Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation

 | 
Éric Gobe

La relation formation-emploi

Les ingénieurs de l'Institut algérien du pétrole : formation et parcours professionnels

Azzedine Ali Benali

Texte intégral

1La politique d'industrialisation entreprise en Algérie dans les décennies 1960-1970 a permis à plusieurs générations de cadres, en particulier celles de l'après indépendance, de voir leur carrière progresser rapidement et d'accéder aux plus hautes fonctions de responsabilité. L'Etat mobilisait alors des moyens techniques et financiers considérables pour la formation des ingénieurs et des techniciens, afin de garantir l'indépendance technique du pays. Aussi peut-on avancer l'idée que les ingénieurs et techniciens, en tant que nouveau « groupe socioprofessionnel », ont fait partie de l'élite qui a contribué à créer et à gérer l'industrie publique algérienne. Bien que ces diplômés aient été formés par des universités ou des écoles, nationales ou étrangères, extrêmement diverses, ils possèdent des caractéristiques communes, intimement liées à l'histoire sociale de l'Algérie. Cependant, face à la crise et aux changements qu'a connus l'Algérie dans la décennie 1990, le « corps » des ingénieurs tend à perdre sa rente de situation. Ce constat nous a conduit à nous intéresser, en particulier, aux devenirs des ingénieurs de l'Institut algérien du pétrole (IAP).

2Jusqu'au milieu des années 1980, la plupart des ingénieurs pétroliers ont pu suivre des itinéraires professionnels et des trajectoires sociales répondant à leurs aspirations, du fait même de l'histoire du pétrole en Algérie, de la spécificité de ce secteur économique et de leur formation très spécialisée. Créé en novembre 1965, trois ans après l'indépendance, l'IAP a été conçu par ses promoteurs comme un établissement de formation, de recherche et de développement des activités techniques et scientifiques, en relation avec les industries pétrolière, gazière, chimique et pétrochimique, et la production de matières plastiques, de moteurs et instruments divers. Situé à Boumerdes, à 50 km à l'est d'Alger, l'établissement dispose également des centres de formation de techniciens supérieurs à Arzew, Annaba, Skikda, Hassi R'mel et Hassi Messaoud. L'Institut algérien du pétrole a ainsi dispensé une formation de qualité, très poussée dans le domaine technique.

3Le caractère d'excellence des études à l'IAP (redoublement prohibé, moyenne de passage supérieur à la norme nationale, programme renforcé et très chargé, etc.) était vécu par les élèves ingénieurs comme un véritable fardeau. Toutefois, grâce à cette sélection, les lauréats de l'établissement ont pu valoriser le plus rapidement possible leur capital scolaire. Leurs attentes ont été favorisées par la politique de la Sonatrach. En effet, jusqu'à une époque récente, cette entreprise d'Etat géante qui monopolisait le secteur des hydrocarbures était également le principal employeur des ingénieurs diplômés de l'IAP.

4Au regard de ces particularités propres à la figure de l'ingénieur pétrolier dans le système de formation-emploi, nous avons voulu savoir si le parcours professionnel des ingénieurs IAP est effectivement différent de celui des autres cadres techniques algériens : savoir comment le caractère spécifique de leur champ d'activité a pu faire évoluer leur carrière ; et comment, aujourd'hui, ils réagissent aux changements qui affectent le secteur pétrolier.

  • 1 Nous avons effectué une pré-enquête pour identifier les sources documentaires et construire l'écha (...)
  • 2 L'échantillon comprend des ingénieurs pétroliers des deux sexes, de diverses promotions, mais avec (...)

5Ce texte analyse des sources documentaires issues de l'IAP et présente les premiers résultats d'une enquête conduite auprès d'un échantillon de 50 ingénieurs pétroliers, tous insérés dans le marché de l'emploi1. Un questionnaire fermé comprenait une trentaine de questions se rapportant tant au choix de leur formation qu'à leur trajectoire professionnelle2. Les réponses ainsi obtenues ont été complétées par des entretiens menés auprès de quelques ingénieurs de l'échantillon, choisis en fonction de leurs profils. Ces entretiens nous ont permis de connaître la manière dont certains ingénieurs de l'IAP se représentent les relations entre la formation reçue et leur parcours professionnel. Enfin, nous avons mené notre investigation aussi bien au sein de l'Institut que dans certaines entreprises employant les diplômés de l'Institut. Nous proposons donc, ici, de décrire le type de formation dispensée au sein de l'IAP, dans une perspective diachronique ; puis les parcours professionnels des diplômés de l'Institut ; ainsi que les changements économiques et sociaux qui ont eu un impact sur leur stratégie d'insertion professionnelle.

UN BINÔME FORMATION - EMPLOI EN ADÉQUATION ?

6De 1965 à 1999, l'Institut algérien du pétrole a formé 3 172 ingénieurs (nationaux et étrangers) dans différentes spécialités ; et ses diplômés ont intégré, pour la plupart, différentes institutions pétrolières et gazières algériennes. Durant les vingt premières années, l'établissement a été placé sous la tutelle du ministère de l'Energie et des Industries chimiques et pétrochimiques. L'exercice de cette tutelle administrative signifiait que la formation des cadres et techniciens était subordonnée aux stratégies politiques élaborées par le ministère, en relation avec les différents plans de développement. L'IAP était aussi directement lié à l'Institut français du pétrole (IFP) qui, durant deux décennies environ, a assuré l'encadrement scientifique et technique, contribuant ainsi à la formation de nombreux ingénieurs algériens, en Algérie.

  • 3 On compte neuf départements spécialisés dans les domaines suivants : Géologie, Géophysique, Exploi (...)

7A partir de 1985 cependant, comme d'autres instituts de formation technologique, l'IAP passe sous la tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Plus récemment, en juin 1999, l'établissement est directement rattaché à la Sonatrach. L'ambition de cette grande société publique est de le transformer en une « grande école », d'envergure internationale, dans le domaine pétrolier. Aussi l'IAP essaie-t-il actuellement de mettre en application des méthodes de formation en adéquation avec les nouvelles normes et techniques internationales. Ces différentes réformes ont eu pour conséquence de multiplier les départements de spécialités directement liés à l'industrie pétrolière et à l'industrie gazière (cf. tableau 1)3 : c'est dans le cadre de ces départements que sont dispensés les cours théoriques et pratiques, et organisés les examens et les stages. De fait, l'introduction de nouvelles spécialités répondait aux évolutions de l'économie pétrolière et de la politique d'industrialisation, visant plus particulièrement à contrôler le processus de production des hydrocarbures dans son ensemble, c'est-à-dire à couvrir toute la filière pétrolière en descendant vers l'aval. Ainsi, la formation a tout d'abord concerné l'exploration et la prospection, puis la production et la transformation et, en dernier lieu, la maintenance des équipements pétroliers. En somme, entre 1966 et 1997, l'IAP a su répondre au développement des besoins du secteur pétrolier algérien dans le cadre d'une stratégie nationale d'indépendance dans le domaine des hydrocarbures.

Tableau 1. Années de création des départements de spécialités

Tableau 1. Années de création des départements de spécialités

Source : Annuaire des ingénieurs d'Etat diplômés de l'Institut algérien du pétrole (AIED-IAP), Alger 1999.

LES PRINCIPALES ÉTAPES DE L'HISTOIRE DE L'IAP

1965-1976 : pallier la pénurie de cadres

8Durant une période fondatrice, dite « phase de récupération des richesses nationales », l'IAP a privilégié une formation étalée sur une courte période (2 à 3 ans), afin de pallier l'absence de cadres techniques nationaux dans le secteur très sensible des hydrocarbures. Entre 1966 et 1976, l'effectif des promotions annuelles des diplômés de l'Institut est passé de 4 à 122. Les nouveaux diplômés, dès leur sortie de l'établissement, étaient directement embauchés dans les entreprises publiques : ils ont ainsi collaboré, dans un premier temps, avec les ingénieurs coopérants, avant de les remplacer. Ces jeunes ingénieurs, spécialisés en géologie, géophysique ou en forage et production, avaient acquis un profil qui les destinait à la prospection et à la production pétrolière.

EVOLUTION DE L'EFFECTIF DE L'IAP

EVOLUTION DE L'EFFECTIF DE L'IAP

Source : Annuaire des ingénieurs d'Etat diplômés de l'Institut Algérien du Pétrole (AIED-IAP), Alger 1999.

1976-1987 : l'instauration d'un double cursus

9La deuxième phase qui couvre la décennie 1976-1987 est une période de forte expansion des activités de l'IAP. Au cycle court vient s'adjoindre un cycle long de 5 ans qui est censé donner aux ingénieurs la maîtrise d'une part importante du processus de prospection, d'exploitation et de production du pétrole. Par ailleurs, c'est surtout durant cette période que les spécialités proposées par l'IAP s'accroissent et se diversifient. Quant au nombre de diplômés par promotion, il augmente chaque année pour atteindre un pic en 1983 (204). Cette croissance des effectifs nous paraît être une conséquence directe de la hausse des prix du pétrole (1977-1983) à l'échelle internationale. L'augmentation des revenus tirés de la vente du pétrole a contribué en effet au développement du secteur des hydrocarbures algériens qui, pour faire fonctionner ses nouvelles installations, a fait appel à une main-d'œuvre qualifiée de plus en plus nombreuse.

1988-1999 : les ingénieurs de la crise

  • 4 Il convient également de signaler que 75 % des ingénieurs diplômés de l'IAP sont passés par le cyc (...)

10Le retournement de la conjoncture pétrolière, à partir du milieu des années 1980, aurait, de la même façon, entraîné la mise en œuvre d'un train de réformes au sein de l'IAP. L'Institut propose deux nouvelles spécialités à ses élèves, la chimie industrielle et l'instrumentation. Mais c'est aussi durant cette décennie que le nombre d'ingénieurs formés chaque année tend à diminuer. Aux difficultés économiques s'ajouterait la saturation du marché de l'emploi pour les ingénieurs du secteur des hydrocarbures, désormais incapable d'absorber les lauréats de l'IAP. Aussi l'établissement doit-il modifier sa stratégie de formation en éliminant sa filière courte, provoquant de ce fait une diminution considérable des effectifs formés chaque année. La taille des promotions atteint son niveau le plus bas en 1992, avec seulement 54 diplômés. Par la suite, elle s'accroît quelque peu pour donner environ 70 ingénieurs par an (avec un pic de 120 en 1997)4.

Tableau 2. Distribution des effectifs des ingénieurs diplômés de l'IAP en fonction du cycle de formation

Tableau 2. Distribution des effectifs des ingénieurs diplômés de l'IAP en fonction du cycle de formation

Source : Annuaire des ingénieurs d'Etat diplômés de l'Institut algérien du pétrole (AIED-IAP), Alger 1999.

L'ÉVOLUTION DES MODALITÉS D'ACCÈS À L'IAP

11On vient de voir que les modalités d'accès à l'IAP ont été aussi bien déterminées par la politique industrielle de l'Algérie que par ses transformations économiques et sociales. Au cours des années 1960, le faible nombre de bacheliers algériens conduit l'IAP à recruter des candidats titulaires d'un brevet d'enseignement moyen ou d'un certificat d'aptitude professionnel (CAP), ayant eu une formation en entreprise sanctionnée par un diplôme technique. Ces élèves suivent alors le cycle court de l'Institut, en vue d'obtenir un diplôme d'ingénieur. Dès les années 1970 cependant, l'entrée à l'Institut est plus sélective. Désormais, l'IAP recrute sur concours les élèves du niveau « terminale » des cycles « techniques mathématiques » et « mathématiques et scientifiques ». Quant aux bacheliers de ces mêmes cycles, ils peuvent s'inscrire automatiquement, sans sélection préalable. Cette tendance à la sélection se confirme dans la décennie 1980, puisque désormais seuls les titulaires des baccalauréats scientifiques et techniques sont admis.

12En ce qui concerne la filière longue, les étudiants suivent d'abord un tronc commun d'un an (de deux ans depuis 1996), dans lequel sont dispensés un enseignement général scientifique et technique, ainsi qu'une formation en sciences sociales. Ensuite, les étudiants sont orientés vers tel ou tel enseignement de spécialité, en fonction de leurs vœux et surtout de la moyenne obtenue durant l'année du tronc commun. Outre cette formation théorique, l'élève ingénieur suit des enseignements pratiques, liés à sa spécialité, dans les nombreux laboratoires de l'Institut ou sur les sites pétroliers (Hassi Rmel, Hassi Messaoud, Arzew, etc.). Au terme de la cinquième année, l'étudiant doit élaborer un projet de fin d'étude, puis rédiger un mémoire. Ce dernier est soutenu devant un jury, présidé par un représentant du secteur industriel concerné par le sujet, composé d'enseignants de l'IAP et de personnalités du monde de l'entreprise.

13La formation de l'IAP reste d'un niveau élevé, mais elle est désormais encore plus sélective, dans la mesure où le redoublement est interdit, et le passage aux classes supérieures conditionné à l'obtention d'une moyenne de 12 sur 20. Néanmoins, cette formation donne une maîtrise effective et approfondie des techniques et des méthodes de travail, grâce notamment à l'intervention d'experts et de professionnels du domaine pétrolier.

LA NOUVELLE SATURATION DU MARCHÉ DE L'EMPLOI

14Jusqu'au milieu de la décennie 1980, la plupart des ingénieurs diplômés de l'IAP se sont insérés dans le monde du travail par le biais d'accords passés entre l'IAP et le ministère de l'Energie. Les procédures d'embauche se réduisaient à un simple et court entretien de motivation entre le candidat et le recruteur. A l'issue de cet entretien, le candidat était immédiatement admis dans un bureau d'étude pour une courte durée, et ensuite affecté à un poste de façon définitive. Mais alors que l'Institut continuait, jusqu'en 1987, à former des promotions de plus de 150 ingénieurs pétroliers, la crise économique – consécutive à la baisse du prix du pétrole – portait un coup d'arrêt aux investissements dans de grands projets industriels. Le secteur des hydrocarbures n'absorbant plus tous les nouveaux diplômés, certains ingénieurs pétroliers se sont retrouvés au chômage.

15Ces difficultés d'insertion ont contribué à réactiver des réseaux informels de recrutement. Les entreprises publiques embauchent toujours, de façon officielle, en publiant des offres d'emploi dans la presse. Mais les critères de sélection des candidats relèvent surtout de mobilisations familiales ou régionales. Les détenteurs d'un capital relationnel important sont ceux qui accèdent le plus facilement à un emploi dans les entreprises du secteur des hydrocarbures. L'accentuation de la crise dans les années 1990 et l'arrêt officiel, par décret présidentiel, du recrutement des sociétés publiques ont débouché sur la généralisation de pratiques informelles d'embauche.

LES FONCTIONS DES INGÉNIEURS DIPLÔMÉS DE L'IAP

16L'exploitation des données de l'annuaire des ingénieurs de l'IAP montre que les fonctions exercées par ces derniers recouvrent aussi bien les domaines technique et administratif que le champ de l'enseignement et de la recherche.

Les fonctions techniques

17Plus de la moitié des ingénieurs diplômés IAP (soit 57 %) occupent des fonctions techniques. Dans ce domaine, on trouve principalement de jeunes ingénieurs qui cherchent à acquérir compétence et expérience dans la maîtrise du processus de production. Le passage du jeune ingénieur pétrolier de l'IAP pendant quelques années dans les ateliers ou les unités pétrolières du Sud algérien est quasiment obligatoire. Travailler au Sahara, dans les zones d'exploitation des hydrocarbures, permet à l'ingénieur pétrolier de maîtriser toutes les dimensions techniques de son travail. Il peut ainsi parfaire ses connaissances dans l'exploration pétrolière, le forage, l'exploitation et la distribution du pétrole, etc.

18Le fait que le secteur des hydrocarbures soit un monopole d'Etat explique que la plupart des ingénieurs de l'IAP occupent des fonctions techniques au sein de grandes entreprises pétrolières et gazières (Sonatrach, Sonelgaz, GTP, Naftal, ENPC, ENEP, etc.). Mais force est de constater que la majorité des diplômés de l'Institut sont employés par la Sonatrach. Travailler pour cette entreprise est très recherché dans la mesure où elle propose des conditions matérielles particulièrement avantageuses.

Les fonctions administratives

19Plus d'un quart de l'effectif des ingénieurs diplômés de l'IAP (soit 27 %) occupe des fonctions administratives. La plupart d'entre eux ont obtenu leur diplôme dans les années 1970 et 1980. Ils constituent un groupe d'ingénieurs privilégiés chargé de la gestion et de la direction des départements administratifs des sociétés pétrolières ou des divers établissements publics. Ainsi, le développement de la carrière s'accompagne de l'abandon des fonctions techniques exercées dans les complexes et installations pétrolières du Sud au profit de fonctions managériales plus en rapport avec les motivations et ambitions personnelles des ingénieurs IAP. L'exercice de responsabilités administratives signifie pour ces derniers un retour vers les centres urbains du nord de l'Algérie ainsi qu'un rapprochement avec la famille restée sur place.

20Certains occupent de hautes fonctions au sein de la hiérarchie des sociétés publiques : en 1999, on compte neuf PDG des plus importantes entreprises pétrolières et gazières algériennes (Sonatrach, GTP, NAFTOGAZ, ENSP, ENTP, ENEL, ENAFOR, etc.). Les ingénieurs de l'IAP exercent pour la plupart des fonctions de responsabilité importantes : les postes de direction de haut niveau (du sous-directeur au PDG) représentent plus du tiers des effectifs (cf. tableau 3).

Tableau 3. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon l'exercice d'une fonction de responsabilité

Tableau 3. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon l'exercice d'une fonction de responsabilité

Source : Annuaire des ingénieurs d'Etat diplômés de l'Institut algérien du pétrole (AIED-IAP), Alger 1999.

Enseignement - recherche et formation

21Sur un total de 1 329 diplômés de l'IAP, seule une minorité (211 soit 16 %) occupe des fonctions en relation avec la formation, la recherche et l'enseignement. Certains ont pu compléter leur formation à l'étranger, en Angleterre, au Canada, en France ou aux Etats-Unis. En Algérie, ces ingénieurs exercent leurs activités dans les divers établissements d'enseignement supérieur, tels que l'université des sciences et de la technologie Houari Boumedienne (USTHB), l'université d'Oran, l'IAP et l'Institut national d'électronique (INELEC). Ils sont chercheurs ou enseignants dans des spécialités comme les plastiques (64), la chimie industrielle (32), le raffinage et la pétrochimie (22), ou encore administrateurs (chefs de départements ou directeurs d'instituts). L'essentiel des ingénieurs exerçant dans l'enseignement et la recherche sont très attachés à la valeur symbolique du savoir scientifique : ils vivent leur travail comme un sacerdoce. Cet attachement compense le fait qu'ils ont moins de responsabilités que les ingénieurs employés dans les sociétés publiques.

LES CARACTÉRISTIQUES SOCIOÉCONOMIQUES DES INGÉNIEURS IAP

22Nous allons étudier dans cette partie certaines caractéristiques spécifiques de notre échantillon d'enquête.

Tableau 4. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon le sexe

Tableau 4. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon le sexe

Source : Enquête Azzedine Ali Benali, mars-mai 2000.

23Les femmes sont quasiment absentes parmi les diplômés de l'échantillon. Si l'on prend les données de l'annuaire des ingénieurs de l'IAP de 1999, on constate une légère sous-représentation des femmes issues de l'IAP (7 %) par rapport à la population féminine totale, titulaire d'un diplôme d'ingénieur. En effet, selon le recensement de 1989, elles représentent 8 % de l'ensemble de la population ingénieur. En outre, elles travaillent exclusivement dans l'enseignement et la recherche, et n'exercent pas de responsabilités particulières : les femmes ingénieurs sont principalement employées dans les laboratoires qui se concentrent dans le nord de l'Algérie. Justement, cette légère sous-représentation des femmes ingénieurs dans le secteur pétrolier pourrait s'expliquer par le passage obligé des jeunes diplômés de l'IAP par les complexes et installations pétrolières du Sud. Il est impensable, dans la société algérienne contemporaine, que les femmes partent travailler sur les lieux de production des hydrocarbures, loin de leur famille.

Tableau 5. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon la spécialité

Tableau 5. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon la spécialité

Source : Enquête Azzedine Ali Benali, mars-mai 2000

2470 % des ingénieurs de l'échantillon sont spécialisés dans le forage, la géologie et la géophysique. Cela signifie que les diplômés de l'IAP se concentrent dans des spécialités en relation avec la production et l'exploitation. Cette situation est très certainement imputable au fait que ces deux domaines se situent au cœur de la stratégie pétrolière algérienne.

Tableau 6. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon la taille de l'entreprise

Tableau 6. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon la taille de l'entreprise

Source : Enquête Azzedine Ali Benali, mars-mai 2000.

25Nous remarquons que notre population se retrouve logiquement dans de grandes entreprises. Les ingénieurs sont massivement employés par des sociétés de plus de 1 000 personnes (86 %). En effet, les entreprises du secteur des hydrocarbures sont de grande taille et exigent la présence d'une main-d'œuvre qualifiée.

26Le parcours professionnel des ingénieurs de l'Institut algérien du pétrole se caractérise par une forte mobilité intra-entreprise ; ce type de mobilité interne est prédominant par rapport à la mobilité inter-entreprises.

Tableau 7. Distribution des ingénieurs selon qu'ils ont ou non connu une période d'inactivité

Tableau 7. Distribution des ingénieurs selon qu'ils ont ou non connu une période d'inactivité

Source : Enquête Azzedine Ali Benali, mars-mai 2000.

27A partir de ce tableau, il apparaît que plus des trois quarts des ingénieurs (78 %) n'ont pas connu de période de recherche d'emploi ou de chômage. Ces résultats nous montrent avec quelle facilité les ingénieurs IAP se sont insérés dans la vie active (tout au moins jusqu'à la fin des années 1980).

Tableau 8. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon la façon d'obtenir un premier emploi

Tableau 8. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon la façon d'obtenir un premier emploi

Source : Enquête Azzedine Ali Benali, mars-mai 2000.

28Les réponses des ingénieurs sur leur premier emploi confirment le constat établi après analyse du tableau précédent. Notre population a bénéficié, grâce aux conventions signées entre l'IAP et les diverses entreprises publiques, d'une insertion rapide dans la vie active.

Tableau 9. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon leur mobilité professionnelle

Tableau 9. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon leur mobilité professionnelle

Source : Enquête Azzedine Ali Benali, mars-mai 2000.

29Nous remarquons, d'après le tableau 9, que 72 % des ingénieurs n'ont pas changé d'entreprise. Ce qui confirme la faible mobilité inter-entreprises des diplômés de l'IAP. Les ingénieurs ne ressentent pas le besoin de changer d'employeur dans la mesure où, employés dans de grandes entreprises pétrolières, ils bénéficient de nombreux avantages matériels et privilèges par rapport aux sociétés d'autres secteurs de l'industrie algérienne. En revanche, le pourcentage des ingénieurs de l'IAP qui ont occupé plus d'une fonction est de 62 %. La mobilité des ingénieurs concerne bien plus le passage d'une fonction à une autre au sein d'une même société que le changement d'entreprise.

Tableau 10. Relation entre la fonction de responsabilité occupée actuellement et la mobilité

Tableau 10. Relation entre la fonction de responsabilité occupée actuellement et la mobilité

Source : Enquête Azzedine Ali Benali, mars-mai 2000.

30Le tableau 10 montre la relation existant entre la fonction de responsabilité occupée et la mobilité des ingénieurs de l'IAP. D'après les premiers résultats, nous constatons que ceux qui n'ont pas changé d'entreprise sont également ceux qui n'ont pas obtenu de poste hiérarchique supérieur. En revanche, ceux qui ont changé d'entreprise, pendant leur trajectoire professionnelle, sont ceux qui occupent des fonctions de responsabilité supérieure, administrative ou de gestion. Il apparaît ainsi que les ingénieurs de l'IAP sont en position d'attente : vraisemblablement plus que d'autres ingénieurs, ils recherchent une promotion au sein de la grande entreprise publique qui les emploie. En effet, leur formation hautement spécialisée, ainsi que la spécificité de leur poste, ne les prédisposent pas à une grande mobilité d'un secteur économique à l'autre.

31Au terme de cette première enquête, nous pouvons avancer certains résultats. Tout d'abord, l'itinéraire professionnel de l'ingénieur issu de l'Institut algérien du pétrole est caractérisé par une forte stabilité dans l'entreprise d'origine.

32Des différences existent bien entre les générations d'ingénieurs pétroliers algériens issus de l'IAP. Certains ont pu bénéficier de nombreux avantages et situations. Nombreux sont ceux, parmi la dernière génération de diplômés, qui subissent les effets de la crise, à l'instar des autres catégories socioprofessionnelles.

33Les ingénieurs pétroliers issus de l'IAP exercent des responsabilités dans le domaine technique. Il nous est apparu qu'ils sont attachés à leur fonction, et que l'intensité du rythme de leur formation, ainsi que le capital théorique et technique acquis pendant cinq ans à l'Institut, les a certainement rendus plus aptes à rester dans le domaine pétrolier sans quitter l'entreprise.

34Une des caractéristiques des ingénieurs de l'IAP est une forte mobilité dans l'entreprise. Si la majorité des ingénieurs reste stable au sein de leur entreprise d'origine, nous remarquons un mouvement ascendant dans les postes hiérarchiques durant leur trajectoire professionnelle. En revanche, le changement d'entreprise pour une grande majorité d'ingénieurs IAP signifie la construction d'une vie professionnelle nouvelle.

35L'élargissement de l'étude à cette catégorie d'ingénieurs algériens, formés à l'Institut français du pétrole, en vue d'une éventuelle comparaison, pour une même population issue de deux instituts différents, pourra permettre de mieux saisir l'apport de la formation dans l'évolution d'une carrière.

Notes

1 Nous avons effectué une pré-enquête pour identifier les sources documentaires et construire l'échantillon.

2 L'échantillon comprend des ingénieurs pétroliers des deux sexes, de diverses promotions, mais avec au minimum cinq ans d'expérience et exerçant des fonctions techniques, administratives où travaillant dans l'enseignement et la recherche.

3 On compte neuf départements spécialisés dans les domaines suivants : Géologie, Géophysique, Exploitation, Instrumentation, Chimie Industrielle, Pétrochimie, Gaz, Plastiques, Moteurs et applications. L'IAP est administré par une direction générale, assistée d'un conseil de direction et d'un conseil scientifique disposant d'une large autonomie. Ce dernier coordonne et contrôle les activités de l'Ecole d'ingénieurs de Boumerdes, ainsi que les centres de techniques appliquées.

4 Il convient également de signaler que 75 % des ingénieurs diplômés de l'IAP sont passés par le cycle long.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Années de création des départements de spécialités
Légende Source : Annuaire des ingénieurs d'Etat diplômés de l'Institut algérien du pétrole (AIED-IAP), Alger 1999.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre EVOLUTION DE L'EFFECTIF DE L'IAP
Légende Source : Annuaire des ingénieurs d'Etat diplômés de l'Institut Algérien du Pétrole (AIED-IAP), Alger 1999.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/139/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Tableau 2. Distribution des effectifs des ingénieurs diplômés de l'IAP en fonction du cycle de formation
Légende Source : Annuaire des ingénieurs d'Etat diplômés de l'Institut algérien du pétrole (AIED-IAP), Alger 1999.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/139/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 3. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon l'exercice d'une fonction de responsabilité
Légende Source : Annuaire des ingénieurs d'Etat diplômés de l'Institut algérien du pétrole (AIED-IAP), Alger 1999.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/139/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Tableau 4. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon le sexe
Légende Source : Enquête Azzedine Ali Benali, mars-mai 2000.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/139/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 5. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon la spécialité
Légende Source : Enquête Azzedine Ali Benali, mars-mai 2000
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/139/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Tableau 6. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon la taille de l'entreprise
Légende Source : Enquête Azzedine Ali Benali, mars-mai 2000.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/139/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 7. Distribution des ingénieurs selon qu'ils ont ou non connu une période d'inactivité
Légende Source : Enquête Azzedine Ali Benali, mars-mai 2000.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/139/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 8. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon la façon d'obtenir un premier emploi
Légende Source : Enquête Azzedine Ali Benali, mars-mai 2000.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/139/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 9. Distribution des ingénieurs de l'IAP selon leur mobilité professionnelle
Légende Source : Enquête Azzedine Ali Benali, mars-mai 2000.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/139/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Tableau 10. Relation entre la fonction de responsabilité occupée actuellement et la mobilité
Légende Source : Enquête Azzedine Ali Benali, mars-mai 2000.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/139/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter