Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation

 | 
Éric Gobe

Introduction

Ingénieurs et sociétés dans le Maghreb contemporain. L'itinéraire d'un programme de recherche

André Grelon

Texte intégral

1A l'issue de deux rencontres du programme d'études dirigé par Eric Gobe sous l'égide de l'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain sur les ingénieurs au Maghreb, leurs rôles professionnels, leur place dans la vie politique, économique et sociale dans chacun des pays considérés, il importe de commencer à tirer quelques traits d'un bilan du travail, mais aussi de réfléchir à une suite possible des travaux. L'ampleur des questions qui ont été soulevées invite à considérer que, malgré la qualité des études menées, tout n'a pas pu être abordé. Ou plus exactement, à cause même de la qualité de ces études, des problèmes cachés ou discrets ont émergé, soulevant de nouvelles hypothèses et incitant à entreprendre de nouvelles investigations. Dès la fin des années 1950 au Maroc et en Tunisie, dès 1962 en Algérie, la question des ingénieurs, liée au rôle que les dirigeants politiques entendaient leur faire jouer, a été considérée comme fondamentale pour l'avenir de ces pays. Aujourd'hui, les difficultés économiques soulèvent des problèmes d'une autre nature, en particulier ceux de l'emploi des ingénieurs formés en grand nombre et spécialement des jeunes diplômés tout juste sortis des établissements de formation. Toutefois on ne peut pas fonder une analyse de la situation actuelle si l'on n'a pas entrepris de dégager l'ensemble du processus d'évolution de ce groupe professionnel depuis son origine. Quelques pistes de réflexion élaborées à partir des interventions des uns et des autres et des communications de la réunion de Rabat sont présentées ci-après.

LE MAGHREB DES INGÉNIEURS DANS L'HISTOIRE : RUPTURE COLONIALE ET INDÉPENDANCE

2Dès le début du programme de recherche, nous avons été confrontés à une double perspective apparemment contradictoire, mais dont il nous faut bien rendre compte simultanément.

  • 1 BENSALEM Lilia, « La profession d'ingénieur en Tunisie, approche historique », in LONGUENESSE Elis (...)

3D'une part, une rupture entre la période coloniale et l'ère de l'indépendance. Les travaux publiés sous la direction d'Elisabeth Longuenesse, et notamment ceux de Lilia Ben Salem1, l'avaient déjà établi ; les recherches menées depuis et présentées par les divers intervenants de chacun des trois pays le confirment : il n'existe qu'une continuité ténue entre les ingénieurs de la période coloniale et ceux apparus après l'indépendance. Trois raisons sont avancées par les chercheurs :

  1. La politique coloniale n'a pas favorisé, loin de là, l'émergence d'une élite technique locale. Les constats dressés par Habib Belaïd pour la Tunisie, par Kamel Mellakh au Maroc, et par Mohamed Benguerna dans son enquête sur les premiers ingénieurs algériens le démontrent à l'envi : au moment des indépendances, il n'y avait qu'une poignée d'ingénieurs nationaux pour prendre la relève. A cet égard, les statistiques établies par Anousheh Karvar concernant les polytechniciens en provenance du Maghreb à partir de 1921 sont sans appel.
  2. Le développement économique sous le régime colonial n'a pas privilégié l'industrialisation du Maghreb. Aussi les établissements de formation qui accompagnent la constitution de pôles industriels pour doter ceux-ci de techniciens spécialisés ne pouvaient-ils être créés. En France métropolitaine, avant la Seconde Guerre mondiale, les écoles d'ingénieurs étaient de toute manière essentiellement implantées dans les régions à caractère traditionnellement industriel : Paris, Lille, Lyon, Grenoble. Les régions rurales en étaient dépourvues. Ce n'est qu'à partir des années soixante que des établissements d'enseignement technique supérieur ont été fondés sur l'ensemble de l'Hexagone, avec une volonté d'aménagement et de valorisation du territoire (Tarbes, Brest, Metz…) et notamment dans le cadre des nouvelles universités (Orléans, Valenciennes, La Rochelle, etc.). Dans la conception antérieure, il était donc logique de ne pas implanter des écoles d'ingénieurs à vocation industrielle dans les colonies. D'autant que la mise en place d'une école est un investissement lourd (bâtiments, matériel, personnel) qui doit rencontrer son public (ce qui suppose un bassin de recrutement régional déjà constitué) et supposer des débouchés : l'expérience de l'Ecole de géomètres et de dessinateurs implantée à Rabat en 1920 et qui ferme deux ans plus tard illustre les difficultés d'une telle entreprise. Hélène Vacher montre qu'en définitive, il s'est avéré plus efficace de distribuer des bourses pour envoyer les lauréats se former à l'Ecole des travaux publics à Paris. En revanche, la création d'un établissement de formation agricole à Tunis, en 1898, répondait à des besoins locaux, et spécialement ceux des colons français. Elle s'inscrivait en outre dans un contexte de rationalisation de l'agriculture qui inspirait la IIIe République, marqué notamment par l'ouverture de plusieurs établissements spécialisés métropolitains : Institut agricole et Institut colonial de Nancy, Ecole des industries agricoles de Douai, Ecole du génie rural, etc.
  3. Dans une telle situation, l'idéal de la notabilité, tant dans les couches bourgeoises coloniales que dans les milieux aisés maghrébins, ne se situait pas dans les métiers techniques, mais bien plutôt dans les classiques professions libérales : médecin, avocat. Comme l'explique Mustapha Haddab, les Algériens – y compris dans la communauté européenne – n'étaient guère nombreux à avoir acquis une connaissance concrète du personnage de l'ingénieur. Les ingénieurs implantés dans les colonies étaient peu nombreux et très généralement issus de la métropole, soit qu'ils fussent en position de fonctionnaire dans l'administration d'Etat (Ponts et chaussées, Génie rural, PTT…), soit en tant que cadres d'entreprises privées (sociétés de travaux publics, par exemple). A ce titre, en s'appuyant sur les annuaires des associations d'anciens élèves, une étude pourrait être menée pour examiner les profils professionnels de ceux qui partaient « aux colonies ».

4Par conséquent, même si l'on peut noter des « héritages » – comme par exemple une filiation entre l'ancien Institut technique d'Alger et la nouvelle Ecole polytechnique d'Alger tel que le montre Mohamed Benguerna, des passations de pouvoir d'une administration française à une administration tunisienne ainsi que le décrit Habib Belaïd – le moment historique de l'indépendance ou du retour à la souveraineté pleine et entière crée bien une situation totalement neuve avec la définition d'objectifs nationaux urgents par les responsables politiques : d'une part, remplacer les experts techniques disparus, déjà dans l'administration afin de faire tourner la machine de l'Etat, mais aussi dans les entreprises pour assurer une transition économique sans trop de heurts ; d'autre part, ancrer une ambition de mise en valeur des richesses du pays et positionner celui-ci à bon rang dans l'échelle internationale du développement, par une politique volontariste de formation des cadres techniques, censés être le moteur du dynamisme économique. Comme l'écrivent Saïd Ben Sedrine et Eric Gobe, « l'ingénieur était (…) perçu par les autorités des Etats issus de la décolonisation comme l'agent du développement industriel et le détenteur du secret de la modernité ».

5Il faudra examiner si les débats qui ont eu lieu en France dès le début des années 1950 sur la question du manque d'ingénieurs et de ses effets sur l'économie ont rencontré un écho chez les responsables politiques maghrébins. Le problème qui était posé dans les milieux économiques était celui du retard français par rapport aux autres pays de l'OCDE (à l'époque OECE) et des freins au développement de ce qu'on appelait dans le langage du moment « les industries de pointe », la chimie et notamment la chimie fine, les industries pétrolières, la construction mécanique, l'aéronautique… Dans ces secteurs, on disait souffrir du manque de cadres techniques formés, ce qui handicapait la croissance des entreprises. La réponse volontariste fut donnée par l'Etat avec la création de nouveaux types d'établissements de formation – les Instituts nationaux de sciences appliquées (INSA) et les Ecoles nationales d'ingénieurs (ENI) – nonobstant la résistance des milieux d'ingénieurs qui craignaient une augmentation incontrôlée du nombre de diplômés. De tels phénomènes ont-ils joué un rôle dans l'établissement de la politique d'enseignement supérieur des pays maghrébins ?

  • 2 PERENNES Jean-Jacques, « Les ingénieurs et la politique hydro-agricole au Maroc », in LONGUENESSE (...)

6Par ailleurs, il n'en reste pas moins indispensable de prendre en compte la dimension historique plus ancienne : car même mandatés pour des objectifs nouveaux, les nouveaux ingénieurs maghrébins ne débarquaient pas sur un terrain vierge. Les territoires coloniaux avaient fait l'objet de nombreuses interventions techniques et avaient été déjà largement modelés par le travail de l'ingénieur. Ainsi, dans son article sur les ingénieurs et la politique hydro-agricole au Maroc2, Jean-Jacques Pérennès a montré l'ampleur des débats chez les ingénieurs français des travaux publics à propos de la construction de barrages et de la mise en valeur des terres arides dans les pays du Maghreb au cours du xixe siècle. L'option prise finalement en faveur de la grande hydraulique au début du xxe siècle favorisait objectivement les grandes entreprises françaises de BTP. Mais au-delà du caractère de rentabilité capitalistique de cette orientation, il faut aussi prendre en compte le mode de rationalité des ingénieurs, promoteurs de ces projets. Pour ceux-ci, en mettant la technique la plus neuve aux postes de commande, on aboutissait naturellement à la solution la plus adéquate dans chacun des domaines considérés, celle qui menait à un avenir meilleur, face aux porteurs de traditions rétrogrades, aux tenants de la routine, aux milieux fixés sur un présent sans devenir. Ce mode de pensée n'a pas disparu avec l'indépendance, bien au contraire. Animés par un élan patriotique, convaincus qu'ils étaient d'être investis d'une mission historique, les ingénieurs de l'indépendance ont mis au service de cet idéal un raisonnement, une manière d'être fondée sur une croyance en l'objectivité des faits, sur une analyse des données en vertu de considérations scientifico-techniques, se coulant ainsi dans les orientations laissées par leurs devanciers. Mohamed El Faïz est revenu sur cette dimension historique dont l'examen est indispensable pour mettre en perspective les actuelles réalisations des ingénieurs hydrauliciens marocains, que leurs travaux soient approuvés ou contestés. En sens inverse, examinant le cas des ingénieurs topographes, Hélène Vacher s'inscrit en faux contre l'idée reçue selon laquelle les agents techniques employés dans les colonies n'auraient eu qu'une pure fonction instrumentale de diffusion des techniques. Elle met en évidence comment, pour les topographes, le fait de pratiquer leur métier dans les aires coloniales a eu une incidence non négligeable sur l'ensemble de la profession elle-même. Au-delà, elle éclaire le rôle qu'ont pu jouer les colonies dans les stratégies de modernisation administrative et technique de la France métropolitaine. Ce développement de disciplines dans des perspectives originales, ces mises en œuvre de pratiques spécifiques contribuent à un enrichissement universel de l'art de l'ingénieur. Ainsi, on peut rattacher des études liées à des aires culturelles particulières à des considérations générales quant à la profession d'ingénieur prise dans sa globalité : chaque avancée technique proposée et réalisée par un ingénieur particulier ou un groupe d'ingénieurs désignés participe du renforcement de la figure omnisciente de l'Ingénieur.

LA PROBLÉMATIQUE DE LA FORMATION DES INGÉNIEURS : ENTRE « ÉLITISME » ET « MASSIFICATION »

7La question des diplômes et du nombre de diplômés, de l'évolution de la quantité d'ingénieurs estampillés est récurrente. Les statistiques sont en principe disponibles ou peuvent être reconstituées et des tableaux peuvent être dressés. Tant qu'on est dans l'ordre du comptage, les choses sont relativement simples. De ce premier point de vue, il serait déjà intéressant de tirer des informations comparatives entre les trois pays concernés :

  • Evolution du nombre de diplômés depuis l'indépendance (ou le retour à la souveraineté). Ces chiffres dans l'absolu donnent une première indication. Mais ils doivent être immédiatement rapportés à l'évolution générale de la population universitaire et à l'évolution générale de celle-ci par rapport aux classes d'âge concernées. Ce sont évidemment ces ratios qui sont instructifs et permettent de mesurer l'ampleur de l'effort éducationnel des trois Etats – spécialement dans le domaine de la formation des experts techniques. A ce titre, il serait utile de disposer de courbes indiquant l'évolution du nombre de diplômés ingénieurs par rapport aux cadres de gestion et de commerce, que ceux-ci soient formés dans le cadre général universitaire ou dans des structures ad hoc comme les écoles de gestion.
  • Sur cette base générale, on peut affiner les renseignements : ainsi on peut relever l'évolution des différentes spécialités telles qu'elles sont désignées dans chacun des pays. L'exercice est un peu plus périlleux : d'une part, parce que la définition de telle ou telle spécialité et les regroupements disciplinaires et sous-disciplinaires qu'elle implique peut être propre à chaque pays et la comparaison devient de ce fait plus délicate ; d'autre part, parce qu'on sait bien que les termes mêmes de spécialités enferment trop les ingénieurs dans des cases dont ils sortiront peu ou prou dans l'exercice de leur profession. D'autres données peuvent être extraites qui sont porteuses de significations politiques, sociales et culturelles : la distinction entre les diplômés issus de cursus universitaires et ceux issus d'instituts techniques, la proportion des ingénieurs formés sous la tutelle du ministère chargé de l'Education en regard de ceux sortis d'établissements dépendant de ministères techniques (par exemple des ingénieurs d'instituts pétroliers, tel l'Institut algérien du pétrole examiné par Azzedine Ali Benali ou d'instituts agronomiques), l'évolution de la proportion de femmes ingénieurs dans les différents types d'établissement et les différentes spécialités. Enfin on ne peut négliger les données classiques sur l'origine socioprofessionnelle (ce qui soulève des questions relevant de la sociologie générale sur la nature des classements sociaux, la réalité des catégories sociales, les modes d'usage sociologique, l'influence de modèles étrangers, notamment de l'INSEE français…) ainsi que les questions sur l'origine géographique qui peuvent être liées éventuellement à des problèmes plus délicats de représentation de minorités ethniques.

8Ces données statistiques sont indispensables comme base de travail pour avoir une première vision de la population concernée, pour comprendre les tendances de l'évolution générale de la formation technique supérieure et la politique d'investissement dans ce domaine de chacun des pays, et notamment pour mesurer les efforts massifs accomplis depuis les indépendances dans une volonté de « rattrapage ». Elles permettent aussi de situer ces Etats dans une comparaison internationale plus large, par rapport à des modèles d'éducation, notamment avec la France, mais aussi avec d'autres pays d'Europe.

9De ce point de vue, le travail exemplaire mené par Saïd Ben Sedrine et Eric Gobe sur les ingénieurs tunisiens devrait pouvoir servir de base pour pouvoir établir des comparaisons avec les deux autres pays. A terme, il s'agirait de mettre en place un outil permanent, un observatoire de la profession d'ingénieur dans les pays du Maghreb en affinant progressivement les données statistiques.

10On ne peut pour autant limiter l'étude de la formation à un rassemblement ordonné d'indications quantitatives sur les diplômés. Il importe d'examiner le processus même de la formation, son organisation, la définition des cursus et leur évolution dans le temps. Le travail de recherche, s'appuyant souvent sur des études antérieures particulières, a permis d'avancer largement dans cette voie pour chacun des pays. Il importerait désormais sur la base de ces acquis d'entreprendre une comparaison raisonnée pour déterminer, hors de tout syncrétisme, ce qui est commun aux trois pays concernés, et notamment dans ce qui relèverait du rapport général de l'aire culturelle avec le fait colonial passé dans le domaine de la formation technique supérieure comme dans les rapports actuels avec l'ancienne puissance coloniale, parce qu'à l'évidence, il s'agit là de points majeurs ; mais aussi ce qui rapprocherait sur tel ou tel point deux des pays sur les trois, et ce qui est caractéristique de chaque Etat, de son développement particulier, en référence à ses spécificités économiques et géographiques, à son discours développementaliste, à son histoire politique. Sans prétendre ici lister l'ensemble des questions susceptibles d'être examinées, mentionnons-en quelques-unes comme base de discussion.

11* L'externalisation d'une partie de la formation des ingénieurs : dans chaque pays et selon des modalités et des rythmes différents, une partie des ingénieurs a été envoyée se former dans des pays étrangers et spécialement dans l'ancien pays colonisateur en raison de la formation scolaire secondaire préparant bien au passage dans le système spécifique de l'enseignement technologique supérieur français (classes préparatoires + concours + école d'ingénieurs), en raison de la langue, mais aussi de la présence de groupes d'ingénieurs formés en France avant les indépendances et dont l'influence était sans commune mesure avec la taille de leur groupe. Ce phénomène qui aurait pu n'être que transitoire, compte tenu de la mise en place progressive de structures locales de formation des ingénieurs, est devenu un fait permanent, même si les flux d'étudiants se sont progressivement amoindris en raison de la concurrence légitime des écoles autochtones, mais aussi d'une part, de la faible rentabilité de l'opération due à une perte en ligne d'un pourcentage important de jeunes ingénieurs qui décident de ne pas revenir au pays et d'autre part, de la politique restrictive d'accueil d'étudiants étrangers et notamment maghrébins en France durant la dernière décennie – politique toujours susceptible d'être modifiée quand la crainte d'une perte du rayonnement culturel français devient trop intense chez les dirigeants politiques français. On notera que chaque pays a créé rapidement au moins un établissement « de prestige » – l'Ecole nationale d'ingénieurs de Tunis, l'Ecole polytechnique d'Alger, l'Ecole Mohammedia d'ingénieurs de Rabat – dans le but affiché de former ses élites techniques sur place, avec des réussites diverses comme le démontrent Kamel Mellakh et Grazia Scarfo Ghellab étudiant le cas du Maroc. Il est clair aujourd'hui que l'excellence scolaire des candidats retenus dans les écoles françaises se conjugue avec une sélection sociale drastique et on peut s'interroger sur les stratégies d'expatriation mises en place par les couches privilégiées pour leurs générations montantes.

12* La mise en place du système de formation des ingénieurs reprend, malgré quelques adaptations locales, le modèle français. Aucun des auteurs du programme de recherche ne fait mention d'une mise en question ou à tout le moins d'un débat concernant l'organisation de l'enseignement supérieur de l'ancienne puissance coloniale. L'empreinte du système mis en place sous la IIIe République est si prégnante que son application aux réalités de jeunes pays va comme allant de soi. Déjà l'organisation de l'enseignement supérieur apparaît immédiatement comme un monopole d'Etat, à plus forte raison encore à propos de la formation des ingénieurs à qui sont assignés une tâche spéciale dans la mise en valeur du pays. Cette situation ressortit, selon Eric Gobe et Saïd Ben Sedrine, à l'organisation étatique du travail technique. Mais deux caractéristiques sont reprises directement du système français, même lorsque les Etats sont indépendants depuis quelques années et que leurs responsables ont pu prendre du recul :

  1. Une distinction s'établit entre formations générales d'ingénieurs relevant de l'Education nationale et formations techniques supérieures sous tutelle des ministères techniques : en Algérie, ces instituts ont fait l'objet d'une étude systématique par Hocine Khelfaoui. Il s'ensuit une classification complexe entre les établissements en fonction à la fois du prestige scolaire – sur la base de critères de sélection académique –, de la rentabilité professionnelle du diplôme, du rang dans la hiérarchie du pouvoir des ministères de tutelle, etc. qui finit par égaler en complexité le classement français. Même si les sociologues ont pris l'habitude en France de ranger les établissements de formation en deux catégories commodes, en terme de « grande » et de « petite porte », pour reprendre la célébrissime distinction de Pierre Bourdieu3, l'organisation hiérarchique des écoles d'ingénieurs est aussi raffinée et incompréhensible pour le commun des mortels que ne l'était le classement nobiliaire à la cour des rois de France sous l'ancien régime.
  2. Le deuxième point qui découle du premier est la distinction qui s'établit entre les écoles d'ingénieurs dans leur ensemble (qu'elles soient ou non intégrées dans le système universitaire) et les formations universitaires classiques. Analysant le cas tunisien, Saïd Ben Sedrine et Eric Gobe vont jusqu'à parler de relégation en ce qui concerne les universités, les instituts de gestion, les facultés de médecine et certaines écoles d'ingénieurs « écrémant » systématiquement chaque nouvelle génération parvenant à l'enseignement supérieur, et ne laissant plus aux facultés des sciences que les éléments les plus faibles. Sans doute n'existe-t-il pas dans le monde de modèle magique d'enseignement supérieur qui permettrait une parfaite égalité des chances dans les études et l'accès de tous à l'emploi de son choix. Chaque système national est toujours lié à l'histoire globale du pays : ainsi, il n'y a pas d'autre explication à la constitution, au fil du temps, des hiérarchies d'écoles d'ingénieurs autonomes en France, comme à l'émergence des universités techniques en Allemagne. Les universités françaises sont nées à la fin du xixe siècle avec le handicap congénital d'apparaître après la création de toute une série d'établissements parfaitement reconnus qui n'avaient eu ni référence universitaire pour élaborer leur cursus et constituer leur mode d'organisation, ni comme horizon de diffuser le savoir le plus large au plus grand nombre, mais au contraire d'enseigner des connaissances spécifiques à des cohortes étroites pour des fins précises. De l'autre côté du Rhin au contraire, les technische Universitäten sont les ultimes héritières d'institutions d'enseignement technique qui avaient comme référence permanente les universités autonomes dont le modèle avait été établi au début du xixe siècle, c'est-à-dire de puissantes structures à la vocation culturelle affirmée, dont le corps professoral était reconnu comme l'élite de la nation : les technische Hochschulen ont mis en œuvre un processus de longue haleine pour parvenir, elles aussi, à la dignité et à la reconnaissance universitaire. Dans le cas des trois pays du sud méditerranéen concernés, il ne semble pas y avoir eu de réflexion à propos des modalités françaises d'enseignement technologique supérieur : faut-il conclure à un point aveugle, à une telle imprégnation par le modèle colonial d'origine qu'on ne pouvait même concevoir une alternative ? Puisqu'il n'y avait pas, ou si peu, d'écoles d'ingénieurs en place, aurait-on pu imaginer l'élaboration d'autres structures ?

13Pour terminer (provisoirement…) sur la question de la formation, il faudrait finalement examiner ce qu'il en est des professeurs. Dans les études sur les ingénieurs, ils sont souvent les oubliés. Pourtant leur rôle est fondamental. Classiquement, les professeurs des écoles d'ingénieurs sont considérés comme se situant au cœur de trois dynamiques : tout d'abord, la formation des spécialistes en technologie. C'est l'activité la plus reconnue, celle qui consiste à la fois à faire apprendre des contenus de connaissance, mais aussi initier à des méthodes et spécialement celle d'apprendre à apprendre, en tout temps et à être capable de restituer cet ensemble de savoirs de manière opérationnelle. Ce n'est toutefois pas la seule tâche des professeurs. La seconde est celle de la recherche, généralement à des fins d'application, proche ou à moyen terme. Une telle activité implique le plus souvent des contacts et échanges avec des homologues, suscitant des coopérations et conduisant à des publications et prises de brevet. Les résultats de cette activité amènent aussi de la matière nouvelle aux cours et permettent de diffuser des connaissances inédites qui donnent ainsi aux jeunes ingénieurs des atouts pour se placer sur le marché du travail, car ces derniers apportent aux sociétés qui les engagent des données originales que n'ont pas ou n'ont plus ceux qui sont en poste depuis plusieurs années. Troisième fonction enfin, celle du conseil aux entreprises, utile aux deux parties. Car si le professeur amène des informations pertinentes, si son regard distancié permet de désigner les problèmes cachés et de proposer des solutions, il retire aussi de ses observations des éléments qui nourriront tant sa démarche pédagogique que sa pratique de recherche. C'est en raison de cette triple démarche, chacun des éléments renforçant les deux autres, que le professeur peut être considéré comme un des producteurs essentiels de la culture technique moderne.

14Un tel profil est évidemment idéal-typique. Dans la réalité, il va de soi que les professeurs ne sont pas calqués sur le même modèle. Certains ne font pas ou font peu de recherche, d'autres ont rarement des contacts avec le milieu industriel et les investissements dans l'enseignement ne sont pas identiques. Néanmoins, si l'on considère l'équipe pédagogique dans son ensemble, on peut lui appliquer alors le terme d' « intellectuel collectif » et envisager quels sont ses engagements dans ses trois fonctions. Une telle étude est particulièrement éclairante à certains moments clés, comme par exemple la création d'un établissement, une évolution économique notable dans le pays ou, sur le plan scientifique, l'émergence d'une nouvelle discipline qui remet en cause les paradigmes les mieux établis. Sur le plan historique, par exemple, la naissance de l'électricité comme discipline spécifique, à la fois ouvrant un champ scientifique nouveau, porteuse de technologies d'avant-garde, et générant un secteur industriel autonome, a amené la constitution d'un corps professoral particulier qui participait de cette dynamique sur la base des trois fonctions succinctement décrites ci-dessus. Des études de cas dans chacun des trois pays apporteraient des données tout à fait utiles pour l'analyse des ingénieurs au Maghreb. On pourrait ainsi analyser le mode de fonctionnement du corps professoral au moment de la création et dans les débuts des établissements les plus emblématiques de chaque Etat, mais aussi l'examiner aujourd'hui, dans une période où l'on constate une inflexion marquée vers une ouverture de chacune des économies nationales en direction du secteur privé, mais aussi où les difficultés d'emploi d'une partie des jeunes ingénieurs interpelle directement le système de formation. Une autre piste d'étude serait la question soulevée par Mohamed Benguerna à propos des premières années de l'Ecole polytechnique d'Alger : cet établissement a fonctionné avec l'aide de professeurs « intérimaires » pour compléter les équipes et pallier le manque d'enseignants autochtones, qu'il s'agisse de coopérants français, d'un staff composé avec l'appui de l'UNESCO ou encore de professeurs des pays de l'Est. Cette expérience n'est pas unique, on la retrouve dans les trois pays. En particulier, on sait que les enseignants des pays de la zone d'influence soviétique, et notamment russes, sont venus en quantité significative encadrer des étudiants en sciences et technologie, dans nombre d'établissements – au moins en Algérie et en Tunisie –, mais les conditions de leur arrivée, leur mode d'insertion, la nature de leurs travaux, la durée de leur séjour et d'autres données encore (quelle langue d'enseignement, par exemple) n'ont, semble-t-il, jamais fait l'objet d'études spécifiques. Un tel phénomène n'est pourtant pas anecdotique, il s'agit pour les écoles d'expériences fondatrices qui marquent durablement leur culture.

POUR NE PAS CONCLURE : LES PERSPECTIVES RECHERCHES

15On pourrait évidemment multiplier les angles d'analyse sur les ingénieurs. Encore faudrait-il pouvoir ensuite disposer des forces intellectuelles pour mettre en œuvre les projets de recherche sur les différentes thématiques proposées. Néanmoins, pour terminer, je souhaiterais évoquer brièvement deux axes qui ont fait l'objet de débats au sein du collectif de recherche : le problème du chômage des ingénieurs ; la question des idéologies et des systèmes de valeurs.

16Nous avons peu d'indications sur le chômage des ingénieurs au Maghreb. Et pourtant, de l'avis de tous les collègues engagés dans la recherche sur Ingénieurs et société, c'est une des questions les plus prégnantes de ce programme et socialement les plus graves qu'il faille considérer. Plusieurs pistes d'explication ont été proposées. La crise économique, plus ou moins forte selon les périodes, qui dure depuis vingts ans et qui touche particulièrement les jeunes pays est une des raisons de fond de cet état de fait. La fin de la problématique développementaliste conçue autour du rôle central d'un Etat tout-puissant, ce qui a amené à faire des coupes sombres dans des sociétés d'Etat et à faire « maigrir » les administrations techniques dans lesquelles on trouvait nombre d'ingénieurs, en est une autre qui ne s'oppose pas à la première. L'adéquation problématique entre les programmes de formation et les nouvelles demandes des firmes privées constitue également un des motifs avancés au chômage ou en tout cas au sous-emploi d'une partie du groupe ingénieurs.

17Pour avancer dans cette analyse, le rassemblement de données de cadrage statistiques serait indispensable et là encore l'harmonisation des nomenclatures pourrait permettre de mesurer l'amplitude du phénomène et sa conjonction entre les trois pays. Il n'est pas certain que la tâche soit aisée, les données pouvant être mouvantes du fait de changements dans les catégories rendant impossible l'établissement de séries, mais aussi parce qu'étant à base déclarative, ces informations sont susceptibles d'être biaisées par les réticences des intéressés à se déclarer chômeurs. Mais au-delà, des enquêtes qualitatives devraient permettre de comprendre le vécu de ces diplômés « exclus » du travail. Pour ne pas confondre des situations qui sont de type différent, on pourrait concevoir l'examen de trois sous-populations :

  • Les jeunes diplômés, sortis tout droit de leur établissement de formation et qui n'ont pas encore trouvé d'emploi. Quelles activités ont-ils ? Quelle vie personnelle (cohabitation familiale forcée ?) ? Quelles perspectives à court, moyen et long terme ? (reprise d'études, reconversion, création d'entreprise, petits boulots…).
  • Les ingénieurs en cours d'emploi qui ont été licenciés. Dans quel cadre et dans quelles conditions ? Quelles perspectives d'avenir ? Y a-t-il une distinction entre ingénieurs diplômés et cadres techniques d'entreprise pour retrouver un emploi (effet diplôme) ou faut-il s'appuyer sur les relations (effet réseau).
  • Les ingénieurs en fin de parcours professionnel. En France, une des modalités pour « soulager » les entreprises d'une partie de leur main-d'œuvre a consisté à offrir des conditions intéressantes de départ, y compris sous forme de licenciement économique avec prime de départ, aux employés les plus âgés. Il s'agit donc de mise en retraite déguisée. Trouve-t-on ou a-t-on trouvé des situations similaires au Maghreb ? Mais il y a aussi de véritables licenciements avec une difficulté spécifique liée à l'âge – ce qui pose une question intéressante : à quel âge devient-on « trop » vieux, c'est-à-dire inemployable, et quels sont les critères du « trop » âgé ?

18On le voit, il ne s'agit là que d'une première approche. Une véritable étude supposerait l'établissement d'une problématique plus élaborée.

19Le problème des idéologies et des systèmes de valeurs est également une branche importante de l'analyse du groupe des ingénieurs. Elle est ou plutôt elle devrait être, car cet aspect n'est le plus souvent qu'aperçu quand il n'est pas tout simplement ignoré. Or, cette dimension axiologique est un moteur de ces acteurs dans leurs tâches professionnelles comme dans leur rôle dans la société, même s'ils n'en ont pas toujours une conscience très élaborée. En France, depuis le saint-simonisme du début du xixe siècle jusqu'aux réflexions contemporaines sur l'éthique de l'ingénieur en passant par les propositions sur le rôle social de l'ingénieur à partir de la seconde industrialisation, le planisme des années vingt et la dynamique du christianisme social des années trente, ces questions n'ont cessé d'interpeller les ingénieurs et de les mobiliser, même à leur corps défendant. Les ingénieurs d'aujourd'hui sont les héritiers de ces différentes théories et/ou croyances qui constituent un ensemble composite d'idées plus ou moins applicables aux données contemporaines.

  • 4 GÖLE Nilüfer, Les ingénieurs turcs : avant-garde révolutionnaire ou élite modernisatrice ? thèse s (...)

20Il ne semble pas que cette thématique ait fait l'objet de recherches spécifiques dans l'aire culturelle arabo-musulmane sauf à considérer l'apport important de Nilüfer Göle qui traite du monde spécifique turc et dont les travaux sont déjà anciens4. Or dans ce domaine, les idées évoluent vite. La dynamique de l'islamisme est évidemment sur toutes les lèvres, même s'il ne peut être question de ne considérer que cette seule idéologie. C'est pourquoi des recherches précises avec des hypothèses argumentées devraient être entreprises, peut-être à l'issue d'un séminaire consacré à cette question, avec des apports de différents pays du Sud comme du Nord.

21A l'issue de cette brève énumération des axes de recherche potentiels sur les ingénieurs du Maghreb, on voit que sur la base solide du travail accompli dans le cadre du programme de l'IRMC, il y a encore matière à investigation et mise en œuvre d'un nouveau projet collectif de recherche pour les années à venir.

Notes

1 BENSALEM Lilia, « La profession d'ingénieur en Tunisie, approche historique », in LONGUENESSE Elisabeth (dir.), Bâtisseurs et Bureaucrates. Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient, Lyon, Maison de l'Orient méditerranéen, 1990, pp. 81-94.

2 PERENNES Jean-Jacques, « Les ingénieurs et la politique hydro-agricole au Maroc », in LONGUENESSE Elisabeth (dir.), ibid., pp. 215-230.

3 BOURDIEU Pierre, La noblesse d'Etat. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Editions de Minuit, 1989, p. 188 et pp. 198-199.

4 GÖLE Nilüfer, Les ingénieurs turcs : avant-garde révolutionnaire ou élite modernisatrice ? thèse sous la direction d'Alain Touraine, Paris, EHESS, 1982. Cette thèse n'a pas été publiée. Un résumé du travail de cet auteur est donné in LONGUENESSE Elisabeth, op.cit., « Entre le “gauchisme” et l'“islamisme” : l'émergence de l'idéologie techniciste en Turquie », pp. 309-320.

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter