Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation

 | 
Éric Gobe

Le modèle des élites techniques en question

La formation des élèves algériens, tunisiens et marocains à l’Ecole polytechnique française (1921-2000) : des acteurs de l’histoire aux « élites de peu »

Anousheh Karvar

Texte intégral

LES ÉLÈVES ÉTRANGERS À L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE

  • 1 Voir annexe n° 1.

1A partir de 1921, date à laquelle des candidats étrangers ont été autorisés à présenter, au même titre que les ressortissants français, le concours d’entrée de l’Ecole polytechnique, la répartition des lauréats par pays et par aires géopolitiques (Europe occidentale et Amérique du Nord / Europe centrale et de l’Est / anciennes colonies et protectorats / Proche-Orient / Asie / Amérique du Sud) révèle une prédominance des anciennes colonies et protectorats de la France1. Les décolonisations des années 1950 et 1960 se traduisent, en effet, par une arrivée importante d’élèves en provenance du Viêtnam, de la Tunisie, du Maroc, du Liban et de l’Algérie. Parallèlement au grand contingent des élèves maghrébins, nous observons également un groupe d’élèves que nous appellerons des « étrangers de passage ». Ils ne font pas partie d’un flux important vers la France comme dans le cas des étudiants maghrébins par exemple, mais ce sont des cas isolés qui se trouvent de toute évidence en France pour des raisons contingentes (Norvégien, Suédois, Autrichien, Indonésien, Chilien…). On compte enfin parmi les élèves originaires du bassin méditerranéen, un certain nombre d’élèves juifs ayant suivi une démarche identique de naturalisation et d’installation en France, pour des raisons cette fois liées au sort réservé à leur communauté dans les pays du Maghreb et du Proche-Orient.

  • 2 La question de « l’augmentation du nombre des élèves étrangers, notamment européens » est mise à l (...)

2Les indépendances des années 1950 et 1960 exposent très rapidement l’établissement parisien à la question du concours qu’il pourrait – ou devrait – apporter à l’instruction technique de la relève locale et qui débouche, au cours des décennies suivantes, sur la fuite des cerveaux de ces pays vers l’ancienne métropole. Le débat s’articule autour de deux axes : d’une part, on s’interroge sur la meilleure manière d’attirer vers l’Ecole les « vrais » étrangers, « d’un certain niveau », d’origine européenne ou américaine, et qui retourneraient dans leur pays à la fin du séjour en France, contribuant ainsi au rayonnement de l’Ecole2. C’est en leur faveur qu’on délibère au conseil de perfectionnement sur la revitalisation du statut d’auditeur à la fin des années 1970. La discussion porte, d’autre part, sur les « faux » étrangers, ressortissants des anciennes colonies et protectorats, issus du système d’enseignement français et désireux de s’installer en France. Il s’agit d’envisager, d’une part, une possible limitation de leur nombre, d’autre part une assimilation de plus en plus complète de leur statut à celui des Français, notamment par l’élimination des régimes de faveur au concours et par l’élévation de la barre d’admission.

  • 3 Délibérations du 26/11/1959. Ibid. : Cote : X2c29, t. 17, p. 245.

3La question de l’admission d’un type d’étrangers, en qualité d’auditeurs externes, est mise à l’ordre du jour du conseil de perfectionnement pour la première fois en 1959. Elle donne lieu à un long échange de vues. On convient d’approfondir le sujet « sans hâte » et de réfléchir aux modalités de l’examen à faire subir éventuellement aux candidats3.

4En 1963, ce sont les élèves internes qui font l’objet de l’attention du conseil. Il s’agit d’abord de rapprocher le plus possible les conditions dans lesquelles les étrangers passent le concours général de celles des candidats français. Six mois plus tard, on tente de donner une seconde vie au statut d’auditeur libre, créé à la fin du xixe siècle pour formaliser la présence des étrangers qui suivraient l’enseignement de l’Ecole en auditeur libre en les soumettant à un examen d’entrée (aptitude en langue française et instruction scientifique), au contrôle de présence et aux interrogations générales.

  • 4 Ibid., t. 18, p. 202.
  • 5 Un seul candidat en trois ans qui s’est finalement désisté. Ibid., t. 19, pp. 89-90.

5Entièrement tombé en désuétude depuis l’instauration du concours commun aux candidats français et étrangers, ce statut s’adresserait vaguement aux étrangers qui, « attirés par le renom de l’Ecole », étaient aptes « à profiter de son enseignement grâce à des connaissances d’un niveau comparable... », mais ne donnait pas accès au titre d’ingénieur polytechnicien. Ce n’est qu’un an plus tard que le directeur des études tente de préciser la population ciblée. Il rappelle que le statut d’auditeur libre est réservé aux candidats ayant suivi un enseignement « tout à fait différent » à l’étranger, excluant ainsi tous ceux qui auraient suivi une classe de mathématiques spéciales. Les questions du niveau de connaissances exigées et du futur titre que porteront les anciens auditeurs occupent la majeure partie des discussions du conseil4. Ce débat n’est suivi d’aucun effet. Il faudra attendre les lendemains de mai 1968 pour voir la question des élèves étrangers de nouveau émerger. Dans la foulée des réformes envisagées à l’Ecole polytechnique, la « commission aval », chargée des questions relatives à l’admission, propose d’augmenter le nombre d’élèves étrangers, notamment européens. L’aménagement du concours d’entrée étant écarté par le directeur des études, celui-ci évoque les principales différences entre le système d’enseignement en vigueur aux Etats-Unis (MIT) et en Allemagne (Technische Hochschulen) pour conclure à la difficulté de trouver des passerelles entre des systèmes d’enseignement trop différents. Un point est fait à cette occasion sur l’application du statut d’auditeur libre, pour constater l’absence quasi-totale de candidats pour cette catégorie5. Ces obstacles d’ordre structurel n’empêchent pas le conseil d’émettre le vœu de voir l’Ecole polytechnique « devenir une école européenne ».

  • 6 Registre des procès-verbaux du conseil d’administration de l’Ecole polytechnique. Archives E.P. : (...)

6En 1974, les débats sur le rôle international de l’Ecole polytechnique élargissent leur champ d’application, du recrutement à l’enseignement et au corps enseignant. Ils se déroulent parallèlement aux réflexions sur la modernisation de l’enseignement et sur l’ouverture vers les « pays en voie de développement », compte tenu du « développement considérable » que ces pays promettent à l’époque6.

7Un an après, c’est le ministre de la Défense qui demande au président du conseil d’administration le doublement du nombre d’élèves étrangers à l’Ecole, dans le cadre d’une politique générale préconisée par l’ensemble des grandes écoles. La question portée cette fois devant la Conférence des grandes écoles ne trouve pas de réponse satisfaisante. D’une part, les écoles d’application n’arriveraient pas à faire face à un nombre plus important de demandes d’admission émanant des élèves étrangers. D’autre part, l’admission d’un plus grand nombre d’élèves étrangers à l’Ecole polytechnique nécessiterait une révision à la baisse de la barre d’admission qu’aucun membre du conseil ne souhaite envisager.

  • 7 Ibid., p. 171.

8Pour grossir le nombre d’étrangers à l’Ecole, l’éternelle solution de recrutement d’auditeurs libres est alors évoquée, accompagnée du même constat d’absence de candidats pour cette catégorie. L’avis du ministère des Affaires étrangères est demandé. Une soixantaine de lettres sont aussi envoyées aux anciens élèves étrangers pour récolter leurs suggestions. On prévoit enfin d’inviter les attachés militaires et les conseillers culturels des missions diplomatiques étrangères à la garden party de l’Ecole7.

  • 8 Un an plus tard, le conseil redonne aux épreuves de langues vivantes leur caractère facultatif pou (...)

9Deux ans plus tard, en 1979, devant le constat du non-retour des élèves étrangers dans leur pays d’origine, le conseil d’administration, sur proposition de la « commission aval », approuve l’harmonisation des conditions d’admission des élèves étrangers et français : les épreuves de langues vivantes et d’éducation physique ne sont plus facultatives pour les candidats étrangers. La souplesse est seulement maintenue pour l’épreuve de français8. La cause de ces nouvelles règles doit être recherchée dans les différences entre les filières d’admission à l’Ecole, la filière réservée aux étrangers étant réputée plus facile et de ce fait, préjudiciable aux Français admis par le concours normal.

  • 9 Voir annexe n° 2.

10Les renseignements collectés dans l’annuaire des anciens élèves confirment le non-retour des élèves étrangers de l’Ecole polytechnique constaté par le conseil d’administration. L’évolution de cette tendance sur la période 1955-85 décèle une attitude différenciée dans le temps chez les ressortissants des pays les plus représentés à l’Ecole9. La promotion à partir de laquelle ces élèves ont opté pour l’expatriation est variable selon les pays : promotion 1952 pour le Viêt-nam, 1974 pour le Liban, 1975 pour la Tunisie, 1980 pour le Maroc, et 1977 pour l’Algérie. Si les événements politiques dans le pays d’origine expliquent ces dates pour certaines nationalités comme le Liban (un retour pour deux jusqu’à la promotion 1974, aucun retour pour les promotions après) ou le Viêt-nam (un retour pour sept jusqu’à la promotion 1952, aucun retour après, sauf un de la promotion 1959), en revanche le cas des pays du Maghreb semble s’inscrire dans la problématique de la « fuite des cerveaux ». Mais, au-delà de cette problématique qu’il faudrait sans doute analyser plus finement dans le contexte propre à chacun de ces pays, on constate que les élèves étrangers originaires des anciennes colonies françaises conservent, dans le discours officiel de l’institution, leur statut de membres de la communauté nationale et ne peuvent revêtir, à cet égard, le « véritable » attribut d’« étranger ».

  • 10 Les élèves étrangers de l’Ecole polytechnique sont également connus sous le nom générique de « cat (...)
  • 11 SENEOR R. (directeur des Relations extérieures de l’Ecole polytechnique), « L’internationalisation (...)

11Malgré ces échecs répétés, l’ouverture internationale de l’Ecole reste un objectif politique affiché dans les années 1990. On ne peut qu’être frappé, encore une fois, par la récurrence des solutions proposées. Depuis 1995, parallèlement à l’augmentation du nombre d’élèves étrangers à admettre par voie de concours, une nouvelle filière a été mise en place qui semble être une copie fidèle du statut d’auditeur libre, en raffinant la dénomination : aux côtés des CP1 (catégorie particulière 1)10, élèves issus des classes préparatoires en France, au Maroc, en Tunisie ou au Liban, s’est créé un nouveau statut appelé CP2 (catégorie particulière 2) réservé aux étudiants d’autres pays n’ayant pas été formés dans un système d’enseignement proche de celui en vigueur en France : « … des jeunes gens et des jeunes filles qui pour certains d’entre eux n’avaient jamais entendu parler des possibilités de formation en France, qui ne savaient pas ce qu’est l’Ecole polytechnique et souvent qui n’avaient jamais quitté leur pays… »11. Comme pour les auditeurs libres de jadis, un examen du dossier académique et des lettres de recommandations du candidat est effectué. Puis des épreuves orales permettent d’apprécier son niveau scientifique. Contrairement aux tentatives précédentes, les trois premières années de mise en œuvre de cette nouvelle mesure se sont soldées par l’arrivée de 12, puis 18 et enfin 24 élèves, la moitié étant originaire de l’Europe de l’Ouest et de l’Est, l’autre moitié d’Asie et d’Afrique.

12Les élèves de la CP2 n’obtiennent pas le diplôme d’ingénieur polytechnicien et par conséquent, doivent faire créditer leurs deux années d’étude auprès de leur université d’origine. Or, même si le caractère généraliste de l’enseignement reçu à l’Ecole polytechnique semble être apprécié, il correspond aux troisième et quatrième années d’études supérieures, là où les cycles intégrés de formation d’ingénieurs dans les pays étrangers dispensent des formations de spécialisation.

13Une autre difficulté à l’attraction d’élèves étrangers à l’Ecole polytechnique réside dans le caractère payant des études. Malgré l’aide des ambassades, des industriels français et de la fondation de l’Ecole, seuls des programmes importants de bourses conséquentes du gouvernement français et de chaque pays peuvent venir à bout des frais de scolarité.

  • 12 Voir annexe n° 3.

14Il faudra donc se rendre à l’évidence : la Tunisie et le Maroc, puis le Maroc et la Tunisie sont restées, depuis le milieu des années 1950 jusqu’à nos jours, les plus grands viviers d’élèves étrangers de l’Ecole polytechnique, lui offrant pour la période 1986-2000, plus de 46 % de ce contingent (26 % pour les Marocains et 20 % pour les Tunisiens), alors que l’Espagne, seul pays de l’Europe occidentale à dépasser le seuil de dix élèves pendant la même période, ne représente que 2,2 % de l’ensemble12.

  • 13 AUDRIC Thierry, Les étudiants marocains dans les écoles d’ingénieurs françaises, rapport dactylogr (...)

15Ces chiffres devront être rapprochés de la prédominance des étudiants marocains dans les grandes écoles françaises : en 1999, les Marocains, avec 1 108 élèves, représentent le contingent le plus important, soit 8,5 % des 13 144 étudiants étrangers que les grandes écoles françaises (ingénieurs et gestion) accueillent en formation diplômante et non-diplômante (formation continue et/ou de courte durée) ; suivis des Algériens (814 étudiants) et des Tunisiens (573). Les étudiants marocains sont répartis selon un ratio de 1 pour 9 entre les écoles de gestion et les écoles d’ingénieurs13. A ce titre, le Maroc se trouve dans une situation similaire à celle de l’Espagne (1 102 étudiants) à la seule différence que le ratio espagnol est de 3 pour 7 entre les écoles de gestion et les écoles d’ingénieur.

  • 14 Ibid., tableau 3, p. 4.

16Toujours pour l’année 1999, le rapport du ministère des Affaires étrangères (note 13) français donne la répartition suivante pour les 150 étudiants marocains diplômés des Ecoles d’ingénieurs françaises, où l’on observe la place dominante de l’Ecole polytechnique en terme de flux annuel estimé, talonnée par l’Ecole centrale et l’Ecole des ponts et chaussées14.

17De plus, selon la même source, près de 90 % des élèves ingénieurs marocains bénéficient d’une bourse d’études, répartis dans un ratio de 6 pour 4 entre boursiers du gouvernement marocain et ceux du gouvernement français.

Source : Thierry Audric, Les étudiants marocains dans les écoles d’ingénieurs françaises, rapport dactylographié de la Sous-Direction de la coopération universitaire et scientifique, ministère des Affaires étrangères, mai 2000.

18Sans doute faudra-t-il évaluer l’effet conjugué des programmes de coopération et de l’ouverture depuis le milieu des années 1980 de classes préparatoires au concours d’entrée des grandes écoles en Tunisie et au Maroc, mais aussi celui de la montée en puissance des écoles d’ingénieurs marocaines et tunisiennes pour expliquer l’évolution du nombre d’élèves originaires de ces deux pays dans les grandes écoles françaises et en particulier à l’Ecole polytechnique.

DES ÉTUDIANTS MAGHRÉBINS À L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE

19La période de l’entre-deux-guerres a donné à l’Ecole polytechnique les premiers élèves tunisiens et algériens ayant fréquenté l’Ecole polytechnique régulièrement depuis. Leur admission à l’Ecole avant les indépendances revêt un caractère exceptionnel et dispersé dans le temps : deux Algériens en 1919 et 1928 et un Tunisien en 1929.

  • 15 MARSEILLE J., Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel, (...)

20Dans les pays du Maghreb, la politique éducative prônée par la France a souffert d’une grande instabilité. A la multiplicité des centres de décision se sont ajoutées des conceptions divergentes à propos des vertus de l’éducation que l’on offrirait aux « indigènes ». Une première conception, assimilationniste, attachée à l’idée de la France comme puissance coloniale humaniste et modernisatrice, a voulu faire des autochtones des sujets français par l’acquisition de la langue et de la culture françaises. Une seconde conception, prédominante auprès des Français des colonies, considérait le système d’éducation indigène comme une fabrique de déclassés et de rebelles nationalistes difficiles à administrer15.

  • 16 PERVILLÉ G., Les étudiants algériens de l’Université française 1880-1962, Paris, Ed. du CNRS, 1984 (...)
  • 17 BARJOT D., « Les entreprises de travaux publics face à la décolonisation : une adaptation difficil (...)

21L’originalité des parcours individuels des polytechniciens « coloniaux » se mesure aux nombreux obstacles qu’ils ont franchis avant d’arriver en France, mais aussi au choix d’une filière technique passant par l’Ecole polytechnique. En effet, même si les décrets de 1919 et 1920 stipulaient l’égalité des « indigènes » et des Français pour occuper des postes dans l’administration, tout en les excluant des fonctions d’autorité ; même si, plus tard, l’ordonnance du 7 mars 1944 a instauré leur égale admissibilité à tous les emplois publics, le choix des filières débouchant sur des professions libérales (droit, médecine) est resté prépondérant dans les milieux étudiants issus des colonies16. Les débouchés pour les fonctions techniques étaient d’autant plus incertains que les patrons français des industries locales ne recrutaient que des Français17.

En Algérie

  • 18 STORA B., Ils venaient d’Algérie. L’immigration algérienne en France (1912-1992), Paris, Fayard, 1 (...)
  • 19 Ibid.

22En Algérie où la France a opté depuis toujours pour l’assimilation culturelle, cette politique s’est accompagnée d’un isolement de l’élite de la masse « barbare et arriérée », pour reprendre la terminologie coloniale. Comme l’identification à la France était présentée comme la contrepartie de l’ascension sociale par les études, beaucoup de jeunes algériens ont refusé d’abord d’entrer dans le jeu colonial pour enfin s’y prêter tout en s’engageant dans le mouvement étudiant anticolonial. La faiblesse numérique de la population dépassant le niveau d’instruction primaire est encore révélatrice : en 1910, on recense 25 diplômés indigènes, 20 étudiants qui se trouvent à Paris en 1928, contre 53 pendant l’année 1934-35, une centaine dix ans après, entre 200 et 250 en 1954. Certes, le mouvement s’est amplifié à partir de 1946, mais au début de la guerre d’indépendance, on ne compte toujours que 600 étudiants algériens dans l’université française (200 à 250 à Paris, 90 à Montpellier, 70 à Toulouse, etc.). A la même époque, l’université d’Alger accueillait 5 000 étudiants européens contre 400 algériens seulement18. Le pourcentage d’étudiants musulmans algériens oscille, en effet, entre 3 et 4 % de 1915 à 1938 et entre de 7 et 8 % de 1939 à 196119.

  • 20 De 1925 à 1962, le lycée Bugeaud d’Alger a comporté une classe de mathématiques supérieures et une (...)

23En 1947-48, l’Algérie compte trois ou quatre ingénieurs diplômés des grandes écoles françaises, occupant des postes du rang de sous-préfet dans l’administration coloniale. Ce n’est qu’à partir de 1951-52 que les classes préparatoires algéroises commencent à recevoir des élèves indigènes en nombre important20. Avec le mot d’ordre de grève des études lancé par le Front de libération nationale (FLN), le rappel des étudiants et leur répartition dans d’autres pays, notamment en Europe de l’Est et au Moyen-Orient, le phénomène observé en amont ne se traduit pas non plus par une présence algérienne dans les grandes écoles. Après l’indépendance, la fermeture des classes préparatoires algéroises jusqu’en 1964, ainsi que l’absence de politique de coopération bilatérale dans ce domaine, seraient à l’origine de la faible représentation de l’Algérie dans le contingent important des élèves nord-africains de l’Ecole polytechnique.

24Pour ce qui est des Algériens formés à l’Ecole polytechnique après l’indépendance (promotions 1963-1980), nous observons une propension aux études longues (DEA et doctorat) et une nette rupture quant au retour au pays : un seul cas de retour au pays (Sonatrach) parmi les élèves algériens des promotions 1963 à 1985 (14 situations professionnelles connues sur les 17 élèves recensés). Pour les 16 autres élèves des promotions 1986 à 1994, nos renseignements restent lacunaires puisque nous n’avons pu recenser que quatre situations professionnelles en France et aux Etats-Unis. La reconstitution des carrières devra donc se poursuivre.

25La tendance à la faible représentation des Algériens dans le contingent des étudiants maghrébins de l’Ecole polytechnique n’est pas corrigée de 1986 à 2000 où l’écart reste encore très important entre l’Algérie d’une part, la Tunisie et le Maroc d’autre part, les élèves originaires de ces pays formant respectivement des contingents de 101 et 128 élèves sur la période considérée.

En Tunisie

26De 1921 à 1985, les élèves tunisiens ont constitué le plus grand contingent d’élèves étrangers, avec une présence régulière et constante dans les décennies 1960 et 1970 et une croissance exponentielle de 1980 à 1985 où leur nombre a été multiplié par trois.

27Après l’indépendance de la Tunisie en 1956, la présence des élèves tunisiens dans les grandes écoles techniques françaises et à l’Ecole polytechnique relève d’une politique délibérée de l’Etat tunisien et la création, en 1969, d’une filière spécifique (filière A de l’Ecole nationale d’ingénieurs de Tunis, préparant au concours des grandes écoles françaises).

28Sur la période 1985-2000, la présence tunisienne s’est maintenue à un niveau élevé tout en connaissant une certaine baisse entre 1986 et 1990. Cette baisse pourrait s’expliquer, entre autres, par l’accord de transfert de technologies signé, au début des années quatre-vingt, entre la Tunisie et les Etats-Unis et qui a offert des bourses américaines à une sélection de bacheliers tunisiens pour se former dans les universités techniques américaines.

Au Maroc

  • 21 THEYSSET E., « Huit années de coopération technique avec le Maroc », Revue juridique et politique, (...)
  • 22 Ibid.

29La politique de la France vis-à-vis du Maroc s’inscrit quant à elle dès l’indépendance dans le contexte de la coopération et de la relève des cadres de la métropole. La France et le Maroc signent ainsi un traité de coopération, en 1958, ayant pour objectif d’aider l’ancienne colonie à se doter de l’encadrement administratif et technique qui lui manquait après le départ massif des cadres français. Une des clauses de ce traité engage la France à « ouvrir largement aux candidats présentés par le gouvernement marocain l’accès à tous les établissements français d’enseignement et d’application et à assurer, en cas de besoin, leur formation accélérée »21. En huit ans, 1 500 étudiants marocains sont formés en France. En 1964-65, le ministère des Affaires étrangères accorde 550 bourses de coopération aux jeunes Marocains, dont 236 en région parisienne. Cette année-là, on compte un élève admis à l’Ecole polytechnique22.

  • 23 Voir annexe n° 2.

30On peut supposer que les premiers élèves marocains de l’Ecole polytechnique ont aussi bénéficié des mesures de cette convention. Selon toute vraisemblance, les élèves signaient des engagements pluriannuels vis-à-vis de leur gouvernement. Au retour dans leur pays, la valeur de leur formation était probablement reconnue et des postes importants leur étaient proposés dans la haute fonction publique et dans les entreprises du même secteur. Ce qui expliquerait le retour au pays de la quasi-totalité des élèves marocains des promotions jusqu’en 1975, tandis qu’une très grande proportion des élèves des promotions, à partir de 1980, est restée en France23.

  • 24 Voir annexe n° 3.

31Au cours de ces quinze dernières années, le Maroc a doublé le nombre de ses élèves à l’Ecole polytechnique par rapport aux trente premières années de son indépendance. Ainsi, nous sommes passés de 68 élèves de 1955 à 1985 à 128 entre 1986 et 2000. Cette présence régulière et importante confère au Maroc le premier rang de la présence étrangère à l’Ecole polytechnique, devant la Tunisie, le Liban et le Viêt-nam24.

DES ACTEURS DE L’HISTOIRE AUX ÉLITES « DE PEU »

  • 25 AKKACHE A., « Ingénieurs et emploi. Quelques données sur l’Algérie », in LONGUENESSE E. (dir.), (...)
  • 26 La ventilation est la suivante : 5 diplômés de l’Ecole polytechnique, 10 de l’Ecole des mines de P (...)

32Les premières générations des polytechniciens issus des colonies ou des protectorats ont regagné, en règle générale, leur pays d’origine, à la suite des années d’étude en France. Bien que mouvementée, leur carrière professionnelle et publique tend à être caractérisée par trois étapes décisives : la première a été celle d’une intégration sociale difficile, la seconde est souvent marquée par un engagement politique de haut niveau et la troisième semble être celle d’un retour au calme et à des carrières d’ingénieur plus traditionnelles. En effet, dès leur retour au pays d’origine, les polytechniciens de la première génération se retrouvent dans une situation professionnelle qui ne correspond pas aux compétences acquises en France. En Algérie notamment, la catégorie socioprofessionnelle des ingénieurs est pratiquement inexistante jusqu’à l’indépendance. Elle y apparaît seulement dans les années 1970, lors des premières actions d’industrialisation, avec la création d’institutions de formation spécialisée25. En 1956, la Tunisie compte trente-six diplômés des grandes écoles françaises26. Contraints à occuper des postes subalternes dans l’administration et dans l’enseignement, la plupart de ces diplômés possèdent très peu d’expérience et n’ont exercé aucune fonction de responsabilité. Toutefois, des exceptions dont il convient de retracer la carrière personnelle existe : c’est le cas précisément d’E. Mouloud, élève français d’origine algérienne de la promotion 1919, de S. Bouakouir, de la promotion 1927, diplômé de l’Ecole polytechnique et de l’Ecole du génie maritime.

Les polytechniciens algériens

  • 27 Les registres-matricules contiennent sous forme manuscrite des informations d’état civil, le signa (...)

33Né en 1895 à Alger, Edouard Mouloud opte pour la citoyenneté française et vraisemblablement pour la religion chrétienne, du fait de son changement de prénom d’Omar à Edouard. Provenant de milieux populaires – son père est déclaré comme « boucher » à Alger dans le registre matricule –, il s’engage dans l’armée française au cours de la Première Guerre mondiale27. Il réussit le concours de l’Ecole polytechnique à la fin de la guerre. Admissible dans le service public en 1921 dans l’artillerie métropolitaine (aéronautique), il grimpe, de 1935 à 1962, les échelons hiérarchiques dans l’administration des chemins de fer algériens. Sous-directeur de la Société nationale des chemins de fer algérienne (SNCFA) au moment de l’indépendance, il choisit d’y rester et de servir son pays d’origine, en occupant le poste de président du conseil d’administration de la SNCFA de 1964 jusqu’à sa mort en 1972.

  • 28 PERVILLÉ G., op.cit., p. 41.
  • 29 Informations recueillies dans la notice nécrologique consacrée à S. Bouakouir, La Jaune et la Roug (...)

34Salah Bouakouir est, quant à lui, le premier haut fonctionnaire musulman servant en Algérie. Sa désignation à la direction de l’Energie, du Commerce et de l’Industrialisation du gouvernement général en 1947 constitue la première – et unique – concrétisation des effets escomptés de l’ordonnance de mars 194428. Néanmoins, sa promotion n’a pas dépassé, de toute évidence, le cas individuel. Cette nomination est le signe avant-coureur d’une ascension fulgurante : secrétaire adjoint des affaires économiques au gouvernement général en 1954, il fait partie, avec Claude Tixier, directeur général des Finances, d’un groupe de travail à l’origine d’un important plan intitulé « Perspectives décennales de développement économique de l’Algérie » (publié en mars 1958). A partir de 1957, il est directeur des Affaires économiques29.

  • 30 HARBI M., Le F.L.N., mirage et réalité. Des origines à la prise du pouvoir (1945-1962), Paris, Jeu (...)

35Après la nomination de Paul Delouvrier, nouveau délégué général du gouvernement en Algérie, S. Bouakouir entre dans son équipe en qualité de président du conseil supérieur du plan, créé à l’imitation du Plan d’équipement et de modernisation de la métropole. Il y reste trois ans en fonctions jusqu’à sa mort, en septembre 1961, dans un accident dont les circonstances n’ont pas été élucidées. A l’indépendance, le FLN lui rend hommage en donnant son nom à un des plus grands boulevards d’Alger jusqu’à une date récente où il a été « débaptisé ». Ce polytechnicien algérien, alors directeur de l’Equipement et de l’Industrie du gouvernement général, aurait constitué, en 1959-60, avec quelques autres de ses collègues une officine de renseignements pour le compte du FLN-GPRA (Gouvernement provisoire de la république algérienne)30.

36Mohammad Liassine serait le troisième et dernier élève algérien de l’Ecole polytechnique avant l’accession de ce pays à l’indépendance. Son arrivée à l’Ecole polytechnique en 1955 relève de la performance individuelle à l’instar de ses compatriotes E. Mouloud et S. Bouakouir. Issu du système d’enseignement indigène en Algérie, il fait partie des exceptions qui du fait de leurs brillants résultats scolaires, réussissent à intégrer l’enseignement réservé aux Français à partir du cycle secondaire. Son parcours scolaire a pu bénéficier de l’abolition du code de l’indigénat en 1947 qui perdure jusqu’en 1958. Devenu Français musulman du fait du nouveau statut de l’Algérie, il dispose en théorie de droits identiques à ceux des citoyens français : il peut donc se présenter à l’Ecole polytechnique comme candidat français au concours général d’admission.

  • 31 BENNOUNE M., EL-KENZ A., Le hasard et l’histoire. Entretiens avec Belaid Abdesselam, t. 1, ENAG éd (...)

37Dès son arrivée à Paris, un mot d’ordre de grève d’études est lancé par le FLN. Il s’agit de la grève illimitée des cours et des examens déclenchée le 19 mai 1956 sous l’égide des associations d’étudiants et de l’UGEMA (Union générale des étudiants musulmans algériens). Cette grève relève alors d’un impératif catégorique, souligné dans la déclaration du comité directeur de l’UGEMA publiée à Paris. Aussi M. Liassine demande-t-il la permission au FLN de continuer ses études pendant la grève. Ces dires sont confirmés par le responsable de l’UGEMA de l’époque, Belaïd Abdesselam, dont les souvenirs ont été publiés en 199031.

  • 32 Ibid., p. 193.

38A l’indépendance, M. Liassine et Ahmed Ghozali, ingénieur civil des Ponts et Chaussées, sont les seuls ingénieurs diplômés des grandes écoles françaises, dans les rangs de quelque 200 hauts fonctionnaires algériens. Leurs carrières se déroulent dans le secteur industriel, aux côtés de Belaïd Abdelsselam, l’artisan du programme d’industrialisation algérien. Dans ses entretiens, B. Abdesselam relate comment l’Exécutif provisoire, mis en place au moment de l’accession à l’indépendance, a dû faire face à la remise en marche d’une machine économique grippée par le sabotage de l’OAS et par le départ des cadres français. Parmi les quelques cadres algériens réunis à cet effet, il compte A. Ghozali qui venait de terminer ses études et M. Liassine qui avait terminé ses études avant l’indépendance et se trouvait affecté au sein des unités de l’Armée de libération nationale (ALN). Autorisé à rejoindre la délégation des affaires économiques, M. Liassine se voit confier la direction nouvellement créée de l’industrialisation. Au sein de cette direction, il a en charge la relance de la sidérurgie d’Annaba et la création de la Société nationale de sidérurgie (SNS), dont il devient le premier directeur général32.

39M. Liassine est bien un acteur de premier plan d’une industrialisation menée par la volonté politique de la fraction des « industrialistes » au pouvoir et financée par les revenus pétroliers. Il réalise un projet pilote mobilisant 20 000 travailleurs qui cristallise les attentes du gouvernement algérien : dans les années 1950, la sidérurgie est considérée dans beaucoup de pays du Tiers-Monde comme la voie royale de l’industrialisation et du développement. Legs de l’ancienne métropole qui continue à en parrainer la réalisation, la SNS accumule toutefois les conflits entre la maîtrise d’ouvrage (l’Algérie), les ingénieurs conseil (la France) et les entreprises soumissionnaires (la France et l’Union soviétique). Ici, le choix d’un polytechnicien algérien à la direction de l’entreprise semble avoir été dicté par la recherche d’un équilibre dans les rapports de forces entre le gouvernement algérien et ses partenaires français. Cet équilibre est, en tout état de cause, largement en défaveur de l’Algérie, sur le plan technique.

40A la fin des années 1970, à mi-parcours du programme d’industrialisation, des voix s’élèvent à l’encontre de M. Liassine au sein de l’équipe gouvernementale. Il fait l’objet d’âpres critiques : endettement, effet de taille, investissements énormes sans création d’emplois à la hauteur, taux de fonctionnement très bas des unités industrielles, agriculture sacrifiée, etc. En 1978, le gigantesque ministère de l’Industrie est scindé en trois : l’ancien ministre Abdesselam conserve le secteur du transport, tandis que le portefeuille de l’industrie lourde est confié à M. Liassine et celui de l’énergie à A. Ghozali. Ce n’est qu’en 1982, avec l’arrivée à la présidence de Chadli Ben-Djedid, que les adversaires de la politique menée jusqu’alors dans le domaine industriel obtiennent gain de cause. M. Liassine est écarté du pouvoir. Il y est rappelé en 1991 dans le cabinet de crise formé par son camarade d’études et son compagnon de l’Industrie, A. Ghozali, qu’il suivra peu de temps après dans son départ pour la France.

Les polytechniciens tunisiens

  • 33 Notre étude plus détaillée des polytechniciens tunisiens a fait l’objet d’une contribution à l’ouv (...)

41La reconstitution de la carrière des élèves tunisiens des promotions 1929 à 1985 fait apparaître une première génération de polytechniciens entièrement vouée au service public33. Techniciens impliqués dans la construction du pays après l’indépendance, ils ont joué un rôle éminemment politique pendant les décennies 1960 et 1970, par l’étendue de leurs réalisations dans les secteurs privilégiés de l’intervention de l’Etat, à savoir les mines, l’énergie et les travaux publics.

42Ils sont suivis par une deuxième génération de polytechniciens tunisiens tournée vers l’activité de bureaux d’études, au service du secteur public et parapublic, en partenariat avec des entreprises étrangères. Cette génération formée dans les années 1970 a su s’adapter à l’évolution de l’économie nationale, en prenant une part active dans la disparition des barrières douanières et l’ouverture du marché tunisien à la communauté européenne.

43Une troisième génération (les années 1980) serait moins attachée au sentiment de devoir envers la patrie, parce qu’elle a été confrontée à un marché local de l’emploi plus difficile et à un climat politique moins libéral : ceux qui la représentent en Tunisie ont plutôt choisi d’assurer la gestion technique de la dette extérieure dans les banques. D’autres encore se sont installés en France où leurs carrières se confondent avec celle des polytechniciens français.

  • 34 Il faudra sans doute corriger ces données par la collecte d’informations sur les 15 situations pro (...)

44Les résultats partiels de notre enquête sur les promotions 1986-1995 confirment cette tendance au non-retour : sur les 47 élèves des promotions 1986 à 1994, nous avons connaissance de 32 situations professionnelles dont une seule se déroule au pays, à la Banque de Tunisie34.

Les polytechniciens marocains

45La situation est légèrement différente au Maroc où il existe encore un « flux entrant » de diplômés de l’Ecole polytechnique française. Notre première analyse de la situation professionnelle des anciens élèves marocains est fondée sur les renseignements fournis dans l’annuaire 1990 : à cette date, les anciens élèves des promotions de 1948 à 1980, rentrés au Maroc, occupent des postes de directeur général et d’administrateur dans des entreprises publiques ou semi-publiques. Ceux issus des promotions 1981-1985 travaillent dans les mêmes entreprises. Ils gravissent les premiers échelons de cette hiérarchie. Le Maroc offre donc des situations suffisamment intéressantes aux diplômés formés en France et accorde de la valeur à leur qualification.

  • 35 Groupe ONA, « Rapport annuel », 1989.

46Le ministère des Travaux publics est le principal employeur des promotions de polytechniciens marocains jusqu’en 1970 : deux d’entre eux ont occupé le portefeuille de cette administration technique. Par la suite, c’est dans le groupe Omnium Nord Africain (ONA) que l’on trouve la plus forte concentration de polytechniciens (7 entre 1972 et 1984). L’ONA est un immense holding qui comprend une centaine de sociétés dans les secteurs agro-alimentaire, mines, finances, immobilier, audiovisuel, automobile, textile, etc.35 Les mines, le bâtiment, les travaux publics, les banques et l’industrie de montage sont par ordre décroissant les autres branches d’activité proposée aux anciens élèves de l’Ecole polytechnique.

  • 36 Les promotions 1995 et suivantes n’ayant pas encore terminé leurs études, l’Annuaire de 1999 ne fo (...)

47Une autre analyse fondée sur l’Annuaire 1999, qui comprend les promotions de 1948 à 199436, confirme une tendance plus poussée au non-retour. Elle révèle une différenciation plus importante du positionnement socioprofessionnel des polytechniciens marocains. De même, alors que pour les promotions de 1948 à 1980, le nombre de non-retour est relativement limité (6 sur les 33 carrières connues), il atteint un niveau plus important pour les promotions 1981 à 1985 (13 sur les 20 carrières connues). La tendance s’inverse de 1986 à 1994 (23 non retour sur 33 carrières connues). Les tableaux 1, 2 et 3 de l’annexe 5 donnent un aperçu rapide des carrières embrassées par les ingénieurs polytechniciens de retour au Maroc.

  • 37 Pour la grille des notices biographiques, voir annexe n° 4.

48La collecte d’informations sur les polytechniciens maghrébins devra être poursuivie dans les prochains mois par l’envoi d’un questionnaire et la réalisation d’entretiens avec un échantillon d’anciens élèves. L’objectif est de compléter les données prosopographiques37 avant de dresser quelques hypothèses sur le vivier et les modes de renouvellement des élites techniques en Tunisie et au Maroc, sur leur positionnement par rapport aux postes de commandement du secteur économique et sur la place que prend la formation à l’Ecole polytechnique française dans ce dispositif.

Annexes

Annexe n° 1

Répartition géographique des élèves étrangers 1921-1985

Répartition géographique des élèves étrangers 1921-1985

Annexe n° 2

Tendance au retour dans le pays d’origine des élèves étrangers 1955-1985

Tendance au retour dans le pays d’origine des élèves étrangers 1955-1985

Source : Société amicale des anciens élèves de l’Ecole polytechnique, Annuaire, 1990.

Annexe n° 3

Répartition géographique des élèves étrangers 1986-2000

Répartition géographique des élèves étrangers 1986-2000

*Ce total comprend des ressortissants des pays énumérés ci-dessous, leur nombre ne dépassant pas dix par pays sur la période considérée :
Allemagne, Autriche, Andorre, Belgique, Bénin, Bulgarie, Cameroun, Canada, Chine-Taiwan, Colombie, Corée, Côte d’Ivoire, Croatie, Danemark, Equateur, Grande Bretagne, Grèce, Hollande, Hongrie, Indonésie, Italie, Japon, Luxembourg, Lettonie, Madagascar, Maurice, Monaco, Mexique, Norvège, Pologne, Suède, Syrie.

Annexe n° 4. Grille des notices biographiques

168 NOM

168 PRENOM

168 H/F

168 PROMOTION

168 RELIGION

168 BOURSIER

168 AMONT 1 (Lycée)

168 AMONT 2 (Classe préparatoire)

168 AVAL 1 (Ecole d’application)

168 AVAL 2 (Formation complémentaire, DEA, Doctorat)

168 ACTIF ANNUAIRE 1990 (Activité professionnelle, Annuaire 1990)

168 ACTIF ANNUAIRE 1997 (Activité professionnelle, Annuaire 1997)

168 ACTIF ANNUAIRE 1999 (Activité professionnelle, Annuaire 1999)

168 ACTIF 3 ANS (Activité 3 ans après le dernier diplôme)

168 ACTIF 5 ANS

168 ACTIF 10 ANS

168 ACTIF 15 ANS

168 ACTIF 20 ANS

168 ACTIF FINAL

168 ADRESSE

Annexe n° 5

Tableau 1. Situation professionnelle des polytechniciens marocains en 1999 Promotions 1948-1980

Tableau 1. Situation professionnelle des polytechniciens marocains en 1999 Promotions 1948-1980

* (dont 3 élèves israélites d'origine marocaine)

Tableau 2. Situation professionnelle des polytechniciens marocains en 1999 Promotions 1981-1985

Tableau 2. Situation professionnelle des polytechniciens marocains en 1999 Promotions 1981-1985

* Dont 1 fille.

Tableau 3. Situation professionnelle des polytechniciens marocains en 1999. Promotions 1986-2000

Tableau 3. Situation professionnelle des polytechniciens marocains en 1999. Promotions 1986-2000

* Etant donné le nombre important d’élèves pour lesquels l’Annuaire de 1999 ne fournit pas de renseignement sur la carrière, les chiffres de ce tableau doivent être interprétés avec précaution en attendant la fin de la collecte d’informations.
** Dont 3 filles.

Notes

1 Voir annexe n° 1.

2 La question de « l’augmentation du nombre des élèves étrangers, notamment européens » est mise à l’ordre du jour du conseil de l’Ecole le 07/10/1968 : Cote : X2c29, t. 19, p. 89-90. Pour attirer les étrangers d’un certain niveau, le groupe de travail chargé de réformer l’institution propose, en 1974, six recommandations. Registre des procès-verbaux du conseil de perfectionnement de l’Ecole polytechnique. Archives E.P. : Cote : X2c29, t. 20, p. 120.

3 Délibérations du 26/11/1959. Ibid. : Cote : X2c29, t. 17, p. 245.

4 Ibid., t. 18, p. 202.

5 Un seul candidat en trois ans qui s’est finalement désisté. Ibid., t. 19, pp. 89-90.

6 Registre des procès-verbaux du conseil d’administration de l’Ecole polytechnique. Archives E.P. : Cote : X2c29, t. 20, p. 120.

7 Ibid., p. 171.

8 Un an plus tard, le conseil redonne aux épreuves de langues vivantes leur caractère facultatif pour les étrangers. Ibid., p. 384.

9 Voir annexe n° 2.

10 Les élèves étrangers de l’Ecole polytechnique sont également connus sous le nom générique de « catégorie particulière ».

11 SENEOR R. (directeur des Relations extérieures de l’Ecole polytechnique), « L’internationalisation de l’Ecole », La Jaune et la Rouge. Revue mensuelle de la Société amicale des anciens élèves de l’Ecole polytechnique, novembre 2000, n° 559, pp. 13-19.

12 Voir annexe n° 3.

13 AUDRIC Thierry, Les étudiants marocains dans les écoles d’ingénieurs françaises, rapport dactylographié de la Sous-Direction de la coopération universitaire et scientifique, ministère des Affaires étrangères, mai 2000. Ce rapport est fondé, entre autres, sur l’enquête menée par la Conférence des grandes écoles en février 1999 sur le nombre des étudiants étrangers dans les écoles d’ingénieurs et de gestion. Nous remercions E. Gobe de nous l’avoir communiqué.

14 Ibid., tableau 3, p. 4.

15 MARSEILLE J., Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel, 1984, p. 240 et suite.

16 PERVILLÉ G., Les étudiants algériens de l’Université française 1880-1962, Paris, Ed. du CNRS, 1984, pp. 39-46.

17 BARJOT D., « Les entreprises de travaux publics face à la décolonisation : une adaptation difficile, mais réussie ? (1940-1956) », in AGERON C.-R. (dir.), Les Chemins de la décolonisation de l’Empire colonial français, Paris, Ed. du CNRS, 1986, pp. 157-164.

18 STORA B., Ils venaient d’Algérie. L’immigration algérienne en France (1912-1992), Paris, Fayard, 1992, p. 239. G. Pervillé avance le chiffre de 1 200 étudiants algériens en 1954, dont 600 à l’Université d’Alger.

19 Ibid.

20 De 1925 à 1962, le lycée Bugeaud d’Alger a comporté une classe de mathématiques supérieures et une classe de mathématiques spéciales, appelée « taupe arabe ». Malgré son appellation, elle n’a compté qu’un nombre extrêmement faible d’élèves de confession musulmane.

21 THEYSSET E., « Huit années de coopération technique avec le Maroc », Revue juridique et politique, Paris, septembre 1965, pp. 481-495.

22 Ibid.

23 Voir annexe n° 2.

24 Voir annexe n° 3.

25 AKKACHE A., « Ingénieurs et emploi. Quelques données sur l’Algérie », in LONGUENESSE E. (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates. Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient, Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1990, pp. 147-154, p. 147.

26 La ventilation est la suivante : 5 diplômés de l’Ecole polytechnique, 10 de l’Ecole des mines de Paris et de Saint-Etienne, 4 de l’Ecole de l’hydraulique de Grenoble, 3 de l’Ecole des télécommunications, 2 de l’Ecole des travaux publics, 1 de l’Ecole centrale de Paris. BENSALEM L., « La Profession d’ingénieur en Tunisie. Approche historique », in LONGUENESSE E. (dir.), op. cit., pp. 81-93, p. 91.

27 Les registres-matricules contiennent sous forme manuscrite des informations d’état civil, le signalement physique de l’élève, son centre d’examen, son rang d’entrée et de sortie et la carrière choisie à l’issue de l’Ecole polytechnique. Ils sont gardés aux Archives de l’Ecole sous la cote X2C/C.

28 PERVILLÉ G., op.cit., p. 41.

29 Informations recueillies dans la notice nécrologique consacrée à S. Bouakouir, La Jaune et la Rouge, 1961, p. 51 ; complétées auprès de M. C.-R. Ageron. Nous lui présentons nos plus vifs remerciements.

30 HARBI M., Le F.L.N., mirage et réalité. Des origines à la prise du pouvoir (1945-1962), Paris, Jeune Afrique, 1980, p. 281. D’après M. C.-R. Ageron, Paul Delouvrier aurait utilisé S. Bouakouir dans des négociations secrètes avec le FLN concernant le libre acheminement du pétrole saharien, moyennant dédommagement financier de la part des compagnies pétrolières.

31 BENNOUNE M., EL-KENZ A., Le hasard et l’histoire. Entretiens avec Belaid Abdesselam, t. 1, ENAG éditions, 1990, p. 120.

32 Ibid., p. 193.

33 Notre étude plus détaillée des polytechniciens tunisiens a fait l’objet d’une contribution à l’ouvrage consacré aux trajectoires sociales et itinéraires migratoires des diplômés maghrébins, publié sous la direction de Vincent Geisser. Nous en reprenons, ici, les lignes essentielles. Cf GEISSER V. (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Ed. CNRS, 2000, pp. 179-192.

34 Il faudra sans doute corriger ces données par la collecte d’informations sur les 15 situations professionnelles ne figurant pas à ce jour dans l’Annuaire des anciens élèves qui dispose de moyens autrement plus efficaces pour repérer les polytechniciens dans les entreprises et organismes français.

35 Groupe ONA, « Rapport annuel », 1989.

36 Les promotions 1995 et suivantes n’ayant pas encore terminé leurs études, l’Annuaire de 1999 ne fournit pas de renseignements professionnels sur eux.

37 Pour la grille des notices biographiques, voir annexe n° 4.

Table des illustrations

Légende Source : Thierry Audric, Les étudiants marocains dans les écoles d’ingénieurs françaises, rapport dactylographié de la Sous-Direction de la coopération universitaire et scientifique, ministère des Affaires étrangères, mai 2000.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/130/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/130/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/130/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/130/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/130/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/130/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/130/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Répartition géographique des élèves étrangers 1921-1985
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/130/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Tendance au retour dans le pays d’origine des élèves étrangers 1955-1985
Légende Source : Société amicale des anciens élèves de l’Ecole polytechnique, Annuaire, 1990.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/130/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Répartition géographique des élèves étrangers 1986-2000
Légende *Ce total comprend des ressortissants des pays énumérés ci-dessous, leur nombre ne dépassant pas dix par pays sur la période considérée :Allemagne, Autriche, Andorre, Belgique, Bénin, Bulgarie, Cameroun, Canada, Chine-Taiwan, Colombie, Corée, Côte d’Ivoire, Croatie, Danemark, Equateur, Grande Bretagne, Grèce, Hollande, Hongrie, Indonésie, Italie, Japon, Luxembourg, Lettonie, Madagascar, Maurice, Monaco, Mexique, Norvège, Pologne, Suède, Syrie.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/130/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Tableau 1. Situation professionnelle des polytechniciens marocains en 1999 Promotions 1948-1980
Légende * (dont 3 élèves israélites d'origine marocaine)
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/130/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Tableau 2. Situation professionnelle des polytechniciens marocains en 1999 Promotions 1981-1985
Légende * Dont 1 fille.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/130/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau 3. Situation professionnelle des polytechniciens marocains en 1999. Promotions 1986-2000
Légende * Etant donné le nombre important d’élèves pour lesquels l’Annuaire de 1999 ne fournit pas de renseignement sur la carrière, les chiffres de ce tableau doivent être interprétés avec précaution en attendant la fin de la collecte d’informations.** Dont 3 filles.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/130/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable