Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation

 | 
Éric Gobe

Chapitre 2. Filières coloniales et pratiques professionnelles

Du métier à la profession : l´émergence de l´ingénieur géomètre et l'exercice colonial au début du xxe siècle

Hélène Vacher

Texte intégral

  • 1 En 1905, la Société nationale des géomètres de France, d'Algérie et de Tunisie (SNGFAT) établit un (...)

1L'article propose d'examiner le développement de la profession d´ingénieur géomètre au début du xxe siècle, en questionnant les effets de l'intégration de nouveaux territoires dans l'« Empire colonial » sur ce processus. Notre analyse porte sur les pratiques professionnelles et techniques qui se sont forgées dans l'espace colonial, à la fois à distance du creuset métropolitain et en dynamique avec la « modernisation » du métier de géomètre en France. A la fin du xixe siècle, les géomètres sont surtout associés au monde rural, où ils travaillent pour leur très grande majorité, et ils se présentent rarement comme des ingénieurs. Certes, il arrive parfois qu'ils exercent à ce titre lorsqu'ils sont passés par une grande école, ou bien après avoir suivi des cours de topographie au Conservatoire national des arts et métiers ou de géodésie au Service géographique de l'armée. Ce n'est qu'après la Première Guerre mondiale qu'émergent des ingénieurs géomètres, munis d'un diplôme de l'Ecole spéciale des travaux publics (ESTP) reconnu par l'Etat en 19221 ; ils développent une culture technique qui participe d'une nouvelle identité professionnelle.

  • 2 Sur cette question, voir HEADRICK D. R., The tools of Empire, N.Y./Oxford, Oxford University Press (...)

2En cernant les parcours et les activités de géomètres ou de topographes qui ont été des agents techniques de la transformation des territoires coloniaux, on observe un phénomène de décentrage professionnel, relativement au cadre de référence métropolitain, qui semble un vecteur de « rénovation » des professions elles-mêmes. La « mise en valeur des territoires neufs »2 mobilise d'abord des techniques exportées par la métropole ; elle en suscite aussi, ou du moins transforme le cadre de référence de l'action technique d'agents investis dans un espace échappant en partie au cadre de référence métropolitain de leur exercice.

LE TERRITOIRE COLONIAL : RECONNAISSANCE, SÉCURITÉ, TRANSFORMATION

3Au début du xxe siècle, le profil du géomètre topographe se dessine à travers plusieurs associations qui envisagent la création d'un syndicat professionnel à l'échelle nationale et une revalorisation du métier de géomètre à partir d'une formation technique reconnue. C'est durant cette même période que s'affermit en France une politique de gestion et de mise en valeur des territoires coloniaux :

  • 3 CAMILLE Guy, « Etude des progrès matériels - Rapport préliminaire » in Congrès international colon (...)

« A une époque où la vapeur et l'électricité ont, en quelque sorte, rétréci les bornes du monde et suscité entre les peuples une concurrence plus âpre, il n'est pas de colonisation possible sans voies de communication. »3

4Le lancement d'importants programmes d'équipement dans plusieurs régions de l'Empire colonial naissant mobilise les compétences en topographie et en géodésie pour la mise en cartes des territoires. Les géomètres sont aussi mis à contribution avec leurs techniques et connaissances nécessaires à la restructuration économique et juridique de ces territoires. Entre les domaines de la géodésie et de la topographie (placés sous la responsabilité des services de l'armée) et ceux de la topométrie urbaine ou rurale, l'éventail des formations et des statuts professionnels est largement ouvert.

  • 4 E. Cheysson a notamment été à la direction des usines Schneider au Creusot, puis du service d'Econ (...)
  • 5 Pour une analyse de cette Société entre 1895 et 1914, cf. VACHER H., « Les figures de l'ingénieur (...)
  • 6 Pour une approche de ces réseaux des industries du BTP avec le parti colonial, cf. LAGANA M., Le P (...)

5L'organisation de sociétés professionnelles accompagne le renforcement de l'encadrement technique attaché à la politique de « mise en valeur » des territoires conquis. Ainsi, la Société française des ingénieurs coloniaux (SFIC), fondée en 1895, avait pour premier objectif d'offrir un « point de ralliement » pour les ingénieurs établis ou mutés aux colonies. Par ailleurs, elle voulait constituer une tribune (publications, conférences, etc.) pour diffuser les « procédés de travail » et les « goûts spéciaux » de ces techniciens. Ces derniers étaient amenés à développer des formules innovantes en adaptant leurs opérations techniques à des conditions particulières, tout en recherchant le moindre coût pour leurs réalisations. La SFIC rassemblait à la fois des ingénieurs civils, souvent membres de la Société des ingénieurs civils de France (SICF), et des ingénieurs des Ponts et Chaussées. Elle reçut le patronage d'ingénieurs éminents tel qu'Emile Cheysson (1839-1910), inspecteur général des Ponts et Chaussées, connu pour ses travaux de statistiques et pour ses conceptions de la « science sociale »4. Groupant près de 250 membres, un an après sa création, alors que la SICF en rassemblait un nombre dix fois supérieur, la SFIC s'est rapidement consolidée en doublant ses effectifs au tournant du siècle. Elle constituait un centre d'échange d'informations professionnelles et para-professionnelles pour les techniciens métropolitains et coloniaux5. Son centre de gravité était porté par la branche du génie civil, fer de lance de la « mise en valeur des territoires neufs », et plus particulièrement par les secteurs liés au déploiement des infrastructures portuaires ou urbaines et au fonctionnement de leurs réseaux. La Société avait partie liée avec un puissant milieu entrepreneurial souvent associé au « parti colonial », les interactions entre ces divers groupements restant encore à préciser6.

  • 7 Les activités menées dans le champ colonial sont omniprésentes dans les travaux de la STP qui attr (...)
  • 8 Ainsi le disimètre à collimateur facilitant les opérations de mesure de la déclivité, cf. Bulletin (...)

6Cette orientation de la SFIC vers les activités du bâtiment et des travaux publics n'était cependant pas exclusive. Des géographes ou des topographes s'exprimaient fréquemment dans son bulletin et la Société de topographie de France (STF), créée en 1876, faisait partie des organisations affiliées7. H. Naudin, chef des travaux géodésiques et topographiques de l'Ecole centrale des arts et manufactures, était ainsi membre du comité central de la SFIC avant la Première Guerre mondiale. Dès les premières années de sa publication, le bulletin de la SFIC rend compte des innovations dans les techniques de levé topographique utilisant la photographie ou celles concernant les instruments susceptibles de faciliter les opérations du « topographe colonial »8. Après la Première guerre mondiale, le bulletin expose les nouvelles techniques d'enregistrement et de réorganisation du foncier.

  • 9 LEJEUNE Dominique, Les sociétés de géographies en France et l´expansion coloniale au xixe siècle, (...)
  • 10 Cf. colonel Berthaut, Les ingénieurs géographes militaires 1624-1831, Paris, Imprimerie du S.G.A., (...)

7Le rôle des sociétés de géographie dans la propagation de « l'idée coloniale » et l'influence de la géographie coloniale dans le développement de la discipline ont fait l'objet d'études substantielles9. On sait aussi que, lors des périodes de déclin des activités cartographiques en France aux xviiie et xixe siècles, le champ colonial a permis aux « techniciens de la géographie », plus particulièrement aux personnels militaires spécialisés, de se lancer dans des missions scientifiques10. Cependant, les activités des ingénieurs topographes et a fortiori celles des géomètres forment un référent moins courant.

8Au congrès international des géomètres de Bruxelles en 1910, un conférencier, chargé du cours de topographie à l´université de Liège, présentait « la carte » comme un instrument essentiel du renforcement des empires coloniaux. « La carte » fournit en effet des données susceptibles d'informer à des fins de mise en valeur, elle permet aussi d'assurer la sécurité du territoire :

  • 11 Compte-rendu de la conférence de Delahu, in Congrès national et international des géomètres, Bruxe (...)

« La mise en valeur d'une colonie et sa bonne administration exigent que l'on connaisse la configuration de son sol, son étendue et ses limites, ses voies de communication et son régime hydrométrique, ses richesses minérales, la distribution des races qui la composent, leur puissance relative, leurs ressources et les limites de leurs territoires. De là, la nécessité absolue de posséder des cartes qui nous renseignent avec le plus d'exactitude sur tous ces éléments dont beaucoup peuvent d'ailleurs servir également à la répression de troubles occasionnels à l'intérieur, aussi bien qu'à la défense éventuelle du territoire. »11

9Un quart de siècle plus tard, en 1931, à l'occasion du congrès colonial international de Paris, Jean Lecq insistait sur la complémentarité des champs de compétences :

« La géographie, la topographie et la géométrie figurent parmi les travaux de première urgence dans la mise en exploitation d'un pays neuf. Aucun travail rationnel n'est possible sans les documents établis par le géomètre topographe, que ce soit pour l'exploitation, la prospection, le tracé et la construction de voies de communication ou pour l'aménagement des villes et des ports. »

  • 12 LECQ J., « La topographie à l'exposition coloniale », Journal des géomètres experts français, sept (...)

10Ce diplômé de l'Ecole supérieure de topographie (1928), faisait observer que, à l'ère « des défricheurs », « les premières conquêtes coloniales ont été accompagnées de documents topographiques »12.

  • 13 HOBSBAWM Eric J., L'ère des empires, 1875-1914, (trad. française) Paris, Fayard, 1989, p. 87.

11Entre le soldat et l'ingénieur constructeur, l'ingénieur topographe travaille au contrôle des territoires conquis, à leur insertion dans des dispositifs techniques, juridiques et fonciers exportés par la colonisation, et à leur intégration dans un réseau territorial polarisé par la métropole13. Il précède souvent l'ingénieur constructeur ou l'ingénieur agricole comme agent de transformation et de mise en valeur. Les services topographiques ont d'ailleurs été créés à la suite des différentes vagues de colonisation : 1848 pour le service topographique de l'Algérie ; 1868 pour celui de la Cochinchine ; 1882 pour le Protectorat tunisien ; 1896 et 1898 pour ceux de Madagascar et de Nouvelle-Calédonie ; 1910 pour l'AOF créée en 1895, 1926 pour l'AEF créée en 1908, etc. Les géomètres œuvrent également à la préparation de l'implantation des réseaux en complétant les travaux du génie militaire ou des conducteurs des services des travaux publics. Ils opèrent surtout dans le domaine de la réforme de l'assiette fiscale en créant les parcellaires qui constituent la plate-forme territoriale de la colonisation. Ces professions, dont les techniques se recouvrent en partie, travaillent de concert à la reconnaissance et à la mise en forme des territoires coloniaux.

LES GÉOMÈTRES AU MAGHREB : DES CARRIÈRES À L'ATTRAIT MÉDIOCRE

  • 14 JACQUEMART, Paul (Ed.), Professions et Métiers, guide pratique à l´usage des familles et de la jeu (...)

12En 1891, le Dictionnaire des professions et métiers fait ressortir le caractère libre de la profession de géomètre en France, l'absence d'enseignement officiel et la concurrence qui pèse sur ce métier. Celui-ci jouit d'un médiocre reconnaissance dans la mesure où il peut être exercé par « quiconque possède les connaissances mathématiques, juridiques et techniques nécessaires ». En revanche, ce même guide professionnel remarque qu'un « débouché important et assez avantageux est ouvert aux géomètres en Algérie et en Tunisie, pays nouveaux où la nécessité de constituer la propriété a entraîné la création de services topographiques complets »14. Rappelons que l'organisation de ces services, leur composition, la quantité de leurs personnels et leurs attributions varient fortement suivant les périodes et les régions de l'Empire. De même, la condition des géomètres aux colonies diffère selon les conditions de l'implantation coloniale et les régimes fonciers préexistants.

  • 15 En 1912, les traitements pour les services topographiques sont en Tunisie de 2 400 à 3 600 francs (...)
  • 16 Journal des géomètres experts, n° 285, mai 1905, p. 220.
  • 17 Ibidem, p. 221.

13La Société nationale des géomètres de France, d'Algérie et de Tunisie (SNGFAT) constituée en 1893, après la scission de la Société des géomètres français (SGF) de 1847 (dite « Comité central »), reste peu disserte sur l'affiliation de ses groupements algériens et tunisiens. La faible représentation des géomètres et topographes coloniaux, évidente lors du congrès international de Bruxelles en 1910 et du congrès national de Paris en 1913, témoigne de la difficile structuration de l'organisation corporative dans un cadre colonial. Selon la SNGFAT, le statut professionnel et les conditions d'exercice des géomètres au Service topographique tunisien ne semblent pas répondre aux promesses énoncées par le Dictionnaire. Les perspectives de carrière y sont en effet peu enviables avec des traitements de 2 400 francs par an15. De plus, c'est « une vie de lutte, de sacrifice et de travail » qui attend les géomètres expatriés. N'ayant pas de caisse de retraite comme les employés des services de travaux publics, « presque tous (les géomètres) meurent en fonction »16. Le correspondant du Journal des géomètres experts fait pourtant l'éloge de ces employés qu'il présente comme « la pierre d'édifice de l'Immatriculation », car « si l'officier a planté les jalons de l'occupation en temps de guerre, le géomètre est venu les consolider en temps de paix »17. Le tableau que dresse le géomètre-expert E. Pinçon, pour l'Algérie ne témoigne pas plus du prestige de la profession. Le service topographique qu'il décrit emploie 116 géomètres, 6 vérificateurs et 3 géomètres en chef qui procèdent aux travaux d'usage, triangulations, levés, nivellements :

  • 18 PINÇON E., « Note sur l'Exercice de la profession de géomètre en Algérie », Compte rendu du Congrè (...)

« Tant dans l'intérêt des services de la Colonisation, des domaines et des forêts que pour les opérations concernant l'application du senatus-consulte de 1863 : délimitations et levés des douars, circonscriptions administratives en pays musulman ; et (dans l'intérêt) de la loi du 16 février 1897 sur la constatation de la propriété privée et la constitution de la propriété indigène par le système des enquêtes partielles. »18

  • 19 Ibidem, p. 489.
  • 20 Sur la formation de l´UGEF, cf. VACHER H, Le géomètre urbain et l'urbaniste, l'Ecole supérieure de (...)

14L'organisation professionnelle demeurait « embryonnaire » dans la mesure où ses membres, tous fonctionnaires, étaient préoccupés « presque exclusivement de revendications pécuniaires »19. Quant aux géomètres non contractuels, beaucoup plus nombreux que les fonctionnaires, ils sont dépourvus d'associations et n'ont, pour la plupart, qu'un faible niveau de qualification. Pinçon exprime en 1912 les difficultés qu'il y aurait pour le géomètre français à s'acclimater à « la mentalité cosmopolite » et de « pénétrer l'élément autochtone » ; et il appelle ses collègues à « provoquer une organisation » pour aider à l'installation des géomètres arrivant de métropole. Toutefois, il semble que l'Union des géomètres experts français (UGEF), formée en 1920, n'a pas hérité d'un noyau d'organisation corporative outre-mer, ce que revendiquait la SNGFAT, malgré son intérêt affiché pour le développement de l'exercice colonial20.

15A la lecture des documents émanant des organisations professionnelles du début du xxe siècle, la structuration du milieu des géomètres, dans le cadre colonial, semble donc très en retrait par rapport à celle des fonctionnaires des travaux publics. Il en ressort, en particulier, une forte disparité des traitements entre les agents des travaux publics et ceux des services topographiques, à niveau égal de compétence. La situation des géomètres « coloniaux » serait reléguée dans les rangs inférieurs des personnels techniques qui choisissent des carrières outre-mer et cela, quelles que soient les formes d'exercice, au sein des services topographiques ou pour des cabinets privés. Les horizons d'attente s'ouvrent cependant en 1912 après l'instauration d'un protectorat au Maroc.

LE PROTECTORAT MAROCAIN ET LE RENOUVELLEMENT PROFESSIONNEL

16Le Protectorat français au Maroc impulse une nouvelle dynamique à la profession grâce à un « redéploiement spatial » s'appuyant d'une part sur une capitalisation des pratiques coloniales d´implantations antérieures et, d'autre part, sur des techniques et des disciplines nouvelles. Nous retiendrons trois spécialisations qui structurent le profil de « l'ingénieur géomètre ». La topographie en fait « un agent de reconnaissance », la topométrie, le droit et l'économie en font un « agent de rationalisation de l'assiette fiscale » ou « un agent technique de l'aménagement des villes ».

La topographie de reconnaissance

  • 21 Sur le rôle des missions scientifiques durant cette période, cf. RIVET Daniel, Lyautey et l'instit (...)
  • 22 Bulletin de la Société de géographie du Maroc, n° 1,1916, pp. 37-38.
  • 23 Colonel BERTHAUT, Les ingénieurs..., op. cit., p. 488.

17Le rôle d'avant-garde dans la conquête joué par ceux qui effectuent les « premiers coups de sonde », est connu, ainsi que leurs motivations scientifiques plus ou moins teintées d'exotisme21. Parmi les nombreuses figures d'explorateurs, celle du marquis de Segonzac est emblématique. Il parcourt le Rif au début du siècle, déguisé « sous les traits d'un mendiant misérable », avant d'être chargé par le Comité du Maroc d'une mission de reconnaissance dans le Nord et le Sud marocain en 1904-1905. Il devait par la suite présider la Société de géographie du Maroc22. Cette page « héroïque » de l'histoire du « vieux Maroc », selon la terminologie coloniale du moment, est tournée avec l'occupation de Casablanca et la création en 1908 du « Bureau topographique des troupes débarquées », futur Bureau topographique du Maroc (BTM). Le Service géographique de l'Armée (SGA) entend maintenir dans toutes les colonies des noyaux d'officiers rompus aux reconnaissances de terrain, sans pour autant créer une structure permanente et spécialisée, comme celle de l'ancien corps des ingénieurs géographes. Aussi propose-t-il d'utiliser au Maroc les groupes d'ingénieurs qui ont été formés dans les brigades géodésiques et topographiques d´Algérie et de Tunisie : ils y auraient acquis « beaucoup de coup d'œil, beaucoup d´habileté, l'usage de la topographie, une grande pratique de la carte et du terrain »23. En 1921, le commandant Edouard de Martonne, ancien chef de brigade topographique à Madagascar, confirme cette tactique :

  • 24 Commandant Ed. de MARTONNE, « La cartographie au Maroc », La Géographie, Extrait des numéros de se (...)

« La pénétration scientifique officielle dans le Maroc oriental avait été ébauchée dès 1905 (...) par le capitaine Prudhomme, qui, sous couleur de continuer ses travaux de géodésie, avait été expédié dans l'extrême sud algérien. »24

  • 25 Il a été réorganisé, à Rabat, en 1919 sur le modèle du BTM.

18C'est d'abord avec l'appui d'un bureau topographique à Oran, à partir de décembre 1907, que des travaux sont entrepris pour établir une carte au 1/200 000 « des confins algéro-marocains ». Ils se poursuivent grâce à l'ouverture d'un bureau topographique à Oujda. Pour le SGA, qui supervise tous ces travaux, il s'agit de développer les méthodes d'une géodésie et d'une topographie de campagne, tout en répondant aux besoins des troupes en information cartographique, ainsi qu'aux demandes des services civils qui se développent au fur et à mesure de la « pacification ». Edouard de Martonne nommé, dans l'après-guerre, à la direction de la section topographique du Service géographique du Maroc (SGM)25 affirme à ce propos :

  • 26 Ibidem, p. 23.

« La topographie n'est qu'un auxiliaire de la conquête et de la pacification, elle marche exactement avec l'une et suit de près les progrès de l'autre, elle doit couvrir d'un levé parfois approximatif des étendues considérables de terrain, se pliant aux nécessités militaires, ne pouvant se permettre de laisser sans une représentation même approchée tel coin de terrain à peine entr'aperçu, mais où elle ne reviendra peut-être pas d'ici longtemps, et où le coup de sonde quelle a jeté peut servir plus tard à faciliter la pénétration définitive. »26

  • 27 Ainsi des photos aériennes visant à compléter la carte de reconnaissance au 1/200 000e sont effect (...)

19En quoi consiste l'action du SGA ? A entreprendre simultanément les opérations de géodésie et de topographie, ce qui demande des équipes expérimentées, capables de relever le terrain à mesure que progresse la pénétration militaire. Avec des moyens réduits pendant les années de guerre 1914-1918, le Bureau topographique réussit néanmoins à cartographier une partie importante du « Maroc utile », tandis que des officiers spécialisés dans les plans de ville réalisent la plupart des fonds de plans qui serviront aux urbanistes. Fonctionnant par la suite avec des moyens renforcés, le nouveau SGM est conçu comme une extension du SGA, « l'organe du commandement militaire pour les travaux de l'avant ». Il poursuit la reconnaissance du territoire et se réserve l'établissement de documents qui préparent l'édition des cartes topographiques et géographiques. Un service de restitution des photographies, placé en 1917 sous la responsabilité du capitaine Orcel, est intégré au Bureau topographique dès mars 1919. Afin de pouvoir couvrir les zones de dissidence, les autorités du Protectorat ont introduit, peu avant la fin du conflit mondial, les toutes nouvelles techniques de la photographie aérienne qui venaient d'être testées sur le front, en Europe27. Au Maroc cependant, les difficultés techniques surpassent de beaucoup celles rencontrées en métropole, en raison de l'absence de documents préalables offrant d'indispensables repères. La dimension des territoires à relever est par ailleurs considérable :

  • 28 Ministère de la Défense nationale et de la Guerre -Le Service géographique de l'armée - son histoi (...)

« Il s'agissait ici, en effet, de dresser de toutes pièces, en vue d'opérations militaires, une carte de reconnaissance au 200 000e de la zone dissidente, dans la bande de terrain inaccessible située en avant de la ligne des postes, en représentant sur une grande profondeur le relief du sol et la planimétrie. »28

  • 29 Capitaine Orcel, La photo-topographie au Maroc, Conférences faites au centre de perfectionnement d (...)

20Orcel détaille « l'attrait captivant » qu'il peut y avoir à fouiller les photos de territoires inconnus, « la loupe à la main » : outre les renseignements géographiques, géologiques et économiques, « avec les photos prises au-dessus des régions dissidentes du Maroc », on arrive dit-il « à recueillir une foule de renseignements qui ne peuvent prendre place sur une carte au 200 000e, mais qui sont d'un intérêt primordial ». La nouvelle technique permettrait de percer « en une fraction de seconde infime », le « secret des pays inconnus »29.

  • 30 Bulletin de la Société de géographie du Maroc, n° 6 & 7, décembre 1918, p. 49.
  • 31 En particulier les géomètres Charles Wolf et Alfred Tardif qui ont largement participé aux opérati (...)

21La Société de géographie du Maroc, créée en mars 1916, diffuse les travaux du Bureau topographique dans les milieux professionnels concernés par les questions de topographie. Toutefois les rapports d'activités de la société regrettent le faible intérêt des coloniaux pour les « recherches théoriques et désintéressées »30. Placée sous le patronage des personnalités les plus en vue du Protectorat, la Société regroupe plus de 400 adhérents au sortir de la guerre ; ses membres actifs comptent les officiers topographes, les conservateurs de la propriété foncière, les ingénieurs du Service des travaux publics, les chefs des services municipaux, enfin les ingénieurs géomètres et géomètres privés parmi les plus actifs dans les travaux urbains31.

La réforme de l'assiette foncière

  • 32 Sur le système d'immatriculation et la législation de l'urbanisme, cf. VACHER H., Projection colon (...)
  • 33 L'application partielle du système « Torrens » venant compléter les dispositions de la loi de 1873 (...)

22La promulgation du dahir du 12 août 1913 sur l'immatriculation prend appui sur l'expérience des réalisations effectuées, en Tunisie (1885) et à Madagascar (1896), à partir du modèle de l' « Act Torrens » régissant le territoire australien32. Depuis la fin du xixe siècle, parallèlement aux revendications pour l'instauration en métropole d'un « livre foncier », les voix se sont multipliées pour demander une « réforme » de l'assiette foncière et un système unifié, dès « l'inclusion » de nouveaux territoires dans l'Empire33.

  • 34 Sur cette question, voir la revue éditée par J.-L. Sanguet, La Réforme cadastrale ; HERBIN R. et P (...)

23En France, l'héritage du morcellement foncier de la Révolution et le partage de la gestion de la propriété immobilière entre deux professions – celle du notaire et celle du géomètre – compliquent et ralentissent à la fois la circulation des valeurs foncières. Suivant ce découplage professionnel, le cadastrage des biens fonciers revêt une signification indicative quant aux droits de propriété, les actes sur lesquels sont portées les contenances des parcelles gardant une valeur juridique essentielle en cas de litige. Ceux qui demandent une réforme du cadastre en France, à l'occasion des travaux de la commission extra-parlementaire du cadastre (1891-1905), soulignent les faiblesses juridiques et techniques du système existant dont la finalité est d'abord fiscale. Ils plaident pour que l'administration du cadastre donne à la propriété une base à la fois physique et juridique : les plans devraient être plus exacts comme référents topographiques et plus précis dans leurs indications des limites de parcelles ; en outre ces documents devraient être en concordance avec un « livre foncier » assurant la publicité des droits réels de propriété pour chaque parcelle, et ayant une valeur juridique. Un cadastre multi-fonctionnel, en quelque sorte, permettant une plus grande souplesse des transactions foncières. Mais, si les partisans d'une « réforme cadastrale » globale ont pu compter sur d'importants appuis institutionnels, on pense ici à la Société de topographie parcellaire animée par Joseph Louis Sanguet, leur projet n'aura pas abouti en France34.

  • 35 GALLIENI G., « Sur la situation générale de Madagascar », Journal officiel, 2 juin 1899, p. 3722.
  • 36 Baronnat, « Immatriculation foncière en Tunisie, de la nécessité d'une loi immobilière », Journal (...)

24En revanche, pour l'élite technophile, qui est alors généralement favorable à la politique coloniale de l'association, cette réforme paraît adéquate outre-mer, dans la mesure où elle favorise le passage entre « anciens » et « nouveaux » régimes fonciers. Dans l'esprit des « techniciens de la colonisation », l'occupation d'un territoire sous-entend un changement de forme, une amélioration volontariste et, surtout, le passage d'un ordre ancien, perçu comme obscur, archaïque et régi par la stratification de droits d'usage traditionnels, à un système moderne, cohérent, basé sur l'expertise rationnelle. Dans cette optique, les territoires re-formés doivent servir de support à l'activité entrepreneuriale. L'introduction d'une nouvelle assise foncière est censée faire bénéficier tout un chacun de cette rationalisation du foncier, les indigènes pouvant en théorie accéder au nouveau régime au fur et à mesure de leurs besoins. Ainsi, le système mis en place en Tunisie avec la loi du 1er juillet 1885, modifiée par les lois et décret des 15 et 16 mars 1892, et celui mis en place au Maroc serviront de références pour le milieu professionnel des géomètres, tant métropolitains que coloniaux, durant l'entre-deux-guerres. Avec des ajustements, ce même modèle avait été repris, en 1896, par Gallieni pour avoir fait « ses preuves en Australie, en Nouvelles Galles du Sud et en Tunisie » ; il avait essaimé également, au Congo (1899) et en AOF (1906)35. Ce système visait à assurer les nouveaux droits de propriété, à rendre les transactions plus sûres et à favoriser le développement d'un marché hypothécaire. Dans les années 1930, les géomètres le montrent en modèle, car ils y voient une manière d'assurer « à la propriété immobilière une sécurité parfaite et aux transactions des facilités telles que les propriétaires, en Tunisie, semblent avoir, à tous égards, une situation plus avantageuse que celles réglementées par les législations d'Europe »36.

  • 37 Ibidem, p. 299.

25En Tunisie, en effet, c'est l'administration qui, par le biais du service de Conservation de la propriété foncière, établit le titre de propriété à partir des éléments fournis par un tribunal mixte, composé, pour moitié, de magistrats français et de magistrats tunisiens. Par ailleurs, la forme et les limites matérielles de la propriété sont fixées par le service topographique, chargé de dresser les plans des propriétés soumises à immatriculation et de les tenir à jour. Les personnels recrutés et formés par ce service, à partir de 1886, se retrouvent fréquemment à Madagascar, au Maroc, ou encore dans les « Régions libérées », en France, au lendemain de la Première Guerre mondiale. En principe, la publicité de la procédure et l'examen par le tribunal des prétentions contradictoires doivent faire échec à toute tentative de spoliation. Les professionnels contemporains sont fascinés par le fait que la propriété acquiert une sorte d'« état civil », une individualité juridique, quasi autonome face au propriétaire : « Ce dernier peut se comparer à un actionnaire : le titre est susceptible d'être négocié ou engagé, par conséquent l'immeuble est, pour ainsi dire, mobilisé »37.

  • 38 Codes et lois en vigueur dans le Protectorat français du Maroc, Paris, Imprimerie nationale, 1925, (...)
  • 39 Par arrêté « viziriel » du 26 octobre 1915 ; l´arrêté « viziriel » du 20/1/1917 porte création d'u (...)
  • 40 L'immatriculation présente « cet immense avantage d'arrêter définitivement, après toute la publici (...)

26Au Maroc, le dahir du 12 août 1913 introduit progressivement un système d'immatriculation constituant des titres inaliénables qui, selon le commentaire du code de 1925, « purge et détruit tous les droits réels antérieurs à l'inscription d'un immeuble déterminée sur un livre foncier qui fait foi, à l'exclusion de tout ce qui n'y est pas inscrit »38. L'administration du Protectorat crée par arrêté « viziriel » le 26 octobre 1915 un corps d'agents topographes des Domaines et de la Conservation de la propriété foncière39. Une alternative est donc offerte au régime immobilier musulman qui est invariablement présenté comme « des plus complexes »40. A la différence du système tunisien qui prévoit l'arbitrage d'un tribunal, le système marocain est exclusivement administratif, la décision d'immatriculation se faisant sous la responsabilité d'un conservateur.

  • 41 RIVET Daniel, Lyautey ..., op. cit., t. 1. pp. 230-232.
  • 42 En 1921, le service de la Conservation est constitué d'une direction et conservation à Rabat dirig (...)
  • 43 Journal des géomètres experts français, 1922, p. 219.
  • 44 Pour exemple, figurent parmi les plans exposés « un plan d'immatriculation au 1/100 et un plan rur (...)

27Les dispositions du dahir – dont celles ouvrant sur l'immatriculation automatique en cas de non-opposition – ont soulevé de vives critiques chez les experts qui redoutaient une aggravation des risques de spoliation41. Pourtant, on remarque que les controverses sur l'organisation juridique du système foncier en terres coloniales ne sont guère débattues par la presse corporative qui met en avant la nouveauté du système administratif du Protectorat, susceptible d'accélérer l'entrée des terres indigènes dans l'économie générale et de stimuler le crédit foncier, ce préalable à « la mobilisation des sols ». On fait aussi largement état des travaux du service de la Conservation foncière, exécutés pendant les années du conflit mondial, sous la direction de Marc Roussel, en soulignant la qualité technique des documents produits42. L'exposition coloniale de Marseille en 1922 offre l'occasion de présenter ces réalisations, notamment des atlas, des travaux d'immatriculation et les plans de lotissements de Casablanca dressés par les géomètres Bardin, Buan, Berthet et Ealet43. Lors de l'exposition coloniale de Vincennes en 1931, le même service topographique peut montrer plusieurs exécutions de remaniement parcellaire, dont le plan d'ensemble des levés d'immatriculation des villes de Casablanca et de Fedhala sur la côte de la Chaouia44. L'organisation et la gestion cadastrales des territoires de l'« Empire colonial » constituent un pôle d'innovations techniques pour la métropole, tout en favorisant les opportunités de mise en cohérence des stratégies de modernisation administrative et juridique. Lorsque la rénovation générale du cadastre français fait à nouveau l'objet de discussions passionnées dans un milieu professionnel qui déplore la portée restreinte de la loi du 16 avril 1930, le Maroc est souvent pris en exemple, sous la forme d'une image lissée des avantages qu'offrirait un système de cadastre « rationnel ».

FILIÈRE COLONIALE ET PRATIQUES URBANISTIQUES : LES INGÉNIEURS GÉOMÈTRES DE RABAT À DAMAS

  • 45 Ces textes sont : le dahir du 16 avril 1914 portant sur les alignements, les plans d'aménagements (...)

28Dans la réforme du territoire au Maroc sont juxtaposés des modes de gestion nouveaux du foncier et des systèmes hérités, régis par la « tradition », qui ne disparaissent pas totalement. Parallèlement, un dispositif global d'aménagement instaure un régime d'expropriation et de remembrement original qui fait référence pour l´urbanisme français entre les deux guerres45. Il s'exporte aussi dans les territoires placés sous mandat français. C'est à partir du « chantier marocain » qu'un réseau de géomètres-topographes a pu se constituer du Maroc jusqu'en Syrie.

  • 46 Journal des géomètres experts, 1907, p. 21 & pp. 60-61.
  • 47 Ces différents thèmes font l'objet de nombreuses notes dans le Journal des géomètres experts de ce (...)
  • 48 VACHER H., L´Ecole Supérieure ..., op. cit., p. 123.
  • 49 Bulletin de l´Assocation amicale..., op. cit., 1914, p. 12.
  • 50 Données obtenues à partir du dépouillement duBulletin de l'Association amicale de l´ESTP entre 191 (...)

29Dès 1907, les conditions de travail des géomètres au Maroc avaient retenu l'attention de la SNGFAT. En effet, son président, Rémi Frère, avait été légèrement agressé par « les soldats de Raisouli » lors d'une opération de bornage. Le Journal des géomètres experts rapporta d'autres incidents, déplorant la précarité de la situation dans l'Empire chérifien46. En 1909, les projets de cadastre puis, en 1913, la préparation des plans d'extension suscitent un vif intérêt47. L'ESTP où s'est créé à partir de 1905 un enseignement de topographie48 parvient en 1915-1916 à mettre sur pied une section marocaine de son amicale d'anciens élèves : celle-ci regroupe aussi bien des ingénieurs des travaux publics que des géomètres topographes. Avant la Première Guerre mondiale, le service de placement de l'amicale de l'ESTP indiquait déjà que le Maroc offrait un débouché pour les géomètres recherchant un emploi, en exercice libéral ou dans l'administration. On demandait surtout des conducteurs de travaux publics, mais aussi des opérateurs et des chefs de brigades tachéomètriques, de même que des ingénieurs topographes ou des géomètres. Ainsi parut en 1913 une annonce pour une place dans le cabinet du géomètre A. Tardif, chargé du cadastre de Casablanca et auteur des premiers projets du plan d'aménagement de la ville49. Pendant la guerre, les propositions faisant appel à des aides géomètres et à des géomètres augmentent. Les annonces insistent désormais sur les qualifications professionnelles et techniques : la connaissance de la méthode des coordonnées rectangulaires et des logarithmes, la capacité à relever le plan entier d'un quartier, la maîtrise d'utilisation du tachéomètre, etc. Si diplômes ou certificats sont parfois demandés sans plus de précision, il arrive que les compétences requises soient spécifiées ; par exemple : « Les ingénieurs géomètres doivent connaître la géodésie (et être) capables de faire de la triangulation et des levés parcellaires ». Les traitements proposés s'élèvent à 3 000 francs par an, avec des indemnités de 1 000 francs50.

  • 51 Cf. VACHER H., Le géomètre urbain..., op. cit., p. 46. En ce qui concerne l'enseignement de Danger (...)
  • 52 Journal des géomètres experts français, 1920, n° 570, p. 479.
  • 53 Bulletin officiel du Protectorat du Maroc, n° 454, 5 juillet 1921.
  • 54 Journal des géomètres experts français, 1922, p. 62.
  • 55 Journal des géomètres experts français, 1922, p. 273.
  • 56 Bulletin de l'Association amicale, n° 136, février 1922, p. 37.
  • 57 Journal des géomètres experts français, 1921, n° 11, p. 307.
  • 58 Bulletin de l'Association amicale..., n° 120, avril-mai 1919, p. 197.

30A la fin du conflit mondial, les autorités du Protectorat décident de créer un enseignement pour les géomètres51. Un premier établissement existait depuis 1918 à Casablanca, sous le nom de « Compagnie des géomètres ». Un arrêté « viziriel » du 25 juin 1920 le rattache à la section civile du SGM en le transférant à Rabat. Il prend alors le nom d'« Ecole de géomètres et de dessinateurs »52. Recrutant des élèves français et marocains, le nouvel établissement est divisé en trois sections : élèves géomètres (niveau baccalauréat) ; élèves dessinateurs français (brevet simple) ; élèves indigènes (avec certificat d'études secondaires)53. Il a pour mission de former le personnel du nouveau SGM. Cette tentative de développer un enseignement technique s'inscrit dans un moment de transition institutionnelle : le Protectorat veut alors transférer aux services civils les compétences de la section militaire du service géographique. Le Journal des géomètres experts mentionne que l'Ecole de Rabat ouvre ses portes sous la direction du centralien M. Michel, chef des services topographiques, avec vingt-deux élèves inscrits pour neuf mois de cours et de stages pratiques ; il rapporte aussi que « le directeur de l'Ecole constate l'insuffisance du temps qui lui est accordé pour la formation de ses géomètres »54. Dès 1922, cet établissement est fermé. Deux raisons sont invoquées : le manque d'élèves ayant un niveau d'instruction suffisant et l'offre réduite d'embauche par l'administration du Protectorat. Des cours de perfectionnement sont néanmoins conservés pour permettre la préparation des agents aux examens de l'administration55. Par ailleurs, Léon Eyrolles, directeur de l´ESTP, annonce l'ouverture au sein de son établissement parisien d'une nouvelle école pour le 1er janvier 1922 : « Sur la demande du ministère des Régions libérées et du résident général du Maroc, nous venons d'ajouter (...) une quatrième école, l'Ecole des géomètres et topographes, qui deviendra l'année prochaine l'Ecole supérieure de topographie »56. Aussi, les programmes de cet enseignement spécialisé sont-ils établis avec la participation du service de la Conservation foncière du Maroc. La renaissance de l'Ecole supérieure de topographie, créée avant 1914 mais pratiquement éteinte pendant les années de conflit, coïncide bien avec la quasi-extinction de l´Ecole de Rabat. Trois bourses de 3 000 francs sont même attribuées par les autorités du Protectorat en 1922, les lauréats devant être employés au service de la Conservation foncière57. Mais, on est bien loin des promesses de débouchés, pour des « centaines » de géomètres, évoquées par René Danger en 191958.

  • 59 Il s'agit de : Aubert, Buan, Cousinet, Dupuy, Lapierre, Massol, Reno, Sanmarti, Tardif, Wolff. Cf. (...)
  • 60 Cf. Annuaire général du Maroc de 1921, Léon Guigues, p. 105.

31La croissance rapide de Casablanca génère la constitution d'un groupe actif de géomètres urbains. Les annuaires mettent au jour une dizaine de noms de géomètres, parmi ceux qui ont participé aux projets de lotissements entrepris dans la capitale économique du Maroc59. Certains, comme S. Lapierre, ont fait un passage au Bureau topographique. Souvent, ils se présentent alternativement comme architectes et géomètres, ou comme architectes géomètres ; c'est par exemple le cas de Wolff et de Tardif. A Rabat également, on constate la combinaison de plusieurs activités : un « cabinet topographique » désigne un cabinet d'architecte expert offrant plans topographiques et immatriculation, mais également des plans de construction pour armatures béton armé, terrasses étanches, etc. Les activités sont évolutives et les distinctions entre ingénieurs constructeurs, géomètres ou architectes semblent aléatoires. Nombre d'entre eux se retrouvent dans la Société de géographie. Ainsi le géomètre-expert S. Lapierre en est l'archiviste en 1921 et son comité comprend M. Michel, sous-directeur de la section civile du SGM, de même que M. Roussel de la Conservation foncière60.

  • 61 « Les plans de ville au Maroc », Journal des géomètres experts, janvier 1918, n° 543, p. 17-18.

32A la même époque, l'organe de la SNGFAT poursuit l'orientation amorcée au congrès des géomètres de 1913. Pour positionner la profession dans le domaine de l'urbanisme, le journal cite en exemple Georges Buan qui « continue énergiquement sa campagne sur les plans d'aménagement et d'extension »61. Ce « géomètre assermenté de Casablanca » ne manque pas de rendre hommage au plan Prost, tout en mettant en avant les compétences spécifiques du géomètre en matière de lotissements. Il esquisse un partage des rôles dans l'aménagement urbain : au géomètre revient celui de la défense des intérêts privés et de la médiation avec les municipalités.

33La participation de géomètres gravitant autour de l'ESTP aux réalisations marocaines couvre un large spectre d'activités professionnelles. Le bulletin et la revue technique de l'association amicale de l'ESTP, L'Ingénieur-Constructeur, informent régulièrement sur les débouchés et sur les opérations conduites au Maroc en rendant compte des aspects techniques et juridiques de l'aménagement. Aux côtés de Bussière, chef des services municipaux, on trouve Jean Lassalle, diplômé de l'ESTP en 1919, après avoir suivi un cursus par correspondance. L'Ingénieur-Constructeur présente Lasalle, qui est vice-président de la section marocaine de l'amicale de l´ESTP installée à Rabat dans l'après-guerre, comme « ingénieur topographe ETP, vérificateur du service géographique du Maroc et ancien chef du Service topographique des plans de ville », lorsqu'il lui ouvre ses colonnes en 1921 pour un article sur le remembrement urbain :

  • 62 LASSALLE J., « Remembrements et redistributions urbaines », L'Ingénieur-Constructeur, n° 133, nove (...)

« L'urbanisme n'a pas uniquement en vue l'aménagement des cités futures ; par des judicieuses retouches, les quartiers anciens sont mis en harmonie avec le plan d'ensemble conçu d'après les règles les plus modernes […] C'est par le mécanisme des redistributions que s'opèrent ces remaniements essentiels de l'assiette des fonds urbains. »62

  • 63 Le remembrement est intégré à la législation métropolitaine de l'aménagement avec les décrets-lois (...)

34Pour l'auteur, le remaniement « rationnel » du parcellaire urbain est un prolongement naturel de la « technique du lotissement », et il donne l'exemple des mises en œuvre de remembrement et de redistribution dans un quartier de Rabat pour « souligner l'extrême complexité des opérations urbaines » et montrer l'utilité du géomètre. Cette technique de remembrement urbain, mise en place au Maroc en 1917, est fréquemment citée en exemple par bon nombre de membres de la Société française des urbanistes (SFU) : ils prônent son introduction en France pour présenter une alternative à la coûteuse procédure d'expropriation63.

  • 64 DANGER R., « Le géomètre en Syrie », Journal des géomètres experts français, n° 105, juillet 1929, (...)
  • 65 On peut définir la tachéomètrie comme la technique de levé des plans à l'aide du tachéomètre, inst (...)
  • 66 DURAFFOURD C., « La technique des travaux du cadastre en Syrie », Journal des géomètres experts fr (...)
  • 67 Ibidem, p. 444.

35Dans la seconde partie des années 1920, l'éventail de démonstration « du géomètre à la coloniale » s'élargit avec les premiers comptes rendus des opérations d'aménagement menées au Liban et en Syrie. Placé sous la direction de C. Duraffourd, le centre de Ba´abda, près de Beyrouth, est qualifié en 1929 par Le Journal des géomètres experts de première « géométropole » du monde : 150 géomètres de toutes nations y sont employés en permanence ; son encadrement est en grande partie franco-suisse, et ses moyens sont inégalés en matériels comme en hommes, avec 500 agents répartis dans les pays sous mandat64. L'organe de l'UGEF présente aussi le service du cadastre et de la topographie qui concentre et traite les travaux des équipes de terrain ; on se félicite de l'« éclectisme » des méthodes allant du traditionnel chaînage à la photographie aérienne en passant par la tachéométrie65 de précision. On insiste sur l'application du principe de la division du travail, avec la formation de sections spécialisées pour le lotissement et le remembrement. Dans un autre numéro du même journal, Duraffourd analyse le bouleversement des méthodes provoqué par la guerre : il détaille le développement « d'un outillage scientifique pour appliquer les méthodes nouvelles qui n'existaient pas auparavant et réduire de plus en plus les frais de main-d'œuvre, afin que le coût des levés ne soit pas disproportionné avec la valeur des terrains »66. Pour le directeur du centre de Ba'abda, l'ampleur de la tâche à accomplir dans les pays placés sous mandat aurait favorisé une organisation administrative et technique susceptible de réaliser l'unification des réformes et méthodes (collaboration internationale), la compression des personnels, la sélection des meilleurs matériels, en bref, « l'industrialisation, l'homogénéité et le meilleur rendement des travaux »67. La profession a ici franchi un palier grâce à une remarquable concentration de moyens ; en intervenant sur l'ensemble des échelles d'opération, le géomètre s'affirme comme ingénieur.

36Deux carrières sont caractéristiques de la dynamique, liée à une pratique coloniale, du groupe socioprofessionnel et de son évolution. Celle de René Danger peut ainsi se présenter selon trois dimensions. Il fut à la fois enseignant à l'Ecole supérieure de topographie et porte-parole prééminent du mouvement professionnel (au sein de la SNAGFAT et de l'UGEF), enfin directeur de l'un des plus importants cabinets de consultants en plans de villes de l'entre-deux guerres. Sa carrière est marquée par une double expérience en milieu colonial, dans le bassin méditerranéen et dans les « vieilles colonies » outre-Atlantique. Cet itinéraire a tendu à renforcer une trajectoire professionnelle centrée sur « la rationalisation » du métier. Un autre parcours est celui d'Henri Roussihle. Détaché aux colonies avant 1914 pour effectuer des levés cartographiques, cet ingénieur hydrographe devient l'un des principaux concepteurs de la photographie aérienne pendant la guerre, puis directeur du Service de la reconstitution foncière, entre 1919 et 1924. Roussilhe ne chercha pas seulement à renouveler les méthodes de la topographie et de la géodésie ; il s'attacha également à promouvoir la profession de l´ingénieur géomètre, en élaborant les programmes de l´Ecole supérieure de topographie avec René Danger et Léon Eyrolles. Leur démarche s'est inscrite dans un projet plus vaste visant à faire aboutir la « réforme cadastrale » que souhaitaient les milieux favorables « à une rationalisation » économique et sociale de la métropole. Pour montrer la voie de la « modernisation », Roussilhe faisait aussi bien appel aux réalisations des services fonciers du Maroc qu'à « l'organisation impeccable » impulsée par Durrafourd dans les pays sous mandat.

  • 68 Journal des géomètres experts français, n° 112, février 1930, p. 78-79.
  • 69 LECQ J., « L'art du géomètre à la coloniale », Journal des géomètres experts français, n° 133, nov (...)

37A la veille de l'Exposition coloniale internationale de 1931, l'Amicale des géomètres du service topographique d'Alger sollicite le maréchal Lyautey pour que soient mis à l'étude les problèmes spécifiques des géomètres coloniaux. La question concerne autant leur situation professionnelle dans l'Empire, que l'adaptation des méthodes et des procédés techniques, ou encore l'analyse comparée des différents régimes fonciers et des procédures68. A la séance de clôture de l'exposition, le bilan est contrasté. Si la faiblesse du milieu corporatif colonial est un thème constamment évoqué, les uns notent le manque d'unité des formations et la dispersion des travaux exposés, alors que les autres mettent en avant l'apport considérable que représentent, pour les géomètres, l'emploi extensif de la photographie aérienne et l'accumulation d'expériences acquises par les coloniaux dans le domaine des plans de ville69. Cela vaut aussi bien pour les fonctionnaires des services topographiques de certaines colonies que pour les experts ayant fait leur spécialité du marché international des plans de ville en s'appuyant sur les réalisations engagées dans l'Empire.

CONCLUSION

  • 70 On la voit se mettre en place à Paris entre 1905 et 1914. Rappelons que la SNGFAT avait espéré con (...)

38A la fin du xixe siècle, le métier de géomètre se dégage lentement de la logique cadastrale autour de laquelle gravitaient auparavant les conditions d'exercice de la profession. En déclin par rapport aux professions ascendantes portées par les dynamiques qui peuvent être rattachées à la « seconde » industrialisation, les géomètres manquent de surcroît d'une organisation forte depuis la scission intervenue en 1893. Leur identité professionnelle est menacée de deux cotés. D'une part, un grand nombre de marchés sont la proie de professions concurrentes qui disposent d'un bagage technique plus étendu, comme c'est le cas avec les conducteurs des Ponts et Chaussées. D'autre part, les rangs des géomètres privés paraissent se clairsemer, les reconversions sont fréquentes en faveur de professions plus lucratives, notamment celle d'agent immobilier. Dans ce contexte, un projet se dessine pour renouveler le métier et engager un processus de professionnalisation. Ce « sursaut » s'articule autour de l'alliance contractée par la SNGFAT et l'ESTP afin de réaliser une école de topographie70.

39A la différence d'autres professions, comme celles que regroupe le « génie civil » au sein de la SFIC, le métier de géomètre n'est pas directement confronté à « l'encombrement des carrières » durant les premières décennies du xxe siècle. Ainsi les colonies ne constituent pas à proprement parler un exutoire pour des géomètres qui ne trouveraient pas de débouchés en métropole. L'examen de la situation des géomètres aux colonies, à partir des organes de la presse professionnelle, indique une fragilité de leur statut et, plus généralement, un faible attrait du service outre-mer pour les patentés comme pour les fonctionnaires, et cela, bien que les « situations coloniales » aient fait l'objet d'une certaine promotion.

40L'option coloniale se serait plutôt posée en considération de l'accès qu'elle donnait à une spécialisation professionnelle, à de nouvelles méthodes et à un nouvel outillage technique. L'Outre-mer a aussi représenté une ouverture pour une profession ancrée pour les trois quarts de ses membres dans une identité « localiste » et rurale en lui permettant de prendre pied dans de nouvelles « missions d'initiatives », en particulier celles liées à l'aménagement urbain. C'est dans cette perspective que nous avons présenté un aperçu de l'éventail des opportunités qu'offrait « un passage colonial » aux géomètres en les plaçant face à la globalité des problèmes d'implantation et de transformation du territoire et en les mettant en situation de collaboration, mais aussi de concurrence, avec les ingénieurs de haut niveau, ingénieurs topographes ou géodésiens. C'est ainsi que l'« Empire colonial » a constitué un appui non négligeable au processus de professionnalisation des géomètres, qui s'amorce en métropole au début du xxe siècle. Certes, il ne s'est agi que d'une minorité, au regard d'environ 4 000 géomètres que compte alors la France, qui est regroupée dans la SNGFAT puis dans l'UGEF, autour de l'aile « modernisatrice » du mouvement corporatif agissant au sein de ces organisations. Ce courant milita activement pour le diplôme « d'ingénieur géomètre » que créa finalement l'Ecole supérieure de topographie et pour le diplôme d'Etat de géomètre expert obtenu avec le décret du 25 avril 1929. Les travaux entrepris par les géomètres aux colonies ont construit une base pour le renouvellement d'une culture technique et d'un statut socioprofessionnel, qui a contribué à faire passer ce métier, resté longtemps en lisière de l'industrialisation et figé dans l'ancestrale image de « l'arpenteur », dans le monde de l'ingénieur.

Notes

1 En 1905, la Société nationale des géomètres de France, d'Algérie et de Tunisie (SNGFAT) établit un accord avec un établissement privé, l'ESTP, pour un enseignement professionnel technique par correspondance. Sur les débuts de cet enseignement, cf. VACHER H., « L´Ecole supérieure de topographie et le géomètre urbain (1900-1939). Les débuts de l'enseignement technique de l'aménagement », Les Annales de la recherche urbaine, n° 88, décembre 2000, pp. 121-129.

2 Sur cette question, voir HEADRICK D. R., The tools of Empire, N.Y./Oxford, Oxford University Press, 1981; The tentacles of progress, technical transfer in the Age of imperialism 1850-1940, N.Y/Oxford, Oxford University Press, 1988.

3 CAMILLE Guy, « Etude des progrès matériels - Rapport préliminaire » in Congrès international colonial, rapports, mémoires et procès verbaux des séances, Paris, A. Challamel, 1901, p. 5.

4 E. Cheysson a notamment été à la direction des usines Schneider au Creusot, puis du service d'Economie générale et de Statistique au ministère des Travaux publics. En 1899, il est vice-président de la Commission de nivellement de la France. Il est aussi professeur d'économie politique à l'Ecole des mines. B. Kalaora et A. Savoye le présente comme un concepteur de l'ingénierie sociale, cf. Les inventeurs oubliés - Le Play et ses continuateurs ; aux origines des sciences sociales, Seyssel, Champ Vallon, 1989. En 1897, E. Cheysson exposa ses idées sur « l'homme social et la colonisation », cf. VACHER H., Projection coloniale et ville rationalisée, Aalborg, Aalborg University Press, 2001 (2e édition).

5 Pour une analyse de cette Société entre 1895 et 1914, cf. VACHER H., « Les figures de l'ingénieur colonial à la fin du xixe siècle : la formation de la Société française des ingénieurs coloniaux et de l'Ecole spéciale des travaux publics », Le Mouvement social, n° 189, octobre-décembre 1999, pp. 47-65.

6 Pour une approche de ces réseaux des industries du BTP avec le parti colonial, cf. LAGANA M., Le Parti colonial français, Québec, Presses de l'Université du Québec, 1988.

7 Les activités menées dans le champ colonial sont omniprésentes dans les travaux de la STP qui attribue des médailles d'honneur. Par exemple : 1877 - Colonel Roudaire, « projet de mer intérieure de l'Algérie » ; 1883 - J. Dupuis, « exploration du fleuve Rouge » ; 1892 - Capitaine Cupet, « levés topographiques en Indochine » ; 1906 - Lieutenant Poirmeur, « travaux topographiques dans le Sud-Oranais » ; 1907 - Capitaine Cottes, « travaux de délimitation de la frontière Congo-Cameroun » ; 1908 - Lieutenant. de vaisseau Abel Larras, « cartes marines du Maroc » ; 1910 - aux compagnies sahariennes, sous la direction du colonel Laperrine et de L. Gentil, « travaux topographiques et géologiques du Maroc » ; etc.

8 Ainsi le disimètre à collimateur facilitant les opérations de mesure de la déclivité, cf. Bulletin de la société française des ingénieurs coloniaux, 1902, n° 26, p. 259.

9 LEJEUNE Dominique, Les sociétés de géographies en France et l´expansion coloniale au xixe siècle, Paris, A. Michel, 1993. Parmi plusieurs travaux sur l'épistémologie de la géographie, signalons BERDOULAYV., La formation de l'Ecole française de géographie (1870-1914), Paris, BN, 1981 et SOUBEYRAN O., Imaginaire, science et discipline, Paris, L'Harmattan, 1997. Voir aussi DORY D., « Géographie et colonisation en France durant la troisième République (1870-1940) » in PETITJEAN Patrick et al., « Science and Empires », Historical studies about scientific development and European expansion, Dordrecht/Boston/London, Kluwer Academic Publishers, vol. 136, 1992, pp. 323-329.

10 Cf. colonel Berthaut, Les ingénieurs géographes militaires 1624-1831, Paris, Imprimerie du S.G.A., 1902.

11 Compte-rendu de la conférence de Delahu, in Congrès national et international des géomètres, Bruxelles, 6-10 août 1910, Bruxelles, Imp. V. Férou, 1911, pp. 67-72

12 LECQ J., « La topographie à l'exposition coloniale », Journal des géomètres experts français, sept. 1931, n° 131, p. 461.

13 HOBSBAWM Eric J., L'ère des empires, 1875-1914, (trad. française) Paris, Fayard, 1989, p. 87.

14 JACQUEMART, Paul (Ed.), Professions et Métiers, guide pratique à l´usage des familles et de la jeunesse pour le choix d'une carrière, t. 1 Professions libérales, Paris, A. Colin, 1891, p. 454.

15 En 1912, les traitements pour les services topographiques sont en Tunisie de 2 400 à 3 600 francs pour les « géomètres » (4 classes), de 4 000 à 5 000 francs pour les « vérificateurs » ; en Algérie, les « topographes ordinaires » (4 classes) gagnent de 1 500 à 2 400 francs, les « topographes principaux », de 1 700 à 2 000 francs. Cf. L'Ecole chez soi, n° 12, mars 1913, p. 3.

16 Journal des géomètres experts, n° 285, mai 1905, p. 220.

17 Ibidem, p. 221.

18 PINÇON E., « Note sur l'Exercice de la profession de géomètre en Algérie », Compte rendu du Congrès International des géomètres tenu à Paris du 15 au 18 octobre 1926, p. 488-489, p. 488.

19 Ibidem, p. 489.

20 Sur la formation de l´UGEF, cf. VACHER H, Le géomètre urbain et l'urbaniste, l'Ecole supérieure de topographie de l'ESTP et l'Union des géomètres experts français, rapport de recherche pour le PUCA/ministère de l'Equipement, du Logement, des Transports et du Tourisme, octobre 2000.

21 Sur le rôle des missions scientifiques durant cette période, cf. RIVET Daniel, Lyautey et l'institution du Protectorat français au Maroc, 1912-1925, 3 vol. , Paris, L'Harmattan, 1988, t. 1, pp. 20-26.

22 Bulletin de la Société de géographie du Maroc, n° 1,1916, pp. 37-38.

23 Colonel BERTHAUT, Les ingénieurs..., op. cit., p. 488.

24 Commandant Ed. de MARTONNE, « La cartographie au Maroc », La Géographie, Extrait des numéros de sept/oct/nov. 1921, p. 5. Edouard de Martonne était le frère du géographe Emmanuel de Martonne qui était le gendre de Vidal de La Blache. Sur les postes occupés par Ed. de Martonne, voir Bulletin périodique de la Société de topographie de France, décembre 1937, n° 5, pp. 5-6.

25 Il a été réorganisé, à Rabat, en 1919 sur le modèle du BTM.

26 Ibidem, p. 23.

27 Ainsi des photos aériennes visant à compléter la carte de reconnaissance au 1/200 000e sont effectuées à la fin 1916 par l'escadrille de Taza. Cf., commandant Poirmeur, chef d'état-Major de Taza, « Note sur la restitution cartographique des photographies aériennes », Bulletin de la Société de géographie du Maroc, n° 3, 1917, pp. 4358.

28 Ministère de la Défense nationale et de la Guerre -Le Service géographique de l'armée - son histoire, son organisation, ses travaux, Paris, Imprimerie du SGA, 1938, p. 162.

29 Capitaine Orcel, La photo-topographie au Maroc, Conférences faites au centre de perfectionnement de Meknès, Troupes d'occupation du Maroc, état-major du général commandant en chef, mai 1918, pp. 27-28.

30 Bulletin de la Société de géographie du Maroc, n° 6 & 7, décembre 1918, p. 49.

31 En particulier les géomètres Charles Wolf et Alfred Tardif qui ont largement participé aux opérations de lotissements à Casablanca.

32 Sur le système d'immatriculation et la législation de l'urbanisme, cf. VACHER H., Projection coloniale et ville rationalisée, Le rôle de l'espace colonial dans la constitution de l'urbanisme en France, 1900-1931, Aalborg, Aalborg University Printing House, vol. 33, 2001.

33 L'application partielle du système « Torrens » venant compléter les dispositions de la loi de 1873 fit l'objet d'études détaillées, cf. DAIN Alfred, Le système Torrens - De son application en Tunisie et en Algérie - Rapport à M. Tirman gouverneur général de l'Algérie, suivi d'une traduction de l'Act Torrens et de la loi foncière tunisienne du 5 juillet 1885, Alger, Adolphe Jourdan, 1885.

34 Sur cette question, voir la revue éditée par J.-L. Sanguet, La Réforme cadastrale ; HERBIN R. et PEBEREAU A., Le cadastre français, Paris, Francis Lefevre, 1953 ; CHEYSSON E. et SAINT-PAUL M., La question technique du cadastre en France, Paris, Paul Dupont, 1901.

35 GALLIENI G., « Sur la situation générale de Madagascar », Journal officiel, 2 juin 1899, p. 3722.

36 Baronnat, « Immatriculation foncière en Tunisie, de la nécessité d'une loi immobilière », Journal des géomètres experts et topographes français, juin 1933, n° 152, pp. 297-304, p. 304.

37 Ibidem, p. 299.

38 Codes et lois en vigueur dans le Protectorat français du Maroc, Paris, Imprimerie nationale, 1925, vol. 1, p. 818.

39 Par arrêté « viziriel » du 26 octobre 1915 ; l´arrêté « viziriel » du 20/1/1917 porte création d'un corps spécial d'agents du service de la Conservation de la propriété foncière.

40 L'immatriculation présente « cet immense avantage d'arrêter définitivement, après toute la publicité et les garanties nécessaires, les revendications sans fin autorisées par la loi musulmane en matière immobilière ». Villes et tribus du Maroc, Documents et Renseignements, publiés sous les auspices de la Résidence générale. vol. IV, t. II, Paris, E. Leroux, 1919, p. 161.

41 RIVET Daniel, Lyautey ..., op. cit., t. 1. pp. 230-232.

42 En 1921, le service de la Conservation est constitué d'une direction et conservation à Rabat dirigé par Marc Roussel, d'une conservation de Casablanca, dont Roland est conservateur ; d'une conservation d'Oujda dirigée par M. Nerrière, conservateur. Cf., Annuaire général du Maroc de 1921, Casablanca, L. Guigues, pp. 76-77.

43 Journal des géomètres experts français, 1922, p. 219.

44 Pour exemple, figurent parmi les plans exposés « un plan d'immatriculation au 1/100 et un plan rural au 1/5 000 ; une nappe foncière au 1/50 000 de la Conservation de Rabat ; le plan d'ensemble au 1/1 000 000 des lots de colonisation et des immeubles collectifs du Maroc ; un titre de propriété au 1/10 000 de la ferme de Polygnac ; un levé au 1/10 000 des lots de colonisation de l'oued Fès », cf. Journal des géomètres experts français, n° 131, septembre 1931, p. 466.

45 Ces textes sont : le dahir du 16 avril 1914 portant sur les alignements, les plans d'aménagements et d'extensions des villes, les servitudes et les taxes de voiries ; le dahir du 31 août 1914 donnant aux pouvoirs publics les moyens de procédure et d'expropriation « dans le cadre des plans d'aménagement et d'extension des villes, servitudes et taxes de voirie » et quelques dispositions anti-spéculatives ; le dahir du 10 novembre 1917 qui complète celui du 16 avril 1914 en introduisant les associations syndicales de propriétaires urbains (ASP).

46 Journal des géomètres experts, 1907, p. 21 & pp. 60-61.

47 Ces différents thèmes font l'objet de nombreuses notes dans le Journal des géomètres experts de ces années d'avant-guerre.

48 VACHER H., L´Ecole Supérieure ..., op. cit., p. 123.

49 Bulletin de l´Assocation amicale..., op. cit., 1914, p. 12.

50 Données obtenues à partir du dépouillement duBulletin de l'Association amicale de l´ESTP entre 1912 et 1920. Précisons que ces annonces, pendant la guerre, concernent presque exclusivement le Maroc ; elles représentent quelques dizaines d'offres sur près des 900 diffusées par le bulletin en 1916-1919.

51 Cf. VACHER H., Le géomètre urbain..., op. cit., p. 46. En ce qui concerne l'enseignement de Danger, cf. DANGER R., Cours de topométrie urbaine, lever des plans de ville. Paris, LET/ESTP, 1921 ; cf., Bulletin des géomètres experts français, n° 11, nov. 1921 ; cf. CULOT M. et THIVEAUD J.-M., Architectures françaises outre-mer. Liège, Mardaga/IFA, 1992, p. 387. Il ne subsiste aucune trace de l'enseignement de René Danger à Casablanca en 1918-1919 dans les fonds disponibles aux Archives d'Architecture de l´IFA. La concomitance entre la reprise d'un enseignement spécialisé en topographie à l'ESTP et l'organisation d'une formation à Casablanca nous mène à faire l'hypothèse d'une mission marocaine de Danger, probablement avec la casquette de l'ESTP, pour mettre sur pied cet enseignement au Maroc. Pour l'annonce de la création d'une école de géomètre à Casablanca, cf. Bulletin de l'Association amicale, n° 120, avril-mai 1919, p. 197.

52 Journal des géomètres experts français, 1920, n° 570, p. 479.

53 Bulletin officiel du Protectorat du Maroc, n° 454, 5 juillet 1921.

54 Journal des géomètres experts français, 1922, p. 62.

55 Journal des géomètres experts français, 1922, p. 273.

56 Bulletin de l'Association amicale, n° 136, février 1922, p. 37.

57 Journal des géomètres experts français, 1921, n° 11, p. 307.

58 Bulletin de l'Association amicale..., n° 120, avril-mai 1919, p. 197.

59 Il s'agit de : Aubert, Buan, Cousinet, Dupuy, Lapierre, Massol, Reno, Sanmarti, Tardif, Wolff. Cf. Annuaire général du Maroc. 1918-1919. Casablanca., p. 226.

60 Cf. Annuaire général du Maroc de 1921, Léon Guigues, p. 105.

61 « Les plans de ville au Maroc », Journal des géomètres experts, janvier 1918, n° 543, p. 17-18.

62 LASSALLE J., « Remembrements et redistributions urbaines », L'Ingénieur-Constructeur, n° 133, novembre 1921, pp. 521-545, p. 521.

63 Le remembrement est intégré à la législation métropolitaine de l'aménagement avec les décrets-lois de 1935 sur l'aménagement de la région parisienne. L'ingénieur des Ponts et chaussées Edouard Joyant diffuse pendant toute l'entre-deux-guerres le mode de fonctionnement des associations syndicales de propriétaires (ASP), dont il a suivit la mise en place au Maroc en tant que directeur à la direction générale des Travaux publics. Ces réalisations servent d'illustration aux cours qu'il donne à l'Ecole supérieure de topographie dans les années vingt. Pour la contribution d'E. Joyant, voir notre mémoire de recherche, Rationaliser la ville, L'Ecole spéciale des travaux publics de Léon Eyrolles et la formation aux techniques et disciplines de l'aménagement (1898-1939), rapport de recherche pour le PUCA, Paris, 1998, pp. 86-87.

64 DANGER R., « Le géomètre en Syrie », Journal des géomètres experts français, n° 105, juillet 1929, pp. 331-340.

65 On peut définir la tachéomètrie comme la technique de levé des plans à l'aide du tachéomètre, instrument qui permet de mesurer simultanément les hauteurs et les distances horizontales.

66 DURAFFOURD C., « La technique des travaux du cadastre en Syrie », Journal des géomètres experts français, n° 107, septembre 1929, pp. 436-444, p. 436.

67 Ibidem, p. 444.

68 Journal des géomètres experts français, n° 112, février 1930, p. 78-79.

69 LECQ J., « L'art du géomètre à la coloniale », Journal des géomètres experts français, n° 133, novembre 1931, p. 579-590.

70 On la voit se mettre en place à Paris entre 1905 et 1914. Rappelons que la SNGFAT avait espéré conclure un accord en 1903 avec le ministère de l'Agriculture pour la création d'une section de géomètres topographes au sein de l'Institut agronomique de Paris, mais le projet fut sans lendemain.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter