.. 209. 2-3 et 20*, 3.
  • 65 S. Lancel (1983, p. 271-272) date l’enquête menée par le primat de Numidie de l’été ou du début de (...)
  • 66 Aug., Epist., 20*, 20. Pour la localisation du domaine de Thonogonetum, voir S. Lancel, 1983 p. 92- (...)
  • 67 La signification du terme castellum au Bas-Empire a été analysée par C. Lepelley, 1979, p. 132-134. (...)
  • 68 Aug. Epist. 20*, 20.
  • 69 Aug. Epist. 20, 6.
  • 70 Aug. Epist.. 20. 20.
  • 71 Ces origines paysannes sont envisagées comme très probables par S. Lancel, 1983, p. 281
  • 72 Aug., Epist., 20*, 20.
  • 73 Aug., Epist. 20*, 4 et 29.
  • 74 S. Lancel, 1983, p. 280-281. Dans certaines études, l’appellation moderne du site de Macomades est (...)
  • 75 Maqôm Hadasht comme le rappelle S. lancel, 1983, p. 281

25Dans la campagne qui jouxtait le territoire d’Hippone, probablement au sud ou au sud-ouest, un nouvel évêché a été créé, vraisemblablement vers 411-412, dans une bourgade (castellum) appelée Fussala, à l’initiative d’Augustin qui en avait jusque-là la charge dans le cadre du diocèse d’Hippone63. Pour pourvoir ce siège épiscopal, l’évêque d’Hippone ne semble avoir pensé, en proposant son candidat, Antoninus, au primat du diocèse de Numidie, qu’aux connaissances du futur évêque en langue néopunique64. Une dizaine d’années plus tard, le primat de Numidie Aurelius mène, à la demande du pape, une enquête visant à déterminer les responsabilités exactes de l’évêque Antoninus dans ce qui lui était reproché comme malversations par les habitants de Fussalaet ses environs65. Dans le cadre de cette enquête, le primat de Numidie s’adresse, en néopunique, aux colons du domaine de Thonogonoetum, située à peu de distance de Fussala, en dehors du territoire d’Hippone66. La motivation avancée par Augustin pour la proposition d’Antoninus comme évêque de Fussala et le recours du primat de Numidie à la langue néopunique pour s’adresser aux habitants d’un domaine voisin du castellum, laissent entendre que les fidèles de cette région, ou du moins une partie d’entre eux, ne pouvaient comprendre que le néopunique. Il faut relever que le milieu social évoqué par la lettre 20* d’Augustin est rural. Fussala n’était qu’une bourgade dépourvue de statut municipal propre, dépendant de la cité d’Hippo Regius sur le territoire de laquelle elle était située, et certainement peu urbanisée67. Ses habitants sont décrits par Augustin comme étant des colons appartenant à plusieurs domaines68 ; ceux parmi eux qui s’étaient plaints de l’évêque Antoninus étaient des hommes et des femmes pauvres69. Les colons du domaine de Thonogonoetum sont eux aussi décrits par l’évêque d’Hippone comme des êtres dont la vie était marquée par une « désespérance des paysans »70. Ceux qui avaient besoin qu’on leur parlât en néopunique étaient donc des ruraux, essentiellement des colons, de condition modeste. Il est probable que l’évêque Antoninus ait été, lui aussi, d’origine paysanne71 ; Augustin dit de lui qu’il était arrivé tout jeune à Hippone avec sa mère et son beau-père pour vivre aux frais de l’Église72. Ses connaissances en langue néopunique s’expliqueraient donc probablement par ses origines paysannes. Quand il quitte le monastère d’Hippone, à l’âge de vingt ans, pour prendre en charge l’évêché de Fussala, Antoninus est aussi démuni que lorsqu’il y était entré73. La maîtrise de la langue néopunique par le primat de Numidie nous fournit quant à elle un éclairage sur la situation linguistique de la cité où il avait son siège épiscopal et qui correspondrait, selon S. Lancel, à Macomades (Mrakib Thala), faisant partie de la province de Numidie consulaire, mais peu éloignée des endroits de la Numidie d’Hippone où l’usage du néopunique est attestée par Augustin74. Si l’identification du siège épiscopal du Primat de Numidie à Macomades est accepté, le toponyme néopunique de la localité75 militerait en faveur d’une punicisation dont les effets restaient encore vivaces au début du ve siècle de notre ère.

  • 76 Aug., Epist., 20*, 3.
  • 77 Aug.. Epist. 20*, 2, 4.
  • 78 Aug., Epist., 84, 2. Pour Novatus de Sitifis et son frère Lucillus, voir A. Mandouze (dir.), 1982 s (...)
  • 79 Aug.. Epist.. 108. 14.
  • 80 Augustin précise que la hâte avec laquelle Antoninus a été nommé au siège de Fussalas’expliquait su (...)

26Au total, Augustin a évoqué, dans ses deux lettres relatives à l’affaire d’Antoninus de Fussala, beaucoup de ruraux qui parlaient le néopunique dans le diocèse d’Hippone, alors qu’il n’a fait mention que de trois clercs qui maîtrisaient à la fois le néopunique et le latin : le prêtre anonyme qui a failli être nommé évêque à Fussala, Antoninus et Aurelius, le primat de Numidie. Certains indices semblent indiquer que les clercs qui parlaient le néopunique n’étaient pas nombreux. Pris au dépourvu par le désistement d’un prêtre qui parlait le néopunique, Augustin a proposé, pour le nouveau siège de Fussala, Antoninus dont l’atout principal était la pratique de la langue néopunique76. Cette qualité a déterminé le choix de l’évêque d’Hippone, qui avoue ne pas avoir connu de près son candidat, dépourvu de tout grade clérical et dont l’âge ne dépassait pas vingt ans77. La rareté des clercs qui maîtrisaient le néopunique dans l’entourage d’Augustin semble se confirmer à travers un autre témoignage qui date d’une dizaine d’années plus tôt. Aux alentours de 403, l’évêque d’Hippone a exprimé dans une lettre son refus d’autoriser un diacre de son église, nommé Lucillus et sachant parler le néopunique, à rentrer auprès de son frère Novatus, évêque catholique de Sitifis78. L’église donatiste d’Hippone semble avoir eu, à la même époque, les mêmes besoins en clercs connaissant le néopunique. Son évêque Macrobius, a recouru, dans les années 410-412 à un Punicus interpres79. Le recours aux mêmes moyens de la part de l’une et l’autre des deux églises rivales d’Hippone ne saurait étonner tant elles se faisaient concurrence auprès des différentes catégories sociales, et particulièrement dans le milieu rural80.

27Si nous laissons de côté le sermon d’Augustin, dont on ne sait pas s’il a été prononcé à Hippone, les autres témoignages de l’évêque d’Hippone sur l’usage du néopunique nous renvoient explicitement ou implicitement au milieu rural. Cela est certain pour les colons soumis aux pressions de Crispinus deCalama ; c’est le cas également pour les ouailles d’Antoninus de Fussala. Le diacre originaire de Sitifis et l’interprète recherché par l’évêque donatiste d’Hippone avaient probablement à servir en milieu rural ; l’inexistence de témoignages sûrs concernant l’usage du néopunique à Hippone pendant l’épiscopat de saint Augustin, et encore moins de la part d’individus qui auraient été unilingues en milieu citadin, nous invite à penser à ce genre de service.

  • 81 Pour l’information concernant l’évêque Valerius, cf. Aug., Epist. ad Romanos incohata exposition, 1 (...)
  • 82 Cf. S. Lancel, 1982, p. 272. L’auteur remarque que, pour Augustin, la situation linguistique se rés (...)
  • 83 Voir les exemples donnés par M. Simon (1955, p. 619-620) et M. Benabou (1976, p. 484). La première (...)

28En sus des témoignages dont nous venons de faire état, Augustin a évoqué la langue et la culture néopuniques dans d’autres œuvres. Ainsi dans un ouvrage composé dans les années 394-395, l’évêque d’Hippone fait état d’une discussion à laquelle avait assisté son prédécesseur, l’évêque Valerius, et qui avait été engagée, en néopunique, par des paysans de la région d’Hippone, dont l’un savait aussi le latin ; dans une autre œuvre rédigée en 407, la langue punique est qualifiée d’ « africaine » et considérée comme étant le pendant du latin en Afrique81. Ce statut est en conformité avec l’estime dans laquelle l’évêque d’Hippone tenait la culture punique82. Il faut aussi noter que l’œuvre d’Augustin comprend plusieurs termes néopuniques et atteste le souci de l’évêque d’Hippone de s’assurer de la signification de certains termes appartenant à cette langue83.

29De ce qui précède, se dégage, autant que le permet la disponibilité des sources, une longue évolution de la langue néopunique dans la partie orientale de l’Afrique romaine. Nous avons constaté, d’abord, que de nombreux textes épigraphiques datant du ier siècle de notre ère, témoignent d’un usage du néopunique qui concernait toutes les couches sociales de nombreuses cités ayant appartenu à l’ancien territoire de la Carthage punique ou au royaume numide. Cet usage illustre la vivacité de la culture punique, malgré les progrès de la romanisation, dans certaines cités, comme en témoignent plusieurs indices dont l’utilisation de la langue latine, parfois, dans des inscriptions bilingues. La romanisation ayant touché d’abord l’élite urbaine, c’est à cette dernière qu’ont dû appartenir les bilingues parlant à la fois le latin et le néopunique, dans l’ancien territoire de Carthage et la partie orientale de l’ancien royaume numide. Pendant cette première période, l’usage du néopunique par les élites africaines ne laisse apparaître aucune gêne ; tout au contraire, il témoigne, par son extension et par la variété des supports et des contenus des inscriptions, d’une pratique pleinement assumée.

30L’éclairage fourni par plusieurs sources littéraires pour la situation linguistique en Tripolitaine, au cours de la seconde moitié du iie siècle et le début du iiie siècle, nous montre que la promotion juridique des cités et l’ascension sociale de certaines familles n’a pas fait disparaître, dans les milieux citadins fortunés, les unilingues qui ne maîtrisaient que le néopunique. Dans ces mêmes familles, le néopunique était parlé, parfois avec une grande maîtrise, par des individus qui avaient eu une bonne formation en latin et en grec. Mais ces trilingues très attachés à la romanité pouvaient être gênés par des parents qui ne savaient parler que le néopunique. En cela, ils avaient une attitude tout à fait comparable à celle des lettrés d’autres cités africaines, qui maîtrisaient le grec et le latin et étaient scandalisés par la situation de leurs parents qui ne parlaient que le néopunique. En comparant le cas d’Oea et de Lepcis Magna à celui de Madaure, nous avons attribué le maintien du néopunique dans les cités de la Tripolitaine à l’importance de l’héritage punique et à l’absence de fondations coloniales qui eussent pu accélérer la latinisation de cette contrée. Plus qu’ailleurs, en Afrique, des indices aussi probants que le maintien des institutions préromaines dans le cadre d’un statut municipal de type romain attestent l’importance de l’attachement des Tripolitains à des composantes importantes de la culture punique. La reconnaissance officielle de l’usage du néopunique, à l’époque sévérienne, comme langue juridique, entérinait certainement un état de fait linguistique qui était difficile à contourner.

31Pour le ive siècle et le début du ve siècle, nous avons relevé que l’usage du néopunique n’est attesté, à une large échelle, que dans le milieu rural. La documentation dont nous disposons consiste, d’une part, en un lot d’inscriptions découvertes, pour l’essentiel, dans le prédésert de la Tripolitaine, et d’autre part en une série de témoignages d’Augustin à propos de la Numidie d’Hippone. En Tripolitaine, le recours aux caractères latins pour écrire le néopunique pouvait signifier soit une régression du néopunique, qui se serait traduite par la perte de l’usage de son alphabet, soit le souci de faire connaître des textes néopuniques auprès d’un public qui parlait encore le néopunique, mais qui ne savait plus le lire et l’écrire. Dans les deux cas, la transcription du néopunique en caractères latins peut être perçue tant comme une preuve du maintien de la langue préromaine, que comme un indice de son recul devant la romanisation. Réduit, pour l’essentiel, au monde rural, le néopunique de la période romaine tardive ne semblait intéresser le haut clergé de la région d’Hippone que dans la mesure où il pouvait servir de moyen de communication avec les campagnards de condition modeste, dans le cadre de l’activité pastorale d’un contexte de lutte farouche entre les Églises catholique et donatiste. Les bilingues, qui étaient apparemment rares parmi les membres du clergé de l’une et l’autre des deux églises rivales d’Hippone, au début du ve siècle, constituaient, alors, des médiateurs d’autant plus recherchés qu’ils étaient indispensables en certaines situations.

Bibliographie

Benabou M., 1976, La résistance africaine à la romanisation, Paris, Maspero.

Camps G., 1994, « Punica lingua et épigraphie libyque dans la Numidie d’Hippone », Bulletin archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques-Afrique du Nord, n. s. 23, 1990-1992 [1994], p. 33-49.

Chouraqui A., 1952, Les Juifs d’Afrique du Nord, Paris.

Courtois C., 1950, « Saint Augustin et le problème de la survivance du punique », Revue africaine, XCIV, p. 239-282.

Desange J., Lancel S. 1983, « L’apport des nouvelles lettres à la géographie historique de l’Afrique antique et de l’Église d’Afrique », in Les lettres de saint Augustin découvertes par Johannes Divjack (Communications présentées au colloque des 20 et 21 septembre 1982), Paris, Études Augustiniennes, p. 87-99.

Fick N., 1987, « Le milieu culturel africain à l’époque antonine et le témoignage d’Apulée », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, VII, 3, p. 285-296.

Frend M.-H., 1974, « Teboursouk : stèles anépigraphes et stèles à inscriptions néopuniques », Mémoires présentés à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, XVI, p. 379-431 et XII pl.

Frend W. H. C., 1952, The Donatist Church : a Moment of Protest in Roman North Africa, Oxford, Clarendon Press.

Gascou J., 1972, La politique municipale de l’empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome, École française de Rome.

Gascou J., 1982, « La politique municipale de rome en Afrique du nord. I. De la mort d’Auguste au début du iiie siècle », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, 10, 2, 1982, p. 136-229.

Gauthier E.-F, 1937, Le passé de l’Afrique du Nord, Paris.

Ghaki M., 1997, « L’épigraphie libyque et punique à Dougga (TGBGG) », in M. Khanoussi et L. Maurin (éd.), Dougga (Thugga), Études épigraphiques,Paris, de Boccard. D. 27-43.

Green W. M., 1951, « Augustine’s use of Punic », in Semetic and Oriental Studies presented to W. Popper, University of California (Publications in Semetic Philology. XI. p. 179-190).

Gsell S., 1920, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, IV, Paris.

Kotula T., 1960, « Utraque lingua eruditi : une page relative à l’histoire de l’éducation dans l’Afrique romaine », in Hommage à Marcel Renard, II, Bruxelles, Latomus p. 387-392.

Lancel S., 1982, « La fin et la survie de la latinité en Afrique du Nord. État des questions », Revue des Études latines, LIX, 1981 [1982], p. 269-297.

Lancel S., 1983, « L’affaire d’Antoninus de Fussala : pays, choses et gens de la Numidie d’Hippone saisis dans la durée d’une procédure d’enquête épiscopale (Ep. 20*), in Les lettres de saint Augustin découvertes par Johannes Divjak (Communications présentées au colloque des 20 et 21 septembre 1982), Paris, Études Augustiniennes, p. 267-285.

Lecerf J., 1954, « Notule sur saint Augustin et les survivances puniques », in Augustinus Magister, I, Études Augustiniennes, p. 31-33.

Lepelley C., 1979 et 1981, Les cités d’Afrique romaine au Bas-Empire, I et II, Paris, Études Augustiniennes.

Lepelley C., 1984, « Deux témoignages de saint Augustin sur l’acquisiton d’un bail emphythéotique », Bulletin archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, n. s. 17 B, 1983 [1984], p. 73-83 (=Aspects de l’Afrique romaine. Les cités, la vie rurale, le christianisme, Bari, 2001, p. 233-242).

Lepelley C., 1992, « Quelques parvenus de la culture de l’Afrique romaine tardive », in De Tertullien aux Mozarabes, Mélanges offerts à Jacques Fondaines, I, Antiquité tardive et christianisme ancien, Paris, Études Augustiniennes, p. 583-4594 (=Aspects de l’Afrique romaine. Les cités, la vie rurale, le christianisme, Bari, Edipuglia, 2001, p. 149-160).

Lepelley C., 1997, » Quelques témoignages sur l’histoire de l’Afrique romaine épars dans les sermons de saint Augustin découverts par F. Dolbeau », Bulletin archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques - Afrique du NOrd, n. s., 24, 1993-1995 [1997], p. 203-206 (=Aspects de l’Afrique romaine. Les cités, la vie rurale, le christianisme, Bari, Edipublia, 2001, p. 391-396, p. 393).

Lepelley C., 1998, « L’Afrique », in C. Lepelley (dir.), Rome et l’intégration de l’empire (44 av. J.-C. - 260 ap. J.-C.), 2 : Approches régionales du Haut-Empire romain, Paris, PUF, p. 71-112.

Mandouze A., (dir.), 1982, Prosopographie chrétienne du Bas-Empire. 1 : Prosopographie de l’Afrique chrétienne (303-533), Paris, CNRS.

Opelt I., 1985, « Augustins epistula 20* (Divjak). Ein Zeugnis für lebendiges Punish im5. Jh. nach Christus », Augustinianum, 25, p. 121-13

Pavis d’Escurac H., 1974, « Pour une étude sociale de l’Apologie d’ Apulée » Antiquités africaines, 8, p. 89-101.

Picard G.-C., 1990, La civilisation de l’Afrique romaine, 2e éd., Paris, Étude Augustiniennes.

Pflaum H ; G., 1970, « La romanisation de l’ancien territoire de la Carthage punique à la lumière des découvertes épigraphiques récentes », Antiquités africaines, 4 p. 75-117.

Renan E., 1878, Histoire générale des langues sémitiques, Paris.

Saumagne C., 1953, « La survivance du punique en Afrique aux ve et vie siècles après J.-C. », Karthago, IV, p. 171-178.

Simon M., 1946, « Le judaïsme berbère dans l’Afrique ancienne », Revue d’histoire et de philologie religieuses, p. 1-31 et 105-145 (=Recherches d’histoire judéo-chrétienne, Paris, 1962, p. 30-87).

Simon M., 1955, « Punique ou berbère ? Note sur la situation linguistique dans l’Afrique ancienne », in Mélanges Isodore Levy, Bruxelles, p. 613-629 (=Recherches d’histoire judéo-chrétienne, Paris, 1962, p. 88-100).

Sznycer M., 1967, Les passages puniques en transcription latine dans le « Poenulus : de Plaute, Paris, Klincksieck.

Sznycer M., 1978, « Carthage et la civilisation punique », in C. Nicolet (dir.), Rome et la conquête du monde méditerranéen, 2, Genèse d’un empire, Paris, PUF, p. 545-593.

Thomasson B.-E., 1996, Fasti africani. Senatorische ritterlische Amsträger in den römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Stockholm.

Notes

1 Jusqu’au milieu du xxe siècle, le témoignage d’Augustin a été admis, sans réserve, par les auteurs suivants : E. Renan, 1878, p. 198sq. ; S. Gsell, 1920, p. 496sq. ; E.-F. Gautier, 1937 p. 137sq. ; M. Simon, 1946, p. 19-22 (Recherches d’histoire judéo-chrétienne, Paris, 1962 p. 30-82) ; W. M. Green, 1951 ; A. Chouraqui, 1952, p. 13 sq. À ces références s’ajoute une note de J. Lecerf (1954) où l’auteur penche pour le maintien de l’usage du punique au temps d’Augustin.

L’interprétation de la lingua punica évoquée, à maintes reprises, par Augustin, dans la Numidie d’Hippone, comme signifiant le libyque a été avancée, d’abord par W. C. Frend (1942) puis par Ch. Courtois, 1950. W. C. Frend a réaffirmé sa position dans The Donatist Church (1952, p. 58).

2 Outre les contributions évoquées dans la note précédente et notamment celle de W. M. Green, des analyses complémentaires figurent notamment dans les études de Ch. Saumagne (1953), de M. Simon (1955), de M.. Benabou (1976, p. 483-488) et de S. Lancel, (1982, p. 270-273). Des mises au point bibliographiques utiles ont été fournies par M. Simon (1955, p. 613-614), M. Benabou (1976, p. 473), et S. Lancel (1982, p. 270-273).

3 Voir à ce propos, M. Benabou, 1976, p. 483-489 ; S. Lancel (1982, p. 271-273) où l’auteur fournit une importante bibliographie ; I. Opelt, 1985. Au cours de la dernière décennie, G. Camps (1994) a été le seul à réaffirmer que les témoignages d’Augustin se rapportent à la langue libyque.

4 H. Pavis d’Escurac, 1974, p. 97-98.

5 M. Benabou, 1976, p. 488-489.

6 Ibid. Dans les quelques pages (p. 483-489) que l’auteur a consacrées à l’usage de la langue punique, certaines réfutent la thèse de C. Courtois (1950, p. 259-282) qui a consisté à récuser le témoignage d’Augustin concernant l’usage du punique dans la région d’Hippone et à le considérer comme un témoignage relatif à la langue libyque. Mais partant des constatations qu’il a faites à partir d’une étude onomastique détaillée (M. Benabou, 1976, p. 491-578), l’auteur conclut (p. 489) que la coexistence des langues libyque, punique et latine, sous la domination romaine, serait difficile à représenter selon un découpage géographique et qu’elle « semble surtout se faire au niveau individuel et qu’elle s’infléchit, vers l’une ou l’autre des situations linguistiques énumérées, en fonction de nécessités diverses ». Les nécessités mentionnées par l’auteur sont explicitées plus loin, dans le cadre de l’analyse onomastique et résumées (p. 578) en trois facteurs : l’origine ethnique, le statut juridique et l’attitude culturelle.

7 Cf. G.-C. Picard, 1957, p. 274-276.

8 M. Sznycer, 1978b, p. 591.

9 Ibid. L’auteur précise que certains textes néopuniques ont été gravés avant et après la période de la grande concentration des inscriptions écrites dans cette langue.

10 Ibid., p. 572-585 et 593.

11 Cf. H.-G. Pflaum, 1970.

12 Voir infra (n. 50) l’exemple de Lepcis Magna.

13 Le site de Dougga a livré jusqu’à présent deux inscriptions libyco-puniques : la première, gravée sur le mausolée d’Ataban est datée de la fin du iiie siècle ou de la première moitié du iie siècle av. J.-C. ; la deuxième appartenant au temple de Massinissa, est datée de 139-138 av. J.-C. Pour l’apport de ces deux inscriptions, voir M. Ghaki, 1997, p. 27-29 et 34-35.

14 Pour la religion et l’onomastique, voir M. Benabou, 1976, p. 253-380 et 491-578 ; pour l’urbanisme, voir G. Picard, 1990, p. 172-175.

15 Pour la lenteur de la romanisation, entendue dans son sens le plus large, voir la récente synthèse de C. Lepelley, 1998, p. 71-86. L’auteur insiste sur l’attention qu’il faut accorder aux nuances géographiques, notamment celles qui séparent la Proconsulaire et la Numidie d’une part, de la Maurétanie césarienne ainsi que la Maurétanie tingitane d’autre part.

16 G. Picard, 1990, p. 37 et 49. M. Benabou (1978, p. 379-380) a critiqué le concept de « survivance ».

17 M. Benabou, 1976, passim.

18 C. Lepelley, 1998, p. 95-111.

19 Dans ses travaux consacrés à l’histoire des provinces romaines d’Afrique au Bas-Empire, C. Lepelley recourt souvent au paradigme de « la tradition africaine » pour expliquer certaines particularités institutionnelles ou culturelles de l’Afrique. Voir, à ce propos, surtout 1979 et 1981, et passim.

20 Pour la datation du proconsulat de C. Maximus, voir B.-E. Thomasson, 1996, 77, p. 63.

21 Apulée, Apologie, XCVIII, trad. de Paul Valette, Paris, Les Belles Lettres, 2001 (Coll. « Classiques en poche), p. 227.

22 Ibid., LXXIII.

23 Ibid., LXII, LXVI, LXVII, LXXXII

24 Ibid, LXXXII. II s’agit de la lettre dont un extrait a été utilisé par les accusateurs d’Apulée pour appuyer leurs allégations concernant le crime de magie. Deux extraits de cette lettre sont cités par Apulée dans son plaidoyer (LXXXII-LXXXIII).

25 Ibid., LXXXVII.

26 Ibid., XCVIII.

27 Ibid., LXXI.

28 Ibid., XCIV.

29 Ibid., XXVIII et XCVIII.

30 Ibid., XVII.

31 Ibid., XCVIII.

32 Ibid., LXXXVII.

33 Ibid., XVII, XXII et XXIII.

34 Zarath, la ville où était né Emilianus est décrite par Apulée (Apologie, XXIV, comme étant un « foyer d’atticisme ».

35 Pour les Africains également instruits en grec et en latin, et qui étaient certainement peu nombreux, voir T. Kotula, 1960.

36 Apulée, Apologie, LXVIII.

37 Voir infra d’autre exemples de bilinguisme ou de bilinguisme en Tripolitaine à la même époque.

38 Voir supra p. 25 et n. 21.

39 Apulée, Apologie, V et XXIV. Dans un registre assez proche, Aurelius Victor affichait, vers le milieu du ive siècle, ses origines africaines (Liber de Caesaribus, 20, 6 où il se présente comme un compatriote de Septime Sévère) et ne tarit pas de louanges sur l’Empire romain qui, par la voie de la culture permet aux gens de condition modeste de s’assurer une grande promotion sociale (ibid., 20, 5 : « né à la campagne d’un père inculte et de petite condition, me suis assuré jusqu’à ce jour, grâce à ces études si nobles une vie fort honorable », trad. de P. Dufraigne, CUF p. 26). Il est vrai que, né dans une famille de condition modeste mais appartenant très probablement au milieu décurional, Victor a pu, grâce à des études poussées et à des relation : qui l’ont introduit auprès de l’empereur Julien, accéder à l’ordre sénatorial et assumer de hautes charges administratives dont on connaît le gouvernement de la province de Pannonie Seconde qui lui a été confié en 361 et la préfecture de la ville de Rome en 388-389. Voir pour ce genre d’ascension sociale, C. Lepelley, 1992, p. 583-594 (= Aspects de l’Afrique romaine. Les cités, la vie rurale, le christianisme, Bari, 2001, p. 149-160).

40 Apulée, Apologie, XXVII.

41 Sur les origines de Septime Sévère et sur les différentes branches de sa famille, voir la mise au point d’A. Chastagnol dans son introduction à la Vita Severi de l’Histoire Auguste, Paris 1994, p. 301-303.

42 H. A., Vit. Sev., XVIII, 5 ; Aurelius Victor, Caesares, 20, 22 et Eutrope, Brev. Hist. Rom., VIII 10.

43 H. A., Vit. Sev., XV, 4. Le séjour de Septime Sévère en Grèce dans les années 182-185 a constitué une pause dans la carrière sénatoriale du futur empereur. L’Histoire Auguste (Vit. Sev., III, 7) rapporte que Septime Sévère « gagna alors Athènes pour y parfaire sa culture et s’intéresser aux rites religieux ainsi qu’aux bâtiments publics et aux monuments anciens ». Pour ce séjour. voir A. Chastagnol. op. cit., p. 303).

44 Pseudo-Aurelius Victor, Epitome de Caesaribus, XX, 1 (CUF, Paris, 1999, trad. de M. Festy, p. 29).

45 H. A., Vit. Sev., XV, 7.

46 Cf. J. Gascou, 1982, p. 163.

47 Apulée, Apologie, XXIV.

48 J. Gascou, 1982, p. 165 et 170-172.

49 Ibid., p. 165 où l’auteur cite IRT, 305.

50 Ibid. L’auteur fait remarquer que la citoyenneté romaine a été accordée, à titre individuel, à des membres de l’aristocratie lepcitaine, sous les règnes de Claude et de Néron. Mais dès le règne d’Auguste, Annobal Tapapius Rufus, un grand notable de Lepcis Magna, dont le nom était partiellement latinisé mais qui n’avait pas la citoyenneté romaine, a offert à sa cité un marché en 8 av. J.-C. (IRT, 319) et un théâtre en 1-2 ap. J.-C. (IRT., 321). Entre autres honneurs municipaux, le personnage a géré le flaminat perpétuel.

51 J. Gascou, 1982, p. 165. Deux inscriptions lepcitaines (IRT., 347 et 348) mentionnent de suffètes ; elles sont datées respectivement de l’année 92 ap. J.-C. et de l’année 93-94 ap. J.-C.

52 J. Gascou, 1972, p. 50, 83 et 199. À la date où Apulée a prononcé sa plaidoirie, Oea semble avoir été commune romaine. J. Gascou n’exclut pas que la cité ait eu déjà le statut colonial à cette date-là mais il précise que la colonie d’Oea est attestée pour la première fois dans une inscription datée de 183-185 (IRT., 230).

53 Ulpien, Lib. II fideicommissorum, in Digeste, XXXI, I, 11 : « non solum latina vel graeca sed etiam punica vel gallicana, vel alterius ejuscumque gentis ». [cité par M. Benabou, 1976, p. 487 et n. 39]

54 M. Benabou, 1976, p. 485-486. L’œuvre d’Ulpien, rédigée, pour l’essentiel, sous le règne de Caracalla, nous est connue à travers le Digeste publié en 533 par une commission de juristes qui y a travaillé sur l’ordre de Justinien.

55 Cf. M. Benabou, 1976, p. 487-488.

56 Voir, à ce propos, les mises au point de M. Sznycer (1978, p. 592), de M. Benabou (1976, p. 486-487) et de S. Lancel (1982, p. 273).

57 Ibid.

58 M. Szycer, 1967 ; Id., 1978, p. 592.

59 Cf. infra.

60 Cf. C. Courtois (1950) et W. M. Green (1951) qui a livré une recension des témoignages d’Augustin et la première argumentation décisive en faveur de l’usage du néopunique au temps de l’évêque d’Hippone. Peu de temps après la parution de l’étude de W. M. Green, Ch. Saumagne (1953) a publié, de son côté, une recension des passages en question.

61 Aug. Serm., 167 : « Proverbium notum est Punicum, quod quidem latine vobis dicam, quia punice non omnes nostis ».

62 Aug., Epist., 66, 1-2 ; C. litt. Petil, II, 83, 184, CSEL, 52, p. 114. Voir, pour cette affaire, C. Lepelley, 1984 (= Aspects de l’Afrique romaine. Les cités, la vie rurale, le christianisme,Bari, 2001, p. 233-242). Pour l’évêque donatiste de Calama, voir A. Mandouze (dir.), 1982, s.v. Crispinus 1, p. 252-253.

63 Pour la localisation de Fussala, voir J. Desange et S. Lancel, 1982, p. 92-95 ; les auteurs proposent de situer Fussala à 45 ou 50 km à vol d’oiseau, au sud ou au sud-ouest d’Hippone « dans le vaste triangle dont les pointes sont Calama à l’ouest, Thullio au nord et Thagaste au sud » (p. 95 ; voir fig. p. 94). Pour la datation de la création de l’évêché de Fussala, voir S. Lancel. 1983. D. 269-270.

64 Aug., Epist.. 209. 2-3 et 20*, 3.

65 S. Lancel (1983, p. 271-272) date l’enquête menée par le primat de Numidie de l’été ou du début de l’automne 422.

66 Aug., Epist., 20*, 20. Pour la localisation du domaine de Thonogonetum, voir S. Lancel, 1983 p. 92-95 et fig. p. 94.

67 La signification du terme castellum au Bas-Empire a été analysée par C. Lepelley, 1979, p. 132-134. Pour le castellum de Fussala, voir aussi C. Lepelley, 1981, p. 46 et 119-120.

68 Aug. Epist. 20*, 20.

69 Aug. Epist. 20, 6.

70 Aug. Epist.. 20. 20.

71 Ces origines paysannes sont envisagées comme très probables par S. Lancel, 1983, p. 281

72 Aug., Epist., 20*, 20.

73 Aug., Epist. 20*, 4 et 29.

74 S. Lancel, 1983, p. 280-281. Dans certaines études, l’appellation moderne du site de Macomades est différente de celle qui est donnée par S. Lancel. Ainsi est-il question chez certains auteurs de Mrikeb-Thala, de Henchir-el-Mergueb ou encore de Oum-el-Bouaghi C. Lepelley a donné (1981, p. 427) des éclaircissements sur les raisons du flottement de l’appellation. Pour ce que nous apprennent les sources sur Aurelius de Macomades avant le découverte des nouvelles lettres d’Augustin, voir A. Mandouze (dir.), 1982, s.v. Crispinus 2 p. 127-128.

75 Maqôm Hadasht comme le rappelle S. lancel, 1983, p. 281

76 Aug., Epist., 20*, 3.

77 Aug.. Epist. 20*, 2, 4.

78 Aug., Epist., 84, 2. Pour Novatus de Sitifis et son frère Lucillus, voir A. Mandouze (dir.), 1982 s.v. Novatus, D. 783-784 et s.v. Lucillus, p. 650.

79 Aug.. Epist.. 108. 14.

80 Augustin précise que la hâte avec laquelle Antoninus a été nommé au siège de Fussalas’expliquait surtout par le désir de ne pas laisser à eux-mêmes des fidèles ruraux qui venaient d’abandonner le donatisme et de rallier l’Église catholique (Epist., 20*, 3). L’évêque d’Hippon fait allusion (Epist., 20, 27) aux conflits qui ont opposé les donatistes aux catholiques, dans la Numidie d’Hippone.

81 Pour l’information concernant l’évêque Valerius, cf. Aug., Epist. ad Romanos incohata exposition, 13. L’identification de la langue punique à la langue africaine figure dans le Tractus in Epistulam Iohannis, 2-3 : « Sic honorant Christum donatistae ut dicant ilium remansisse au duas linguas, Latinum et Punicum, id est Africam ».

82 Cf. S. Lancel, 1982, p. 272. L’auteur remarque que, pour Augustin, la situation linguistique se résumait en Afrique au binôme punique-latin. Pour l’évêque d’Hippone, le libyque qu’il évoque à propos des tribus barbares (De civ. Dei, XVI, 6, 2) ne pouvait se hisser au rang d’une vraie langue comparable au latin et au punique. En revanche, tout ce qui se rapportait à la culture punique ne devait, en aucun cas, selon Augustin, être méprisé par les Africains tenus de ne pas oublier qui ils étaient réellement. Cette obligation a été rappelée, peu après 388, par l’évêque d’Hippone à l’un de ses correspondants, le grammairien Maxime de Madaure qui raillait le noms puniques (Epist., 17 : « Neque enim usque adeo te ipsum obliuisci potuisses ut homo Afer, scribens Afris, cum simus utrique in Africa constituti Punica nomina exagitanda existimares. » Voir, à ce propos, C. Lepelley, 1979, p. 357. Dans une énumération des langues, Augustin (sermon, 288, 3 et sermon Dolbeau 24 = Mayence 60, 2) a classé le punique immédiatement après le latin et le grec, le situant ainsi avant d’autres langues qui sont l’hébreu, le syrien l’indien, le cappadocien et l’égyptien. Cf., sur ce point, C. Lepelley, 1997, p. 393).

83 Voir les exemples donnés par M. Simon (1955, p. 619-620) et M. Benabou (1976, p. 484). La première recension complète avait été entreprise par W. M. Green (1951). Aux huit mots relevé : par cet auteur, C. Lepelley a ajouté (1997, p. 393) un neuxième qu’il a relevé dans l’un des sermons d’Augustin découverts récemment par F. Dolbeau (sermon Dolbeau 3 = Mayence 7, 8)

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable