Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation

 | 
Éric Gobe

Chapitre 2. Filières coloniales et pratiques professionnelles

Figures d'ingénieurs pendant le Protectorat français en Tunisie : l'exemple de la Poste et des Travaux publics

Habib Belaïd

Texte intégral

  • 1 Sur l'évolution des figures de l'ingénieur colonial, voir VACHER Hélène, « Les figures de l'ingéni (...)

1La question de la formation d'une élite économique ou technique dans la Tunisie coloniale est encore à l'ordre du jour. En effet, l'élite tunisienne moderne est essentiellement composée d'avocats et de médecins qui ont joué pendant l'époque coloniale un rôle social et politique de premier plan. En revanche, l'élite technique est quasiment absente. L'historiographie tunisienne a négligé jusque-là l'histoire des techniques et de leur application, comme élément relevant avant tout du « domaine colonial ». La figure de l'ingénieur colonial ne fait-elle pas partie de ce champ d'investigation ?1

  • 2 Voir à ce propos la thèse de KARVAR Anousheh, La formation des élites scientifiques et techniques (...)

2Dans le cadre d'un débat plus large, nous avons posé la question suivante : pourquoi la société tunisienne a-t-elle été longtemps réfractaire à l'introduction d'une culture technique moderne issue de l'industrialisation ? La domination coloniale est-elle seule en cause ? La formation d'ingénieurs suffit-elle pour accéder à cette culture technique ?2

  • 3 Direction générale des Travaux publics, Les Travaux publics du Protectorat français en Tunisie, Tu (...)

3Nous partons du constat que, à part quelques individualités, la présence des ingénieurs et techniciens tunisiens dans le corps des ingénieurs de Tunisie est minime. Vers 1900, époque des grands travaux effectués en Tunisie par les autorités du Protectorat, le personnel tunisien des Travaux publics ne représentait que 5 % du total du personnel permanent et temporaire3 ; plus tard, en 1945, la section tunisienne de l'Union des ingénieurs et techniciens (UNITEC) déplore dans son bulletin la très faible présence de techniciens tunisiens dans cet organisme.

  • 4 BEN SALEM Lilia, « La profession d'ingénieur en Tunisie, approche historique », in Bâtisseurs et b (...)
  • 5 KHELFAOUI Hocine, Les ingénieurs dans le système éducatif. L'aventure des instituts technologiques (...)

4Les travaux de Lilia Ben Salem4 expliquent en partie les raisons de la non-émergence d'un corps d'ingénieurs tunisiens dans le contexte colonial. Les principales sont à rechercher dans la nature de l'enseignement dispensé sous le Protectorat et dans la politique coloniale elle-même qui s'opposait à un enseignement technique de haut niveau. Partant du fait que « les fonctions techniques sont des fonctions d'encadrement professionnel, et donc social », Hocine Khelfaoui constate5 que le « colonialisme voulait éviter à tout prix d'avoir à assurer l'encadrement des indigènes par des indigènes ». Des raisons sociales expliquent aussi cette carence : les ingénieurs naissent ou accompagnent l'industrialisation d'un pays. Or, à l'époque du Protectorat, la société tunisienne n'accède pas à ce type de développement.

  • 6 L'Office postal est créé par une convention signée le 29 mars 1888 entre le ministre des Affaires (...)

5Afin de vérifier ces assertions, nous nous proposons d'étudier deux institutions relativement anciennes et, en même temps, stratégiques : la Poste et les Travaux publics. La première remonte à une époque antérieure à l'établissement du Protectorat en Tunisie. Dès 1847, est installé un système de communication à distance (télégraphe Chappe), suivi, à partir de 1860-1861, de l'installation de la télégraphie électrique, en application d'une convention tuniso-française (1859). Or celle-ci prévoyait entre autres stipulations la formation de techniciens tunisiens. L'Office postal tunisien, créé en 1888, prit en charge par la suite l'installation et la gestion des services postaux, du télégraphe et du téléphone (1895). Pour des raisons politiques et militaires, cet Office postal est alors créé « en dehors » de l'administration tunisienne6. Quant à la direction des Travaux publics, elle est instituée quelques mois seulement après l'établissement du Protectorat en Tunisie par décret le 3 septembre 1882. Cette institution mérite qu'on s'y intéresse aussi bien par la dimension de son champ d'intervention que par le personnel affecté à ses travaux.

6Sans prétendre à l'exhaustivité, nous privilégierons trois points qui nous paraissent essentiels : l'évolution comparée des deux institutions, à travers le rôle imparti à leurs membres les plus actifs ; la vie associative des ingénieurs telle qu'elle a pu être reconstituée grâce à l'établissement d'un corpus ; enfin les itinéraires individuels, indicateurs de changement ou de rupture.

À LA RECHERCHE D'UN CORPUS D'INGÉNIEUR

  • 7 Un premier repérage dans les archives du ministère français des Affaires étrangères nous a permis (...)

7Une enquête rétrospective sur les ingénieurs en Tunisie se fonde sur des sources officielles7, complétées par les annuaires, bulletins, livres d'or, presse, etc., et par quelques témoignages oraux. Il s'agit d'abord d'identifier le ou les groupe(s) et de constituer un corpus pour tenter une sociologie d'un corps nécessairement hétérogène. Cette démarche devrait nous permettre de déceler, dans les rapports entre des groupes de statuts différents, les conflits ou frictions qui surgissent entre ingénieurs français métropolitains et locaux d'une part, et entre ingénieurs français et ingénieurs et techniciens tunisiens d'autre part.

8Peut-on identifier des générations d'ingénieurs dans le cas des ingénieurs français ? On sait que les bâtisseurs des premiers temps de la colonisation (surestimés par le mythe des « pionniers »), tels que Paul Michaud et Georges Paviller pour les Travaux publics, ont disposé de pouvoirs étendus : qu'ils sont suivis par les gestionnaires dans l'entre-deux-guerres, puis par les techniciens dans l'après-guerre et au cours des années 1950. Mais dans quelle mesure ce schéma est-il valable ?

  • 8 Voir à ce propos PLANEL Anne-Marie, De la Nation à la colonie : la communauté française de Tunisie (...)

9Le projet de formation des techniciens et des ingénieurs remonte en Tunisie au milieu du xixe siècle, lorsque le réformateur Ahmed Bey a créé l'Ecole militaire du Bardo (1840) ; mais il s'agit, comme dans le reste de l'Empire ottoman, d'ingénieurs militaires. L'absence de croissance industrielle à l'instar de l'Europe a été l'une des principales causes de l'échec de ce projet. Cependant, certains grands travaux engagés par les beys ont nécessité la constitution d'un noyau de corps d'ingénieurs d'Etat (français en général) opérant auprès du pouvoir beylical8. La colonisation va non seulement couper court à tout projet d'industrialisation du pays en créant « le pacte colonial », mais la métropole fournira des ingénieurs à la colonie, affirmant ainsi sa domination technique.

  • 9 Paul Michaud, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, directeur général des Travaux publics sous (...)

10Le développement des Travaux publics et de la Poste a nécessité l'engagement d'un personnel important, comme en témoignent ces quelques indications : dans les deux cas, le détachement (pour 5 ans) d'ingénieurs et techniciens français est fréquent jusqu'aux années 1920 ; le recours aux Français en contrat local a nécessité de la part de l'administration coloniale une réadaptation des statuts et leur alignement sur ceux de la métropole. Dans le mode de recrutement (détachement à partir de la métropole, ou recrutement local), nous pensons qu'il a pu exister dans le mouvement (ou rotation) des ingénieurs entre métropole et colonie (et inversement) des stratégies de carrières pour les ingénieurs français en Tunisie, mais sans que cela devienne la règle9.

Le secteur des postes10

  • 10 BELAID Habib, « Les PTT dans la Régence de Tunis : enjeux politiques et militaires aux xixe et xxe(...)
  • 11 Extrait de La Dépêche tunisienne du 1er avril 1891. voir aussi Bulletin de l'Office des postes et (...)
  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid.

11La mise en place de l'infrastructure des Postes a nécessité un personnel qualifié : en 1891, l'ingénieur des Ponts et Chaussées Resal a été chargé de la construction de l'Hôtel des Postes à Tunis ; Sins, ingénieur de l'Office postal, a dirigé les travaux du réseau téléphonique11. Par ailleurs, les effectifs des postiers – français essentiellement – sont en progression constante jusqu'en 1933. Si un fléchissement relatif se dessine à partir de 1934, apparemment la crise n'a pas affecté cette progression. En fait, le « nivellement » s'est fait par le haut : les fonctions de directeur des services postaux et financiers et celles des chefs de service sont supprimées ; l'emploi de directeur général12 est remplacé par un fonctionnaire ayant grade de directeur départemental ou régional de moindre importance. Quant au poste d'ingénieur ou d'inspecteur breveté, créé lors des travaux de la Commission Tirmann (1924-1925) il ne sera jamais pourvu. Dans l'entre-deux-guerres, l'ingénieur se fait encore rare : en 1923, l'organigramme de l'Office postal n'en comporte qu'un seul, le chef du service technique ; poste qui sera pourvu en 1937 par un sous-ingénieur (Clément). L'installation en 1938 d'une radio de diffusion d'Etat (Radio-PTT devenu Radio-Tunis) s'effectue sous la conduite de deux ingénieurs des PTT : l'un venant de France en mission (Godfin), l'autre, Jean Cabantous, est chef de service technique de l'Office postal tunisien13. En 1949, la gestion technique des différentes installations de l'Office aurait nécessité plus de personnel qualifié. Quatre ingénieurs sont alors employés par l'Office : un chef de service (René Le Gourrierec), un responsable des câbles souterrains (Bergeron), un responsable du service Radio (Courvoisier) et un responsable des Transports, Mohamed Mili. Ce dernier est le seul ingénieur tunisien dans le secteur. L'augmentation du nombre d'inspecteurs est également significative de cette évolution : en 1936, on ne comptait que 2 inspecteurs et 12 rédacteurs (dont certains « faisant fonction » d'inspecteurs), alors que 25 inspecteurs sont en activité en 1950.

12La Seconde Guerre mondiale avait, en partie, favorisé l'entrée des agents tunisiens à l'Office postal en remplacement des Français mobilisés. Secteur névralgique par excellence, où les communications faisaient partie de la stratégie militaire, l'Office postal avait été touché à différents niveaux par la guerre. Outre les bâtiments endommagés, le personnel lui-même avait été affecté en 1944 par la mobilisation de 284 fonctionnaires (agents permanents ou temporaires) en particulier d'agents contrôleurs des installations, électromécaniciens, surveillants des dérangements, agents de lignes (4). Pour des raisons « stratégiques », aucune formation d'ingénieurs tunisiens n'avait été envisagée à court ou long terme.

Les ingénieurs des Travaux publics : physionomie d'un corps

13La direction des Travaux publics (TP) en Tunisie détenait des compétences très larges, à l'instar de la direction des Finances. En effet, cette Direction générale était chargée de presque tous les services techniques du pays. Son directeur avait rang de ministre du Bey sans autre tutelle ministérielle. Cette position exceptionnelle permet de mesurer l'importance des ingénieurs sur le plan technique, aussi bien que politique. Mais l'absence d'études économiques et techniques portant sur le secteur des Travaux publics nous empêche d'avoir une vue globale sur le corps des ingénieurs en Tunisie et sur son évolution. Nous partons cependant de quelques données éparses pour essayer de reconstituer ce corps.

  • 14 Créé pour assurer l'application de la loi foncière de 1885, le service topographique est chargé de (...)
  • 15 Cette concession remonte à une convention de 1872, renouvelée en 1884. Notice sur la direction des (...)

14En 1936, l'organigramme de la direction des Travaux publics fait état de 59 ingénieurs (tous français) de différents services et grades. Leur répartition par secteur est la suivante : outre l'ingénieur chef du cabinet du directeur des TP, 11 ingénieurs sont responsables des mines, 3 du contrôle des chemins de fer et des transports automobiles, 4 du service central des routes, phares et balises (incluant les ports maritimes et aériens, et la distribution de l'énergie électrique) ; 5 ingénieurs sont affectés au service hydraulique, travaux communaux, etc., 13 au service topographique14, 17 à la Compagnie fermière des chemins de fer tunisiens et 5 au service électrique de la Compagnie du gaz et des eaux de Tunis15.

  • 16 Construction de barrages : 7 étaient prévus à la fin des années 40, 3 étaient en cours en 1948 (Si (...)
  • 17 On a recruté, dans l'immédiat après-guerre, des ingénieurs suisses (2 ou 3), mais on n'a jamais év (...)

15Dans l'immédiat après-guerre, les problèmes de la reconstruction, la recherche de nouvelles formes d'énergie16, entre autres, ont nécessité l'emploi d'un nombre accru d'ingénieurs et de techniciens. La majeure partie d'entre eux vient de la métropole, avec parfois un passage par l'Algérie, et leur statut prend la forme d'un détachement de 5 ans renouvelables. La part des personnels locaux français est infime et plus encore celle des Tunisiens17. Le recrutement des ingénieurs évolue presque en cercle fermé parmi les diplômés des grandes écoles françaises, mais les directeurs des Travaux publics sont en général choisis parmi ceux qui ont exercé longtemps en Tunisie (par exemple, Gosselin dans l'hydraulique agricole en Tunisie depuis 1922, ou J-L. Bonnenfant depuis 1932). Compte tenu de la situation économique du pays, l'expérience et l'initiative personnelles comptent beaucoup plus qu'en France, notamment pour accéder à des postes de responsabilité régionales ou nationales. L'expérience « tunisienne » est vivement souhaitée pour ces responsabilités.

La prédominance du corps des Ponts et Chaussées

16Sur les 13 ingénieurs des Travaux publics de l'Etat (TPE) proposés pour le renouvellement de leur détachement en Tunisie (en 1946), 12 sont des ingénieurs TPE, venus des Ponts et chaussées, un seul des Mines. Les ingénieurs des Ponts et Chaussées, toutes catégories confondues (quatre classes) prédominent donc dans cette direction, alors que dans l'administration de la Poste, on trouve des polytechniciens, tels que Jean Dezès, directeur de l'Office postal de Tunisie, après des études à l'Ecole nationale supérieure de télécommunications.

  • 18 « Rémunération des fonctionnaires de la direction des Travaux publics de Tunisie », rapport de mis (...)
  • 19 « Rémunération des fonctionnaires … », rapport de mission de M. Vincent, inspecteur général des po (...)

17Une liste de 1949 confirme cette prédominance du corps des Ponts et Chaussées au détriment de celui des Mines : « Sur les 6 ingénieurs en chef (…) en fonction, 3 appartiennent au corps des Ponts et Chaussées et 1 au corps des Mines. L'ingénieur en chef des transports est un polytechnicien provenant de la SNCF. L'ingénieur en chef du service des Aménagements urbains et du service topographique est un Tunisien, ancien élève de l'Ecole polytechnique à titre étranger. Sur les 7 ingénieurs principaux, 6 appartiennent au corps des Ponts et Chaussées et 1 aux Mines »18. Les ingénieurs des Travaux publics du service des Ponts et Chaussées se recrutent en majorité parmi les ingénieurs des Travaux publics de l'Etat du cadre métropolitain. Pour le cadre français local, les possibilités de recrutement sont soit le concours public (avec le même programme que celui d'ingénieur TPE dans la métropole), soit l'examen professionnel ouvert aux adjoints techniques19.

  • 20 En 1954, la Compagnie fermière des chemins de fer compte 4 000 agents d'exécution, dont 2 100 fran (...)
  • 21 Ces ingénieurs sont répartis comme suit : 4 diplômés de l'Ecole polytechnique, 10 de l'Ecole des m (...)

18Dès 1954, la Tunisie compte 22 ingénieurs tunisiens diplômés et 16 sous-ingénieurs. Toutefois, dans les secteurs stratégiques comme les Mines, l'Industrie et l'Energie qui comptent 26 ingénieurs et géologues, les ingénieurs tunisiens représentent une infime minorité : un ingénieur et deux géologues. Aucun ingénieur tunisien n'exerce dans la Compagnie fermière des chemins de fer (50 ingénieurs et dirigeants subalternes20 en 1954), à la Compagnie de phosphate Sfax-Gafsa (20), et à la Compagnie d'électricité et transports. L'historienne Anousheh Karvar a évalué à 36 les diplômés des grandes écoles françaises, l'année de l'indépendance de la Tunisie (1956)21.

19Par ailleurs, les compétences techniques des mêmes ingénieurs diplômés tunisiens ne sont pas toujours utilisées d'une manière rationnelle. L'ingénieur des télécommunications Mohamed Mili a été chargé en 1947 des Transports (parc automobiles). Par obligation ou par choix personnel, la plupart d'entre eux se retrouvent au début des années 1950 dans l'Administration, c'est-à-dire aux postes de commande politique. Ceci déplaît à quelques administrateurs coloniaux qui voient, à la veille de l'indépendance de la Tunisie, une inversion des rôles et une menace éventuelle pour les intérêts français dans le pays :

  • 22 Ministère de l'Industrie à Tunis, « note sur service des industries diverses », Intérêts français, (...)

« Les ingénieurs tunisiens marquent une prédilection pour l'Administration, et une répugnance complète pour l'industrie. Sur 22 ingénieurs, 13 sont fonctionnaires, 3 en chômage ou en fuite, 6 seulement sont placés dans l'industrie ou à leur propre compte. Cette situation est d'autant plus grave pour les intérêts français que les ingénieurs tunisiens s'efforçant tous de se placer dans les services administratifs contrôlant les entreprises industrielles ou de Travaux publics françaises et à cadre français, c'est un véritable contrôle des Français par les Tunisiens qui tend à s'instaurer. »22

20Cette situation découle-t-elle d'une véritable « stratégie d'occupation » de l'Administration par les cadres techniques tunisiens, prônée par les nationalistes tunisiens ? Ou est-elle la conséquence de l'exclusion des ingénieurs tunisiens des secteurs industriels ou stratégiques ?

Le directeur des Travaux publics de la Tunisie constate, de son côté : « le Tunisien n'est pas porté vers les carrières techniques, mais plutôt vers les carrières libérales ». « Certes, écrit-il, il est plus difficile, pour un bachelier de mathématiques élémentaires de préparer les concours des grandes écoles que de se faire inscrire dans une faculté de droit, de médecine ou de pharmacie. D'autre part, ce n'est un secret pour personne en Tunisie que les carrières administratives spécifiquement tunisiennes sont plus lucratives que les carrières techniques. »

21La sélection des élèves ingénieurs tunisiens se fait à la base. Les voies d'accès aux grandes écoles françaises sont étroites : il existe à Tunis une seule classe de mathématiques supérieures au lycée Carnot, un lycée français. Les chances de passer le concours d'entrée par le niveau des mathématiques supérieures à l'Ecole des ingénieurs des travaux publics de l'Etat, créée au début des années 1950, sont très réduites ; ils doivent chercher d'autres filières. Cependant, il convient également de tenir compte d'une autre donnée : l'environnement culturel et économique. En effet, le modèle de réussite sociale chez les Tunisiens n'est peut-être pas encore l'ingénieur, profession accaparée par les Français, mais les professions d'avocat et de médecin beaucoup plus accessibles et échappant en grande partie au contrôle de l'Etat colonial ; sur le plan économique, le secteur industriel tunisien reste embryonnaire, malgré le développement pendant la Seconde Guerre mondiale d'une industrie « de substitution » demeurée fragile.

Ingénieurs et techniciens français : l'instrument d'une politique de maintien des intérêts français en Tunisie ?

  • 23 « J'ai toujours prôné l'association franche et complète avec les Tunisiens sur le plan économique, (...)
  • 24 MATHIEU Jean, « Etude pour servir à l'élaboration des conventions franco-tunisiennes » en date du (...)

22La préparation des conventions franco-tunisiennes en 1954 a montré le rôle essentiel des ingénieurs français dans le maintien des intérêts économiques et stratégiques de la France en Tunisie, sous l'apparence d'un corps réputé apolitique. Amorcée dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, la décolonisation se concrétise progressivement en associant de plus en plus de Tunisiens à la gestion de certaines sociétés23, grâce au concours de la partie libérale et éclairée des administrateurs français. Selon le directeur des Travaux publics, dès 1948, « le raidissement du nationalisme interdisait de plus en plus au gouvernement tunisien de concéder une richesse nationale à une société capitaliste privée « étrangère » (même française). En outre, il n'existait pas de capitalistes tunisiens privés désireux d'investir dans une société par action. La solution proposée par Jean Mathieu fut donc de bâtir des compagnies d'économie mixte24 : le capital provenait de l'Etat tunisien d'une part, et des sociétés nationales et privées françaises et de l'Etat français d'autre part. Ces entreprises constitueront le noyau des futures entreprises nationales tunisiennes. On peut en citer quelques-unes : la Société des forces hydroélectriques de Tunisie (SFHET) constituée avec une participation d'EDF à son capital ; la Société de recherche et d'exploitation des pétroles de Tunisie (SEREPT) dont une partie du capital est fournie par la Compagnie française des pétroles ou la société de transports par avion Tunis-Air avec une participation d'Air France.

23Le conseil d'administration de ces sociétés mixtes associait des fonctionnaires tunisiens à égalité avec les Français : à la SEREPT, Mohamed Ali El Annabi, ingénieur en chef à la direction des Travaux publics, faisait partie des quatre représentants de l'Etat tunisien : Rachid Ben Osman, caïd honoraire, De Frondeville, ingénieur en chef des Mines à la direction des Travaux publics, Boinard, sous-directeur des Impôts. Cette situation de transition constitue-t-elle une étape avant la « tunisification » complète de ces sociétés ou plutôt de leur étatisation après l'indépendance ?

  • 25 MATHIEU Jean, « Etude pour servir… » ?, Archives du MAE, série Tunisie 1950-1951, carton n° 397, b (...)
  • 26 Le syndicat de l'UGTT et le parti du Néo-Destour revendiquent depuis des années la nationalisation (...)

24Pour le directeur des Travaux publics, l'intérêt stratégique de la France exigeait un contrôle des ports maritimes de Tunis, Bizerte, et Sfax ; des transports ; et, dans certains cas, de la production et du transport de l'électricité (en interconnexion avec l'Algérie) ; enfin, un contrôle des recherches pétrolières et des exploitations minières (minerais stratégiques)25. Dans la conception de l'époque, la protection (ou le contrôle) de certains secteurs reste attachée à la notion de défense du territoire dont la France continue à avoir la charge. Pour la même raison, la direction des Travaux publics propose le maintien en Tunisie d'ingénieurs français, notamment dans les secteurs des transports d'une part, et d'autre part, des mines26, carburants et électricité.

  • 27 Archives du MAE, série Tunisie 1950-1951, carton n° 397.

25L'enjeu est d'importance à la veille de l'indépendance tunisienne : par le biais des ingénieurs, la France possède, entre autres, deux atouts majeurs : la technicité, et les plans relatifs à la défense du territoire. D'autant plus que les ingénieurs tunisiens ne sont pas légion dans ces secteurs : dans les services routiers, on compte un seul ingénieur (principal) tunisien sur 39 ingénieurs français de différents grades ; au service topographique, sur les 77 ingénieurs, 14 sont tunisiens, dont un ingénieur principal, chef de service ; le service maritime ne compte aucun ingénieur tunisien parmi les 10 ingénieurs opérant dans ce service27. Il arrive que des ingénieurs tunisiens occupent la place de premier plan dans certains services (les plus anciens ?), comme celui des bâtiments civils ou le service topographique.

INGÉNIEURS ET VIE ASSOCIATIVE

  • 28 En 1908, 13 ingénieurs français et un géomètre tunisien attaché à l'administration des Habous (Cha (...)
  • 29 Voir à ce propos : LUCAS Yvette, DUBAR Claude (Eds), Genèse et dynamique des groupes professionnel (...)

26Si la participation des quelques ingénieurs tunisiens aux services techniques est difficile dans le système colonial qui les marginalise, en revanche, leur participation à la vie sociale et culturelle est intense. Quelques figures émergent : nous citerons deux exemples : celui de Mohamed Ali El Annabi, premier ingénieur polytechnicien tunisien (promotion 1929) qui a été pendant plusieurs années le président de l'Association des anciens élèves du collège Sadiki. Il donnait souvent des conférences, encourageait les étudiants à poursuivre des études en France à travers l'Association des étudiants nord-africains en France. Le second exemple est celui de Mohamed Mili, ingénieur des communications, qui a été pendant les années 1950 président de l'Association tunisienne des caravanes des jeunes (1951). Parmi les Français, un grand nombre d'ingénieurs ont animé diverses associations : d'assistance mutuelle, associations régionales, culturelles28 ou de bienfaisance mais aussi à caractère technique ou scientifique. Ces groupements amicalistes ou professionnels sont autant d'indicateurs de la constitution de corps professionnels29 conscients de leur identité professionnelle, souvent confondue avec l'identité nationale.

Association amicale du personnel des travaux publics (15 juin 1905)

  • 30 Bulletin de la Société amicale et d'assistance mutuelle du personnel des travaux publics, n° 1, fé (...)
  • 31 Dont 14 agents métropolitains. Voir Bulletin cité, n° 1, février 1906, p. 11.

27Constituée le 15 juin 1905 par arrêté du Premier ministre, la Société amicale et d'assistance mutuelle du personnel des travaux publics a l'originalité de défendre le personnel français local contre le personnel métropolitain. Elle demande que le recrutement se fasse sur un critère de compétence parmi la catégorie d'employés qu'elle représente. Elle se propose « d'apporter son appui pour la sauvegarde des intérêts moraux et matériels de ses membres »30 et traite en priorité des questions de statuts, de traitements, concernant le personnel des Travaux publics. En janvier 1906, la Société compte 226 membres actifs31 appartenant à tous les services, 126 membres adhérents et 3 membres associés. Ces derniers, classés parmi les membres bienfaiteurs, sont les ingénieurs Léon Boulle, Jomier, Vincent et Alphonse Durel, outre Eugène de Fages, directeur général des Travaux publics. Cette association française est ouverte à toutes les catégories de personnel des Travaux publics.

Union des ingénieurs et techniciens français - groupe de Tunisie (janvier 1945)

28L'Union des ingénieurs et techniciens français serait l'héritière de l'Association des ingénieurs et techniciens tunisiens. Dès 1937, date de sa création, celle-ci a demandé à être reconnue par l'administration, mais nous avons peu de renseignements sur ce groupement.

  • 32 Bulletin de l'UNITEC, Tunis, n° 6, (mensuel), juin 1945.
  • 33 Dans un article, BOUCHARD, secrétaire général de l'UNITEC, « L'UNITEC au service de la France » tr (...)
  • 34 Ce groupe UNITEC-Algérie ou Union des Ingénieurs et techniciens français (puis d'Algérie) est reco (...)
  • 35 Bulletin de l'UNITEC, Tunis, n° 5, mai 1945, p. 9.

29Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, des groupements réunissant ingénieurs et techniciens vont se constituer en France et dans les colonies. En 1945 est créée l'Union des ingénieurs et techniciens en France et dans les colonies (UNITEC) qui se veut « un vaste rassemblement des ingénieurs et techniciens »32 ; elle agit en liaison avec le mouvement de la Résistance française, insiste dans son bulletin sur le rôle social de l'ingénieur33. Un groupement semblable est créé à Alger (1944)34 et un autre en Tunisie l'UNITEC-groupe de Tunisie (janvier 1945). L'UNITEC-Tunisie publie un bulletin qui contient, outre des renseignements sur la vie du groupe, des études d'ingénieurs sur des thèmes d'actualité : le développement de l'électricité en Tunisie, l'agriculture, l'urbanisme. Cette association regroupe 384 membres dont 240 sont à Tunis : ingénieurs, techniciens et contremaîtres. Lors de son assemblée générale du 12 mai 1945, elle émet le regret que « les camarades tunisiens sont encore trop peu nombreux » parmi eux35.

La Fédération des associations des ingénieurs de Tunisie (1950-1956) : les ingénieurs « sans les techniciens »

30Créée en 1948 par le centralien Jean Tommy-Martin, comme un lieu de rassemblement de tous les ingénieurs, la Fédération des associations des ingénieurs de Tunisie (FAIT) est reconnue deux ans plus tard par arrêté du 13 octobre 1950. Elle a pour but :

31« a) d'étudier toutes les questions d'ordre technique, social et moral intéressant l'ensemble des ingénieurs et de mettre en œuvre des mesures propres à apporter des solutions à ces questions ;

32b) d'établir des liaisons amicales permanentes entre les ingénieurs et entre leurs corps (et) leurs groupements régionaux. »

  • 36 Article 5 des Statuts de la FAIT, Bulletin de la FAIT, n° 1, novembre 1950, p. 5.

33Les membres actifs de droit sont les anciens élèves d'une école représentée en Tunisie par une association dont ils sont membres. Cette organisation française groupe également des ingénieurs tunisiens sortis des écoles métropolitaines. Parmi ces derniers, Abdelaziz Zenaïdi a occupé, pendant quelques mois, la fonction de trésorier au sein du bureau exécutif de la Fédération (1952). Le montant de la cotisation annuelle est assez élevé : 100 francs pour les membres actifs, inscrits à une association d'école et 200 francs pour les autres36.

  • 37 L'Ecole coloniale d'agriculture de Tunis a été créée en 1898.
  • 38 DESCOTES-GENON, président de la FAIT, voir Bulletin de la FAIT, n° 2, juillet 1952.

34En 1952, la FAIT regroupe environ 800 ingénieurs provenant de quatorze écoles différentes et répartis dans diverses professions et localités du pays ; un peu plus de la moitié (402) sont des ingénieurs agricoles (ou agronomes) que nous évoquons ici à titre comparatif37. Cependant, nombreux sont les gadz'Arts sortis des Arts et Métiers (103 tous Français), suivis des ingénieurs de Polytechnique (75 dont un Tunisien). Elle a été présidée successivement (1948-1951) par Jean Tommy-Martin, ingénieur de Centrale, Germain Abadie, polytechnicien (1909), Antonin Coupin, ingénieur de l'Institut national agronomique, Georges Michel, ingénieur de l'Ecole centrale des arts et manufactures (1920) et Joseph Descotes-Genon, ingénieur IEG (1920). Outre la solidarité « traditionnelle » qui unit les ingénieurs d'une même école, le Bulletin de la Fédération des associations d'ingénieurs de Tunisie (paru de novembre 1950 à 1956), va rechercher à rapprocher les ingénieurs des différentes écoles. Solidarité de corps et solidarité française doivent se confondre. Selon le président de la FAIT, la mission de la Fédération ne doit pas s'arrêter à encourager la camaraderie « localisée pour le moment entre les ingénieurs d'une même école », elle doit déborder « sur un plan plus général, sur le plan ingénieur… surtout dans ce pays où nous représentons tous, à quelque titre que ce soit, la technique française »38. A cette fin, la FAIT a publié à deux reprises les listes nominatives des ingénieurs par école. Ces données nous permettent d'apprécier à grands traits la physionomie du corps des ingénieurs en Tunisie au début des années 1950 (cf. le tableau en annexe).

35Les principales activités de la Fédération des associations des ingénieurs de Tunisie sont l'organisation des conférences, des visites d'usines ou de barrages (en 1955, usine SOTAL, sondage de la SEREPT à Protville, les silos de Ben Arous, etc.) ; et, parfois, de sites archéologiques. Les thèmes traités par le bulletin concernent l'extraction du pétrole ; l'organisation technique du pays, son équipement et la technique industrielle en général ; ainsi que le béton. Elle fait appel parfois à des ingénieurs français de passage à Tunis, comme Lebegue, ingénieur l'Ecole des arts et manufactures, membre de l'Association française des conseils en organisation qui a prononcé en mai 1950, une conférence sur « L'organisation du travail. Méthode des temps élémentaires », à la salle de l'Alliance française à Tunis. Des visites d'entreprises sont organisées périodiquement. Un « Bal des ingénieurs » a lieu tous les ans au Majestic Hôtel. La FAIT a souhaité la construction de la Maison de l'ingénieur à l'instar de certaines villes métropolitaines.

  • 39 « Il n'est pas douteux que la tournure d'esprit des Tunisiens les porte aux arguties juridiques et (...)

36A la lecture de ses rapports d'activité, la Fédération, soucieuse avant tout de la solidarité du corps des ingénieurs, passe sous silence les tensions ou conflits qui surgissent entre ingénieurs français et ingénieurs tunisiens et de ces derniers avec l'administration du Protectorat. La compétence de certains ingénieurs tunisiens est mise en cause39. De plus, un grand nombre d'entre eux ne sont pas affectés à des tâches techniques mais occupent des emplois administratifs.

37Nous ignorons encore les raisons qui ont empêché certains ingénieurs tunisiens d'adhérer à la Fédération des associations d'ingénieurs de Tunisie ; des raisons politiques peuvent être avancées : à partir de 1952, et probablement à la suite des opérations de la résistance armée, A. Zénaïdi, trésorier de la Fédération, n'assiste plus aux réunions des assemblées générales de cette organisation ; Tahar Amira, ingénieur des Mines (promotion 1945), était engagé très tôt dans l'action nationaliste et plus tard en soutenant la résistance armée ; Ezzeddine Abbassi, ingénieur des TP (1946), inspecteur, futur ministre des Travaux publics dans le ministère Tahar Ben Ammar (1955), est « très mal vu par le personnel français ».

QUELQUES FIGURES D'INGÉNIEURS : DES ITINÉRAIRES CONTRADICTOIRES

38L'établissement de notices biographiques de certaines figures marquantes du corps d'ingénieurs de Tunisie devrait nous aider à mieux comprendre certains faits sociaux, économiques et culturels de la Tunisie coloniale. Nous posons quelques jalons en attendant de les compléter ultérieurement. Nous présenterons ici quelques figures d'ingénieurs issus des PTT et des Travaux publics. Nous avons tenté de retracer l'itinéraire de chaque ingénieur, mais les informations recueillies jusque-là sont inégales et insuffisantes pour évoquer le parcours individuel ainsi que l'insertion sociale et politique de chaque cas étudié. L'établissement de ces biographies est en cours d'achèvement.

Les ingénieurs des PTT

39BEN CHEIKH Habib. Né à Mahdia en 1928. Etudes primaires à Mahdia et études secondaires au collège Sadiki à Tunis. Il poursuit des études à l'Ecole supérieure des télécommunications à Paris et obtient le titre d'ingénieur des Télécommunications. De retour à Tunis en 1952, il est recruté au titre d'ingénieur au ministère des PTT. Nommé directeur général de la Radio et de la Télévision tunisienne (1968-72), puis ministre des PTT. Source : L'Ingénieur tunisien, mars-avril 2001, p. 26.

40CABANTOUS Jean, Ariel. Ingénieur délégué des PTT, est nommé le 1er décembre 1942 chef de service à la direction de l'Office tunisien des PTT. Source : Archives nationales de Tunisie, carton n° 305, 1/6, fo 20.

41CLEMENT. Sous-ingénieur en 1937 à l'Office postal tunisien, faisant fonction d'inspecteur dans les services électriques. Source : Annuaire tunisien, Tunis, 1937.

42DEZES Jean Louis. Né en 1902 à Montbrisson (Loire). Fils d'un magistrat qui a débuté en Oranie et terminé sa carrière comme conseiller à la cour d'appel de Toulouse. Après des études au lycée de Toulouse, il est admis à l'Ecole polytechnique en 1921. Il en sort dans le cadre des ingénieurs des Postes et des Télégraphes. Après un passage dans diverses écoles d'application, il est nommé ingénieur à Lille, puis à Montpellier et enfin à Alger en 1931. En Algérie, où il est promu chef des PTT en 1938, cet ingénieur en chef est spécialement chargé de l'installation de la téléphonie automatique à Oran, Constantine, Bône, et Alger. Il prend la direction des services régionaux en Algérie. En 1941, il est appelé par l'amiral Estéva à diriger l'Office tunisien des postes et des télégraphes (1941-1953).

43LE GOURRIEREC René. Ingénieur des Postes, Télégraphes et Téléphone ; chef de service à l'Office tunisien des PTT du 1er avril 1948 jusqu'à 1952. Source : Archives nationales de Tunisie, carton n° 305, 1/6, fo 66.

44LE SAGET Louis. Ingénieur de première classe des Télécommunications. Nommé le 1er août 1952 chef de service à l'Office des postes et des télécommunications de Tunisie.

45KHOUADJA Ibrahim. Né à Mahdia en 1927. L'un des premiers élèves du collège Sadiki à avoir passé le baccalauréat mathématiques (1947), après les réformes de l'enseignement dispensé dans ce collège. Il poursuit des études supérieures en télécommunications et obtient le titre d'ingénieur des Télécommunications (1954). Il a travaillé en France pendant un an. De retour à Tunis, il est recruté en tant qu'ingénieur adjoint. Il est directeur puis directeur général des Télécommunications (1966) ; secrétaire d'Etat aux PTT (1979), ministre du Transport et des Télécommunications puis ministre des Télécommunications jusqu'à sa retraite en 1989. Source : L'Ingénieur tunisien, mars-avril 2001, p. 25.

46MILI Mohamed, Hasard et persévérance résument l'itinéraire de Mohamed El Mili. Né le 4 décembre 1917 à Djemmal (Sahel de Sousse), d'un père notaire (Adl). Il obtient en 1930 le certificat d'études primaires à l'école franco-arabe. Son père, qui a voulu faire de lui un instituteur, l'inscrit au collège de Sousse où il obtient en 1934 le brevet élémentaire. Il réussit le concours d'entrée à l'Ecole normale de Tunis où il obtient le brevet supérieur. Admis au concours de l'Ecole normale de Toulouse en 4e année (1938-1939), après avoir passé un premier examen de « vérification des connaissances » en mathématiques et en physique, une sorte de sélection préalable. Admis en 1939, à l'Ecole normale supérieure de Saint-Cloud. Pendant la guerre, il enseigne pendant deux ans au collège technique Emile Loubet à Tunis. En même temps, il prépare une licence de mathématiques par correspondance avec Alger. Il retourne en 1941, en pleine guerre, à Paris à l'Ecole nationale supérieure de Saint-Cloud pour passer différents certificats. Titulaire en 1944 d'une licence de la Sorbonne, il obtient la même année le diplôme de professeur. A cette époque, l'Ecole nationale supérieure des télécommunications était encore peu connue et les filières qui y conduisent aussi. Mili un « matheux » qui voulait être ingénieur, est informé « par hasard » : le « doyen » Khereddine Haqqi, étudiant syrien d'Alep, l'a renseigné sur les conditions d'entrée (avoir cinq certificats de licence). Elève de l'Ecole nationale des télécommunications de 1944 à 1946, il en sort ingénieur civil des Télécommunications et présente sa candidature pour être recruté en tant qu'ingénieur à l'Office postal de Tunisie ; sa candidature est refusée par « manque de postes disponibles ». En réalité, on refuse l'entrée d'un destourien dans un secteur qui relève de la Sécurité de l'Etat. En 1948, le département des Télécommunications, espérant rencontrer un refus du candidat, propose à Mohamed Mili un poste d'ingénieur adjoint (équivalent à celui d'un technicien français) et le charge du parc des voitures, jusqu'à 1952. Soutenu par le syndicat tunisien de l'UGTT qui, en accord avec les partis nationalistes, pousse les Tunisiens à entrer dans la fonction publique, Mili accepte un poste inférieur à son grade à l'Office postal. Il est le premier tunisien à entrer à la direction de l'Office postal ; il porte le fez, dit-il, « pour se distinguer ». En 1952, à cause de pannes fréquentes, il est accusé par le directeur de l'Office de sabotage de voitures (Mili venait en fait de recruter des chauffeurs tunisiens). Vu l'importance politique de son poste, et « ne cherchant pas l'éclat », Mili se défend de toute action de sabotage. En revanche, étudiant à Paris, il a servi pendant la Seconde Guerre mondiale, après la fuite de Habib Thameur, d'agent de liaison pour les militants destouriens entre Tunis et le Caire (diffusion des lettres). Ingénieur en chef des PTT depuis 1957, il est nommé en 1975 directeur général des télécommunications et représentera la Tunisie à l'Union internationale des télécommunications dont il est actuellement secrétaire général honoraire. Il a enseigné, dès 1948, les mathématiques en arabe à la Khaldounia ; il a présidé l'association scoute L'Espoir et l'Association tunisienne des caravanes de jeunes (1951). Source : Entretien avec M. Mohamed Mili le 7 octobre 2000, qu'il soit ici remercié ; L'Ingénieur tunisien, mars-avril 2001, p. 25. Archives nationales de Tunisie, E 509, 631.

Les ingénieurs des Travaux publics

47ABASSI Ezzeddine. Né à Tunis le 19 janvier 1920, il poursuit ses études primaires et secondaires au collège Sadiki puis au lycée Carnot. Il effectue, à Alger, des études préparatoires en « Math-Spé », et passe l'oral à Paris. Il part à Saint Etienne en pleine guerre et poursuit ses études à l'Ecole nationale supérieure des mines et obtient le diplôme de cette école avec le titre d'ingénieur des Travaux publics. Il a été membre de la commission administrative du syndicat de l'UGTT ; mais il a été révoqué pour fait de grève, le 1er avril 1953, puis réintégré le 1er avril 1954. Nommé en septembre 1955, ministre des Travaux publics au ministère Tahar Ben Ammar. Source : Le Petit Matin, Tunis, 18 septembre 1955 ; L'Ingénieur tunisien, mars-avril 2001, p. 18.

48AMIRA Tahar. Né à Tunis en 1920, originaire de Monastir. Il a poursuivi ses études secondaires au collège Sadiki jusqu'à 1941. Il réussit le concours d'entrée à l'Ecole supérieure des mines de Paris et obtient le titre d'ingénieur des Mines (1945). Il poursuit encore une année de spécialisation dans les recherches minières. En 1946, il est recruté à la direction des Travaux publics. Il a travaillé dans plusieurs sociétés : à la SEREPT. (recherche pétrolière), entre 1947 et 1956 ; à la SOFOMECA (1965-1972) ; à la SITEP (1972-1981). Il a présidé l'Association des ingénieurs et techniciens tunisiens. Il a adhéré très jeune au parti du Néo-Destour (dès les années 1930) et s'est engagé dans l'action nationaliste en apportant son concours à la lutte armée ; opposant politique dans les rangs du mouvement youssefiste (1955-1956), il est emprisonné par le Gouvernement Bourguiba. Il a également assisté au congrès de Bandung en 1955.

49BAITON. Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, ingénieur en chef des Services maritimes, directeur des Ports maritimes.

50BEN OSMAN Lasaâd. Né le 16 février 1926. Ingénieur civil de l'Ecole nationale supérieure des mines de Paris (1949). De 1949 à 1952, il est ingénieur à la direction des Travaux publics (service de la prospection) ; il a présidé, de 1952 à 1955, le district (service) de la recherche pétrolière. A partir de 1955, il occupera plusieurs hautes fonctions dans les secteurs des Travaux publics et de l'Agriculture. Il a été plusieurs fois ministre. Carrière : directeur adjoint des eaux et des équipements ruraux (1955-1959) ; puis directeur dans le même domaine au ministère de l'Industrie (1959-1967) ; secrétaire d'Etat adjoint, puis secrétaire d'Etat à l'Agriculture (1967-69, 1969-70) ; ministre des Travaux publics et de l'Habitat ; ingénieur (principal) au ministère de l'Agriculture (1971-73) ; PDG pendant quelques mois de Tunis Air (janvier-octobre 1973) ; ministre des Transports et des Communications (1973-74), ministre de l'Equipement et de l'Habitat (1974-79), ministre de l'Agriculture (1979-88). Ayant également occupé plusieurs postes honorifiques à l'étranger, il préside, depuis 1993, l'Union tunisienne de solidarité sociale. Source : L'Ingénieur tunisien, mars-avril 2001, (N.S.), p. 24.

51BEN SALAH Salah. Premier ingénieur tunisien des Mines (1920), né en 1888 à Moknine. Il fait des études secondaires au collège Sadiki (1901-1902), puis au lycée Carnot de Tunis où il obtient le baccalauréat (section mathématiques). En 1911, il s'inscrit à l'Ecole des mines de Paris et obtient le diplôme d'ingénieur des Mines. Les renseignements sur S. Ben Salah sont vagues : nous savons qu'il a été recruté en France, pendant la Première Guerre mondiale, par une compagnie française dont nous ignorons le nom. Il retourne en Tunisie à la fin de la guerre, mais il ne peut être embauché par la direction des Travaux publics. Il s'oriente vers le commerce (société de boissons, puis vente de matériaux de construction à Sousse). Rappelé par la même compagnie française qui l'avait embauché en France, il est employé au Congo. Il meurt à Brazzaville dans des conditions non élucidées. Source : ACHOUR Abdelwahab, « Salah Ben Salah », Revue de Sadiki, Tunis, n° 17, janvier 2000 (en arabe).

52BONNENFANT Jean-Louis. Ingénieur des Ponts et Chaussées à Soissons (Aine) ; en détachement à Tunis du 10 octobre 1932 au 16 février 1945, date à laquelle il est réintégré en métropole. Proposé pour la direction des TP en Tunisie (le 6 mars 1945) en remplacement de Gosselin.

53BOUSOFFARA Hassen. Ingénieur (I-1947 LS). Professeur au collège Emile Loubet à Tunis, membre du Groupe de Tunisie des ingénieurs IEG.-EIH.et IRG. en 1952 [en cours d'étude]. Source : L'Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001 (N.S.), p. 14 ; Bulletin de la Fédération des associations d'ingénieurs de Tunisie, n° 2, juillet 1952, p. 38.

54DE FAGES DE LA TOUR Eugène. Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de 2e classe, directeur général des Travaux publics en Tunisie (1904-1908 ?). Source : Archives du Quai d'Orsay, nouvelle série Tunisie, carton n° 579, fo 15.

55DE FRONDEVILLE. Ingénieur en chef des Mines, directeur des carburants en Tunisie vers 1954.

56DELLAGI Mustapha. Ingénieur (1946) [en cours d'étude].

57EL ANNABI Mohamed Ali. Né le 15 février 1906 à Bizerte, il a fait ses études au collège Sadiki puis au lycée Carnot. Diplômé de l'Ecole supérieure de langue et littérature arabes, il suit la classe de mathématiques spéciales au lycée Saint-Louis à Paris. Premier tunisien reçu à Centrale et à Polytechnique, il intègre l'Ecole nationale supérieure des mines. Licencié es-lettres à la Sorbonne et diplômé de l'Ecole libre des sciences politiques, il a refusé une proposition d'enseigner les sciences à la Sorbonne pour ne pas avoir à renoncer à la nationalité tunisienne. M.A. El Annabi a participé activement à la vie associative en Tunisie. Il est l'un des fondateurs en 1928 de l'Association des étudiants musulmans nord-africains en France (AEMNAF). Il est élu président de l'Association des anciens élèves du collège Sadiki (AAECS) de 1934 à 1954. Suite aux difficultés rencontrées par l'AEMNAF pendant l'après-guerre, il utilise l'AAECS pour organiser la Quinzaine de l'étudiant, manifestation visant à recueillir des fonds d'aide aux étudiants tunisiens en France. Il a fondé l'Association des ingénieurs et techniciens (1937 ou 1948 ?) ; membre du Groupement de Tunisie des ingénieurs de l'Ecole polytechnique (1950-56). Il est nommé en 1934 ingénieur adjoint au chef du service des Mines à la direction des Travaux publics. Muté en 1937 au secrétariat général du gouvernement tunisien pour s'occuper des problèmes du paysannat indigène et de l'artisanat. Ingénieur en chef à la direction des Travaux publics (service topographique). En 1956, il est nommé ingénieur en chef des TP, et directeur du Plan. En qualité de responsable du service de Recherche scientifique et de l'Energie atomique en Tunisie ; a été membre-conseiller de la délégation tunisienne qui a participé à la session de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA - 20 septembre-20 octobre 1956). En défendant les avantages liés à l'utilisation pacifique de l'énergie atomique, notamment dans le domaine de l'hydraulique et de l'agriculture, il a convaincu Habib Bourguiba de faire adhérer la Tunisie à cette Agence. Il a lui-même effectué des recherches dans les domaines de la physique de la terre, de la physiologie végétale, de l'énergie, etc. Il meurt en avril 1962. Source : ARROUAS, Livre d'or, 2e édition, Tunis, 1942, p. 11 ; L'ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001 (N.S.), p. 13 : biographie de M.A. El Annabi à l'occasion de sa décoration à titre posthume ; EL ANNABI M.A., « L'énergie atomique au service du Centre et du Sud », L'Action, Tunis, 10 septembre 1956.

58EL FEKIH Abdelhamid. Ingénieur (1950) [en cours d'étude].

59FABRE Auguste. Ingénieur en chef à la Compagnie du gaz et Régie co-intéressée des eaux à Tunis [en cours d'étude]. Source : Archives du Quai d'Orsay., Tunisie 1944-49, carton n° 15, fo 248.

60GHEDAMSI Mohamed. Ingénieur (I-1946), membre du Groupe de Tunisie des ingénieurs IEG.-EIH.et IRG. en 1952, attaché à la Compagnie fermière des chemins de fer tunisiens, Tunis-Grombalia [en cours d'étude]. Source : L'Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001 (N.S.), p. 14. ; Bulletin de la Fédération des associations d'ingénieurs de Tunisie, n° 2, juillet 1952, p. 38.

61GIROUD. Ingénieur en chef des Transports, directeur des Transports (vers 1954).

62GOSSELIN. Ingénieur en chef des Travaux publics de la Tunisie et directeur des TP ; détaché en Tunisie le premier juin 1922 jusqu'au 1ER mars 1945 par période quinquennale, demande son détachement au ministère français de la Reconstruction et de l'Urbanisme le 1er mars 1945.

63HOUKI Ahmed. Ingénieur des Arts et Métiers (signalé en 1954) [en cours d'étude].

  • 40 Sur la biographie de M. LATIRI, voir KARVAR A., La formation des élites scientifiques…, op. cit., (...)

64LATIRI Mokhtar. Né à Hammam-Sousse, le 18 mars 1925, cet ingénieur polytechnicien est une « figure-clé » des ingénieurs tunisiens. Après des études primaires à l'école franco-arabe de sa ville natale, « ses brillants résultats »40 lui permettent d'obtenir une bourse au collège de Sousse où il est interne. Avec l'aide de son frère, étudiant à l'université de la Zitouna, il entre au lycée Carnot et sera reçu premier au baccalauréat français. Il surmonte des difficultés matérielles en rassemblant des dons privés pour payer ses frais du voyage à Paris. Il s'inscrit au lycée Louis-Le-Grand puis à l'Ecole polytechnique d'où il sort diplômé en 1947. Mais en 1951, l'administration coloniale refuse de l'engager au poste d'adjoint à l'ingénieur en chef des Ponts et Chaussées. Ingénieur principal à la direction des TP, puis au ministère des TP, chef de l'arrondissement de Sousse (1956). De 1958 à 1966, il est à la tête de la direction générale de l'Equipement au ministère des Travaux publics et de l'Habitat. Nommé PDG de la société Les Industries chimiques maghrébines (1966-68). Membre du Groupement de Tunisie des ingénieurs de l'Ecole polytechnique (1952).

65MATHIEU Jean. Directeur général des Travaux publics, président d'honneur de la Fédération des associations d'ingénieurs de Tunisie (1952-1955).

66MICHAUD Paul-Aimé-Clément. Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, ancien inspecteur général. Né le 15 mars 1844 à Péron (Ain), il entre en 1864 à l'Ecole polytechnique et en sort en 1866 dans le corps des Ponts et Chaussées. Il débute comme ingénieur ordinaire dans le département du Jura chargé du service ordinaire et du service hydraulique (1869-1871) ; puis dans les départements de l'Ain et du Rhône (1871-1874), chargé du service des études et des travaux des chemins de fer à Saint-Juste (1875-1883). Promu ingénieur en chef en 1883. Massicault, ancien préfet du Rhône, nommé résident général à Tunis, l'appelle à le suivre en « terre africaine » et lui confie le poste de directeur général des Travaux publics : il gère alors plusieurs services encore rudimentaires mais ses responsabilités sont assez étendues ; il dirige à la fois les Ponts et Chaussées, la police des ports de commerce et de la navigation, les mines, le service topographique, et celui des forêts. Après la mort du résident Massicault, il accepte en Corse un poste inférieur à son grade.

67MICHAUX Lucien. Ingénieur des Ponts et Chaussées, adjoint au directeur général des Travaux publics (1906). Source : Revue tunisienne, 15e année, n° 67, janvier 1908.

68MONTMARIN Arnaud de. Ingénieur principal des Travaux publics, responsable du mouvement Vie nouvelle, membre du Comité d'action franco-tunisien pour l'amitié et la coopération, créé le 5 avril 1955 à Tunis.

69PETREMENT Charles-Marcel. Ingénieur, directeur de la Société nord-africaine d'électricité, gaz et eaux à Sfax. Source : Archives du Quai d'Orsay., Tunisie 1944-49, carton n° 15, f° 248.

70PORCHE Georges. Ingénieur des travaux de la ville de Tunis (1906). Source : Revue tunisienne, n° 67, janvier 1908, p. 92.

71ZENAIDI Abdelaziz. Né à Tunis en 1914, il a obtenu le baccalauréat au lycée Carnot de Tunis. Entre 1935 et 1937, élève du lycée Saint-Louis à Paris, il réussit le concours d'entrée à l'Ecole centrale de Paris et en sort en 1940. Il reprend des études supérieures en 1941-1942 malgré les difficultés liées à la guerre et devient ingénieur de l'Ecole centrale des arts et manufactures (1942). Employé pendant deux ans aux usines Renault en France, il revient à Tunis fin 1944. Il est alors employé au Commissariat à la reconstruction à Tunis et devient ingénieur en chef en 1947. Il est responsable de la reconstruction, de l'habitat et de l'aménagement du territoire jusqu'à 1969, date à laquelle il est nommé PDG de la société Al Boniane (société de bâtiment qui comprend 22 filiales en Tunisie). De 1973 à 1978, il est le PDG. de Tunis Air. Membre du Groupe de Tunisie des ingénieurs de l'Ecole centrale des arts et manufactures, il est le trésorier, en 1952, de la Fédération des associations d'ingénieurs de Tunisie. Mais n'assistant plus aux réunions de cette fédération, il est remplacé par Justin Blanc. Source : Biographie de Abdelaziz Zénaïdi parue à l'occasion de sa décoration, in L'Ingénieur tunisien, n° 25, mars-avril 2001 (N.S.), p. 14. ; Bulletin de la Fédération des associations d'ingénieurs de Tunisie, n° 2, juillet 1952, p. 36.

Annexes

Annexe

Etat des groupements affiliés à la Fédération des associations d'ingénieurs de Tunisie* (en juillet 1952) :

Etat des groupements affiliés à la Fédération des associations d'ingénieurs de Tunisie* (en juillet 1952) :

Source : Bulletin de la Fédération des associations des ingénieurs de Tunisie, n° 2, juillet 1952.
*Comptage fait à partir des listes nominatives des ingénieurs publiées par le Bulletin de la Fédération des associations des ingénieurs de Tunisie, n° 2, juillet 1952.
**Dont une femme française (promotion de 1922).
*** Ces trois groupements figurant sur trois listes différentes du bulletin de la FAIT ont été réunis au sein d'une même rubrique : Groupement de Tunis des ingénieurs agricolos (186 adhérents dont 13 Tunisiens), Groupement de Tunisie des ingénieurs agricolos (120 dont 9 Tunisiens), et Groupement de Tunisie des ingénieurs agricoles (51 tous Français).

Notes

1 Sur l'évolution des figures de l'ingénieur colonial, voir VACHER Hélène, « Les figures de l'ingénieur colonial à la fin du xixe siècle : la formation de la Société française des ingénieurs coloniaux et de l'Ecole Spéciale des Travaux Publics », Le Mouvement Social, n° 189, octobre-décembre 1999, pp. 47-65.

2 Voir à ce propos la thèse de KARVAR Anousheh, La formation des élites scientifiques et techniques étrangères à l'Ecole polytechnique aux xixe et xxe siècles, thèse d'épistémologie, d'histoire des sciences et des techniques, Université Paris VII-Denis Diderot, 1997.

3 Direction générale des Travaux publics, Les Travaux publics du Protectorat français en Tunisie, Tunis, imprimerie générale J. Picard et Cie, 1900, t. 1, p. 7. Entre 1883 et 1889, le plus grand nombre des agents du service des Ponts et Chaussées appartient « soit au corps des Ponts et Chaussées soit à l'ancien personnel du cadre auxiliaire des travaux de l'Etat », in Direction générale des Travaux publics, Compte rendu de la marche des services de 1883 à 1889, Tunis, La Rapide, 1889, p. 7.

4 BEN SALEM Lilia, « La profession d'ingénieur en Tunisie, approche historique », in Bâtisseurs et bureaucrates. Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient, Maison de l'Orient, Lyon, CNRS, 1990 ; « Les ingénieurs tunisiens au xixe et xxe siècles », Revue de la Méditerranée et du Monde musulman, 72, 1994/2, pp. 60-74.

5 KHELFAOUI Hocine, Les ingénieurs dans le système éducatif. L'aventure des instituts technologiques algériens, Paris, Publisud, 2000, p. 20.

6 L'Office postal est créé par une convention signée le 29 mars 1888 entre le ministre des Affaires étrangères, le ministre des Finances, pour les Postes et les Télégraphes et le résident général, comme représentant du bey. L'Office postal entre en activité le 1er juillet 1888 ; il est justiciable de la Justice française : « L'objet de ses services, qui assurent l'échange des correspondances de l'Etat en même temps que celles de particuliers, et aussi le caractère politique, administratif, militaire même de ses opérations, réclament ces conditions exceptionnelles », voir Annuaire tunisien, 11e édition, 1936, Tunis, SAPI, 1936, p. 199.

7 Un premier repérage dans les archives du ministère français des Affaires étrangères nous a permis de recenser un peu plus d'une vingtaine de cartons sur les Travaux publics en Tunisie et sur la Poste.

8 Voir à ce propos PLANEL Anne-Marie, De la Nation à la colonie : la communauté française de Tunisie au xixe siècle, d'après les archives civiles et notariées du consulat général de France à Tunis, thèse d'histoire, Paris, EHESS, 2000, 773 p.

9 Paul Michaud, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, directeur général des Travaux publics sous le résident général Massicault, a accepté, à la mort de ce dernier, un poste inférieur à son grade en Corse. Bonneau, ingénieur des Ponts et Chaussées à la direction des Travaux publics de Tunisie, a demandé à être mis à la disposition du gouvernement ottoman, mais il n'a pu être libéré, « il remplit à la direction des T.P. des fonctions importantes, comprenant notamment la construction d'une ligne ferrée de première urgence », Le résident général S. Pichon au ministre des Affaires étrangères, le 2 octobre 1908, Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE), nouvelle série Tunisie, carton n° 579.

10 BELAID Habib, « Les PTT dans la Régence de Tunis : enjeux politiques et militaires aux xixe et xxe siècles », Rawafid n° l, 1995, (revue de l'Institut supérieur d'histoire du mouvement national), Tunis, pp. 168-149 ; « Les PTT dans la Régence de Tunis : enjeux politiques et militaires aux xixe et xxe siècles », Rawafid n° l, 1995, (revue de l'Institut supérieur d'histoire du mouvement national), Tunis, pp. 168-149 ; « Les débuts de la radiodiffusion en Tunisie (1935-1946) », Revue tunisienne de communication, revue de l'Institut de presse et des sciences de l'information (IPSI), Tunis, 1997.

11 Extrait de La Dépêche tunisienne du 1er avril 1891. voir aussi Bulletin de l'Office des postes et télégraphe, n° 6, 1er sem. 1891, p. 389 : « Inauguration du réseau téléphonique de Tunis ».

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Créé pour assurer l'application de la loi foncière de 1885, le service topographique est chargé de procéder aux travaux de reconnaissance, de bornage, de triangulation, d'arpentage et de lotissement et l'établissement des plans cadastraux. En 1946, il compte 18 ingénieurs topographes (tous français) qui dirigent une centaine de topographes ou aspirants topographes (agents commissionnés), en plus des agents techniques, Note sur la création du diplôme de géomètre-expert, en date du 2 avril 1946, le résident général Mast au ministère des Affaires étrangère, Archives du MAE, série Tunisie 1944-50, carton n° 161, p. 153-154.

15 Cette concession remonte à une convention de 1872, renouvelée en 1884. Notice sur la direction des Travaux publics, avec une liste nominative du personnel, Annuaire tunisien, Tunis, SAPI, 1936.

16 Construction de barrages : 7 étaient prévus à la fin des années 40, 3 étaient en cours en 1948 (Sidi Salem, Oued Ellil, Oued Mellègue).

17 On a recruté, dans l'immédiat après-guerre, des ingénieurs suisses (2 ou 3), mais on n'a jamais évoqué la formation d'ingénieurs tunisiens.

18 « Rémunération des fonctionnaires de la direction des Travaux publics de Tunisie », rapport de mission de M. Vincent, inspecteur général des Ponts et chaussées, Paris, le 12 décembre 1949, Archives du MAE, série Tunisie 1944-50, carton n° 162, f° 168.

19 « Rémunération des fonctionnaires … », rapport de mission de M. Vincent, inspecteur général des ponts et chaussées, Paris, le 12 décembre 1949, Archives du MAE, série Tunisie 1944-50, carton n° 162, f° 168.

20 En 1954, la Compagnie fermière des chemins de fer compte 4 000 agents d'exécution, dont 2 100 français, 1 950 tunisiens et 150 algériens ; au chemin de fer de Gafsa, le nombre d'agents d'exécution est de 860 sur un effectif total de 2 000 agents ; sur le réseau de la Compagnie tunisienne d'électricité et des transports, l'effectif du personnel est de 950 tunisiens pour seulement 320 français. Voir ministère du Commerce, Intérêts français, Industries diverses, le 26 juillet 1954, Archives du MAE, série Tunisie 1950-55, carton n °397, f° 88.

21 Ces ingénieurs sont répartis comme suit : 4 diplômés de l'Ecole polytechnique, 10 de l'Ecole des mines de Paris et de Saint-Etienne, 4 de l'Ecole d'hydraulique de Grenoble, 3 de l'Ecole des télécommunications, 2 de l'Ecole des travaux publics et 1 de l'Ecole centrale des arts et manufactures de Paris, Voir KARVAR A., La formation des élites scientifiques et techniques…, op. cit., p. 266.

22 Ministère de l'Industrie à Tunis, « note sur service des industries diverses », Intérêts français, Archives du MAE, série Tunisie 1950-55, carton n° 397, f° 96.

23 « J'ai toujours prôné l'association franche et complète avec les Tunisiens sur le plan économique, écrit Jean Mathieu, ingénieur en chef, directeur des Travaux publics. N'ayant pas réussi et je le déplore à convaincre beaucoup des industriels français en Tunisie, j'ai essayé au moins dans mon domaine, c'est-à-dire dans le secteur public ou para-étatique, de créer des associations », in « Etude pour servir à l'élaboration des conventions franco-tunisiennes » en date du 11 août 1954, Archives du MAE, série Tunisie 1950-1951, carton n° 397, bobine 693, f° 9.

24 MATHIEU Jean, « Etude pour servir à l'élaboration des conventions franco-tunisiennes » en date du 11 août 1954, Archives du MAE, série Tunisie 1950-1951, carton n° 397, bobine 693, f° 9.

25 MATHIEU Jean, « Etude pour servir… » ?, Archives du MAE, série Tunisie 1950-1951, carton n° 397, bobine 693, f° 13.

26 Le syndicat de l'UGTT et le parti du Néo-Destour revendiquent depuis des années la nationalisation des mines.

27 Archives du MAE, série Tunisie 1950-1951, carton n° 397.

28 En 1908, 13 ingénieurs français et un géomètre tunisien attaché à l'administration des Habous (Chadly EL Okby, 1902) sont abonnés à la Revue tunisienne, cf. Revue tunisienne, 15e année, n° 67, janvier 1908, p. 92.

29 Voir à ce propos : LUCAS Yvette, DUBAR Claude (Eds), Genèse et dynamique des groupes professionnels, Presses Universitaires de Lille, 1994.

30 Bulletin de la Société amicale et d'assistance mutuelle du personnel des travaux publics, n° 1, février 1906, p. 8.

31 Dont 14 agents métropolitains. Voir Bulletin cité, n° 1, février 1906, p. 11.

32 Bulletin de l'UNITEC, Tunis, n° 6, (mensuel), juin 1945.

33 Dans un article, BOUCHARD, secrétaire général de l'UNITEC, « L'UNITEC au service de la France » trace le programme de cette association : « Nous, ingénieurs et techniciens, qui avons pu acquérir des connaissances générales et techniques, avons le devoir national et social d'en faire bénéficier nos subordonnés (…) Nous avons un rôle éducateur à remplir auprès du personnel sous nos ordres (…) Créons des centres d'orientation et de formation professionnelles. Faisons de l'apprentissage une réalité et non une caricature », Bulletin de l'UNITEC, n° 6, juin 1945, pp. 14-15.

34 Ce groupe UNITEC-Algérie ou Union des Ingénieurs et techniciens français (puis d'Algérie) est reconnu d'utilité publique par décret du 22 octobre 1947 ; il publie un bulletin trimestriel (puis bimestriel à partir de mai 1958), le Bulletin d'information, de documentation et d'études. En janvier 1956, ce groupement compte 364 adhérents et 328 « amis de l'UNITEC », présidé par MABILLOT puis RICHARD, d'après son bulletin n° 33, nouvelle série (10e Année), février 1956.

35 Bulletin de l'UNITEC, Tunis, n° 5, mai 1945, p. 9.

36 Article 5 des Statuts de la FAIT, Bulletin de la FAIT, n° 1, novembre 1950, p. 5.

37 L'Ecole coloniale d'agriculture de Tunis a été créée en 1898.

38 DESCOTES-GENON, président de la FAIT, voir Bulletin de la FAIT, n° 2, juillet 1952.

39 « Il n'est pas douteux que la tournure d'esprit des Tunisiens les porte aux arguties juridiques et aux discussions byzantines dans lesquelles les intérêts personnels jouent toujours un rôle primordial. A notre connaissance, seuls deux ingénieurs de l'Administration font vraiment preuve du souci de l'intérêt public », Ministère de l'Industrie à Tunis, Service des industries diverses, Intérêts de la France, 28 juillet 1954, Archives du MAE, série Tunisie 1950-1951, carton n° 397, bobine 693, f° 96.

40 Sur la biographie de M. LATIRI, voir KARVAR A., La formation des élites scientifiques…, op. cit., p. 274.

Table des illustrations

Titre Etat des groupements affiliés à la Fédération des associations d'ingénieurs de Tunisie* (en juillet 1952) :
Légende Source : Bulletin de la Fédération des associations des ingénieurs de Tunisie, n° 2, juillet 1952.*Comptage fait à partir des listes nominatives des ingénieurs publiées par le Bulletin de la Fédération des associations des ingénieurs de Tunisie, n° 2, juillet 1952.**Dont une femme française (promotion de 1922).*** Ces trois groupements figurant sur trois listes différentes du bulletin de la FAIT ont été réunis au sein d'une même rubrique : Groupement de Tunis des ingénieurs agricolos (186 adhérents dont 13 Tunisiens), Groupement de Tunisie des ingénieurs agricolos (120 dont 9 Tunisiens), et Groupement de Tunisie des ingénieurs agricoles (51 tous Français).
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 462k

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter