Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation

 | 
Éric Gobe

La relation formation-emploi

Les évolutions de la formation et du statut social des ingénieurs dans l’Algérie indépendante

Mustapha Haddab

Texte intégral

1Il est bien connu que parallèlement à la conduite d'une politique économique principalement orientée vers la constitution d'une industrie étatisée destinée à occuper une position économique déterminante, les dirigeants algériens, durant approximativement la période qui va de la fin des années 1960 à la fin des années 1970, se sont efforcés de développer ou de créer différentes institutions de formation de cadres et particulièrement d'ingénieurs, dans le but de mettre à la disposition des unités de production déjà constituées, ou en cours d'édification, les personnels et en particulier les cadres de haut niveau nécessaires.

  • 1 L'étape de la graduation dans l'enseignement supérieur algérien correspond aux cinq années d'étude (...)
  • 2 Les données statistiques mentionnées sont puisées dans diverses publications du ministère de l'Ens (...)

2Quelques chiffres peuvent permettre de représenter l'importance des réalisations visant à former en des temps relativement courts, des effectifs considérables d'ingénieurs. En 1981, le nombre de diplômés sortant annuellement des établissements de formation d'ingénieurs, n'était encore que de 1 120. Ce nombre s'élève à 6 000 en 1991, sur 25 600 diplômés pour l'ensemble de l'Université, (soit 23,4 %). Entre 1981 et 1991, 43 000 ingénieurs avaient été formés aussi par les différents établissements de l'enseignement supérieur. Les diplômés dans les filières technologiques sont au nombre de 12 519 en 1998, et ils représentent 31,6 % de l'ensemble des diplômés de la même année. Entre 1992 et 1998, 79 444 ingénieurs ont été formés. Le nombre des étudiants des filières technologiques, du niveau de la graduation1, s'élevait en 1998-1999, à 74 917 soit 17,68 % du total des inscrits à ce niveau, dans l'enseignement supérieur2.

CONSTITUTION D'UN ENSEMBLE SOCIAL HÉTÉROGÈNE

3Il semble ainsi possible de dire qu'un groupe social relativement nouveau a été, d'une manière dans une large mesure volontariste, constitué dans la société algérienne, en un temps relativement court. Parmi les élites algériennes antérieures à l'indépendance, la figure de l'ingénieur n'apparaissait que faiblement. Les ingénieurs étaient d'ailleurs peu nombreux même dans la communauté européenne. Ainsi pourrait-on dire que dans leur perception et leurs pratiques sociales, les Algériens n'étaient guère nombreux à avoir acquis une connaissance concrète du personnage de l'ingénieur. Il en est résulté une tendance à surévaluer l'importance de l'ingénieur dans l'imaginaire social.

4Le corps des ingénieurs s'est constitué en Algérie principalement à partir de deux sources. La première filière regroupait l'ensemble des institutions dans lesquelles s'est formé un nombre réduit d'ingénieurs, durant la période de la lutte de libération nationale, et au début de l'indépendance. Une partie de ces ingénieurs, peu nombreux, avaient pu, à la suite d'itinéraires sociaux un peu particuliers, accéder, en partant de lycées algériens de la période coloniale, à des formations d'ingénieurs souvent dans des grandes écoles françaises ; d'autres avaient pu, durant la guerre, bénéficier de bourses, pour se rendre, sous l'égide du Front de libération nationale (FLN) ou du Gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA), dans diverses contrées, fréquemment des pays de l'Est, pour y obtenir des diplômes d'ingénieurs. A l'indépendance, ces ingénieurs ont constitué un premier noyau de « technocrates », très proches du pouvoir tout en s'en distinguant, et qui se sont vu confier de lourdes tâches, et beaucoup de pouvoir, dans le processus de l'édification d'une importante industrie d'Etat.

5La seconde filière de formation d'ingénieurs est constituée de l'ensemble des établissements d'enseignement supérieur, les uns dépendant du ministère de l'Enseignement supérieur, et d'autres placés sous la tutelle de divers ministères, qui ont été progressivement mis en place après l'Indépendance. Certains de ces établissements avaient été fondés durant la période coloniale, mais ils ont fait l'objet, après 1962, d'importantes modifications tant du point de vue de leur taille que de leur statut.

UN ÂGE D'OR DES INGÉNIEURS ?

6On peut sans doute dire que la période qui va de la fin des années 1960 à la fin des années 1970 fut, en Algérie, l'âge d'or des ingénieurs, et particulièrement de ces diplômés issus de diverses institutions appartenant à différents pays. Il existe une sorte de correspondance entre la hiérarchie qui s'est établie au sein du corps des ingénieurs algériens et la chronologie des périodes de formation de ces ingénieurs. Les ingénieurs les plus anciens ont occupé et pour certains d'entre eux occupent encore, dans les institutions et les entreprises auxquelles ils appartiennent, les positions les plus élevées ; ils sont également les plus proches des plus hautes instances dirigeantes. Un certain nombre d'entre eux ont occupé des postes de ministre.

7Ce sont, pourrait-on dire, les ingénieurs dont la nomination à des postes de direction est intervenue durant environ les dix premières années de l'indépendance qui ont bénéficié de la plus haute valorisation sociale de leurs diplômes. Les ingénieurs qui avaient ainsi pu accéder à la direction d'entreprises ou d'unités de production importantes ont bénéficié d'avantages matériels et symboliques considérables. Mais ils ont eu aussi le plus souvent à exercer leurs fonctions dans des conditions très difficiles, liées à de multiples facteurs tels que des formes d'inadaptation de l'environnement économique et social aux conditions de fonctionnement normales de l'entreprise, la qualification ou l'expérience insuffisantes des gestionnaires ou des techniciens moyens ou subalternes, les aléas dans les approvisionnements en matière première et aussi la nature souvent complexe et pourrait-on dire « surdéterminée » des conflits qui se produisent parmi les différentes catégories d'agents de l'entreprise.

8Il était courant d'entendre dire, même durant la période où ils étaient fortement recherchés par les institutions économiques, que les ingénieurs étaient mal « utilisés » et qu'au lieu d'être affectés à des postes proches des activités de production dans les entreprises et les usines, ils se voyaient attribuer des fonctions de gestion administrative. On peut se demander si cette tendance dont tout porte à penser qu'elle était réelle, était due non pas tant à des dysfonctionnements dans la gestion des cadres disponibles, mais plutôt aux effets des caractéristiques objectives des conditions de travail dans les entreprises : celles-ci étaient en effet rarement engagées dans un environnement de compétition économique qui aurait contraint à chercher à maximiser l'efficacité des processus de production, l'organisation du travail et la productivité, au sein des usines et des ateliers.

9Autour des gestionnaires à qui l'on avait confié la direction de grandes entreprises du secteur d'Etat, se constituaient des équipes de cadres dirigeants, parmi lesquelles se trouvaient fréquemment des ingénieurs. Les groupes de gestionnaires des unités de production et des sociétés composant le secteur industriel public se sont constitués progressivement selon des processus relevant de la cooptation et de regroupements par affinité ; les équipes dirigeant telle ou telle entreprise industrielle ou telle usine comportaient souvent une proportion considérable d'ingénieurs ayant fréquenté la même école, la même université, ou le même institut ; certaines entreprises ou sociétés nationales étaient connues pour être dirigées par des cadres issus plutôt des universités américaines, d'autres plutôt par des cadres formés en France ; il y avait dans la direction de plusieurs autres des ingénieurs venant de divers établissements de formation des pays de l'Est.

ORIGINE SOCIALE DES INGÉNIEURS

10On peut formuler l'hypothèse que la majorité des ingénieurs algériens appartiennent aux catégories sociales qui ont le plus bénéficié des promotions sociales qui se sont produites après l'Indépendance, promotions qui ont touché, grâce au fort développement du salariat, et à la politique de démocratisation du système éducatif, des fractions modestes des classes moyennes. La formation d'un groupe relativement nombreux d'ingénieurs paraît plus directement liée au projet d'une Algérie industrialisée et modernisée que ne l'était l'extension du corps des médecins ou des architectes ; la politique économique et sociale suivie à partir de la fin des années 1960 tendait à substituer une Algérie dans laquelle l'industrie serait dominante à l'Algérie antérieure à l'indépendance, essentiellement agricole. Dans l'idéologie économique et politique qui a prévalu à la fin des années 1960, il y avait un côté saint-simonien, qui a fortement contribué à donner au paradigme de l'ingénieur une forte valorisation sociale.

11Si l'augmentation considérable des effectifs d'étudiants dans les filières universitaires de technologie et dans les Ecoles ou Instituts destinés à la formation d'ingénieurs, a permis à des jeunes appartenant à des fractions des classes moyennes de bénéficier de véritables promotions, il semble toutefois que l'obtention de diplômes d'ingénieurs ait été plus fréquente parmi les catégories socioprofessionnelles bénéficiant déjà d'un capital socio-économique et culturel important.

12Ainsi le Recensement général de la population et de l'habitat de 1989, permettait d'observer que sur les 49 718 ingénieurs que comprenait alors la population algérienne, 17 666, soit 35,5 %, étaient issus de la catégorie sociale des « cadres supérieurs » et des « professions libérales ». Beaucoup moins nombreux étaient les ingénieurs issus des autres catégories qui regroupent pourtant des populations plus nombreuses : 10,3 % des ingénieurs appartenaient aux familles de « cadres moyens », 8,9 % à la catégorie des « indépendants », 5,9 % à celle des « ouvriers », 3,6 % à celle des « employés », et 1,5 % étaient issus de la catégorie sociale des « employeurs ». En outre sur les 49 718 ingénieurs recensés alors, 4 033 seulement étaient des femmes, soit 8 %. 33,6 % de ces ingénieurs de sexe féminin sont issues de la catégorie des « cadres supérieurs » et de celle des « cadres moyens ». Il y a ainsi des écarts entre l'origine sociale des ingénieurs garçons et des ingénieurs filles, qui autorisent à formuler l'hypothèse que ces dernières sont plus fréquemment que les premiers d'une origine sociale plus modeste.

  • 3 Les données recueillies à l'occasion du Recensement général de la population de 1998 devraient per (...)

13Les résultats déjà publiés du dernier Recensement général de la population (1998) ne permettent pas d'établir des relations (même sommaires) entre les différentes catégories de diplômés et leur appartenance socioprofessionnelle3. Bien des indices conduisent à penser toutefois qu'il s'est produit une certaine stabilisation dans la « démocratisation » relative du recrutement des étudiants des filières ou des établissements préparant à des diplômes d'ingénieur. On peut sans doute faire l'hypothèse qu'à partir d'un certain moment à déterminer, les promotions de nouveaux étudiants et de nouveaux diplômés dans ces filières sont, dans une large mesure, issues de couches sociales ayant bénéficié dans les années 1960 et 1970 d'une mobilité sociale ascendante considérable et qui, en quelque sorte, entrent dans une phase de reproduction. En outre, la saturation que connaissent beaucoup de spécialités technologiques, en particulier celles qui sont enseignées dans des Ecoles ou des Instituts réputés comme l'Ecole polytechnique, l'Institut national d'agronomie, l'Institut national d'informatique, etc. détermine des formes de compétition et de sélection entre les candidats à l'admission dans ces filières qui tendent à favoriser les jeunes issus des groupes sociaux les plus dotés en capital socio-économique et culturel.

FORMATION D'INGÉNIEURS ET « DÉSINDUSTRIALISATION » DE L'ALGÉRIE

14Depuis quelques années semble se renforcer une situation d'inadéquation entre l'organisation de l'enseignement supérieur et les changements structurels qui se sont produits et se produisent encore dans l'économie algérienne. Cette situation relève de ce que l'on pourrait appeler un processus d'hystérésis. L'Université continue à fonctionner selon la trajectoire qui lui avait été tracée dans les années 1970 ; la proportion d'ingénieurs issus des filières technologiques des universités, et des écoles d'ingénieurs, reste ainsi importante, parmi l'ensemble des diplômés de l'enseignement supérieur.

15Il semble tout à fait légitime de se poser la question de savoir si le dynamisme relatif dont fait preuve aujourd'hui le secteur privé des petites et moyennes entreprises ne déterminera pas, à terme, une valorisation plus importante des formations de personnels qualifiés de niveau moyen que celle dont bénéficient ou bénéficieront les formations d'ingénieurs. Les données que l'on parvient à obtenir, et qu'il ne faut utiliser qu'avec beaucoup de prudence, indiquent que le nombre d'emplois dans le secteur privé a tendance à augmenter d'une manière significative.

16On compterait ainsi, au 31 décembre 1999, 159 507 entrepreneurs privés, employant 634 375 salariés. De 1998 à 1999, le nombre de petites et moyennes entreprises aurait augmenté de 21 000 unités environ. Il est bien connu que le nombre de salariés déclarés est très inférieur au nombre de personnes effectivement employées dans les entreprises privées. (Le total des salariés du secteur privé s'élèverait, selon plusieurs sources, à environ 1 200 000 personnes.) A la différence des différentes branches du secteur privé qui font ainsi preuve d'un dynamisme considérable, le secteur public connaît différentes formes de stagnation voire de régression. Ainsi, selon des chiffres émanant du ministère de l'Industrie et de la Restructuration, la production industrielle a accusé durant les neuf premiers mois de l'année 2000 une diminution globale de 1,3 %, avec des différences importantes selon les branches. De même, entre fin décembre 1999 et fin septembre 2000, le secteur industriel public a perdu environ 4 000 emplois. Ces données, aussi sommaires soient-elles, conduisent à penser que l'évolution actuelle de la structure de l'économie algérienne implique une diminution du besoin en ingénieurs, plutôt que son augmentation.

17Considérée du point de vue d'une politique éducative, cette situation soulève de difficiles problèmes : il est ardu en effet de trancher la question de savoir s'il faut s'efforcer de réduire les effectifs de nouveaux étudiants admis dans les filières de technologie des universités, des centres universitaires, ou dans les écoles d'ingénieurs, ce qui aurait pour effet d'augmenter le nombre déjà important d'étudiants dans les disciplines médicales et dans les disciplines littéraires ; ou s'il ne vaut pas mieux choisir de maintenir des taux d'effectifs importants dans les filières de formation d'ingénieurs, malgré les difficultés d'accès à l'emploi que rencontrent ces derniers. Il en résulterait que ces ingénieurs seraient portés à faire preuve d'initiative pour tirer parti de leurs compétences, en créant des entreprises, en s'associant à des projets de partenariat, etc. Le maintien d'un taux élevé de scientifiques, et surtout d'ingénieurs, parmi les diplômés de l'enseignement supérieur permettrait de ne pas renoncer au projet de modernisation et d'autonomisation de la société. La tentation de réduire les proportions d'étudiants orientés vers des formations d'ingénieurs est d'autant plus forte que ces dernières reviennent plus cher à l'Etat que les formations de lettres, de droit ou de sciences sociales.

LES DÉBOIRES DES INGÉNIEURS DEPUIS LE MILIEU DES ANNÉES 1980

  • 4 LONGUENESSE Elisabeth et WAAST Roland, « Professions scientifiques en crise. Ingénieurs et médecin (...)

18Les sociologues Elisabeth Longuenesse et Roland Vaast observent très justement que « la remise en cause du modèle "socialiste" jette les professions scientifiques dans une crise multiforme. Elle affecte profondément leur situation matérielle. Elle minore leur statut social : l'affairiste influent et le simple commerçant prennent le pas sur elles »4.

19Pour mesurer et décrire les différentes formes de dévalorisation, évoquées ici par ces auteurs à propos de trois pays du monde arabe, qui affectent le groupe des ingénieurs en Algérie en même temps que d'autres groupes de professions scientifiques, il faudrait réunir beaucoup de données, qui ne sont guère aujourd'hui disponibles.

20Quelques hypothèses peuvent néanmoins être formulées. Les processus d'affaiblissement de la condition et de la position sociale des ingénieurs atteignent moins fortement les groupes les plus haut placés dans cette catégorie professionnelle que ceux qui se situent plus bas dans la hiérarchie. Les ingénieurs qui font ou qui ont fait partie des milieux dirigeants des institutions administratives et économiques du pays préservent leur position sociale assez aisément grâce en particulier au capital de relations sociales qu'ils ont en général accumulé. Un nombre non négligeable de ces ingénieurs prennent leur retraite et constituent des bureaux d'étude ou des cabinets de conseil.

21Moins favorable est la situation des ingénieurs plus jeunes qui occupent ou occupaient des postes plus modestes dans les sociétés nationales et les différentes unités de production du secteur public. Les problèmes de trésorerie, les obstacles à la commercialisation des produits réalisés, les conflits naissant des nécessaires compressions de salariés, les suspicions que suscitent les méthodes de gestion pratiquées, etc. affectent souvent durement cette catégorie d'ingénieurs, aussi bien matériellement que moralement. Quant aux diplômés les plus récemment sortis des filières de formation technologique, ils se trouvent confrontés à une offre d'emploi quantitativement et qualitativement insuffisante. Ils sont conduits à accepter diverses formes de déclassement. C'est ainsi qu'un nombre considérable d'entre eux a obtenu des postes d'enseignants dans différents établissements (lycées techniques et technicums, voire institutions d'enseignement professionnel) ; le nombre d'enseignants titulaires d'un diplôme d'ingénieur d'Etat dans le cycle secondaire s'élevait en 1997 à 2 872 sur les 52 210 enseignants que comptait alors le cycle (soit 5,5 %).

22Beaucoup de diplômés des filières technologiques de l'enseignement supérieur sont contraints de se livrer à des activités ou d'occuper des fonctions correspondant à des niveaux de qualification inférieurs à ceux qu'ils ont atteints par leurs études ; certains ingénieurs exploitent des « pizzerias », d'autres tiennent des magasins d'articles électroniques ou d'installation d'antennes pour la télévision, etc. ; lorsque les familles auxquelles ils appartiennent possèdent des entreprises commerciales, artisanales ou industrielles conséquentes, des ingénieurs, dans une proportion qui ne semble pas être négligeable, s'intègrent aux activités de ces entreprises, activités ayant souvent peu de rapports directs avec la nature de la formation reçue. On peut en outre voir un indice de l'affaiblissement de la situation sociale des formations d'ingénieurs dans le fait que plusieurs établissements, qui dépendaient auparavant de différents ministères économiques ou de différentes grandes entreprises, ont été intégrés à l'Enseignement supérieur. Le besoin de recruter de nouveaux ingénieurs ne se faisant plus sentir dans les différentes branches économiques concernées par l'activité de ces établissements, il a paru ainsi utile de faire l'économie de l'entretien d'institutions de formation coûteuses, dont il était devenu impossible de garantir le recrutement de leurs diplômés. La mise sous la tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur, a concerné ainsi par exemple l'Institut national d'électricité et d'électronique de Boumerdes, l'Institut national des matériaux de construction, l'Institut national des industries manufacturières, etc. Le placement de ces établissements sous la tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur, qui se traduit souvent par une diminution de l'efficacité pédagogique des formations dispensées, répondait, au demeurant, au besoin ressenti au niveau de ce ministère, de pouvoir disposer du grand nombre de places supplémentaires qu'exigeait l'augmentation constante du nombre de bacheliers. La « massification » atteignait ainsi ces établissements qui jusqu'alors avaient réussi à s'en préserver.

23L'affaiblissement important, depuis plus de dix ans, de la position sociale des ingénieurs en Algérie ne constitue-t-il pas l'indice de l'échec d'une certaine vision scientiste de la modernisation, qui a prévalu depuis l'indépendance ? Les politiques inspirées par cette vision scientiste sont loin d'avoir réussi à atteindre leurs objectifs aussi bien économiques que culturels. La situation actuelle, caractérisée par un taux de non-emploi ou de déclassement important des ingénieurs et par une forte aspiration à l'émigration ne risque-t-elle pas d'inciter les gestionnaires du système éducatif à réduire fortement les effectifs des filières technologiques des établissements supérieurs, sans prendre en compte les manques à gagner qu'une telle politique produirait du point de vue de l'accumulation des savoirs modernes dans la société, comme du point de vue des aptitudes potentielles cette dernière à figurer en tant que sujet et non pas seulement en tant qu'objet dans les processus de mondialisation de l'économie ?

Notes

1 L'étape de la graduation dans l'enseignement supérieur algérien correspond aux cinq années d'études après le baccalauréat que nécessite l'obtention du diplôme d'ingénieur et aux quatre années conduisant à la licence, pour les autres disciplines.

2 Les données statistiques mentionnées sont puisées dans diverses publications du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

3 Les données recueillies à l'occasion du Recensement général de la population de 1998 devraient permettre de constituer des informations utiles sur la situation professionnelle d'une partie des ingénieurs résidant en Algérie. Le questionnaire utilisé pour ce recensement renseigne sur le dernier diplôme obtenu par les personnes concernées. Le croisement de cette information avec celle qui porte sur les professions occupées par ces diplômés, et particulièrement les ingénieurs, donnerait la possibilité de mieux connaître la situation sociale de ces derniers.

4 LONGUENESSE Elisabeth et WAAST Roland, « Professions scientifiques en crise. Ingénieurs et médecins en Syrie, Egypte, Algérie », Revue Tiers Monde, t. 36, n° 143, juillet-septembre 1995, pp. 489-490.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter